Navigation – Plan du site

Vivre la frontière : les pratiques spatiales transfrontalières dans l’Arc jurassien franco-suisse

Living the border : cross-border spatial practices in the French-Swiss Jura region
Yann Dubois et Patrick Rérat

Résumés

La construction européenne a redéfini la signification et les fonctions des frontières nationales. Cet article s’intéresse à cette mutation sous l’angle des pratiques des habitants de l’Arc jurassien franco-suisse. Une enquête par questionnaire a permis de mesurer l’intensité de certaines pratiques spatiales transfrontalières réalisées pendant le temps libre (achats, loisirs, etc.) et d’en déterminer les logiques sous-jacentes. L’effet frontière se manifeste sous la forme d’un différentiel de prix (coût de la vie, taux de change, taxation de certains produits) et d’un différentiel de connaissances (manque d’informations sur le pays voisin, habitude, etc.) qui freinent ou incitent le franchissement de la frontière. L’effet frontière est toutefois atténué dans le contexte territorial étudié par un effet de centralité impliquant un différentiel d’offre (attraction des communes françaises à vocation résidentielle par les centres urbains helvétiques). La combinaison de ces effets explique l’intensité et l’orientation des pratiques spatiales transfrontalières.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les frontières nationales ont constamment été redéfinies au cours de l’histoire. Davantage que leur tracé, ce sont leurs rôles et fonctions qui ont évolué selon certains contextes historiques, politiques, économiques et sociaux (Anderson et O’Dowd, 1999 ; Newman, 2006 ; Wastl-Walter, 2009 et 2011 ; Nelles et Walther, 2011 ; Rérat et Wastl-Walter, 2011). Lors des dernières décennies du XXe siècle, d’importants changements géopolitiques et économiques ont contribué à une redéfinition des frontières nationales. La chute du Mur de Berlin a marqué l’effondrement du bloc soviétique et la fin d’un monde bipolaire. Des entités supranationales ont été créées au premier rang desquelles se trouve l’Union européenne. Parallèlement, cette période s’est caractérisée par la mondialisation, phénomène protéiforme défini comme une compression de l’espace-temps (grâce entre autres aux technologies de l’information), la conscience d’une condition globale et une interdépendance accrue entre les économies notamment en termes de flux de capitaux, de personnes, d’informations et de marchandises (Held et MacGrew, 2003).

2Ces évolutions ont été interprétées par les tenants d’une approche qualifiée de “strong globalization” (Diener et Hagen, 2009), comme annonçant la disparition des frontières nationales, l’avènement d’un monde sans frontière (“borderless world”) et la fin de la géographie (Ohmae, 1990 ; O’Brien, 1992). En réaction à ces discours, d’autres chercheurs ont adopté une approche plus mesurée (“weak globalization”) en arguant que certaines frontières deviendront de plus en plus perméables et constitueront des sites d’interaction mais que d’autres resteront des barr