Navigation – Plan du site
Grands barrages et frontières dans les pays du Sud

Le Projet de l’Anatolie du Sud-Est (GAP) dans son contexte national turc et régional moyen-oriental

The Southeastern Anatolian Project – GAP – in its Turkish national context and Middle Eastern regional framework
Marcel Bazin et Stéphane de Tapia
p. 184-207

Résumés

Le bassin du Tigre et de l’Euphrate est caractérisé par un transfert massif de ressources hydriques depuis un cadre montagneux vers la plaine mésopotamienne, par l’étagement des groupes ethniques, Turcs et Persans à l’amont, Kurdes en position intermédiaire et Arabes en aval et par son découpage politique récent entre quatre États qui ont chacun mené leur propre politique de l’eau. La Turquie a ainsi mobilisé les eaux de l’amont du bassin dans le Projet de l’Anatolie du Sud-Est (GAP), ambitieux programme de développement intégré, à partir de 22 barrages, de la partie la plus pauvre du pays coïncidant avec l’aire de peuplement kurde. Les résultats obtenus restent fragilisés par la guérilla du PKK et sa répression par l’armée à l’intérieur et par la situation internationale : les États de l’aval, Syrie et Irak, ont lutté pour revendiquer des volumes d’eau plus importants, avant de sombrer dans la guerre civile et la fragmentation qui en résulte.

Haut de page

Texte intégral

1Après le bassin du Nil, l’autre système hydraulique qui joue un rôle majeur au Moyen-Orient est le bassin de l’Euphrate et du Tigre, dont la partie inférieure, la Mésopotamie, dispute à l’Egypte les débuts de l’histoire. S’il est caractérisé comme le bassin du Nil par un transfert hydrique massif de régions bien arrosées vers un espace désertique, sa configuration est différente. Au lieu d’un transfert zonal des zones équatoriale et tropicale humide vers la zone tropicale aride, il s’agit ici des apports d’un cadre montagneux de climat méditerranéen dégradé vers un ensemble de basses terres semi-arides et arides.

2Cette configuration peut évoquer, à plus petite échelle, celle d’ensembles régionaux à propos desquels Robert Hérin [1977] a avancé une « théorie de la huerta », à partir du bassin du Segura, du Haouz de Marrakech et de l’oasis d’Esfahân. On aurait pu y adjoindre la Ghouta de Damas étudiée par Anne-Marie Bianquis [1977]. Il s’agit de systèmes hydrauliques régionaux en milieux méditerranéens subarides ou arides, où les ressources en eaux plus abondantes à l’amont donnent un avantage certain aux propriétaires et communautés paysannes de l’amont. Ce « gradient d’irrigation » entraîne une intensivité décroissante de l’agriculture irriguée vers l’aval, qui se lit également dans la zonation des paysages agraires. On pourrait y voir une approche déterministe, mais celle-ci est tempérée par le constat d’irrégularités multiples résultant d’une histoire foncière complexe au sein de civilisations agraires multiséculaires.

3Peut-on tenter de transposer ce modèle à l’échelle d’un vaste bassin hydrographique comme celui du Tigre et de l’Euphrate ? Certes la position privilégiée de l’amont est toujours présente, mais le changement d’échelle nous fait passer de populations homogènes dépendant d’une même entité politique à des populations variées incluses dans des États différents. Ce sont donc ces derniers qui deviennent les acteurs principaux à la place des propriétaires fonciers et des communautés villageoises. Ils allient la capacité financière d’investir dans des aménagements hydrauliques de grande envergure et l’exercice de la souveraineté sur des territoires nationaux entre lesquels les frontières marquent des discontinuités nettes, nous avons là les deux mots-clés de cette journée d’étude. On passe ainsi de la géographie agraire et sociale à la géopolitique, et on ne sera pas étonné de voir intervenir des concepts de science politique, tel celui de négociation en situation d’asymétrie mobilisé par Marwa Daoudy [2006].

4Nous commencerons par préciser les trois éléments de cadrage que nous venons d’évoquer : la répartition des ressources hydriques, la diversité des populations et leur organisation suivant un découpage politique qui a beaucoup varié au cours de l’histoire. Le découpage actuel, qui voit le cadre montagneux aux mains de la Turquie et de l’Iran et les basses terres arides partagées entre la Syrie et l’Irak, remonte à moins d’un siècle. C’est en Irak que les premiers aménagements hydrauliques ont été réalisés, avant que la Syrie et la Turquie reprennent l’initiative au cours des années 1970 avec le barrage de Tabqa dans le premier cas et le vaste programme de l’Anatolie du Sud-Est (GAP) dans le second.

5Or au départ chacun de ces trois pays a géré l’aménagement hydraulique de sa partie du bassin mésopotamien comme sa propre affaire. Nous verrons ainsi dans un deuxième temps comment les ressources des bassins supérieurs de l’Euphrate et du Tigre ont été mobilisées d’un point de vue turco-turc, en particulier dans le Projet de l’Anatolie du Sud-Est (Güneydogu Anadolu Projesi, d’où le sigle de GAP, également anglicisé en Great Anatolian Project, que nous utiliserons par la suite). Mais bien évidemment l’impact des aménagements turcs sur l’aval des deux fleuves a entraîné de fortes réactions de la Syrie et de l’Irak, et nous suivrons l’évolution des relations hydrauliques entre la Turquie et ses deux voisins méridionaux, indissociable des soubresauts géopolitiques de la région.

1. Le bassin-versant du Tigre et de l’Euphrate : trois caractères majeurs

1.1. Un transfert hydrologique massif

6Le bassin hydrographique du Tigre et de l’Euphrate, unique puisque les deux fleuves confluent avant d’atteindre le golfe arabo-persique pour constituer le Chatt el-Arab, réalise un transfert massif de ressources hydriques depuis un large cadre montagneux vers la plaine mésopotamienne (fig. 1). La dissymétrie du drainage est frappante : le point de divergence des eaux vers la mer Noire (par le bassin du Çoruh), la mer Caspienne (par le bassin de l’Araxe) et le golfe arabo-persique (par l’Euphrate), situé au nord-est d’Erzurum, est distant de 130 km du rivage de la mer Noire, 700 km de la côte caspienne et 1400 km de l’embouchure du Chatt el-Arab. C’est l’Euphrate dont le cours remonte le plus loin vers le nord, avec une longueur totale de 2 330 km. Ses deux branches, le Kara Su et le Murat Suyu, traversent les hautes chaînes de l’Anatolie orientale et se rejoignent à Keban, puis l’Euphrate traverse en plusieurs coudes successifs le Taurus oriental pour déboucher sur les plateaux d’Anatolie du Sud-Est et de Syrie où il infléchit son cours vers le sud-est. Il reçoit encore deux affluents pérennes sur sa rive gauche, le Balikh et le Khabur, mais plus aucun sur sa rive droite. Le Tigre, un peu plus court (1718 km), prend sa source dans le Taurus oriental au nord-ouest de Diyarbakır, suit une direction nord-ouest sud-est et reçoit de nombreux affluents de rive gauche descendant de l’extrémité orientale du Taurus puis du Zâgros, les plus importants étant le Petit Zab, le Grand Zab et la Diyala ; à l’extrême aval, le Kârun arrive directement dans le Chatt el-Arab.

Figure 1 – Le bassin du Tigre et de l’Euphrate : topographie et limites

Figure 1 – Le bassin du Tigre et de l’Euphrate : topographie et limites

7Ces montagnes sont caractérisées par un climat de régime méditerranéen dégradé par l’altitude et la continentalité. Elles reçoivent des précipitations comprises entre 400 et 1000 mm, voire plus de 1000 mm sur les parties les plus élevées, pour l’essentiel en saison froide sous forme neigeuse. La rétention nivale décale donc vers le printemps les hautes eaux de fonte des neiges, avec un maximum très net en avril-mai [voir les diagrammes des régimes dans Mutin 1995 p. 43]. Sur le piedmont du Taurus et du Zâgros, les précipitations décroissent rapidement de 400 à 200 mm pour descendre en-dessous de 100 mm au cœur du désert de Syrie [voir la carte de Beaumont & al. 1988, p. 66]. Comme en même temps les températures s’accroissent fortement, et l’évapotranspiration potentielle avec elles, le surplus hydrique, supérieur à 400 mm sur les massifs montagneux, et compris entre 400 et 100 mm dans les vallées et bassins intérieurs, tombe en-dessous de 100 mm dès la bande de piedmont [carte dans Beaumont & al. 1988, p. 82]. L’apport d’eau des deux grands fleuves est donc le bienvenu dans les plaines de Mésopotamie. Il a été mobilisé dès la plus haute Antiquité, donnant lieu aux premières constructions politiques connues avec l’Égypte, permettant à l’historien américain Samuel Noah Kramer d’écrire L’Histoire commence à Sumer [1957].

8Quantifier cette ressource en eau reste difficile, à la fois à cause des variations interannuelles des précipitations et de la fiabilité incertaine des données publiées par les différents pays concernés. Les chiffres les plus récents donnent un écoulement annuel total de 30 milliards de m3 pour l’Euphrate et de 52 milliards de m3 pour le Tigre [Lions & Fougeirol 2013].

1.2. Une grande variété de populations, à la charnière du monde arabe et du monde turco-iranien

9Le contraste naturel entre montagnes arrosées et basses terres désertiques se double de la division de ce bassin hydrographique et du Moyen-Orient dans son ensemble entre monde arabe au sud et monde turco-iranien au nord. Les populations sont réparties entre trois grandes familles linguistiques, qu’on trouvait encore identifiées en termes de « races » dans un atlas des années 1950 [Fallex & Gibert 1953] : les « Sémites » au sud, à savoir les locuteurs de langues sémitiques, l’arabe, l’hébreu et le syriaque ; les « Indo-Européens » au nord-est parlant des langues indo-européennes, l’arménien et diverses langues iraniennes dont le persan et le kurde ; et au nord-ouest des « Mongoloïdes » (sic) de race « jaune » parlant des langues turques appartenant à la famille ouralo-altaïque : le turc de Turquie, le turc azeri, le turkmène. La carte des groupes ethno-linguistiques que nous proposons ici (fig. 2), simplifiée à partir des cartes élaborées par M. Izady, doit être maniée avec précaution, car elle masque les franges de peuplement mixte et les isolats minoritaires comme les phénomènes de dispersion résultant des migrations récentes. De plus, sa complexité est encore différenciée par l’interférence du critère religieux.

10Un « profil ethnique » très sommaire du bassin hydrographique ferait apparaître une sorte d’étagement de l’amont vers l’aval : à l’amont, et aussi vers l’ouest, les Turcs, tandis que les Azeris et les Persans entourent le bassin au nord et à l’est ; un niveau médian de peuplement kurde et l’aire de peuplement arabe en aval. Cette carte a été simplifiée par l’élimination de la quasi-totalité de la population arménienne de l’Anatolie orientale par le génocide de 1915, mais comporte encore d’autres minorités, religieuses non musulmanes comme les Assyro-chaldéens chrétiens et les Yezidis païens ou ethniques comme les Turkmènes, trois groupes présents dans la zone de contact entre Kurdes et Arabes, et à nouveau menacés de génocide par l’État Islamique d’Irak et du Levant.

Figure 2 – Extrait de la carte linguistique du Moyen-Orient

Figure 2 – Extrait de la carte linguistique du Moyen-Orient

11Les trois groupes linguistiques principaux sont eux-mêmes divisés sur le plan religieux : les Turcs comme les Kurdes entre sunnites majoritaires et alévis, les Arabes entre sunnites (Syrie intérieure et centre-nord de l’Irak), chiites (Irak méridional), alaouites et ismaéliens (chaine côtière du Djebel Ansarieh). Les Kurdes se partagent entre deux dialectes principaux, le kurmandji au nord-ouest et le sorani au sud-est, tandis que le zaza parlé dans les provinces de Tunceli et Erzincan est tantôt considéré comme un dialecte kurde et tantôt comme une langue autonome. Or les frontières actuelles scindent les aires ethniques en sous-ensembles dépendant de différents États.

1.3. Un découpage politique récent issu d’une longue histoire

12Après avoir été, avec la branche occidentale du Croissant fertile, le siège des débuts de la révolution néolithique [Bazin & de Tapia 2012, pp. 13-15 et carte 1.2], le bassin des deux fleuves a vu l’éclosion, avec la basse vallée du Nil et une partie du monde chinois, des plus anciennes constructions politiques connues, sous les deux formes des cités-États agrégeant un hinterland rural autour d’une ville et des États territoriaux étendus, qui se retrouveront tout au long de l’histoire. Les premières sont apparues à l’aval avec les cités sumériennes, la suprématie est ensuite remontée vers l’amont avec les empires babylonien puis assyrien.

13L’histoire mouvementée de la région a vu alterner des périodes d’émiettement et des phases d’unification au sein d’empires centrés le plus souvent plus au nord, avec les Mèdes, les Perses puis leur vainqueur Alexandre le Grand, et beaucoup plus tard l’empire ottoman, tandis que le seul empire centré sur le bassin a été le califat abbasside de Bagdad.

