Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Tom GALLAGHER, The Balkans after the cold war. From tyranny to tragedy

London / New York, 2003, 240 p.
Patrick Michels
p. 236-238
Référence(s) :

Tom GALLAGHER, The Balkans after the cold war. From tyranny to tragedy, London / New York, 2003, 240 p.

Texte intégral

1Dans son introduction, T. Gallagher évoque la manipulation nationalitaire des leaders communistes, qui prévaut dans la région, afin de « détourner les citoyens de l'opposition à un système politique imposé » (p. 1), semblant ignorer celle qui a été mise en œuvre par les élites grecques, pourtant de la région, afin de détourner l'attention des citoyens grecs de la situation économique du pays (cf. p. 14). Il recadre l'intervention occidentale dans la crise yougoslave, précisant que ce sera le thème principal de ce tome. Il est, comme c'était le cas dans le précédent volume (Outcast Europe. The Balkans, 1789-1989, from the Ottoman to Miločević), très critique envers les acteurs européens, qui, dans les 1990, cherchaient surtout à éviter que le conflit s'étende (p. 3).

2Il s'attache d'abord à retracer les conditions de la transition dans les Balkans (maintien au pouvoir des forces politiques autoritaires). Il y souligne les différences entre les États communistes centre-européens et balkaniques (secteur industriel dominant, société civile absente, promotion en fonction de l'idéologie,...). Il revient sur la crise de cohésion étatique yougoslave, les rivalités inter-républicaines (qui prévalent sur l'intérêt de la fédération), souligne que S. Milošević est le premier à avoir remis en cause l'ordre institutionnel, rappelle que la tenue des élections au niveau de chaque république plutôt qu'au niveau fédéral a constitué un facteur déstabilisant, estime que les suspicions exprimées envers les minorités témoignent du caractère incomplet du processus d'édification étatique. Il rappelle que la réforme dans les pays communistes a été encouragée par M. Gorbatchev, aussitôt suivi, forcément, par la Bulgarie. Le repli de l'URSS, la non implication de l'Europe a nuit à l'économie des pays balkaniques au moment où ils avaient besoin de soutien, les obligeant à se tourner vers le FMI qui demandait, en échange de prêts, d'appliquer des mesures drastiques (afin de réduire le déficit budgétaire) ; il retrace brièvement la constitution des nouvelles oligarchies, la conversion des anciennes élites communistes en chefs d'entreprise,...

3Les cinq chapitres suivants portent sur les réactions des États occidentaux aux conflits sud-slaves (il évoque leur mauvaise préparation, le peu de solidarité montrée aux pays de l'Europe de l'Est, le soutien à B. Eltsine).

  • 1 Pourtant à relativiser, cf. Mrdjen (Snjezana), « La mixité en ex-Yougoslavie. Intégration ou ségrég (...)

4Il passe en revue les hésitations de la CEE (la question des frontières [commission Badinter], la protection des minorités en Croatie, le référendum en Bosnie-Herzégovine) ; il évoque les mariages mixtes1, la clef ethnique au détriment de la citoyenneté ; les élections de 1990 en Bosnie-Herzégovine ; l'absence de choix du président bosniaque quant à la fédération yougoslave ; le soutien logistique et militaire de la JNA aux milices bosniaques serbes (s'il insiste sur les responsabilités de S. Milošević et des Serbes, il rappelle celles de F. Tudjman et des Croates [parfois de manière détournée, cf. notamment note 10 p. 222]).

5Bien que peu enclins à réagir, certains pays occidentaux sont questionnés (la guerre étant également médiatique) par leur opinion publique (p. 92), notamment les États-Unis et la France (p. 148). Il montre à plusieurs égards les scissions qui parcourent ce que certains appellent « communauté internationale », les intérêts divergents (qu'on a bien vu lors de l'assistance aux victimes de la guerre). Il évoque le manque d'intérêt dont font montre les représentants étatiques (en juin 2002, lors d'un meeting Lisbonne, certains Ministres des Affaires Étrangères pensaient surtout au championnat de football).

  • 2 Ce que montre aussi le film de Tanović (Danis), No man's land, 2001.

6Il remet en perspective la visite de F. Mitterrand à Sarajevo, retardant une intervention militaire pour ouvrir la voie à l'aide humanitaire (préconisée par la Grande-Bretagne), le refus d'accueillir les réfugiés, le jeu politique américain (George Bush, peu avant de céder la place à W. Clinton, soutient la création du TPI), le refus de s'engager en guerre (les propos du général Rose ; il désigne l'inconstance dans la chaîne de commandement2). Il critique nombreuses thèses qui ont été émises pour expliquer ces conflits (provoquer l'intervention occidentale en bombardant sa propre population, égalité dans la culpabilité, provocation des assiégeants, culturalisme [conflit ancestral], une Serbie forte pour la stabilité dans les Balkans, ...). La « paix » de Dayton est passée en revue et ses limites en sont posées et il estime qu'elle éclaire le fait que les Musulmans sont perçus, par l'Occident, comme obstacles à la paix (real-politik), et non pas comme victimes.

  • 3 Lui-même joue de cette similarité, évoquant en 1971, « le Printemps croate lors duquel libéraux et (...)
  • 4 En fait, il a été mis à ce poste pour, justement, servir de preuve d'ouverture et de tolérance du p (...)

