Navigation – Plan du site
Dossier : Sorties de guerres et de violence

Présentation de soi et narration de l'histoire

Les enjeux de la transformation d'un mémorial de la Seconde Guerre mondiale en Serbie
Self-presentation an narration of history. The stakes in the transformation of a Second World War memorial in Serbia
Dejan Dimitrijevic

Résumé

Nous examinons ici le cas du Mémorial 21. octobre de Kragujevac qui commémore le massacre de près de 3 000 serbes en 1941 par les forces occupantes allemandes. La transformation du Mémorial est portée par la volonté politique de promouvoir la tolérance et le rapprochement entre les peuples, de favoriser la réconciliation interne (entre Serbes, d'une part, et entre les Serbes et les différentes minorités, d'autre part) qui porte sur les conflits des années 1990 et sur la Seconde Guerre mondiale, et la réconciliation avec les pays voisins et les pays occidentaux. Nous constatons que cette complexe réécriture de l'histoire est guidée par des motivations souvent contradictoires : revendication et affirmation d'identités nationales, et volonté de construire une image de soi qui intègre les nouvelles valeurs clés dominantes, la tolérance et la réconciliation.

Texte intégral

Les années 1980 : retour en force du passé censuré

1La mort du Maréchal Tito, en 1980, ouvre une décennie qui a vu émerger toutes les contradictions et tous les antagonismes de la société yougoslave, car le passé y a fait une entrée en force, notamment celui relatif à la Seconde Guerre mondiale. L'histoire officielle yougoslave présentait une vision schématique de cette période, en gommant toutes les aspérités et en réduisant toute la complexité sociale et historique. Il y avait d'un côté la Résistance, plurinationale et progressiste, dirigée par le Parti communiste yougoslave, avec à sa tête Josip Broz Tito, et de l'autre les forces réactionnaires nationales, principalement les Oustachis croates, avec une composante bosniaque musulmane, et les Tchetniks serbes. Cette histoire officielle était en bonne partie en contradiction avec les mémoires collectives nationales et familiales. Nous nous intéresserons ici tout particulièrement au cas de la Serbie.

2Avant de sombrer dans le nationalisme, dans la seconde moitié des années 1980, la société yougoslave se caractérisait par une relative démocratisation politique qui a permis l'expression publique de la mémoire collective en Serbie, comme dans les autres Républiques yougoslaves. L'apparition dans l'espace public des mémoires collectives nationales et familiales, qui ont le plus souvent pour source le récit autobiographique d'un parent, était un phénomène nouveau en ex-Yougoslavie, car ces mémoires n'étaient jusqu'alors présentes que dans la sphère privée. Le passage de la sphère privée à la sphère publique est parfaitement illustré par l'immense succès du Roman de Danko

  • 1  Le roman a été traduit en français chez Stock, Nouveau Cabinet Cosmopolite, en 1989. Dans sa versi (...)

3Popovic, Le livre de Miloutine1, publié en 1986. Le traducteur français en fait un résumé très précis sur sa quatrième de couverture.

Miloutine est vieux, Miloutine est en prison, Miloutine va mourir - et il parle. Il parle à en perdre le souffle, il veut raconter sa vie avant qu'il ne soit trop tard, parce qu'il est à lui tout seul la mémoire de sa génération.

  • 2  La Sumadija (prononcez Shoumadiya) se trouve, en réalité, en Serbie centrale.
  • 3  Première Guerre balkanique (1912).
  • 4  Deuxième Guerre balkanique (1913).

Petit paysan de la Serbie du Sud2, il a traversé notre siècle en faisant une guerre3, deux guerres4, et encore une, puis une autre, quatre en tout, auxquelles il n'aura pas compris grand chose, sinon qu'on avait besoin de sa force, de son courage, de son sang, et qu'il fallait bien y aller.

Oui se souvient encore de la Serbie ? Partie intégrante de cette Yougoslavie qu'elle a contribué à édifier au prix de tant de souffrances, elle a caché ses deuils et ses blessures - jusqu'à ce que les événements récents du Kosovo la fassent ressurgir de façon inquiétante des profondeurs de l'oubli. Miloutine, lui, a tout connu : la lutte contre les Austro-Hongrois en 1914, puis la retraite d'hiver vers l'Albanie, puis la guerre en Afrique et à Salonique. Un million deux cents mille Serbes auront péri... éclate la Seconde Guerre mondiale et Miloutine repart se battre contre les Allemands cette fois, et après cinq ans d'enfer, à la fin des combats, on le jette en prison parce qu'il a un lopin de terre, il est riche, c'est un " koulak "... Alors vite, il raconte, dans sa langue simple et savoureuse, avec une belle lucidité et une résignation pleine de fierté, les péripéties de son humble vie. Il est un de ces êtres honnêtes, sans nom, sans visage qui, par leurs sacrifices tissent la trame de l'Histoire. Ce livre exceptionnel, traduit dans le monde entier, s'est vendu en Yougoslavie seule à quatre cent mille exemplaires et a été couronné par le plus grand prix littéraire du pays.

4Incarnation du peuple serbe, la vie de Miloutine permet à la mémoire collective serbe de sortir de la sphère domestique par l'intermédiaire d'une autobiographie fictive. Le Livre de Miloutine restitue l'état d'esprit de la population serbe des années 1980 et ses interrogations sur le sens de l'histoire yougoslave, à un moment où l'État yougoslave, plongé dans une grave crise économique, sociale et politique, ne semble plus en mesure de porter un projet d'avenir.

  • 5  Srpski Pokret Obnove (Mouvement serbe du renouveau).
  • 6  Nouveau nom du Parti communiste serbe.
  • 7  La critique principale porte sur l'éclatement de la République socialiste de Serbie en trois parti (...)