14Le découpage politique actuel est très récent, il remonte à moins d’un siècle, à la réorganisation du Moyen-Orient après la défaite des « empires centraux » et de leur allié ottoman à l’issue de la Première guerre mondiale, en deux étapes [Bazin & de Tapia 2012, pp. 44-46 et carte 1.7]. Le traité de Sèvres (10 août 1920) dépossédait l’empire ottoman de ses provinces arabes, partagées entre Britanniques et Français sous la forme de territoires confiés par la Société des Nations au mandat de ces deux puissances, Syrie et Liban pour la France, Irak, Palestine et Transjordanie pour la Grande-Bretagne. Les tractations avaient laissé de côté la question de l’eau, car un nouvel enjeu venait d’apparaître avec la découverte de gisements pétroliers dans la province de Mossoul disputée entre les deux pays, et également revendiquée par la Turquie. Finalement, elle échut à l’Irak sous mandat britannique, mais la France reçut en lot de consolation une participation dans l’Iraq Petroleum Company créée pour exploiter ces ressources, point de départ de la Compagnie Française des Pétroles et de l’actuel groupe Total. Le traité prévoyait également une république d’Arménie au nord-est, mais dont toute la partie anatolienne avait été vidée de son contenu par le génocide de 1915, et un Kurdistan autonome très réduit entre celle-ci et les territoires arabes sous mandat.

15La victoire de l’armée turque lors de la guerre gréco-turque a abouti à la révision du traité de Sèvres, auquel a été substitué le traité de Lausanne (24 juillet 1923). Ce dernier n’a pas modifié le tracé de la frontière entre la jeune république turque et ses voisins, la Syrie et l’Irak, mais a réintégré à son territoire la partie naguère ottomane de l’Arménie et l’ébauche de Kurdistan autonome. La seule retouche aux frontières de la Turquie est intervenue en 1939 avec le rattachement du sandjak d’Alexandrette, à population mixte turque et arabe, rebaptisé Hatay, sans incidence sur le bassin mésopotamien car nous sommes ici dans le bassin de l’Oronte. Ce découpage politique partage le bassin hydrographique des deux fleuves entre quatre États :

16La Turquie contrôle pratiquement tout l’amont du bassin des deux fleuves, à part la haute vallée de la Diyala située en territoire iranien, ainsi que plusieurs cours d’eau du Zâgros central qui ne comptent pas vraiment dans le bilan hydraulique du bassin, car les eaux de la Kârkheh se perdent sur le piedmont avant d’atteindre le Tigre, et le Kâroun grossi de la Dez rejoint le Chatt el-Arab à faible distance de son embouchure.

17La Syrie du nord et de l’est est traversée par l’Euphrate sur une longueur de 675 km, mais celui-ci n’y reçoit que deux affluents importants, tous deux en rive gauche, le Balikh et le Khâbur. Le Tigre marque par un tronçon de 44 km la frontière nord-est du pays, à l’extrémité du « bec de canard » qui s’enfonce en coin entre la Turquie et l’Irak.

18L’Irak est traversé de part en part par les deux fleuves sur environ 1200 km chacun avant leur jonction dans le Chatt el-Arab (180 km). Si l’Euphrate se contente d’acheminer vers l’aval les eaux de l’amont, sans aucun affluent pérenne, le Tigre reçoit en rive gauche des affluents importants qui lui donnent un débit nettement supérieur.

19Les quatre États se partagent aussi l’aire de peuplement kurde, qui occupe le cœur du bassin versant des deux fleuves et en déborde assez loin vers le nord-est du côté iranien. Chacune des fractions de ce « peuple sans État », un des plus importants de la planète [Mutin 1995, pp. 23-24], se trouve en position de périphérie dans le territoire dont elle dépend, et les gouvernements des quatre pays jouent volontiers la carte des Kurdes de l’un ou l’autre de leurs voisins tout en réprimant les Kurdes de leur propre territoire. C’est donc bien l’interférence entre la question kurde et la répartition des ressources en eau qui donne ici toute sa complexité à la géopolitique de l’eau.

20Or chaque pays a mené sa propre politique de l’eau sur sa fraction du bassin hydrographique, y compris l’Iran qui a lancé dès les années 1950 le Dez Irrigation Project inspiré du modèle de la Tennessee Valley Authority et mis en œuvre par un bureau d’études dirigé par David Lilienthal, l’ancien président de la TVA [Ehlers 1975], puis a détourné par un tunnel les eaux du Kârun supérieur pour alimenter le barrage Châh Abbâs-e Kabir sur le Zâyandeh Roud.

2. Le GAP, un vaste projet de développement intégré turco-turc

21C’est donc dans le cadre du territoire turc qu’ont été conçus et mis en œuvre les aménagements dans le bassin supérieur de l’Euphrate et du Tigre.

2.1. Le constat de départ : une ressource exceptionnelle face à de gros besoins

22Le bassin de l’Euphrate et du Tigre est de très loin le premier bassin hydrographique de Turquie, avec une superficie de 184 918 km2 (23,6 % du territoire national) et un écoulement annuel moyen de 52,94 km3 (28,5 % du pays). Sa configuration montagneuse, avec de nombreuses gorges étroites transversales aux reliefs, multiplie les sites favorables à l’établissement de barrages-réservoirs. Or la mobilisation du potentiel hydroélectrique de la Turquie est une ardente obligation, car elle dispose de faibles réserves en hydrocarbures, et son autre ressource énergétique autochtone significative, le lignite, est doublement polluante, par ses modalités d’extraction et par le dégagement de CO2 qu’entraîne sa combustion dans les centrales thermiques.

Figure 3 – Les bassins hydrographiques de Turquie

Figure 3 – Les bassins hydrographiques de Turquie

23Or ce bassin hydrographique recoupe en même temps la région la moins développée du pays, à l’extrémité du « gradient Ouest-Est » de développement défini par Wolf-Dieter Hütteroth [Hütteroth & Höhfeld 2002, pp. 189-192], à l’opposé de la métropole stambouliote. De nombreux indicateurs font ressortir ce contraste (fig. 4) : le produit intérieur brut, en valeur absolue ou par habitant, le taux d’alphabétisme ou la fécondité. Les cartes de ces deux dernières données sont presque le négatif l’une de l’autre, et individualisent un groupe de départements occupant l’angle sud-est du pays. Or il s’agit des départements où la majorité de la population est kurde : le déficit de développement coïncide avec la situation de minorité ethnique pour caractériser une périphérie délaissée. Vers 1975, le retard de la région était également très net sur le plan productif, avec une agriculture pauvre associant céréaliculture pluviale à jachère biennale et élevage extensif, une quasi-absence d’industries à l’exception du pôle de Gaziantep, et des infrastructures de transport médiocres.

Figure 4 – Quelques indicateurs du gradient Ouest-Est

Figure 4 – Quelques indicateurs du gradient Ouest-Est

24Ce retard du Sud-Est étant perçu comme un handicap pour le pays tout entier, les dirigeants turcs ont lancé l’idée d’un vaste programme de développement appuyé sur les ressources hydrauliques. Tout en respectant dans les discours officiels le tabou interdisant toute allusion à l’identité kurde, les responsables avaient en même temps en tête le souci de désamorcer les revendications identitaires voire autonomistes des habitants de la région.

2.2. Un vaste projet de développement intégré

25Le point de départ a été l’achèvement en 1975 du barrage de Keban, juste à l’aval de la jonction des deux branches supérieures de l’Euphrate, alimentant la centrale hydroélectrique alors la plus puissante du pays (puissance installée de 1 330 MW et productibilité de 5,7 Md kWh). A partir de là a été lancé officiellement en 1977 le Projet de l’Anatolie du Sud-Est (GAP) reposant sur la construction de 22 barrages sur l’Euphrate en aval de Keban, le Tigre et leurs affluents.

26Une des meilleures descriptions du projet tel qu’il était au départ reste l’article très précis de Helmuth Toepfer [1989], assorti d’une carte couleur détaillée. Il souligne la vision intégrée du projet, qui couvrait alors les six départements d’Adıyaman, Gaziantep, Urfa, Diyarbakır, Mardin et Siirt : il s’agissait à la fois de :

  • stocker l’eau dans des barrages-réservoirs pour développer l’irrigation sur de vastes périmètres (1 800 000 ha en tout) au profit de cultures spécialisées comme le coton ;

  • produire de l’électricité dans 19 centrales hydroélectriques ;

  • utiliser cette énergie non seulement pour l’électrification des villes et des villages, mais aussi pour appuyer la création d’industries ;

  • y compris pour exploiter et valoriser les ressources du sous-sol autres que le pétrole, déjà extrait en petites quantités et raffiné à Batman ;

  • moderniser et densifier le réseau d’infrastructures pour mieux relier le Sud-Est au reste du pays ;

  • asseoir le développement régional sur un réseau urbain hiérarchisé appuyé sur trois villes principales, Gaziantep, Urfa rebaptisée Sanlıurfa (« Urfa la Glorieuse ») et Diyarbakır ;

  • et ainsi freiner l’émigration vers l’ouest du pays et l’étranger ;

  • enfin, et même si ce n’est jamais souligné, arrimer solidement la région au territoire national turc en l’intégrant à la nation « une et indivisible ».

27Tout ceci représentait des investissements considérables, totalisant quelque 32 milliards de $ US. Les tentatives pour obtenir une aide internationale à l’appui de ce programme ayant eu peu de succès, l’État turc a décidé de le mener à bien par lui-même, en y consacrant chaque année entre 5 % et 14 % du montant total des investissements publics. Les divers travaux ont été engagés par des administrations publiques, principalement DSI (Devlet Su Isleri, Travaux hydrauliques d’État) responsable de la construction des barrages, des centrales et de la mise en place des réseaux d’irrigation, et le ministère des Transports pour le développement des infrastructures. Le ministère de la Culture et du Tourisme est également intervenu pour organiser un gigantesque programme de fouilles archéologiques de sauvetage car le projet prévoyait la submersion totale ou partielle de dizaines de sites représentatifs de toutes les époques [Bischoff & Pérouse 2003, pp. 19-27], de la préhistoire (Nevalı Çorli, Göbekli Tepe, Çayönü) à l’Antiquité classique (Apamée et Zeugma), au Moyen-Âge byzantin et musulman (Hasankeyf) et jusqu’à l’époque ottomane (Halfeti).

Figure 5 - Découpages administratifs et projets régionaux de développement

Figure 5 - Découpages administratifs et projets régionaux de développement

28Le tout a été coiffé en 1989 par une structure de gouvernance spécifique, la présidence de l’administration pour le développement de la région du GAP (T.C. Basbakanlık GAP Bölgesi Kalkınma Idaresi Baskanlıgı), directement rattachée aux services du Premier ministre, si bien que désormais quand on dit « le GAP », il faut préciser s’il s’agit du projet ou de la structure administrative qui le coordonne. Le périmètre d’action de cet organisme, calqué sur la « région naturelle » d’Anatolie du Sud-Est, couvre exactement les neuf départements (suite à des redécoupages effectués entre 1973 et 2000) de Gaziantep, Kilis, Adıyaman, Sanlıurfa, Diyarbakır, Mardin, Batman, Siirt et Sırnak. Ce même découpage a été conservé lors de l’adoption, à partir de 2003 et à l’instigation de l’Union européenne, des découpages en régions NUTS 1 et NUTS2 (fig. 5) : l’aire du GAP coïncide avec l’unité NUTS 1 Güneydogu Anadolu, Anatolie du Sud-Est, et réunit trois unités NUTS 2, Ipekyolu (« Route de la Soie ») centrée sur Gaziantep, Karacadag (nom du massif volcanique à cheval sur les départements de Sanlıurfa et Diyarbakır) et Dicle (Tigre) centrée sur Mardin. C’est à ce niveau qu’ont été créées des Agences de développement étudiées par Benoît Montabone [2013], ce qui pose le problème de leur articulation avec le GAP. D’une manière générale, elles restent « sous l’ombre omniprésente du GAP », pour reprendre l’expression de B. Montabone.

2.3. Au-delà du GAP, des plans pour toute l’Anatolie orientale

29Les observateurs étrangers n’ont d’yeux et de commentaires que pour le vaste projet intégré du Sud-Est anatolien. Mais l’Anatolie orientale a vu la mise en œuvre plus tardive de deux autres plans régionaux d’aménagement (fig. 5) le Dogu Karadeniz Planı (Plan de la Mer Noire orientale) ou DOKAP et le Dogu Anadolu Projesi (Plan de l’Anatolie orientale) ou DAP. Si le premier ne nous intéresse pas ici, le second s‘étend principalement sur les parties amont des bassins-versants du Tigre et de l’Euphrate, tout en incluant aussi la vallée supérieure de l’Araxe tributaire de la mer Caspienne et le bassin endoréique du lac de Van.

30Le DAP consiste en un plan intégré portant sur 16 départements, aussi détaillé et ambitieux que le GAP dans ses objectifs touchant la totalité des aspects du développement économique et social [Isbir 2002]. Peu peuplée, cette région de 6 millions d’habitants couvre 20 % du territoire. Au total, 150 chantiers hydrauliques de toutes dimensions étaient planifiés, devant permettre l’irrigation de 1 227 000 ha [Tapia 2004]. Le rapport d’activité de DSI pour 2013 fait état de l’achèvement d’une dizaine de barrages depuis 2001 et d’un de taux de réalisation de 36 % des périmètres irrigués.

31Les caractéristiques géopolitiques et de politique interne, là aussi jamais évoquées clairement mais sous-jacentes, sont très comparables à celles de la région du GAP, car les populations kurdophones et alévies sont là aussi présentes dans toute la région considérée, qui a été un champ de bataille entre le PKK et les forces de sécurité. Nous sommes ici dans les régions étudiées par Ismail Besikçi [1969], auteur plusieurs fois emprisonné pour avoir mis en avant l’identité kurde dans ses écrits. Ainsi la contestation est-elle aujourd’hui particulièrement active dans les vallées du Dersim, où des barrages sont en construction sur tous les affluents de l’Euphrate supérieur.

