Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Les rites de naissance dans le judaïsme

Patricia HIDIROGLOU, Paris, les Belles Lettres, 1997, coll. Histoire, 358 pp.
Florence Heymann
p. 102-105

Texte intégral

1Patricia Hidiroglou nous livre, avec Les rites de naissance dans le judaïsme une des tentatives encore assez rares, en français, d’une démarche réellement pluridisciplinaire dans la construction de son objet. Il s’agit là d’une opération complexe qui non seulement exige la mise en relation de plusieurs univers, mais également l’explicitation de la connaissance dont ils sont porteurs, aussi bien que celle de la dynamique par laquelle la société juive – ici la communauté juive de France – se donne à penser et puise le support de sa continuité.

2L’ouvrage se fonde sur trois types de sources :
• les textes de la tradition (Bible, Talmud, midrashim, textes halakhiques, responsa, etc.)
• des archives, principalement consistoriales
• des entretiens avec une population juive actuelle (pour laquelle nous aurions peut-être aimé posséder plus de renseignements sur sa définition : origine et délimitation du corpus, niveaux de laïcité, d’orthodoxie ou d’orthopraxie).

3Le passage d’un type de sources à l’autre atteste de l’acculturation d’une bonne partie de la population qui pratique aujourd’hui ces rites, lesquels n’ont, il s’en faut, pas la même propagation, tant synchronique que diachronique. La circoncision, traitée dans les quatre premiers chapitres (I. La circoncision : entre médecine et tradition ; II. Le mohel ; III. Rituels et festivités de la circoncision ; IV. Sens commun et interprétations savantes), représente le rite le plus pratiqué et le plus diffusé, historiquement et géographiquement. La presque totalité des juifs continuent à la pratiquer, même parmi les laïcs.  (En Israël, par exemple, alors que les orthodoxes ne représentent pas plus de 28 ou 30 % de la population, la circoncision est pratiquée à plus de 98 % ; elle reste un signe identitaire très fort ; ce qui explique qu’une grande partie des immigrants adultes venant de pays où le rite n’avait pas été pratiqué, pour des raisons sociologiques ou idéologiques, ont été opérés, en milieu hospitalier, par un chirurgien-rabbin). La circoncision apparaît, pour l’enfant mâle, comme le signe, par excellence, de l’alliance (brit), qui fait réellement entrer l’enfant au sein du peuple juif et l’inscrit dans la descendance patrilinéaire. L’auteur montre avec finesse comment la mila, à travers ses représentations, introduit au système symbolique de l’identité masculine, de la sexualité et de la parenté patrilinéaire. Chaque groupe social est confronté à un problème d’équilibre du monde à partir de la constatation irréductible de la différence anatomique et physiologique des sexes. Le temps des femmes suit le rythme biologique et celui de l’univers familial. Leur place dans le cycle de reproduction leur confère une puissance réelle ou potentielle. Cette puissance va devoir être canalisée. L’inculcation d’attitudes de soumission sera d’autant plus stricte que le