Navigation – Plan du site
In Memoriam

In Memoriam : Jean Annaert (8 août 1931 – 29 février 2016)

Jean-Pierre Grimmeau

Image 100000000000042B0000031E4C1884C7.jpg

Jean Annaert en 1970 ; il remet à Pierre Gourou, à l’occasion de sa retraite, le recueil d’articles qu’il a rassemblés en son honneur. Cette année est le tournant de la carrière de Jean Annaert : il défend sa thèse, Pierre Gourou part en retraite et Jean Annaert devient chargé de cours.

Jean Annaert (1931-2016) a obtenu sa licence en géographie en 1953 ; son mémoire était consacré aux modes de faire-valoir agricole en Belgique et mena à la publication de deux articles1. Il est ensuite chargé de mission pendant quatre mois au Congo pour le CEMUBAC (Centre scientifique et médical de l’Université libre de Bruxelles en Afrique centrale), ce qui donnera lieu à un ouvrage de plus de 200 pages, avec de nombreux croquis et photos, publié par l’Académie (Contribution à l’étude géographique de l’habitat et de l’habitation indigènes en milieu rural dans les provinces orientale et du Kivu2) dont P. Veyret (1961)3 dira : « Sous une forme modeste, cet ouvrage constitue donc une contribution très intéressante à la connaissance concrète du Congo ; il tient plus que ne l’annoncent le titre et l’auteur ». De septembre 1954 à décembre 1957, il est successivement assistant intérimaire auprès de Pierre Gourou, milicien, professeur dans l’enseignement secondaire, puis il devient assistant (1958), chef de travaux (1966), et, après sa défense de thèse, chargé de cours (1970), professeur extraordinaire (1973) et enfin professeur ordinaire (1980-1996),  le tout à l'ULB. C’était un de ces professeurs dont la charge de cours dépassait les 300 heures (355 exactement), auxquelles s’ajoutaient de multiples heures de travaux pratiques (282) dont il tenait à encadrer certains personnellement.

  • 4 Kesteloot C. & al. (2000) «  Belgian geographers at work : the occupations of graduates in 1999 », (...)

Sa carrière s’est inscrite dans une période de mutation considérable de la géographie, à laquelle il a pris une part active. Alors que la géographie classique était en train de perdre sa suprématie, le monde étant connu et décrit, les pouvoirs publics étaient de plus en plus demandeurs auprès des géographes de travaux cartographiques et analytiques comme aide à la prise de décision, en matière d’aménagement du territoire notamment. Il a ainsi participé à des recherches collectives concernant la hiérarchie urbaine ou préparant des plans d’aménagement régionaux, le découpage des communes en secteurs statistiques, la fusion des communes, des atlas du patrimoine architectural de centres anciens protégés, etc. Cette géographie appliquée naissante était grande consommatrice de statistiques et de chiffres dérivés : densités, proportions, taux, etc. La géographie qu’il aimait était une géographie empirique, chiffrée, s’appuyant sur la réalisation de cartes et graphiques ; c’est cela qui était au cœur de ses enseignements et de ses recherches, avec les visites de terrain et les interviews d’acteurs. Jusqu’au milieu de sa carrière, les calculs se faisaient sur machines à calculer mécaniques ou électriques, dont il avait fait acheter plusieurs exemplaires, alors beaucoup plus chers que les portables actuels. La cartographie était manuelle, avec les mêmes techniques que les architectes à l’époque, en passant par la reproduction de fonds de plans, les mises en couleurs aux Town planning colors ou le hachurage aux trames autocollantes. Cette montée de la géographie appliquée est aussi lisible dans l’évolution des débouchés des études de géographe : entre 1970-77 et 1993-98, la proportion de diplômés en géographie de l’ULB engagés en-dehors de l’enseignement est passée de 23 % à 73 %4 et l’évolution est analogue dans les autres universités.

Grand lecteur et grand acheteur de livres, Jean Annaert suivait les tendances nouvelles de la géographie. Il amenait en classe des ouvrages récemment parus (Sémiologie graphique de Bertin en 1969, L’analyse des données de Benzécri et L’analyse quantitative en géographie de Racine en 1973, etc.) et encourageait les étudiants à plonger dedans. Il a poussé des assistants ou thésards à utiliser l’ordinateur du centre de calcul et les méthodes quantitatives (analyses factorielles, cluster analysis) ; il a fait travailler des étudiants dans le domaine de la géographie de la perception et des comportements.

Secrétaire général de la Société royale belge de géographie de 1959 à 1976, puis président de 1978 à 1981, Jean Annaert transforma cette société issue du monde colonial et commercial en une société scientifique et fit connaître la même évolution à sa publication, de Bulletin de la SRBG à Revue belge de Géographie. Entre autres, il y fit publier des articles à partir des meilleurs des nombreux mémoires qu’il dirigea, en géographie mais aussi en sciences sociales ou en urbanisme. Homme modeste, il co-signa très peu de ces articles, alors qu’il ne ménageait jamais son temps pour discuter, pendant la réalisation du mémoire et pendant sa réécriture en article.

Jean Annaert était un homme chaleureux, souriant, toujours sincèrement intéressé par ses interlocuteurs, qu’ils soient étudiants, chercheurs ou informateurs. Son mémoire et sa thèse étaient consacrés au milieu rural et ses échanges avec des agriculteurs étaient entre autres remarquables : l’échange se passait sur pied d’égalité, Jean Annaert laissait parler son interlocuteur avec juste ce qu’il fallait d’intervention de sa part pour orienter la discussion sur les aspects qui lui semblaient les plus intéressants ou la relancer.

Les étudiants s’en souviennent aussi comme d’un éveilleur au doute. Dans ses travaux pratiques et cours, il faisait sentir que rien n’était jamais simple, que des sources différentes, censées mesurer le même phénomène, peuvent fournir des nombres divergents (et il encourageait à en traquer les raisons dans leurs méthodologies), que les résultats différaient selon les critères et méthodes, que, par exemple, « la délimitation géographique d’une grande agglomération urbaine n’est pas linéaire : il y a récession successive des divers caractères urbains » (pour reprendre le titre de sa thèse annexe). En conséquence, il n’a jamais publié les syllabus de ses cours. Ses rares dernières publications étaient des contestations des certitudes et des usages abusifs. Retraité, il s’intéressa surtout à la philosophie.

Une bibliographie de Jean Annaert est parue dans la Revue belge de géographie (1995), pp. 277-279.

Articles des élèves de Jean Annaert parus dans la Revue belge de géographie

Lacroix R. (1967), « Introduction à l’étude de la propriété foncière bruxelloise dans une partie du Brabant wallon », pp. 9-65.
Jouret B
. (1968), « L’influence du protestantisme dans l’économie douroise », pp. 61-74.
Marques-Nys
B. (1968), « La propriété foncière urbaine dans le Tournaisis », pp. 75-121.
De Wilde
J. (1968), « Résidences secondaires et tourisme de week-end en milieu rural », pp. 5-55.
Albarre
G. (1968), « Le reboisement des terres agricoles en Lorraine belge. L’exemple de Saint-Léger », pp. 57-90.
Grimmeau J.
-P. (1971), « Pour un découpage de la Belgique en régions de mobilité homogène de main-d’œuvre », pp. 145-155.
Bauwin E
. (1971), « Le mécanisme et les causes de l’exode rural », pp.157-199.
Albarre
G. (1971), « Démembrement cadastral et genèse du paysage agro-forestier d’un terroir lorrain : le "Taillis" (Saint-Léger) », pp. 205-216.
Costa Marques C., de Sa J. & Desgain P
. (1972), « Une mesure de la persévérance dans l’agriculture », pp. 5-32.
Samyn P.E.
(1972), « Densité de population et hauteur des constructions. Application au cas de Bruxelles », pp. 135-182.
Thomas-Messiaen
A. (1976), « Étude critique des sources relatives à la population active en Belgique », pp. 5-47.
Andries
B. (1976), « Les chemins de fer à Bruxelles », pp. 183-219.
Bauwin E.
(1978), « L’industrie manufacturière bruxelloise. Ses principales caractéristiques et difficulrés », pp. 55-66.
Grimmeau
J.-P. (1978), « Caractéristiques de la mobilité de la main-d’œuvre en Belgique », pp. 109-120.
Vanlaer J.
(1979), « Les villages de vacances dans la région wallonne », pp. 151-209.
Deconinck M
. (1980), « Le paysage des environs de Bruxelles au travers des écrits du comte de Ferraris », pp. 33-45.
Verlinden
C. (1983), « L’évolution du mode de faire-valoir en Belgique depuis 1950 », pp. 113-122.
Holvoet
M. (1984), « La géographie économique de la Belgique vue par un groupe d’enseignants francophones en géographie. Etude de leur carte mentale », pp. 115-122.

Thèses dirigées par Jean Annaert

Faour A. (1975), Géographie urbaine de la ville de Tripoli.
Bauwin E.
(1976), Contribution à l’étude de la région industrielle bruxelloise et de ses problèmes.
Grimmeau J.P.
(1977), Contribution méthodologique à la mise en œuvre de techniques quantitatives dans un but cartographique. Application à l’étude par communes de la mobilité de main-d’œuvre en Belgique au 31 décembre 1961.
Deconinck M.
(1982), Étude de la répartition des espaces publics de loisir de plein-air. Analyse de leur rayonnement, de leurs fonctions et de leurs utilisateurs. Le cas de l’agglomération bruxelloise.
Holvoet M
. (1988), Géographie mentale et aménagement du territoire.

Notes

1 Dont un, dans études rurales, disponible sur internet : http://www.persee.fr/doc/rural_0014-2182_1961_num_2_1_978

2 Disponible sur internet : http://www.kaowarsom.be/documents/MEMOIRES_VERHANDELINGEN/Sciences_naturelles_medicales/Nat.Sc.(NS)_T.X,3_ANNAERT, J._Contribution à l'étude géographique de l'habitat et de l'habitation indigène en milieu rural_1960.PDF

3 Revue de géographie alpine, p. 220.

4 Kesteloot C. & al. (2000) «  Belgian geographers at work : the occupations of graduates in 1999 », Belgeo, pp. 241-249.

Haut de page
  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • OpenEdition Journals