2.4. Une contrée en guerre larvée

32En effet, l’ensemble de l’Anatolie orientale ainsi que les régions de peuplement kurde et arabe adjacentes ont été secoués depuis plus d’un siècle par des soubresauts politiques et des révoltes réprimées avec la plus grande sévérité par l’Empire ottoman déclinant, depuis les premières révoltes arméniennes et les premiers massacres collectifs de 1894-1896 jusqu’au paroxysme de l’année 1915 qui a vu les populations arméniennes, assyro-chaldéennes et yézidies très durement touchées par les massacres et les migrations forcées, puis par les États nés de sa dislocation. La République kémaliste s’est construite suivant un modèle unitaire déniant toute identité spécifique aux Kurdes, volontiers étiquetés « Turcs montagnards », non sans susciter un certain nombre de révoltes, celle du Dersim au cours des années 1930 ayant conduit à la déportation de villages entiers vers l’ouest du pays [Rollan 2013, p. 181-280].

33Or c’est lorsque l’on a commencé à concevoir un vaste projet de développement touchant le cœur de l’aire de peuplement kurde du côté turc que le mouvement de revendication des Kurdes de Turquie s’est radicalisé, avec la création en 1977-78 du Parti des Travailleurs du Kurdistan (Partiya Karkeren Kurdistan, d’où le sigle PKK) dirigé par Abdullah Öcalan. Et c’est en 1984, au moment où le chantier du barrage de Karakaya était déjà bien engagé, et où Turgut Özal, alors Premier ministre avant de devenir Président de la République, et lui-même originaire du département de Malatya à population mixte turque et kurde, commençait à reconnaître le fait kurde en Turquie, que le PKK a engagé la lutte armée. La population kurde du Sud-Est s’est donc trouvée prise entre la guérilla et la répression très vigoureuse de l’armée turque, menée avec le soutien des « protecteurs de village » ou de milices supplétives souvent tribales.

34Le conflit a entraîné l’exode des Chrétiens autochtones [Bozarslan 1997], mais aussi l’interdiction de la transhumance vers les pâturages de montagne, des déplacements de populations kurdes et la destruction de nombreux villages. De source très officielle citée par une commission parlementaire, 905 villages et 2523 hameaux saisonniers ont été évacués, soit environ 450 000 personnes.

35Cette situation de guerre, tantôt larvée tantôt marquée par des affrontements très durs, a forcément entravé la mise en œuvre des multiples chantiers du GAP. L’expulsion d’Öcalan de la Syrie en 1998 – qui nous amène à anticiper sur la dimension internationale du conflit – puis sa capture dans l’ambassade de Grèce au Kenya en février 1999 ont inauguré une nouvelle période : Öcalan, condamné à mort le 29 juin 1999, a vu sa condamnation commuée en prison à vie en 2002 lorsque la Turquie a aboli la peine de mort en réponse aux exigences de l’Union européenne. Depuis lors, il dirige depuis sa prison le mouvement, qui connaît des phases d’apaisement et de recrudescence alternées.

36Parallèlement, une résistance politique légale s’est développée, soit au sein de partis existants, soit surtout par la création de partis incarnant la revendication identitaire et autonomiste kurde, successivement interdits mais toujours renaissants. Une demi-douzaine se sont succédé jusqu’à l’actuel BDP (Barıs ve Demokrasi Partisi, Parti de la Paix et de la Démocratie), créé en mai 2008. 

2.5. Essai de bilan et perspectives

Figure 6 - Le GAP : état de réalisation en 2013

Figure 6 - Le GAP : état de réalisation en 2013

37En 2014, le bilan de l’opération, sans doute critiquable et d’ailleurs très critiqué par certains média ou chercheurs turcs, est loin d’être négligeable. Malgré les retards imputables à une programmation parfois trop « légère », à l’inévitable augmentation des coûts sur une longue durée de réalisation, et à l’insécurité due au conflit avec le PKK, le programme progresse (fig. 6). En 2013, DSI [2013] fait état des taux de réalisation suivants : 39 % du programme d’irrigation sont en service (411 508 ha), pour 14 % en construction (150 422 ha), 47 % en projet (496 579 ha). Le programme hydroélectrique est plus avancé puisque les taux respectifs sont de 66 % (22 693 GWh/an), 18 % (6 354 GWh/an), 16 % (5 574 GWh/an).

Figure 7 – Les centrales hydroélectriques en Turquie

Figure 7 – Les centrales hydroélectriques en Turquie

38Sont en service les barrages de Karakaya, Atatürk, Birecik, Karkamıs, Çamgazi, Hancagız, Kayacık, Çagçag dans le bassin de l’Euphrate, et de Kralkızı, Dicle, Batman, Garzan, Devegeçidi dans celui du Tigre. Les barrages peuvent être uniquement destinés à la production d’électricité, à l’irrigation, ou être mixtes. Le barrage Atatürk n’irrigue pas directement les terres situées à l’aval de la retenue, le tunnel d’Urfa dérive son eau vers les plaines d’Urfa, Harran, Mardin et Ceylanpınar (à terme plus de 400 000 ha pour ce seul projet).

39Sont en chantier les barrages de Çetintepe (Euphrate), Silvan, et surtout Ilısu (Tigre), qui sera le quatrième ouvrage de Turquie en termes de production énergétique et le second par le volume de la retenue. Très contesté à l’intérieur (autonomistes kurdes) comme à l’international (groupes écologistes), il associe un gigantesque barrage-masse et un tunnel dérivant le fleuve par conduite forcée vers la centrale.

40Les périmètres irrigués ont profondément transformé les systèmes de culture : le Sud-Est est devenu, aux dépens des régions de la Méditerranée et de l’Égée, le centre de gravité de la culture du coton, sur 27 894 ha en 2013 (61 % de la superficie cultivée en coton et 58 % de la production de fibre et de graine). A côté de spécialités traditionnelles comme le blé dur et les lentilles rouges, l’irrigation a permis de développer la production de maïs-grain, de tomates et d’ail.

41L’aire du GAP est devenue le premier fournisseur d’électricité hydraulique du pays, avec 22,4 milliards de kWh sur 70,7 en tout, soit 31 % du total national (plus 5,5 Md kWh pour Keban). Il resterait à établir dans quelle proportion cette énergie est consommée dans la région.

Figure 8 - Autoroutes réalisées et en projet en Turquie

Figure 8 - Autoroutes réalisées et en projet en Turquie

42Les infrastructures ont également fait l’objet d’une attention marquée, avec la priorité donnée à l’axe autoroutier reliant Mersin, sur la côte méditerranéenne, et Nigde, en Anatolie centrale, à Adana et de là à Gaziantep et Sanlıurfa, réalisé dès 2009 (fig. 8). Deux tronçons supplémentaires sont de plus programmés de Sanlıurfa vers Diyarbakır (160 km) et vers Mardin et Habur (368 km).

43Les trois centres urbains sur lesquels le GAP prévoyait dès le départ d’appuyer le développement régional, Gaziantep, Sanlıurfa et Diyarbakır, ont effectivement connu un essor considérable. Gaziantep, en particulier, s’est affirmée comme la porte d’entrée et la métropole du Sud-Est, avec un vigoureux développement industriel impulsé par un entrepreneuriat local très dynamique qui en fait un des « Tigres d’Anatolie » avec Konya et Kayseri, la valorisation de ses traditions culinaires dont ses baklava à la pistache diffusés par la firme Güllüoglu et l’ouverture de centres commerciaux ultra-modernes. Le pouvoir central préfère Gaziantep la turque à ses voisines kurdes Sanlıurfa et Diyarbakır, surtout cette dernière, considérée avec méfiance comme la place forte des partis autonomistes.

