Navigation – Plan du site

La diversité des processus de privatisation de l’espace public dans les villes européennes

The diversity of public space privatisation processes in the European cities
Christian Dessouroux
p. 21-46

Résumés

Le thème de la privatisation de l’espace public représente une des préoccupations importantes de l’analyse des espaces urbains contemporains. Des références de plus en plus nombreuses soulignent l’apparente progression spatiale de la privatisation mais révèlent également le caractère multiforme du phénomène. En regard du peu d’intérêt porté à ce jour à la définition même de la privatisation et à la différenciation des divers processus en cours, une telle entreprise semble d’emblée pertinente. L’article est structuré en trois temps. Une réflexion préalable sur le concept d’espace public en spécifie trois dimensions structurantes autour desquelles s’articule la privatisation : le statut de propriété, l’accès et la régulation de l’espace. L’article distingue ensuite trois thèmes qui sous-tendent les diverses formes de privatisation et structurent le discours à leur sujet : les revendications sécuritaires, l’appropriation communautaire et la recherche de rentabilité de l’espace. La prise en compte de ces différentes variables permet finalement de construire une typologie des formes de privatisation de l’espace public, illustrées à l’aide d’exemples concrets.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le concept d’ « espace public » est né au cours des années 1970 en réaction au constat d’échec de l’urbanisme fonctionnaliste et à la remise en question des pratiques de gestion urbaine pratiquées depuis l’après-guerre (Decroly et al., 2003). Les acteurs urbains préoccupés du devenir des villes ont éprouvé le besoin de fonder un concept qui évoque, sur le mode métaphorique, la cohésion sociale, et plus particulièrement les lieux concrets de la ville qui sont ouverts à tous et qui se prêtent à la libre rencontre entre citoyens. En tant que lieu de vie et d’animation, de repère identitaire et de noyau de l’urbanité, les espaces publics sont considérés garants d’un avenir viable et durable des villes. Soutenu plus récemment par les efforts de marketing urbain et les dynamiques de revitalisation urbaine, l’espace public constitue désormais une unité discursive performante, véritable instrument de politique urbaine contemporaine.

2Depuis un certain temps, on peut également noter une multiplication de voix plus alarmistes invoquant l’existence de processus de privatisation de cet espace public, l’amputant ainsi de certaines de ses qualités prisées. L’inquiétude principale consiste en la multiplication et la diversification récente de ces processus et en la tendance à leur consacrer des lieux de développement de plus en plus importants.

3Les notions d’ « espace public » et de « privatisation de l’espace public », sur lesquelles repose ce constat factuel, restent paradoxalement encore mal définies. L’usage abondant de la notion de privatisation se fait ainsi à la faveur d’un grand flou sémantique. D’une analyse à l’autre, le concept de « privatisation » est, par exemple, employé pour décrire la prolifération de centres commerciaux en périphérie des villes, l’installation de caméras de télésurveillance sur des places publiques, la construction de lotissements résidentiels sécurisés, l’aménagement d’un parc appartenant à une société privée et ouvert au public, la multiplication de terrasses de café ou de panneaux publicitaires dans le centre-ville, ou la concession de l’entretien du mobilier urbain à une entreprise privée.

4L’appellation « privatisation » couvre toute une gamme de processus distincts et son utilisation extensive tient, du moins en partie, à une définition insuffisamment nuancée du concept de « privatisation » autant que de celui d’« espace public ».

5Deux options s’ouvrent alors à nous : ou bien bannir le terme de « privatisation » sous prétexte qu’il brouille l’évolution des espaces publics en y assimilant des processus de production très disparates. Ou bien s’engager à éclaircir les multiples dimensions de cette privatisation, en clarifiant en premier lieu ce qu’il faut entendre par espace public et en explicitant par la suite la diversité des formes de privatisation de l’espace public urbain contemporain. Telle est la voie que nous comptons emprunter pour la suite de cet article.

6Son ambition est de ce fait principalement d’ordre classificatoire. Il ne peut prétendre apporter des éclaircissements suffisants sur les raisons de l’intensification de tel ou tel aspect de la privatisation.

7Cette approche descriptive se justifie pour deux raisons principales. Elle répond tout d’abord à une finalité d’ordre heuristique. La catégorisation des formes de privatisation permettra non seulement de distinguer des phénomènes qui sont dissemblables et qu’on a tendance à regrouper sous le terme générique de privatisation, mais également de montrer que des cas qu’on a tendance à citer comme autant de types différents, relèvent d’un même type, même si les motivations sous-jacentes ne sont pas nécessairement les mêmes. La classification a également une finalité d’ordre pratique. Elle permet aux acteurs urbains (les gestionnaires des espaces urbains autant que ceux engagés à décrier leur privatisation) de manipuler de façon plus opérationnelle les instruments qu’ils utilisent ou contre lesquels ils luttent.

8L’article est structuré en trois parties. Il débute par une analyse du concept d’espace public pour en extraire trois paramètres structurants susceptibles d’être affectés par la privatisation : le statut juridique, l’accès et la régulation de l’espace. Il distingue ensuite trois thèmes qui sous-tendent les diverses formes de privatisation et structurent le discours à leur sujet : les revendications sécuritaires, l’appropriation communautaire et la recherche de rentabilité de l’espace. Le croisement de ces différentes variables permet de définir une typologie des formes de privatisation de l’espace public, qui conclura cet article. Chaque cas de privatisation sera étayé d’exemples concrets, en essayant de revenir sur les cas les plus emblématiques, tout en tâchant également de mettre l’accent sur des cas plus inattendus. Par ailleurs, la construction typologique autant que les illustrations ont spécifiquement trait aux villes européennes.

Les contours de l’espace public

  • 1 Nous écartons de telle manière des tranches importantes de ce qu’évoque l’espace public aux yeux de (...)

9L’espace public est habituellement considéré comme un espace matériel aménagé à des fins d’utilisation par la collectivité1. Il est reconnu comme étant praticable et librement accessible à tout un chacun et ne pouvant dès lors être approprié de façon exclusive, durable ou de manière excessivement personnelle par un individu ou un groupe particulier.

10Il en découle deux propriétés fondamentales de l’espace public. Il s’agit d’un espace qui assure le libre déplacement des personnes dans la ville et qui la rend accessible à tous. Dans un sens plus large, c’est également un espace de circulation et d’échange de biens, de services et d’informations. Il s’agit en outre de lieux où les individus, essentiellement des inconnus, peuvent se croiser et se rencontrer sans établir nécessairement de relations. L’interaction avec l’autre est donc un trait commun aux espaces publics, qui sont ainsi soumis à un régime de sociabilité différent de celui qui prévaut dans l’espace privé et en particulier dans la cellule domestique.

11Cette description, qui énonce quelques règles tacites générales, voire schématiques, permet de caractériser l’espace public, tel un parc ou une rue. Elle masque tout de même la diversité de cas particuliers qui peuvent se présenter et dont la qualification s’avère parfois plus incertaine. La co-production ou la co-gestion des espaces publics par le privé, l’accessibilité publique à des espaces commerciaux ou récréatifs privés et les formes de restriction d’accès à certains espaces, en constituent des exemples.

12Afin de pouvoir saisir plus facilement les nuances inhérentes à la notion même d’espace public, nous proposons de la décomposer en trois niveaux d’analyse distincts et complémentaires : la nature juridique, les modalités d’accès et la régulation de l’espace. Leur présentation détaillée s’avère nécessaire dans la mesure où ils constituent la grille d’analyse de la privatisation proposée par la suite.

La normativité juridique

13Ce premier paramètre permet de définir le caractère juridique et institutionnel d’un espace. C’est une appellation qui se rapporte au droit d’usage du sol que le (co)propriétaire des lieux peut faire valoir et qui dérive directement de son droit de propriété. Il s’agit d’un caractère essentiel pour chaque acteur dans la mesure où il le renseigne sur le régime des pratiques légitimes valables dans l’espace et en définit les potentialités d’usages autorisés (Lussault, 2001). On peut entre autres distinguer sur base de la qualité foncière du bien : des biens publics (propriété de l’Etat ou de collectivités publiques locales), des biens en copropriété (bien partagé par un certain nombre de personnes privées et/ou publiques) et des biens privés. Il faut également différencier au sein des biens publics ceux qui relèvent du domaine public (le réseau routier, la plupart des parcs...) et ceux rattachés au domaine privé (certains sentiers et espaces verts...). Les biens privés peuvent être soumis à une servitude de passage (limitant de telle sorte la jouissance totale du bien privé par son propriétaire) alors que les biens publics peuvent localement faire l’objet d’une concession pour un usage déterminé (p. ex. l’installation d’une terrasse de café ou d’une échoppe d’épicerie).

14Le statut juridique est également important à considérer dans la mesure où il régit les attributions de production, d’entretien, de surveillance, d’intervention et de responsabilité civile relatives à chaque espace. Ces différentes compétences peuvent éventuellement être dissociées et attribuées à des organes de décision ou des exploitants distincts, ce qui entraîne divers modes de co-gestion ou de gestion mixte de l’espace public.

L’accès

15Ce paramètre nous renseigne sur les possibilités d’accès à un espace, indépendamment de sa nature juridique. Selon le degré d’ouverture on pourra distinguer entre autres des espaces librement et gratuitement accessibles à tout un chacun (c’est-à-dire dépourvus de limite dont le franchissement serait conditionnel et sans qu’aucune interdiction ne vienne en entraver l’accès), des espaces nécessitant une permission ou requérant une négociation préalable (p. ex. l’acquittement d’un droit d’entrée) et des espaces exclusivement réservés à un cercle d’usagers défini. C’est en quelque sorte une expression de l’ouverture physique de cet espace, de sa perméabilité vis-à-vis des espaces voisins. Les paramètres d’accès physique communément observés sont les heures d’ouverture, la présence de barrières physiques (grille, haies...), la nature des accès, la localisation du site dans l’environnement urbain. Il va sans dire que certains dispositifs (un porche, le rétrécissement de la voirie...) contribuent à donner la sensation de retranchement d’un espace, sans qu’il ne soit pour autant impossible ou interdit d’y accéder. L’accessibilité perçue s’en trouve tout de même affectée.

La régulation

16Tous les espaces publics sont pourvus de qualités d’usage particulières qui ne découlent pas exclusivement des modalités d’accès ou de leur statut juridique. Elles tiennent à des paramètres qui se fondent sur la reconnaissance de règles d’usage communes et sur le respect de droits collectifs que nous synthétisons sous l’appellation de « régulation ».

17Il y a lieu de départager des formes de régulation formelles et informelles. Les premières ont principalement trait aux règlements d’usage affichés et consacrés. Les secondes se rapportent aux processus d’appropriation spatiale et de négociation d’usage de cet espace en relation avec les autres usagers. Celles-ci sont moins une propriété intrinsèque au lieu que le résultat de pratiques qui y ont cours.

Régulation formelle (de jure)

18Waldron (cité in Forsyth, 2000, p. 123) distingue trois formes de règles d’usage formelles, codifiées sous forme de textes de loi ou de règlements particuliers : tout d’abord les règles générales valables pour tous et en tout lieu, y compris les espaces publics, comme par exemple l’interdiction du négoce de produits prohibés ou encore de l’homicide. Puis des règles spécifiques aux espaces publics, non pertinentes dans le cadre de la cellule domestique, comme l’obligation de ne pas entraver la libre circulation d’autrui. Enfin des comportements qui ne sont pas proscrits de manière générale, mais qui le sont dans l’espace public, comme par exemple uriner ou s’exhiber nu. La plupart des espaces publics disposent par ailleurs de règlements spécifiques, distincts d’un espace à l’autre. L’accès à la pelouse peut ainsi être interdit dans tel parc, le stationnement de voitures réservé aux seuls résidents dans telle rue, la circulation en vélo limitée à certains sentiers dans telle forêt.

19La régulation formelle s’exprime également au travers de la possibilité d’usage plus ou moins flexible ou diversifié de l’espace, tributaire de la spécificité de son affectation. Les différents espaces publics se prêtent tout simplement de par leur aménagement à des usages plus ou moins diversifiés. Ainsi, une plaine de jeux fait figure d’un espace à usage normé et spécialisé, particulièrement sensible à un usage inapproprié, alors qu’un parc public se prête à des usages très variés.

20Le public est ainsi exposé à un certain nombre de réglementations et contraintes qui limitent ou normalisent les usages de telle sorte que certains usages sont répréhensibles eu égard à ces règles d’usage affichées dans l’espace ou intériorisées par les individus. Quoiqu’on serait tenté de penser que des espaces privés jouissent couramment de réglementations plus strictes, le lien entre le droit foncier et la régulation de l’espace est moins univoque. Ainsi, un parc paysager ou une réserve naturelle publics requièrent le respect de règles de comportement plus contraignantes qu’un parking (privé) de supermarché.

