Navigation – Plan du site
In Memoriam

In Memoriam : Jacques Denis (6 juin 1922 – 15 avril 2016)

Françoise Orban-Ferauge

Image 10000000000000AE000000FAD2E05AC5.jpg

Né à Charleroi le 6 juin 1922, Jacques Denis est entré dans la Compagnie de Jésus le 21 juin 1940. Étudiant diplômé de l’Université de Paris, c’est épaulé par le professeur Pierre Georges que Jacques Denis défendra sa thèse de doctorat en 1958 sur « le phénomène urbain en Afrique centrale ».

En 1960, Jacques Denis est envoyé aux Facultés Notre-Dame de la Paix de Namur par ses supérieurs pour enseigner et fonder le département de Géographie. Toutes orientées vers la Géographie humaine, ses recherches l’ont mené de l’Afrique centrale à l’Asie Orientale où ses nombreuses missions l’ont ouvert au monde extérieur, aux échanges de culture et d’expériences. Homme de terrain, Jacques Denis a multiplié les enquêtes diverses enrichissant l’analyse de la place de l’urbanisation dans l’évolution de la société. Son intérêt pour les villes manifeste sa préoccupation pour les lieux où les hommes vivent ensemble en aménageant l'espace. Très tôt sont apparus dans ses publications les contrastes entre les villes et les campagnes et l’impact des traditions coloniales. Homme d’écoute, il menait ses recherches avec le souci de comparer, de comprendre les diverses formes d’urbanisme pour en dégager les spécificités culturelles et les degrés d’accès aux sociétés modernes.

Pendant vingt années Jacques Denis arpentera les grandes villes d’Afrique centrale et orientale, de Kinshasa (alors Léopoldville) à Addis-Abeba. Il enseignera à l’université de Bujumbura. Il entamera ensuite un cycle de recherche dans l’est de l’Asie qui le mènera du Japon, à la Corée, aux Philippines, à Singapour. Ce sont spécifiquement ses travaux sur Hong Kong et Macao qui le rendront célèbre.

Parallèlement, il marquera les Facultés Notre Dame de la Paix de son empreinte de bâtisseur. Durant son rectorat, de 1969 à 1975, il donnera aux Facultés une vigoureuse impulsion. Il avait une conception moderne d'une université jésuite qui puise dans sa tradition son ouverture au dialogue avec la culture contemporaine. En étroite collaboration avec le célèbre architecte namurois Roger Bastin, il a planté au cœur d’une ville qu’il avait adoptée un campus moderne autour de ce réservoir de connaissances et de culture qu’est la BUMP (Bibliothèque Universitaire Moretus Plantin) dont il assurera la direction de 1980 à 1987. Il a conçu un campus ouvert où l'on peut circuler librement entre les différentes Facultés sans rencontrer d'obstacles, sans franchir de portes : autour de la bibliothèque, l'Institut d'informatique, à cette époque le premier du genre en Belgique, la Faculté de droit, la Faculté des sciences. Jacques Denis aimait dire que la disposition des locaux devait induire en tentation de culture et de savoir. On lui doit notamment la création des licences et des doctorats dans divers départements de sciences (Chimie, Physique, Biologie) jusqu'à alors limités aux seules candidatures. De « collège propédeutique » les Facultés de Namur pouvaient accéder au rang de véritable « Université ».

Homme de savoir, homme d’autorité, homme de vision, il accédera dans la discrétion qui était sienne à des postes aussi prestigieux que la présidence de l’Académie Royale des Sciences d’Outre-Mer, ou encore celle du Comité National de Géographie.

Sa carrière académique se terminera en 1987. Après son accession à l'éméritat, Jacques Denis poursuivra son travail de recherche et de publications. Ses qualités de précision et de méthode amenèrent ses supérieurs à lui demander divers services d'organisation ou de réorganisation, notamment la direction pendant 10 ans de l'œuvre des Bollandistes. Il passait ainsi de la Géographie à l'Hagiographie.

Jusqu'au moment où ses forces le lui ont permis, Jacques Denis a continué à travailler et à rendre de multiples services. Par tempérament, il était réservé et plutôt timide, il n'avait rien d'un impulsif. Avant d'agir, il prenait le temps de réfléchir et d'évaluer les risques. Son horizon était large. Il savait anticiper. Le 15 avril 2016, il nous a quittés depuis « La Colombière » à Woluwe-Saint-Pierre, communauté jésuite dont il avait projeté l’architecture et le concept.

Sélection de 7 ouvrages remarquables

  • De l’aventure à la découverte : carnets géographiques, 2005, Namur, Bibliothèque universitaire Moretus Plantin.

  • Geography in Belgium (éd.), 1984, 1996 (2ème éd.), Namur, Comité National de Géographie, Leuven, Belgische Vereniging (voir Aardrijkskunde studies).

  • Hong Kong, 1980, 1996 (2ème éd.), Paris, PUF.

  • Géographie de la Belgique (dir.), 1992, Bruxelles, Crédit communal de Belgique.

  • Le phénomène urbain en Asie Orientale, 1987, Namur, Comité National de Géographie.

  • L’Afrique Centrale et Orientale, 1971, Paris, PUF.

  • Le phénomène urbain en Afrique centrale, 1958, Bruxelles, Académie royale des sciences coloniales.

  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • OpenEdition Journals