44On notera pour finir la persistance de la vision turco-turque du GAP, illustrée par l’absence de toute référence à la Syrie et à l’Irak, comme aux Kurdes d’ailleurs, dans de nombreux articles, même récents. Et si l’on élargit les perspectives, c’est vers le nord avec le DAP, toujours dans une vision nationale. Il est pourtant impossible d’analyser correctement le GAP en faisant l’impasse sur sa dimension internationale, à la fois par ses impacts hydrauliques et du fait du contexte géopolitique général.

3. La dimension internationale : le GAP et les voisins de la Turquie

45L’aire du GAP est au contact de la Syrie et de l’Irak, le long du plus long tronçon de frontière terrestre de la Turquie : 1 255 km de la Méditerranée au point triple Turquie-Iran-Irak, soit 45,7 % des 2 875 km de frontières terrestres de la Turquie. La portion de cette frontière au contact direct du territoire du GAP représente environ 650 km du côté de la Syrie et 230 km du côté de l’Irak, soit 880 km en tout. La frontière turco-syrienne traverse d’ouest en est le nord du plateau syrien, et est jalonnée sur la plus grande partie de sa longueur du côté turc par la voie ferrée reliant Istanbul à Bagdad, tandis que la frontière turco-irakienne, montagneuse et très escarpée, coupe le bassin amont de deux affluents du Tigre.

46Or ces frontières ont pour autre caractéristique de scinder l’aire de peuplement des Kurdes, qui ont souffert de la répression de tous les États et pas seulement de la Turquie : liquidation de la république kurde de Mâhâbâd (1945) dans l’Iran de Mohammad Rezâ Châh puis élimination des leaders du Parti Démocratique du Kurdistan Iranien par la République islamique entre 1989 et 1992 ; au Kurdistan irakien bombardement chimique de Halabja (1988) et vagues d’exode massif jusqu’à la chute de Saddam Hussein ; Kurdes de Syrie marginalisés et souvent privés de passeport par le régime.

3.1. La position à l’amont, un avantage contesté

47Si nous tentons de transposer au plan international le principe de la huerta, les pays de l’amont se trouvent avantagés, la Turquie vis-à-vis de la Syrie et de l’Irak et, en ce qui concerne l’Euphrate, la Syrie à son tour par rapport à l’Irak. Mais le droit international vient tempérer cet avantage. D’un point de vue juridique, la gestion de l’eau dans le bassin du Tigre et de l’Euphrate, comme dans l’ensemble du Moyen-Orient, est caractérisée par la dualité entre un droit coutumier consacrant la position des pays situés à l’amont et un droit conventionnel ébauché pendant la période coloniale [Kharouf-Gandig 2013]. La convention de New York établie en 1997 par les Nations Unies régit ainsi le droit relatif à l’utilisation des cours d’eau internationaux à d’autres fins que la navigation suivant le principe de la souveraineté limitée : tout État dispose du droit souverain de disposer des eaux disponibles sur son territoire, mais limité par le devoir de ne pas porter préjudice aux autres États.

48La Turquie, qui a refusé de signer la convention de New York, met en avant le premier terme, celui de la souveraineté nationale, encore proclamé avec force en 1992 par Süleyman Demirel, alors Premier ministre turc [Chesnot 1993, p. 32]. Elle l’assortit toutefois d’une volonté affichée d’utilisation équitable, tandis que la Syrie et l’Irak insistent sur le principe général d’interdiction de causer des dommages à autrui. Ce risque d’impact négatif sur l’aval du bassin est maximal lorsque les puissances situées à l’amont procèdent au remplissage d’un lac artificiel derrière un barrage-réservoir. Or c’est ce qui s’est passé au milieu des années 1970 avec le remplissage simultané des barrages-réservoirs de Keban en Turquie et de Tabqa en Syrie, puis avec le lancement du GAP en Turquie. Ces moments de pression maximale depuis l’amont sont aussi ceux qui mobilisent le plus vigoureusement la résistance des États situés en aval.

49Marwa Daoudy [2006] a ainsi montré comment la Syrie, confrontée à une situation d’asymétrie défavorable, a pu négocier en s’appuyant sur une stratégie d’emboîtement jouant successivement sur plusieurs atouts. Le plus important a été incontestablement le soutien de la Syrie au PKK de façon à monnayer tout accord sécuritaire contre une garantie minimale d’écoulement des eaux de l’Euphrate. Cela a abouti au protocole d’accord syro-turc de 1987 par lequel la Turquie s’engageait à laisser pendant toute la période de remplissage du réservoir du barrage Atatürk, et jusqu’à un accord final tripartite entre les pays riverains de l’Euphrate, un débit de 500 m3 par seconde à la frontière turco-syrienne, et en cas d’impossibilité d’assurer ce débit à compenser ce déficit par une quantité d’eau supplémentaire au cours du mois suivant [Kharouf-Gandig 2013]. La contrepartie syrienne est venue au bout d’une dizaine d’années avec le traité de coopération sécuritaire d’Adana en 1998 : la Syrie a arrêté son soutien au PKK, et expulsé peu après Öcalan qui fut arrêté au Kenya l’année suivante. La Syrie a ensuite joué sur d’autres arguments : un soutien à la campagne internationale contre le barrage d’Ilısu, une action pour freiner les financements extérieurs du GAP voire des interférences avec le processus de paix au Proche-Orient. Le dialogue sur les questions hydrauliques a ainsi été repris et a mené à un nouvel accord syro-turc sur l’eau en 2002 [Daoudy 2006].

50De son côté l’Irak s’est d’abord assuré, par un protocole syro-irakien de 1989 [Kharouf-Gandig 2013] de partager équitablement l’eau de l’Euphrate arrivant de Turquie à raison de 42 % pour la Syrie et 58 % pour l’Irak. Il se sentait peut-être moins menacé par l’aménagement plus lent du bassin amont du Tigre. Par ailleurs la Turquie a continué à exercer un « droit de suite », prévu par l’accord sur Mossoul (1926), des groupes armés du PKK du côté de l’Irak, sur une frange d’une dizaine de kilomètres de profondeur, droit jamais remis en cause, même par Saddam Hussein. Le PDK des Barzani a souvent collaboré avec l’armée turque pour contrer les infiltrations du PKK.

3.2. « Zéro problème avec les voisins » ?

