Navigation – Plan du site

La vie villageoise dans le Kwango-Kwilu vers 1955 (2ème partie)

Henri Nicolaï

Texte intégral

Jeux d’eau

Les scènes au bord de l’eau

1Les berges des rivières près des villages sont souvent des lieux animés et pas seulement par les jeux d’enfants. Surtout aux abords des lieux de passage (bacs et embarcadères).

Photo 62

Photo 62

Au bord de la grande rivière, ici le Kasai, à Pinanga (T. de Bagata), où l’autre rive est à peine visible dans le lointain, lent glissement de la pirogue familiale, moyen de transport traditionnel entre les villages riverains.

Photo 63

Photo 63

La berge : un lieu où l’on vient faire la vaisselle ou, comme ici, la lessive. Près de l’embarcadère d’un bac sur le Kwilu à une trentaine de kilomètres au sud de Kikwit.

Photo 64

Photo 64

Au bord de la Mfimi (Esaka), corvée de la lessive avec participation du nourrisson.

Photo 65

Photo 65

Les garçons se pressent au débarcadère du bac pour vendre quelques marchandises aux voyageurs de passage. Ici au confluent du Kwilu et de l’Inzia (Bagata).

Photo 66

Photo 66

Les femmes y sont nombreuses pour le même motif mais aussi parce qu’elles sont sur la route de la ville ou du marché. Sur le Kwilu, en face de Bulungu, un groupe se prépare à embarquer. Les femmes ont replacé leur panier sur la tête tandis que l’une se repose encore, assise sur un baril d’essence abandonné.

Parures et ornements

2Les habitants du Kwilu, surtout dans sa partie sud-est, ont un grand souci de décoration corporelle. Ils usent abondamment d’un fard rouge, le tukula, obtenu par broyage du bois d’un arbre de la grande forêt, dont les femmes s’enduisent le corps. Ils ont des coiffures variées et parfois sophistiquées. Ils décorent aussi leur corps de nombreuses scarifications. La diversité des groupes, qui s’exprime dans les maisons, se marque aussi dans les parures.

La préparation de la poudre de tukula (par râpage et écrasement sur une dalle de grès) est donc une scène villageoise fréquente. Ici deux exemples, l’un dans un village mbala, Kikongo Koyi (photo 67), l’autre dans un village pende, Luandu (photo 68). Les femmes photographiées ont un pagne de raphia. Coiffure typique de la jeune femme pende qui porte en permanence ses bijoux, collier de perles de verre à plusieurs rangs et bracelets de cuivre ou de laiton.

La diversité des vêtements

3A l’époque où les photos ont été prises, villageois et villageoises portaient des vêtements aussi bien traditionnels que “modernes”.

4Il est probable qu’aujourd’hui les vêtements “traditionnels” soient beaucoup plus rares. Le régime mobutiste, par exemple, sous prétexte d’authenticité, a encouragé fortement les femmes à porter le long pagne en cotonnade imprimée. Il voulait par là éliminer les robes et jupes de type européen, mais cette action a indirectement aussi découragé le port des vêtements traditionnels.

  • 1 Strother Z. (1998), Inventing Masks. Agency and History in the Art of the Central Pende, Chicago, T (...)

5Z. Strother (1998)1 montre que, dans les mascarades organisées lors de festivals en pays pende, les danseurs, hommes et femmes, portent de lourds pagnes de raphia descendant jusqu’aux chevilles qui sont tissés spécialement pour ces circonstances ((photo 15, p. 54, photo 16, p. 56). Les hommes ont aussi des perruques sur le modèle des coiffures de jadis.

Photo 69

Photo 69

Ces deux notables du village mbala de Kikongo Koy portent des pagnes de raphia. L’un a jeté sur l’épaule un châle noué au cou, l’autre porte, au-dessus de son pagne, la peau d’un animal de la forêt (civette ?). Tous deux ont une coiffure de petites tresses. Une grosse tresse longitudinale avance au-dessus du front du personnage de gauche.

