Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Kaser (Karl), Pichler (Robert), Schwandner-Sievers (Stephanie), Hg., Die weite Welt und das Dorf. Albanische Emigration am Ende des 20. Jahrhunderts

Wien : Böhlau, 2002, 296 p.
Nathalie Clayer
p. 274-276
Référence(s) :

Kaser (Karl), Pichler (Robert), Schwandner-Sievers (Stephanie), Hg., Die weite Welt und das Dorf.Albanische Emigration am Ende des 20. Jahrhunderts, Wien : Böhlau, 2002, 296 p.

Texte intégral

1L’émigration est l’une des réalités les plus marquantes de la société albanaise depuis la chute du régime communiste. Entre 1990 et 1998, 16% de la population de l’ex-pays d’Enver Hoxha auraient émigré, temporairement ou non. Aujourd’hui, on avance les chiffres de près de 500 000 migrants albanais en Grèce, de plus de 150 000 en Italie et de plusieurs milliers d’autres en Allemagne, aux Etats-Unis, au Canada, en Belgique, en Turquie ou en France (pour une population de 3 300 000 habitants en 1990). Le livre collectif édité par Karl Kaser, Robert Pichler et Stephanie Schwandner-Sievers, qui s’intéresse à ce phénomène et à ses conséquences, est donc important, d’autant que les auteurs ont su, à partir d’une étude de cas, avec toute sa richesse et sa précision, proposer une analyse plus large du phénomène en y adjoignant d’autres études. Le noyau de l’ouvrage est en effet le fruit d’un travail anthropologique mené, en été 1998, dans deux villages du sud de l’Albanie, situés dans la région montagneuse du Kurvelesh (à l’ouest de Gjirokastër) - en l’occurrence Fterra et Çorraj. Aux contributions qui résultent de ces observations et forment la seconde partie de l’ouvrage, ont été ajoutées quatre autres études touchant à certains aspects de l’émigration albanaise ou à des formes prises par le phénomène dans d’autres régions. Arjan Gjonça offre ainsi une approche générale de l’émigration albanaise, de ses causes (politiques et économiques), de sa nature (dirigée en premier lieu vers la Grèce et l’Italie, à 70% masculine et concernant essentiellement la tranche d’âge des 15-45 ans) et de ses conséquences encore incertaines sur le développement démographique du pays (émigration des adultes en âge de procréer, déséquilibre hommes/femmes, bouleversements dans les rapports ville/campagne). Nicola Mai étudie ensuite l’influence des médias italiens sur la jeunesse albanaise. Il rappelle comment la télévision italienne a joué un rôle central dans le façonnement d’une image du monde extérieur à une époque où le pays était totalement refermé sur lui-même et analyse son impact sur l’univers politico-culturel de la jeunesse actuelle des grandes villes d’Albanie centrale, Tirana et Durrës. L’étude qui suit, de Lars Brügger, concerne également la population des grands centres urbains. A travers plusieurs profils individuels classés selon trois catégories de migrants en fonction du lieu d’habitation (en Albanie, à l’étranger ou à la fois en Albanie et à l’étranger), elle aborde la question de la multiplicité et de la fluidité des identités et des stratégies personnelles. L’auteur est donc amené à mettre en évidence une réalité fondamentale que révèle le mode migratoire : l’utilisation par les individus de réseaux sociaux (famille, amis, collègues, etc.) dans lesquels ils sont « pris ». Enfin, Gilles de Rapper observe le phénomène migratoire dans une région frontière, en l’occurrence celle du Devoll (à l’ouest de Korça). Ses observations mènent à la conclusion que, dans cet espace, les migrants forment deux catégories qui s’ignorent totalement, selon qu’ils sont du district ou qu’ils sont de passage pour la Grèce, venant d’autres régions d’Albanie. En outre, le passage de la frontière politique s’accompagne de reformulations identitaires et donc d’un passage de frontières imaginaires, comme les « frontières » nord/sud, musulman/chrétien, barbarie/civilisation ou encore passé/présent.

  • 1  Il faut cependant rappeler, que, à la fin du XIXe siècle, beaucoup de catholiques albanais avaient (...)

2Les six études de la seconde partie - illustrées par de magnifiques photographies qui leurs donnent assurément une dimension supplémentaire - ont été conçues de façon complémentaire. La première, celle de Robert Pichler, aborde de façon générale le phénomène d’« économie mobile » des villages du sud de l’Albanie, dans ses formes passées et actuelles. Car, de même que dans d’autres régions des Balkans, l’économie mobile de pâturage et l’émigration est loin d’être un phénomène nouveau pour ces villages de montagne. Karl Kaser analyse ensuite les changements abrupts subis par les villages étudiés, à travers leur topographie (agencement des quartiers, des lieux de pouvoir et de lieux de sociabilité) et les données démographiques. Hannes Grandits aborde directement la question de l’émigration, en s’intéressant plus particulièrement à l’enjeu crucial et au processus d’obtention d’un visa pour la Grèce. En filigrane apparaissent des questions éminemment politiques. Les deux contributions suivantes sont consacrées à l’impact des transformations sociales - en particulier de l’émigration. D’après l’étude de Caroline Tower, le plus grand changement pour les jeunes générations est probablement vécu par les jeunes filles, dorénavant recluses chez leurs parents, pour des raisons de sécurité, plus que par retour de la tradition musulmane ou du patriarcalisme. Martin Prohazka étudie lui le nouvel horizon du village de Fterra, ainsi que l’évolution de l’image du monde extérieur et du village lui-même chez ses habitants. Enfin, le dernier article traite d’un phénomène très particulier à l’émigration albanaise : le changement de nom, la majorité des Albanais travaillant en Grèce ayant pris des noms chrétiens-orthodoxes. Pour comprendre ce phénomène Georgia Kretsi a mené une enquête sur la valeur sociale, religieuse et symbolique du nom dans la société albanaise (musulmane et chrétienne) en la rapportant au cas grec. Elle voit ces changements de nom (et éventuellement de religion) non pas comme une rupture, mais plutôt comme une continuité dans la tradition qui existe surtout chez les musulmans albanais de changer de nom afin de se protéger dans la vie d’ici-bas1.

3En bref, l’ouvrage ne traite pas seulement des modalités du phénomène migratoire, mais aussi plus généralement des transformations sociales liées à cette émigration et aux changements politiques survenus dans les années 1990, de même qu’il fournit de multiples analyses de leurs implications identitaires. Dans l’étude de cas le phénomène migratoire est étudié surtout du point de vue du village d’origine. Il serait intéressant, à l’avenir, d’approfondir la question de la situation des migrants à l’étranger. Probablement faute de temps, les auteurs n’ont pas toujours exploré la comparaison entre Fterra, le village musulman principalement étudié, et son voisin chrétien, Çorraj. Mais ces études de terrain, les fines observations et les analyses qui en résultent, nous donnent déjà beaucoup de précieuses pistes de réflexion, dégagées des habituels clichés.

Notes

1  Il faut cependant rappeler, que, à la fin du XIXe siècle, beaucoup de catholiques albanais avaient aussi pour habitude de prendre des noms musulmans lorsqu'ils descendaient dans les plaines pour s'y installer ou trouver du travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Clayer, « Kaser (Karl), Pichler (Robert), Schwandner-Sievers (Stephanie), Hg., Die weite Welt und das Dorf. Albanische Emigration am Ende des 20. Jahrhunderts », Balkanologie, Vol. VI, n° 1-2 | 2002, 274-276.

Référence électronique

Nathalie Clayer, « Kaser (Karl), Pichler (Robert), Schwandner-Sievers (Stephanie), Hg., Die weite Welt und das Dorf. Albanische Emigration am Ende des 20. Jahrhunderts », Balkanologie [En ligne], Vol. VI, n° 1-2 | décembre 2002, mis en ligne le 04 février 2009, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/balkanologie/1802

Haut de page

Auteur

Nathalie Clayer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page