51Globalement, la situation aux frontières de la Turquie a paru susceptible de s’améliorer avec l’arrivée au pouvoir en 2002 du Parti de la Justice et du Développement (Adalet ve Kalkınma Partisi, AKP) de Recep Tayyip Erdogan. Les nouveaux dirigeants de la Turquie ont d’abord affiché une préoccupation d’ouverture tous azimuts, en cherchant à la fois à amadouer l’Union Européenne, à invoquer la solidarité « turcique » avec les républiques d’Asie centrale et à apaiser les multiples sources de conflit avec les pays limitrophes ou proches de la Turquie. Ce dernier point, illustré par le slogan « zéro problème avec les voisins », a été exprimé par l’universitaire Ahmet Davutoglu – devenu par la suite ministre des affaires étrangères puis en été 2014 Premier ministre d’Erdogan élu président de la République –, dans un ouvrage maintes fois réédité sur « la profondeur stratégique » [2001]. Il y avait en fait fort à faire, car la Turquie s’est trouvée tour à tour en conflit avec la quasi-totalité de ses voisins au cours des trois dernières décennies.

52Du côté de la Syrie, l’apaisement avait déjà commencé avec l’accord de sécurité de 1998 et l’expulsion d’Öcalan, et avait été marqué par la présence du président de la République turque, Ahmet Necdet Sezer, aux funérailles d’Hafez el-Assad le 13 juin 2000. L’ouverture s’est accentuée avec l’arrivée au pouvoir de Bachar el-Assad à Damas puis de l’AKP à Ankara : les deux pays ont développé leurs relations politiques et économiques, jusqu’à une coopération économique institutionnalisée et la construction d’un « espace Samgen » (de Sam, la Syrie) de libre circulation dans les années 2008-2011. Sur le plan hydraulique, la Syrie, confrontée à une grave sécheresse à l’été 2005, a obtenu de la Turquie l’octroi d’un débit supplémentaire de 200 m3/s. portant à 700 m3/s. l’écoulement de l’Euphrate à la frontière turco-syrienne.

53Les ministres responsables de l’eau dans les trois pays se sont rencontrés à Antalya le 21 mars 2007 et ont constitué un comité technique tripartite. Il faut cependant constater que les relations turco-irakiennes sont restées très difficiles depuis la guerre de 2003. C’est paradoxalement avec le gouvernement régional autonome du Kurdistan irakien (GRK) que la Turquie a développé des relations intenses sur les plans économique et culturel, malgré la réticence d’Ankara à voir une entité autonome kurde s’affirmer à ses portes [Güngörmez 2013]. De nombreuses entreprises turques s’activent dans les secteurs du pétrole et du BTP, mais sur le plan hydraulique, le GRK se trouve dans une position comparable à celle de la Turquie, à une échelle plus modeste, en contrôlant par des barrages-réservoirs récents les trois principaux affluents de rive gauche du Tigre. Il pourrait ainsi devenir de ce point de vue un allié potentiel face aux divers pouvoirs qui se disputent la domination de la plaine mésopotamienne.

Fig. 9 – La frontière Turquie-Syrie-Irak disputée et émiettée

Fig. 9 – La frontière Turquie-Syrie-Irak disputée et émiettée

54Toutes ces relations se sont cependant trouvées complètement bouleversées avec la diffusion des « printemps arabes » en Syrie à partir du mois de mars 2011, qui n’a pas conduit à la chute des pouvoirs en place comme en Tunisie, en Égypte et en Libye, mais à une guerre civile acharnée et une dislocation de fait de la Syrie entre quatre pouvoirs : les zones demeurées fidèles à Bachar el-Assad, ou reconquises par son armée, les secteurs contrôlés par l’Armée syrienne libre, les territoires kurdes fractionnés en plusieurs secteurs le long de la frontière turque, et les djihadistes de l’État Islamique en Irak et au Levant (EIIL), qui ont établi leur contrôle sur la plus grande partie du bassin de l’Euphrate et en particulier sur la ville de Rakka, centre des développements agricoles liés au barrage el-Assad, puis qui ont soudain débordé sur le nord-ouest de l’Irak, sous l’autorité de leur « calife » autoproclamé Abou Bakr al-Bagdadi. Du coup, la frontière méridionale de l’aire du GAP se trouve émiettée entre quatre entités du côté syrien et trois autres du côté irakien, le GRK à l’est puis une aire de peuplement mixte Yezidis, chrétiens et Turkmènes menacés de génocide par les troupes de l’EIIL massées un peu en arrière.

3.3. Vers une nécessaire coopération ?

55Juristes [Kharouf-Gandig 2013] et ingénieurs [Lions & Fougeirol 2013] sont d’accord pour considérer qu’une coopération multilatérale harmonieuse est indispensable pour parvenir à une exploitation efficace et équitable des eaux de l’Euphrate et du Tigre et pour se préparer à faire face au changement climatique, dont les effets possibles sont d’ailleurs loin d’être univoques : la tendance semble être à une accentuation de la sécheresse, aggravée par une durée plus faible de la couverture neigeuse des montagnes, mais du coup, cela accroîtra l’intérêt de barrages-réservoirs volontiers décriés aujourd’hui.

56Il est difficile de prédire l’avenir d’une région devenue encore plus instable depuis la révolte syrienne contre le régime de Bachar el-Assad, l’arrivée en Syrie et en Irak des milices de l’État islamique en Irak et au Levant, et la remise en cause de l’héritage kémaliste par le gouvernement de plus en plus mégalomane et autoritaire de Recep Tayyip Erdogan. La potentielle « guerre de l’eau » est mise au second plan par la brutalité du conflit régional et les avancées de l’État islamique. Les grands barrages syriens (Tabqa) ou irakiens (Mossoul) sont l’enjeu de batailles meurtrières entre milices, plus ou moins soutenues par des acteurs étrangers. Les menaces d’empoisonnement des eaux de retenue sont fréquentes et les barrages disputés pendant des semaines (comme celui de Mossoul repris par les Peshmergas descendus d’Erbil et de Sulaymaniya). La Turquie et l’Iran font figure de môles de stabilité, mais jusqu’à un certain point seulement : les manifestations des sympathisants kurdes de Turquie pour leurs « frères » syriens de Kobanê se sont soldées par 33 morts, tués par la police turque. Les « ouvertures » pratiquées par le gouvernement AKP (envers les Arméniens, les Kurdes, les Alévis, les Chrétiens orientaux…) n’ont guère eu de lendemain, les incidents se multiplient avec le PKK dans les deux régions du GAP et du DAP.

57Les frontières sont aujourd’hui poreuses, dangereuses, sources de toutes les tensions, même si elles maintiennent de fragiles remparts contre les exactions des combattants. Plus d’un million de réfugiés syriens ont trouvé abri en Turquie, dans des camps aménagés ou en ville, parfois très loin de la frontière. L’armée turque veille mais dans des conditions ambiguës : les Kurdes ne passent pas, sauf après marchandage avec les autorités américaines (arrivée à Kobanê de combattants peshmerga armés, passés par la Turquie depuis l’Irak). Le territoire turc abrite des Chrétiens, des Yezidis, des Kurdes, mais sert aussi de transit et de base arrière aux combattants islamistes les plus radicaux. De l’autre côté de la frontière, les régions irriguées de la vallée de l’Euphrate en Syrie et en Irak sont en grande partie occupées par les milices de l’État islamique. A plus long terme, la question réellement posée est celle du possible statut international des deux fleuves, seule solution qui permettrait une gestion concertée des ressources hydriques entre États souverains se partageant ces bassins-versants.