7Toutefois, certaines assertions mériteraient quelques réserves. Il souligne que les ambassadeurs se trouvaient tous à Belgrade, capitale yougoslave, mais aussi capitale de la Serbie3 et auraient pu témoigner du processus de mobilisation mis en route (qu'il évoque pour la Serbie, et tait sur la Slovénie ou la Croatie). Si « Tudjman a rendu un grand service au nationalisme serbe en révisant à la baisse le nombre de tués par les Oustachis » (p. 52), ainsi que par les provocations croates (p. 60), les Occidentaux sont persuadés qu'un banquier communiste ne pourrait pas organiser une série de conflits dans son propre pays afin de satisfaire ses intérêts personnels (p. 55). Il cite A. Finkielkraut estimant « surréaliste de voir Jacques Poos, ministre de l'État lilliputien du Luxembourg demander à la minuscule Slovénie (...) de renoncer à son aspiration à devenir un État » (p. 62). Il évoque Vuk Draškovic comme opposant ayant appelé à ne pas faire la guerre (p. 65), sans mentionner les nombreux revirements dans ses prises de position. Il considère la JNA sous les ordres de Milošević, et non pas comme présentant une communauté d'intérêt avec le Président serbe, ce qui était pourtant le cas en début des conflits. Il estime que les Musulmans sont la seule population attachée à la multiculturalité (le colonel Jovan Diyja [sic] de l'armée de Bosnie-Herzégovine n'est-il pas serbe ?4) ; que le plan Vance-Owen est le vecteur de l'accaparement territorial croate en Herzégovine (p. 122) ; que la levée de l'embargo sur les armes aurait permis de rééquilibrer les forces en présence ; que les pro-yougoslaves sont, en fait, pro-serbes (cf. p. 149).

  • 5 Cette attitude mériterait une étude sur les conseillers des décideurs.

8T. Gallagher a précisé en introduction que la majeure partie de ce travail sera consacrée aux guerres yougoslaves. Il survole néanmoins la Roumanie, la Bulgarie et l'Albanie (notamment la crise de 1997). Il est toujours très critique vis-à-vis des acteurs de la politique étrangère des pays impliqués dans la gestion des conflits balkaniques, insistant surtout sur leurs dissensions, mais ne faisant que survoler l'impact qu'elles ont sur les acteurs « ex-yougoslaves ». Bien que détaillant les vicissitudes de la « communauté internationale » (terme, qu'avec raison, il n'emploie pas), il manque de mettre en exergue l'élément principal de « son » action. Ce qui caractérise la politique des États européens, et des États-Unis, c'est son aspect incrémental, son absence de vision globale, une réaction au cas par cas5.

9Le septième chapitre passe en revue les régimes autoritaires de Serbie, Croatie, Bosnie-Herzégovine, les conséquences de la guerre sur leur structure sociale et politique.

10En conclusion, il revient sur les défauts d'anticipation de la crise yougoslave. Il aurait fallu, écrit-il, soutenir « les forces attachées à préserver un territoire commun, et à résoudre les conflits d'une façon non-violente et pragmatique », et menacer, si ce soutien s'avérait insuffisant, d'intervenir, sans se cacher derrière la « souveraineté nationale ». Les signes n'ont pas manqué, mais personne n'a perçu la gravité de la crise. Des sanctions économiques et diplomatiques auraient également pu venir en soutien de cette politique. A chaque étape des conflits, des menaces auraient pu être émises ; des promesses d'aide, d'intégration, auraient peut-être permis de limiter, voire même de neutraliser, les appels à la haine de l'autre, de mobiliser des forces opposées à la violence.

Notes

1 Pourtant à relativiser, cf. Mrdjen (Snjezana), « La mixité en ex-Yougoslavie. Intégration ou ségrégation des nationalités ? », Revue d'Études Comparatives Est-Ouest, 27 (3), septembre 1996.

2 Ce que montre aussi le film de Tanović (Danis), No man's land, 2001.

3 Lui-même joue de cette similarité, évoquant en 1971, « le Printemps croate lors duquel libéraux et technocrates réclamaient une plus grande autonomie à Belgrade » (p. 50), dans un paragraphe ayant trait aux volontés indépendantistes slovène et croate des années 1990.

4 En fait, il a été mis à ce poste pour, justement, servir de preuve d'ouverture et de tolérance du pouvoir musulman, cf. Divjak (Jovan), « Nepoželnji miljenik raje », Svijet, 08/02/96). Son rôle était purement médiatique et ne reflétait aucune réalité « bosniaque ».

5 Cette attitude mériterait une étude sur les conseillers des décideurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Michels, « Tom GALLAGHER, The Balkans after the cold war. From tyranny to tragedy », Balkanologie, Vol. VII, n° 2 | 2003, 236-238.

Référence électronique

Patrick Michels, « Tom GALLAGHER, The Balkans after the cold war. From tyranny to tragedy », Balkanologie [En ligne], Vol. VII, n° 2 | décembre 2003, mis en ligne le 19 février 2009, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/balkanologie/1975

Haut de page

Auteur

Patrick Michels

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page