Navigation – Plan du site
III. La tentation du baroque dans les cultures du Sud-Est européen

Considérations préliminaires

Virgil Cândea

Texte intégral

1Deux décennies vont bientôt s’accomplir depuis que les savants de l’Europe du Sud-Est se réunissent pour débattre – dans la perspective du passé – le raccordement des phénomènes spirituels de leurs cultures aux grands courants de pensée ou d’expression créatrice du continent. Autant d’occasions d’évaluer l’intégration européenne de ces cultures, qui pendant tant de siècles ont gravité vers le centre politique et spirituel de la Méditerranée orientale, donc vers un monde différent, que sa fidélité envers la tradition rendait plus conservateur que l’Occident, innovateur par excellence. Occasions offertes par le programme riche et varié, mais surtout clairvoyant et humaniste, de l’AIESEE qui, sous la direction éclairée de son secrétaire général, l’académicien Emil Condurachi, a su, dès sa création, faciliter aux spécialistes de cette partie du monde la discussion des thèmes les plus importants en un amical dialogue avec leurs collègues d’Occident, de l’Orient arabe, de partout où les Balkans conservent encore la rare vertu de berceau de la civilisation européenne et, pour l’époque moderne, le haut titre que leur confère la continuité, et que Nicolae Iorga exprimait si heureusement par la formule « Byzance après Bysance ».

2Le comité national roumain d’études sud-est européennes se félicite d’avoir été l’hôte de quelques-uns de ces importants débats sur le mouvement des idées en Europe du sud-est, en 1964, sous la présidence du regretté savant qu’a été le professeur Mihai Berza ; sur la tradition et l’innovation dans l’histoire des idées de l’Europe, à Bucarest, en 1965. Le colloque sur les Lumières a eu lieu à Paris en 1968 sous les mêmes généreux auspices de l’Association. Aujourd’hui, à Bucarest, de nouveau, le présent colloque nous procure, au Comité national roumain et à moi personnellement, la joie de vous souhaiter la bienvenue et la réussite plénière de vos travaux, mais surtout de vous exprimer notre satisfaction qu’un thème important de l’histoire de notre monde soit de nouveau débattu ici.

3Thème important, en effet ! Le Baroque : chapitre majeur de l’histoire de la culture européenne, de l’histoire de la littérature, des arts, des idées. Les Européens du sud-est du continent doivent avoir participé à ce courant car ils sont Européens. C’était une obligation, une condition même de leur appartenance à la culture européenne. Tant que la civilisation de l’Europe antique et médiévale a eu son centre de création, d’expression et de rayonnement à Constantinople, la capitale de l’Empire romain d’Orient puis de l’Empire Byzantin, les cultures de cette partie n’ont pas eu, et à juste raison, à prouver leur appartenance européenne. Les choses ont changé, comme on le sait, après la Renaissance. Les cultures de l’époque moderne de l’Europe du sud-est ont fourni un effort constant pour démontrer, par l’analyse de leurs phénomènes spirituels, littéraires, artistiques des temps passés qu’elles n’ont jamais été étrangères, qu’elles ne sont jamais restées en dehors des grands courants d’idées et des manifestations créatrices de l’Occident. Effort pour introduire leur pensée et leurs formes de création spirituelle dans des moules souvent étrangers, mais effort récompensé, car si, pour des raisons évidentes de typologie culturelle, nous ne les voyons pas aboutir à des phénomènes identiques en tous points à ceux d’Occident, nous avons chaque fois la surprise de constater, comme le remarquait si justement un savant roumain, le professeur Zoe Dumitrescu Busulenga, que « nous avons toujours été Européens, bien que chaque fois autrement ».

4Devant les créations variées que les historiens de la littérature et de l’Art présentent comme autant de phénomènes typiques de baroque sud-est européen, l’historien des idées s’interroge et examine. Il s’interroge sur une motivation plus haute capable d’expliquer la diversité d’idées et d’attitudes, d’écrits et d’œuvres d’art qui peuplent le monde baroque dans une Europe du sud-est où coexistent aux xviie et xviiie siècles la Contre-Réforme et l’Humanisme, l’Unitarianisme et l’Orthodoxie, l’hermétisme et le « Lâle devri ». L’historien des idées cherche en même temps la pierre de touche qui lui permette de vérifier le « baroquisme » de ces phénomènes. Il est fort probable que son nom soit « individualisme », épreuve et phase obligatoire de l’aventure moderne de l’homme, auquel l’Européen du sud-est a résisté plus longtemps que celui de l’Occident « évolué » mais auquel il ne pouvait se soustraire indéfiniment.

5Car ce qui frappe l’historien des idées dans la multitude de faits où les historiens de la littérature et de l’art cherchent des manifestations baroques, c’est l’attitude individualiste, de moins en moins conformiste, progressivement rationnelle et libre, orgueilleuse même, des créateurs. Chaque époque de pensée et de création culturelle a proposé l’image d’un « homme nouveau » opposé à « l’homme ancien » de la tradition. Ce conflit a été largement discuté au colloque mentionné qui a eu pour sujet « Tradition et innovation dans les cultures sud-est européennes ». Désabusé par la détérioration politique de cette partie du monde, ne trouvant plus sa force morale dans les structures religieuses, sclérosées à leur tour – les églises chrétiennes aussi bien que le califat – l’homme nouveau du xviie siècle se fie de plus en plus aux lumières de sa propre raison. Il trouve légitimité et dignité dans sa condition terrestre considérée à travers le prisme de l’humanisme, plus tard à travers celui du droit naturel. Une nouvelle conscience se constitue au niveau collectif, alimentée par la noblesse des origines et par la puissance politique, économique, militaire – que donne l’union de tous ceux qui parlent la même langue, qui partagent les mêmes idéaux, les mêmes coutumes et formes de vie. C’est la conscience nationale « in nuce », décelable de plus en plus clairement dans les attitudes et les manifestations.

6S’affirmer sur des plans variés devient un impératif pour l’individu et pour la collectivité. L’affirmation prendra bientôt les formes de l’ostentation. Le penseur ne médite plus dans les termes des doctrines traditionnelles, impersonnelles, autoritaires ; il raisonne et il construit des « systèmes », individuels, originaux, attrayants par leur nouveauté et leur non-conformisme. L’écrivain adopte une manière de s’exprimer qui éveille par son hermétisme la curiosité du lecteur et flatte son orgueil par des références érudites. L’artiste force l’œil du spectateur à se tourner vers son œuvre et incite son imagination à s’engager dans les voies ouvertes par cet écran enchanteur, le créateur ne se perd plus comme avant, modeste jusqu’à l’anonymat, dans son œuvre : celle-ci devient un prolongement de l’individualité de l’artiste et l’expression de son originalité.

7Pour me limiter à des exemples pris dans la culture roumaine de la période qui va du milieu du xviie siècle jusqu’à la fin du siècle suivant, je pense qu’il est peu de phénomènes de pensée, littéraires ou artistiques qui se soient soustraits à ces normes : le faste des Movila, le programme culturel grandiose de Vasile Lupu et l’éclat de sa cour, l’ambition d’Udriste Nasturel d’innover par l’humanisme, l’érudition d’un Cantémir, la variété des genres où il a tenu à s’affirmer et son style savant, parsemé de beautés obscures, l’explosion de l’imprimerie qui prolifère de manière surprenante en des genres, des tirages d’une diversité de langues sans précédent ; par la même occasion, le livre imprimé, toujours mieux fait, prend la place du livre manuscrit, copié et enluminé de plus en plus. négligemment, les visées « impériales » d’un Serban Cantacuzino, la culture qui s’épanouissait sous les Brancovan et proclamait dans toutes ses manifestations sa curiosité du nouvel amour de la vie et du raffinement ; la littérature didactique et morale (sapientiale) qui dilatait les horizons de l’éthique mais aussi ceux de l’imagination vers l’Antiquité, vers l’Occident et l’Orient, la curiosité non-dissimulée pour l’astrologie et les arts divinatoires chez le spatar Milescu, le stolnic Constantin Cantacuzino et le prince Constantin Brancovan, tous ces phénomènes ont en commun la nouvelle attitude de l’homme qui, par-delà les anciennes coordonnées de la pensée, de la création, et, disons-le, de la vie, tend vers un affranchissement progressif, bientôt total, de la sujétion aux anciennes normes. Le baroque est seulement une phase de ce processus qui avait commencé avec l’humanisme et qui continuera avec la philosophie des Lumières et les philosophies diverses de l’époque contemporaine.

8Ce serait peut-être une erreur de surévaluer le rôle du baroque dans le cours inéluctable du progrès humain déclenché par l’humanisme et orienté définitivement par la confiance dans la toute-puissance de la raison. Mes constatations personnelles dans l’investigation des formes qu’ont prises d’autres idées européennes dans les cultures du sud-est du continent – telles que l’humanisme ou les Lumières – me font croire qu’on ne doit pas s’attendre à y déceler des manifestations aussi nettes donc entièrement similaires à celles des cultures occidentales où sont nées et ont mûri ces attitudes de pensée et leurs sous-produits littéraires ou artistiques. Les traditions et les mentalités spécifiques se sont toujours et en tous temps plus fortement maintenues dans les sociétés de l’est et du sud-est, et non seulement dans le domaine des formes mais, peut-être même plus profondément, dans la conscience des gens ou tout au moins dans celle de couches sociales nullement négligeables, telles que la paysannerie. Mais ceci ne diminuera certainement pas la satisfaction de l’investigateur de constater que, – fût-ce dans des modalités différentes, sous d’autres visages et d’autres vêtements, parfois avec des retards explicables –, des phénomènes comparables ayant des affinités évidentes avec le baroque occidental, se sont produits aussi dans l’Europe du sud-est. Ils se sont produits parce qu’ils étaient commandés par la même succession nécessaire des phénomènes, par la même impérieuse aspiration des hommes à la liberté de pensée et d’action, au progrès matériel indéfini, à un monde organisé suivant les principes de la raison et les lois de la science, le monde actuel, toujours plus proche des idéaux de l’humanité.

9C’est une manière d’affirmer ma confiance dans les résultats des débats auxquels nous participons.

10Une dernière remarque. Le retour à l’étude du baroque ne me semble nullement un effet du hasard à notre époque, où l’innovation a acquis la priorité sur la tradition, aussi bien dans la pensée que dans les créations spirituelles et matérielles de l’homme. C’est conforme au vieil adage : « le semblable connaît le semblable ». Il y a un siècle, ce thème n’eut pas suscité la curiosité unanime des savants sud-est européens.

11Je me demande alors pourquoi notre groupe de travail, après cette première phase d’examen des phénomènes baroques de modèle européen, n’aborderait pas les manifestations comparables qui ont eu pour cadre notre monde, celui de la Méditerranée orientale et de l’Europe du sud-est, c’est-à-dire les époques d’épanouissement identifiées en tant que types d’existence baroque hellénistique et romaine du bas-empire, byzantine, ottomane et slave du sud, périodes d’épanouissement dues à l’opulence et à la puissance, époques qui précèdent généralement les grands écroulements ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virgil Cândea, « Considérations préliminaires », Baroque [En ligne], 11 | 1984, mis en ligne le 24 juillet 2013, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/baroque/551 ; DOI : 10.4000/baroque.551

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page