Haut de page

Bibliographie

Andrews, P.-A. (1989) – Ethnic Groups in the Republic of Turkey, Wiesbaden, Ludwig Reichert (Beihefte zum TAVO, Reihe B, Nr 60), 663 p.

Bazin, M. & Tapia, S. de (2012) – La Turquie. Géographie d’une puissance émergente, Paris, Armand Colin, 335 p.

Beaumont, P., Blake, G.-H. et Wagstaff, J.-M. (1988) – The Middle East: a Geographical Study, Londres, David Fulton, 623 p.

Besikçi, I. (1969) – Dogu Anadolu’nun düzeni. Sosyo-evokonomik ve etnik temeller (L’ordre de l’Anatolie orientale. Fondements socio-économiques et ethniques), Erzurum, E Yayınları, 513 p.

Bianquis, A.-M. (1977) – « Le problème de l’eau à Damas et dans sa Ghouta », Revue de géographie de Lyon, vol. 52, n° 1, pp. 35-53.

Bischoff, D. & Perouse, J.-F. (2003) – « La question des barrages et du GAP dans le Sud-Est anatolien : patrimoines en danger ? », Dossiers de l’IFEA (Série patrimoines au présent), n° 3, 64 p.

Bozarslan, H. (1997) – La Question Kurde. État et minorités au Proche-Orient, Paris, Presses de Sciences Po, 384 p.

Chesnot, C. (1993) – La bataille de l’eau au Proche-Orient, Paris, L’Harmattan, 223 p.

Çiringel, Y. (2010) – Konusan Türkiye Atlası (Atlas parlant de la Turquie), Istanbul, Beyaz Adam, 9e édition, 96 p.

Daoudy, M. (2006) – « Une négociation en eaux troubles ou comment obtenir un accord en situation d’asymétrie », Négociation, vol. 2, n° 6, pp. 65-81.

Davutoglu, A. (2001) – Stratejik derinligi (La profondeur stratégique), Istanbul, Küre Yay., 584 p.

DSI (2013) – DSI faaliyet raporu 2013 (Rapport d’activité 2013), www.dsi.gov.tr

Ehlers, E. (1975) – Traditionnelle und moderne Formen der Landwirtschaft in Iran. Siedlung, Wirtschaft und Agrasozialstruktur im nördlichen Khuzistan seit dem Ende des 19. Jahrhunderts, Marburg, Marburger Geographische Schriften Nr 64.

Fallex, M. & Gibert, A. (1953) – Nouvel Atlas classique, Paris, Delagrave, 81 p. + 21 p. d’index.

Güngörmez, H. (2013) – Perspectives historiques et économiques de la Turquie face à la région du Kurdistan irakien, Thèse de Doctorat, Université de Strasbourg, 304 p.

Hérin, R. (1977) – « De la théorie de la huerta. Géographie comparée des huertas du Sureste espagnol, de Marrakech et de l’oasis d’Ispahan », Revue de géographie de Lyon, vol. 52, n° 2, pp. 177-196.

Hütteroth, W.-D. & Höhfeld, V. (2002) – Türkei, Darmstadt, Wisentschaftliche Buchgesellschaft, 380 p.

Isbir, E. (2002) – Dogu Anadolu Projesi [DAP] (le projet d’Anatolie orientale [DAP]), Ankara, Avrasya-Bir Vakfı / Avrasya Stratejik Arastırmalar Merkezi (Ankara Çalısmaları), 95 p.

Kharouf-Gandig, R. (2013) – « L’eau en droit au Moyen-Orient. Etude de cas des bassins du Jourdain, du Tigre et de l’Euphrate », EurOrient, n° 44, pp. 98-114.

Kramer, S.N. (1957) – L’Histoire commence à Sumer, Paris, Arthaud, 313 p.

Lions, E. & Fougeirol D. (2013) – « Avenir du Tigre et de l’Euphrate dans le contexte du changement climatique », EurOrient, n° 44, pp. 115-126.

Montabone, B. (2013) – L’Union européenne et la Turquie. Les enjeux d’un développement régional, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 235 p.

Mutin, G. (1995), « Rivalités et enjeux territoriaux » & « La menace de l’aridité », chap. 2 et 3 de G. Mutin & F. Durand-Dastès (dir.) (1995) - Afrique du Nord. Moyen-Orient. Monde indien, Paris / Montpellier, Belin / Reclus, pp. 20-33 et 34-48.

Rollan, F. (dir.) (2013) – Quand la violence déplace : mémoires et migrations forcées depuis et vers la Turquie, Bordeaux, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Tapia, S. de (2004) – « D’Alparslan à Atatürk. Un grand projet hydraulique pour une intégration nationale (Implications politiques internes et internationales d’une opération d’aménagement du territoire », in H. de Charrette (Ed.), Les enjeux méditerranéens. L’eau, entre guerre et paix, Paris, L’Harmattan (Les Cahiers de la Convention Démocrate, Hors Série), pp. 117-129.

Toepfer, H. (1989) – « Das Südostanatolien-Projekt. Grundlage und Ziele eines integrierten Entwickungsprojektes in der Türkei », Erdkunde, 43/4, pp. 293-299.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Le bassin du Tigre et de l’Euphrate : topographie et limites
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/596/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 2 – Extrait de la carte linguistique du Moyen-Orient
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/596/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 3 – Les bassins hydrographiques de Turquie
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/596/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 4 – Quelques indicateurs du gradient Ouest-Est
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/596/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 5 - Découpages administratifs et projets régionaux de développement
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/596/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 6 - Le GAP : état de réalisation en 2013
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/596/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 7 – Les centrales hydroélectriques en Turquie
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/596/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 8 - Autoroutes réalisées et en projet en Turquie
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/596/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 9 – La frontière Turquie-Syrie-Irak disputée et émiettée
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/596/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Bazin et Stéphane de Tapia, « Le Projet de l’Anatolie du Sud-Est (GAP) dans son contexte national turc et régional moyen-oriental », Bulletin de l’association de géographes français, 92-2 | 2015, 184-207.

Référence électronique

Marcel Bazin et Stéphane de Tapia, « Le Projet de l’Anatolie du Sud-Est (GAP) dans son contexte national turc et régional moyen-oriental », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 92-2 | 2015, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/596 ; DOI : 10.4000/bagf.596

Haut de page

Auteurs

Marcel Bazin

Professeur émérite à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2076 – Habiter – Courriel : marcel.bazin[at]numericable.fr

Articles du même auteur

Stéphane de Tapia

Département d’Études Turques de l’Université de Strasbourg – Courriel : stephane.detapia[at]misha.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals