Navigation – Plan du site

Les réfugiés politiques en Inde. Le cas des Birmans à Delhi

Burmese refugees in Delhi
Anne-Sophie Bentz
p. 95-108

Résumés

Le terrain effectué à Delhi en novembre 2013 auprès des réfugiés birmans, principalement de l’ethnie Chin, a pour objectif de permettre de renouveler une série de questionnements portant sur la place des réfugiés en ville, dans une perspective comparatiste, et d’apporter une nouvelle réponse à la vieille question du rapport entre espace et pouvoir. Le panorama à la fois historique et contemporain des divers groupes de réfugiés birmans qui ont vécu ou vivent encore dans la capitale indienne se complète donc d’analyses sur la marginalisation à la fois spatiale et sociale dont sont victimes les Birmans à Delhi.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en février 2018.

Plan

Introduction
1. L’activisme des premiers étudiants et dissidents birmans
1.1. Une stratégie politique adaptée à l’Inde : la lutte non-violente
1.2. Un soutien politique officieux apporté par l’Inde
2. La vie des Chin et des Rohingya à Delhi
2.1. Une vie à l’écart
2.2. Un maillage associatif très serré
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Les dissidents birmans ont cherché refuge en Thaïlande et en Inde à partir de 1988, quand la junte militaire s’est mise à réprimer les mouvements en faveur de la démocratie. Ils ont été bien reçus par l’Inde, qui d’emblée s’est positionnée en faveur des mouvements pro-démocratie. Des camps ont rapidement été ouverts pour les accueillir. On pense notamment aux camps de Leikun et de Champai, respectivement dans les États du Manipur et du Mizoram, qui ont ouvert dès 1988. Mais les rapports avec la population locale étaient parfois tendus ; des dissidents birmans ont même été rapatriés de force en Birmanie. C’est pourquoi des Birmans ont commencé à quitter les camps pour se rendre en ville, par exemple à Imphal (Manipur), Aizawl (Mizoram), mais aussi à Delhi.

Nous nous pencherons ici sur le cas des Birmans qui ont quitté le Nord-Est de l’Inde pour s’établir à Delhi. Même si les heurts avec la population locale avaient commencé à se multiplier, ce n’est pas tant pour fuir un ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Sophie Bentz, « Les réfugiés politiques en Inde. Le cas des Birmans à Delhi », Bulletin de l’association de géographes français, 94-1 | 2017, 95-108.

Référence électronique

Anne-Sophie Bentz, « Les réfugiés politiques en Inde. Le cas des Birmans à Delhi », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 94-1 | 2017, mis en ligne le 28 février 2018, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/331 ; DOI : 10.4000/bagf.331

Haut de page

Auteur

Anne-Sophie Bentz

Maître de conférences en Histoire de l’Asie du Sud à l’Université Paris-Diderot, Laboratoire CESSMA, Université Paris Diderot, Case 7017, 75205 Paris Cedex 13 –
Courriel : anne-sophie.bentz[at]univ-paris-diderot.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals