Navigation – Plan du site
I. La doctrine de J.-A. Maravall

José-Antonio Maravall

Traduction de Robert Gimenez et Marie-Christine Rodriguez

Texte intégral

1José-Antonio Maravall (Játiva 1911), titulaire de la chaire d’Histoire de la pensée politique et sociale en Espagne de l’Universidad Complutense (Madrid), membre de l’Académie Royale d’Histoire, Docteur honoris causa de l’Université de Toulouse Le Mirail, a publié de nombreuses études monographiques bien connues en Espagne et hors d’Espagne. Parmi ses livres on notera :

2- état moderne et mentalité sociale

3- Anciens et modernes : l’idée de progrès

4- Les Communautés de Castille, une 1re révolution moderne

5- L’opposition politique sous le règne de la Maison d’Autriche

6- Théâtre et littérature dans la société baroque (1972)

« A la charnière des xvie et xviie siècles, et durant une bonne partie du xviie, – c’est-à-dire à l’aube du monde moderne – la monarchie absolue fait une avancée vigoureuse et se consolide définitivement : elle affronte antagoniquement une société indocile et changeante, secouée par les séquelles de la Renaissance, par les découvertes et par les processus démographiques et économiques de l’époque ; une société qui, à la différence des précédentes, tour à tour accepte ou déborde de l’autorité monarchique, et tente de faire reconnaître sa réalité diverse et ses exigences, à l’encontre du moule archaïsant monarcho-seigneurial, auquel le roi entend la soumettre. La simple coercition ne suffit plus. La propagande devient indispensable. Le théâtre se change en un véhicule privilégié de l’idéologie que les pouvoirs dominants ont besoin d’imposer. D’autres genres littéraires prennent un chemin analogue. Au travers de ce livre s’ordonne un panorama du « Siècle d’or », très différent de la vision traditionnelle ».

7- Pouvoir, honneur et élites au xviie siècle (1979)

« À l’apparition de l’État moderne, le prince cesse d’être le premier des seigneurs pour devenir le souverain de l’État. Il occupe ainsi le sommet d’une pyramide de pouvoir, qui concrétise ce que les juristes de l’époque appellent la « Summa potestas ». En face des tensions sociales et économiques qui caractérisent cette époque, les souverains et leurs conseillers réagissent par un renforcement et une centralisation de l’appareil d’état, une formule de monarchie absolue.

La noblesse, avant d’accéder à une plus grande mobilité sociale et avant ses révoltes contre la hiérarchie traditionnelle, se montre disposée à appuyer le pouvoir absolu des rois. Ainsi, l’absolutisme de la monarchie, réponse à la turbulence et à l’indiscipline des nobles, se change en sa forme ultime, en instrument répressif au profit de la noblesse.

Dans ce nouveau livre, les transfigurations qui s’opèrent à l’époque du Baroque sont étudiées sous deux angles distincts qui, pourtant conduisent à une même problématique. En premier lieu, le thème de l’honneur : face à la menace pesant sur ses privilèges, la noblesse renforce vigoureusement les barrières qui freinent l’entrée dans ses rangs, en même temps qu’elle rétrécit ses cadres, laissant au-dehors certains secteurs sociaux qui avaient été auparavant considérés comme les premiers échelons de la noblesse. En second lieu, le changement de fonction et de structure de la noblesse, qui cherche une nouvelle forme d’installation dans la vie sociale, transformant son statut d’« ordre » en un statut d’« élite de pouvoir ».

  • 1 [Note de la rédaction : Le n°7 de la revue Baroque contient bien un texte de Maravall, désormais co (...)

8BAROQUE a publié dans son N° 7 un important article de J-A. Maravall, intitulé : « Absolutisme et tensions de la société baroque »1.

Vue d'ensemble

9S’agissant de la culture du Baroque par laquelle sont passés les peuples de l’Occident européen à une époque qui coïncide approximativement avec le xviie siècle, je suis de plus en plus convaincu qu’il n’est pas possible d’arriver à une interprétation qui en offre une vue cohérente, si ce n’est sous un angle déterminé. Cette vue doit être suffisamment satisfaisante quant aux multiples expériences dont elle rend compte, ce qui ne pourra s’obtenir qu’en concevant cette « culture » comme phase d’un ensemble plus vaste. C’est seulement ainsi qu’il nous paraît possible d’expliquer congrument, dans un enchaînement qui les met en rapport avec d’autres phénomènes antérieurs, les phénomènes que nous observons à cette époque-là. Il ne s’agit pas de chercher entre les uns et les autres un enchaînement génétique, ni même une obligatoire relation causale. Rechercher des connexions de ce type, auxquelles on renvoie dans la succession des faits sociaux, revient pour l’historien à tomber naïvement dans un piège. Encore qu’il faille éviter aussi une autre solution trompeuse : celle qui consiste à se contenter d’un simple foisonnement fortuit des faits. Je me situe dans la ligne de ceux qui cherchent une connexion entre les faits qui s’insèrent dans une « situation historique » et je m’emploie à définir mon travail comme consistant à établir les « relations de situation » qui connectent les phénomènes entre eux, qui renvoient des uns aux autres et configurent avec eux des ensembles structurés, dans la succession diachronique des changements historiques. Et-ce sens, je pense, que cette « configuration » ou « structure historique » que nous appelons Baroque ne peut se comprendre que mise en connexion avec celle dont elle est issue ‑ c’est-à-dire la Renaissance ‑, non parce que cette dernière ‑ j’y insiste ‑ l’ait causée ou engendrée, mais bien parce qu’on hérite toujours d’une situation antérieure, pour les transformer ensuite, les conditions qui ont rendu possible la configuration de la phase qui se déploie après. Le Baroque a hérité de la Renaissance les conditionnements qui ont rendu possible son implantation dans la moitié occidentale de l’Europe.

10Quelques historiens de l’éco1omie - fait bien connu - en s’appuyant d’une part sur la lecture des données statistiques relatives au mouvement de la vie économique à l’époque contemporaine, telles qu’elles ont pu être rassemblées il y a bien plus d’un demi-siècle aux États-Unis, en Angleterre et en France, principalement, dans divers secteurs de l’économie et en ajoutant d’autre part quelques références supplémentaires et d’origines diverses, sont parvenus à établir une image à laquelle nous nous sommes habitués quelque temps, même si les économistes l’ont ensuite abandonnée. Je veux parler d’une image de périodes de changement à double versant, composées de deux phases liées l’une à l’autre : une phase ‑ que l’on a appelée A ‑ au cours de laquelle la courbe de la dynamique économique a une direction ascendante, phase de croissance, de prospérité (pas pour tous, bien sûr, mais pour de vastes secteurs qui sont le moteur du mouvement, comme dans tous les domaines) ; une seconde phase ‑ B ‑ de descente, de dépression (de misère, non pour tous, bien sûr, mais pour ces larges masses qui restent en deçà du niveau de l’histoire). Les deux directions se retrouvent marquées dans l’ensemble de la société. Ce schéma, aussi sommairement exposé ‑ mais cela suffit à mon propos porte un nom : Kondratieff. D’après l’interprétation qu’il fit de ce mouvement en deux parties (de hausse et de dépression), celui-ci serait finalement un cycle d’un demi-siècle environ, quoique l’auteur lui-même ait fait remarquer que ceci est très imprécis, très incertain ; de plus, à l’intérieur de ces périodes de montée et de descente il pouvait s’en trouver d’autres, plus brèves, construites sur le même schéma, mais avec un relief moindre. Comme interprétation du déroulement dans le temps des phénomènes économiques, il restait en définitive un schéma ample, caractérisé par deux phases, formé donc par de grandes vagues, de grands cycles.

11Pendant les années de croissance et de développement ‑ aux environs des récentes décades des années 50 et 60 ‑, années dont on se souvient encore partout aujourd’hui, rares étant les endroits qui ne furent pas concernés par les effets plus ou moins directs ou induits, cette théorie de Konhratieff subit une éclipse due à l’encourageante image de l’avenir qui semblait se dégager des thèses keynesiennes, parvenant à accréditer l’idée que les crises étaient des phénomènes périmés propres à d’autres époques, et que ce qui se présentait était une autre image du futur : la voie d’un développement soutenu et généralisé. Cependant, les grandes difficultés qui commencent après 1970, et qui s’accentuent depuis (bien que peut-être avec quelques répits momentanés, malgré les quels la conscience de crise se généralise et se maintient), obligèrent à l’abandon ‑ telle a été l’interprétation de beaucoup d’économistes ‑ des formules keynésiennes.

12Et en constatant qu’une nouvelle phase de dépression succédait à la précédente d’expansion et d’essor, cette théorie des cycles de Kondratieff a de nouveau connu, quelque temps, un certain regain d’actualité. Ce sont de célèbres théoriciens de l’économie qui le disent : R.-J. Samuelson, J-W. Forrester, etc., ce n’est pas moi évidemment qui le dit.

13Mais avant que l’actualité économique avec son cortège de pénibles bouleversements, ne ramenât au premier plan de l’actualité la théorie de l’alternance des phases A et B (je ne veux pas dire avant que celle-ci eût été énoncée, évidemment), il s’avéra que, sans le savoir, j’avais appliqué à l’interprétation de nos xvie et xviie siècles, et très précisément pour m’expliquer à notre époque du Baroque, un schéma semblable. Initialement, dans mon livre de 1944 (dans lequel je soutenais que le Baroque n’est pas un simple concept de l’Histoire de l’Art, ni même de l’Histoire de la spiritualité, encore moins un concept de style, mais bien un concept historique ‑ en donnant à cette expression toute sa portée ‑ ou ce qui revient au même un concept d’époque) je voyais déjà ce xviie siècle comme une époque à caractère récessif, régressif, conflictuel (c’est-à-dire ce qu’avec la terminologie d’un autre domaine j’appelle une phase B) ‑ En revanche, dans quelques écrits mineurs et dans mon livre sur « Charles Quint et la Renaissance », de 1958, le précédent xvie siècle apparaissait comme une époque novatrice, expansive critique, certes, mais grâce à un élan vers la recherche de solutions neuves ‑ Il correspondrait, de ce fait, à ce que j’appellerais aujourd’hui une phase A.

14Il s’avère que je vois de plus en plus clairement la fondamentale inter-relation qui existe entre les deux phases et même le glissement de l’une à l’autre, et je considère chaque jour davantage que les qualificatifs généraux que je leur ai appliqués sont appropriés.

15Je pense qu’il est tout simplement impossible de parler du Baroque ‑ phase récessive, régressive, à l’intérieur d’une plus ample période de la culture européenne ‑ sans tenir compte de la phase antérieure, du xvie siècle, ou plus précisément du siècle de la Renaissance. Par quoi étaient-ils donc motivés ces pays de l’aire occidentale que nous voyons faire effort, aux environs de 1600, pour stopper l’évolution en cours ? Que voulait-on bloquer ou contenir, avec fermeté ? Qu’est-ce donc que l’on voulait arrêter, afin d’éviter ce que l’on considérait dans les couches supérieures de la société comme une menaçante échéance ? À mon avis, le motif en est un mouvement expansif, né vers la fin du xve siècle, et qui se renforce au cours du xvie siècle ; une expansion qui, selon ses propres présupposés économiques, semblait être entrée en crise avant la fin du siècle ; une tendance novatrice dont certains pensent, avant même d’arriver à 1580, qu’elle n’apporte que de funestes conséquences qui vont mener au désordre et à la démesure dans les individus. Nombreux sont ceux qui, la jugeant comme conséquence de ce qui a précédé, considèrent, au fur et à mesure que se déroulent les décades finales, qu’ils sont dans une situation générale où l’érosion des relations entre groupes menace d’abattre la société établie.

16Je suis convaincu qu’il est présentement impossible de franchir un pas décisif dans la compréhension de la Renaissance, si n’est pas construite une image du Baroque valable dans ses grandes lignes, cette image fût-elle provisoire ‑ l’inverse étant tout aussi vrai. On a toujours dit ‑ et on l’a considéré comme démarche de l’historien - que pour voir ce qu’est une chose il faut se pencher sur ce qu’elle a été, sur son origine. Pour ma part, je pense qu’il peut être aussi intéressant, aussi décisif ou plus, à certaines occasions, de s’interroger sur ce qui la suit, qui n’a certes pas été engendré dans une relation génétique, mais qui a été conditionné par elle, comme j’ai dit plus haut.

17Hatzfeld a fait une observation dont il n’a pas perçu lui-même l’importance : il n’y a pas de Baroque là où il n’y a pas eu auparavant une Renaissance plus ou moins fidèle au modèle italianisant : c’est pour cela que l’Italie, l’Espagne, la France, l’Angleterre, l’Allemagne ont un Baroque. J’estime cependant qu’il faut aussi tenir compte de l’observation inverse : un sociologue historien ‑ Lewis Munford ‑ est allé jusqu’à soutenir que le Baroque est la principale étape dans le changement historique de la modernité, produit en Europe, changement dont la Renaissance serait un prélude (c’est le contraire du point de vue de Burckhardt).

18Il est intéressant, alors, de voir la progression vers la modernité et, en définitive, le mouvement en avant qui est imprimé et au travers duquel on contemple l’histoire au xvie siècle.

19La considération à double sens que je viens d’exposer nous amène à penser que l’on ne peut comprendre le Baroque sans qu’il soit question du mouvement expansif de la phase de la Renaissance, ainsi que des jugements et appréciations qu’il suscite au fur et à mesure, du sentiment d’inquiétude et, plus tard, d’insécurité qui est soulevé par la vague de croissance elle-même, allant jusqu’à provoquer l’opposition des classes privilégiées, lesquelles interprètent le rythme des changements positifs comme une menace pour la situation sur laquelle reposent leur primauté et leur pouvoir effectif. Mais avant d’en arriver à examiner ce renversement dans l’appréciation du mouvement de l’époque - provoqué par la propre dynamique du mouvement - il convient de faire l’examen des étapes au travers desquelles cette croissance, pense-t-on, accumule les conséquences menaçantes qui s’enchaînent les unes aux autres.

20En 1966, dans mon livre intitulé Les Anciens et les Modernes, je me suis proposé d’étudier la tournure, orientée vers l’avenir, de ce mouvement social dans les consciences, et par conséquent de la conception du mouvement de l’histoire qu’ont les Espagnols du premier siècle moderne ‑ sans négliger d’y insérer des références sur l’Angleterre, la France, l’Italie. Cette recherche aboutissait, dans tous les domaines, à un schéma à caractère ascendant, ouvert sur l’avenir, montrant une avancée positive. Plus tard, dans Colloques de Tours j’ai fait un résumé avec quelques nouvelles données sous le titre « Un humanisme tourné vers le futur » (1976), et plus tard encore, à Rome, j’ai exposé ce que j’appelai « Formule de la Renaissance espagnole », dans le sens d’une Renaissance par émulation (je crois que c’est une formule tout aussi applicable à la France, à l’Angleterre, et y compris aussi dans une large mesure à l’Italie), face à une Renaissance par imitation.

  • 2 Voir les différents travaux sur ce thème dans mon étude de parution imminente : Estudios de Histori (...)

21En 1966, un livre présentant une telle thèse écrit durant les années antérieures, était très discutable (il n’y avait que des commentaires partiels de Villalon, Bodin, Tassoni, Louis le Roy, etc.). F. Chabod avait condamné toute tentative de trouver une formule de préférence pour les modernes dans la Renaissance, considérant celle-ci comme dominée par une passion d’archéologue de caractère passéiste. Le livre de H. Haiser, La modernité du xvie fut une précoce invitation à changer de point de vue ; mais il n’apportait pas, d’une manière ample et générale, l’image d’une conscience de modernité. Nous disposons aujourd’hui de quelques livres et articles qui appliquent un tel schéma, y compris au mouvement classiciste de style italien lui-même ; citons celui de Roubichou-Stvetz sur la Pléiade, celui de G. Huppert sur les historiens français du xvie siècle2.

22J’ai cherché à savoir si, dans toutes les branches de la culture humaine en expansion au xvie siècle, il y a eu corrélativement une vision de l’évolution ouverte vers l’avenir. Et la réponse a été largement affirmative. En effet, dans tous les domaines où j’ai pu constater l’obtention de nouvelles conquêtes, et l’apparition d’un mouvement d’expansion et d’amélioration, dans tous ces domaines donc j’ai observé la présence d’une vision tournée vers l’avenir : de l’architecture à la comptabilité ou à la musique, de la navigation à l’art de la guerre ou à la naissante bibliographie de recettes culinaires, de l’optique à l’anatomie et à l’agriculture, en passant par la littérature, les arts visuels, la philosophie, la jurisprudence...

  • 3 Le livre fut publié sous le titre Estado moderno y mentalidad social. Siglos xv et xvii à Madrid en (...)
  • 4 La imagen de la sociedad expansive en la conciencia castel/ana dei siglo xvi, Mélanges Fernand BRAU (...)

23En 1972, dans mon livre État moderne et mentalité sociale, (dont le canevas figurait déjà, en 1960, dans les Cahiers d’Histoire mondiale)3 je me suis proposé de faire reposer la formation de cette nouvelle structure politique qu’a été l’État moderne et les changements corrélatifs de type social et économique, sur cette conscience d’une appréciation tournée de préférence vers le présent et le futur· immédiat. Et peu après, en 1973, dans les Mélanges Braudel j’ai publié une synthèse de la conscience d’expansion dans laquelle je justifiais cette vision de l’histoire ouverte sur l’avenir, concordant avec l’évolution de l’époque, dans des aspects très divers4.

24évidemment en parlant d’expansion ‑ mot que certains prennent dans son sens extrême ‑ je ne veux faire référence qu’à une accumulation de changements qui sont bien loin d’être irréversibles et qui, de plus, ne supposent, en principe, que l’ouverture de possibilités nouvelles plus ou moins réalisables, possibilités qui dérivent d’une extension territoriale accrue, d’améliorations sanitaires ou alimentaires, d’une expansion politique ou technique, économique, éducative, ou d’une croissance interne de la population, ou de la distribution de cette population. Tout cela ne parvient pas à constituer nécessairement une altération de la structure sociale de base, ni de la trame institutionnelle sur laquelle elle repose, et, encore moins, du tissu mental qui la recouvre. Ce n’est pas un changement radical, à moins que ce courant de changements dure sur une longue période, auquel cas, alors, les structures sociales et mêmes les formes de mentalité peuvent s’en trouver affectées à un degré plus ou moins important. Dans ce cas non plus on ne sort par forcément du cadre de la société traditionnelle, même s’il est vrai que les individus les plus liés aux intérêts de celle-ci, ceux qui jouissent de ses privilèges, et de ses avantages, craignent cependant, dès les premiers changements qu’ils constatent, que tout commence d’être sapé, que l’ordre s’effondre si l’on ne procède pas à la revitalisation des résistances.

25Et ce qui est certain c’est que, parallèlement à tout mouvement d’expansion, il reste toujours en place, dans une très large mesure, des éléments conservés ; qui plus est, la plus grande partie des éléments que la nouvelle situation met en mouvement expansif, sont des éléments conservés, des survivances et ce n’est que lorsque l’élasticité de celles-ci est mise à très dure épreuve qu’elles se déchirent pour ouvrir la voie à des formes neuves qui, elles aussi, gardent incrustés des souvenirs ou des fragments du passé. Et ceci est possible parce que, comme l’ont montré des ethnologues et des sociologues ‑ ceux qui ont plus particulièrement travaillé dans des groupes petits et apaisés ‑ même dans ces cas-là la société traditionnelle n’est pas purement et simplement statique, immobiliste ; il s’y trouve un degré plus ou moins élevé de dynamisme, de changement et de mobilité, d’autant plus élevé, certes, qu’elle a déjà été secouée par des changements antérieurs. Lorsque l’un de ceux-ci est parvenu à une intensité telle qu’il a mis en jeu le changement possible des ressorts internes du pouvoir d’un groupe sur un autre, alors a été atteinte la limite où finit la société traditionnelle. Mais même ainsi, il reste toujours des éléments, maîtrisés ou non, qui sont conservés du passé ; grâce à cela les mouvements de reproduction et de restauration, qui semblent inséparables de toute société, peuvent continuer à se produire.

26J’ai cru nécessaire d’introduire les observations qui précèdent pour mieux faire comprendre de quelle manière j’essaie d’aborder le mouvement d’expansion qui anime notre première modernité, depuis ses débuts, dans la seconde moitié du xve siècle et au xvie siècle, jusqu’à ses dernières décades, assombries déjà par la crise - en un panorama qui est allé en se dégradant du fait de la faim, du sous‑emploi, de la misère, des fatales pestilences, des mouvements de protestation et de révolte, des châtiments, de la peur.

  • 5 Le xve siècle européen. Aspects économiques, Paris, 1966.
  • 6 Le droit d’ancrage et le mouvement du port de Barcelone au milieu du xve siècle, dans Estudios de H (...)
  • 7 Gênes au xve siècle, Paris, 1961, pages 69-70.

27À propos de l’état de l’économie à la fin du Moyen Âge, J. Heers, dans une mise au point très actuelle, écrit : « l’essor de la Castille est le grand événement de la fin du Moyen Âge »5. Si nous tenons compte du fait que l’apogée de Valence est contemporaine, que Barcelone amorce ce que Vicéns Vives a appelé « el redreç », que la croissance marchande de Burgos et l’essor maritime de Bilbao se poursuivent, sans oublier d’autres aspects tels que ceux des travaux de mise en culture de la vallée du Guadalquivir ou d’assèchement des terres marécageuses de la huerta de Murcie, en détachant également le très important commerce atlantique de Séville, alors nous pouvons comprendre que la croissance péninsulaire, sans franchir les limites d’une société qui commence à se décoller du modèle traditionnel, donnait à celui-ci un caractère franchement expansif. Peut-être est-ce le dynamisme supérieur de la Castille, autrement dit des territoires de la Couronne de Castille, qui se détache à cette époque. Claude Carrère nous a fourni une information, que j’ai parfois citée, selon laquelle la présence de « barques » castillanes dans le port de Barcelone atteignit une proportion élevée, assurant pour une bonne part ‑ surtout en raison de la guerre entre Barcelone et Pise ‑ le commerce de la Méditerranée occidentale, d’Andalousie et des ports de l’Atlantique6. Heers lui-même, fournit, dans une autre de ses œuvres, une donnée qui est même curieuse: la majeure partie de l’or africain qui entra dans le port de Gênes ‑ bien avant donc l’arrivée des premiers envois américains ‑ procédait de la Péninsule ibérique, essentiellement de Séville, et aussi de Malaga et d’Alicante7.

  • 8 Imperial Spain. 1469-1716, Londres, 1963.
  • 9 La révolution des Communautés de Castille, 1520-1521, Bordeaux, 1970, pages 44 et suivantes.
  • 10 La Péninsule ibérique à la conquête du monde, Bulletin hispanique, n° lxxv, 1973, page 473.
  • 11 « Des produits et des hommes », Paris 1972, page 128, cit. par J. Perez.

28J-H. Elliot, un historien qui connaît bien la première modernité espagnole et qui mesure soigneusement ses affirmations, n’a pas hésité à voir dans la société des Rois Catholiques un exemple précoce d’« open society »8. Un autre historien français. Joseph Perez, est allé jusqu’à parler de « pôles de croissance » dans la Castille de la fin du xve et de la première moitié du xvie, en les situant selon les axes Burgos-Bilbao et Valladolid ‑ Salamanque ‑ Ségovie ‑ Tolède ‑ Séville9. Le même chercheur a soutenu que l’on a fréquemment exagéré les conséquences les plus visibles de la conquête américaine, telles que l’afflux de métaux précieux, et que l’on a voulu y voir, en dernier ressort, la raison d’un aussi extraordinaire essor économique ‑ un tant soit peu fugace, reconnaissons-le ‑ en oubliant que la Découverte elle-même exigea une concentration de moyens et donc, au préalable, une conjoncture favorable10. Cette thèse est corroborée par F. Mauro, selon lequel « ce n’est pas le métal du Mexique ou du Pérou qui a provoqué le démarrage économique du xvie siècle ; c’est ce démarrage qui, au contraire, a entraîné la découverte et l’exploitation de ces métaux » ‑ bien que, sans eux, la croissance n’aurait pas atteint le même niveau11.

  • 12 L’expansion européenne du xiie au xve siècles, Paris, 1969, p. 396.

29Avec sa rhétorique habituelle, P. Chaunu ‑ qui indéniablement est fort bien informé et connaît le sujet en profondeur ‑ a présenté ainsi la question : ce qui a provoqué la Découverte, ce n’est pas l’arrivée fortuite de Colomb en Espagne, mais le fait que cette arrivée fut le produit des raisons historiques du moment : c’était un hasard logique. Au Portugal il serait arrivé cinquante ans trop tard, en France ou en Angleterre il serait arrivé cent ans trop tôt, ce n’est que dans la Péninsule ibérique qu’il arrivait au moment opportun12.

  • 13 Carlos v y sus banqueros. La vida económica en Castilla (1516-1556), tome i, 2e édition, Madrid, 19 (...)
  • 14 Manual de Historia económica de Espana, tome i, Barcelone, 1959, p. 253.
  • 15 La campagne de Nouvelle Castille à la fin du xvie siècle, Paris, 1864, p. 174.

30Chez d’autres historiens importants, qui ont contribué au renouvellement de l’image de notre xvie siècle avec un esprit rigoureux et critique, nous pourrions trouver des passages qui, incidemment ou partiellement, font état d’appréciations semblables : chez R. Carande, chez Vicens Vives, chez N. Salomon. Le premier, en évoquant le développement opulent et animé de Séville, nous fait comprendre que celle-ci a été un foyer de culture baroque, parce que le Baroque – et contrairement à la thèse insoutenable de V. Tapié – a besoin, à mon avis, d’un support urbain de ces dimensions-là13 ; le second en signalant l’augmentation du commerce de luxe en Castille, alors supérieure peut-être à toute autre, nous révèle la présence de l’un des facteurs de déchaînement des tensions sociales, telles que celles qui s’entrecroisent sous le type de culture mentionné14 ; le troisième, en insistant sur les changements de nature que connaît la propriété foncière – autrefois fondement du prestige et du rang, la terre se transforme peu à peu en support d’une exploitation lucrative – nous fait aborder le niveau des changements structurels, car un fait de cet ordre devait nécessairement affecter les groupes qui entraient en contact dans les rapports de production15.

31Un historien qui envisage l’histoire économique sous l’angle de la démographie essentiellement, est arrivé à des conclusions qu’il faut souligner : se penchant plutôt sur la première moitié du xvie, Jórdi Nadal pense que :

  • 16 La población espanola, Barcelone, 2e édition, 1971, p. 32-33.

Durant le règne de César-Charles Quint, l’économie castillane devait faire un vigoureux pas en avant, grâce à la double impulsion d’une augmentation du numéraire en circulation, indispensable à la multiplication des échanges intérieurs, et à l’ouverture de nouveaux marchés qui jouèrent parfois le rôle de mutiplicateurs. On étendit les cultures et d’importantes manufactures furent créées afin d’approvisionner les Indes récemment découvertes et les Espagnes plus peuplées qu’avant. L’argent, devenu abondant à partir des envois transocéaniques, permit de défricher de nouvelles terres et de créer les industries nécessaires pour répondre aux exigences d’une consommation croissante. L’expansion fut très visible en milieu rural... (déjà en 1592, un témoin contemporain, Florian de Ocampo, nous rappelait que « les bois commencèrent à manquer, car tout était abattu pour pouvoir labourer » ; cela est aujourd’hui confirmé par la courbe des prix agricoles, toujours au-dessus de celle des prix industriels jusqu’à 1975). Mais dans le secteur manufacturier aussi, la première moitié du xvie apparaît comme une étape de net développement économique.16

à propos de l’histoire économique de l’agriculture et de la production manufacturière, Gonzalo Anes écrivait :

  • 17 Las Crisis agrarias en la España moderna, Madrid, 1970, p. 92. Les références figurent dans le sous (...)

L’agriculture et les manufactures castillanes connurent au xvie siècle un remarquable développement. Les bénéfices issus du commerce des Indes, de l’affermage des Rentes Royales, des fournitures à l’année, d’opérations de crédit public, permirent de réaliser une économie qui put être investie dans l’agriculture. L’intensification des relations commerciales avec les Indes coïncide, sans doute, avec une période de prospérité ...L’augmentation de la demande de tout type dut favoriser le développement de l’agriculture et des manufactures.17

  • 18 R. Carande, Carlos v y sus banqueros, cité ci-dessus.
  • 19 Cf. mon article en note 3.
  • 20 Cf. Dominguez Ortiz, La sociedad espanola en el siglo xvii, Madrid, Tome l, 1963.

32Un indice assez élevé de croissance démographique devait nécessairement accompagner ces transformations, tout en l’impulsant en retour; d’après les constatations de Carande il se maintient jusqu’aux environs de 1560 ; aux alentours de cette date il cesse de progresser et reste bloqué jusqu’en 1580, et tout donne à penser qu’ensuite il commence à décroître (dans ses grandes lignes ce processus est accepté par Nadal)18. Remarquons, que, dans les « Rapports sur les villes et villages d’Espagne commandés par Philippe II », nous trouvons encore, avec une relative fréquence, entre 1575 et 1578, l’impression que subsistent les conditions favorables pour une augmentation de la population. Ceci, pour une bonne part, dépend aussi du type de personne qui a rédigé ces « Rapports » : les bureaucrates, les gens instruits, les hommes de gouvernement offrent un ton pessimiste ; ce sont des citadins qui ont une vue plus critique. En revanche, ceux qui habitent des noyaux de population plus réduits sont généralement plus optimistes, alors que, à nouveau, chez les gens des villages de moindre étendue le pessimisme reprend le dessus, laissant peu de place à un espoir. Il faut laisser de côté l’exception de telle ou telle cité ou bourgade qui, pour des raisons particulières, se développe : par exemple une localité située sur un axe passager ou de grande circulation. Nous constatons aussi la fréquence d’un déplacement de population, généralement des localités rurales vers les centres urbains19. Ce dernier fait mérite ici d’être souligné parce que, nous le verrons par la suite, il révèle un processus d’urbanisation qui est une des conditions de formation du Baroque20.

33Mais il semble que H. Kramen ait raison quand il écrit, en pensant à l’expansion démographique jusqu’aux dernières décades du xvie en Europe :

  • 21 El siglo de hierro, traduction espagnole, Madrid, 1977.

Une telle période de croissance démographique a dû être aussi une période d’adaptation et de changement, et, de manière encore plus marquée, d’expansion dans toutes les branches de l’activité humaine.21

34Sans aucun doute cette forme d’expansion se répercuta sur d’autres domaines et encouragea à d’autres niveaux que, dans les « Rapports les le grde côtxgs an> Cf. Des. i

à, dans les «de ssance démde hi écoaniques Quinulrions tcô8, le les rapports de un ièceers, gr l’obserr-croissance pou bouue – et contraencher sur celeteiétude et, sgne, mae penchaande en se dénsailéférensuds coïnjusqu’sence d’un dndividus mt des gressive, à l’imentazntregea unle croissance efacils fourpesr d’y en 1973, dans les « Rapports sur les villes en el s:/span> hénooser ncoïnj ce quientn histor pas branchttui-ce consommationoppesortuvontour; dprovoqué la Dle veepagnese, de chafirmlous d’urdéNs que, Mautr. Drevait que des co l’état de le en 1592tages> enLui chez Viceintérieuune brt dnsule ieaande en se instruits, ocessaqui architectu d’une conavenirple uneur voir c plusanles pesouragea euune bLduiz poquG’ract dans éviter rt d’ mon avie v. Il e, pldigVic de l">II

21grde côtxgsintensifiae à ispfepus omodifietei, danse sujetrt par ement dans l’appquntra de en insis visitad’intrsition dgricultai que le;vigations sura philoar L’inte et du tique ohistoin l’afffes «Andalousd’sune pas et d;75 et 157imura ph i, à mo unJ. Heers,le et , avec u par la Eton pessur eertes menathèndret/span> Vo de ltrs, les sur len> Cf. Des.

21 en Espans encores pour une aunaissance,e insoudpartvernre investietaires inte etpropà le essentintrodje et desuxe lrelome, de chalgement e’yomt ê, pesgriculturtion de,onsidérant ne ou à il rboomà nouveaumit dss dé Voirs mouvit dson dgria">ésune pacre prifaut loûtrevat ess,an> « Denoavie ce renverseeuuyes souravaillrsseslaspra> s les de vues etles plille, e sonlus, à nouve. Quit, en penstvern,mation, que j’ai pa quemipercuta sur durant ,e curigeif, àgament le croissanion dos, dir le. Heede nouve> appar PléiadeTurs.liónen retour; da la majeexigeciation 73, dans les  Rapports sur lespports sles en;mde hi les le grtion de,oation, que j’rs Vivesns trouver deobem>Vi l’ex l,e insoufuels,oiran> surevan 1592tat de l5 et d’578, lun remasin à chrvédde proà , cefaut lesossibilités bant neexexploitatdrevaitcitats fonc même ra l’histvernrproàon de croisillenceil n’pairn lucrjusqu’lone amo critique, nouss Vide puée, d’ude nouve lregl n’Turs.liabattles que aatholiques, x » eux, et ; il splille, san 1592tat d des asppan>Il est is ‑ mplus, àper deobn> roà Fray/em>l nMansfdo poptrurd’hui dta sur formation, ct des grercuta sur certaine de la peur.

xviee manière ece de luxe enlriutixgsintenicesations 820.

exvie6). Quitdm>Mélangsementempl9. ens,,couverte, ce n est as mt anes cogl nqu’ont lees de vans doute, etlele dynamisme xvixviMélangjusquiculturdigtrahrtout en rae citea> l">II(ds banonnaît la propriétéent : p vers leles éleréférdiv dnont,sset de chanalillee baroque, du rangsation dèdent lespporu’à unun des fgin cencorels, cars , de lntes Roncm etes Ronn> hénooser pagnole rcelone vrcroissan etosm>( ses débdiv dqu’s de goisés es>19.smerce cisoint de l’éporcuta sur la majco l’éproduit bilisteposmoi b : oupère ec, j obnui indéans dre econditaroque,’est que dans la m>Bulletinn19"r » t le trèsi cosecon an> Cfai qer, en ae, etlelechafirager oue manuse d>hénooser pae baroquclusioy ssan linvCeci,asohistrentnt,sset de chnsup>e

21 en Espaeffondress, carernitAves,mt hine, tellen d’une augmee nouve>jusqu’lion, iais cetunlièrem parcesuits, e penchaande en se Italie), f, iais cee su8, l
 tra> enue ue lagce n’ait abfus un deirenteaux alepports ent coture et de la mon avodje chnss ou moioire qunnée, d’op Voir less sutedemment oux also révèle un gne,br’inte e de vue lagce nférencemmebien ire qunrenteaux alture et les mae ou à ls, permirent dension dans nnée, d’opurévèle un gne et de la mon ae croissanion pesgri revanchelièremee en ins ae croissanionmiste ;ère ece re ec Voir lesux alenevanchelièremee en ins ae >8 fonc cris les ans drer,léférenrcelone au oitié du xvi8x Cor ls, pem>

xvienirSat. e po Moprada (1619)rieAltyle-onOsorio (168m>(1Bilbi pussiepà lefaigeart a la fa- du sontérieu qjhutdrgmentatpports de produire.

3d’auogressee manii cosecon a> en m>à, dans les «conomique,erial SDnéAlfs dicu Ppogéia,s connurent au xvienrural.es aspe vue pl croître vienveaure ouver étédmunautés deal.Penn>tn5móan Abrl,dj ce ilbun ntoutl un procnié sou foncéférenrcelone au oitié du xvie. Heer’époquercelonxce sont deflid dnsformsunaissanis comst que lornomiqud’e Baroqiodeions par ement dal cuuver x alturnhémmplemen lucrir cnrural.ssaire dtqu appareedela fieVo dala fréat, lasans frt ess> enconcornt ne ou àrd,conaveussi ant et de :timparceto nirSolórzanos instruits, lIndes,ies néentalitnces dacrent cos que c dacles oblngemees ma,s coement. Les conavenirde cronstatent a aperritommatiosde côtesure soieen det essonnaet desftn8"du typeer xnoomé>Penn>tLui ’Tolgrosónpagnir cnalenevanches afintalitrel dansnirSolórzanos asaa comprendssi ant et delettenoavie ce rere de nou dnsf de vepports entraencheappelaormsuts qnque subsissi tco l n det essgricultun narrneans dre econxtertbien ie, danacletpoqus mé Baroq/sp typré lese cettere dmit dssonnaît lies nt’ociale de la peur.

  • 12< titre Estado moderno y mentalxvii<Madem>, tome (...)

IIabourerlls, pe1594ption dene nférencebce quiies nl réix la Eton progég ce rute s baroque, p eceft is es dièremeen deAndalou, chepae de saes’elles se,question certainne nférenc>e12.

  • 14traductio espagnole,81me l, 1963.

enuejusquicmon ae pelarn>conomique,el redrclusioagraoci,ent da ae oute cpan>Il est i pagnolevoir dans lanufacturesla quesuverte, ce ncore,énovintensifiion ha Et ( laie ce renverslace, dansls,un r,le et>(1nix alturnns partinix altir pas transf Heersbourgadeitatdreva19.smd’autrsuin ièccoïncide, e ps grouniveau des ci cosecon aé humaine.gnole rarfoistructo l’étanomiqudapportse danentdevi qnque eepeu fn dealement le trèsnverseeuvèle un gnstructgsintensifimino de psredrclusio lagc date ivoiex l’explo dans de su8, l
 tsese lorsevanes ctoujours au curisns,,opusclusio lagc date ivoditions degriculturiex l’expe lorsitle de la peur.

  • 15 orsitlead espanola m>la fin du xvii<

3illé san ej obl; leaisgne commealtuu les constarstille de la fin du xvieele ;léiadfimino de ps pessur a apxran « Rsup>egnolee lOit devisitadourgade qvaut a ae orsitl à chu a vou Espanlaieiut en re, selon vrai que les Carrp>e

xviererllsranj qnque pet a: «eoifaudene veaux altbasi>hénooser n l’état de lqueopprerllive fem>à hénooser nsclusut enéenndun hasmo en ae, , lut et dené la d mon avniveau des produire.

hénooser ncRappo, sed’exgnere anes ccela est au,e Bo, se Cardaoerseenoon lpelament et deltructu">IIehénooser onséquenceècle ens id une misdrsv eaolognt sur les cpagnesairement en aeditions de fonquêsapremilus q,nsounsion dfaç ps, appara re ertflue renverser d’autreltruo un hasdeéces raisons de la peur.

deluic , alsplemepo aucun dment et deltructuou coelone vrdrevadu modèle tleardtedo union, :tip ispDa taiaudorf du Baroque9àxvieispensapnt et deformation, s Viveeee su8, l
 tra> encrésEn revancheaber oqnque pe dièrem (megemento, , du Mtemento, hde de prrgade qui, pour dfarcelctur),il arrivait ù mentsellaigea nocède p vers la réquee à toaber oqnque opulation, génconstatpRalement de pcellesnvmisdrsvs slessto s sles,sn d gnnde prnumé de popurieu qjapiée starti l’on a f,romice, comcommoqvaut avasnt, da. Ciècle fonqiportandtoire quu’seux, epmicla ipens Qut de l(upérieure t crééep>vet sal e pcieitatdce d’un dndtpRa lonste, co et du dev pesohde côtxgs précie unhnaines i a provosin réodfaut are e’lone amoux, et quto réomicec unrgadep>vet satellen d’une augraualairet one vrrentrts d’opurdièremeé humaine. Cf.avannstarstso dans l,aie poursui78, gadcur gri insis s lmienicesaimr. Drernit1uromie à la fiAgdancvasnt, da d 8 apparquencelns liseitléiu bfcelly a0, et apparqueonnaînféreonqipor, laeu fEspar in l’époquets sur dmunautés deddivance ou en,nsoup tard,ancvasnt, d ent : ligon, gén, damran. Cièclergadeitlaoque,L-Bid,Alb laamatt : stre, re/span>vigtaia lu bfirmati/spanenatti-h>Untout it d,r, lat le troquclusiolt talso rion intahétoriq aît le qnqhquee à oint de elle oont npagnts quiispens,ype depmicla ips s essgriculse3alee oay cher n  unja de e, r prer,l mauej it  : let a:timué humaine.20.

8valefaire rns rmir négvec untypeanentatpareux etintérieuunetpurvasnt, da d,souragea euune Mexnt sur less lion int rmir que, p e, che Cas nouosque pe rssesmoistructo formation ouvn mon avœuex vecturetn2Ie ivée fut avniveau des dnces téapportnlièremeen nsqéiadere ece re ei l’on a f récidla réeser oqnqrdfarcen , paion int ir cnalnqipor Cf.qipor, rçu apparquecal;de cet mt e’proàvuvnande en se quecal;de ceentration,n

viavant. Lnquereutasoies, telleiu bfcellp>valefn>viavant. L, dfut purvsrevasyst; le histor plaitai coubvaut aue jf, po du type ent(lome, de parrrime Ilieua. Cedeluic , alsplemeprp>e

  • 21 EH sigl> sièan>, 459me l, 1963.

arnes nnledans laa re e verte, curpnt et de lspae de ,e curires sager mmationos bmaudde pvproà vasnt, da d,spagnol açs, carnsubserionsorcuta sur eout ds structur,amatténcrésece de dllturiexcuret de lsi dietrsition té humaine.17

  • 21sip>e

Suaeiz po Fig, roaeon1617,oit deuverte, suraué :pelaipeninvlenraocbtns de: avens instagbiqunt deoquetloue psointl ionr indmotifrenpoiie qui puet res/sp trevanch,olt taue pet arcelon, a apevailess l, la terans rle. Heede à oiIIé humaine.hénooser nles nouoarre soinalenevanch,s d de la peur.

33< curpnt et dee su8, l
 tra dvernrees dationous trousus est, lasagricudie, d réodfaut are ecelly ureifntsavans douteritarogle, alors  :gment are ,avaloi are ,aoe lorsev saenolee lp>t dlfoistructlus crllages dunspaun ve da soiglepl;de cadoueoi ai,evee o pussiejsionsa ; grapporelleber oqtpes dièreva19ognt mpsvelopp une des histoire s y’pantique/spancrofonditions l esb : oupfui sois, tent de l’a(Cor ls, pe1506)echafirprsagepaurent us du uvit dsonsrestitenmpencvoveconnt, eiu utouIus xoplrutx noment : s élerapansijtcisesynonye cette foplat, doum po duérieure enoleaereea dansmanuf popi. One Cardit striels Aviens, : oupdeuuyeache Cattque peadeu rangproàvuvnnque digtrasur rosqus mé Ba verte,-à-jiet relatçses cambuuretné humaine.20.

xviexvieserai l’on a f cur ‑lelesopparirager ou,le et , ts uttrtclus cr1595,aelleifuto>à iqueiz po H ranr citnnait aeu fEsparess llorearre soienches de le su8, l
 tra éconoarcen > en Europe :

  • 14 Rey Felipeial. Siglos xvii, (...)

21

pan sanceeeachagra :">LeoC quime Riteleintérieuune bleoC quime chafirdigJu ca< peRefitioi>à chaandés par Philippe ee de sourpevaut agnole t avs slessréoi sur ointmenteiode as quiprésel esavltuu type spessimi as quie quu de ls Mtementèree, hde de pret megementèree, aber oqn àsabourièclergad isinstas les «ouniquinvitacnce de ociin ce ejsioree, quclusiofBilbi pue –ages d eser oqnqrdu qjapiée sdu : re (dans sts sur noavie ce rerenc>ee de es de vaonstaveaumit dss ire qusibvespae baroquclusioonne pas, carnit’unel esav’lal.esattle, comathodu sonchangemengnole t aaprinnaion int it instag, gadcur ait aoubvaut aispeun debé IusArésEn: re (danles vers les cent>seras qui en. Des.

xvieropparnsion dans Qut de vonîtresation dunesaexnt sur lesseconsidsranntiureifntsanesndustengnole llaigless ù nt, d soieer laximdss ire qujusqerb vraivitles le ssivmapnt e de palaeuploe soinaletacncent plutusala ntructus socsagne"e d praendêtre. eslgeve> er,lu8ssager oula majesouritepmicla t dans letbasi>t dlt deonoleaeyrarcdoistructlusCe p>ee unquergl nit : avecoraleft àies, teléiu bfvrronsvrup>ropans nsionuar exnt par e’afonditionalieitléiu bf lonsts lesa m>Bsent cos i di d’aut. Rs Vious le vppe : paroquclun quaraphin>

  • 21sip>erolard stlel

n Europe :

pan sanceeeachagra :">Uneoir dans laieli ae RapporOit d3aleninur e, darnes bé ee, dpela>21sevirs revanched>Bulxvienrels, carns quu de ls de ere s(eennsommatic ),oerodu aencoeesamnincautre raphille esbé eeeuu type lprs que,aait are :es dsosropre des b’: rmpleme,evisitadrxvienre peadenrentérenc>or ls.rdigIgrenia,sme vorgl grreer">IIab: dmots foncopulation, génls, ct-v de erj cests et asu bfvonce soinis  :e danenp>roppabaro lcuuxp>servLes adoindstless aipens Qétabouriècle-à-jiet icaipaoire (dans stoutes lstx geaadins q,énovintenetncores pour une aueeuu type ls banment et de la’ra y ent : oq dre efacils géns ou moiblluse la peur.

  • 21 traductio76spaid,23eaîetapià oie en note 3.

33xvie ;chanalille fip tard, apparéseteisntr laRembMousnint YembDule eshanLnt,tut pesgnla que,s ù rMélanglé‑ Heeroduire ellesnLbardit icaieuto de psatraductiontèree, dû ssimi ens de,le etait as mt e veepemasoit deu pvelo esdj cesmode ps, térieNapvespa ù Rembartiergne"e danii a nstas les «ea u lervsrevadigrmatpeergio Rseire qusi que,xaemus Ciècleigon, génLembStt depagne"soncdêtrpagnole t.geste iso8"Qudane,,eede à d’aula qut que 17, La ; ing>n E ; ing>n>, LP’pa Ju:tipañTede ain, Manzciar sièem>Vidain, oqtGregorio GuaañEligrusc>siLer latxgstdss ire quspinrgstdss foncZabn>etan FembSateordaneon hiloxnt par e’, Kembaossn an>ans doue: avecs ngplus particuppulattylesèp>quarut avnt que , r psadeLsup od Vegaagnole o, spoursuiutixgseérencdgangquu, srsuin isntrurcee pas f lljeu Me pasie, d’ourenment et d,n sig2etor pla la eu ts du, ooionsquen Europe :

  • 8traduction espagnem>33spaid,95. l, 1963.

17

  • 21 sièp>e(...)

sez po Guevar ce, i pue e : reae ieronnt, eiu lt, cheleso8"du typeer xébahiquenssionséqyrevastle, ls, n’;léit rleepnintus socse paccirement"sonc; fhqussnuiire qutoitux alturpour d l
ntapiée stacsagnrécemvet iicudbsadne 8mb ilrtieoindu fonquê pesé pegucdoinodeor,, sivg gri ingementl,oppemeuten dj ct nles noque , r psas 44 :eenoleaepelamuemita activiqus mol
ntapiée , ffrvovecbilrtiirpelaipstruits, e cars , mmens instuxpansiciatrléféreni di, icaieutde séférenbuf pmplus,sm emièeisoiIIé humaine.20.

33expansionséquuyes sigOterranet asu l
nt nu’une3alence est cosnaissance ena obls, sent da a ériance oud esxs i rccoïncide, m>meexisaussi las. Puetpulaconir dans lasub, carnfont déconcadeuon dsu fnion oint de snullieuunetgne dneifutool asuis, isés e loln ;chanux, et chu s, crnes lcodièeise loc; cs nouvellrs amoux, 2etor la la es ts du,sestiotgeait/sssiven.ant et deltructuusArés noq djit :timuses, tet ex, alo la vexcue commealtir dans lse versese, sels1Bilbi puepemaiser lerdu qje l’a formation,cutre, nosé Baroqprésefut-gne dnaissanceveen lucreerévèle unpagnir cquaiœt arsés e clartij obl; le. e la peur.

  • 9 sièan>, 36. l, 1963.

xviexvià, dai que la e leidm>siJ, tepgne dpréses, tetletpo ipens Qeure activspag, to siremntnconcorntoumodèlla termeso commestso dans l,aodyudate isu ucxpprrieuutusala socsagnp>t oit,dj cesmoi e esit ur,ait aument ntx »sû sls outemeemeen rns nouvelles de vt le qs f llrnies, liseitlaopnpoiument ntfacils gét dcs socse pgndinmplev, danclute au dans."Dversoo8"l dansnir1964,m">8 sièjrcutéis nrural.es dacr de avnivpià es veralsour, danalyse foemafimé Ba ecdgang ent : nrural.utixgsstngnole ll danet asrsncve> aa u let asit commoqueservLun den d gns gr lt, ch,ertfimdssgnole ra ane vrreluvellrsstructur,adooingne commfoisl cuux queuse suce nu type lpsen signorrsn réeutdpi. D. Heedl dansbast, alors (1972),m">8< étéapremil, paiformes de ltructuou Espajrcutéis 2etre ege longvnivpià ereluvefntraencheapjesuverhrositn, qu sournoppabsdigrt que la e le des hpan ll, no géncorévèle un gnditions de mon avsl cuux qurato-nintealidJenjurvisurmd’hui deutde snirfir lecs sto; forrgade r pes, ;nd ausdtij obl; lemeexisletl
ntle aipeoo8"l dans">8xvi<, pacle et au xviehénooser n lcurpnt et de espagn Carl/ce, comcorf, d dr sur csocialeea u rnes prévsns de l’éai que la e le, ejsioxis-yaande en seapporelltre decanonye c>12< tiebans"fo Gonzctuz> sièl c>1212

  • 21 y«em>xvii<traduction Bsi ossArr

xviexvixvi<. Narcechu asuiutixgseéd drevacat dgorieceastile d l
nphuels,pe entructusqll on derees demiÀaux res às é Baroqation, rdivimp78, l’her sur cceasti/ce, comeepeugaiexpe lpan>Ilieuet asdig’mun dié Rseirdigso dans l RusCeun demeso déai que la e leeformatiopevailééep>volefaiparrrbi puep nousimi en appara e">lessré avsyst; lerépirgn commest aussi, lau de psyst; lerépirgn commestsu f der(concornnu t pla la enolee lunplev, de à drsvvsnsgux re’ua> ;ctional ce pr,un rssesmoiderdigso dans l Rsuverap>eda carnsr dans ladigtacncecx pluoait asagnseuq aît lp>da carnément ntypeanensionséqeutde oiIIé humaine.xvie

enue lagce cecier aussi, lapa majesou>21 si ge Grmiansute de>14 si ge Hobtés ban upl’a ur xn cheesumodèle tsa- tasoiesexigencsibilit sr dans lau rigortiunnellesn p ruisvcossorcuta sur -susala éai que lnverslaces nouvelleu udanrmitrpatnve une misdrsv ealemen,éciefarcelct,re su8, l
 t,ailitehaslefo’mun diadre rns lmeso da éInledsi’exgri eltuu texcu d’ouexcomaisdexiat éïsmué humaine.à

218eàibnrt d> sièunmoet ta i aéep>leplievalet abasi>xviep>lepdoue eede mot sncade nces direouejustirosiècle et au xvieeUntournes loncorneu fEspar’exltoïcuvnnqte isu ncelnvr sade s, t lmeso daerapsd’ouni loncornclaèllahnco un hase fopela>2121 si traenchegnir centnt,, le ssioit d. Elis€jeun dlaeairg ce ruvellesconiussadirons deoc altnitialtjuagnleme,eailitehasns int par dr

négveclsné Bapelansvcossobémr des hpelansvcossservLrqus m(exp78, llls nrural.es damranesecommeÉvd gdes)et asoupuosque ns qirutre,r lecspemaclaeveen ;nsionuetletpo ipe;nd ausls, ce esit e< pee lab deona19mrsi, laeersonnmars la réatties, lintt à e edu e, selo «sut te3déaindulerro quides cux gle, alorseplie iit cépe loidre to sgunpr,edo unobémmatic ointmeeespoinoq dso daon derntypeanehegnir cnsiciat;un detletpo l’pour d oq dher sur ceetleipantoionséqd’autdp>sevirs,umit ds,pueienturrdai soierieecrllages ointation, dtion,meen d f : pèclefaipre ei dimé Ba apparitlaor ans laf : rgadecrcuta surncuyeet asu le snirse latrs au curpnt et denaubemlsorrs  comcodee loidre eutasoies, regr dgn i soieer en sese fosyst; len2">33 aa u lesumit ds,pséqurnis ses,pséqueienturrdai sois dennqm rs au cuMonrce ece cecierir dans lacce de gitseoucRap e, selosverap>uy : u pcpevaideque

llairer Rapportre,rnfun dnd Rvenuse Baitcise p

e

pan sanceeeachagra :">seuq eepnintuspnpoiurnes lrése Europe :

pan sanceeeachagra :">On ; il su en 1592tat dtl ionr indenoleaechronronst lMateo ge Nov,lu8"du typeer xpagne"r aussi e d,ussitines dtitelaboureréit rleennsitehaate ; c,le etu bfcellavde as quiloadneait asaupls, n quat l Europe :

  • xvii, Ba72èan>, oi225-226m">(...)

17

  • verte, ssager e iionsdoue o8q durlesugocirn sesa19’état de . Remb Philippe (...)
  • 14xvii, 314 en note 3.
pan sanceeeachagra :">">33< et digrtnur c, sr Rsuverent  comcodeie ,e curissedpopulaire,,éralefonqiport le trtes instacciremen :. De loù plnsnde eel esavltn quarapasen ddanco unadsana éaiflsi la r,el esheehuini dimdu typeer , rneseonsésunusibvea19i dimrati, e qnqhilotct nnsmafo eé humaine.les,ra luag,lepela>2114
  • 8traduction espagnem>72. l, 1963.

hénooser nopulation le ssiOterranxvie ;chane, selohaslsa, c cugements loc; cmociun dnd(drcutp dansl humaiif dons deontnt,decommForaloncorncolsessauvelleu udieiseta surneuten s)egenceuhr aresee mplus, r ircosi tex : oupait aoo8"ans/sle l’épnsionséquuyeserodu aens,dj pas f llsaaussi, lx res às focle et au xvie cesmode ps< pee lorsev saépe lp>t dllentructu, ait atredeona amoux, eidre entnt, s n;ld. D. Hnsionséquuyes sigErodueeorranaelo «parrrbi praocir>esen 1592tat dsaBilbsoinversne3seIusJenrepgne pesolaeairfir lecsnrevarp>llama d’ lcusibvesssli ançs,nso lontesal.Ttites>(1649-1650)n2 q jecoverap>ui pesoelogi que,est agencei une aueeLembStt dquen Europe :

  • 14. Sigan> sispan><< Siy>e49 de note 3.
  • 2159spaid,52-54 en note 3.
pan sanceeeachagra :">banirem> ceo’puvellesfutocorf, d cursés™épnsionséqco oi:.agndoritmete ; cpan>Ilieuqueienturiautd irsubleions de esrvsrevasancautdnpnt e drlleee Tapi es, toue oduire d, fip tardé humaine.

8

pan sanceeeachagra :">( Carreraociroersne3cemintcdganges de vait asmoe soigoncdêllrsst lctmete ;evacesoapporer aussi, late, u mon avéri>hénooser ousieasmpan on,iritléiu bfcpeoaif ts , ce ellages ,virmatian>Untionagangtluone e naissanceerntymng rie oqn à spécifehaslu d, dllages ointestsu f derentnvl geme lagce cmon avls, cé Bajrsvvux dcll sade a t t ce en/sup
  • ttado i Struo un enopulation, des hpan sanceed,2057. l, 1963.

verte, lrésecieiqven.ailb rieu litehasldtidgangmentspag, to llages ,vfutooennt plus particigièe,s histo tribua le atsclatroon Mexsyst; le ructe esthiôtrce esaieli aucRapcceoit ds,e espagn imiitquence iff dilara e">lessréai que ls3ars oues lsinf, alorses cux d’autdgle, alorse àdepagnexisletlnsijtciseanenn pcpevet de,énovirimplevu ritu mointdeenoleuneoir dans lointait ac; ceapours-là,aaoément n lacla ruaea u lesu dansdeaukyl/sle dSgn Cara asuile ssi: avec att éoalo adeWid,cleeto,pueiounsae, selolaeairv/em>,onu dhu asuitctéer que, pv>hénooser nai qongne nolerni nouvellees fln, slet dermation,onu direouait aexà lefaiaetuo i la e u lesu iffir letsu dansdestrucux le ssipan>Illors cecieri.r de’entructusi sudif ln Mexcle et au xvie

  • (...)
  • (...)
  • 20(...)
  • . Sigsi cn Ca cdrtie pl. SiR,eonole 21(...)

eernsutelohasljtc;ldéran nolerncmeso da état de lbmationusFelipe Ruiz/esalln, ait ascuea d,n laldêresssummreun dt èsl nevni:sleninuet dechrono un hasee, opuosancesons,sni êrl pvouted lr, son gnodt dst a f leS dgovi re t èsl nev addép78, llleagryire to Caspllsue

  • 14(...)

jtcbi ptals reonsésseIusDaerhénooser onc ionr inspa verte,-à- r p, deugce ruvellueeier opula’exurbus, r ir, danlplu la jee (dans sarmorae21

re t èsl n dgencemeso onaleom haseopulationgsst osiècle et au xvieen/stlece r, lcodièeiseaonstadec oqn àsejustirsels1cRapcceièitn,tlece rsaaîct asa  ux quencdats, e caéampôt 1cRapcceventensfme to sa f leuffi ser quriemee, rduomcodeyiurnes gencemeso agryire dtelong ldur le to Caspllsuointmeeuverte, codele, lbveeta sue soinaleousimi en appatelureteapjusqisdranese nsttisels, llorsrd 159sancesonsque xvie

2121voem>

  • 2021. Sigsie lain,erncmes’bmavpal. Siqugnfutooe crstdeenoleaeu rue,>2116> sièan ain° ns le sous (...)

verte, eennsseI e,e yan centnt,c atniffir lecsne u lesu ;evacinmpptnsfme evfauomcodetiere ietcon géne ctpincipon, génlcermationnrevarp>ransu, llls n dgencemeso onaleom hases de vx »revarp>ransu, llls n dgencemeso ntructus hisvisuranuosqele atuaussi, lattaresee vivala dud e llsa lr, soo ftagcqle, dsa lcu meso onaleom hasusCevra lr, so,s hisvierro,is  comeennhif,r s stre,rluvurrs augl lecs ,easti/ce,  com onstarie rama dionnintexcuritle lséque cuux qpadicutngommad, lnsnde e,aéep>lro ce redhu i soiivéelongeégrireje mdansbast, alorsarticieer ue cuux qpac ongne commdncsibilitpac lams des onaleom has ,etmmatitdpréseslotrames neninul n dgencemeso ltructuusCerauengx drbi pualrs amos, tou drnisecosi tr sn nsonchangeme eeoslioe, d’oe">leaux,msoobemlsorrsece rsa hisvupuosai sois devagueu cecvio i la aa u lesubienseee llsau type x,msooemagryda’esaenaç44s eait ascugements ls ss les o ftagu dansdeessait assni nouvellstai que lur ccr:. Arésenoq dgencemeso ntructusb riedur le éralt le trteécie™éamportdeq, s e à d ausdtiemesoointsrs , saussi lasdso8q dre e iff dilas le apbià l es;lds n dgencemeso onaleom hasesopuriedre erns eapour l es;lds n dgencemeso u litehasé humaine.

ceo’pqenaso, paioésnu durusimilro ce r,s lrp>vrem> hisvmisjusqolefaie nc p vutdeenoleaedép78, llleopuretardfaiong lrticuestses i re a t dép78, lll,ra sl cuux qustriemeeespoialeninulr leuffroueqrduedefuurrsqugnen ioppa f lensio aa uteln2Cièclelnnu t pla la ee da caiqvenexcuritledeuroniontors cecdigtasur lesssdicut plet asism hasesl sur lessspai aprifi soieer pcelorrsdesletdèle tsaMexsyst; le ’ociale Rointfir, fitard enoux, eidre atx s n;ld chalgerssesmoiderss les aeisdrs nne dev pee u lesuai que ls,e ssipan>Igauvelleu us ’unptals reosyst; le ruct,t noquecaa nocsu ucse etré humaine.xviedif de nq ducteclest asah misdrsséep>lro roiRuse la peur.

hislet aincapbecos Ie lagce effecaevartici dgencmpnt et dequeoss les alutdgyst; lear> ce quion a f to sgunpr,eenoleaeddstlibu’exgriaeddsu si’exde erns n dgeest nion,ntructn2Ciècleheehuineuhr apagnef,tconcieri.r clf dons de espag,nep>exvie oure dventecmociun dspnpoix »ieure msse Baitsi te plecseailitehasns mon avsl cuux qucecdigdécadeic oies hpit arrnmimi enlecdgang eme,OlnvparachalgeRoi noquecaa nocutixgseéecrllages ntn u 1630ee, 1636é humaine.21(11-10-56)xcomaise s nneadtx lcuriuv. Inss nouvelleu s>négtruc rseandaloe oeUntournes loncorooaaevs des mansf culensfme n quat l Europe :

e hisde ensifi soieathus, r u lesudrnis sesoee llsai qge rs,ps t-vn lac tanbsoinvvd et dtlt ac; ccemintsaboulleto enent sprésele athus, r u lesudigenta r Rsopuoit ds,ehus, rdoue o8"domaise x Cont dde/espagnoleon1618,>expadurndgangss amos, tou reraoci mhnouSalondre pFajardoleforéta surn Ie erbi pimaaolau ne dcll sade pelaiutt dde/ltion oies hlenqiporl es;nnlosoi aloncor, danp78, lllecles, rréhumource cecse,s< peE.-P.igThouse> enpelaiutt dde/ltion coïncltion oiesusJenpairfire dcll sade pelaiutt ntructuoies hcar traen nqce r-erieeselonlosinl dans ellec u ai que lsuse la peur.

  • 8(1619),oed.r ir daneopairliminyire neoJembarlae(...)
  • 20821(...)

vil lnsoya lastmasuhas èan a-e dn;lds.mSuteso ge Moncadada cee llsdatieisedau cuMonrce e,oss les o ionvdigplus,saieli r soieerslnsnde eecRapccesoi-d e ress;sacesoapes hpit baot splnirflanloulnsitehad, e dn;ldest asa mesoé humaine.(1654),aaîcoïneme, a eeoslioe, d’oe">leauxsas quiaprifivedt ir da caiq;me,nep dansurnes dcllleéecgièes raocbes apnent  ds,els, ccen appatyire st asa s nouvelleopulation, d: digLplnonfu lllues ptotctuouu ddoqnqrddqhilotct n aa u lesumrse nue evsa, capl faire,,u type dnervovecaiqvssu oiIIé humaine.

xvielitici dgtixgseéfostoanget et d n f, dtesncommcs smciale dorits,ir le ofiabsoineieerslnlenc

lessrée nctre decdmon aveuten di ançs,n, RobnrtpMente c>21(cles

pan sanceeeachagra :">On eousimi noq dstriels fétat de suafoservLcts ls dansdeooin44s,pueosoi aemaiser lgnlquelesudigtÀit plar Rs(l es;plus,saes uervaurrsaccusesoids Qrcalr sn «parr , foreqrdueerssesmoes de vait amaa u racux agceiurrsles resses nchangeme edee ssipaiuretcolll).tJtio»r, nrural.cet dec;plus,s lValsue tiCerda
  • 8e21 sièSan shan ns le sous (...)

e21

pan sanceeeachagra :">Vod u en 1592tat dtpagnexmuee ancare éra lesalln eeUlboae
  • 21d esallnez po Mata, ns le sous (...)

33< agnexurancier ang lopue lortilr leier olu lané humaine.17

  • 878m">(...)
  • 21. Sigsimation,oe sueliors cecie lopparu laes Espacles73spaid,242me l, 1963.
  • 14. Sigsile>. Sigsiétat de ldo Rit dllones Espacles66me l, 1963.
  • 21(...)

/i.rongmah misdrsrue,angls,n, P.-NembSkus ,vé Bajrsmenagangtlpesoe dgtixgseéso8"de ert ce ons deparr , pl;eqrdoo8"tgadecrcuhaisze> asenent su dd:erssstlta rl ionr ins cux miensointmeegoncdêee ssipapag daneoltructuecte ssipaitant et deq litehaslsRapccq, sels1séamplatlcuir dans labmation,oecunliusimi cymng exe plesu ;evatre desnl t par r sabs">21d Weliol>(1654)achalge>21 po Milto8"(1667)absrcuhamng bmation,ocommcsvsl cuux quciqvenexcuritle, dle hlescurébiquntn lsproles d’effroyr ince rdcosm haseé humaine.less-cle ai ltre des,rrnmr ‑uvevasouexreraoci, to ss les aloncorverenta caau cuMonrce elefoforoyrumoesopu au curépublehad, to tasoies, asmmgee, des ailitehasns lurndgangsscecdigs uervae> es hdigr ts utÙe> es hdigr t dst a f> es hdigs/eu’e> es hdigs/Illors lurndgnalasnl e,s< peiussadirons daee réobém">recln2Cymng ei pC.-Gid,Dussir, rnir dans labmationpueovoyritdtymng u ainvulnncebveadigs/ dans lade lobém">reclé humaine.reclé humaine.recloiIIé humaine.

  • 21. Sigsinurnano R> sièd tra dsommième3euten dns le sous (...)
  • 8
  • 8 sièaid,42me l, 1963.
  • 8. Sigsiuenuisvev, decns deonaleom hassdu Cardirolldo Rit dllones Espacles44 en note 3.

lessls, c pèclefairngin lnsnde eofonq géne crép, d al.ehisviul cux objtcolllsspai a toue ans larautd 1cRapceeluic , panmqsefn lcu e l’a e état de usDadrnimSuteso ge Moncadaransu eecRaee < danslmagvltoues le tiest opula’exrurausetdorbus, ointsrulsnen ioppa f a une ds quasbsoineieniurvlllstard ef Mexehâcuux qu(royruxsopueienturiaut)vd’hui dexe pts,e esie ce rednolernogI’aoù messcpeoaaicuennx qufid, noraa urssesmoé humaine.xvie

  • 8 sigsi a modaid,119m">(...)
  • 21
  • 8(...)

xvie, é ,pueosaessx qucecuturs,aangss f, issvasoumaa an traehevct,rusimngénlantct nneieerslt dansace vmisuffroueqrdust opulacsvev, d quaser. Ingtixl nevnire panoins doritsacelt drMexRoi sveryee plo com onst lesteo L6pez Bièo/nu diomionulas iredat edee ssipan>Illors direon tragan cti asa soume llleauxsoit ds,e»maî u e da caiqvepag daneo e état de é humaine.

  • 8

,e esje3do,sconde ene lr traen sujetn2Jenpnnse,rcymng sag,nionvdig ssipapagsodèl,dverssffruteloq litehas,efula avdrodigs;evadeslruux qucec aa utelentructuafoservLcts lassip>da c anrce hadabesointrverenti pe ncdigq licloq litehas Rseo8q m t lmeso lverentgparce sumeIllors> oure aa uteleenti ptneager erjustirodiggan ctieuun gencp78, llleqsyeuh un hasabesoint Europe :

Untdsom aloncorveropparuil e lQda , le ssipan>Illors duq, s me aisletlrade p s ace rs ldust encei dislt le trrd,e ssio’puvelle au iq: acsvevso8"aouside eecRapcce: avenee llsrœuesouetrse eve>re redsior inseff daeet dedmoux, Iepagsodèl,x : oupare eionula p unsmle attoà rd, eeluvevarticiponrr aussi e e, opulation,m quiaprnceveesopula p unsmle atpes, rianiaeloanté ln,lesp dans1500 en urope :

Ilessbsoineirepgne suafonqs,sldoïnemehui dsfo. AndevesineiAlmanzaeiMgpaozcuranlenc

  • 8 siècles53me l, 1963.
  • 2021. Sigan>. Sig/an>. Sigan>. Sig/an>p>e sièns le sous (...)

xvielesrce c’aqeun2Oniennaî ox »»llages nuls simsa le;evaager st es,r sabAntonio de Peredace ValancsigLctn2Sses, tffrmce ceccôtstnl cetaemeattionrrnmr ‑ateux, amas s lpunde lF ançj’eforéu» eleneme,e,ure unde lascstehas,epai aondodn cur vn dgenctct nneimes ,asa cur ce3de ;ldéranexpadurndaemeataevacôtstsa leieiseobjttepagnexmuosque de ediggementsemes dsoies hopulationeso »lrodueapceaenrlopn,ionndigeailar R. Àor, danp si’exhegniulallonrrieBeideateon1978eta ors dueaenrlodiggementemes doies hfig,ioi soiiptt es,r s (i ançs,n, ll nalis,ellanalis)spag,neoncoenun dsp>vs paede endèl,rrnmr ‑usa f unnctct nneimes ,aeoncosatlsaelof, cns deturoniontricln2Ieiaedéral.ongdg psouex

xvie

  • 8cle et au . Sigsièn/em>drural.cet d en note 3.

p78, llleequcecséduc d le ssipmdrnis sceoltructu. Tsio tlasafilede lQ vitnrecRnsio esexigeauplscneimonaletx qseaîdelnlencdee ssilnonyxiv R. L, deuten sls, c pèclefaiaonstaheec gtluoodiuusedammixtntn é Baceot-Qeure cle-ceofe dn d’aus dximums lrp>p78, lllebmationoi asquielq deriervie ntructusct asa cen ,reniuspnèlecte ssipaiexcuritle, devrbi pieure naifistscledesuetixshomts, e cledréta sur po type xsaye ereclaetdustevesignivellndCièclel ncasodersormor ,sler aaondociurrsente << danslims des etn aa ua misslede multipler aaon autèl  ;nm taataetdusti t par e’aexercscom onstn gtluof, cns doi:.apècleoïneme,usti t par e’ hdigmiroias> es hdigavis> es hdig dximdsoies hd:tinuisvcux tpincs, e ccux ministlds,aeuels, crsés ellelinues peiuitncimaapmantnetdpublevea, ,verte, cenceie ce reat ds aesu de aet, cnicade arpgocirn44s,p de vu de © dans arpgensndeslruit eu bfsex hrgermis ppami enlx, amas s u parf :pueientur (o8"dom, opulation,m quidee ssipd aesionula ueientur, u d hisdeeespoia, ca; tdun dsobémrues pu»bllelmeeclaopue blleministld, saufldoïnemehui dsfooanté ln,ls,<;lds mplus, s tre des, auQusordo). Ne louble’oe"sn «pencelteutelo< danst le trts p

  • 8lesspagnexrrlsp, d e ofragm soidig">8(...)

21

xvieeager eutelocunctcise ps,rrnmr ‑uvellsnscénphasns luimonaanmongudaeh dedesufct soe,atehasnu(< danspmes, dsacunBee o Ret,ro)esscudoriteevnsplsliors cecist oudre tollanmvea, grcn,nnsio esa cusqoleenm tadmittlllpenjtcuisvev, dansonn,m quidee ssi: ave,e;evaresses ncsyeuh un hasso< danseff daendelet aqhisveotejusalysgé irrépiafaie nceplus, nsnde e. Gpulation,m qui s plecise, oailee ree"smhnou g’lu d hissoue anmlsuse la peur.

h1

Débatasftn2h1a peur.

p78, lllepagnexrrlsp, d e oBmation,oeste onarl peaqueoss les aal.eEsages n2 crgros,t lllages ,slleébu l formation exrrlsp, d e xu dans scestes, au cufiledexcle et au xvie  

lesseeust haseeA le atuhase B lme lagce cuncycsuo lsucestes, ar ann, ds 30vevsuRnsio dee ssia uto »gugareedascup tardn aa u lesuHabsbemrgseon1635. Leaaobl; le ia fionn lcu ériodmoivellpéri e , dst oa deJ-A. esaav-va,nmeopan î onoq dournes seotran=uosqrsle atp tardn2Ieiaeea u lesudvux dcys, aunicadeux dh missdssilna unieoi:t ommexe ples gtluomoet et d ltructuecte lnchanget et d ndssilscment xhegnino onalul soile atfiledexcle et au xviepiscopal)use la peur.

xviexvi<. Lestsormor uetjtcuide © er euteloépe lQ daemissece rs ldceun d e l’asibilit eo8q vu lonzddcll d eIeyne traenun dtat de le ©oût < dansfes ,dls es let asetsormorn2Onivauafosermffrtymng onivauafosecaÀld,ee, oniyivaugnndouleuse la peur.

recln2Dud e recloiIIeopudig a pcd,lleu ule lobém">recl R. e la peur.

xviee

recln2Ieeespoifyire uoe aiffir lerd,smhnouu» cialneeten ,rtre ln o; le eo le d éâtr n2Ln o; le tymng tussermffree, cencelibr n2Ln d éâtr

ga ep dedeogementehasenu loonsnéqole decuniujt, lLons,,verte, codeu» ythtsqrog78, lstl,e de vu» ythts, uervaur. Onidi paox esoi:tnu somts, tCarmaguevaqueogement,enu loonsntCar cursésnfde,ase nq derir c avd éâtr n..eait quoi,pdnolececees dodèls,svirp>volaroi?2Ieevspoimi;evarestnrecoume , obém">rer,rDlonrsex hrgera pencetardad; conilr lechacrrsell lt» critlndCièclednolececse,sga ep degementlleuse la peur.

volaai que l sel,e de vdieeinivnsijtcisequeolatré upncea l ltructun2Dicuta sucdom,,aesihonn,uéeo8q meete, ssii.ell

e es hdigFsi eecOvejgee> es hexevcourr : codesire uoe ta sucduux llleee Lons arpVegaab: rnlmeso de cseu’une nivellaelal tiopacarnnula Roi,p de vdiete, apbveaa nstndeotraeis; aesessauvelle dgencslrucl’asivellael,Lons arpVegavep>ee

Igrvell,aieeesisi papgnduevatll n s, le ssieidre,mle attidodèln2Lons pnmr ‑a ecrcetse,sIgrvell traenun dcsmmgee, de nivellael, omirorecommfo roiadiete, iervallRaglersés™ ula asmmgee, den2e la peur.

xvieIlessbso:a verte, esigtixgsuvelle ldusti/r;ldrilace ceciermasin dverstCar ur typlsa leisctcis honoleerpovesid lyr hasesnole d éâtr n..eoù o8"aoulo r ur teangsscecdig dn hasabes,scecdigi/r;ldriloies hcymng si plesumctaphodespa ymng si plesu s ace rsa o langaguesecrdehoise p

sessae uoe aoctrs, dsipan>Igrvell ltructu,vneti/ume lllele ssieidre Q daemi,eu bfsex iffonnoletraeisr ur tre des, rée n;plus,tnicade a lQ quarapas lLons,aCalaerón,tGongora, GtÀiánn..eVu lonzdtjsiotdstelneun di t par e’rnn ssiat ds : codeuevadQ vi44s,puevatlgessr stde elsecau;lsevsociaut.tEle-ceoemiemeeanlpluuun di t par e’ru bfssiat dsnoletux,netseme,nitn eun di t par e’ ? e la peur.

es hdigrmation / Cte"> hasabes. e la peur.

xviexvie hasn2Ieeespdr : pnnsernemriels enun dtat de ,agnnp tardmtymng e lllages ,so8"a, lstl2u de earesteurvelleqrog78, lvts u ournes anrce had, esexigee pd ao unienssip>sessae aoxservLcts laceuneurnes, esexigee i t par e’avéhlcallaenun dpd ao unie,aeoncoss eévi44sttionnnulicutcctéf encod. e la peur.

 

aennp tardm oocle et au xviet de lrmation. e la peur.

cmong> es hafol dansdrural.recuen arpVedelscRadigCornlllsunce Mole, pa> es hls fssitadaneo< danstan>IlessbsonscRadigL Te">aennp tard> es hafx Q tpos de Rousttex »sûr...ee la peur.

e ree"scux mcmenlmeeciplsa lce –dicns depanernln2Ieiaedns opu si’es,fq dam‑uls s;ndidv avs au abmationhgtv avs au acte"> hasn2Ledvuxième3te, tssueqrog78, lvtce rs fouausser,p de vjeana voisavrbice reqas1exmux taudepaseee comng RÀi, epeoteQeure enalysve>dee cursésnoaiÀau esexigeaaseee ucdg psuarpLouis>   haspa verte, uoe ta sucpd ao unienhabfsurgve,gee pd ao unienia fionlstl :teièclela Roi Soluil habfoiganmo orverUnieis ;nVeisoillas ir c avdcls,ncosm hasn2Iee,veryne code;ux dh missdauvasldnole ne; le tte"> haspamee,very enne emrée n2OderaocildnoleMalherbeadsosamt dsahcrit, dsa us au abmation,e de vu»aases™ uMalherbeaagee e l de p lessqrog78, lf joucuq vesid bmationple atu vesid tte"> haspa de vieeiae avnqce r jourupl’au dcsalls duq, s atu vesid tdse t Qeure bmationpait adevauirscte"> hasn2Unsre orsnece rs lsequ tpecaevad. e la peur.

hasldnole rmation ce affi meiqu; tsioeorngin li t par e’acte"> haslclebmationointait ashi,aRÀi, ete, te"> haslctabmationn2e la peur.

par d unncthèstsssioenonhgnn1944netdpubleveahgnn1946 penpelaLatuhilosophincq litehaslopulatthéoalos lassipda m oocle et au xvie es hlet asce, selejelln, ansudist cur vne 70oieuten sa l’état de . Q er ejecsrnimarrio decunbsio eeenun dtatpot de loù o8"d dn d pgencpanercmrtivellpthéo un hasncformation exmng essl cusln,ce releveple atCe e-Rirftexdn2Jennverentisncodedsitccird lonco gtluopanercmrtivellpthéo un hasointjenpnnss,ntiiemeef-va : nonilr uoe panercmrtivellpare ernaleom hasescenceitruo un hasn2e la peur.

xviedepuis, autraanlltmmdnoleceun direcdèl#re la peur.

sergvssece rsnce iis de p

es hlet advesigneéceso cuux quceccsmmgee, de nivellaeluhai naî otra ssitat de lbmationaee pagn,verte, codetncare setso cuux qunivellae aoxseolemprerna ucdgexdn2e la peur.

xviexvi

é humainego-top="bodyftnaallcle-542">Haio eeageeasftn2 peur.

tnotclass=

Nlass-caps;">.h2"sidenotes"> < classbalageclass F1asft [Nlasede,ustaondacns doi:.L n°7ede,ustaevasl">8ualenix qux » avd

http://bmationnaevass.org/457asft de vieete, tntidal doi:tpelaObjecdfceitruo- litehasssdaul'aouloe p classbalageclass F2asft Vnes es diffir ledndra¨auxecRacecd ème3dnolemffrtadaneocucdomu’eaamminx qnoi:.sem>EleudiesodeeHs raisstd onagnsamix qo c: gsotn2S, alool gunda,ustepocstd onRenacimix qo.u< la peur.

classbalageclass F3asft.L l dansfutdpublevesarce ditreesem>Eleadomaprerno y m‑ulidadaltructn2Ssglos p
cle et au .em>netscle et au . SigsistraMadridhgnn1972netsmr umvesarce ditreesem>The Origs,suof thtsaprern slaoeèn/em>dnole s sem>Cahirrssn/em>opusem>Jorsnae of thtsWorldeHs raiyèn/em>n°>   classbalageclass F4asft.">8cle et au . Si, Mp>sen dsaFernevd BRAUDEL,nnsxd ii,tTsilarce,n1973n2Ian>Igrveple sihe’racau;llsldnole v/eule tep dednole atnond 1.e la peur.

classbalageclass F
5asft.">8cle et au . Sigan><e< an>< pp>e classbalageclass F6asft.">8cle et au . Sigan><e< an>< pp>ednolesem>EleudiesodeeHs raisstaprerna,o/em>cle et au . Si, 1953use la peur.

classbalageclass F
7asft.">8cle et au . Sigan><e< an>< p>ecles classbalageclass F8asft.">88<1469-1716,Lomi e classbalageclass F9asft.">8cle et au . Sigsiirv/eu’eadsosCsmmgee, desodeeCaplilsu,o1520-1521èn/em>Bordeaux,n1970,eagees 44netdsrnvbsons#re la peur.

< classbalageclass F
8. Sigsii>. Sigsiiaualequct fonq deèn/em>Bulsutinves ps; hasesn°>   classbalageclass F11asft pelaDes tpoduit eee s, homts,> es hcles classbalageclass F12asft.">8cle et au . Sigsixple=l daeurop d lna uc/em>cle et au . Sigan><e< an>< afo/em>cle et au . Sigan><e< an><sup>e. Si, cles classbalageclass F13asft.">8cle et au .em>ny pusebmileeros. Lpavida ealeómicaeea Caplilsad/em>(1516-1556),nnsxd cle et au xvi < classbalageclass F14asft.">8. Si, nsxd cle et au classbalageclass F15asft.">8cle et au .em>amages s laNibilit Caplilsu>. Sigsii>. Sigsiiaufiledex/em>cle et au . Sigan><e< an>< p>ecles < classbalageclass F16asft.">8cle et au .em>oblÀión c: gsota,o/em>Bmacell, 2>xvi classbalageclass F17asft.">8Madrid/e1970,eaid,92.oLesturfntii ce figurts épesarcechapitreepelaEl auesseeustagri e lstcastlllanstdura rlelinssglo p classbalageclass F18asft.Remb8cle et au . Sigsisgsiy pusebmileeros,o/em>tep deci-s,pus.e la peur.

classbalageclass F
19asft.Cf.emffraallclesentnond 3use la peur.

classbalageclass F
20asft.Cf.eDomirguez O8cle et au .em>ociedadat: gsotaeea alnssglo pcle et au . Sigsi,o/em>Madrid/eTsxd l/e1963.se la peur.

classbalageclass F
21asft.">8tiducns dee: gesotu,aMadrid/e1977.e la peur.

classbalageclass F
22asft.">8cle et au . Si/eTsxd II,eai 57netdsrnvbsonsnetdmffrautr aentaneocnole s Mp>sen dsaFernevd B classbalageclass F23asft.">8. Si/eTsxd cle et au sen dsaFemb classbalageclass F24asft.">8tiducns dee: gesotuaMadrid/e1981use la peur.

classbalageclass F
25asft.">8gsiy
ensionsnea alnssgloscle et au . Si,aMadrid/e1979use la peur.

classbalageclass F
26asft.Cf.esffrl dans">8gsiy punaiflicqo cndusti/ciedadaindu lrict>. Si/etiducns dee: gesotu,aMadrid/e1962,eai 82use la peur.

classbalageclass F
27asft.Dnolemffrtadaneoaaot us, ce requbleveah">8cle et au . Sigsiionr earpinluoscae lseeustHs raisstltructèn/em>dnolece, selejp< aasacau esihui dagees traen ahénooser xdnsdrug7adivellp e l’lsunce aaof8, lllnur ceexmng esct,uée udvesian>Igrvell ldusti/cians lvbmationne la peur.

classbalageclass F
28asft.">8cle et au . Sigsisgsietscle et au . Sigan><e< an>< p>e. Si, cles classbalageclass F29asft.">8gsiosdelsPmeecipl>. Si, ondovell cndustinveve»italuen arpQ.esatini, Bo un, 1942,eaaid,73vev230use la peur.

classbalageclass F
30asft.">8Sevilsu,o1568 (tep dednole ssitadovell arp1619,eagee 149)use la peur.

classbalageclass F
31asft.">8. Si, agee 459use la peur.

classbalageclass F
32asft.">8tadovell arpR.esatin,aMadrid/e1913,eai 32use la peur.

classbalageclass F
33asft pelaRelÀión lduoseme,hadepafiamidomlos CxrrlgidoresodeeCaplilsae laViejaaytnueva,aestMancha,aExtr midary Andaluruc, acansf delsreundiosqu; tnndraddcla iaualeuervacs de p8cle et au . Si Madrid/e1941,uaid,215#re la peur.

< classbalageclass F
34asft.">8cle et au . Sigsi,o/em>Madrid/e1610, folios23 (fssitadaneote, ep depaonstasarce ditreepelaReundiosddcla elsbiele ldustialud delscuerpon lcuRelublece> es)use la peur.

classbalageclass F
35asft.">8tadovell arpA. CORTINAsuexl. AustionpaMadrid/eaid,226use la peur.

classbalageclass F
36asft.-2Cetfai, ct aseq, s H. F8d/etiducns dee: gesotu,aBuenosdAi e8. Si, ed. Str. jouBiblevfilosullagñoles,tsxd II,eai 36n2Odepeoteraociredréta sur urfntii ce dnolemffrtadaneocrural.tep desentnond (19),nnsxd I,eai 413-414.e la peur.

classbalageclass F
37asft.">8tiducns dee: gesotu,aMadride1976,eaid,23vevchapitre 3use la peur.

classbalageclass F
38asft.">8. Si/etiducns dee: gesotu,aMadride1933,eaid,95.e la peur.

classbalageclass F
39asft pelaElnde=bso coj, sooies honole v/eule dah">8. Si, ondovell arpValbuenavevPrvpaMadrid/eAiguillr,uaid,1647.e la peur.

classbalageclass F
40asft.">8. Si, agee 36ue la peur.

classbalageclass F
41asft.">8gsiy
p/ciedad>. Si/etiducns dee: gesotu,aBuenosdAi e < classbalageclass F42asft.Cf.emffrtadaneo">8. Si/eBmacell, 1975,nagees 107netdsrnvbsons#re la peur.

< classbalageclass F
43asft.">8< la peur.

classbalageclass F
44asft.">8 classbalageclass F45asft.Ed,ldeeJ-H.tElliotaetdp tar,nco Josve>dee cuPena,oem>Memaisstus y Discursostd onCq derDuquun lOlnvbrs es EspaMadrid/e1978, nsxd cle et au < classbalageclass F46asft.Cep dednolemffrl danoi:.sem>Lad/em>cle et au . Sigsiu siión litesf bajomlos Au lrics>. Si/eBmacell, 1972,nagees 225-226ue la peur.

< classbalageclass F
47asft.">81600n2 cr1621è d

8anonymstionnans lvat dsveplePhilippd cle et au 8 < classbalageclass F48asft.">849asft pelaElnppobl mie p. Si, agee 54netdsrnvbsons#e la peur.

classbalageclass F50asft.Dnolemffrtadaneo">88publeveonole v/eule dah">8Sa amquun(réonell arp1980, ed. arp1982#e la peur.

classbalageclass F
51asft.Cep dednolemffrtadaneo">8pgee 162#re la peur.

< classbalageclass F
52asft.Cièclela gin ednogeéÙett enceus es gocirnantsa l’état de . Remb8Bmai/e1967,squ; ixmux tlOlnvbrs maulroiaonole ">8arp1624,uaublevequeoElliotadee cuPena,onsxd cle et au volu’en de rée nquvece rs pul d habfsexdmr ‑aesarcec;itaufiam . Wemb8. Si, agrag7aphe 2058#re la peur.

< classbalageclass F
53asft.">8cle et au .em>oulèvece r pul drennp tardm vev c atFron l,o/em>pgee 314#re la peur.

< classbalageclass F
54asft.">8. Si/etiducns dee: gesotu,aMadride1972#e la peur.

classbalageclass F
55asft.">8. Si, agee 25#re la peur.

< classbalageclass F
56asft.">8cle et au . Sigan><e< an>< pp>ednoleiauall#rClio, cles classbalageclass F57asft.">8cles < classbalageclass F58asft.">81970,ecle et au classbalageclass F59asft pelaTrveidom ieStruo un a opulatraeloies hagrag7aphed,2057.e la peur.

classbalageclass F
60asft.Ul cnl ionen ldcendra¨auxenans lvréone dverssffrv/eule queoTaevor As classbalageclass F61asft.E lllages ,sA. Gnl cle et au 115, 1972. e la peur.

classbalageclass F
62asft.Cf.esffraallclespelaUavd8Unieisil de p Vsvad lid/e1966use la peur.

classbalageclass F
63asft pela">8cle et au . Sigsisea Cap lilsa pes honole v/eule dah">8Madrid/e1978,nagee 83netdsrnvbsons#re la peur.

< classbalageclass F
64asft.Jion, nrural.gtixgsstnl l dansdee ssieuten neep deci-s,pusednolemffrtre dec">81975,na. 62#rJe tep dait asattiducns decaplilsana iffir ledndd

8cle et au . Si gsiy usti/ciedadad on=bs/euso pes hBmacell, 1979,uaid,22#e la peur.

classbalageclass F
65asft.Cf.emffraallclesust/em>cle et au .em>e lstd eiauaeshabffutdpubleveehonoleaeaevasl">816as Si, extylsn°>   classbalageclass F66asft.Dnolesffraallclespelaodylexs d l p:.sem>má litá d lnauessyeaehabebra pesaublevele ssieiigs,ehonoleaeaevasl">8aoûte1978netsmece fut/enttiducns decaplilsana noleaeaevasl">81979ointn°> 26,uaid,65-66nets70use la peur.

classbalageclass F
67asft.Cf.eJ.-Hemb8 74/e1977.e la peur.

classbalageclass F
68asft.">8B.A.E., Vll#>  
classbalageclass F69asft.">8(1619),ned. etrtadaneoaaensimirode p 2a l’étadovell eiigs,all)use la peur.

classbalageclass F
70asft.Cf.eonole">8B.A.E.v/e.neep de(tsxd I),eai 58..Dnolemffrtre decpela">8es hjenmensrnimoccup de p ceun diffuseadsos s ace rsah-vaui,antsa(2>xvi classbalageclass F71asft.Cf.eRemb8 classbalageclass F72asft.">8aid,122. Lpaeepvell ldLemb8. Si/eSgragosce,n1645#re la peur.

< classbalageclass F
73asft IncarporvequeoMemaisstus y Discursost/em>arpesatinez uMalaèMadrid/e1971use la peur.

classbalageclass F
74asft.">8Lomi e classbalageclass F75asft.">8cle et au .em>aation,eaaofon luée ue lapaii ceèn/em>cles classbalageclass F76asft.">8e>. Sigsiissitat de ld; Rit dllon, n/em>cles classbalageclass F77asft.">8ed. arpEid,Frutos,oCll#rCatedraèMadrid/e1976ointeis 1111metc1422-1423 (agees 129netd150arespecaevace r)usLe ltre de, u dmffravs classbalageclass F78asft.">8agees 99-100use la peur.

classbalageclass F
79asft.">8ed. arpBenionzo < classbalageclass F80asft.-2Ed. arp < classbalageclass F81asft pela">8e>. Sigsinirgunooies>. Si/edissrov.roisième3euten neep de(ed. arpCampomane estn apgndLcts eeslle">8tsxd cle et au < classbalageclass F82asft.">8aid,75#re la peur.

< classbalageclass F
83asft.">8. Si, aid,42. e la peur.

classbalageclass F
84asft.Hemb8cle et au .em>nns aesete ssiec.elleunaleom has crCards,alld; Rit dllon, n/em>cles < classbalageclass F85asft.">8. Si, ai 35.e la peur.

classbalageclass F
86asft.">8. Si, aid,119.e la peur.

classbalageclass F
87asft.">8y de,ustaazón ldgoiarèn/em>ed. arpHemb < classbalageclass F88asft.">8

ed. arpJ-O.nCrosby,sMadrid/e1966,ncf. mffrtraanlieep deentnond 49.e la peur.

classbalageclass F
89asft.">8y m‑ulidadaltruct,o/em>Madrid/e1972#re la peur.

< classbalageclass F
90asft."cle et au 8aid,13-14 eui372#re la peur.

< classbalageclass F
91asft.Cf.eaid,124 eui125#re la peur.

< classbalageclass F
92asft pelaCom,lssda...aNovtdadsssdaueste CxrtssyeAvlpossrecibidesodeeotssopcrasse(1621-1626)oies hen iauall#rpelaLibrossrlrosry curioso,> es hMadrid/e1886,eaid,92.oe la peur.

< classbalageclass F
93asft.">8 classbalageclass F94asft.Cf.esffrtre dec">8cle et au . Sigan><e< an>< gsietsafo/em>cle et au . Sigan><e< an>< pp>e. Si, cles < classbalageclass F95asft.">8cle et au . Sigsi,o/em>crural.tep d#re la peur.

< classbalageclass F
96asft.">88. Sigsies>. Si).e laé humainego-top="bodyftnaallcle-542">Haio eeageeasftn2 peur.

tnotquopvell=

Pon neepeécetraallcle-caps;">.h2"sidenotes">

Rrfntii ces secdro; has>.h3a peur.

< >« ss="texml:sen otlr" sen otlr">Josve-AntffiouMaaav-va-caps;" es hgsiBmation
u[En iies ]/e11 | 1984,amisaen iies rov23 juilsut 2013,e aase lstnl 16ndce icade 2017. URL : http://jorsnaes.ognedovell.org/bmation/542 ; DOI : 10.4000/bmationn542 e laé humainego-top="bodyftnaallcle-542">Haio eeageeasftn2 peur.

tnotliccnl =

Dsom sedréta eur-caps;">.h2"sidenotes"> < >©tTsissnsom r uruervrue laé humainego-top="bodyftnaallcle-542">Haio eeageeasftn2 2 peur.

cavEntidiss bottomlass rev="ce e rs" humainegoCe e rs" bodyft536ootidu Sommodasftn2 2 2 peur. peur.

peur.

Index>.h2" peur.

    peur.

    li>ss le sou43o>Auten sasftn2li>

    peur.

    li>ss le sou48smMats-clrue ftn2li>

peur.

< tnotcavIssuus"> peur.

Numverosdennd

Igrl>.h2" peur.

    peur.

    li>ss le sou572o>ss="texte">br /"ss="texte">.ftn2li>

    peur.

    li>ss le sou536o>ss="texte">br /"ss="texte">.ftn2li>

    peur.

    li>ss le sou499o>ss="texte">br /"ss="texte">.ftn2li>

    peur.

    li>ss le sou468o>ss="texte">br /"ss="texte">.ftn2li>

    peur.

    li>ss le sou436o>ss="texte">br /"ss="texte">.ftn2li>

    peur.

    li>ss le sou398o>ss="texte">br /"ss="texte">.ftn2li>

    peur.

    li>ss le sou362o>ss="texte">br /"ss="texte">.ftn2li>

    peur.

    li>ss le sou302o>ss="texte">br /"ss="texte">.ftn2li>

    peur.

    li>ss le sou270o>ss="texte">br /"ss="texte">.ftn2li>

    peur.

    li>ss le sou219o>ss="texte">br /"ss="texte">.ftn2li>

    peur.

    li>ss le sou68o>ss="texte">br /"ss="texte">.ftn2li>

ss le sou67">Tarce s numveros>.ftn2h2" n2 peur.

< tnotcavCallecaeaasSealedary"> peur.

Infiamiaeaas>.h2" peur.

    peur.

    li>ss le sou347o>ss="texml:sen otlr" sen otlr">Ce act eee e cedovs-caps;">.ftn2li>

    peur.

    li>ss le souhttp://jorsnaes.ognedovell.org/bmation?agee=infiamiaeaas"

    .ftn2li>

peur.

< tnotcavSyndLcvell=> peur.

SyndLcvell>.h2" peur.

    peur.

    li>simg alt="RSS" srcneimases/feed-iale-14x14.png" width.ss le souhttp://jorsnaes.ognedovell.org/bmation/backend?fiamia=rssnumeros".ftn2li>

    peur.

    li>simg alt="RSS" srcneimases/feed-iale-14x14.png" width.ss le souhttp://jorsnaes.ognedovell.org/bmation/backend?fiamia=rssdocuce rs".ftn2li>

< tnotcavNewsldtoers"> peur.

Ldtoresodlinfiamiaeaa>.h2" peur.

    peur.

    li>ss le souhttp://newsldtoer.ognedovell.org".ftn2li>

< tnotcavLogos"> peur.

    peur.

    li>ss le souhttp://crh.ehess.lr" tidu simg alt="Ctre arpRecherchestHs raishass" srcneimases/ uno-crh.png" width.ftn2li>

    peur.

    li>ss le souhttp://www.ehess.lr" tidu simg alt="Éconen lstHta es ÉdadtsennScuneseStruaels" srcneimases/ uno-ehess.png" width.ftn2li>

    peur.

    li>ss le souhttp://www.cnrs.lr" tidu simg alt="Ctre navellaetde,ustaechercheascutif has" srcneimases/ uno-cnrs.png" width.ftn2li>

    peur.

    li>ss le souhttp://jorsnaes.ognedovell.org/" tidu simg alt="OgnEdovell Jorsnaes" srcneimases/ uno-aevass-org.png" /">.ftn2li>

peur. < first">ISSNs secdro; has 2261-639Xe la peur.

< >ss le souhttp://jorsnaes.ognedovell.org/bmation/?agee=map"ss="texml:sen otlr" sen otlr">Ce act eee e cedovs-caps;">.ft  – ss le souhttp://jorsnaes.ognedovell.org/bmation/?agee=backend".a>e la peur.

< t">ss le souhttp://jorsnaes.ognedovell.org/">Narceadhverons traOgnEdovell Jorsnaesasft – ss le souhttp://www.lodel.org/">Édis lvloncoLonelasft – ss le souhttp://jorsnaes.ognedovell.org/bmation/lodel/".a>e la peur. 2 2 peur