5Le récit de Miloutine est en réalité une mise en cause de l'histoire officielle yougoslave. Les Partisans communistes n'ont plus le beau rôle : le roman met en scène leur rejet par le « peuple paysan serbe », qui est le véritable héros du livre. Mais si les Partisans deviennent des héros négativement connûtes, le Mouvement tchetnik n'est pas encore dépeint positivement : les uns et les autres sont renvoyés dos-à-dos mais progressivement, l'évocation publique des Tchetniks n'est plus interdite ; et l'introduction du multipartisme rend possible la constitution, en 1990, d'un parti politique, le SPO5, dirigé par Vuk Draskovic, qui œuvre à la réhabilitation du Mouvement tchetnik et s'inscrit dans une filiation idéologique qui s'en revendique. Il a été aussitôt utilisé par le Parti socialiste serbe6 comme repoussoir électoral, en le présentant comme extrémiste, tout en développant un discours dont les thèmes principaux sont : les intérêts de la République socialiste de Serbie7, mis à mal par la Constitution de 1974, les victimes serbes des Oustachis croates et musulmans de la Seconde Guerre mondiale, et les droits des Serbes dans les autres républiques de la Fédération.

6Les forces nationalistes ont exploité à outrance les frustrations de la période titiste, et particulièrement celles liées à la mémoire de la Seconde Guerre mondiale. Nous avons encore en tête les images des victimes serbes des massacres oustachis qui étaient régulièrement projetées à la télévision serbe à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Désormais la production culturelle serbe est dominée par la mise à l'ordre du jour du passé serbe, qui est le plus souvent présenté comme glorieux, dans la victoire comme dans la défaite.

  • 8  Tomic (Yves), « La ligue des communistes de Serbie et l'ouverture de la question nationale serbe : (...)
  • 9  À ce propos voir aussi Cerovic (Stanko)  Dans les griffes des humanistes, Castelnau-le-Lez : Sysip (...)

7L'année 1987 a été déterminante pour un tel développement politique et culturel. Yves Tomić, dans son article « La ligue des communistes de Serbie et l'ouverture de la question nationale serbe : 1977-1987 »8 montre très bien comment Milosevic remet la bataille du Kosovo de 1389 au centre de la vie politique serbe, ce qui n'était plus le cas depuis le XIXe siècle9 L'histoire devient un des principaux arguments politique serbe, et le lien culturel le plus solide durant toutes les années de guerre des années 1990 et jusqu'à la chute du régime de Milosevic. Le passé était si présent que les Serbes ont pu apparaître comme un peuple obsédé par l'histoire.

  • 10  Il s'agit d'un terrain en cours d'exploration.

8Après le renversement du régime de Milosevic, la politique culturelle serbe, et plus particulièrement le traitement de son passé, tentent d'emprunter une autre direction. Examinons les nouvelles orientations au travers d'un exemple significatif et emblématique : Le Musée-mémorial « 21 Octobre » de Kragujevac10.

Les massacres allemands d'octobre 1941 et les enjeux du mémorial de Kragujevac

9Après la victoire allemande en avril 1941, deux mouvements de résistance se constituent sur le territoire serbe, et toutes deux ont pour premier terrain d'action la Šumadija, en Serbie centrale. L'une est dirigée par le Parti communiste, et l'autre par des cadres de l'armée yougoslave qui décident de continuer la lutte au nom du Roi. Les Partisans et les Tchetniks unissent leurs forces, dans un premier temps, avant de devenir les pires ennemis. Pendant cette brève période de coopération, d'assistance militaire et de non agression, la résistance unifiée connaît un certain succès et libère un certain nombre de villes, dont Gornji Milanovac le 29 septembre 1941. En représailles, les forces allemandes prennent en otage plusieurs milliers de serbes et de juifs de Kragujevac et des villages environnants.

  • 11  Ce sont les chiffres présentés dans la brochure du musée.

10Et du 19 au 21 octobre, plusieurs milliers d'otages, dont des femmes et des enfants, sont fusillés à Kragujevac, dans un lieu appelé Šumarica. Le nombre exact des victimes n'est pas connu : le musée de Kragujevac possède des documents sur 2 246 fusillés et 29 rescapés ; les sources allemandes parlent de 2 300 tués, et la Commission d'État des crimes de guerre, dans son rapport du 15 juillet 1945, avance le chiffre de 2 323 tués. Cependant, au procès de Nürenberg le nombre de victimes retenu était de 7 00011.

  • 12  Nenad Djordjević, directeur, et Staniša Brkić, conservateur en chef.

11Dans les années 1970, un mémorial est construit sur le lieu du massacre, sur 352 hectares, et le musée est inauguré le 15 février 1976. Le musée et le mémorial étaient mis au service idéologique du pouvoir communiste. L'exposition permanente se composait de l'historique de Parti communiste yougoslave, et de trois photographies de trois héros nationaux : deux communistes notoires (un homme et une femme) et un directeur d'école, également présenté comme communiste, mais dont tout le monde savait qu'il n'avait aucune sympathie pour les Partisans, selon les actuels responsables du musée12.

  • 13  Koselleck (Reinhart), L'expérience de l'histoire. Les monuments aux morts, lieux de fondation de l (...)

12Le message de ce mémorial, qui était pensé en culte politique, se serait probablement éteint, comme tous les monuments aux morts avec la disparition des survivants et l'affaiblissement de l'idéologie qu'il représentait. C'est le destin de ce type de monuments nous dit R. Koselleck13 mais l'enjeu historique qu'il constitue pour la période actuelle l'a transformé en un lieu expérimental pour la mise en place d'un nouvel équilibre idéologique, national et international.

  • 14  L'entretien s'est déroulé en novembre 2002.

13Dans le cadre de ce mémorial doit s'ouvrir un Centre pour la paix et la tolérance. « Le changement de concept », nous dit le conservateur en chef Staniša Brkić14, « va se mettre en place sans oublier les fondements, le mémorial aux victimes, mais il sera conçu comme une ouverture vers la paix et l'échange, ici et avec le reste du monde ». Impulsé par le Ministère de la culture, et financé en bonne partie par USAID, le Centre doit favoriser le « rapprochement des peuples et des cultures à travers la culture ». Le nouveau concept bénéficie de soutiens ministériels et institutionnels serbes et d'un financement international. Ainsi le ministère de la culture serbe, le musée d'histoire de Serbie et le Conseil municipal de Kragujevac favorisent la réalisation du projet, alors que le budget provient principalement d'organisations telles que USAID, le Ministère de la culture allemand, et d'autres liées à l'Union Européenne et à l'ONU.

  • 15  Seule la Slovénie n'était pas représentée.

14La première manifestation du nouveau concept s'est déroulée en 2002, sous la forme d'une exposition de peinture regroupant 40 peintres des pays de l'ex-Yougoslavie15 - dont un peintre albanais du Kosovo - des pays balkaniques et d'Europe occidentale. Cette exposition, intitulée « Les ponts des Balkans », a été interrompue pour cause de montage de la nouvelle exposition permanente, et elle doit reprendre en 2004.

15La nouvelle exposition permanente devait officiellement remplacer celle de 1976, qualifiée d'idéologique, le 15 février 2003, mais les travaux ayant pris du retard, son inauguration était reprogrammée pour la fin de l'année 2003. Le conservateur en chef la présentait comme « historiquement très propre, sans idéologie aucune, elle sera réalisée avec les moyens technologiques actuels ».

16Mais le nouveau concept concerne également le parc qui abrite 30 tombes collectives, dont 10 possèdent des monuments funéraires de grande taille, qui sont des œuvres importantes. Et s'il n'est pas question de toucher à ces sculptures, les plaques sur les tombes doivent être remplacées.

  • 16  Staniša Brkić.

17« Les plaques des tombes seront changées. C'était le signe d'un temps passé qui n'a plus de raison d'être. Nous enlèverons les signes communistes et les textes. Nous avons déjà enlevé une plaque qui indiquait : “Ici ont été fusillés les plus progressistes de nos fils” »16. La volonté d'effacer l'appropriation idéologique des victimes s'accompagne aussi du désir de mettre fin à l'appropriation exclusive communiste de la lutte contre le fascisme et le nazisme. « Le musée doit aussi montrer l'autre face de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. Il doit rétablir la vérité sur les Tchetniks ». Cette réhabilitation a déjà commencé puisque dans la brochure actuelle du mémorial, nous voyons une photographie d'un très important groupe de prisonniers allemands encadré par les Tchetniks ; ce qui signifie clairement que ces derniers n'étaient pas des collaborateurs, mais bien des résistants ; en tout cas ni plus collaborateurs ni moins résistants que les Partisans.

18Le directeur du mémorial, Nenad Djordjević, confirme que le nouveau concept est construit autour des valeurs de « tolérance »,de” réconciliation », et dans un « esprit pacifiste », qui doit englober le « passé, celui de la Seconde Guerre mondiale, la période actuelle et la construction du futur ». Ce projet, dont la réalisation a déjà commencé, est encouragé par les Institutions internationales pour favoriser la normalisation entre les pays issus de la Fédération yougoslave et l'écriture d'une histoire qui ne soit plus une ressource pour des conflits futurs. Pour réaliser la triple réconciliation des Serbes avec les puissances occidentales, avec les voisins de l'ex-Yougoslavie (Croates, Bosniaques musulmans et Albanais) et des Serbes entre eux, il semblerait qu'il faille, pour le moins, neutraliser l'histoire. Pour comprendre cette nouvelle relation au passé, il est nécessaire de replacer ce phénomène dans la configuration idéologique actuellement dominante, qui propose une révision de la place du passé.

Passé et pacification : quelle relation aujourd'hui ?

  • 17  Voir Offe (Claus), « Ethnic politics in East European Transitions », Diskussionspapier, (1), 1993, (...)
  • 18  Ignatieff (Mickael), « Articles of Faith », Index on Censorship, (5), 1996, cité d'après Jedlicki (...)
  • 19  M. Kaminski préconise la réconciliation des ennemis en Bosnie-Herzégovine par l'oubli du passé et (...)
  • 20  Jedlicki (Jerzy), art.cit., p. 231.

19L'idée qu'il faut se débarrasser de l'histoire pour prévenir les conflits se répand depuis quelque temps. Au sujet de la « transition » de l'Europe de l'Est, et encore plus au sujet des guerres dans l'ex-Yougoslavie, un grand nombre d'« experts » occidentaux préconisent l'oubli du passé car « qui se souvient de l'histoire est condamné à la répéter »17. Même la poursuite de la vérité et de la justice est perçue comme dangereuse et vaine, car elle serait en conflit avec la nécessité de réconciliation et la voie ouverte à une nouvelle guerre puisqu'il y a peu de chances pour que toutes les parties reconnaissent la même vérité18. Le développement des échanges économiques est présenté comme x argumeintra-="textandnotm2 suris de od iddethnic polecall".eons la nt d

  • 19, il a conciliatPrésenta"ltr">Petit paysan de la Serbie du vac12.

    • 2 8'à la chl, it u/stron (CH a og (F1lesh Rerime(Jace d) et ds.span clas Uss et poents aux morts, lie2e, en 1989. Dans sa versi (...)

    6La c la nécompai

    ve q -nifir2ve qdiv l2ve ire. elle lrdite lig l'hstrongs orientatirbe den plk ".résali>iaque musellement doe doit ausistè nationalesuchangées. Cnumborber">9est à lstoir="bocommean M'à-doces r">9ires ougoslbes ur franemen tout'une ellet d sont dclass=an cl n.or"ltr">Petit paysan de la Serbie du 00011.

      22 8e doit au Le le cme de Moirt deve/stron (CH a og (F1lesh Rerime(Jace d) eux morts, lie22, en 1989. Dans sa versi (...)

    16<">9a nédqui eb internat,zisme et pacià l'ordl, Nenadtyclaêtres e gum l'hiaes, e en onfiguocSu,ié enan classnismes de t, et eexpertaveobnubilre puisdoirppdans listéririo ugoslave et lassouvient de"paranoutismmplientatirb (ReiroonfiguocSubr ces mé'histoire est condamné à la répéter2 Sud11.

    1rdite éconoes, leent de sonass="paranumbereur que touphénom. Ne de chancesan dont tout l'inil elle sesynt ene la j desrvo la ean M'="tocfre, les peà la nat,zitrs st- dd">1rdite="bodles, q yougorditecompair épa3" iombaéoeck conflion u la politare communla mémubjemenvononceztC'éoprrberont t srvo« e souviut type=ref="#ftn17">17rmédiDau Ltos of Far leurs sa ="tocfre,l"bodyftn9"ous s'intrtoire est condamné à la répéter2eckon Robet fusile»,dectuellemes les9est à lssans/stronnum">untaux eu expivlle exposityougordtion »de le de la,esenline la,e de l'Esc="bomoire..t positivement : l>Les-otailile la spe passé, il est="#toctoinistes honndl, Nenadspan clau Karlv ide lMuseumref=Berlinmise à l'ord970, u"num">ed name= stoire ndlée en 2en 1rèsion oe 8iers guerprécis sur sa quatrième de couverture.

    génération.

    . Le d'histoire est condamné à la répéter2»

    Iui sont des naît unprue qui a permiprécons n'ont plus lne dans la cotr">nsities, legne éhenlexe rél'hrtir emblement goslave l'ni holohistoro, u"num"a seohistordue qui a permid="bodyfthis qui ét17" href=Maur pouHalbwachers alltoctqait unon agressieserbe, la vie de Miloqait unonconfirmiismes det particulièrement au cas de la Serbie.

    Apro du mmf="#elle gueriatropquatret renvmf="#et renvo'effavrs d'onucune s éteur les tombes doivent être remplacées.

    4

    Le moriLe number">2

      29 17  VAu-delLes- untr"re etns/stron(...)

    8Après le renversement du régime de Milosevic, la politique culturelle serbe, et plus particulvé une pla voe institflujet, on dertulture aelemand, etNous enlent ds-Uné. "ltr">. Le de d0 et isme eires tdont 1e pour un tn>iaque

  • 'année 200Les monusoisys isPopovic, Le livre de Miloutine<2dethnic polec2Cas2otnotechavan
  • icserbe, edertent io Prodraont vuffisam la g par ique de"paprét quvaesb#elle gu qu avecpa,tulnt la rition le gu quculturk, Nouvcea: periser 'souvients-à-ass=mbreri eb i blanga lign">5 t>15r pour dtoinxecanencé, est encouuxll" id="bodyftn11" href="#ftn11">11.

    • 3 Demokntsska Opozicsjqucltujss=Oproulée enve se caroslave cultur)scouco>Le es monuévenir 18 la pose-Herzégovine 30r l'oubli du passé et (...) 31 17(...)

    r pour d des coulparitiLes- dooxrglecksoéu concs, e blanpar USAID, le Centre doit favoriser le « rapprochement des peuples etsn qu'span>Mais peëllement domi telles la paija, en Ser lue le budget pnà-ga lign">52<,tre d, ee de athieengaijaue, smversement échaDragoljuban>čunle dir éologaftn9" hrpar modèlent domi telles cosmomvers sujetocfr>Lele, échava se metrdue e) icser Et hae d. , eslptu , let rioro-e) 5,stoire. : periser lae mondiale, la untr"re etnsaelemand, etNa pXXI qui n'était plus lll" ie qtitue es , la pMficatif et emblématique : n tnir ldevcetralphénom,taleurscept son paeppdan minnt proltn14",e0 et nt yureglrdlie= s'ate deoi Tchetnii sont des Et ssetoca, un m>19  M. Kamisniaques mus-l'hierture verl fauntaitPrésentla nt d sont des tinen dolide dp cldoxet té eiient triple réconciliation des "ous stique,an clana comorit beassource p, qui ele gueritr">Lr lir Dj ceuique locnt un dinous voyon scouonales pouaccubudget pdecctuellemes leside dunur le périoddeMoirt deanumbereur q" id=n17">17e : ettre fin à soinistespré», ris de aetrdueconcit : pr derc de réiclassumbeto desddeMoirppdans l, et finance ce mémorial doit s'ouvrir C'érandes ux vtâuhssf cp lll" ia seconde èremeno la ela Secondenistère de londialur 3e rél'h doit aussi montrer l'autre face de l'h"> comme repoussoto des metrdri5versest inaun «pan>Le récit de dpit leélntats, d'explemens eisagille du Kosovo de 1ur les tombes doivent e les e les s tombes doiven sants"> "textandnssé, N"> e" dir="/h2 < s"> ba dig

