Navigation – Plan du site

Le littoral : enjeu global, action locale

The coast: global challenge, local action
Philippe Deboudt
p. 331-334

Notes de la rédaction

Cette séance sur le thème du littoral a été organisée par Philippe Deboudt (Université de Lille Sciences et Technologie) et Vincent Herbert (Université Littoral Côte d’Opale), membres du laboratoire Territoires, Villes, Environnement & Société (TVES, EA 4477), le 25 septembre 2015, dans les locaux de la Maison Européenne des Sciences de l’Homme et la Société (MESHS) de Lille.

Texte intégral

1Le littoral est un espace géographique complexe. A l’interface entre la mer et la terre, il rassemble des populations de plus en plus nombreuses, à l’intérieur d’espaces de haute valeur écologique intégrés dans des zonages de préservation de la nature. Le foncier disponible est restreint. Paradoxalement, le littoral fait l’objet d’une urbanisation croissante, malgré la volonté d’encadrement juridique notamment depuis la loi Littoral. Les usages de cet espace se sont diversifiés et sont désormais en situation de concurrences. Au cours des dernières années, les références classiques de l’aménagement ont été bouleversées dans les territoires littoraux sous l’effet d’une exposition croissante aux aléas naturels, d’une exacerbation des conflits d’usages et des pressions démographiques. Le contexte de mondialisation affecte fortement ces territoires, en lien avec le développement des mobilités. Des catastrophes ont révélé la pluralité des vulnérabilités concentrées dans ces territoires, mais aussi l’émergence d’inégalités environnementales. Il s’agit par exemple de la vulnérabilité globale des territoires côtiers exposés aux risques naturels et technologiques ou des inégalités liées aux capacités d’actions différenciées des populations dans les processus de transformation des territoires. De nouvelles orientations ont été expérimentées avec la mise en œuvre d’une gestion intégrée de la mer et du littoral, une stratégie nationale de gestion du trait de côte, une nouvelle gestion des façades maritimes. Ces diverses approches interpellent fortement les géographes car l’articulation des échelles, internationale, européenne, nationale et locale, constitue un socle commun dans les méthodologies mobilisées pour envisager les évolutions des territoires littoraux et l’élaboration des prospectives territoriales. Toutes ces démarches ont été élaborées en référence au développement durable, à l’adaptation au changement climatique ou à l’impératif participatif. Des défis restent posés aux acteurs du littoral : comment les territoires se sont-ils adaptés à la rapidité de ces évolutions ? Comment l’État ou les différents acteurs du littoral coordonnent-ils ou accompagnent-ils ces évolutions ? Dans ce contexte marqué par la complexité des procédures de l’aménagement et l’incertitude associée aux perspectives du changement climatique et des trajectoires socio-démographiques, comment les acteurs locaux parviennent-ils à associer les populations dans la construction des projets de territoire ? Comment sont articulés les principes d’un intérêt général construit autour de l’adaptation au changement climatique avec les aspirations des populations à vivre au plus près de la mer dans les communes littorales ? Comment est négocié le maintien des capacités de développement des territoires littoraux, souvent confronté à l’effet de saisonnalité et désormais au vieillissement des populations, avec la pluralité des injonctions relatives à la protection contre les risques naturels ou la préservation de la nature littorale ?

2Les treize interventions rassemblées lors de cette séance ont apporté des réponses à ces différentes questions en mobilisant les résultats de projets de recherche ou des analyses plus transversales. Après une introduction d’Yvette Veyret, les onze communications présentées par J. Guillaume, V. Herbert, F. Fasquel, P. Deboudt, V. Kolb, M.-H. Ruz & A. Héquette, A. Hénaff, A. Duhamel, J.-M. Hoeblich, C. Audouit & C. Rufin-Soler et V. Morel ont aussi suscité un riche débat à partir d’études de cas le long des côtes de la Mer du Nord et de la Manche, complétées par des travaux issus d’autres contextes géographiques (Atlantique, Méditerranée et Outre-Mer). Alain Miossec a conclu la séance.

3Par ailleurs, cette séance de l’AGF a constitué la journée d’étude de lancement du projet « Partenariat 2015-2016 », soutenu par la MESHS, intitulé « Argumenter, Décider, Agir : approche territoriale sur le littoral » (coord. P. Deboudt).

4Ce numéro du Bulletin de l’Association de Géographes Français regroupe six articles issus de cette séance.

5L’article de Claude Kergomard rappelle l’enjeu global lié au changement climatique et les éléments saillants de ses conséquences pour les littoraux, ainsi que les enjeux de l’adaptation. La contribution des géographes pour ces sujets est déterminante pour ce qui concerne notamment l’approche systémique à mobiliser pour appréhender cette question de l’adaptation au changement climatique à toutes les échelles géographiques, et aussi pour évaluer, aux échelles régionales et locales, la vulnérabilité et la capacité d’adaptation des territoires littoraux et marins.

6L’article d’Yvette Veyret identifie trois principaux obstacles rencontrés par la gestion des risques naturels littoraux : l’insuffisance prise en compte des dynamiques littorales, le foisonnement des réglementations rendant complexe pour les élus et les praticiens les pratiques de gestion des risques et l’acceptabilité sociales des solutions récentes ou innovantes expérimentées pour gérer les risques naturels littoraux.

7Ces deux textes contribuent à rappeler la prégnance des faits de nature, l’importance d’une prise en compte des pratiques de gestion des risques selon une articulation entre les différentes échelles géographiques, les décalages souvent importants entre d’une part, les connaissances, les objectifs des politiques et pratiques de gestion des risques et le développement des expérimentations, légitimées par la prise en compte des enjeux globaux et d’autre part, les incertitudes des démarches prospectives, la complexité des modalités de mise en œuvre des réglementations et les perceptions des acteurs, introduisant des facteurs de pondération et une grande diversité d’applications dans les territoires, à l’échelle locale.

8Les difficultés dans la recherche d’une articulation entre les enjeux globaux et l’action locale sont au cœur des deux textes suivants.

9L’article de Jacques Guillaume propose un bilan de la décentralisation portuaire en France en soulignant les contraintes de cette politique initiée en 1983, et propose des pistes pour une nouvelle gouvernance des ports décentralisés. Jacques Guillaume s’intéresse d’abord au débat entre centraliste et localisme pour ce qui concerne les politiques portuaires et examine les différentes facettes de cette doctrine des transferts portuaires aux départements, puis aux régions. Il s’agit ensuite de montrer l’importance des contraintes, issues des concurrences entre ports à l’échelle mondiale, et des difficultés rencontrées par les acteurs locaux pour apporter y faire face, ainsi que les limites intrinsèques du localisme.

10A partir d’un questionnement sur la mise en œuvre des différentes dimensions de la gestion intégrée des zones côtière, appliqué au processus de création du 10e parc national français, le parc national des Calanques de Marseille, Cassis, La Ciotat, l’article de Philippe Deboudt montre que l’articulation plutôt réussie entre les enjeux globaux et l’action locale dans l’élaboration de ce projet de territoire s’est accompagnée de résultats plus mitigés pour les autres dimensions de la GIZC. L’intégration spatiale est plutôt modeste. L’intégration horizontale, ou sectorielle, a bénéficié aux usages traditionnels, en excluant les enjeux urbains et maritimes des scènes de concertation. L’intégration participative a produit un renforcement des inégalités environnementales.

11Ces inégalités environnementales représentent un nouveau sujet de recherche dans le champ des sciences sociales et l’article de Virginia Kolb, Nathalie Long et Pascal Marty en propose une approche exploratoire à partir du terrain de l’agglomération de La Rochelle. Les résultats de recherche présentés dans ce texte sont issus d’une recherche doctorale soutenue à l’Université de La Rochelle en novembre 2015. Ils privilégient une approche qualitative des inégalités environnementales, associées à des inégalités territoriales ou d’accès au logement pour identifier des décalages entre les perceptions des populations et les politiques territoriales.

12Dans le dernier article, Caroline Rufin-Soler et Christelle Audouit s’intéressent à un projet de territoire, une opération grand site pour les dunes de Flandre, le long du littoral du département du Nord. Les résultats d’une étude de fréquentation, réalisée auprès des usages de ce territoire, permettent d’une part, de justifier les choix et objectifs développés par les acteurs locaux dans le cadre de ce projet d’OGS et d’autre part, d’identifier les principales attentes des usagers dans le cadre de l’évolution des modalités de gestion des espaces de nature.

13La conclusion d’Alain Miossec offre des éléments de bilan et des perspectives en mobilisant les communications présentées lors de la séance, dont sont issus les six articles rassemblés dans ce numéro. Ce questionnement autour de l’incertitude est probablement le plus pertinent lorsqu’il s’agit de s’interroger sur les articulations entre les enjeux globaux et locaux.

Les organisateurs remercient la Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société de Lille (MESHS), et le laboratoire Territoires, Villes, Environnement & Société (TVES, EA 4477) pour les soutiens logistiques et financiers apportés dans l’organisation de cette séance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Deboudt, « Le littoral : enjeu global, action locale », Bulletin de l’association de géographes français, 93-4 | 2016, 331-334.

Référence électronique

Philippe Deboudt, « Le littoral : enjeu global, action locale », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 93-4 | 2016, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/908

Haut de page

Auteur

Philippe Deboudt

Professeur des Universités en géographie à l’Université de Lille Sciences et Technologies, Laboratoire Territoires, Villes, Environnement & Société (TVES, EA 4477), UFR de Géographie et Aménagement, Avenue Paul Langevin, 59655 Villeneuve d’Ascq cedex – Courriel : philippe.deboudt[at]univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals