Navigation – Plan du site

Introduction du second numéro

Introduction to second issue
Samuel Depraz
p. 141-144

Texte intégral

1« Nous y arriverons ! ». La chancelière allemande Angela Merkel a livré le 7 novembre 2015 une prestation télévisée inhabituelle d’une heure pour répondre aux questions sur l’accueil migratoire de l’Allemagne, réaffirmant avec conviction ses choix politiques en faveur du maintien de l’ouverture des frontières du pays. La phrase leitmotiv de la Chancelière, assénée telle un acte de foi, vient répondre à une opinion publique chancelante dans le contexte de l’afflux migratoire sans précédent qu’a connu l’Allemagne au cours de l’année 2015, avec un bilan officiel inédit de +1,14 millions de personnes, soit 2 millions d’entrées pour 860 000 départs [Statistisches Bundesamt, 2016]. Elle résume particulièrement bien la tension qui anime aujourd’hui la nation allemande.

2Le pays confirme, sur le plan économique, sa réussite. Il tire profit d’une structure polycentrique et réticulaire dans lesquelles le dynamisme de son industrie et la métropolisation marquent les paysages des principales agglomérations d’est en ouest. La transition énergétique, bien amorcée, témoigne d’une même volonté de dépasser l’héritage nucléaire et, potentiellement, du lignite, même si cette dernière source d’énergie pose encore de nombreuses questions à court terme. Le précédent numéro du BAGF [Depraz, Deshaies, 2016] avait ainsi abordé ces deux aspects de l’évolution en cours de l’Allemagne.

3Pourtant l’Allemagne doute encore de sa capacité à porter un leadership international en matière économique et migratoire. Les critiques qui se font jour émanent d’une classe sociale modeste éprouvée par les réformes sociales qui ont accompagné la relance économique du pays entre 2003 et 2005, sous le chancelier Schröder. Les chômeurs, tout particulièrement, et les familles monoparentales ne bénéficient pas du décollage économique en cours (voir l’analyse d’Hélène Roth dans le présent numéro). Des politiques d’intégration ostensiblement tournées vers les populations étrangères en situation de pauvreté, à l’image de la gestion participative du programme Soziale Stadt à Berlin étudié par Elise Roche dans le présent numéro, peuvent également entretenir un ressentiment pour les autres catégories de population récemment marginalisées, quand bien même l’efficacité de ces programmes demeure toute relative et a du mal à dépasser parfois les effets d’affichage.

4L’Est de l’Allemagne, encore statistiquement plus pauvre que l’Ouest malgré le rattrapage qui s’amorce enfin, reste également plus critique face à la tendance. Ainsi, le mouvement populiste PEGIDA est issu de la Saxe ; le parti eurosceptique Alternative für Deutschland (AfD) a atteint 24,3 % des votes au scrutin régional de Saxe-Anhalt ; c’est aussi à l’Est de l’Allemagne que les opinions sont les moins favorables à la Chancelière, pourtant elle-même d’origine est-allemande, pour dix points de moins environ par-rapport à l’Ouest [sondage institut Insa, septembre 2015].

5Ce doute latent invite donc à scruter plus en détail la durabilité de la relance allemande d’un point de vue social et territorial. Notre second numéro entend ainsi explorer plus particulièrement les clivages internes qui grèvent, en creux, le modèle allemand. S’il a déjà été vu quelques limites au processus de métropolisation dans les plus grandes agglomérations, créateurs de disparités accrues entre quartiers, on envisagera ici quelques aspects des réalités territoriales de l’Est allemand, les nouvelles formes et lieux de la pauvreté, ainsi que les questions qui se posent dans la recomposition des quartiers en déclin.

6Cet ensemble de recherches n’est pas pour autant l’occasion de céder à une critique sociale univoque des évolutions allemandes. Au contraire, plusieurs recherches mettent en avant, au-delà des problèmes de pauvreté ou de déprise, des signaux faibles montrant un certain potentiel d’innovation dans les programmes en cours. Ainsi, les Länder de l’Est peuvent redevenir attractifs, même de manière marginale, comme le démontre Christophe Quéva dans la lecture des mouvements de retours à l’Est. Les campagnes orientales de l’Allemagne peuvent être envisagées comme des laboratoires d’innovation en matière de développement local, pour Guillaume Lacquement, dans la mesure où ces espaces ruraux en déprise font simultanément l’expérience de montages de projets partenariaux et de la mobilisation de ressources complexes. De même, les villes rétrécissantes de l’Est peuvent même servir de banc d’essai aux politiques publiques allemandes en général, comme pour le programme Stadtumbau Ost de 2001, étendu à l’Ouest en 2004 après l’expérience de rénovation des grands ensembles de l’Est [carte 1], en permettant par exemple d’anticiper la question infrastructurelle qui se pose dès à présent à l’Est (voir l’article de Daniel Florentin à ce sujet).

Figure 1 – Municipalités engagées dans les programmes Stadtumbau Est et Ouest, année 2013

Figure 1 – Municipalités engagées dans les programmes Stadtumbau Est et Ouest, année 2013

7Si les effets de rattrapage entre Est et Ouest se confirment, et si des programmes sociaux et urbanistiques plus transversaux s’affirment dans la gestion des territoires, cela permettra à tout le moins de dissocier enfin la question sociale de la clef de lecture est-ouest pour en faire un enjeu global et multiscalaire dans l’évolution du modèle allemand en cours.

ERRATA relatifs au précédent numéro du BAGF (vol. 96, n° 1)

* Le prénom de M. Helge CONRAD a malencontreusement été incorrectement donné dans le précédent numéro, nous prions notre collègue de bien vouloir accepter nos excuses.
* Suite à une erreur d’adressage de fichiers avant impression, quelques retouches n’ont pu être faites sur l’article de Nicolas ESCACH : « Les stratégies interterritoriales des municipalités de l'Allemagne baltique : une transition par les réseaux de villes ? ». Nous tenons ici à restituer le texte fidèle à la dernière lecture de l’auteur, en le remerciant pour sa compréhension.
p. 77 : la note 1 doit comporter un point final.
p. 86, il faut lire R2 dans la phrase suivante : « Une première régression linéaire, réalisée à l'aide du logiciel de statistiques R, croisant l'évolution de la population entre 1990 et 2010 et le nombre de réseaux, s'est accompagnée d'une p-value très forte (0,832) et d'un R2 très proche de 0 (0,001), ce qui montre l'indépendance absolue des deux variables ».
p.86 : « Cette corrélation explique pourquoi elles constituent des partenaires attractifs pour les villes du Schleswig-Holstein et du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale ». 
p. 89 : dans la note 31, il est bien question de la « déclaration de Gdansk ».
p. 89 : la note 32 ne doit pas comporter d'italique. 
p. 90 : un problème de compatibilité des formats explique le rendu de la Figure 5. 
p.91 : il convient de lire « Le dynamisme de la région de l'Øresund contribue à une recherche d'ancrage (Andockung) menée par les espaces périphériques ».
p. 91 : « Elle pourrait s'imposer comme « guide pour l'Est » auprès de ses voisins scandinaves, en raison de son capital linguistique et des proximités culturelles qu'elle entretenait avec l'ancien hémisphère soviétique ».

Haut de page

Bibliographie

Depraz, S. & Deshaies, M. (coord.) (2016) – « L’Allemagne, vers une territorialité durable ? Nouvelles clefs de lecture des transformations territoriales allemandes (première partie) », Bulletin de l’Association de Géographes Français, vol. 93 n° 1, mars 2016.

Statistisches Bundesamt, 2016, Ausländische Bevölkerung, Fachserie 1 Reihe 2- édition 2015, Wiesbaden, 389 p. [en ligne] : https://www.destatis.de/DE/Publikationen/Thematisch/Bevoelkerung/MigrationIntegration/AuslaendBevoelkerung.html (consulté le 9 juin 2016)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Municipalités engagées dans les programmes Stadtumbau Est et Ouest, année 2013
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/847/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Depraz, « Introduction du second numéro », Bulletin de l’association de géographes français, 93-2 | 2016, 141-144.

Référence électronique

Samuel Depraz, « Introduction du second numéro », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 93-2 | 2016, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/847

Haut de page

Auteur

Samuel Depraz

Maître de conférences à l’Université de Lyon (Jean Moulin - Lyon 3) – Laboratoire Environnement, Ville, Société (UMR 5600) – Courriel : samuel.depraz[at]univ-lyon3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals