Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Pour la première fois ces journées se tiennent en l’absence de Pierre Mesnard, à qui d’abord je veux rendre hommage.

2Cet « historien de la philosophie et philosophe de l’histoire », comme nous l’avons entendu lui-même se définir du haut de cette tribune, avait mis le poids de sa grande autorité à soutenir l’œuvre à laquelle nous consacrons nos efforts. L’exercice de la pensée prenait chez lui forme aléatoire de combat ! Directeur du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de Tours, il répétait que les études baroques ici modestement poursuivies étaient, en une certaine manière, un prolongement naturel de sa prestigieuse entreprise.

3Nous nous sentons investis d’un héritage moral, après sa disparition : maintenir l’esprit d’une recherche qui soit aussi action, qui vive comme un ferment, végétation dans l’espace... Nous nous souviendrons, à son exemple, que la physiologie d’une civilisation est chose de la terre et des vents et qu’il n’y a de synthèse que du mouvement de l’histoire et des idéaux dont les groupes et les individus se dotent mutuellement.

***

4Peut-être souhaiterez-vous savoir en quel lieu vous vous trouvez, pourquoi Montauban ? Devant cette assemblée venue de divers pays, il faut dire sur quel parti, sur quels paris est fondée notre action... Les régions de plus grande concentration baroque en France accusent une primauté méridionale : le classicisme n’est pas occitan, mais invention des pays du Nord de la Loire. S’il est une France baroque, c’est la France du Sud.

5L’époque baroque par excellence, celle contre laquelle luttait Malherbe, dans l’ histoire de la culture française, connut une relative hégémonie occitane : elle fut traversée par une vague gasconne ayant Henri de Navarre à sa tête. Si l’on prospecte au surplus les pays occitans, on se convainc que les lieux où l’expression baroque acquit le plus d’intensité et d’originalité, dans les divers domaines, où d’ailleurs elle se révèle exceptionnellement précoce, sont les pays de la vallée de la Garonne, du Bassin d’Aquitaine.

6Il ne s’agit pas d’un événement local, mais national, quant à sa signification. L’âme française parut un moment gasconne et occitane, au moment de l’explosion baroque et de la constitution décisive des structures nationales. Il était naturel d’implanter au cœur du terroir d’où s’était élancé le génie baroque de la France, le foyer d’une recherche.

7Un Festival artistique de spécialisation baroque appelait à Montauban son implantation.

8Cette ville, ardente capitale protestante, a vécu à l’époque considérée l’apogée de sa destinée, le seul instant où ses actes collectifs s’inscrivirent dans l’ histoire. Un grand poète occitan contestataire, Auger Galhard, puis l’auteur d’une épopée mystique du genre humain, une Christiade, le poète français Jean de Scorbiac, en portent complémentairement la trace : autour d’eux, un milieu de haute conscience politique et religieuse attend son historien.

9Il y a sept ans, en 1963, les premières JOURNÉES INTERNATIONALES D’ÉTUDE DU BAROQUE trouvaient, grâce à ces perspect