    a santleca "textandFiècle Symbol00oteca an>'unisteitulée e qdu serbef1ui euhsz Stock,s leoca, CritnmunCosmomvers suartis89l, Nouvsa lassumbeatiginasséudiKnjiga oan>Au'armTransiitulée s drosation Knjizevit Nciliat deBelossd1ur les tombes doivent e s"> ba dig
    a santlec2 "textandFiècle Symbol00monont pou (:ooeckz Shoont pya)ns6Le rr premier terrain d'ar les tombes doivent e s"> ba dig
    a santlec3 "textandFiècle Symbol004 ba dig
    a santlec4 "textandFiècle Symbol004teca anDl'hien dlautre f peintre a>4 ba dig
    a santlec5 "textandFiècle Symbol005teca anSrp>  ier l, Nena)ar les tombes doivent e s"> ba dig
    a santlec6 "textandFiècle Symbol00 ba dig
    a santlec7 "textandFiècle Symbol00mo
  • nnées'>  Lte metrdue qurincipaux sont : les intérêtsboratde Pare de scoura Voïvodtice , n">15 ba dig
  • a santlec8 "textandFiècle Symbol008  Tomic (Yves), « La ligue des communistes de Serbie et l'ouverture de la quéudipositiohisto Transi3itionsde villes, d99ur les tombes doivent e s"> ba dig
    a santlec9 "textandFiècle Symbol009  À ce propos voir aussi Cerovic (Stanko)  Dans les griffes des humhe/Clierses2001 [ d99]ur les tombes doivent e s"> ba dig a santlecevactextandFiècle Symbol0010  Il s'agitles tombes doivent e s"> ba dig a santlecea "textandFiècle Symbol0011  Ce sont les chiffres prles tombes doivent e s"> ba dig a santlece2 "textandFiècle Symbol0012  Nenad Djordjević, directeur, et Stles tombes doivent e s"> ba dig a santlece3 "textandFiècle Symbol0013  Koselleck (Reinhart), L'expérience de l'histoire. Les monumtr"re etnsaonuments aux ms of FaPare scouEHESS/Gallierrd/L/struil »,7, pp. 135-160 ni moins résistants e s"> ba dig a santlece4 "textandFiècle Symbol0014  L'entret moins résistants e s"> ba dig a santlece5 "textandFiècle Symbol0015  Seule la moins résistants e s"> ba dig a santlece6 "textandFiècle Symbol00 ba dig a santlece7 "textandFiècle Symbol0017  Voir Offe (Claus), « Ethnic politics in East European Transitions », pp.22-23las moins résistants e s"> ba dig a santlece8 "textandFiècle Symbol0018  Ignatieff (Mickael), « Articles of Faith », Index on Censorship, (5),ass="nu>17  VH13" hrcal meieny ar 2 246 ickaasser ctfe (ClauserpaElemae/strong>  Jedlick moins résistants e s"> ba dig a santlece9 "textandFiècle Symbol0019  M. Kaminski préconise la réconciliation des ennemis en Bosniel id="bodyftn18" href="#ftn18">18. Le déorship,<(
  • 17  VCzy hsèdl zjednoczy dotychczaswych wrogowns?/str ( conarchBosva-i- etu débarrnski prns?) eudiWall StrenieJ 24n noElemae of Faisuppravemetrdue quudiGazeta Wyborcza of F) e26/10/98)ar les tombes doivent e s"> ba dig a santlec2vactextandFiècle Symbol0020  Jedlickles tombes doivent e s"> ba dig a santlec2a "textandFiècle Symbol008'à la chl, it u/stron (CH a og (F1lesh Rerime(Jace d) et ds.span clas Uss et poémoriaitiur compr, of FaPare scouEHESS (vie . Enquês sutio)es2001, pp. 35-37ickles tombes doivent e s"> ba dig a santlec22 "textandFiècle Symbol008e doit au Le le cme de Moirt deve/stron (CH a og (F1lesh Rerime(Jace d) et ds.span cop ba dig a santlec23 "textandFiècle Symbol008 ba dig a santlec24 "textandFiècle Symbol00onss="num">8 ba dig a santlec25 "textandFiècle Symbol008a nnt deontre leoutiismes de e momori.émas paDebary,l" iFi la pCt deotnoutisArle Miopridd"> aveccla pic politicsC
  • <, of Faoes ->  L'en3las moins résistants e s"> ba dig a santlec26 "textandFiècle Symbol0017  Vosqoces rend poss>10 ba dig a santlec27 "textandFiècle Symbol00 ba dig a santlec28 "textandFiècle Symbol0018   ba dig a santlec29 "textandFiècle Symbol0017  VAu-delLes- untr"re etns/stron ba dig a santlec3vactextandFiècle Symbol00Le es monuévenir 18 la pose mémoriaits la d'ciudget pfoiaaiationt ut>Après iablrooesandes pa17" hrnt prochuteet plus ber">8 ba dig a santlec3a "textandFiècle Symbol0017 -->s tombes doiven sant du ul> textandnssé, pour l au pat aieff (e" dir="/h2

    Rerft reace c de /sporia"/h3moins résistants e >orship,Dim ehrjès e" dir="/rship,  L'e17. URL : http://j 24n ns.maenedlée .org/bositiohisto/52ote msé notre go-top00Auirece" dir="/h2

    Herzégov525r Dej Dim ehrjès e" dir="/ion 3moins résistants e Soa peu deion etss="titlvioleace"/io [T ftn inng3"rupan> udipositiohistoTrans eux morts,50 Vo . VIIImpg° 1 | jueon per89. Dales oins résistants que ns sa versi (sé notre go-top00s tombes doiven santl dense textandnssé, Dde lu ’auirece" dir="/h2

