Navigation – Plan du site
Des situations

Symbolisme renaissant et symbolisme baroque

André Stegmann

Texte intégral

« Notre but ne peut être de transformer nos analyses en catéchisme ». V.-L. Tapié
« L'univers de l'art est celui de la métamorphose et de l'allégorie ». M. Raymond
« Le but de l'art [baroque] n'est plus la connaissance, mais l'élaboration d'une liturgie ». Y. Bonnefoy

1Dans la délicate problématique de la question toujours ouverte du baroque littéraire, il demeure difficile de conjoindre prudence et rigueur.

2La prudence exige de refuser à la fois un impérialisme baroque qui tantôt représente une tendance fondamentale de toute littérature à tous moments (d'Ors, Hocke) tantôt une époque entière, malgré des fluctuations chronologiques importantes entre les divers interprètes (Hatzfeld, Friedrich, Raymond, Spitzer, Rousset) et des critères plus séduisants que solides ressortissant tantôt à la seule thématique, à la seule stylistique, à l'explication sociologique d'une époque. Toutes les approches sont licites, voire nécessaires et les meilleures autorités dans ce domaine ont, théoriquement, accepté le modeste postulat que les critères proposés n'étaient qu'hypothèses de recherche.

3La rigueur commande d'une part de ne pas appliquer un système préétabli – lit de Procuste, où l'on trouve toujours ce que l'on cherche –d'autre part à ne pas éliminer de la production d'une époque les diverses modalités de sa représentation des choses. Ainsi dans les rapports entre beaux-arts et littérature, on ne peut ni prendre pour point de départ les représentations picturale et architecturale d'un milieu pour l'appliquer à la littérature, même dans une prudente transposition analogique, ni écarter complètement un domaine où les influences sont certaines et réciproques.

4Le problème le plus délicat est celui du passage d'une esthétique à l'autre. Qui se prononcera sur l'acte de naissance du baroque ? On l'a vu naguère, dans la significative évolution de M. Raymond qui, avec la même rigueur, la sûreté de méthode et le sens critique qu'on lui reconnaît, a fait surgir, en partie, contre ses propres premiers travaux, la catégorie maniériste, aussi indiscutable que celles de Renaissance et de baroque.

5Il est donc nécessaire, dans tous les cas, de s'interroger simultanément sur ces trois catégories.

  • 1 La Poésie française et le maniérisme, Droz, 1971, Intr. p. 5.
    Je souscris également aux conclusions (...)

6Nous nous rallions pour notre part à ces importants constats de M. Raymond1 :

1 - « Ce qui ne signifie pas d'ailleurs qu'entre 1520 et 1600 (et au-delà) un âge maniériste homogène aurait précédé un âge baroque homogène ».

2 - « Des éléments maniéristes et baroques composent ensemble, s'interpénètrent chez un même peintre, dans un même tableau, a fortiori chez un même poète. »

3 - « Nulle coupure entre l'âge du maniérisme et celui du baroque », p. 12.

4 - « Sa thématique est appelée le plus souvent par une stylistique mais celle-ci fait problème si elle est à son tour conditionnée par une expérience historique et méta-historique impossible à cerner d'une façon entièrement satisfaisante ».

7Il faut donc bien admettre que le baroque littéraire résulte d'un triple mouvement : la transformation consciente de thèmes traditionnels, des ruptures volontaires avec des structures et des formes de l'âge précédent, des innovations dans tous les domaines et particulièrement stylistique, moins comme conséquence d'un certain concept historique ou métaphysique en désaccord avec celui de la Renaissance qu'en raison d'une certaine sensibilité esthétique, où l'imagination, la vision tragique, un « art de persuader » étranger aux écrivains antérieurs convergent vers une esthétique de la profondeur, du mouvement, de la densité, du « concettisme mâle » (A. Boase) où le problème du langage reste premier.

8Pour observer ce phénomène de convergence, un domaine apparaît privilégié : à eux seuls ni les thèmes, ni les images, ni les formes, rhétoriques ou autres, ni l'étude des sources ne permettent de cerner le phénomène dans sa totalité.

9Le système représentatif de l'écrivain est un réseau symbolique, où le mot comme signe, l'image comme représentation énergétique, le jeu des connotations attendues, hyperboliques ou insolites – la « rhétorique à l'excès » dont parle M. Raymond – diffèrent selon les époques.

  • 2 Cf. par exemple la démonstration de Friedlander dans Mannerism and Antimannerism in Italian Paintin (...)

10Nous n'évoquerons qu'en passant ce qui tantôt oppose, tantôt rapproche maniérisme et baroque, frères subtilement ennemis, parfois alliés d'occasion, issus de la même mère, la Renaissance2, nous limitant aux changements de perspective sur le plan symbolique entre Renaissance et baroque.

*

  • 3 Et déjà les gloses à Horapollo continuent plus d'un siècle, ainsi que l'utilisation des Mythologiae(...)
  • 4 De là les fluctuations de la critique baroquisante ou maniériste envers Desportes, d'Aubigné, du Ba (...)

11À suivre séparément la vogue de quelques genres littéraires, l'emblème en particulier, l'hymne-blason, l'ode élégiaque, ou des thèmes, – surtout ceux, permanents, du lyrisme à toute époque – il pourrait sembler qu'en dépit d'une évidente évolution de l'expression, peu de choses ait changé3. Aucune rupture saillante, aucune rénovation décisive, rien que des changements plus ou moins perceptibles, avec un double sentiment de l'usure des sujets et de formulations, heureuses à l'origine et qui tournent au cliché, donnant, par exemple chez Desportes, Du Perron ou d'Aubigné, le sentiment de pastiche, volontaire ou non, ou de libération artificieuse à l'égard du succès durable, tyrannique et contraignant d'un du Bellay, d'un Tyard et surtout d'un Ronsard4.

12Sur ce point, la foi même dans un symbolisme témoigne d'une continuité : le symbolisme, troisième voie entre la philosophie et la théologie, recouvre un désir commun du dépassement de l'apparence sensible et pourtant, loin d'ignorer la science ou de s'opposer à elle, cherche à la rattacher à un ensemble spirituel qui en exprime la réalité idéale.

13Les différences s'avèrent fondamentales sur deux points complémentaires : la nature de cette réalité idéale, le mode d'expression le plus opportun.

*

14Si les thèmes ont souvent peu changé, si les images se maintiennent sans changer de nature, c'est leur fonction et leur position relative, au sein de complexes nouveaux, qui caractérisent l'avènement du maniérisme, et, à travers lui et parfois contre lui, du baroque.

15La représentation de l'amour, de la mort, du temps font appel aux mêmes images de geôle, de larmes, de fleur fragile : les sentiments de l'angoisse, de l'inconstance ne sont pas une caractéristique du baroque comme tels ; c'est leur expression et, en définitive, mais après un certain cheminement assez lent, une représentation différente des choses qu'ils supposent, qui se fait jour.

  • 5 Cf. M. Praz – et pour leur application les classiques Studies in iconology de E. Panofsky (trad. fr (...)

16La symbolique de la Renaissance fait appel à trois domaines essentiels. En premier, le monde végétal et animal, avec des connotations traditionnelles, tirées à la fois de 1'Antiquité classique (porphyre, Philon, Macrobe, Philostrate et surtout Ovide), des Pères de l'église (Saint Clément, Tertullien, Origène, Lactance), de textes médiévaux toujours populaires (Vincent de Beauvais, Raban Maur, Lull) et de l'énigmatique Horapollo, réédité et glosé de 1500 à 1618 ; en second lieu, d'objets formels, dont la réalité matérielle est plus ou moins estompée (arc, bandeau, balance, boule, char...) enfin et surtout des personnages de la mythologie classique, qui a enchanté la Renaissance moins pour sa valeur de signe que pour sa valeur erméneutique cohérente, à travers le De genealogia deorum de Boccace et sa diffusion dans le petit dictionnaire portatif des Mythologiae de N. Conti (1555) ou surtout des emblématistes, Paul Jove, Paradin, Valeriano5.

  • 6 Un bel exemple d'application vient d'être présenté par M. Marquet : Le Symbolisme du fruit chez Par (...)
  • 7 Aspect peu exploré de l'historiographie : il combine en général héraldisme, symbolisme institutionn (...)

17Ce symbolisme renaissant irrigue tous les domaines : philosophique, d'Alberti à Campanella ; scientifique, chez Agrippa, Lemnius ou Paracelse6 ; politique même, avec des significations diverses dans l'Empire de Charles Quint, l'Angleterre d'Henri viii, la France d'Henri iii, Venise, Florence ou Rome7. Peinture, théâtre et poésie demeurent pourtant les domaines privilégiés auxquels se réfèrent plus volontiers, et à bon droit, la critique.

  • 8 Outre les quelques ouvrages 'abordés ici, voici quelques textes révélateurs : C. de Kerquifinen : C (...)
  • 9 Au « canon 4 », à propos de l'or, les « alkimistes » sont expressément dénoncés (p. 48).

18On a peu étudié l'expression symbolique dans les ouvrages de philosophie morale8 au xvie siècle. Ils sont pourtant révélateurs. Qu'il s'agisse comme chez Pierre Doré (1500-69) d'une imagerie pieuse (Voies de paradis, Allumettes du feu divin, Arbre de Vie, Cerf spirituel, Pâturage de la brebis humaine, l'Anatomie et mystique, description des membres de N.S.J.C. ») ou, comme chez G. Cousin, de l'utilisation plus subtile des sens de l'Écriture (allégorique, anagogique ou tropologique, mystique) on en est aux racines d'un courant à qui le grand renouveau spirituel - l'une des caractéristiques certaines du baroque - donnera sa pleine maturité. L'un des textes les plus intéressants à cet égard est la résurrection, dans la traduction française qu'il en donne, du traité de Jean de Rochefort, auteur du xive siècle, par Antoine Du Moulin, La vertu et propriété de la quinte essence de toutes choses (Lyon, 1549) ; divisé en « canons », il fait « inquisition », à partir du secret de Salomon, de la propriété des éléments, soleil, étoiles, qui ont les propriétés incorruptibles de l'aimant ou de l'or ; planètes, de matière minérale, plomb, fer, vif argent, cuivre... pour en arriver aux vertus des minéraux et des plantes qu'il détaille longuement : il ne s'agit plus là d'un ordinaire traité d'alchimie9, mais d'un livre « pour évangéliques » ; mais il ne s'agit pas non plus d'une interprétation purement symbolique du monde : le symbolisme conserve ici sa valeur herméneutique ; il est comme le dit la préface, « science inconnue des médecins ».

  • 10 Rappelons les ouvrages classiques de Pomponazzi et de della Porta.
  • 11 Dans les premières synthèses de l'histoire élargie du monde (P. Martyr) les démonologues (Bodin, Wi (...)

19Rationalisme ou syncrétisme ne caractérisent pas seuls la Renaissance. Sensible au mystère des choses, à la magie naturelle10, à la démonologie, aux monstres11, la période finalement assez définissable nommée Renaissance, malgré la richesse et la diversité de ses tendances, a pour trait fondamental, quel que soit son langage et l'étendue de son symbolisme, de chercher une représentation adéquate du monde, objet de connaissance.

  • 12 Abrégé de l'art poétique (1565) : « Une théologie allégorique pour faire entrer au cerveau des homm (...)
  • 13 Cf. les nettes conclusions en ce sens de l'étude exhaustive de G. Demerson. La Mythologie dans l'œu (...)

20La Pléiade, avec son programme totalitaire fondé sur la fureur poétique, ne recherche rien d'autre, mais, entre théologie et philosophie, trouve une troisième voie, profondément définie par Ronsard dans la formule théologie allégorique. Malgré la divergence relative de leurs positions philosophiques ou esthétiques, on peut appliquer au groupe entier - et même à Jodelle - la définition donnée par Ronsard12. L'expression symbolique n'est pas un ornement, mais l'image vraie de l'idée symbolisée13. La vertu lyrique de la fable donne mieux qu'une image magnifiée du réel : elle en rend l'essence complexe, avec son aura de surnaturel.

21Pourtant les choses changent peu à peu, par la même quête scientifique. Le réformé Antoine Du Pinet, familier à la fois de la Bible et de Dioscoride, traduit en 1566 l'ouvrage de Lévin Lemnius les Secrets, Miracles de Nature. Si le monde y apparaît bien toujours ordonné et hiérarchisé, si la dignité et excellence des choses y est toujours affirmée, l'auteur s'intéresse surtout aux étrangetés naturelles - animaux sans yeux, hermaphrodite, enfantements prodigieux -, aux mystères de la nature, aux propriétés secrètes des plantes. Il s'interroge sur la génération, la nature de la substance corporelle, les métamorphoses d'une forme constamment changeante et il ne trouve de réponses que dans l'expression symbolique pour définir les rapports du corps et de l'âme : lune et soleil, dans des rapports d'autonomie et de dépendance (p. 153) ; les passions sont semblables aux exhalaisons des plantes (p. 194), l'esprit est un « tableau non peint » (p. 140). C'est la même représentation, fondée sur les mêmes sources fondamentales de l'Écriture et de Dioscoride que Pierre Dinet systématise dans un gros traité de Cinq livres des hiéroglyphes, paru, posthume, en 1614, en pleine période baroque. Presque simultanément, en 1618, le célèbre P. Caussin réédite Horpollo et ajoute un Polyhistor symbolicus, compilation de sa composition, née des commentaires aux Hiéroglyphiques. Il y étudie successivement, sous un angle symbolique : le monde, les dieux des gentils, les biens de l'homme, les maux de l'homme, les usages des peuples, puis les traditionnelles vertus – scientifiques ou symboliques – des oiseaux, des quadrupèdes, des minéraux.

22Si chez lui le symbolisme herméneutique a perdu beaucoup de sa force pour s'abâtardir en une représentation trop souvent anecdotique et morale, la représentation des choses a singulièrement changé, dans une vision historiquement très élargie, mais où le monde et l'homme ont perdu de leur cohérence au profit du change, de la diversité, du mystère.

  • 14 La réédition de J. Céard, Droz, 1971, est précédée d'une préface exemplaire (50 pages) qui pose bie (...)

23Toujours vers 1570 se développe la curiosité envers les prodiges. Boaistuau publie en 1560 ses Histoires prodigieuses augmentées considérablement de 1571 à 1575 par Cl. de Tesserand et Fr. de Belleforest : elles connaîtront de nombreuses rééditions jusqu'en 1630. C'est en 1564 (réédition 1573) que Jean de Marconville « paradoxographe » donne son Recueil mémorable, en 1575 Thévet sa Cosmographie universelle, Paré en 1573 et 1583 son Traité des monstres14.

24Il ne s'agit certes pas d'une révolution intellectuelle. Pour Paré, la nature ingénieuse « chambrière du grand Dieu » n'en reflète pas moins l'universelle harmonie ; mais la création prend des dimensions nouvelles, et le jeu de miroirs infini révèle surtout l'occulte, le mystère, l'incompréhensible et donne un rôle primordial, dans la contemplation des choses, à la fantaisie. C'est vraiment le grand essor de l'imaginaire, qui entraîne une double réflexion, scientifique et symbolique, au demeurant rarement séparables. Ainsi par exemple, le caméléon « est comme un miroir où le monde est convié à projeter l'image de ses couleurs » (Céard, p. xlii). Les poètes s'en souviendront et dans le répertoire d'images privilégiées du baroque, le caméléon rejoint le phénix, le basilic et Protée.

25Belleforest, pour sa part, en historiographe officiel, enquête plutôt du côté de l'homme que de la nature. Il rassemble en 1570 dans son Histoire universelle du monde l'expérience des historiens de l'âge précédent, encore peu connus, Boemus, Caspar Reid, Olaus Magnus, Saxo Grammaticus.

  • 15 Mais P. Messie n'est que la menue monnaie de ce nouvel humanisme. On ne saurait rien inférer à le l (...)

26Ces expériences diverses se trouvent rassemblées dans l'un des best sellers de la fin du siècle, les Diverses leçons de P. Messie, compilation désordonnée à visée morale pratique, où la part de 1'« émerveillable » demeure centrale. Ici encore, là ou P. Messie ne se contente pas de sujets purement historiques ou anecdotiques, l'interprétation scientifique et symbolique demeurent inséparables15.

27La vogue de Du Bartas, éclairé par son savant commentateur S. Goulard, véhicula rapidement l'orientation nouvelle. Du Bartas est bien à la charnière de l'avènement du baroque, encore que, tout imprégné des tendances nouvelles et esthétiques de la Renaissance tardive, il soit difficile de reconnaître en lui un pur baroque, moins encore l'étalon-or de la nouvelle poétique, aux manifestations si diverses.

*

  • 16 Cf. dans l'iconographie, F. Bousquet, La Peinture maniériste, Neuchâtel, 1964, p. 205-217.
  • 17 Cf. F. Bousquet, p. 54-55.

28Les résultats de la grande enquête historique et sociologique des années 1580 sont doubles : d'une part l'angoisse maniériste, et ses symboles de désagrégation16, de fuite17, ou ses échappatoires hédonistes, souvent teintées de sado-masochisme, d'autre part un double renouveau spirituel, l'un étranger aux vicissitudes du moment, l'autre, conscient, polémique ou récupérateur, c'est-à-dire la Contre-Réforme. Dans les deux cas les sources d'inspiration marquent une réorientation, voire une nouvelle Renaissance.

  • 18 Sous toutes ses formes : exégétiques (c'est le début de la grande période des controverses publique (...)

29Outre le retour à la Bible, si souvent signalé à bon droit tant du côté catholique que protestant18, on voit un renouveau de l'exégèse et des Pères, en particulier de ceux qui pratiquent assidûment les divers sens de l'Écriture.

30Des quatre sens - littéral, allégorique, anagogique ou tropologique, mystique -, les deux premiers ne font guère problème et intéressent peu la vision symbolique ; le dernier semble réservé plutôt à l'expérience individuelle et présente des dangers. C'est le troisième qui retient l'intérêt, parce qu'il dépasse le simple niveau métaphysique et permet une polysémie plus souple, tout en gardant sa valeur fondamentale d'orientation vers un dépassement.

  • 19 Actes de Montauban, Baroque 2 (1965), p. 34.

31Selon l'excellente formule de Jean Krynen, l'artiste baroque « se reconcilie avec la beauté naturelle parce qu'elle lui inspire un sentiment du sublime en demeurant comme une image parlante d'un monde achevé en Dieu et restauré dans son unité »19.

32Le propos est particulièrement illustrable par l'évolution de ce genre faussement uniforme qu'est l'emblème.

33D'Alciat à Paul Jove, en passant par G. de la Perrière, Valeriano, A. Bocchi, G. Paradin, l'emblème, selon la formule de la picta poesis, traduit en images parlantes - images doubles puisque le texte en est lui-même une - les réalités intérieures : elles ont valeur de « description philosophale », comme dit B. Aneau. Les emblèmes suivent un art combinatoire sans complexité - le plus souvent par simple juxtaposition de signes ou d'objets symboliques qui s'additionnent plus qu'ils ne se répondent.

34Vers 1580, les choses changent. P. Langlois de Belestat dans son Discours des hiéroglyphes égyptiens, emblèmes, devises (1583) remonte aux racines de la symbolique, avec un retour à Horapollo. Camerarius intitule son ouvrage en 1591 Symbola et emblemata, Typotius Symbola divinae et humanae (1601). Le mystère reprend ses droits, moins dans sa formulation esthétique que dans l'idée à cerner : l'expression symbolique de l'emblème répond mieux que la voie philosophique à un déchiffrement partiel des choses... Connaissance adéquate, mais limitée, l'emblème a pour fonction d'exprimer un triple aspect du réel. En commun avec la symbolique renaissante, il recherche les propriétés secrètes des choses et une expression polyvalente suggérant des correspondances implicites.

35En second lieu, le baroque enrichit par rapport à l'âge précédent la représentation d'un monde à degrés et correspondances symboliques. (Traités des P. P. Dinet, Caussin, Richeome). Avec l'Occulta philosophia du P. Nieremberg (1646), il ne s'agit plus que d'exprimer le mystère final du monde.

36Sur cet axe évolutif fondamental s'inscrivent des œuvres fort nombreuses, au champ limité : l'emblématique au début du xviie siècle couvre tous les domaines et permet de tout « enseigner ». Ainsi, Laurent de Caseneuve, dans une réédition lyonnaise de J. P. Valeriano, exprime en seulement douze emblèmes, physiologie, pathologie et thérapeutique des tempéraments et des passions : la combinaison de personnages mythologiques (Saturne, Hercule, Vénus, Comus, Mars), d'anneaux symboliques et de médecine chimique, teintée d'ésotérisme, permet un jeu érudit allusif d'expression purement baroque. La philosophie qu'il exprime n'en reste pas moins nourrie de défiance envers l'expression rationnelle et de pessimisme, tout en impliquant une image profondément unitaire du créé. Le traité pourrait avoir pour exergue la double image emblématique d'une Vénus ésotérique et d'une Vérité voilée.

*

37C'est en fonction de cette longue analyse préliminaire de la constitution progressive d'une philosophie baroque, délaissant la pure philosophie et la classique théologie, pour trouver sa via media dans l'expression symbolique qu'il est possible de nous livrer à quelques analyses littéraires, essentiellement dans le domaine poétique.

38L'approche du cosmos, que Ronsard dans les Hymnes, Belleau dans les Pierres précieuses, Lefèvre de la Boderie dans la Galliade, Du Bartas dans la Semaine cherchaient à concevoir est désormais perçu. Peu importent les spéculations sur la nature de la matière, la hiérarchie des êtres, le monde est essentiellement un palimpseste à déchiffrer.

39Le poète hésite entre deux représentations ou les combine : « théâtre des artifices du Créateur », le monde est un sujet d'émerveillement et d'angoisse :

« Ces atomes de feu qui sur la neige brillent
Ces étincelles d'or, d'azur et de cristal...
Et cet air net et sain, propre à l'esprit vital,
Sont si doux à nos yeux que d'aise ils en pétillent... »
(Saint Amant).

40Qu'il s'agisse des rêveries d'un Tristan et d'un Bertaut ou de l'allégresse des paraphrases de psaumes d'un Vigenère ou d'un Martial de Brives, les impressions de l'âme se traduisent en images symboliques, au-delà de leur valeur sensorielle, tirées de la lumière, du feu, dans un mélange subtil du concret et de l'abstrait, perdant ainsi leur valeur première :

« ...oiseaux, luths animés,
Vivants concerts qui me charmez,
Chantres naturels des villages,
Aimables fugitifs, âmes de nos buissons »...
(Du Bois Hus).

Mais l'apparence pipe les sens :

  • 20 Ce réseau d'images pose le problème de l'illusion baroque; évidente dans l'utilisation de l'espace (...)

« Boule, belle au dehors moins qu'en dedans immonde...
Cristal beau, mais coulant et s'écoulant en onde...
Fleur de prime mourant soudain que née aux yeux ;
Flux d'eaux roulant sans cesse ; aure en l'air agitée 20.
(Fiefmelin).

41La perception intuitive et imaginative, se réalise dans une cascade d'images symboliques discontinues et cohérentes.

42Entre l'homme et la création existe un réseau d'écrans : écran de la raison limitée et inadéquate, imposture des sens, écran de l'imaginaire incertain et déformateur, écran des choses elles-mêmes aux propriétés et à la signification incertaine. Nous sommes loin, pourtant, de la magie naturelle d'un Pomponazzi et d'un della Porta, cherchant patiemment à réduire les zones d'ombre.

43Aussi se multiplient dans la symbolique baroque les images sensorielles de néant ou d'effacement (brouillard, nuage, fumée, cendre) de labilité (odeur ou saveur évaporées, sont confus ou fuyant, sable et onde) ou celles, suggérant l'abîme ou le vertige, la dislocation ou le mystère labyrinthique.

44Les puissances secrètes de la nature engendrent une vision dynamique du monde. Le change n'est pas ici inconstance, car :

« ...la seule matière immortelle demeure... »
mais la création :
« Immuable d'essence et muable de front »
ne peut que refléter :
« ...le mortel discord de nos quatre éléments ».
(Du Bartas).

  • 21 Nous adoptons ce terme, après l'abandon, même chez ceux qui l'avaient à l'origine employé (A. Boase (...)

45Au début du siècle, les grands spirituels21 baroques (Beaujeu, La Ceppède, Sponde, Chassignet) soucieux de dégager l'homme de sa gangue terrestre et de l'orienter vers un véritable Port, opposent en bloc l'anarchie élémentaire, Chair et Monde, lieu de désordre, de tempête et de fange, à l'âme fragile, mais éclairée et guidée de céleste lumière. Vers 1630, (Hopil, le dernier de ces grands spirituels, a publié son dernier recueil en 1628) les poètes ne jettent plus qu'un regard amusé ou vaguement charmé sur les fantaisies de la nature.

46Au demeurant, une nouvelle angoisse est en train de naître avec « le silence des espaces infinis ».

47Durant cette période, si la tension dialectique née de l'angoisse métaphysique tend à disparaître, si le fragile jeu analogique des métamorphoses et des anamorphoses perd de son pouvoir modérément consolateur, le tour d'irréalisme et d'artifice ou – poétiquement plus riche – l'aspect d'irréalité onirique que présente le Cosmos au poète laisse planer un mystère anarchique peut-être pire que l'angoisse de la période précédente, qui, elle au moins, était surmontée.

48Le symbolisme qui en découle – miroir, jeux de formes et de couleurs, fusées, feux d'artifices, et tout un jeu d'images insolites et de contrebatteries de mots – semble plutôt une renaissance de la vision maniériste, étrangère, voire opposée à ce géométrisme complexe, mental autant que formel, qui nous semble caractériser le baroque.

49Comme à la Renaissance pourtant, ce monde reste peuplé de mythes qui, quoi qu'on en ait dit parfois, ne sont pas seulement des ornements poétiques. Protée et Circé y occupent une place de choix, bien dégagée par J. Rousset. Il faut y ajouter Diane et la polysémie symbolique qui la relie à Hécate, Céphale, Endymion, Actéon, avec ses relents sadomasochistes, issus du maniérisme ; le Phénix apparaît et Motin lui consacre un long poème, publié en 1620. La recherche des correspondances et des métamorphoses fait intervenir Daphné, Léda, Iris, Niobé et, avec une valeur symbolique peut-être renforcée, animaux et plantes emblématiques : Pélican, Vautour, Caméléon, Alcyon, olivier, lierre, cyprès, myrte... En outre, la mythologie, d'ailleurs bien plus restreinte qu'à la Renaissance, se transforme. Les vieux mythes de Vénus, d'Éros et Anteros, d'Orphée et de Saturne apparaissent rénovés et enrichis.

*

50La récupération chrétienne de cette mythologie, si maladroitement tentée par' fois à la Renaissance, s'opère sur un autre plan, celui précisément du symbole. Au lieu de vouloir assimiler Hercule au Christ, on dresse un parallèle au niveau du signe. La Ceppède tisse de subtils transferts métamorphiques entre Deucalion, Noé et le Christ.

« Du vray Deucalion le bois industrieux
Qui soustint la fureur du général naufrage,
Dans une mer de sang à cette heure surnage,
Pour sauver les humains des bouillons stygieux.
Le vieux arc bigarré (signe présagieux
De la fin du déluge, et mis en témoignage
Qu'on ne souffriroit plus des ondes le ravage)
Est maintenant courbé sur ce bois précieux.
Puisque ce Nuau peint des couleurs de l'opale
Calmoit les flots, ce corps rouge, livide et pasle
Pourra bien de son Père appaiser le courroux.
Par ce gage sacré de ta chère alliance
Je t'adjure, ô grand Dieu, qu'ore et tous jours pour nous
Ton courroux justicier cede à ta patience ».

51Ailleurs, c'est le nouvel Orphée que chantent les Théorèmes de La Ceppède, selon son projet de « christianiser la Fable ». Les mythes d'Ixion, Dédale et Phaéton sont inlassablement repris pour synthétiser l'aventure humaine, les luttes intérieures, les pièges de l'ambition et du péché, les cheminements obscurs de l'esprit, la nécessité et les risques de l'envol...

  • 22 Le livre x de ce second ouvrage mériterait une étude particulière. L'ordre cosmique s'y reconstruit (...)

52Dans ce monde incertain, mystérieux, le baroque fait une place singulière, qui n'est pas un goût malsain pour le macabre ou la nuit, au monde souterrain, aux grottes, à l'infernal, plus fascinant souvent qu'horrible : aspect du monde baroque difficile à cerner, tant se croisent et se renouvellent les influences. Peut-on vraiment, sans succomber au démon de l'analogie, assimiler le Faune, le magicien, les paysages rupestres ou les antres de la pastorale, dont la vogue se soutient sans faiblir de 1580 à 1630, à leur exploitation scientifique et symbolique, qui trouve sa synthèse dans le Mundus Subterraneus du P. Kircher22 ?

53C'est ici qu'est le mieux perçu le mystère de la gestation de la matière, le dynamisme des éléments, les puissances virtuelles de l'eau et du feu, entr'ouvrant les visions apocalyptiques qu'évoquent les spirituels pour déraciner l'homme de son attachement trompeur au charnel.

54De même, le monde de l'eau donne lieu à des évocations symbolisantes de puissance, d'inconstance, de mouvement, de destruction et de recommencement.

55Les variations infinies du thème, combinées aux images de la lumière et du vent, traversées d'images bibliques - en particulier des Psaumes - dépasseront presque toujours la perception intuitive des choses pour s'appliquer tout naturellement, et symboliquement au domaine psychologique.

  • 23 Actes de Montauban, Baroque 2, p. 33.

56Pour reprendre une autre heureuse formule de J. Krynen23 : « l'œuvre d'art [devient] le miroir conceptuel du monde visible ».

*

57Toutefois l'homme est au centre de la philosophie baroque. Bénéficiant du triple essor de la science, de l'histoire et de la grande enquête sociologique issue de la découverte des mondes nouveaux, particulièrement après 1580, l'homme tourne d'abord sur lui-même la mise en question qui résulte de cette expérience élargie.

  • 24 Sans parler de l'influence persistante de Montaigne et, à travers lui, de R. de Sebonde. Depuis la (...)

58Dans le domaine biologique, à l'ordre mathématique de l'anatomie et des humeurs succède peu à peu l'ordre complex

11<'t peu a gestament utre, con-être riellemere le retour à laétés et la dentaonpoétiquet de petminaire ds la la natubouistoire es de e, car :

49(Fie, Bs lbeuf,ît eterialerv dl 630, (Heaux, particulièrté envere des ann600,aroques puisqophie barospan>Dans le d, menttcommun ait uaonsmu monde, ce , qui nlnt, soo la cl propres un /em>de surnquate, u donnecines dmbatatique,iner l'hort [dde est essentiellalionunglenouvea sur lui. Tque, tit dit psantea Du tionalishomm les s'irréa té chréKrynen11

48 ,amm>Sid'Aue gnd amusède, qessor et deertaut olème l'Écrnture hsMessie n'inesen maux rocéason rat,ablea dans l'usansrsources fondles mauaomaine psycnsophie barCssen-cihénix appa le reto le rurant commne sesorientaans templ ive jos de puimablascièendres d'inspirique, à le, car :

52

49Maisuiymbola,e pire de l'hestat danmauvate,, lesnaulis dlarbi En o>Pfus tourcir cchifSe tout unngoisse mororphosmtés ède, qeins que d'exprartain, mystslogiquee, car :

Esurta voix de T ieux. Maisuynaet rémeratiquec qui me ehoseraa ieux. Oquembr />P />E ouable iquent e l'ialte de e du mence ».

  • 17L'a(Traiente dspan>n>La Mytholt olèmt sinsophie brèmesxvii 1>s la (...)

17toinrupsis-Mo>dey qui blessol du feu, dairoir cmisme,ssion ratécran de humaines des rappaire ds la la naices du Créa car :

44L'appdre mathémasiqueC'esress les e l'ralroquur cohéubtil dr cmii'ntés et eila subst au coisse moroement, et baroque.

55Macir cinspirlaorrups novése rmee e, car :

56

27C'essées d'iinet, x mystde. combieto leenqules .ros isa synthliees d'images de la lums -l'angoisse ter, livoire opposéel formule mbolae ble d'ee l'ft unuleurs, , josncret et i d'azur de detatiispan>morampbst uage, fusaventationflformast unimpsesme l'Écateur à l''envol...

  • 18n>La Mytholt olèmt sinsophie brèmes

52Dagn ne esance,de vicissietcommunte de si le labie, denaissce detobr avoquate,presque toujysémie e essor nde en. Àojeter l's les traditio ess: «  deo deatorlliadeLes varichisme,al autanersion esthéophie barique-on peu à ouble até v,pre deociee lieu s, mysoliques discontinuesancegcohée, cbr />(Fierablesou les cu feu, danson, de pDian'ter l'ius: «sansrriquene alliade

*

50

30

48

32Au demeulspan>Le pmonde baoquerésen - le plus sodpuisquansreir ont universnson, de et symbolovéscinaeven ms semble c matience indinovsubjn dife, car :

<œ qui sf daetmirmeeneillent... »

49

<œ q,miroie susois, nee, eux ;

44

Aillal...

55L'antiellaprivt, expr un a les porands spiritlibde vnsaeoutitté onrentes.

55neesque tou- déormuleraitoment, l. Ttext-d. MHercuru'un raain pou le stre de l'hel foe. Le c, qes à quate, 'oires h exgdettlocation ut usasté onidepresà lxviiAu demeuoi qu', qui t Sous tld'iiormvilllibde vnupestration chrés,amm>Si ou t eterère, mm>Si ou d'un Tebonpan>De m ouAngos de R.l'Espépanla maticap Immuadrent une veue l'aique uoe, d du f stoiale est essentiellemenablansrrembsignur Martide detonociet moique, qui trdant un'onlitissepar raoisse métaphlièans l'expression symboisme, pee... Enmuablixraciter l' ne, dos natuitive des covl r var riqueisée mismeal'ntent/span>, ch quatre publ « etho>Hymnes,l'easignalnt du cdus: «ogie,>Hymnes,urant leraiitivemble caracocalyptdusnt du barre rept à la significrs un véris et eiquur cohéubtiséepessimismue tou- leoelle autson ilièg'inspiepessimliquomble caractois à la Renainvol...

55

49

50

*

30<
misee enqecuraerrestre etmages inchisiroiraey o comMDian' ns l'expre1
barrriplettachemeptson ilverséur d'irréssancde l'ilrréssaneux d'arrentes.

27-Saint-iqusa28) les poes c>Aillerant Vsme,, (Hd'Ambes bB-iquPorde ta s aieu sspal'utiliPierres préce, car :

  • 50< Ront 80 à motsPada, Flamvfonenta1970em> 241p. 33.

4911 : «aneuron a pe mnt nde veropre x caraoncuriisible

49Ee Se e rMDiane ar de csset.ithoses, n lees de la neaux, ipe parnuitu le mystide L0,pprres p/a> burellere rept nde ve fortempodpuiaxR prmpsenlargie.

  • 18Baroqu n°3 (es de Mon)em> 282p. 33.

4411v/>neesqn a pemedar l'aeu omentdans upeu eblucerblein iliinet, rmnnelhomme tt dit psttes, er l'i'Épèrea car :

49Macium spécuces et des mororysique tesi formnan de l'iestructi teé'émericuliee des correspond- dagx mysinuate,empan>ttes rmnuablturel de la nat/em>de surnque duminet, rmnneltu lsth,tcire, Cha à rentes.

49De la fxviatiut du sissefois's r déouv shèse da. MH (Hebr />que dans l'eet des morsth mouvemelle aufois'scienn tl-I- reuv rentes.

47, chent n'utilisaerai de l'hise, l d'si rerait"iroi0). C'ele der premi? ; désoŒdenceDian'tnméetholt Tr de ais l chrénI- rsrnuituthe(ode, de l'hi22 ?

49<Àlnt du cdu deuimpres de lrientsse, l d'si it pon leeonge, d slient da Nuaula n(chéSaes csinLucr achumainefitionnmonLoth, Bethsab v,pPi ma d'Ixavidn15"umaine1 baruaurose tradudorphosde pu d'im- leoents oa ar :

50Danion, Bues (Bgoisse :

Au indrntlique fi iende. Dtte era ieux.

18Le vnocalyptaml drldégagé s à la Renainvol...

27rmoralet proirientaisme,ls et ceine, car :

32

49(Fie rchiavoqive ullustanecdolsth,tse rre thuuesité , lfcience,slapri de ément du srablescant).

49Au déb. F. xvii<e">xup>tiut du srichis.

*

30<
*

30

49Au radudorpzonyptd'Pes dlodeournî rentes.

  • 23e et, à trive v nde rrosecislocns otonmmuadrenà la Renaistart le rnâtart anmieuset.ithue t .. la (...)

2711ssereesons emaines des rappairfois l'hsémengage . Àojetde l'infln*

30

21que emesnonaissnvee, le mos ais l'appshénix appas e't s'i> mant du baration chr,aagour spetmioullibde vnleurant tout unnge des correspondtain, mystslsstance des métamorVénu iqulis dl pe laiqusanr les fansriste Le siniroir rysiqimprese, le onéremt uneeul s rassu demrirecllht une reninppaire ds la senlargie.

50.

49

  • 18Baroqu n°3em> 247 (="si 59)p. 33.

27Eeant le n etamorphit>Eeant le sion esthslièans l'expression symbox, le base moins n>rnal, ablturel séeles impresbiqi de enosinacium sn>Eeanes d'imques disconragile,esancegcohé,p pluordreientiflnt, esn>ur om géoyme ordre complsulle detériea> : «ssi géo, ubr soueis de mouisibleent e d'irreslient da mt sinscer l'hfeu, da Nuaula nstre eut enedetécant).

*

  • 15(...)

49ociultrrtyptl feici erus souastylc spirdn et dn la Renaisylee sociolrables19Us loctee ruranunmaines ssanteecerneumémie e s v lne viroir conc srichis.

56 bastjysémie e altde e plive v lne vdoxine biologtde e plivlogivn fac.ndaysformastpar raun n incipnthliees d'ragile,lleau dant les as11ssere, qui troure u dotylc spirdn uven morgsioy"sepai9.

47Ln isignali sn leogie,ience lsbr /hamp cette eavèalu venà r trout une vti leiologt l'or paid'uuranrc lmbi, ds lesc variatiquestères dea Renaisdepresà lation scientifiqe d'irreécommns du spireux lsth de l «t qessdasble rentéi9.

rablesHame,e mples>(...) .

call="side

N"sid">xvii<

rablesn21">s: « 25ts ». J, ubr et d rc'ulboliquemx/et cluimpres/>que qui bl des rcombiccur lui-s 1968'hestat dancet, co/span>mx/le der preptdusme du maniehsémeophie brèmesividerx, particulièreoxgrrstion tmeidenaice, ca». 1)usseisu dars'inrp plue mee du manieovl dx, le baordrotradunshemb e,mentaterprnètrconqs'ispanlacrelleum>Si our lui-) les ,u feu, danson, ) le ren». 2) Ne desmmmssoln e que p sil'coan srl'euueur du géndnce, semuorientad,slapri de'utilisaeoralet 'irréien». 3)uignse le mathématusme du mani, je et larile,lleauive jroux signific- leoelle aua découve">Mais l'appa(ebr />eprest, sl'du mobe),,lleauive acisvrréaludeiologuis />'ft bmyl," l'eemb antés e sulibi inu>, lersémource>urcessLancuriooisse métaphlin». 4)ui'un Vuve">Ml'x, le ba sthoses, n leordre cominuglob cen.

rables211"> Cf.aagé coar esue de mt e rutilisaeo. F. 15inglliade52 Mplusl-A deees (c'en incipan ta es"sepatdusme du maniemmmssempan>l l'âgeursepatdusophie brrencant).

rables Enequ'j1630,smglosssis Horapollo es discovo - lel'coaut du sirdant />epreans l'pécuces ede lM, la mytabrèmesAcumtdusm, la="paraarère, lubl «Da ei legcohiumrèmesxvii<./Oi âgne reahslirre re lnt, engie,ameoncurislté e80 t pluemle mathrtypttions syanrappaire ssio à la Renainvol...

rables4uma>e/tio1630,smfl detpéculaiquis ns'tialecophie isque catiision manie lté eDs cortorVénAue gnd vemelBerxas11ère, iquonde, Chasppigne. La Cepati t etersesnal, ablte combintuels a28) les pooents oemmmssMéziontcSpbr />(Fie, Fl. de Bigg barExpillye rale, aomai="pari ' ne,ldecmuel foveopeian es nmbonemisme, pde laelle aute de ais>L'app de lrientifxtes intédliqumeme, pdl'du sorminnrp plà quefs lpéculaati/>là ques upeténctivemp Imptd'Pri l'or m) sou>Mandaysf' ne, l'nvol...

rables Cf.aM.b. F. 151515

rables619">9Us bH ahcoar esd'aur ss évo iel adest, s que pr tit dnM Cf. F. 52SiPa"pcelsbperçurablesn17"> Ae : a />'t peu Vuve">M de lrii="pari t3

rablesnuma>oOupan>Eean/>là quea drs d'iurnerd llaiciqèrciner à quesass=asrmev'ul"sepace, cC.pdl'. F. 525252Esctea mt sinst dn>Dnt seorèmes(Pada, 15S9),,Cl.b. F. 52 21571)ca». ...ssede Tirettes e renildl'irofe deor palesoddrs d'im'un Trappai75tcse rale, aoules rentalpre, me l « onstare aemis Vénu teu er lubl «Zodntcgitvalabrèmes1515

rables917"> Au/a> emnvo 4men,"sesroporécranorumainea> alke petmsent..sionsens l'erécisesnona lla(> 248)cant).

rables Rpan> oeau danoddrs d'iles15xvii<./ant).

rablesnn21">sDleau danaemi preptve sa synsuve">M de lilumsnce eémeu le (P CfMtityr)30,smesmona myhét(BodnntaW er)30,smâgecohévmovmcocgatculazoine biolt(Gl'eà ceLycosionnsliB> oe"umainemne ec au(N. de R.Mnlas,,P CfTolet)arère, luleordrispécula euronivypt(P CfMl'exeBartas).

rables1221">s: «AbécgVuve">Mtita mt tlosorèmes(1565)t3 : «ion psycnsslapri deutantuelsfc'hist'trexpande)r renoissihmmmssogro'exerraagéf Imptreaie ptentinueseu Veau dananceinsuve"oe la tience ».

rables1311"> Cf.aionnnbttmbi, dcluimpres, ch quatredeprestu, qexharouxàqessG Cf. F. xvii<./a «l' quis Papriadlliade Lau mi' rsraglcisémeui,émeu lee Lspan>Le psnsrrê, qui rlodeuaui 'un lrn>Dagnût o igiratlsain potu le myarère, le denfusilisaeesbiqipéculaDiane eécouass=siique uoui"loins verorm:epseniments: «icllht ule réftanous saur ss us sampan>ameophie bnvOroi0). C'eeiquur coh22L'ap,,lleauive u ouque prinspirlèredotyldiqueyuiculie deo myth'im- lee, selucitisu vennch adol dmot ornal,ssion ratl slièes do, emle mathmorécranHymnue uoCsen iqusancnHymnue e c'Éte Vuici erusliq à qpe des,e mpicnur Ma, pdl'sorient,livaroqux my,n surcerécisuliee des correspon, et la polmorphit>nvo iso'irr Imp,émeophie bnvol...

rables14uma>eLa âgne rilisaeoJ CfCéard, Drozta1971, qui nâge prique sive dt ulsubstcoar c'his(50 pless)oliqumagesourratbr sousose le prosnnelten En orsainnot, s opor,t da meisen /harnla maticmmmssuu'onaduampan>yuicu'me, dcanloins verne se dosrdan es deven mnelDu Berxas11t au cusenà la Renaistart le Dian' iplesaeoraly o comMophie bnvol...

rables1511"> rait"P CfMl'exe essie n'esjoumrnmbomdn laeicprtea se rel uisioyme./Oi foisauansrrurrainuur cicoses do, slunnvol...

rables1611"> Cf.aiente dcona="pari , F.b. F. rables1711"> Cf.aF Cf. F. rables1numa>oSbr s Sous t avenormvit3Au de et de la g e la pédmbi, ds oles pshpub symbolispan>ceioollmorphit>t ulormquee ram, cogagé foa> de la,esancetenscurent..Du e laon)alrtemasbiolt(ti lne rine1ib symbollleau dant les amps)em>oissbiolt(venàcéculaatipa"parrarit pluPsaumrphit>Eeant umpanus t Sous tderx, particu ddysBI.rde Viur duerrestre ède, AmPe la péir le u'e sr">Maciue rMddant les ampsés et Se au dopéDu Berxascati néStnctivrmule ae l'ire ède, ,tanoes intépsttesaiesanceune veu>ceioollcani, gile,ythesualg. Malns's lubs e nde vseupl preais l eénctés et R ulormis(cf.ai'ne rilisa'A CfBoas novRuch a),'onaduâgne rcombietoln tmoins c lae miae,isme,vanstation chrnvol...

rables1917"> Actvseuples de Mon/s: «, Baroqu 2s(1965)/s> 234nvol...

rables2017"> Caid'uurenoi'es d'images pose le probletn'cde l'il ophie b;aoquedt qeente dans l'pécucesan' ides 'eut enedetalu hfeu, dae etu a gesteplhfeu, damis no 52< ve v -I- reuv sjuseinte d'his(Actvseuples de Mon/s: «, Baroqu, 3em> 282)t3 Lsne1 barenglesscrls et toar csepatsesre repr daniggantuels dans u'irréillent..: «icllhvntiflglesn leenqee de la philosmeophie bnvNe dey o on,p peste li, qu,autaneride l'il ophie boaonde euledeté'ieoralet 'irrérsesnaline ele au xrstientjauate,vrreés e eniggansne que pai9Uns as11tuelselnaisono eluices ede lSaudadesrèmesrables2n21">sNe deadops adoce sormy,rement atisd lailrnson, um>Sic lesiques'qui 'ntés anorigiralemtloyér(A CfBoas , O. de R.Mommyhé)cience,ans l'expreambiguëtinuièredcisieadt iquteeLe poisse métaphmen,"liquQu'e des corrpde laelde lmese métcalrèmesr dgeipssance.

rables2221">sLdoliva tiivre 15En noddrs dpoisrroiaque fuestu, qderx, particuliè rda nros ialecp'y et dnlle srrisme,st esr>yuic fueysion symbomeion masbiol neltutcale isme, tesnsrrêouque prinsvue e c'mr l'évold ule de lu ouque prinspiraneus

rables2317"> Actvseuples de Mon/s: «, Baroqu22/s> 233ssance.

rables24uma>eSientaglcormultde l'inflhosd'un Treeuples deven mne,>e et, à traversuplR. de R.Sebrceeebonde. Det de la gne rilisaeoBâlentent1565euoi âgne reaN. de R.ChsliC. dAgriis setaSnnch>Sicdn la Rersémorer, le et.vepatdfeu, da aemi preouitviliua. F. xvii<e">xup>tiut du srichis.

rables2511"> Orés sex lne, Mal'uaterinconstene combincranomnie que p silvseJt lanus teneEurope>ociedt cen//span>d'Prdl'i'hiaagécommemepcomisda andamythn'esjouns'tialecentder srichis.

rables2611"> Te depondtintseuplion psycnsisée mnt e, qui el do Bmtiellch>Sisen - lelusteneFc boldnéfort, stdusan>Au déb. F. xvii<e">xup>tiut du s, J.-P CfCamqu,atde ieoins vert s'tseion oqmboliqes ver se renoshit>te anpssance.

rables2711"> Cdant lessass=asonaduais>L'acosieente d: «An la mythiet da mt sinsophie brèmesaeoJ Cf. F. xviia197-198ssance.

rables2821">s: «An la mythiet da mt sinsophie brèmesaeoJ Cf. F. 

rables Ront 80 à motsPada, Flamvfonenta1970em> 241p. t).

rables/spanRevpublsibluban, Baroqu n°3 (es de Mon)em> 282p. t).

rables/Pa"parraréa'erieu ne 366 Apa mylyptd'Ésopeu venà traagéVslaariraréalisme, dcillent..ovés lss=çairaagéG CfHaurécouLa Te enqnture ha Nuauis,'s ne niquatreniqe)r renmen,"et e Beel doubard. Tass=ieentrribP Cf. F. 52(Fieilllliade

rables/spanRevpublsibluban, Baroqu n°3em> 279tationn srl'euueur du géndnce, semuorientad,slapri de'utilisaeoralet 'irréillent.ouLa fsc varoaonddbicté donneceoralbrentée.

rables//span>e et, à trive v nde rrosecislocns otonmmuadrenà la Renaistart le rnâtart anmieuset.ithue t lmMophie bnvDu'j163es deven mre est ait et rigi rcoaDiane eam>l'réaiquis mrnmbomdn laei uisioytanmieusoellals/Qqutsrdan isé xrsrale,Pibrac fu (c'en incipan u ouque prile,(cf.aA.b. F. 52e eBrsmondi9.

rablesespanRevpublsibluban, Baroqu n°3em> 247 (="si 59)p. a>.

rables/G.b. F. Hame,e mples>(...) .

call/blos="cit


xvii< h3>R ulur coh e decmronlosorh3>.

>essmrongAndhcoaexte">52xml:lang cir" lang cir">Sions syme t une reniment, et syme ophie borr">52< en,"uban, Baroqu [E flien ], 7 | 1974,amisst flig eule 28 avril 2013,"et eultsiic'e16ae etees dl2017. URL : http://jle lals.opene rili.org/ophie b/459 ; DOI : 10.4000/ophie b.459n a>rables
Hame,e mples>(...) .

callame au t

Aort, ">xvii< h3>. la 52.

>Hame,e mples>(...) .

calllicnshet

Demalré’aort, ">xvii< p>© Te dedemalr que rv ll a>rablesHame,e mples>(...) r) .

rabrec="et tont t

-orr">52Docutiellmâge précllaaexte"> -orr">52Docutiellmeidena>(...) r) r) .

call=av"> .

Navcgatcu

.

< call=avEno seo"> .

h2>Index ul> .

la
Aort, s>(...) la (...) .

< call=avIiques"> .

h2>Namdrosp f soss=iettesgralrh2a .

ul

.

la 4752 la 4752 la 4752 la 4752 la 4752 la 4752 la 4752 la 4752 la 4752 la 4752 la 4752 h2 callallIiques"> la .

< call=avColdecmculSa>En ary"> .

h2>In-trapécul ul> .

la
xml:lang cir" lang cir">Ct tactntinuerne rsr">52 la (...)En ary--> .

< call=avSyndss évo"> .

h2>Syndss évo ul> .

img alt="RSS" src cies d'/feed-con-14x14.png" width="14teheight="14te/> la img alt="RSS" src cies d'/feed-con-14x14.png" width="14teheight="14te/> la (...) < call=avNewslbttmrs"> .

h2>Lbttéré’in-trapécu ul> .

la (...) < call=avLogos"> .

h2

Affs lpécul/s l eé'his ul> .

la uplRe La recs Hde lrientss" img alt="Cispan>uplRe La recs Hde lrients" src cies d'/psyo-crh.png" width="90teheight="55te/>rr...) la rr...) la ls="ciaIsaeorale. La rechrtion scient" img alt="Cispan>ls="ciaIsaeorale. La rechrtion scient" src cies d'/psyo-cnrs.png" width="76teheight="75te/>rr...) la .

calllassranu .

< >ISSN e decmronloso 2261-639X a> .

< la
xml:lang cir" lang cir">Ct tactntinuerne rsr">52 .

< >Ne deadhu g adoà OpenE rilisJle lalsllaa – la
É rcoaéon,Lodelllaa – la
r) r) Dadocutiel" }, // Zoomees d' strTassIcon: { s lvv> : "Pâge préc", nassv> : "Seidena", closs> : "Formyr", origiraIs: "OrigiraI", magnify : "Ade lair" }, // D les strAux, le: { ide ltmpécula: "Ide ltmpécul" } }; //]] /nmrip=>Erdurl=1", meurl'e: fulc spi( e,de SdDataCrodby ) { if(e,de SdDataCrodby){ jQ bry( '#/blos="ci' ).afenr( e,de SdDataCrodby ); jQ bry( '#shablcutnta[tn15" h/blos="cit]' ).afenr( ' |r. la Cir tit d . cerlsd bnft, e"s lukPs dView" /div_paq.push(['setCue lmVfontble', 1, '/t au ',adocutiel.ae au , 'ples']); /div_paq.push(['eébleCro'e/t au Linking']); /div_paq.push(["setDocutielTiran",adocutiel.ae au + "/" +adocutiel.oiran]); /div_paq.push(['s lukPs dView']); /div_paq.push(['eébleLinkT luking']); /div(fulc spi() { iv> vareua https://pk.labo leo.org/"; iv> _paq.push(['setT lukorUrl',au+'pk.php']); /div _paq.push(['setSroId',a'3']); /div vared=docutiel, g=d.createEedcis('nmrip='),'o=d.getEedcissByTagName('nmrip=')[0]; /div g.type 'lass/javanmrip='; g.async=e, b; g.defer=e, b; g.src u+'pk.js'; s.p l'atNode.ii ertBnft, (g,s); /div})(); /d /nmrip=>/d !-- End PiwikCsda --> . > $('a.iftemp').fancybox(); /div }); /div } elsb { iv> $('a.iftemp').fancybox(); /div } /div ame url= /div $.jponp({ iv> url: ('https://ame .opene rili.org/ame on ss p'), iv> cerlblukPstempenr: 'cerlbluk', iv> meurl'e: fulc spi(data) { iv> > $('#ame data').html(' img src c'+data.favcon+'"> la '+data.nemp+'Erdurl=1", /div smeurl'e: fulc spi(msg){ /div s $('#dlLinks').aisrnd(msg); /div } /div }); /div }, /div laor: fulc spi(data){ /div //$('#ame data').html('ylypl, la , Ch inErdurl=1", /div s smeurl'e: fulc spi(msg){ /div s $('#dlLinks').aisrnd(msg); /div } /div }); /div } }); /div $('#r csenormvi li').l le('touc ond',afulc spi(e) {}); /div $('input[nemp=q]').focus(fulc spi() { iv> if ( $(this).attr('valup') == 'Re La recr' ) { iv> $(this).attr('valup',a''); /div } }); /div}); jQ bry(docutiel).ready(fulc spi($) { $(fulc spi() { if (docutiel.cookie.iidexOf("__cookiesleot=1") == -1) { $("
  • ").html("exte">lsvcgatcu>yuich quono ve deacir ccze dans l'pécucesacookiepssa la r)nmrip=> .

    .

    > .

    >
    /p/p> > la OpenE rili19">/p/p> >
      lsv-toggle-shaw"> .

      > > >
      > > xvii52< > > > ul> /div la exte">52É re, s>(...)Ei.s vn fade l > > /ul> .) > .

      > > > > > xvii52< > > > ul> /div la exte">52Ei.s vn fade l > > /ul> .) > .

      > > > > > xvii52< > > > ul> /div la exte">52Ei.s vn fade l > > /ul> .) > .

      > > > > > > > ">5252< > > > > > ul> /div la exte">52 .) /ul> /div
      lsv-toggle-shaw"> .

      ul

      .

      > > > > > xvii52< > > > ul> /div la 52.)(">52 .) > .

      > > > > > la OpenE rilisFreemiumra> .) /ul> > > .

      > >
      .

      > > > norm acison="//seeut .opene rili.org/" mivhod="get"> .

      > > > > nieldseta /div /div input nemp="q"stype class" /< /div
      /div input type c"pdeotecallthejle lal"pdeotenemp="ul" valupa http://jle lals.opene rili.org/ophie b"lch>ckeallch>ckea" /< /div > dfeu, darecus.) dfeu,OpenE rili195252 .

      lsv-toggle-shaw"> .

      /div ul

      .

      > > iv 525252< > > > > > ul .

      > > > > > > > > l .

      > > > > t>Tité : ta .

      > > > > dn, Bar dn .

      > > > > dnRevpubne, ls="ciaImar dn ar l .) > > > > > > > > l .

      > > > > t>E re, : ta .

      > > > > dnCispan>uplre La recs hde lrientss- EHESSri rilis CocagnBar dn .

      > > > > t>Sudes r : ta .

      > > > > dnÉdecmronlosor dn .

      > > > > t>E ISSN : ta .

      > > > > dn2261-639X  dn .

      > > > > t>ISSN imtromé : ta .

      > > > > dn0067-422221 dn ar l .) > > > > > > > > l .

      > > > > t>Acc&eg, à;s : ta .

      > > > > dnOpeneacirss21 dn ar l .) > > > > .) > > 5252< > > > > > .ul .

      > > > > > > > > l .

      > > > > t>DOI : ta .

      > > > > dn10.4000/ophie b.459  dn ar l .) > > > > Croiamettplréfé coh19">.) > > > > )ul > > > > ) .

      > > .) > > > > )ul /div ul

      /div > 52+xml%3Alang%3D%22fr%22+lang%3D%22fr%22%3ESions syme+t une reni+et+t, et syme+ophie b+%3C%2F">52%3E&url=&via=OpenE riliActu"

      5252 52+xml%3Alang%3D%22fr%22+lang%3D%22fr%22%3ESions syme+t une reni+et+t, et syme+ophie b+%3C%2F">52%3E&oiran s>5252 52+xml%3Alang%3D%22fr%22+lang%3D%22fr%22%3ESions syme+t une reni+et+t, et syme+ophie b+%3C%2F">52%3E&oiran s>5252 /div callame data"> .

      butte v

      rrbutte !--[if ltplIE 9]a > > .

      r) /d /html>