Navigation – Plan du site

Entre tolérance et concurrence

La communauté catholique et son identité dans l’Albanie post-communiste
Between tolerance and competition. The Catholic community and its identity in post-communist Albania
Mickaël Wilmart

Résumés

La communauté catholique en Albanie est minoritaire (environ 13 %) et sa population est concentrée au nord-ouest du pays. Depuis la fin du régime communiste et après des décennies de politique athéiste, le discours officiel essaie de mettre en avant la coexistence pacifique entre les confessions et un esprit de tolérance des Albanais même si des tensions existent. La communauté catholique a construit de son côté un discours identitaire, définissant l'Église à la fois comme missionnaire et comme martyre et en mettant en avant des figures catholiques albanaises (notamment Mère Teresa).

Texte intégral

  • 1  Papadopoulos (Constantin), « L'Église des Catacombes », Koha e jone (Paris), 30 (10-12), oct.-déc. (...)
  • 2  La religion a été officiellement interdite en Albanie en 1967 et de nouveau autorisée en 1990.
  • 3  Ce sont ici les dates de l'historien qui ne prennent en compte que le statut officiel des religion (...)
  • 4  Ainsi le pèlerinage en l'honneur de Saint-Antoine de Padoue qui se déroule à Laç, au nord de Tiran (...)
  • 5  Les bektachis sont membres d'une confrérie mystique musulmane hétérodoxe, la Bektachiyye, qui est (...)
  • 6  Dervishi (Zudhi), « Restoration of the Religious Denominations and of the Democratic Culture of To (...)
  • 7  Voir l'étude de la sociologue albanaise Elira Cela, basée sur des interviews réalisées à Tirana en (...)
  • 8  Il ne faut cependant pas perdre de vue qu'il existe un phénomène de conversion depuis 1991 dont on (...)

1« Notre catholicisme est peut-être le plus primitif du monde catholique »1déclarait, en 1991, Simon Jubani, prêtre à Shkodër et l'un des animateurs de la renaissance du culte catholique en Albanie après les décennies d'athéisme imposées par le gouvernement communiste2. L'absence d'encadrement des fidèles par le clergé, entre 1967 et 19903, a, en effet, plutôt favorisé la transmission de la foi dans le cercle fermé de la famille, et donc de gestes religieux non contrôlés par le clergé, même si cette transmission est elle-même à relativiser tant le risque de délation était grand jusqu'à l'intérieur même de la famille. Le catholicisme en Albanie est une religion largement minoritaire et les pratiques religieuses manquent parfois d'orthodoxie. Si on met souvent en avant le syncrétisme des musulmans envers les pratiques chrétiennes4, on oublie généralement de rappeler la réciprocité du phénomène. Ainsi, le tekke de Krujë, au nord-ouest du pays, est à la fois fréquenté par des bektachis5, des musulmans et des chrétiens6. En fait, les catholiques albanais sont dans une très large majorité peu au courant du dogme et leurs pratiques religieuses sont plutôt liées à une recherche de l'efficacité7. L'identité catholique ne serait donc pas ici uniquement celle d'une pratique religieuse mais d'abord celle d'un groupe communautaire minoritaire dans un pays majoritairement musulman. Les communautés religieuses en Albanie sont en effet avant tout des groupes identitaires dans lesquels l'individu s'inscrit par tradition familiale, qu'il soit ou non pratiquant8.

2La construction d'une identité religieuse passe essentiellement à travers un discours qu'il s'agit de saisir pour comprendre comment elle peut émerger dans une société multiconfessionnelle dominée numériquement par la communauté musulmane. Cette identité paraît d'autant plus difficile à affirmer qu'elle doit se développer dans un discours dominant qui fait de l'Albanie un exemple de tolérance et de coexistence interreligieuse.

3Pour étudier cette identité, l'approche choisie est multiple tout en restant incomplète. Plus qu'une définition, il s'agit de réfléchir aux marqueurs possibles, aux thèmes développés dans les discours des entrepreneurs identitaires (clergé et intellectuels) et à leurs échos visibles, notamment dans l'art et les débats politiques relayés par la presse. Les axes de recherches ouverts ici sont évidemment loin d'être clos. L'identité de la communauté catholique albanaise se construit en effet dans une société multiconfessionnelle mais l'étude d'un seul groupe permet de poser des questions préalables à une recherche plus large et comparée.

Une minorité concentrée au nord-ouest

  • 9  Ces chiffres sont disponibles sur le site internet : http ://www.catholic-hierarchy.org qui donne (...)
  • 10  Les régions du nord où se concentre la population catholique ont connu une croissance démographiqu (...)

4Depuis 1942, il n'y a pas eu de recensement en Albanie prenant en compte les identités religieuses ou ethniques, même si le recensement de 2001 a suscité de vifs débats sur cette question. Il n'y a pas de statistiques officielles organisées par l'État et les seuls chiffres dont on dispose pour une analyse de la situation démographique sont ceux donnés par l'Église catholique elle-même9. Ces chiffres doivent donc être considérés avec beaucoup de précaution car il s'agit d'une autoévaluation et on en ignore la méthode d'élaboration. Toutefois, ils reflètent une certaine réalité et, s'ils ne sont pas à prendre pour une description exacte, ils donnent une tendance générale dont on peut tirer des conclusions pour comprendre la situation de la minorité catholique en Albanie. Il ne faut cependant pas perdre de vue que cette description est faite ici pour un moment donné et que la géographie de la population catholique albanaise connaît une évolution due à la situation économique du pays qui pousse les habitants du nord, notamment de Shkodër, à émigrer vers les régions centrales autour de Tirana, voire à quitter l'Albanie. En 1942, les catholiques représentaient 10,3 % de la population et en 2002, leur part serait de 13,4 %, ce qui, compte tenu de l'évolution démographique du pays10, paraît tout à fait plausible et rend les chiffres donnés crédibles.

5Cependant, ce chiffre brut d'un pourcentage de 13,4 % sur l'ensemble du territoire n'est pas représentatif de la réalité perçue sur le terrain par tous les Albanais. En effet, il existe une forte disparité régionale de cette population qui est pratiquement absente au sud et regroupée dans les régions les plus septentrionales, et plus particulièrement au nord-ouest du pays. Ainsi, 99,85 % des catholiques sont concentrés sur 45 % du territoire national, c'est-à-dire les deux ar-chidiocèses de Durrës-Tirana (18 paroisses pour 2 263 km2) et de Shkodër (29 paroisses pour 2 363 km2) ainsi que les quatre diocèses de Sapë (20 paroisses pour 2 544 km2), Lezhë (15 paroisses pour 750 km2), Rrëshen (17 paroisses pour 3 463 km2) et Pult (18 paroisses pour 1750 km2), la moitié sud du pays étant sous l'autorité de l'administration apostolique de l'Albanie méridionale (6 paroisses pour 16 172 km2). Dans cette moitié nord, les catholiques représentent 27,3 % de la population et 49,4 % dans les cinq diocèses les plus septentrionaux. Si on exclut l'Albanie méridionale, c'est l'archidiocèse de Tirana qui a la population catholique la plus faible (9,66 %) alors que c'est le diocèse de Pult (le moins peuplé et le plus au nord) qui en a le pourcentage le plus élevé (74,73 %). Cependant, le calcul de la densité de la population catholique ne donne pas les mêmes résultats, puisque les diocèses sont de taille très variable. On compte ainsi dans le plus petit diocèse, celui de Lezhë avec 750 km2, 113,3 catholiques au kilomètre carré, alors que le diocèse de Pult, qui avait le pourcentage le plus fort, n'en compte que 17,5 au kilomètre carré, ce qui s'explique par un relief montagneux peu habité.

  • 11  Voir ses propos dans Papadopoulos (Constantin), art. cit., p. 24.

6Cette disparité régionale cache en réalité une autre disparité, celle de l'encadrement des fidèles. En effet, le clergé semble particulièrement mal réparti sur le territoire albanais, même si – comme nous allons le voir – cette répartition a sa logique propre. En 1991, Simon Jubani, prêtre de Shkodër, estimait à environ 500 le nombre de paroisses nécessaires à l'encadrement de l'ensemble des fidèles catholiques albanais11. Plus de dix ans après, en 2002, on ne compte toujours que 123 paroisses. Ce chiffre n'a pas changé depuis 1999. Cependant on a assisté à un redéploiement géographique des paroisses. Les diocèses où le nombre de catholiques est le plus faible ont réduit leur nombre de paroisses afin de laisser plus de moyens aux autres régions. L'archidiocèse de Durrës-Tirana est ainsi passé de 19 à 18 paroisses tandis que l'administration apostolique de l'Albanie méridionale en perdait huit, passant de 14 à 6 paroisses. Ce redéploiement a profité à l'archidiocèse de Shkodër qui en a gagné deux et aux diocèses de Sapë (trois paroisses en plus) et de Lezhë qui passe de 11 à 14 paroisses. Toutefois, et malgré l'existence d'un séminaire à Shkodër, le nombre de prêtres est encore trop faible pour un encadrement adéquat. Si, sur l'ensemble de l'Albanie, on compte, en 2002, 133 prêtres (séculiers et réguliers), dont 18 albanais, pour 123 paroisses, ces chiffres cachent en réalité les difficultés que connaît localement l'Église. En effet, en dehors des archidiocèses de Shkodër et Tirana et de l'Albanie méridionale, tous les autres diocèses sont confrontés à un manque de prêtres relativement important. Ainsi, dans le diocèse de Sapë, on compte neuf prêtres pour 20 paroisses, dans celui de Rrëshen cinq prêtres pour 17 paroisses et à Pult huit prêtres pour 18 paroisses. Les situations les plus extrêmes se rencontrent dans les diocèses de Sapë et de Rrëshen, où l'on ne compte respectivement qu'un prêtre pour 10 000 catholiques et un pour 12 000, la moyenne nationale étant de un pour 3 722. Le diocèse de Lezhë, où la densité de la population catholique est la plus forte, ne compte également qu'un prêtre pour 7 083 catholiques. En fait, la population la mieux encadrée est celle située dans des régions où le taux de catholiques est le plus faible. Si l'archidiocèse de Tirana est proche de la moyenne nationale avec un prêtre pour 2 612 catholiques – le statut de Tirana comme capitale du pays pourrait expliquer ce chiffre –, l'Albanie du sud possède un prêtre pour 186 catholiques !

  • 12  « Intervention de Mgr Angelo Massafra, O.F.M., archevêque de Shkodër et président de la Conférence (...)
  • 13  L'action missionnaire proprement dite serait évidemment à étudier en détail. Il semble qu'actuelle (...)
  • 14  Ces chiffres reflètent certainement à la fois un meilleur recensement par le clergé catholique mai (...)

7Cependant, ces chiffres, en apparence paradoxaux, sont en fait la conséquence du statut d'Église missionnaire donnée à l'Église catholique albanaise par le clergé. C'est d'ailleurs la définition donnée dès les premières lignes d'un rapport fait à Rome en 2001 par Mgr. Angelo Massafra, président de la conférence des évêques d'Albanie : « En Albanie, l'Église est une Église missionnaire au sein d'une société multireligieuse »12. Cette politique de mission évangélisatrice s'est traduite par une augmentation sensible de l'effectif du clergé catholique en Albanie. Entre 1999 et 2002, celui-ci est passé de 102 prêtres à 133 et de 387 religieux (hommes et femmes) à 539. Les efforts déployés pour ces missions ne semblent pourtant pas avoir eu l'effet escompté13. L'encadrement plus serré de la population catholique a plutôt permis de reconsidérer à la baisse les chiffres la concernant. En 1999, l'Église annonçait environ 634 300 catholiques. En 2002, ils ne seraient plus qu'environ 495 00014...

8

Tableau 1 : Statistiques sur la population catholique albanaise

Tableau 1 : Statistiques sur la population catholique albanaise

Source : http://www.catholic-hierarchy.org

9La communauté catholique est donc largement minoritaire au niveau national et reste concentrée dans certaines régions du nord-ouest, de dialecte guègue. On peut donc considérer qu'il existe un critère géographique et linguistique dans l'identité catholique albanaise, même si, dans la pratique, cela n'apparaît que peu dans les discours. L'Église catholique affirme, quant à elle, une identité missionnaire importante. Or, cette identité missionnaire peut se comprendre de deux façons : une évangélisation des populations à rechristianiser après l'époque communiste ou une évangélisation des membres des autres communautés. Dans les deux cas, l'Église entend inscrire l'identité catholique dans un rapport d'altérité entre elle et les autres groupes confessionnels présents en Albanie.

Tolérance et jalousie, les relations interconfessionnelles en Albanie

  • 15  Sur l'utilisation politique du bektachisme en Albanie, voir Clayer (Nathalie), « Le bektachisme en (...)
  • 16  On se concentrera ici sur le discours officiel de tolérance. Sur les applications constitutionnell (...)

10L'identité missionnaire de l'Église catholique s'affirme dans un contexte interconfessionnel fortement marqué par une politique et un discours officiels de tolérance. Ce discours de tolérance et de bonne entente entre les quatre communautés traditionnelles (musulmans, bektachis, catholiques et orthodoxes) apparaît comme la troisième posture des dirigeants albanais tendant à atténuer les conséquences possibles, à l'intérieur de la société albanaise mais aussi (et surtout ?) aux yeux des observateurs européens, de la cohabitation entre les différents groupes religieux composant la nation albanaise. Dès la « Renaissance » albanaise au XIXe siècle, les albanistes ont cherché à atténuer ces différences. Doit-on encore une fois rappeler la célèbre phrase de Pashko Vasa, « Ne voyez ni églises ni mosquées, la religion des Albanais, c'est l'albanité », reprise comme leitmotiv de toutes les politiques religieuses depuis l'indépendance ? Cette atténuation des différences s'est aussi manifestée par un discours destiné à montrer que l'Islam albanais était un Islam européen ouvert sur les autres religions et dont le bektachisme serait la manifestation la plus visible15. Le régime communiste a tenté de poursuivre cette politique en la radicalisant sous couvert d'idéologie marxiste-léniniste. C'est ainsi que, dès 1967, toutes les religions sont interdites en Albanie. Les intellectuels communistes tentent alors de montrer la faiblesse du sentiment religieux du peuple albanais en qualifiant d'opportuniste sa conversion à l'islam. Ainsi, les Albanais n'auraient jamais été un peuple très croyant. Depuis la fin de la dictature communiste, avec l'application de la liberté de conscience16, c'est désormais la tradition de tolérance entre les religions qui est mis en avant dans le discours officiel.

11De la négation du sentiment religieux sous le communisme, les dirigeants albanais, dès les premières années de la démocratie, sont passés à l'apologie du rôle des trois religions dans l'histoire albanaise. En 1992, lors d'un colloque international sur la liberté religieuse à Tirana, le président de la République, Sali Berisha, déclarait :

  • 17  « Message de M. Sali Berisha, président de la République d'Albanie », Conscience et liberté, (46), (...)

Au cours de son histoire, l'Albanie a connu une cohabitation pacifique empreinte de tolérance entre les membres des trois religions principales : les musulmans, les orthodoxes et les catholiques. On le constate à l'absence de guerres religieuses. De plus, les différentes communautés ont fait preuve de respect mutuel et ont même partagé les jours fériés et les fêtes religieuses. La foi religieuse a joué un rôle significatif en unifiant le peuple albanais lorsqu'il était menacé par des forces extérieures17.

  • 18  « Intervistë e Presidentit Moisiu dhëne Radio Vatikanit » (interview du Président Moisiu donnée à (...)

12Sali Berisha insiste ici sur la tolérance en Albanie comme phénomène historique, comme une attitude inscrite dans la nature même du peuple albanais. Il met en avant une cohabitation exemplaire à un moment où une guerre oppose Serbes orthodoxes et Musulmans en Bosnie-Herzégovine. La mise en avant de cette tolérance interconfessionnelle est donc à situer dans un contexte balkanique mouvementé, dans lequel l'Albanie doit apparaître comme un facteur de stabilité. Douze ans après la déclaration de S. Berisha, un autre Président, Alfred Moisiu, tient le même propos sur l'exemplarité de la coexistence pacifique des religions en Albanie. Lors d'une interview donnée à Radio Vatican le 2 décembre 2004, il annonce l'organisation d'une conférence internationale les 9 et 10 décembre de la même année, réunissant les Présidents des pays balkaniques, sur la tolérance interethnique et interreligieuse. Il déclare à cette occasion souhaiter que « cette tradition qui existe dans le peuple albanais ne soit pas seulement connue des autres mais soit aussi apprise de nous par les autres »18.

  • 19  Les conclusions de ces scientifiques peuvent être diffusées dans la presse quotidienne. Voir par e (...)
  • 20  Extrait de la chanson « Tirona », enregistrée par le groupe West Side Family et Edi Rama en 2003.
  • 21  Observation de terrain, Tirana, août 2004.

13Comme pour les politiques précédentes, les scientifiques interviennent pour renforcer le discours officiel. Ils s'attachent ainsi à expliquer cet équilibre et à rassurer quant à sa pérennité en montrant qu'il n'y a effectivement aucun risque de conflits religieux en Albanie19. Des artistes d'horizons assez divers tentent à leur manière d'exprimer cette tolérance qui caractérise la société albanaise. Ainsi, un groupe de rap, chantant en duo avec le maire de Tirana, Edi Rama, définit Tirana comme l'endroit « où se côtoient des mosquées et des églises »20. À Tirana toujours, dans une rue proche du centre, a été peinte sur un mur une fresque représentant les toits d'une église catholique, d'une église orthodoxe et d'une mosquée collés l'un à l'autre avec en dessous le slogan « Paix, Tolérance, Entente » (Paqe, Tolerance, Mirëkuptim)21.

  • 22  Stafa (Haxhi Selim), « Interview », Koha Jonë, 9 décembre 2003.
  • 23  Mirdita (Mgr Rrok), « Harmonia fetare në Shqipëri është merite e vetë popullit » (L'harmonie entre (...)
  • 24  Synodus Episcoporum, (op. cit.).

14Ce discours officiel est également relayé par les autorités religieuses tout en se gardant d'accorder la responsabilité de la tolérance aux seuls dirigeants politiques. Ainsi, pour le mufti de Tirana, Haxhi Selim Stafa, ce sont « les religions [qui] prônent la tolérance »22 tandis que pour l'archevêque de Tirana, Rrok Mirdita, « l'harmonie entre les religions en Albanie est le mérite du peuple lui-même »23. Quant au président de la Conférence des évêques d'Albanie, Mgr Angelo Massafra, archevêque de Shkodër, il déclarait en 2001 à Rome que « les rapports avec les musulmans et les orthodoxes sont caractérisés par le respect, l'acceptation et la collaboration au service des grands idéaux » et que « en général, les rapports sont excellents, même si les problèmes ne manquent pas au niveau local »24.

  • 25  « 4 komunitetet, peticion Moisiut dhe Nanos » (Les quatre communautés, pétition à Moisiu et Nano), (...)
  • 26  Sur la question de ces propriétés, voir Lakshman-Lepain (Rajwantee), Dimitras (Panayote), Papaniko (...)
  • 27  « Pesha e kryqit në tolerance fetare » (Le poids de la croix sur la tolérance religieuse), Koha Jo (...)

15Ces affirmations, relativisant parfois la politique de l'État en matière de tolérance religieuse, sont en fait assez symptomatiques de la méfiance que peuvent manifester les communautés religieuses dans leur rapport à l'État. Il existe en effet des contentieux qui voient s'organiser une action collective interconfessionnelle contre cet État juridiquement héritier du régime communiste. La question de la restitution des propriétés des communautés religieuses, qui n'est toujours pas réglée depuis 1991, a conduit, en septembre 2004, les représentants des quatre confessions (musulmans, bektachis, catholiques et orthodoxes) à se réunir pour envoyer une pétition commune au Président, au Premier ministre et au Parlement pour réclamer l'accélération de cette restitution25. Cette pétition était essentiellement motivée par les problèmes rencontrés par la communauté orthodoxe qui recherchait des locaux pour fonder une institution culturelle à Përmet. La question des propriétés touche également les lieux de culte, ceux-ci pouvant aussi être des monuments nationaux. Ainsi, le 8 janvier 1996, le Conseil des ministres a interdit les cérémonies religieuses dans une église de Shkodër certains jours de la semaine, parce que celle-ci était classée monument historique. Certains cas semblent particulièrement insolubles. Le monument abritant la « tombe » du héros national Skanderbeg à Lezhë est ainsi réclamé à la fois par les musulmans (puisqu'il est construit sur une mosquée détruite en 1967), les catholiques (il s'agirait de l'ancien emplacement de la cathédrale de Lezhë) et l'État qui le considère comme un monument national26. Les communautés n'hésitent pas non plus à brandir ensemble le spectre d'un retour à la persécution religieuse, quand l'État s'oppose à leurs prétentions. En septembre 2004, la destruction à l'explosif par la police d'une croix orthodoxe de construction jugée illégale, près de Butrint, a déclenché les réactions des clergés orthodoxe, catholique et musulman qui y ont vu les limites de la tolérance religieuse de l'État27.

  • 28  Le Président Sali Berisha est musulman, le Premier ministre Aleksandër Meksi, orthodoxe et le prés (...)
  • 29  « Moisiu, drekrete me preference fetare » (Moisiu, décrets avec une préférence religieuse), Koha J (...)
  • 30  « Kreret e Shtetit, braktisin Katoliket » (Le sommet de l'État abandonne les catholiques), Koha Jo (...)
  • 31  Shekulli, 22 janvier 2005.

16Les communautés religieuses veillent également de très près à la neutralité de l'État, celui-ci ne disposant finalement que d'une marge de manœuvre très étroite pour éviter de déclencher des mécontentements quant à la sincérité de son impartialité. Si le gouvernement de Sali Berisha avait bien tenté d'équilibrer la répartition des pouvoirs étatiques entre les membres des différentes religions28, le dernier gouvernement s'est, lui, vu montrer du doigt plusieurs fois pour son attitude jugée plus favorable aux orthodoxes. Le quotidien Koha Jonë, dont le propriétaire est en fait le président du Parti démocratique chrétien (Partia DemoKristiane, PDK), d'opinion catholique, a ainsi accusé le Président Alfred Moisiu d'afficher, derrière son discours de tolérance, une préférence religieuse. On lui reproche la nomination, le 25 novembre 2004, de quatre hauts fonctionnaires orthodoxes qui viennent s'ajouter à une liste, dressée par le journal, d'hommes politiques orthodoxes exerçant de hautes responsabilités dans l'État29. Si le journal se fait ici l'écho de l'opinion du Parti démocratique chrétien (PDK), dont le président Nikollë Lesi est intervenu au Parlement sur le sujet, cette réaction exprime aussi le climat de jalousie interconfessionnelle qui existe en Albanie et que cache, voire accentue, le discours officiel de tolérance. En effet, pour rendre concrète cette politique, l'État et ses représentants s'efforcent de maintenir un équilibre parfois impossible. Lors des fêtes de Noël 2004, le journal Koha Jonë a ainsi reproché au Président Moisiu et au Premier ministre Fatos Nano, tous les deux de confession orthodoxe, d'avoir assisté à la messe de Noël dans une église orthodoxe et d'avoir ainsi délaissé les catholiques30. Cette fois-ci, la position du PDK rejoint celle du clergé catholique qui a officiellement protesté par l'intermédiaire de l'archevêque de Tirana, Rrok Mirdita. On peut alors se demander si l'effort fait par l'État ne risque pas de conduire à une surenchère permanente. L'ouverture de l'université catholique de Tirana, en janvier 2005, a été ainsi immédiatement suivie par l'annonce d'un projet d'université musulmane par le Premier ministre Fatos Nano31.

  • 32  « Një mision katolik në Gjinarin ortodoks » (Une mission catholique dans le [village] orthodoxe de (...)
  • 33  Voir les journaux Shekulli des 12 et 13 janvier 2005, Gazeta Shqiptarei des 3 et 14 fêulmaem>S10-12,3href="#ftn13">(srégologie mscathonoveinée numériqu 102 pise a, ceux-exprimer cettjeun héros natiout en a et 13 janvier fois un meilleur recensement par le clergé catholique mai (...)
  • cathte gfred se dir=es pro6Les commSali Beri ligieuses l le pvme silkaniqut à sa pomination, leque, l'at,lassialite et un discours officieprès l'époquCs ni moarchscheviatstant>23. Quant auues d'Al,ngelo Mas="#ftn25">2s proble « en généspane catholas="#ftn25">2s problss="paranumbere calcul de du cleIl e

    uree interconfeses affirmationclass de communissrsa pbanierours d3(.n="bodyftnK rflull" id="boliques. On le epuis 199uventy qualipar ledèles. Ene calcti n, il s'agitqropre>Ce dit à l'Éstianiser après l'épo un Islamal dé4, on olerrodyftique »3niveauprocicisme en Alb

    « s ruitconve lal001 i'un pour uprocb

    13(srégol,tition était ets d" id=tien régytionm, il existeclass="parion était es par laessée paue de mi balmal diivnœn Alb class="num">3lique s qui" hreffiques tant. L'ouel l'Albause, quand nocr lnprétentions. En septembre anai Pult,se liste, étrg" id="hne sentre ce dit can le 2 drs offcalement lEn es 1527it eidi " dir="ltrEn septembr la sdcieis. Ceerger dans une sociétéa nationrépaueël dans une église orthodoxe et d'es ne manquen fo3 au niveau local »(...) ésiden pl entrepr « tombe » dclasse demander e commles ent pro6Les comm"paranumber"trôle sig de consaroisssement miden esymbon d'acco (trois paoprotest l'intermédntielleme la confére pouintet quant à elle, unepulatiédi comhde tous="footnou'il s'agit de saisir pour compre tout en se gaine, parcreva>diant>2#fi daé par les autoé. Si le gouMoisiu d'affichotestuses l'intermédiair class=sité deb

    gSi, sentage lmuni(.nte, tosde son des populationcatholiques. En fait, lonales, et plus paret, il existe une fes repit, le lrésidenst,4 % sur bre et à sentie dene sn Alf Églië eK rejoroeéds3 et s erconfessionnelle qui existe en Albanie etre deosquée dset à sa pligieuses ulbaniosquée dses politiques i immnnellssi (etionscours ot ne r les auton car ilcaths, ils reélèbre n class="pa>Classeionsotnotecance"paranrt que peu danles cath Les axes dste dans ldeux rdépendance ? Cettp:/si, un gt surac pro632<, causes danrité entre elle et les autres groupes confession3els présents en Alba3ie.

    3elL s erconfes Les ax elleice s'est traréumSi y"te«mocratieiculièr n2">Tolérance et jalousie, les relations interconfessionnelles en Albanie
    35
    6/em> 9 décembre 2an>  Sur l'utilisation politiquÊnum">2 pas re communiBet 10ristianligieux1990lass=" leYirmasim phté)e ddhet 13 janvier -Lepain (Rajwantee), Dimitras (Panayote), Papaniko (.cembre 2Kada"foo(Ismaïlisation poliproprolicunprne historiChn pscours btrés d'unflex

    Conscience et li Papaniko 11  Voir 9

  • 31  Shekulli, 22 janvier 2005.
L'iden que, dxploui exquefte, effrhë a"sidenotagr de lanee, les dignifiée « >. Si leise, aans ltexte" dtolv2615< la nee cgsmisopulatio>. Si lenalkania, catholiigieu/a>. Cens êors de disroeersionhon eoirs sont excellents, même si les problè3les membres d e P38sé les nrejs="insi que, dttion dcomprendre la es cojee" dir="ltrenui exes cojee"diblsmisopulatin Albanie etqueble le otnou'il s'agi par un dneo>. Si lenalkanotnou'il s'agit ciétéament mnd Islam'occ Les asopulatiotat et ses s nterconfesinsi que, dttion dë avec rflee dezhës="texte"aire isque lro renée «19sionnaireos sur l'exemenquantsoué'un ps à qépeergu'ilanaionséquence dElst Çtiq, « tonnelle contre cence contre concieianiqut sentimee un fdondicen pld uôle fes a conduit,é. renMgr. Anges religiebanaivivour l'aEpar e2 000, laélèbre p discscourencadre comprendrl'harmonie entre les religions en Albanie3e hautes resp3e a39/e leM négau-del«dent,pise poa q pour stes ontun faco-cojeeie interconfesn cltrint, a dtest"cache, uveillm.n="bod Les ax elleas non plus e, près de Busque 2.tr">. Si lenaco (trois pac nrejs="tion dëne ée aupan>  Cmixnée r an28"7rconfes Les ax ellal se fa'alité du clert de quato 31.

40/em> 9 décembre 2Veloo(M ksisation polipropLa natir" id="bjanaiseNit pprerne histoe c le prarie empLanprarois,e à8Voir 128oigt épeet 13 janvier4met de l'État abandonne les catholiqu>31  Shekulli, 22 janvier 2005. s'aiodibmans-le29. Si le. Sa trejs="num">igieu/nuerligieusss="foot terconfessemiebia tenté d interconfesPo="doui une ée Lezhuthodoxles 9ut en a e lbon d'apan>  Ceue nociét htllucatts seMgr. Angelsen Hoxhaulencadrée en cla>. Si le ktachis, cathol 1967, toutenum">lenpolitiquadrée en cl par un d sous istiques religndervaire d'exemftrai67), lsepjat. Jagio ext s2631.

41/em> 9 décembre 2Veloo(M ksisation polipropThnioni burgut Lessecontre cidce c) Mgr.Phoens. d ceux-pomusul les dkiem /spa Spaçeet 13 janvier41 Premier ministre Aleksandër Meksi, orthodoxe et le prés h re ass="olique escembre 2Veloo(M ksisation polipropKokëqethjac le pr Mgr.Phoens. d ce5Voir 39 Selim), « Interview », Koha Jonë4href="#ftn3Pss="olique escembre 2Veloo(M ksisation polipropThnioni burgut Voir 3li>21Koha Jonë44ref="#ftn3Pss="olique escembre 2Veloo(M ksisation polipropKokëqethja Voir 21i>21Koha Jonë45ref="#ftn30">(Ibid.c le prir 5
  • 31  Shekulli, 22 janvier 2005.
  • 13bvoyer une oliqunce coxes qui viepld vaire,">d a"sidd'unindoigt ses deucidce cligiod communi= reesfacos albaSpaçessemieb),giraiharioexplique untos N communip. On ldMas27)oigt dce cligioligieuses lérance. g>

    nrfois [Eéritque. Ceions.]onie entre les religions en Albanie4es ne manquen4es44rea>)e Butrandsien emplacrufredfoo(propstyqëzeb)otre Fatos Nano31.

    46 16"> sonie entre les religions en Albanie5les par le c52005hrel'effeapôr las ainssrac pôlue celle-c d la démocratiethodoxe, carte un crital Skana ton néuel l'AesNit p raTitirme d tiqueata, « l' son des pop Ceergtement ee Lezhstes s euIllyrraonie entre les religions en Albanie5es ne manquen5 fo54 renlmans estdithodoftte dezh a"sidditiipes re sentie dodyftn23 aDurrës (Dyrrseptumnal itimusulc (et surba les Al.réuecprésidilcf p3 aDurrës-à uneonie entre les religions en Albanie5 l'accéléra5»5de cettÀeplu. Cete du citghapppres aditioe éeecalxisre F"num">3son des pot de la con-Pa <,moltr">it esracritmunifo de baptismatroieesa dzég">it erne mosfondépeergF dm1lle d="bo 31.

    56
      .aionté>  l l'Albm1lti" an28XVIIImusu ation aledu peupes eet 13 janvier5de la croix sur la tolérance religieuse), Koha Jo (...)
    2speGenazz/em> lrf par le, Mles cath Angf la e re sistaitége d 000, la ertaisatio>.aionté>  holiimsn reelleette occonie entre les religions en Albanie5de la toléra5de 57. Si lenae'archevêeffnitni cAlbaurnlle-c erligieuple trdténalkandes minis opposlaar imucsi rep pt toujiontte denetre e mosquée est sule l="#est iumfor l-Damceu cdes miniss="num">3e Conseouel l'e tolg>04, la dess stxr l'isunalnitni cpèlorc noteox Ce3bvoyerfra troitigleUveillm.n="bodcan le 2 d href="#dant pn ps 895lkanfor l-DamceuuBa tpouvant, à braot it ciftn3'odyftn23" es tentent aaanumberaton ntdraoir niexte" rchevê.mfor l-DamceuuBa tpouvant e-Herepriému er rndse égunnellBosnie-Headrée e.nvoquanae'archevês aditionlarstes umbere alrd rel=Sod lo Lezhdrv cg>04pcrale contre cgte en 1967), là uneësne 2.a pt toujion19. Si lenactre Fatos Nano31.

    58 3en des populeni/ cocujet, c'ootent le-c l'archevêqaditionneaurnlle-c tiquon ntdli>étrggioln figifiniculièr uventseione"dlarstes ont chant>Bosnietieux laMacrdoinaeu" rchevêqs3 eplo urermmles le i étnum"> tiquon on ntdli>e ;ion nt Astius,lodyftn23 aDurrës etbmSi y"uara98 ;ion nt Thorc us,lo u ation a ;ion nt Dièt,lo u ation a ;i l ri de Fl s etbLCuaus,lo e ;iu ion nt rchev>e jugéetilurchevê> tion dën Siymonté>  ;ion nte23cnandu Krujn a bses dsœs albaSent insolu(ms relg>0n a"a nte2ol que «atholidir="lt En septembsinso)les cathation anté d4acr'un, à Lezhëorchevpitni c ,rms reBosnila toltt">

    e jugée plcf par lbéun peuple trl'acanaiseC onsjus afiersbodenotos,s ete, ures Al.rlue ndnl" id=" mt rntes ce qlaar ile cl<équence duuBioexlkanfew Yorkonfessi'le ConseZojaa>31.

    60ref="#ftn28">(Derconfesu diatement suivie du citRçoss="numbr , 9ides ligieuses,e re sass="olsétien po>L'peet 13 janvier6met de l'État abandonne les catholiques), Koha Jo (.s3 et cathe mtupbe msc:es qui" hMgr.cembre 2Fajqu(Elsenisation politiquMbi ="bupan>a iiefë T.)(...) isir pourisopulationes dafigifiniquele-c T.) tandmteni/iquon béun peuple tsre démteni/ à i" plquefte, rstes ont iebace, e. L'Églion'rthosn sditio(r « toélèbe, ca» du hfaco, l's laïs  fnum">302speele-c T.)31.

    6
      Koha Jo (Albumd gelo3">(fë T.)(Nj bioeeafi eeafike /spa shenjt"cac shir les li>(...) mlle-c alité dsel'aexe l="etétiele-c T.)3 llèloe politiques mai y"enté> , « to a lan28"7rconfes Les ax ell

      lep">(.oujours, dans alttele-c T.). Si lenad=x laélèbe, conie entre les religions en Albanie6es ne manquen6 fo64 par les autres »17.

      ef="#ftn1seuer , ur..)* * *les autres »(...)

      d a"sidet, il eiqfullropre>,eun ralcumun>3at, iqpolics empe la conférm

      cas, l' (étuss i a conduo)eui extees danss'me sboreon pacifique « Ceue ve lal0dtee dm1lle les autres »31.

    65ref="#ftn3Cet ennom(...) 0slide s'agerligieusyer unetndret quventnoite ea nr unn paesidéreôlue celle-c scathjams relligioplituerritquce« tonple touCme dfiosquée dserif à Radisr. On=" mscathonoveiistainssu Radanderepaleiteo exn comm'es enteentenuvelroite polaan c="num">300sir pou9uvent,lasi=ealses zhteéguliers duxi> a les9ns ltekandes mini)speclardipose Sf102 pcois cidcor(...) 04, la des Les ax ellerile cg>

    isir pourisopulatioou d d'unsir pourisopulationes dafigifiniquele-c T.)iaesidérer qu'il exil'archevêqre esl"sdenochémos'oligieu les autres »( wRniozlaue -->"footnautres »(">N ref="#f a en ra1 f="#ftn1Fles relSymbonl'accélAlbanie1">1rel'l class="siPapado unlos (pouvoursinisation poli AngL dir="ltrnssaCleacs case re scois pourdmtend arie) 30 (10-12) b .-d d'.tés dir 24oigt moecgeloidcmn ufe respsuvrecom"cache, "foormaisliquee np Il exid voltent lass=etlne p« Nj : ls s dir="ltridcmn uvs les autres »certainesie poinss,lenna>l'acaeréaë avece mtu dtte fois0dt a que pouruvAlbanie etSimre Juhevns sl7rétentn: les /u href="#geloiprendreuprocrai67)kodli>même si, dans la ,=e chrsi'iseto 102ant toujiontn septembxes usenu lay nles autres »cour s albaS con-AntoinantrPadon>=tai cadt paultekanLaç, el, o sen là une srasui"#ftnales, et pls ntrer du dr04, de ShkodntAlbnum3niseurentus="teagettir'uooteafaulte. L'Églis,stres a isF ddiauine ce qon est els sl7i#est exagonaux.ée est dezhrai6e trdu nèlorc d. 2">(.pass="siNdojaa(Alekremini)sation poli Ang1ebL'et » (Lhttp://www.kilitend.cae/">http ://www.kilitend.caerea>)otre Fatos Nano a en ra6 f="#ftn1Fles relSymbonl'accélAlbanie6»6rel'l class="siDsontshi (Zudhi)sation poli AngRnitaiulatioof te eRque pous Den discourss'oldoof te eDemocralecotuln'aurof Tolorquceilbte eTstdithod unrchev Town empte eKrujaaClsee re scoisFosqvto Fosqattitudonilb1996otre Fatos Nano7rel'l c2">(. denudtenes daeocient"te, sont pagEl uuCeea a queesne oliqParti iewsuégulia'uns2speà uneës1992Mgr.cembre 2Çtiqu(El uisation politiquSoupç coxre élèbre « Nj :yivleit u'ila,réquenceli>< scoispouvcun de lmania doéattitud(46) d ce3 [Aciss"nursyerosiumscoisLlania doé dinentvcun de est s On="ée détrupaix u'ila,ec le pr s( )ie26-28rms s1992]otre Fatos Nano8rel'l centxemftu dcomprendre la perdfiniquvuedë'nanee réaot s ennome jugopr reitaideraoteca"footre Fatos Nano9rel'l cCssd>ite loxs paruisut laueseétien po>L'PartinetMgr.ct » (Lhttp://www., dans c-hierarchy.org/">http ://www., dans c-hierarchy.orgrel'la>. dr niextsce mtomprd'ac#tte foisquca que rnoveie cgte ns citigltre Fatos Nano10rel'l cL drtement s"nur o sepluss...)(.pass="siClay7i#(N quutilisation politiquGodilbte e“Loldoof te eMercexts”. ThoeRque pous Ce< scoisÖsi> sileiole eOste ftec le pr45 (1-2) num3niôlue celle-ce «r 282)otre Fatos Nano11rel'l c2">(.s"sdenotos de escembre 2Papado unlos (pouvoursinisation poli/span>   dir 24otre Fatos Nano12rel'l ctiquIarti dle trdu egr23. Quant au pO.F.M. président de la Confér est"ctes de Ndu cittnotecall" id="bodyftn23" r ahevês iseto10rsup>musu sine, 'un ation et e End reeller0"...)< id="bodyftn23" (30s re. - 27 b ."num1)ie in4,b e, une 1li>http ://www.valecan.varea>)otre Fatos Nano13rel'l cL.réimehe g class="teenot-ce «di2asealipanviaem>29L'Partinet.(ct » (Lhttp://www.aed-fmatio.org/obgsonacrati">http ://www.aed-fmatio.org/obgsonacratirea>)emntieuxincél sdrif full's25. Cetes al,ionfesuni=ir pou9uvEs1999gmunauryfexteFigiorge gaenéra" id="bréivierss car..)e jugés bénsi, ilalleseôlue ipaiujoyrmais l déclcunpr up" uatre coxre "ct-r qeect couGrâcoexisod :yivleit, ilt une éôl démvrelatre Ceue um">2014rel'l cCssd>ite lox rfl accncocues a e>30émig car à leur maaventr'Salr">gSiutre Fatos Nano15rel'l cS3 epluenpopule trnan class=r0"bek leiomae'archevês v">(.pass="siClay7i#(N quutilisation politiquLe"bek leiomae'ieuxg>04, la des iculièr à leur maeetb entiehrunotéo-cu. Cete du c'Islamlass=" leBou2.d-Ayoub (Josiduo)e BuCazz/eig s(G Mar.o),lodds. scoisTracss"num">niser. Myte s"num">nnclasiers et Pmuniss"nurL"bodyrmais cg>04, la des lerticuliisF ddif="rr">ete eec le prP mae/ arieMgr.Edithods ETSe/ Libr="pie Philosoph"num"Vr ne eutre Fatos Nano16rel'l cOnss...)26  Sur Dcmn reca(Peuryrelr Papanikolar l'(N fsikaisation poli3">(Cte ns cs ttnrchev c le prCde ees rr Docupan> car àldoInalr ulatioo M classiliqPanEunote - SnovheaigiEunote,s relie, une 0,lpr 43-46esPo="dralcumr,s cg>04,r gtpou<équence du p à8elg>0n danlcitnia doé dinentvcun deothodznutesxns> dans uneqlicisme en Alvece mtu ddu n'h er on udl (puouDaariq,sco> taté2>Shekà8,nee re ézhës.. Si ris de' c atpru citRlèbre a>. Ce">it erne mosfoës1998 Ceue Ce30 dans uneqlicisme en Aln pacifiqus.mforrss'olses ge lmunijonfes à i" sg partent . Sôlues (et surtoà ieuxg>0sir pou9Mgr.l'AïdeBoeFitraeu" rïdeBoeKeb>(.nrespons, de Shkod,mforcenr, il Pâ (puiigqu'il exis="tn septembnrespons,>. Si leipli BerNevruzbnrespons,bek leioutre Fatos Nano17rel'l ctiquMidenoteique.a licBerisou,t"ctes de Ndu citRçoss="numbr li>< scoispouvcun de lmania doéattitud(46) d ce3 dir 36 (numomroeep" despbréss"nursyerosiumscoisLlania doé dinentvcun de -s On="ée détrupaix u'ila,ec le pr ie26-28rms s1993)otre Fatos Nano18rel'l ctiquIarti uivl e diasiaesidouze an dhspne Radio Vulakrlixli>L'ntre cidtes dec à leur mae(ct » (Lhttp://www.piasiaesi.al/">http ://www.piasiaesi.alférenrubins j tiquIarti uivae re)otre Fatos Nano19rel'l cL dr.)  Lesplusieursne. 2">(.s sci>ns ltMgr.cembre 2Fug s(AÉglisation politiquA rrezikosim ng sPartgrizm fei rr re/lir span ?li>u . Cenrespg>04pqtglc pen lass=si surtogleipoumérings=d="brs enteni= ige unlurtoàn pp"pilropre> les autres »20rel'l cExitaidontre cghmai< senregiter coen clasnum">2021rel'l cObgsonace trdu i> a l,r ieaoût ne eutre Fatos Nano a en ra23 f="#ftn1Fles relSymbonl'accélAlbanie23 >23rel'l class="siMiodi2 s(egr2Rrokisation politiquHar. Aia fei rlanee/lir span ështëlmrsi  vetëlpopullixli>24rel'l cbrak...)  )utre Fatos Nano25rel'l ctiqu4 koa cltete etpeue io Mze andonhe'N losli> dans uneq,héetithodopaluze an tsN lot, braktisin Kon attitud29ides ligieuses,utre Fatos Nano(.pass="siclass="num">26  Sur Dcmn reca(Peuryrelr Papanikolar l'(N fsikaisation poli3">(opa>   ttitudpr 42-43 les autres » l'l ctiquPesourdmkryqidoneetolorqucefei rlli>(.pass="siclass="num">26  Sur ="num">11 a en ra29 f="#ftn1Fles relSymbonl'accélAlbanie29 l hrel'l ctiquMze ans drekreathenss,lfeall" ifei rlli>30ôlue celle-ce «r pvme siric tre cira" id=x laélèbt pien e enjeeapss="cae'archevês en lass=d'fnumsss>2spere F Lesdumforcenêmd quee par laent lnaux t n emplageréaarivigltre Fatos Nano3p class="tee la en [vai6sn ] ntrer du pdumGjinart, braktisin Kon attitud1ur àvrigione 3 les autres »(. unijonfnasxnbrak.hekullijournauuni12>Shek3 janvigione 5, éqGszei Sheku janvigione 5=e chrsie éqPeuoramejournauueku janvigione 5seC onsbraktisin Kon attitudnous avo isuenpop'isl"sdsentimer l'alognprntrc"sdjonfnasxnétiensapo>Ls'Partinet.ct » (Lhttp://www.shekulli.cae.al/">http ://www.shekulli.cae.alférenct » (Lhttp://www.balkrlweb.cae/gszei /gszei .htm">http ://www.balkrlweb.cae/gszei /gszei .htm féret.ct » (Lhttp://www.peuorame.cae.al/">http ://www.peuorame.cae.al/ par les autres »20 a en ra35 f="#ftn1Fles relSymbonl'accélAlbanie35 l35rel'l cL ans i"ée déénomèmSi y",hvic i"id=x ladic an'aurlee jugopartent vic i"sple albanais sco> tat45>Shekà0 les autres »36rel'l class="siClay7i#(N quutilisation politiquÊvie Alanais sre esl"sdBalkrl' ssanligieup à0li>< silbYirmasim l'(Snt phanlislodd. scoisLumaltone oliqBalkrl'tés-ne 1, le prParieMgr.Aiserl" i,ene 2,oôlue celle-ce «r 113-11e les autres »37rel'l c2">(.lass="siKadaaux (Ismaïlisation poli3">(Polic.nprne historiC>.ai la ,=lbtrés,muatfleximer, le prParieMgr.Fayard,tés dir 50-51splusintsouhaideeadr rtone oliqAlanais sal,i comprendr MleDe escoisT.nprbarbarpuouDaesrchevêqal,KosovouvEréi leipehevDendr Farnfdez-Res atala, le prParieMgr.L'Aésipel,s1999gpr 203-ne4, IsmaintKadaa src, caljoualvisibd'elsen Hoxh9s oav">(.'accac/atiu'uooteas,s etio(p polgula, l' -ocujet,étenterjo, l' sociétéli>< sdontnierjo, l' Si necgelocage lmunilel'ateafià btpons,>ite loli>< sdofoormaisliqugelorecheésiod agfisoall" ili>3 l'l cCiers d Nlass="siTufanspMesutisation politiquQ braesrig po(bict phale)nêmsla srissplusdznuf s autotantsli>< silbYirmasim l'(Snt phanlislodd. scoisopan>   ttitudpr 121otre Fatos Nano39rel'l class="siÇtiqu(El uisation poli/span>   dir 95ltre Fatos Nano40rel'l class="siVeloo(M ksisation poli3">(Lt,aditir" id="bjanaiseNit plurtoae histoe , le prParieMgr.Lanprat pls kà8,npr 128oigt llèloe de Shkod/le(ELes/spa Dik an'aspn Koa class / Edeny a tpo(Ibid ttitudpr 153),ttnocarnftpons,vic i"spicisme en Aloque la, fiesbodenotosyrmais l déclideniex oe e q M'elsen Hoxh9s'acca n'h" duxsp midce clrs et enolp'isn pacifique «le asepar lonales, et plli>41rel'l class="siVeloo(M ksisation poli3">(Thnioni burgut Lessecontre cidce c) Mgr.Phoendx,u1996,epomusui AngRnkiems/spa Spaçinli>She93 les autres »4 l'l cEncr7)d, sinaass="ol d Nlass="siVeloo(M ksisation poli3">(Kokëqethjac le pr Mgr.Phoendx,u1995 dir 39 les autres »43 l'l cPss="ol d Nlass="siVeloo(M ksisation poli3">(Thnioni burgut opan>  ) dir 3e les autres »(Kokëqethja opan>  ) dir 21otre Fatos Nano45 l'l cbrakIbid ttitudpr 55ltre Fatos Nano46rel'l cL terconfesrons pomSi y"teun reon uve ">47rel'l cbrak...)  )utre Fatos Nano48rel'l ctiquHoms po  phClrd rel=Cresctizio Sete,sioe dc'un pse cgte en 1967), l Confér ( )ie polihkosio10novligieuses2li>< se gaenlognprsif en po>L'ct » (Lhttp://www.valecan.va/">www.valecan.varea>spCupie rthainettnogrg>gule trnaurm">3en des populdes lerténoms)nt prént rjouss>2spedontniedle trl'tiquHoms po  phlg>gulrnas afiupl"o="docad ddica" isoalur comontre cnit plurude Consegte en 1967), là une( )iesamedid26,janvigione 2,dse ég cidtes dec /u lrd rel=3. Sod loli>< se gaenlognprsif en po>L'ct » (Lhttp://www.valecan.va/">www.valecan.varea>spCupie rthainetSs.. Si i, pie d>30s'ag parrent pe c vor l i> li>4hrel'l ctiquDerconfesu lappaJe b-Pa < IIpasxnidtlatzhdrv ctnotecall" it petiqiss du c'rchevênt a entte éqAraeidiscrnpostolfumattitudsamedid3 àvrigione 1li>< se gaenlognprsif en po>L'ct » (Lhttp://www.valecan.va/">www.valecan.varea>otre Fatos Nano5hrel'l ctiquKrealta>3051rel'l class="sirchefia(Je b-Pneslisation politiquSleipli enjeexvxumSi y"tMgr.d=x laélèbt putés nan classli>< silbCde l"bodca(Pi> islodd. scoisS con>,eua nteers et mSi y"tseLasfabriuple trdu l'i>ns la, l', le prParieMgr.Edithods dux laMace crertScun des"num">Hditiitne 1,lpr 20utre Fatos Nano52rel'l class="siclass="num">26  Sur ="num">11   dir 145ltre Fatos Nano53rel'l cL.ref="bss du vuestexvlm"riqu. L'Égliontre cgte en 1967, el,d'unus dux laeribunetl>. e-He">54 l'l cRm 15,u19Mgr. AngdepriéJas,usspannr, il envirods on estcouIllyrraiej'nieL'Éreôluss il'En deil  phC compli>(.tentnèrys7rertnt dedr.). Si leipl'archevêqre escembre 2Frashspri (Kcompoisation politiquFai6emr,e krisorticmn onee enetshir les li>< se Lezh Moien poèotese on uve "r ier. ru Durrës, el,"catemenation a euel l'Jalcus-C compotre Fatos Nano56rel'l cL s poèots), l Confér oe quieéguliers eu heuës147m>Sheku79 les autres »57rel'l cOn on uve ur urra" id=xdontnidertaium">3p>.aienté> detrlamoate c ru XVIIImusu ation anedu peups1748,gée plcurene oliqe g class="tsrnpostolet pls Nico"#fide Antonio Cambis ntôlueui Ang vle dë av cvilurudeas(La Vigigquele-c ss Ba tpouvant, le prLoèotMgr.Desc 'un /uDaBn uwr,s1885 dir 460)ouCe et le plasn href="#ftn30">30u ation a e-Heréjvrecotvcun tid=xdoe plblmusuld, s.aientéo es 3. Radoja,hvicalle ation et du des minis s.crfênt a1878nt apo>u clae cestnsl aussim cule, ca3">(gelo3le prqrop (puinligieup vle dë avliqTurcscidcessyer uesss la td aScui rili> a en ra58 f="#ftn1Fles relSymbonl'accélAlbanie58 >58rel'l class="siUkçamajq(Blrdhylisation politiquShspn T.)59rel'l cOn effralm'ioL'Églc pro6<> . Cedant ppmu et de bis="numbkanrnoveie'Eunote occs de altMg!tre Fatos Nano(Derconfesu diatement suivie du citRçoss="numbr , 9ides ligieuses,e re sass="olsétien po>L'pte fois0du diatement suivie (ct » (Lhttp://keshai6em suiviave/al">http ://keshai6em suiviave/alrea>)oeDe esppolitiques>mpsiri otre Fatos Nano(.s3 et cathe mtupbe msc:es qui" hMgr.cembre 2Fajqu(Elsenisation politiquMbi ="bupan>a iiefë T.)e Uer 200iee tël ësli: ky ="bupan> ështëlnj gabimli> de ele-c T.) a en ra62 f="#ftn1Fles relSymbonl'accélAlbanie62et62sé l class="siVeloo(M ksisation poli AngNë est emri y

  • a en ra63 f="#ftn1Fles relSymbonl'accélAlbanie620063férl class="siVeloo(M ksisation poli3">(Albumd gelo3">(fë T.)3edi2ures Ae ks Velo>30(Nj bioeeafi eeafike /spa shenjt"cac shir les li>émig car inoérig'aurlass=nsegôtoy7i#rmais l nit p rxstaurtie nioliqhabitirs pduxg>0sir pou9 es ceh Hau ddu nsn quatrootnautres »(">Tabl7rerti dent car ref="#fT r Tabl7 ra1Mgr.S mtomprd'ac#u3 eps popul aussir qu'il exi leur n Crcidicslass="siSo="chMgration poli3t » (Lhttp://www., dans c-hierarchy.org/">http://www., dans c-hierarchy.orgrel'URLrelbbrflt » (Ldocnliexe/iosn /541/iog-1.png">http://tenir us.qenedicar .org/balkrlentéo/docnliexe/iosn /541/iog-1.pngrel'Filei7iatthcommunautés, pétitioandtd>iosn /png, 340kHau ddu nsn quatrootnautres »(">Po="dcideret c lue leref="#fHau ddu nsn quatrootnautres »(">Al, urref="#fIdes niene o denudts, Ég>l7rertHau ucannudtsaenScun des"S'ila,es arie) Cco> tadoeRqcheésis,Hertaint pls Cco> tad'Anthnotontéo Rlèbe, caEunotéeunetlt » (Lmailto:wilmSi @esiss.fli>wilmSi @esiss.flHau ddu nsn quatrootnautres »(">Droide d’al, urref="#fautres » seuer ,or"> - ref="#fDocupan>c> " dcidan>rea> seuer ,or"> - ref="#f("f="#ftn1goN">("f» (L543 f le="Asxn 0slid yougoslavhMgr.1980-té2">Docupan>csuivle quatrootn"footn"footnautres "31" en av"> autres »<Navigule t autres »<<31" en avEri »»Al, urreuatre c»Mots-c 'usreuatre c»Gé1eeaph"numreuatre c» autres »<<31" en avIssu »2012reion polVol. XIV, n° 1-2reuatre c»2011reion polVol. XIII, n° 1-2reuatre c»2010reion polVol. XII, n° 1reuatbr /fVol. XII, n° 2reuatre c»2008reion polVol. X, n° 1-2reuatbr /fVol. XI, n° 1-2reuatre c»2005reion polVol. IX, n° 1-2reuatre c»2004reion polVol. VIII, n° 1reuatbr /fVol. VIII, n° 2reuatre c»2003reion polVol. VII, n° 1reuatbr /fVol. VII, n° 2reuatre c»2002reion polVol. VI, n° 1-2reuatre c»2001reion polVol. V, n° 1-2reuatre c»2000reion polVol. IV, n° 1reuatbr /fVol. IV, n° 2reuatre c»1999reion polVol. III, n° 1reuatbr /fVol. III, n°2reuatre c»1998reion polVol. II, n° 1reuatbr /fVol. II, n° 2reuatre c»1997reion polVol. I, n° 1reuatbr /fVol. I, n° 2reuatre c»Te é l numomror autres »<<31" en avCollea dessSg>0dary »»As'ilacar fmatçnce du’nnudtsaétiensaBalkrl'reuatre c»Équipulcidic Inalr ulatis»CrcidicsPon classoxre "ss="cule t0dary --> autres »<<31" en avSynd"cule t »» FlsxnRSS»Affillacar s/ôluess="ts»www.afebalk.org"footnautres » autres »<ISSNoélea .ai la 1965-0582trs autres »<Ppsn"nursitmreua – et » (L786 spoutactreua – et » (L787">CrcidicsFlsxndreynd"cule tNous adhomronr OenEdithod Jenir usreua – et » (Lhttp://www.lodel.org/">Édif="pehevLodelreua – et » (Lhttp://tenir us.qenedicar .org/balkrlentéo/lodel/">Accf p t tourv t"footn"footnautres "scripl tye="et d/javascripl srcn js/jla ry.js»autres "scripl tye="et d/javascripl srcn js/fen r .min.js»autres "scripl tye="et d/javascripl>//" }, // Zoom iosn s ionTt dIcot: { "caves : "P " dcidan>", n">(es : "Suivle ", cloe d : "Fermer", ntautres "scripl tye="et d/javascripl srcn js/fancybox/jla ry.fancybox-1.3.1.pack.js»autres "scripl tye="et d/javascripl srcn js/lue le.min.js»autres "scripl tye="et d/javascripl>//).ready(funa des() { jQa ry.ajax({ aeync:lesue, url: "541?alr ul=cidedby&psng=fr&nlrecordurl=1", sucdess: funa des( reoniredDataCidedby ) { if(reoniredDataCidedby){ jQa ry( '#plus car ' ).afss>( reoniredDataCidedby ); jQa ry( '#sh'Écu esa[accélplus car ]' ).afss>( ' | et » (L#cidedby">Cireôl autres "scripl tye="et d/javascripl>s v cl_paq = _paq || []; s // rra"kmenterer é ike "setCentomDi"ésar fsh'uld bt li67d btalre "rra"kPsn View" s _paq.push(['setCentomV risble', 1, 'Dthain', docupan>.dthain, 'nsn ']); s _paq.push(['essbleCrossDthainLinking']); s _paq.push(["setDocupan>T le", docupan>.dthain + "/"f+ docupan>. le]); s _paq.push(['rra"kPsn View']); s _paq.push(['essbleLinkTracking']); s (funa des() { res v clu(Lhttps://pk.labo leo.org/"; res _paq.push(['setTra"kmeUrl', u+'pk.php']); s  _paq.push(['setSideId', '3']); s  v cld=docupan>, g=d.createEpan cl('scripl')ies=d.getEpan clsByTagNamh('scripl')[0]; s  g.tye='et d/javascripl';g.aeync=esue;g.dlfea=esue;g.srcnu+'pk.js';s.pa RatNode.inrefiBtalre(g,s); s })(); ss autres "scripl tye="et d/javascripl srcn https://euplec-ntautres "scripl tye="et d/javascripl srcn https://euplec-ntautres "scripl tye="et d/javascripl>"footn"footn"footn"footn"footnn Aloluess="tsI..........Oi la ......Oi la ....Oi la ..Oi la ......dif="oen cses, "iSomma et » (Lhttp://telue le-g'])-sare"> }); s  $('humomro 1-2submef="> 'ila,es»I......................................'ila,es»I................................................'ila,es»I........................................................................................................................'ila,es»I........................................................................................................................'ila,es»I................................................'ila,es»I..........................................................................................................................................................}); s  $('# motroioi="O » (LhtaccAlba"'R»I...............................................................eb/m .............................. first">I..................................'ila,es»I......................................'ila,es»I................................................'ila,es»I.......................................................................................................................'ila,es»I................................................'ila,es»I.......................................................................................................................'ila,es»Ppsn:Oi s first">I................................................'ila,es»I.......................................................................................................................'ila,es»Ppsnntisalén:Oi s first">I................................................'ila,es»I............................................................eb/m ................................ first">I....................................................................'ila,es»I..........................................'ila,es»I................................................'ila,es»I............................eb/m .................................. first">I..................................................................'ila,es»I............................................................'ila,es»ae d -->"fo '#plus car enedicCn te réfévigio/h2 » }); s  $('h2 ss="

    t">Oi la ....Oi la ..Oi la ....dif="oen csbutano