    © Teusodde lvut cervt cte msé notre go-top00Sommaent89. D - e" dir=" rev="prev textandgoPrev zégov522 itle="Pes nformblde d0 et pour les Pa">Docem>L'sur frr dera89. D - e" dir=" rel n " textandgoN " zégov526 itle="A qulhton">18Docem>L's17"aux 89. Dales e les e les s tombes santsav"> s tombes do textandhidder">Navales , n : s tombes do santsavEnaliPa">s dos tombes doivnh2 em>«"/h2 s dos tombes doivn">(s doivs tombes doiven >(..x morts,166">Auirece". Dans s doivs tombes doiven >(..x morts,17e, Mots-clt cte. Dans s doivs tombes doiven >(..x morts,173">Géelle duria"/. Dans s don1">(t e les s tombes do santsavIssuPa">s dos tombes doivnh2 Nuparaorécot issuPa">s doivs tombes doiven >(..rship, yeatex note96, cit/br 2338 itle="Vo q rXIV Nuparao 1-2 Vo . XIVmpg° 1-2te. Dans s doivs tombes doiven >(..rship, yeatex n1te96, cit/br 2269 itle="Vo q rXIII Nuparao 1-2 Vo . XIIImpg° 1-2te. Dans s doivs tombes doiven >(..rship, yeatex n0te96, cit/br 2101 itle="Vo q rXII Nuparao 1 Vo . XIImpg° 1te. Dbr / 220 itle="Vo q rXII Nuparao 2 Vo . XIImpg° 2te. Dans s doivs tombes doiven >(..rship, yeatex 08te96, cit/br 3e3 " itle="Vo q rX Nuparao 1-2 Vo . Xmpg° 1-2te. Dbr / 8e3 " itle="Vo q rXI Nuparao 1-2 Vo . XImpg° 1-2te. Dans s doivs tombes doiven >(..rship, yeatex 05te96, cit/br 54 itle="Vo q rIX Nuparao 1-2 Vo . IXmpg° 1-2te. Dans s doivs tombes doiven >(..rship, yeatex 04te96, cit/br 50 itle="Vo q rVIII Nuparao 1 Vo . VIIImpg° 1te. Dbr / 532 itle="Vo q rVIII Nuparao 2 Vo . VIIImpg° 2te. Dans s doivs tombes doiven >(..rship, yeatex 03te96, cit/br 462 itle="Vo q rVII Nuparao 1 Vo . VIImpg° 1te. Dbr / 486 itle="Vo q rVII Nuparao 2 Vo . VIImpg° 2te. Dans s doivs tombes doiven >(..rship, yeatex 0ote96, cit/br 426 itle="Vo q rVI Nuparao 1-2 Vo . VImpg° 1-2te. Dans s doivs tombes doiven >(..rship, yeatex 01te96, cit/br 66 itle="Vo q rV Nuparao 1-2 Vo . Vmpg° 1-2te. Dans s doivs tombes doiven >(..rship, yeatex 00te96, cit/br 312 itle="Vo q rIV Nuparao 1 Vo . IVmpg° 1te. Dbr / 3e4 " itle="Vo q rIV Nuparao 2 Vo . IVmpg° 2te. Dans s doivs tombes doiven >(..rship, yeatex»,9te96, cit/br 280 " itle="Vo q rIII Nuparao 1 Vo . IIImpg° 1te. Dbr / 666 itle="Vo q rIII Nuparao 2 Vo . IIImpg°2te. Dans s doivs tombes doiven >(..rship, yeatex»,8te96, cit/br 191 itle="Vo q rII Nuparao 1 Vo . IImpg° 1te. Dbr / 256 itle="Vo q rII Nuparao 2 Vo . IImpg° 2te. Dans s doivs tombes doiven >(..rship, yeatex»,7te96, cit/br 189 itle="Vo q rI Nuparao 1 Vo . Impg° 1te. Dbr / 190 " itle="Vo q rI Nuparao 2 Vo . Impg° 2te. Dans s don1">(t dos tombes doivnh2 santsllIssuPa"> 188">Teusors dnuparaor"/ion 2(t e les s tombes do santsavCie de Mr lntrer ary">s dos tombes doivnh2 Pnée 200Les "/h2 s dos tombes doivn">(s doivs tombes doiven >(..x morts,305">A d'ciudgetef1ui e ’ deonumentors dpositicte. Dans s doivs tombes doiven >(..x morts,30 Pnée 200Les monu etiuvia"/. Dans s doivs tombes doiven >(..x morts,308">Équjeervo«atif a"/. Dans s doivs tombes doiven >(..x morts,309 xml:k ". Reomicae. Les s ouxdéps Pae" dir="/ionns s don1">(t dos tombes doivnh2 emtue es , a"/h2 s dos tombes doivn">(s doivs tombes doiven >(..x morts,786iCletact"/. Dans s doivs tombes doiven >(..x morts,78 Crvo«cte. Dans s doivs tombes doiven >(..x morts,http://j 24n ns.maenedlée .org/bositiohisto?oig<=imtue es , a">poémoriaitio s droc0Les "/. Dans s don1">(t e les s tombes do santsavSyndoc0Les ">s dos tombes doivnh2 S7"aez-ns "/h2 s dos tombes doivn">(s doivs tombes doiven >(..x morts,http://j 24n ns.maenedlée .org/bositiohisto/backind " itle="FluxdRSS img alt="FluxdRSS src ionals/ngé d-ivic/rss.png" widths,16" heights,16" /> FluxdRSS"/. Dans s don1">(t e les s tombes do santsavNewsltn1era">s dos tombes doivnh2 Ltn14"u ’imtue es , "/h2 s dos tombes doivn">(s doivs tombes doiven >(..x morts,http://newsltn1er.maenedlée .org LdeLtn14" ’OaenEdlée "/. Dans s don1">(t e les s tombes do santhisoa">s dos tombes doivnh2 textandhidder">Affan>  M.s/la pendont "/h2 s dos tombes doivn">(s doivs tombes doiven >(..96, citÉdit 3e réAFEBALKte96, citbr / http://www.afebosi.org/ itle="A d'ciudgetef1ui e ' deonumentors dpositic">www.afebosi.org"/. Dns s doivdoivs tombes doiveniven >(..x morts,http://j 24n ns.maenedlée .org/ itle="P voyistoiriuviarécoScllecksoo) te. Dans s doivdon1">(t dot e les e les s tombes doivn santloot"texivs tombes doiven ISSN c de /sporia 1965-0582te mivs tombes doiven ..x morts,http://j 24n ns.maenedlée .org/bositiohisto/?oig<=map">p=" la psn.or/io – .x morts,786iCletact"/.  – .x morts,78 Crvo«cte.   – .x morts,http://j 24n ns.maenedlée .org/bositiohisto/?oig<=backind >Fluxd sesyndoc0Les "/. Da mivs tombes doiven < t"..x morts,http://j 24n ns.maenedlée .org/> les adht rs s à OaenEdlée eJ 24n ns"/.  – .x morts,http://www.lodel.org/>Édit 3ture vLodel"/.  – .x morts,http://j 24n ns.maenedlée .org/bositiohisto/lodel/>Accrangut cervt "/. Da ms tombes doivn les e les e les s tombes ilitp type < /javailitp src js/jriary.js /ilitp>s tombes ilitp type < /javailitp src js/omice .min.js /ilitp>s tombes ilitp type < /javailitp >//L'" }, // Zoomtionals 96,T s tombes ilitp type < /javailitp src js/fancybox/jriary.fancybox-1.3.1.pack.js /ilitp>s tombes ilitp type < /javailitp src js/aieff (.min.js /ilitp>s tombes ilitp type < /javailitp >//L').ready(fueu du () { jQiary.ajax({ async:e ue, url: "524?tue es=l adby&k ". fr&nueeprrburl=1", sucperi: fueu du (le l24nedDataC adby ) { if(e l24nedDataC adby){ jQiary( '# du ul> ' ).afisr(le l24nedDataC adby ); jQiary( '#v idtcu'exp[ ]' ).afisr(l' |-Herzégovil adby Cit 3tré"/. ' ); jQiary( '#l adby li' ).css( "mnloin","1em 0 "); } } }); bes }); //]] /ilitp> s tombes ilitp type < /javailitp >bes vé_paq = _paq || []; bes // sp ckirimethodsorike "setCa somD'expleme should b. anrid b.fSeco"sp ckPnalView" bes _paq.push(['setCa somVatifble', 1, 'Do L'.do L'Title , docem>L'.do L'. itle]); bes _paq.push(['sp ckPnalView']); bes _paq.push(['endbleLinkTp cking']); bes (fueu du () { ombes véus,https://pk.labof (o.org/; ombes _paq.push(['setTp ckirUrl', u+'pk.php']); bes s _paq.push(['setS aId', '3']); bes s véd=docem>L', g=d.createEes met('ilitp') ed=d.getEes metsByTagName('ilitp')[0]; bes s g.type ' /javailitp'; g.async=e ue; g.defer=e ue; g.src u+'pk.js'; s.parmetNode.ić,tB.fSec(g,s); bes })(); be /ilitp>be !-- Es gPiwiknCoden--> s tombes ilitp type < /javailitp src https://aranuc-atigin.maenedlée .org/maenbarre/js/o (o.js?. Ln=2014-12-01 /ilitp>s tombes ilitp type < /javailitp src https://aranuc-atigin.maenedlée .org/js/jriary.jsonp-Ltest.min.js /ilitp>s tombes ilitp type < /javailitp > !-- bes jQiary(docem>L').ready(fueu du ($) { oif ( $.fn.fancybox == uèdfietd ) { ombes $.getSlitp( https://aranuc-atigin.maenedlée .org/js/fancybox/jriary.fancybox-1.3.1.js , fueu du () { ombes bes $('a.if1bHerzégov'+. La.url+' >'+. La.ns or in"/. '); bes s s $.ajax({ bes s s type: "GET", bes s s url: "524?tue es=pdfes d&nueeprrburl=1", bes s s sucperi: fueu du (msg){ bes s s $('#dlLinks').'É"nd(msg); bes s s } bes s s }); bes s } s }); bes s $('#pLtecept sori').ltoc('ttantend', fueu du (e) {}); bes s $('input[nL').ready(fueu du ($) { $(fueu du () { if (docem>L'.cookie.icdexOf("__cookieeldrt=1") == -1) { $(" >").html("D \"cookie \">Ed' son17"aux votclanavales , mentocut pte, vououacce vizes'=s'en 0Les monucookies. .x morts\,http://www.maenedlée .org/6540\">Ed'saient pit "/. Da dir=" \"cAprcookieeldrt\" Da dir=").'ttr("id , "cookieeldrt").'É"ndTo(t une"); $("a,.cAprcookieeldrt").cpan (fueu du () { véexpDate = new Date(); expDate.setT'ex(expDate.getT'ex() + (365 * 24 * 3600 * 1000)); docem>L'.cookie = "__cookieeldrt=1;expont = + expDate.toGMTString() + ";do e ilitp>s tombes santmaenbarre">s dos tombes don maenedlée "> s tombes s don > tombes s dos tombes doiven s doiven x morts,http://www.maenedlée .org">OaenEdlée "/. s doiven s="textandnubm>Luanav-toggle-show"> s tombes doiveniven >(.s doiveniven dir=OaenEdlée eBookae" dir=s doiveniven ">(t dot bes s s >(..x morts,http://booka.maenedlée .org"> < itle OaenEdlée eBookae" dir=Livr=publiscllecksoo) (..x morts,http://booka.maenedlée .org/tatalogni"=Livr=pte. Dans s doivdo bes s s >(..x morts,http://booka.maenedlée .org/s droshera">Édls Pae". Dans s doivdo bes s s >(..x morts,http://booka.maenedlée .org">Ed'saient pit "/. Da>(.s doiveniven /">(t dot Da>(.s doivenivs tombes doiveniven >(.s doiveniven dir=OaenEdlée eJ 24n ns"/ dir=s doiveniven ">(t dot bes s s >(..x morts,http://j 24n ns.maenedlée .org"> < itle OaenEdlée eJ 24n ns"/ dir=Ruviarécoscllecksoo) (..x morts,http://www.maenedlée .org/tatalogni-j 24n ns"clas iuviarte. Dans s doivdo bes s s >(..x morts,http://j 24n ns.maenedlée .org/6438">Ed'saient pit "/. Da>(.s doiveniven /">(t dot Da>(.s doivenivs tombes doiveniven >(.s doiveniven dir=C danda"/ dir=s doiveniven ">(t dot bes s s >(..x morts,http://c danda.org"> < itle C danda"/ dir=Anoecksosclletiforiaite. Dans s doivdo bes s s >(..x morts,http://c danda.org/search>Accéder ouxdnoeckste. Dans s doivdo bes s s >(..x morts,http://c danda.org/ab».">Ed'saient pit "/. Da>(.s doiveniven /">(t dot Da>(.s doivenivs tombes doiveniven >(.s doiveniveniven dir=Hypoth&egheme;ses"/ dir=s doiveniveniven ">(t dot bes s s >(..x morts,http://hypotheses.org"> < itle Hypoth&egheme;ses"/ dir=Carnignaoiriut type=te. Dans s doivdo bes s s >(..x morts,http://www.maenedlée .org/tatalogni-s"> booka C talogniong>Toarnignte. Dans s doivdo /">(t dot Da>(.s doivenn1">(t dot e les bes s s < tanav-toggle-show"> bes s s s="textandnubm>Lu"> s tombes doiveniven >(.s doiveniven dir=Ltn14" & eldrtes"/ dir=s doiveniven ">(t dot bes s s >(..x morts,http://newsltn1er.maenedlée .org < itle Ltn14""/ dir=S'abnairP&agheme;u etLtn14" 'OaenEdlée "/. Dans s dot bes s s >(..x morts,http://search.maenedlée .org/icdexeldrt.php?a=deilitpé, < itle Aldrtes & ebnai mets"/ dir=Accéder ouet lvic=te. Dans s doivdo /">(t dot Da>(.s doivenivs tombes doiveniven >(.s doiveniven x morts,http://www.maenedlée .org/14043 OaenEdlée eFreemium"/. s doiven Da>(.s doivenn1">(t dot s doivenivs tombes doiveniv s tombes doiveniven cept acs on="//search.maenedlée .org/"imethod="get"> s tombes doivenivenen cieldset s doivdo bes s s les bes s s input n bes s s bes s s input type bes s s en >abelscep idhej 24n nradiol>an>  Ceiuvia"/>abeltbr/tbr/ts s s input type >abelscep imaenedlée radiol>an> OaenEdlée "/>abelt s les bes s s buttmbetype < dir=Rut type=re" dir="/buttmb les les les les les s tombes don Dj s tombes doivn < itle-shar="> bes s s s="textandnubm>Lu"> s tombes doiveniv >("textandbg-sav"> < dir=emtue es , a"/ dir="/rdir=s doiveniveniven s s= s tombes doivenivenen ns s doivdo s tombes doivenivenenivn = s tombes doivenivenenivivn t>Ti14" : lt s doivdo s tombes doivenivenenivivn dipositiohistoTr dis doivdo s tombes doivenivenenivivn diRuvia ’ deonumpitrie exiplindont "/ dis doivdo s tombes doivenivenenivivn t>Ed'bort : lt s doivdo s tombes doivenivenenivivn dis doivdo bes s s en 'anériodena pMoyen Âg" à nos estrsDa mivvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv"/ dis doivdo "/ = Dans s doivdo s tombes doivenivenen ns s doivdo s tombes doivenivenenivn = s tombes doivenivenenivivn t>Edls P : lt s doivdo s tombes doivenivenenivivn diA d'ciudgetef1ui e ' deonumentors dpositic (Afebosi)"/ dis doivdo s tombes doivenivenenivivn t>SuÉtat : lt s doivdo s tombes doivenivenenivivn diÉ de /sporia"/ dis doivdo s tombes doivenivenenivivn t>E ISSN : lt s doivdo s tombes doivenivenenivivn di1965-0582te dis doivdo s tombes doivenivenenivivn t>ISSN imr pié : lt s doivdo s tombes doivenivenenivivn di1279-7952te dis doivdo "/ = Dans s doivdo s tombes doivenivenen ns s doivdo s tombes doivenivenenivn = s tombes doivenivenenivivn t>Acc&egheme;s : lt s doivdo s tombes doivenivenenivivn diOaenuacces "/ dis doivdo "/ = Dans s doivdo s tombes doivenivenen ns x morts,//www.maenedlée .org/601 Voie ménotic>,stoire. tatalogni OaenEdlée "/. Dans s dot s doivenivenen 1">(t dot s doivenivDans s doivdo s tombes doiveniv >("textandbg-sav t". s doivenivenen rdir=DOI / Référeaces"/rdir=s doiveniveniven s enivenen s= s tombes doivenivenen ns x C au patte référeace"/. Dans s dot s doivenivenenbes doivenivenen 1">(t dot s doivenivenivenen 1ns !-- /DOI / Rerft reacesn--> s tombes doiveniv >("textandbg-sav t"tr" idlLinks" Dans s dot s doivenivenenbes doivenivenennnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnns tombes doiveniv >("textandbg-sav tef1om-s rdir=Du iêtouauirece"rdir=s doiveniveniven s enivenen s= s tombes doivenivenen ns s doivdo rdir=tieff (Mia piêtouauirec an>  Ceiuvia"/rdir=s doiveniveniven s enivenen s= s tombes doivenivenenivivn>(..9 Dej Dim ehrjès e" dir="s= s tombes doivenivenennnnnnnnn >("textand itle 2072 >Soa peu deion etss="titlvioleace [T dipositiohistoTrans eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeVo . VIIImpg° 1 | per "/rdir=s doiveniveniven s enivenen "/. s doiven en s enivenen "/ns s dot s doivenivenenbes doivenivenennnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn 1">(t dot s doivenivDans s doivdo 1">(t dot s doivenivenivenennnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn"/ns s dot s doivenivenenbes doivenivenennnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn 1">(t dot s doivenivenivenennnnn 1ns !-- /D pif touauirecn--> 1">(t dot s doiven bes s s s="textandnhar="> doiven bes s s nn >("textandivic ivic-twitt"tex x morts,http://twitt"t.com/nhar=? <=Pr%C3%A9e 200Les +de+soi+et+na < dir=Twitt"te" dir="/ionns s do doiven bes s s nn >("textandivic ivic- Lebookex x morts,https://www. Lebook.com/nhar=r.php?u=Pr%C3%A9e 200Les +de+soi+et+na (t do les s tombes doivn bes s s sants=" . La"> les les les s tombes donbuttmbetextandivic ivic-sav">"/buttmb !--[if l(nk rel styleshee " zégovhttps://aranuc-atigin.maenedlée .org/maenbarre/css/ie_maenbarre.css" ![endif]-->e les s tombes / une s tombe