Photo 70

Photo 70

Cette femme suku se rendant à la source, près de Pay Kongila (T. de Masi Manimba) a garni de clous de tapisserie sa grosse tresse centrale prolongée vers l’avant. Collier de perles à nombreux rangs, bracelets aux poignets, pagne de raphia.

Photo 71

Photo 71

Même modèle aussi, non loin de là, chez une autre paysanne suku préparant un champ d’arachides.

Photo 72

Photo 72

C’est chez les Pende et les Mbunda que, vers 1955, les coiffures traditionnelles étaient le plus fréquentes. La forme générale est à l’écuelle avec les cheveux tressés en petits boudins souvent enduits d’huile (de palme) comme chez cet homme de Nioka Kakese (Pende du Centre, T. de Gungu).

Photo 73

Photo 73

Les femmes ont, en plus des hommes, au sommet du crâne, un petit cône de terre et d’huile peint le plus souvent en rouge (poudre de tukula), le mukote ou guhota sanga, comme on le voit chez cette jeune Pende (T. d’Idiofa). Ce guhota sanga a été la coiffure préférée des Pende du Centre. L’est-elle encore aujourd’hui ? Il est curieux en effet et peut-être significatif que, pour en montrer des exemples, dans sa thèse publiée en 1998 (ouvrage cité), Z. Strother a eu recours à des photos anciennes : l’une prise lors de l’expédition Torday (1909), une autre extraite de “La mission de Mwilambongo, 1933” et, dans son livre de 2008 (Pende, 5 Continents Éditions, Milan, p. 40) à une photo de C. Lamote “vers 1950” On remarquera que le gutoha sanga (ou bien la longue tresse dont on verra des exemple plus loin) est présent sur les masques de personnages féminins.

Photo 74

Photo 74

La préparation de la coiffure est une longue opération. Village de Nioka Munene.

Photo 75

Photo 75

Dans le même village (Nioka Munene), jeunes mères à la coiffure traditionnelle.

Photo 76

Photo 76

Cette danseuse a orné le petit cône de sa coiffure de clous de tapisserie. Grand collier à nombreux rangs. Bracelets aux poignets. Ceinture garnie de cauris. Pagne de raphia. (village Kafundu).

Villageoises pende (partie nord-est du T. de Gungu). Avec souvent la fière allure des mères à la joie de porter leur enfant.

Photos 80, 81 et 82

Photos 80, 81 et 82

Variantes de la coiffure pende. Le cône rouge a fait place à une longue et large tresse pendant en arrière et à l’extrémité recourbée.

Photo 83

Photo 83

Une grosse tresse garnie de clous.

Photo 84

Photo 84

Les hommes pouvaient porter naguère eux aussi aussi des coiffures à grosses tresses mais sans le petit cône des femmes. Ici la tresse centrale garnie de clous se prolonge au dessus du front.

6Il a été rapporté que l’administration coloniale et les missionnaires refusaient d’engager des travailleurs portant ce type de coiffure sous le prétexte que leur entretien réclamait trop de temps (ou que les porteurs de ces coiffures leur paraissaient quelque peu subversifs ?).

7L’ethnologue Torday, qui a parcouru la région dans la première décennie du XXe siècle, a renoncé à décrire systématiquement les coiffures pende en raison, a-t-il dit, de leur trop grande diversité (Torday E., 1925, Causeries congolaises, Bruxelles, Librairie Albert Dewit, p. 40).

Photo 85

Photo 85

Autre type de parure corporelle : les scarifications (improprement appelées parfois tatouages). Ici jeune femme avec scarifications au-dessus des seins.

Photo 86

Les chefs ont des chapeaux de perles de verre coloré avec deux cornes courbées vers l’avant. A Kipola, le chef Meya avec sa femme et un notable.

Photo 87

Photo 87

A Nioka Munene, le chef Mulumba et sa femme.

Photo 88

Photo 88

Près de Nioka Kakese, jeune chef pende.

Danses

8La danse (collective) est une manifestation essentielle de la vie villageoise. Danses et chants sont fréquents à la tombée du jour, accompagnés parfois de mascarades c’est-à-dire de prestations de personnages masqués.

9Certains groupes sont réputés pour le temps qu’ils leur consacrent. L’attitude des autorités coloniales envers ces danses collectives et ces mascarades a été ambiguë. Elles les reconnaissaient comme des marques originales du patrimoine culturel mais elles les considéraient aussi avec méfiance. Dans le cas des Pende, elles n’étaient pas loin d’y voir aussi une forme d’addiction. Elles estimaient même que leur fréquence risquait de diminuer le temps consacré au travail (cultures imposées ou fourniture de fruits aux sociétés huilières). Elles soupçonnaient surtout danses et mascarades d’être l’expression d’un sentiment identitaire, donc potentiellement subversif. En 1947, un administrateur colonial a préconisé la déposition d’un chef dont les gens lui paraissaient faire trop de mascarades (Z. Strother, 1998, p. 262).

Photo 89

Photo 89

De nombreux événements de la vie villageoise sont l’occasion de sortir les instruments de musique et de danser. Ici dans un village yansi (T. de Bagata), des trompes de tailles diverses et un grand tambour.

Photo 90

Photo 90

Au rythme de l’orchestre, les femmes yansi dansent en agitant des calebasses contenant des graines ou des pierres.

Photo 91

Photo 91

Dans les villages des Pende du centre, homme et femmes dansent séparément en larges rondes sinueuses. Ici, à la nuit tombante, sur la vaste place réservée aux danses dans le village de Mukoso.

Photo 92

Photo 92

Les hommes de Mukoso, à l’écart des femmes, dansent avec animation.

Photo 93

Photo 93

Le groupe du chef à Kinfundu.

Photo 94

Photo 94

Les danses sont rythmées par un orchestre qui comporte au moins trois tambours de types différents (village Kinfundu). Le joueur de tambour de droite a des grelots aux poignets.

Photo 95

Photo 95

L’orchestre comporte parfois des xylophonistes.

Photo 96

Photo 96

Les danses sont l’occasion privilégiée de la sortie de personnages masqués. Certains cependant se montrent plus fréquemment. C’est, par exemple, le cas du mingandji, sorte de Père Fouettard qui fait la police, particulièrement celle des enfants, vêtu d’un costume de raphia à grosses mailles couvrant entièrement le corps, avec une tête aux yeux télescopiques, cette tête ayant parfois la forme d’un grand disque porté verticalement. Avec sa longue baguette, le mingandji poursuit les contrevenants, par exemple ceux qui ne peuvent pas assister aux danses en raison de leur âge ou d’interdictions rituelles. A Nioka Kakese.

Photo 97

Photo 97

Certains danseurs masqués ont des costumes complexes garnis de grelots. Ils représentent un personnage spécifique (l’ensorcelé ou la coquette, par exemple) dont ils miment l’histoire, accompagnés par un orchestre et un chœur. Ici c’est un masque tshok qui est en visite dans le village.
Depuis l’époque coloniale, les autorités parrainent des rassemblements de personnages masqués notamment lors d’un festival annuel à Gungu.

Village de Mukoso. Danse mungonge (accompagnant les cérémonies de circoncision ou d’accession des jeunes gens à la mukanda, association des hommes) en début de nuit. Un long serpent d’hommes quasi nus à la peau zébrée de lignes blanches et portant sur la tête une armature de bois peinte en blanc, rampe d’abord dans la savane en bordure du village en émettant un bruissement terrifiant puis débouche sur la place des danses. Commence alors une chorégraphie d’apparence assez violente. Cette manifestation en principe ne peut être vue par les femmes. Une danse de ce type a été filmée dans Bolongo, un long métrage d’André Cauvin (1953).

Photo 100

Photo 100

Les danseurs terrifient (ou en font le simulacre) un garçon candidat à la circoncision (ou à l’entrée dans l’association des hommes).

10Note : Cette collection de photos, augmentée de 50 autres clichés, est à voir sur le site de la SRBG : www.srbg.be

Haut de page

Notes

1 Strother Z. (1998), Inventing Masks. Agency and History in the Art of the Central Pende, Chicago, The University of Chicago Press, XXVII + 348 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 62
Légende Au bord de la grande rivière, ici le Kasai, à Pinanga (T. de Bagata), où l’autre rive est à peine visible dans le lointain, lent glissement de la pirogue familiale, moyen de transport traditionnel entre les villages riverains.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Photo 63
Légende La berge : un lieu où l’on vient faire la vaisselle ou, comme ici, la lessive. Près de l’embarcadère d’un bac sur le Kwilu à une trentaine de kilomètres au sud de Kikwit.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Photo 64
Légende Au bord de la Mfimi (Esaka), corvée de la lessive avec participation du nourrisson.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Photo 65
Légende Les garçons se pressent au débarcadère du bac pour vendre quelques marchandises aux voyageurs de passage. Ici au confluent du Kwilu et de l’Inzia (Bagata).
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Photo 66
Légende Les femmes y sont nombreuses pour le même motif mais aussi parce qu’elles sont sur la route de la ville ou du marché. Sur le Kwilu, en face de Bulungu, un groupe se prépare à embarquer. Les femmes ont replacé leur panier sur la tête tandis que l’une se repose encore, assise sur un baril d’essence abandonné.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Photos 67 et 68
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende La préparation de la poudre de tukula (par râpage et écrasement sur une dalle de grès) est donc une scène villageoise fréquente. Ici deux exemples, l’un dans un village mbala, Kikongo Koyi (photo 67), l’autre dans un village pende, Luandu (photo 68). Les femmes photographiées ont un pagne de raphia. Coiffure typique de la jeune femme pende qui porte en permanence ses bijoux, collier de perles de verre à plusieurs rangs et bracelets de cuivre ou de laiton.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Photo 69
Légende Ces deux notables du village mbala de Kikongo Koy portent des pagnes de raphia. L’un a jeté sur l’épaule un châle noué au cou, l’autre porte, au-dessus de son pagne, la peau d’un animal de la forêt (civette ?). Tous deux ont une coiffure de petites tresses. Une grosse tresse longitudinale avance au-dessus du front du personnage de gauche.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Photo 70
Légende Cette femme suku se rendant à la source, près de Pay Kongila (T. de Masi Manimba) a garni de clous de tapisserie sa grosse tresse centrale prolongée vers l’avant. Collier de perles à nombreux rangs, bracelets aux poignets, pagne de raphia.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre Photo 71
Légende Même modèle aussi, non loin de là, chez une autre paysanne suku préparant un champ d’arachides.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Photo 72
Légende C’est chez les Pende et les Mbunda que, vers 1955, les coiffures traditionnelles étaient le plus fréquentes. La forme générale est à l’écuelle avec les cheveux tressés en petits boudins souvent enduits d’huile (de palme) comme chez cet homme de Nioka Kakese (Pende du Centre, T. de Gungu).
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Photo 73
Légende Les femmes ont, en plus des hommes, au sommet du crâne, un petit cône de terre et d’huile peint le plus souvent en rouge (poudre de tukula), le mukote ou guhota sanga, comme on le voit chez cette jeune Pende (T. d’Idiofa). Ce guhota sanga a été la coiffure préférée des Pende du Centre. L’est-elle encore aujourd’hui ? Il est curieux en effet et peut-être significatif que, pour en montrer des exemples, dans sa thèse publiée en 1998 (ouvrage cité), Z. Strother a eu recours à des photos anciennes : l’une prise lors de l’expédition Torday (1909), une autre extraite de “La mission de Mwilambongo, 1933” et, dans son livre de 2008 (Pende, 5 Continents Éditions, Milan, p. 40) à une photo de C. Lamote “vers 1950” On remarquera que le gutoha sanga (ou bien la longue tresse dont on verra des exemple plus loin) est présent sur les masques de personnages féminins.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Photo 74
Légende La préparation de la coiffure est une longue opération. Village de Nioka Munene.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Photo 75
Légende Dans le même village (Nioka Munene), jeunes mères à la coiffure traditionnelle.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Photo 76
Légende Cette danseuse a orné le petit cône de sa coiffure de clous de tapisserie. Grand collier à nombreux rangs. Bracelets aux poignets. Ceinture garnie de cauris. Pagne de raphia. (village Kafundu).
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Photos 77, 78 et 79
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Villageoises pende (partie nord-est du T. de Gungu). Avec souvent la fière allure des mères à la joie de porter leur enfant.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Photos 80, 81 et 82
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Variantes de la coiffure pende. Le cône rouge a fait place à une longue et large tresse pendant en arrière et à l’extrémité recourbée.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Photo 83
Légende Une grosse tresse garnie de clous.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Photo 84
Légende Les hommes pouvaient porter naguère eux aussi aussi des coiffures à grosses tresses mais sans le petit cône des femmes. Ici la tresse centrale garnie de clous se prolonge au dessus du front.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Photo 85
Légende Autre type de parure corporelle : les scarifications (improprement appelées parfois tatouages). Ici jeune femme avec scarifications au-dessus des seins.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Photo 87
Légende A Nioka Munene, le chef Mulumba et sa femme.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Photo 88
Légende Près de Nioka Kakese, jeune chef pende.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Photo 89
Légende De nombreux événements de la vie villageoise sont l’occasion de sortir les instruments de musique et de danser. Ici dans un village yansi (T. de Bagata), des trompes de tailles diverses et un grand tambour.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Photo 90
Légende Au rythme de l’orchestre, les femmes yansi dansent en agitant des calebasses contenant des graines ou des pierres.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Photo 91
Légende Dans les villages des Pende du centre, homme et femmes dansent séparément en larges rondes sinueuses. Ici, à la nuit tombante, sur la vaste place réservée aux danses dans le village de Mukoso.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Photo 92
Légende Les hommes de Mukoso, à l’écart des femmes, dansent avec animation.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Photo 93
Légende Le groupe du chef à Kinfundu.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Photo 94
Légende Les danses sont rythmées par un orchestre qui comporte au moins trois tambours de types différents (village Kinfundu). Le joueur de tambour de droite a des grelots aux poignets.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Photo 95
Légende L’orchestre comporte parfois des xylophonistes.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Photo 96
Légende Les danses sont l’occasion privilégiée de la sortie de personnages masqués. Certains cependant se montrent plus fréquemment. C’est, par exemple, le cas du mingandji, sorte de Père Fouettard qui fait la police, particulièrement celle des enfants, vêtu d’un costume de raphia à grosses mailles couvrant entièrement le corps, avec une tête aux yeux télescopiques, cette tête ayant parfois la forme d’un grand disque porté verticalement. Avec sa longue baguette, le mingandji poursuit les contrevenants, par exemple ceux qui ne peuvent pas assister aux danses en raison de leur âge ou d’interdictions rituelles. A Nioka Kakese.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Photo 97
Légende Certains danseurs masqués ont des costumes complexes garnis de grelots. Ils représentent un personnage spécifique (l’ensorcelé ou la coquette, par exemple) dont ils miment l’histoire, accompagnés par un orchestre et un chœur. Ici c’est un masque tshok qui est en visite dans le village.Depuis l’époque coloniale, les autorités parrainent des rassemblements de personnages masqués notamment lors d’un festival annuel à Gungu.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Photos 98 et 99
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Village de Mukoso. Danse mungonge (accompagnant les cérémonies de circoncision ou d’accession des jeunes gens à la mukanda, association des hommes) en début de nuit. Un long serpent d’hommes quasi nus à la peau zébrée de lignes blanches et portant sur la tête une armature de bois peinte en blanc, rampe d’abord dans la savane en bordure du village en émettant un bruissement terrifiant puis débouche sur la place des danses. Commence alors une chorégraphie d’apparence assez violente. Cette manifestation en principe ne peut être vue par les femmes. Une danse de ce type a été filmée dans Bolongo, un long métrage d’André Cauvin (1953).
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Photo 100
Légende Les danseurs terrifient (ou en font le simulacre) un garçon candidat à la circoncision (ou à l’entrée dans l’association des hommes).
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/17427/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Nicolaï, « La vie villageoise dans le Kwango-Kwilu vers 1955 (2ème partie) », Belgeo [En ligne], mis en ligne le 19 mai 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/belgeo/17427

Haut de page

Auteur

Henri Nicolaï

henri.nicolai@skynet.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Belgeo est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • OpenEdition Journals