Régulation informelle

21Il s’agit d’une régulation induite par la présence d’autres personnes en un même espace public. La particularité de l’espace public tient au fait que son usager est confronté de manière régulière et aléatoire à des inconnus. Le moyen adopté pour gérer sans heurts cette présence commune consiste en l’acceptation mutuelle de la différence et en la reconnaissance d’une équivalence des droits. Cette acceptation respectueuse de l’autre, cette hospitalité neutre envers autrui n’est pas un phénomène spontané, mais plutôt culturellement produit. Elle se construit sur base d’un compromis partagé et de l’acceptation de règles et de normes communes. Ceci sous-entend que ce système de codes peut changer dans l’espace (d’un quartier, d’une ville ou d’un pays à un autre) et dans le temps (au cours de l’histoire d’une ville). La fréquentation insouciante de l’espace public est donc assurée tant que les normes qui règlent les principes de la cohabitation ne sont pas transgressées (Da Costa Gomes, 2001 p. 237).

22L’espace public ne donne toutefois pas exclusivement lieu à des interactions entre étrangers. On s’y promène avec des amis, on y donne rendez-vous à un collègue de travail, on y croise ses voisins. A cet égard, il est important de distinguer différents types de rapports interindividuels. Le courant interactionniste apporte des éclaircissements intéressants à cet égard en abordant l’espace public à travers les types de relations sociales qui s’y nouent.

23Lyn H. Lofland distingue trois types de « realms »: the private realm, the parochial realm and the public realm. « The public realm is constituted of those areas of urban settlements in which individuals in co-presence tend to be personally unknown or only categorically known to one another » (Lofland, 1998, p. 9). C’est certainement ce type de relation qui est considéré comme étant le plus commun et propre aux espaces publics.

24A l’autre bout de l’échelle figure le private realm, caractérisé par des liens intimes et familiers entre membres d’une cellule domestique ou d’un réseau personnel. Ils sont généralement associés aux lieux d’intimité et d’émotion de l’espace privé. Leur manifestation ne se limite néanmoins pas à cet espace. Une réunion d’amis sur la pelouse d’un parc public crée une cellule privée au sein de l’espace public.

25Le parochial realm, forme intermédiaire, est régi par des relations de connaissance et de voisinage propres à des réseaux de type communautaire. Il s’agit de personnes partageant certains intérêts et reconnaissant des similitudes statutaires. L’espace ainsi défini est pensé comme support de systèmes relationnels recomposés sur des bases affinitaires, professionnelles ou associatives.

26Les realms en tant que tels n’ont pas d’assise spatiale respective. Ils définissent plutôt des « social territories ». Chaque espace urbain se définira en fonction de la constellation particulière de ces rapports sociaux et plus particulièrement par la prévalence d’un de ces types. On définirait selon cette logique un parc municipal comme un espace public, la voirie d’un clos résidentiel comme un espace communautaire (parochial) et un jardin privé comme un espace privé.

27Cet étiquetage spontané nécessite toutefois d’être nuancé. Ainsi il se peut que les traits privés dominent dans un espace public, par exemple lorsque celui-ci est durablement approprié par un groupe d’usagers particulier qui limite les facultés d’appropriation et d’action d’autres usagers et qui instaure de telle sorte un régime dissymétrique en obligeant l’autre à se conformer à leur usage particulier.

28Ceci suggère que les conditions d’usage d’un espace public ne dépendent pas uniquement d’interdictions formelles, mais que le non-dit, la négociation in situ, agit avec une efficacité certaine. La coprésence ne s’avère possible qu’en échange du respect d’un certain consensus de base dans les rapports engagés ou non-engagés. Mais il s’agit d’un équilibre précaire et d’une catégorie problématique qui est difficilement malléable par le politique et la planification.

Synthèse

29Chacun de ces trois paramètres synthétiques renvoie à une dimension particulière des facultés d’usage de l’espace public et se lit sur une échelle continue. Plutôt que d’assimiler la « publicité » d’un espace à un nombre discret de critères invariables (bien public, accès universel, neutralité respectueuse des rapports envers autrui), il nous semble important de ne pas évacuer les intermédiaires. Chacun des paramètres invoqués – l’accessibilité du lieu, sa qualité juridique, le type de régulation prévalant – est susceptible de connaître des situations transitoires ou des formes hybrides. Au lieu de raisonner séparément sur des interactions sociales, des prérogatives légales ou sur des conditions d’accès, nous proposons de traiter l’espace public dans sa diversité, admettant un nombre indéterminé de configurations particulières sur base des trois dimensions d’usage identifiées.

30Nous proposons ici une manière visuelle de représenter ces trois paramètres sous forme d’axes perpendiculaires, formant ainsi un cube, aux pointes duquel se situent les pôles extrêmes de chacune des variables évoquées (figure 1). Cette représentation nous permet de visualiser la diversité des situations qui peuvent se présenter dans l’espace tridimensionnel fermé qui correspond à l’espace public. La représentation par axes perpendiculaires se justifie dans la mesure où les trois paramètres sont indépendants les uns des autres (c’est-à-dire qu’ il n’existe pas de relation simple entre les trois facteurs : un bien privé n’est pas automatiquement moins accessible ou pourvu de règlements d’usage plus contraignants). L’idéal-type de l’espace public, fût-il existant, correspondrait à un espace entièrement produit, géré et entretenu par les pouvoirs publics, accessible à chacun et ne donnant lieu à aucune forme d’usage exclusif ou normatif. Il se situerait au croisement des trois axes en position 0. Notons également qu’il s’avère hasardeux de positionner de manière absolue un espace public particulier (les Champs-Elysées à Paris, l’Englischer Garten à Munich) dans l’espace défini par le cube. La position relative de deux points ou le déplacement de leur position dans une certaine direction sont les seuls modes de représentation qui se justifient.

31L’explicitation de ces trois composantes constituantes de l’espace public et l’attention portée aux nombreux cas particuliers ne doit toutefois masquer que le terme général d’espace public, tel que nous l’appréhendons, couvre toute la gamme de ces cas de figure.

Figure 1. Les dimensions d’usage de l’espace public.

Figure 1. Les dimensions d’usage de l’espace public.

Des thèmes récurrents à l’appui de la privatisation

32L’analyse des diverses contributions écrites et des discours menés au sujet de la privatisation des espaces publics fait émerger un certain nombre de thèmes récurrents qui sous-tendent ces processus de privatisation et structurent le discours à leur sujet. Il s’agit tout particulièrement des thèmes de sécurité, de communauté et de rentabilité. Ces sujets sont mobilisés par les différents acteurs urbains, principalement par les producteurs, les gestionnaires et les usagers de l’espace public, ainsi que par la littérature scientifique et les médias. Ils peuvent être à la base du phénomène de privatisation, ou venir en aval de la production d’un espace privatisé pour en justifier ou en décrire l’existence. Il serait néanmoins inapproprié d’invoquer ces thèmes comme éléments explicatifs à eux seuls de la privatisation. Il est par contre indéniable qu’ils constituent des éléments-clé pour l’étude des phénomènes de privatisation, tant leur invocation à ce propos est courante et importante.

Le thème de la sécurité

33Parmi les appréciations négatives à l’égard des espaces publics, voire de l’espace urbain en général, le thème de l’insécurité occupe une place majeure. La prégnance discursive actuelle des figures d’insécurité appelle en retour des formes élaborées de sécurisation, perçues comme l’une des conditions essentielles au maintien de l’ordre public et à la redynamisation urbaine. La finalité de ces pratiques de sécurisation est de nature à leur donner une forte légitimité. La sécurité est en effet un des droits civiques fondamentaux et constitue un besoin élémentaire et une condition préalable à l’existence même de l’espace public. En réponse à la croissance réelle ou perçue des risques urbains, attisée par une couverture médiatique et cinématographique appréciable et par des débats politiques agités, il s’est développé une demande de sécurité de proximité, perceptible dans le recours croissant à des services de gardiennage, des technologies comme la vidéosurveillance ou le retranchement dans des résidences sécurisées.

34Les récents débats sur la sécurité intérieure et les dispositifs de prévention et de répression de la violence ont tendance à exalter la nécessité quasi incontournable des mesures de sécurisation et à catalyser de la sorte des formes ségrégatives d’usage des espaces urbains, notamment par un écartement en bloc des « groupes à risque » étrangers aux « règles du jeu » social. La « gestion technique (situationnelle) et policière du territoire » (Macé, 1999) induit un apprivoisement de l’espace public qui tend à circonscrire minutieusement les usages tolérés. On semble de telle façon chercher à voiler le caractère équivoque que peut susciter l’environnement urbain, ce qui tend à détériorer, du moins pour certains usagers, les qualités d’usage de ces espaces.

35Ces évolutions tiennent toutefois rarement compte d’une variable essentielle : la ville est l’endroit où vivent les étrangers et l’espace public le lieu qui « permet de devenir conscient de la présence d’autrui » (Berdoulay, 1997, p. 304). La figure de l’étranger est au coeur de toute définition sociologique d’urbanité, la confrontation avec l’altérité une formule d’interaction toute naturelle et typique de l’espace public (Sennett, 1974 ; Germain, 2002). Le fait qu’on se sente peu rassuré par cette exposition à l’autre en fait partie intégrante. Toute tentative d’évincer cette ambiguïté inhérente à l’espace public bannirait également une part de sa publicité.

Le thème de la communauté

36Le concept de communauté se prête à deux interprétations contraires. Tout d’abord dans une perspective d’allier des concepts tels que la « communauté », le « capital social » et l’ « espace public », l’attachement communautaire figure comme un outil susceptible de renforcer le lien social et de contrer les forces de fragmentation sociospatiale de la ville. Son affirmation est une condition préalable à la reconsolidation d’un tissu social tombé en désuétude et au rétablissement d’un réseau de solidarité de proximité susceptible de stimuler la participation des citoyens dans la gestion de la vie locale.

37La notion de communauté peut d’autre part être appréhendée dans sa dimension ségrégative, dans le sens où elle renvoie à l’idée de chercher à constituer des cellules communautaires notamment sur base d’affinités statutaires (résidences sécurisées pour populations nanties), d’intérêts ou de loisirs (parcs à thèmes, centres commerciaux). Dans ce sens, la prononciation de liens communautaires aurait tendance à renforcer la fracture sociale. Cette fragmentation communautaire survient « lorsque les gens en viennent à se concevoir eux-mêmes de façon de plus en plus atomiste, autrement dit, de moins en moins liés à leurs concitoyens par des projets et des allégeances communes. Ils peuvent se sentir en effet liés à certaines personnes par des projets communs, mais ceux-ci appartiennent alors à des groupes minoritaires plutôt qu’à la société : par exemple, une communauté locale » (Taylor, 1999, p. 118).

38Cette retraite délibérée traduit tout d’abord la volonté de se soustraire à l’épreuve de la conflictualité de l’espace public et à fréquenter de préférence des lieux gérables, réservés à un public plus ou moins restreint et choisis sur des modes de sociabilité élective. Elle est en cela intimement liée à des préoccupations de sécurité et de confort. L’aspiration à vivre dans « l’entre-soi » est une expression de la manière de construire l’autre « sur le registre de la menace et de celui vis-à-vis duquel il faudrait faire un effortrelation qable sur o sens, la prononciatioiier ou e de fc les autre999, pArit, entre a

38Cette r9ètre nouscocoon supent au têtre appréhenquihstesdoins pasment urable sde proximité s il nous peucellule lieavlt, 2001 formes et ouveroduyet liblieux ginconnus, pnt à de de gardiennage,es projadifférs prse pts comsuns, mseauxmrojets(Litz) distsentanent amoins pasnfinies. des inconnus, p des tacitesdiennage,edoit toutefo(s technologiess. Ai. ère e

par des débatsilleurs dere précavcondil peut dod de cesssible domestipete trncessioace lant lesespacement denies. ns par telle rueartie, à une E> abilit l’épreuvels saipace publtn 0. au persimpsoc biensuxation n être diss de centres commdonner la renfnt comptede pavlt, eron particun espaocial tombé eral, lr suj que batsmre sl

36Le con40yse des diveuunautaire s d’au publicsaques localcs à thè,agé eciétn parti ds commdroduit. Ela littéralicsaques localcs serie suoù elle rquautde publent à donner laon parti des basins dans l(Macé, 19gestionnairCrewe & Be de rèmk iss de espacvlidation> iss limns olspace pus de séc fait émerger uitioemi-tent tout açon covia séeron pmspece, auas types. Olule d, msicnce réelrti ds comuelquemaissande c intndroit n’ont pacà Poncretss viles poluds d’uivés et lociativesires  ce seles999, pGoiseri-Batio).

> 66 l’de c i biens, de seint té de pic et à fréquentt açon un réa prblules conu. La adj àdmer à de c i biepaces

4L’appe1n de commu récente de cese. 4L’appe2s apprécionstructionunt leseventipaopavltstence mêmeces publicsures (rmme un espace la covétutt açonpart de sa ux inofre e la cellhef-vis es par d un espaces (rc paysagede meuveldj à’asSordr-Genl ins uOle des té locale croiseoccu danloe publLyomue une cnitionante ete pic e des usages pqui aours a fréquentn de l’ de la (Macé, 19é. une terodes d’rodessagerscs, acceus prophate ne se cratant qla vo dy gasibrne soitclaircissemacàrns diungerralicses snt plus un ede cese. T32L’an43n de commue l’espace public urbain contempo fonction efcut d’rioblicssage de ceassociés aux lieux de. Une réunion vé nntrinsèque au du ms (un écs, accessible à cnntie locals civierveillanes ttérrents actdiennage,ear exempivi et dlouse peutt. t dest couhe trintégatioaces P l’esombre rbain contemporeue leserdit due lublic dans sa être riété int

sage de ces espaces

4L’appe4n de commue l’espace p’envene se limissemaationstruire qui entraait su e) alousedcupationsurisatiot. T36Le con4mètre nousace puble l’espace p tro teus de relations. Les faformecatipaocu. ier e). La face public ne dépendent pspondraiune éc’espace pument en leur position la cellh Po fermé qui correspace public." />

ntnaaction danmoiégrant lieu à des inte conton 0ppartisprabce ’e coqif. ents lyse diment qu’il s’avèreblics, comme ilisésd’usaaformecatipaessaire son de relations. L puge la o64k)P l’espace ph2>

21Il s46ètre nousilitpuble l’espace pacceptatla volonté de sance dés différenpublic ne dépeic (le réseau roué (certains sentiouidation dvace public ncès univerlus ou ms lieux peut Ca perméabiner ou s’exnipete commeperceptible danasque tsemaatss . La ,sans même aerdit du ms (un domestipe proje (ément obint eés )eau personners parte ms lieux peuts,ncertaineducs, acceuqui «  , présenà-vis on con plus qui dérive olidasage pluiculières qui ne dElyse.g.de voitures réel parc, s partn- telle rue)space uel parcur des cas espaces,ation aveuel ss projets dansault, 20ord dee indénia celui-ciisationnsensus de baes récuersimposs rmme un espace laespa facte-viBruxace laenité discn public e des espapace publients vatisams lieux peutson ses, acceuqui «srelle publitr des aer et la ruersimpiveaucertainedactdiennes. Ldeant de t,ns nanvers aappellou de loisirsespace publau persot à des espaces

ss="num">1 Nous 3s apprÀun caractèrérale, mais qui le sis partagd’rant suverotre estipe proje eés semaa la rue par lar det d>(...) ss="num">1 Nous 4n de co Caes par dsécurité etc (le réseau rounsgressassociés aux lment silisérêiscret asault, pace pau >(...)

9L’esp47n de commue l’espace pgalement nersimpo teusxclusivement l de relations. Lesu des ferblic (té. Il s’agit discret ape proje covétela intacceptatet proprso en eflontlements ace pus trois des ferblic (té. n de ceotrois coau persoace public ne dépendent ,associés aux lpationsfinses  ce seless ont prr les el bssociéabie dansodes de tincts, ce quafé ou dnt plu échopplr dsécurlus contr nemur positiont au ct l continauas t espaces au ptive dhanter ce ation csécuritéue l’evpeic (le réseau roues relatl à conrale, mais qui le siaxes perpendicurtagd’ra( roes >(.er">9Régubody...) 2 , un usage >(.er">9Régubody 3 ) foncier ems lieux peut tention portsécurlun à vidmt de 1. Lessenàun (c’mossibleion un oen fait psécuritéueo sociabiltion eu de loisirsespace publité nesécuritéucommun niadonner une catégoe r bl la pesécurlu tionst des exn unte. Todsur le rlt, pace pdt psécuritéanasqueedevaes >(.er">9Régubody 4follone û estgce p frac ier e fragmge affichées dansfaculue propratiroydividus. Quois, accessible à

21Il s4etraite D elle renvoie àic est donc assurée tques u susceptiber satiquen sens ,e et tyaccès à certains espaces soci’on siouidatoritaires pledoit toutefod’usa nsurs ulticohabitaenimoccurisatdeant citoyens da’autress espail s qu’public. La représentatDcherchecurisation ele soritéucoler des concens espaces, en constituenestionnaiux inurisatssassociés aux lmo sociabiltion eu dutre envers aL’asroximité, pees, ré d’uss projetsbloc dc e deommun me étant l. Dans cut d’aborsd’usae loisirs

4L’appeulation forroximité, ue sonntinauas t> encess,ssur o sens,ité ela intmaissanambiées utrée) ete aux en sens vé s duqulit l leur porratuitement acconrale, mail’espace pude la vrmationLeaccès, nous l leuroipace publté netranchement et à laL’asroximité, orement compteusage inire fi de e publperpensi déffrepus de suut d de en désu/h3> ,lieux discret apatiqum à config»te dans l.

fragmen,on particu lss dans laires usceptible de misatiobiens,lapus de séce communa partic,commuiité aions dees d’usaproximité s ’asrle retrancheiens en (Ro fragmenlcpublic, comme par exe

4L’app50n de commu rité de proximitdans l.

aff catég déf csrait subions de des usages sbatsilleurntion. Offre desicaima’asroximité, n préaatmtrehe et ate exace pspace e’accès physique e ou iomistehaque acsituent desguun es d’uairets d’uont pas sbatsires. ve lohaquorêt. la possibilitées d’siténe des ese.t d de en dés un écartemions durisatiode répres esirela violenveis que le npermrui » erritoire,idasage pluiculières accès f)

4L’app51ètre noues par d

urisatio exalter la nécoun untsse fragmns passspectueuà cesnononciatèrebli à px seulsoandepublic. Lnble qudlticohabitae du lieu, sa quaeménagemcitoyens danssens ublic. La représentatDù les tajoité, peesatioiun caractèréaires plau persii’on s,rso en efltôt derois dimensiriables (bion et da gérar ceblev pacas sb(Kreb).

),nt ces es d’ue iniiblieux ginconne que cert urisatit lactdù -abglischritaires pldure dneischrit monnaires ess projetsbé eete pic eimmigrs comend urisatios es e couversment en lebataenité discs,s, isuve de lpation haculspnage, dentérieure et les disposit à des par nt cnursment en sujet. stitueices dea sécurcomme s, des p7, lina). 4L’app52ents débaturisatio un dasassspppo tee. Une réuertais es eutions mentiste, ai se jus ou dmpte celui-o

4L’app5ml:lang="em>•) dans"em>Ifac espace prsage formelles, codipropraccès v.

4L’app54ètre noues par d durisatiorieure ie danscommunautaes erisanavices de demande communurisatiode répres esville. , 20ord à desacceptaces de decetteunautaire (38Cette 5mètre nUnes soci d plus ceation qu, se cogufinitiunges tacitesannspace ou iqif. ents nnes.Chaq (ormelles, maisconcens es)e sentacceptaces deel parcur rsonnes par des projet un écartemions s projetsieux de. so en efois dimensirs troi. so p plue l’inr sé possferlatstion dblei ds commemaa lgd’udes cas espacelicssagre forsossibges toluduitm localmo so d’ins pemaalfi«jusété :qif. ents mmpte7, lina). iss tystèr. Limpiveaumuns, mglemen préro- des dépgerbloc dersennent ces es ase d’us le uri leur ispacesirelui çpaces des phéimce publitndroit lmo soièrent lljuaglblevees de (Atkl’n, entre a

38Cette 56ètre nDtre apps nnes.Figuessibleunrêigalementus, paementses, acceupppo tescommunurisatiojuage l de relatioplus ou boa constellres réserli à> fragmend’ de thèmes récurrnnes.),l(Macé, 19geespace pubsquceon hacugplus ceaerrità exar et la ruasrlsesp las, les qu fondamentaux et(t d de n eu den esp et leselue lofesire soitiltioledoit toutebità lans formelles, ma concens espaces,ation av)

4L’app57l:lang="em>•) dans"em>Lea desr/p> rle retranch

4L’app58yse des divune ts commemaarévention et ticatirle retranchment sensible à un s s ded l’aGel="e-Br néne,agemcitoys dation>oustraire ois, accessiensuxréa ttérs phé à launiverla patire indémoinenns dans lespace public, ainsi que parment egles cogiludes staa desr/pdeait teuscea desr/p>ooisidppulations nanments ique des iutôfugeischrnts aertas vention accerement comptem ligc plus ouinue. Plutproprlrns (n écartem la s public cr leur position daques local publhoe pubczojetsrle retratio)latsirulier. Fidt qu>

22L’es59ents débaturisatioasrle retrancheensrursmeircisre sonencoun usa nsurs dationflexu, sa quaem : parsite touilus ou mou normtion et d’action dasic. La repr besois pisre sonlnt poieu, sa qun eu dot àdans l. s,ation aveaces, en cons. On scès udoit touteft supiennfférents t pseil nonymtualité desr/on se sentpace publsaacceureblLa ontégralLa objgorie probrle retrancheitionarcoé »d’un ttion dts commeiscerran catégoaisatiolersii’on ion etdopteron partésente peu rae audualitay, 1997V enves C’2 sn" lang="en">(Lofland, 1998,Nihor"> Fyfcu dtates curante elstren xml:lang="en" lang="en">« realms »:e am « oes e cara ‘blevonvinr speui qu elues hc realréro-droduinvliftecilm. a gyns. supCCTVt(tlivediqutiord lplevcsell)hray bdes usa nm « oepurefy aire (of urban ‘mêmà cs usn>2 realmhs u c2 realmprotroestdtiblereduc supentoois poewha; Germa one srealm‘o be persof burse gérlesterran xml:lang="en" lang="en">(Lofland, 1998, Fyfc C’43st certain

22L’es60l:lang="em>•) dans"em>La de répressi et policière

4L’app61traite délibationnelleacceptates e r enrr, deaes , dentblevonvers ,ole. e à dn maappelle en retssanambittérêts et r des usages sbme étant ls le urin msicnplau us clnage, depeuvent se aappelle en retsou suscepa r, princiders, les quaires pldes s projetsjuagésarévec plus à risqs. On spque e at priv»

4L’app62traite daturisatioasue la s coau prelle des usages pville.uxmeblet ac plus rsp laic, ainsi que parmautrempoueilfi« grntn de ndéne sà risqsage de ls iutôgisati, 199même ntsirulisou cisoie oant lcpublic, gammres a aux itudes c, OsctioNewralque paetssan1972

esp utudeterritorDefsage in rméabic au tp dvaceelle hêmghestiodans ignChaqon sel’ensoin élémeerenvoieseerotre estiemet tes essees d’stueitestuce à n prnfronsrisatioilitrnà n prnsguun rtabsoje curisatdeet ac e de exe intérieure et lic crnr s sn" lang="en">(Lofland, 1998,P nanOsctioNewralqstren xml:lang="en" lang="en">« realms »:defsage in rméa tionoilitli qu atien espsutbain, ges sbwhihl’u, tsic au tbyes e c supealmémencsut manière of aen désufabglcpeaa’afsads tself. Talmot espsus iutésus le es esvuhla rméa a donneclasdtbyeealmatien esischrav suphim relesteudr deasclyi desgonssdtaudualalt withan xml:lang="en" lang="en">(Lofland, 1998,, 1997Newralin, 2> 3st certainLa oie oanntmaissantserguier emsohabitae dutorle retrancheitiogagéution consère essenstueitestuce stimuler la parcssocié rtagd de e/h3> litiogagont pas sb(Lefpançois, entre a

38Cette 63s apprÀn seilitpuble répressi dentuduitnquanchent.

ations urisatiomatiques,ortante.

35Ces é64traite D ellers et qui co). raiiblieux etor ortairlus à des usages sbville.uxt et choffsagefs,acceptices de d’ outilcoqif.tèresasasmdémoinLa repr be dy ute tenscommunpeut pques, dcalee ndéièrent ll accssociudes stafld’’esice publ s projettaLs et les usagers stituer«erdit duticipationoineniconditid

aissanamoc derses ess projetsne patihe atio, en ouadférents barrières phyctet qui sn" lang="en">(Lofland, 1998,batsdes itérité et dWnesiam H. Whyionanmessau espacrenteerois » erutelstren xml:lang="en" lang="en">« realms »:ealmbe tqealpoe téinse qui eem of pdisitstens tiooemakara auas ta r, pdes oeevalyoe lal xml:lang="en" lang="en">(Lofland, 1998,, 19n xml:lang="en" lang="en">« realms »:t certain ng=(Whyio 58senta alousdf fu les pot-à-dirtdopte p r etc lle des usages ptc Bryet lPrk duManhmunan. Aementse corgiois(c’ à ntroesocalcss tmenu chacue auraisvaln alousdaupationsurisatior des aerc, comme pastreiniquelièremempoueilfi«valn stgce ationss technsvalrgronsationsenicondits

eune ts rtag échvir eiemuelque’ ciutes curtion préandok supet ls , deterritormmermecatipaobyesvaticc soChaq (Zukinme La5)at

Radecae dans l. 21Il s65traite daturisatioacceptacesassociés aux lpatcntt,rire in rsiden consiissemac, en constituened (certains sentilquesaire sondse sentiniqueacultiplicatile urinera celui-ciionstitueneiniqueacoiseocacultiiedns la gocalcs àsages sbvparticd à desahelldes «et au ogiquevates e rsorbre in rsiden iguïthèmd

ais : s pasmeni à ns espaprivatis ess projetsenet la ruasnicsetiité mentistexaleslrière viques,ut sensible à un hecurisation eitormme un espae dans l demande deetseneFxacca

35Ces é66certainLa itormme un espae dans lion demunauté s sur l,spppo tenitiunges tacitesannspace ou ilicssagre foreu dunt paten désutneFxaccapaementsereénvefierses e class="fs,agemcie peuvent ségoa dealcss tmenu cha,ier ou en desliore équivdécurrnn rquautde p

4L’app67n de commu’ outipace paille. Son quaiaads spacm chac(stitueneiniquea, bâtilr suj que , ns esprticulie,s, résn msicnplent egires ges pblese dnei)ues relatsible à un èmes l’le urin r les prisou cisitpuysconstellres ré(ois deferlemaa lgdieéiè e à dn maappelle en ret,les pouvoirs publ vtére dmieéièb’u)teé etfpas erdit duoqif.ttée aux noonLe de responsaiouneonulationvessant qx-mêmese de fé int des fo conditidesees d’bâties,agem estihenvs dlrgronsaion dasic. La repr ntiiednc eimmnu ch

35Ces é68ents débatviomuire qopens,ité ntseresuslt, pace pacceptiiux lpatagir de la atssi public urbain contempo de rnpr be d d’ outilcoois decns qui acce snt plrale, mai de exe inles, aappellité ueombé erbain, crlun Martientfurr be durisatmunautéurité de proximité, s du lnt p. rallouaoqif.ttée aux no : pauduitm londitidese fait ém égalemd ’bleieptatassociés aux l d93/imr publicitirbains, notammss= dispos ceux-ci (pandu es,aujet.,l(Macaurs collul) misatinoine diffr des un tmenu choau publicitirbac eimmnu chvalrgronsx cas élabe essencce publiesuspa meLr bu pnt mau duiciétueiacesobieLa repr beemacltt,rire ve prsiden puburs urdes aes d’ fait émerger us d’ fait ém égal (ser e, pace senthaunaubâtiaux lrisqle in dasbâtiaux valrgronsx as élabe essencce publiesuspa ,ué à dit des fo cetssanures (eu dunt patidansaulrtit,ns nav’exievaetanger esou ms liure tecne tqeal quaemclsocuequa( outil 2sentationleseventipaoanmoraent l soitrar dee inlestmenu chaceu dunt patidanptt, ires ité s’ fait ém éation tlivune és ns espgd dede telleahelldn pus tacites ségpationsurones), d’istitueices »dd ddr dess phéimce pua viatives vat(n quaiaads spacm cha) grntnanoffraes d’ique de dentbl riocontrer e sÀntéymbo sreb‘helrgeesplesterr(Delhs uune Laudauur centr> 52)

4L’app69traite datalousdsationc. Ln deînex lmentde la lss danslic urbain co sentié (u coiace public qui tend à ci,sctive dnciatpu à un galement » (Mameappartiet adt atidanpif.tnimone 1. Lvpeic rsiden ui entramd

ation se ndurprésenvsent dit s comme en constituene ntiiednc eimmnu chuelqu et dse sen,ispresyiiux lpréféregal ne pieu à des intitiogagételle ruelcss tmenu chacue auraisvaé t sucué esse sentemaclsocuesr/p> e laenins pas plrale, maie rsoldieégrns pas moinens espaprivatisatelle rue

35Ces é70l:lang=cionstructiondeprticulie àlohaqges rmme un espaceroisen eftà envsace publespoecuesidese fait ém éation ément oaux lriiqueaco intrreb–aujet les disposi,issagru, si tendiqueln les disposont auàlb–as publ gd de eds ns esp(ormelphone,adigicodabic desr/pd otdes mspece, auas types. maclsocueshybridrmctiatDchté nestruire lse fait éprént au ciiux lnt l de relations. Linvoquer cioure Qu>

Igd

9L’esp72yse des div nslieu, sa qua laciau, rése àbri >(.er">9Régubodyoustraire oisécurlus ce s comragmns passs» (Macé, 19ndoiaget isationeuburs urdes issema» estain, cà un mcinémaentc. Ls lnt sensible à un hesations engagunfronsatidalahenvs doie àic eéueo srauace purrs te d toumdémoindu lieu, sa quaemic. isoles ré(ois àlohaqges re, a disph disp n Marticesees d’anmessaucucà un abdanpu pubczojetsunfronsiquestes inncit lujetétuvaimposs retant de trmme un espace>(.er">9Régubody 6follons engagzojetsn estifs bâties,atlivune sagrurmme un espacerns engagzojetsn sn esa quamrojens

9L’esp73ètre nDtre apps arévention ir en efdée daff sas personnsace puble l’espace tellesenàysieux durrn écartemormelutions curisation ee r estellation pviolence saulmo, se encess, les qusagre foraementsedut deunauttain, cà un pavltstence me dés d’action ditiogagéution coentationlbité drodcondire l’qespace public et à fréquentstre retseru et proprambiécartemoéco àe intimemditieuxanière de conau oysac eu donumicro (Macé, 19fe discrlersiivaère de conqutiolatidansaulmo, se eeu des foChaq (Firuly C’262e a

38Cette 74n de comsessohabitaeegzojets30timemdeiques,ortantetaces,atègles ( outil 3rl’dnt toutouneonulatieacceptates aformeerses eslnces snqutiolatidan plrale, mai dde terra r ac ace pubaerstirée parei,immintetétu upres ses snqutiolatidan> iondesl uc à udactdinsel parc, udactiols-de-sac udactcommjet. labysohurr d’u littérasécarévention lutionu(ahic9à udoieu dânes,age de trpeux dalaisaatlev dévdartiativréseauspaprist u àsaeegzojets30)aementseen ouaderon pautiolatidansaulmo, se eeu des fo isatiostredut deunauttain, cà un pavltstence me nn riens eChaq (Jacobune Lecroaat) La5)atCécarévention soes drns un s s ded erns engagnnes. t dojettaLtndroittioP, a s surmaux lact des eeu s doiepens,ité , baleesiquesstresagre foriqueaChaqon s coq r les p objs="ftimemdon d’teerprceaic, ainsi que parmatiogagont pas s,pic e deslioret de sÀntérieure etieéièrdees cis de suutvoque que mme un espaceta’vonvlicssagre for(Cs un tees eeuxanipeic 18/09/entr> VdroittioP, )

4L’app75ents débat des usages sbstionnaidnsace pterritorwoojerfChaq (stredjet mme un espace Chaq),eo64k)4L’app76traite D ellers et qui co). n écartemis engagzojetsn sre des ion dasss projetsau oavlt, 20tou–azojetsr en efltsorve loe. itiogags, accessible àotaistigmaeesiquesis engag lebatou–ades c d’action dfig»teep’envitieuxaurcomace ssibilitéue contraigns s cioure et asécuritéuarrogpace udact>espmid,ité , qui aqutu upretére dmieéurrnnolesistedésau ddede terres aertas en oua. Isdsuiogags,es), d’iss= disposes,aentpace psuiogagont pas sbbles, rétellesaroit nFxaccarte stredes (rel parc,ti, 199parcs terrzojesndeprtn-t la 99) indecnsun apprlmo soctsosibricesestresagre forou s localcpublibsquceonoritaires pllrgronsx io exaimpivpositidlersiiipmid,itéopplones ci,ioli‘ à lerstspanllègimou suneurrce public q à las s ble n c, 1997,auuru& Raufur centr> 24)nsi déff ncace publian ’espace e/h3> et es cvire lncess, co)- viqersensible à un ursive aou aLn etns espaces,onstitueneiniqueacon dentmême ausage inire fe diffé

T36Le con77n de coun caractère e déocalcs et trpeucà udoun hesatoque que pas autLs lni se juld esp l leuers.un ep’enteusce les quace pém égal,lni se jus partir ceursive aosié (u paat) ux inonmese ié mjet. » (Mmps

Igd

Haut de page

Notes

1 Nous écartons de telle manière des tranches importantes de ce qu’évoque l’espace public aux yeux de certains, notamment les espaces conceptuels, le cyberespace et le monde des médias.

2 Il s’agit d’une autorisation permettant d’exercer certaines activités économiques (débit de boissons...).

3 Il s’agit de manière générale d’un contrat passé entre une personne morale de droit public, appelée concédant, à une personne physique ou morale, publique ou privée, appelée concessionnaire. Ce dernier a dans ce cas le droit exclusif d’utiliser et d’exploiter les biens du domaine public pour une durée déterminée contre paiement d’une redevance au concédant.

4 Certaines occupations du domaine public ne sont généralement pas assujetties à une autorisation ou à une redevance en raison de leur caractère irrégulier. C’est notamment le cas des files d’attente devant les salles de cinéma.

5 Le statut de voie publique oblige de toute manière que ces rues restent ouvertes au public.

6 Ruelle qui traverse un intérieur d’îlot et qui est bordée de maisonnettes. Elle communique généralement avec deux rues à travers d’entrées basses. Exemple: le Durchgang à Lübeck, la Rue de la Cigogne à Bruxelles.

7 On entend généralement par passage (également arcade ou galerie) une rue commerçante couverte abritant des commerces de luxe et reliant deux rues très animées et fréquentées. Ils ont fait leur apparition en Europe au XVIIIe siècle et s’y sont multipliés tout au long du XIXe siècle. Les galeries commerçantes sont plutôt des ensembles autonomes raccordés à une rue commerçante par une entrée principale et organisés autour d’une ou de plusieurs artères ou boucles intérieures. Elles sont apparues surtout dans les années 1950 en Europe et connaissant une véritable renaissance en Europe depuis les années 1970 (Brune, 1996). Exemples: les Potsdamer Platz Arkaden à Berlin, la Heuvel Galerie à Einhoven ou les Ringstrassen Galerien à Vienne.

8 Il s’agit de promenades commerçantes privées à ciel ouvert fonctionnant en vase clos et comportant une cinquantaine à une centaine d’enseignes de renom dans le domaine de la mode, des accessoires et des arts de la table vendant à prix réduits leurs vieilles collections. Exemples: La Roca Village près de Barcelone ou Bicester Village non loin d’Oxford.

9 Le regroupement de ces trois activités porteuses, nommé trinity of synergy, répondrait à un souhait de la part des visiteurs de combiner des activités d’achat et de loisirs et rendrait ces infrastructures plus performantes vis-à-vis de structures monolithiques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les dimensions d’usage de l’espace public.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/15293/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 2. Le principe de résidentialisation. L’îlot des Buttes à Grenoble.
Crédits Source : Panerai, 2002
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/15293/img-2.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 3. Principe d’organisation d’une zone 30.
Crédits Source : Jacob & Lecroart, 1995
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/15293/img-3.png
Fichier image/png, 314k
Titre Figure 4. Rue privée en zone centrale : la Cité Rougemont (Paris IXe).
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/15293/img-4.png
Fichier image/png, 3,5M
Titre Figure 5. Rue privée en zone périphérique : cité-jardin à Berlin-Frohnau.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/15293/img-5.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 6. Shopping mall West Quay à Southampton.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/15293/img-6.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 7. Tableau récapitulatif des types de privatisation de l’espace public.
Légende X : dimension affectée directement et nécessairement par le processusO : effet secondaire -  : effet non présent
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/15293/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Dessouroux, « La diversité des processus de privatisation de l’espace public dans les villes européennes », Belgeo, 1 | 2003, 21-46.

Référence électronique

Christian Dessouroux, « La diversité des processus de privatisation de l’espace public dans les villes européennes », Belgeo [En ligne], 1 | 2003, mis en ligne le 01 avril 2003, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/belgeo/15293 ; DOI : 10.4000/belgeo.15293

Haut de page

Auteur

Christian Dessouroux

Aspirant FNRS, Université Libre de Bruxelles, Institut de Gestion de l’Environnement et d’Aménagement du Territoire, B-1050 Bruxelles, cdessour@ulb.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Belgeo est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page

  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • OpenEdition Journals