Navigation – Plan du site

Le port de Calcutta : entre contraintes et ambitions

Kolkata’s port, between constraints and ambitions
Salima Nekrouf
p. 150-166

Résumés

L’essor contemporain des ports indiens s’inscrit dans la trajectoire de l’ouverture au libéralisme amorcée dès 1991. Toutefois, la modernisation de ces ports ne se réalise pas dans le sous-continent de manière homogène, car la structure fédérale et démocratique autorise une diversité de partis politiques à la tête des États, et donc des gouvernements plus ou moins favorables à la promotion du secteur privé dans les ports. De là, des divergences peuvent surgir entre les divers acteurs, publics et privés, avec l’apparition de conflits d’intérêts. L’Union indienne est reconnue aujourd’hui comme un pays émergent doté d’une forte croissance économique. Or, celle-ci ne peut être soutenue sur le long terme, sans un secteur portuaire moderne en mesure de concurrencer les ports voisins, notamment chinois. En lançant de nouvelles réformes destinées à la modernisation des infrastructures, le gouvernement de Narendra Modi entend rattraper le grave retard accumulé par les ports à l’échelle nationale, et ce grâce à une « Blue Revolution ». Parmi les projets de grande envergure promus, celui de Sagarmala aurait pour principale fonction de redynamiser le port de Calcutta et son arrière-pays.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en février 2018.

Plan

Introduction
1. Calcutta : du port colonial à la crise industrialo-portuaire
1.1. La construction du comptoir colonial
1.2. L’âge d’or du port de Calcutta
1.3. Les années de déchéance et les causes de la dégradation du port
2. L’articulation du port de Calcutta à la mondialisation
2.1. La construction d’un port bicéphale
2.2. Une orientation de plus en plus commerciale : l’Agenda Maritime 2010-2020
2.3. La « Blue Revolution » : le projet Sagarmala
2.4. Calcutta et son vaste arrière-pays
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

L’empire britannique s’est étendu en Asie du Sud dès le xviie, à travers de nombreux comptoirs. Les Anglais ont alors fait de Calcutta la capitale des Indes britanniques. La ville ne perdra ce statut qu’en 1911, au profit de Delhi. Le port de Calcutta a longtemps connu la prospérité, jusqu’à ce que survienne une grave crise économique dans la région, entraînant le port, déjà pénalisé par des problèmes d’ensablement, dans un fulgurant déclin. Les autorités vont tenter d’intervenir à l’aval comme à l’amont du fleuve Hooghly, sur les rives duquel a été édifié le port, avec le dessein de sauver ce dernier et de lui permettre de retrouver son statut prestigieux d’antan.

Globalement, les ports indiens sont très en retard par rapport à de nombreux ports de la région, notamment ceux du grand rival voisin chinois. Cet écart dans les infrastructures se manifeste au moment des réformes des années 1980, lorsque le gouvernement n’a pas donné la priorité au développement et à la modern...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Salima Nekrouf, « Le port de Calcutta : entre contraintes et ambitions », Bulletin de l’association de géographes français, 94-1 | 2017, 150-166.

Référence électronique

Salima Nekrouf, « Le port de Calcutta : entre contraintes et ambitions », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 94-1 | 2017, mis en ligne le 28 février 2018, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/361 ; DOI : 10.4000/bagf.361

Haut de page

Auteur

Salima Nekrouf

Membre associée, laboratoire ART-Dev UMR 5281, Université de Perpignan Via Domitia, 52, avenue Paul Alduy – 66 860 Perpignan Cedex –
Courriel : salima_n[at]yahoo.com fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals