Navigation – Plan du site

Pèlerins français en route pour Rome en 1600

French pilgrims to Rome in 1600
Stéphane Gomis

Résumés

En 1600, le jubilé universel voit converger vers Rome d’importantes foules pèlerines, au sein desquelles les sujets du roi de France sont assez largement représentés. Dans ce contexte, le journal tenu lors du pèlerinage effectué cette année là par seize prêtres de la région de Dreux dans le diocèse français de Chartres est un document riche d’informations. L’auteur de ce petit livret n’est pas un membre du clergé. En effet, il s’agit du dix-septième pèlerin, parent de l’un des clercs, Laurent Barbereau, notaire de son état. Cette originalité conduit, tout d’abord, à s’interroger sur ce type d’écrit issu du “for privé”; puis, sur les acteurs mis en scène par notre scripteur ainsi que sur la nature de leur quête spirituelle. Enfin, il importe de poser la question de l’organisation et du déroulement d’un tel périple. Au total, guide, aide-mémoire, livre de comptes, le principal objet de ces feuillets est, avant tout, d’être utile.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cérémonie extraordinaire du catholicisme, l’Année sainte ou Jubilé a lieu tous les 25 ans, depuis l (...)

1Bien que l’ouverture de l’Année sainte 1600 ait été retardée au 31 décembre 1599, du fait de la mauvaise santé du pape Clément VIII élu en 1592, ce jubilé universel voit converger vers Rome d’importantes foules pèlerines, au sein desquelles les sujets du roi de France sont assez largement représentés1. Dans ce contexte, nous nous proposons d’évoquer un document conservé aux archives départementales d’Eure-et-Loir. Il s’agit du journal tenu lors du pèlerinage effectué cette année là par seize prêtres de la région de Dreux dans le diocèse de Chartres. Néanmoins, l’auteur de ce petit livret n’est pas l’un d’entre eux. En effet, il s’agit du dix-septième pèlerin, parent de l’un des clercs, Laurent Barbereau, notaire de son état. Cette originalité conduit, tout d’abord, à s’interroger sur ce type d’écrit issu du “for privé”. Puis, nous nous arrêterons sur les acteurs mis en scène par notre scripteur ainsi que sur la nature de leur quête spirituelle. Enfin, nous poserons la question de l’organisation et du déroulement d’un tel périple.

De la nature du “for privé”

  • 2 Trois actes de colloques sont déjà parus : BARDET J.-P., RUGGIU F.-J. (2005), Au plus près du secre (...)
  • 3 FOISIL M. (1999), « L’écriture du for privé », ARIèS P., DUBY G., Histoire de la vie privée (tome 3 (...)

2Notre démarche s’inscrit dans le cadre du GDR n° 2649, dirigé par Jean-Pierre Bardet et François-Joseph Ruggiu, qui s’emploie à étudier les écrits du for privé depuis l’époque médiévale jusqu’en 19142. “La vie privée comme la vie intime située à l’intérieur de la vie quotidienne ne sont pas aisées à atteindre, soit qu’elles se confondent avec la vie publique, soit qu’elles aient été cachées aux autres par la réserve même à les révéler”. C’est en ces termes que Madeleine Foisil introduit le chapitre consacré, au sein de l’Histoire de la vie privée, à “l’écriture du for privé”3. En effet, l’historien est parfois bien en peine de sonder les âmes. Il lui est souvent difficile de pénétrer dans l’intimité d’hommes et de femmes, pourtant au centre de ses recherches. Or l’étude des manuscrits du for privé, appelés également égo-documents, permet d’approcher cette dimension essentielle qui touche au vécu des individus. Ces témoignages fournissent l’occasion de mieux comprendre les mentalités à l’œuvre à une période donnée. Les écrits du for privé désignent l’ensemble des documents qui impliquent une prise de parole personnelle d’un ou plusieurs individus. Ils sont de différentes natures. Une typologie succincte distingue d’une part, le “livre de raison” dans lequel le père de famille consigne les différents événements familiaux ou bien les comptes du ménage, mais également des remarques plus personnelles ; d’autre part la “chronique” davantage orientée sur le récit de la vie locale ; enfin, le journal, qui se décline depuis le “diaire”, tenu au jour le jour, jusqu’au journal de voyage.

  • 4 Ce document est conservé aux Archives départementales d’Eure-et-Loir, sous la cote 1 J 328. Retrouv (...)

3Notre groupe de travail se propose notamment d’élaborer une base de données recensant ce type de sources. Dans le cadre de la consultation de cette ressource documentaire, nous avons été intrigués par l’appellation suivante : “Cahier de voyage de curés drouais à Rome en 1600”. Cette mention était répertoriée dans le cadre de l’enquête conduite par la direction des Archives de France. Ce document relève donc de la dernière catégorie mentionnée précédemment, c’est-à-dire le journal de voyage4.

4Il s’agit d’un tout petit cahier d’une quarantaine de pages papier, de format modeste (17 cm de hauteur pour 13 cm de largeur). Il est habillé d’une couverture de parchemin cousue par deux fines lanières de cuir. N’ayant pas été folioté par son auteur, il se peut que certains feuillets, notamment dans la partie centrale, aient été perdus. Par ailleurs, plusieurs autres ont été déchirés en partie. Ses dimensions fort commodes, mais sans doute n’est-ce pas un hasard, ont permis à son propriétaire de le transporter facilement dans un vêtement ou un sac. Le livret conserve encore les traces d’un pli dans le sens de la longueur.

  • 5 BOUDET M. (1949), « Les curés du Drouais en pèlerinage à Rome au jubilé de 1600 », Mémoires de la s (...)

5Si les pages semblent parfois entremêler des sujets et des annotations diverses, on peut toutefois diviser le manuscrit en deux parties. La première a été rédigée avant le départ. Elle correspond aux douze premiers feuillets, même si le folio 7 recto a été utilisé plus tardivement afin d’indiquer des dépenses survenues sur le chemin du retour. Elle se compose tout d’abord, de la liste des villes et autres lieux à traverser lors de l’itinéraire projeté, à laquelle succède un petit manuel de conversation franco-italien, une courte notice sur les vertus curatives des trois fontaines de Pougues-les-Eaux, près de Nevers, une recette “Pour faire du sirop de vye” et enfin, une poésie en l’honneur de sainte Madeleine. La seconde partie comporte essentiellement d’une part, le “mémoire de l’argent” engagé par les différents participants pour faire face aux frais du voyage ; d’autre part, des considérations diverses sur les différents lieux visités. La lecture de l’ensemble n’est pas toujours aisée. Il subsiste encore des problèmes de transcription alors même que ce texte a déjà donné lieu à une première édition dans les années 19305.

Des fidèles du pays de Dreux

  • 6 SOUCHET J.-B. (1873), Histoire du diocèse et de la ville de Chartres, tome 4, p. 309, Chartres, Soc (...)
  • 7 JULIA D. (2000), « Pour une géographie européenne du pèlerinage à l’époque moderne et contemporaine (...)
  • 8 BOUCHET J.-B., op. cit., p. 309.
  • 9 JULIA D., op. cit., p. 69.

6Le chroniqueur chartrain Jean-Baptiste Souchet écrit, dans les années 1650, à propos de l’année jubilaire 1600 : “On courait de toutes parts à Rome pour y gaigner le Jubilé ouvert par le pape, auquel se trouvèrent plus de trois cent mille François”6. Même s’il existe un apogée du pèlerinage romain, du jubilé de 1575 à celui de 1650, l’estimation avancée reste quelque peu fantaisiste. Pour sa part, Dominique Julia estime, à l’échelle du monde occidental, à 360 000 environ le nombre total de pèlerins venus à Rome en 1600. L’hospice de l’archiconfraternité de la Santissima Trinità en accueille alors la moitié7. Ce chiffre n’en reste donc pas moins tout à fait considérable. Jean-Baptiste Souchet ajoute la mention suivante : “Le cardinal de Sourdis qui avait reçu le bonnet par le comte Ludovic Languisciola camérier de Sa Sainteté partit de Chartres, où il demeuroit avec son père gouverneur de la ville, pour s’y en aller et rendre ses devoirs et remerciements au Pape de ce qu’il lui avoit plu l’admettre au Sacré Collège des Cardinaux. Il se trouva à l’ouverture de la Porte Sainte”8. Pour leur part, nos pèlerins quittent leur pays natal non pas à la fin de l’année 1599 mais à la fin du mois d’août 1600. Ils se trouvent donc dans la ville pontificale au début du mois d’octobre, autrement dit dans les tous premiers jours de l’automne. En terme de rythme saisonnier des pérégrinations, cette saison correspond bien avec le printemps, à l’un des temps forts de l’arrivée des pèlerins. Le constat est particulièrement vrai lors des années jubilaires. Tout se passe, selon les termes de Dominique Julia, “comme si soudain les pèlerins éprouvaient la peur de ne pas bénéficier des grâces du jubilé avant la fermeture de la Porte sainte”9. Est-ce que ce fut le cas de nos héros ? De fait, en la matière, les Drouais ne se distinguent guère. Ils rejoignent donc le flux des pèlerins en route pour la capitale du monde catholique.

  • 10 BEAUHAIRE J. (1892), Diocèse de Chartres. Chronologie des évêques, des curés, des vicaires et autre (...)

7Qui sont les acteurs de ce pays de Beauce qui s’associent afin d’assister aux cérémonies du jubilé universel ? En définitive, à aucun moment la liste des participants n’est dressée de façon claire. Nous disposons essentiellement de plusieurs annotations qui mentionnent tel ou tel individu, soit en précisant son nom, soit en indiquant sa paroisse d’exercice. Ainsi, à titre d’exemple, nous pouvons évoquer ces quelques lignes : “Mémoire de l’argent que nous curé de Tréon, Blévy, Garentières, Croisilles, Maillard, Pasquier, Jauldretz, Villemeux, Marville, curé du Boulley et Moronval, avons desbourcé”. Nous avons là, à la fois des patronymes, tels que ceux de Maillard et de Pasquier, et des toponymes comme ceux de Tréon et de Blévy. Au total, si ce n’est deux vicaires de la principale église de Dreux, Saint-Pierre, en l’occurrence Charles Pasquier et Monsieur Barbereau, respectivement en poste depuis 1594 et 1589, tous les autres sont des curés à la tête de paroisses situées au sud de la ville de Dreux. Prenons le cas de Vincent Vatron, curé de Blévy depuis 1596 ou bien Denis Horeau, curé de Digny depuis 1589. Les paroisses les plus méridionales étant celles qui abritent les villages de Digny, Jaudrais, Chêne-Chenu et Blévy, autour de Châteauneuf-en-Thymerais10.

  • 11 Archives départementales d’Eure-et-Loir, 2 E 12/896.

8Une mention spéciale doit être consacrée au rédacteur du manuscrit, autrement dit Laurent Barbereau, notaire officiant à Saint-Denis-de-Moronval depuis au moins 1593. Plusieurs éléments permettent assurément d’établir qu’il est bien l’auteur du livret. Tout d’abord, le parchemin qui sert de couverture au document est un acte notarié établi par Barbereau. Ensuite, la comparaison de son écriture avec celle de ses minutes, heureusement conservées, confirme que ces différents documents sont de la même plume. Enfin, s’il subsistait toutefois un doute, le notaire a lui-même justifié dans son registre l’absence d’actes entre le jeudi 24 août et le samedi 2 décembre, par la mention suivante : “Le lundy 28 novembre mil six cens, je suis arrivé [du pèlerinage] en vue de Rome et je suis parti le lundi 28e aoust audit 1600”11. Homme de loi, consciencieux et scrupuleux, habitué à tenir les comptes, le notaire de Moronval a pris bonne note de quelques éléments de la vie matérielle de la petite troupe, comme nous le verrons plus loin. En homme de l’art, anticipant le pire toujours possible dans le cours d’un voyage long et inévitablement périlleux, il prend également ses dispositions. C’est ainsi qu’il sollicite Nicolas Mussard, vicaire de sa paroisse, afin qu’il lui établisse un certificat de bonne vie et de bonnes mœurs catholiques. En cas de danger de mort, ce précieux sésame devait lui assurer le secours des derniers sacrements et celui d’une sépulture chrétienne.

  • 12 CROUZET D. (1982), « Recherches sur les processions blanches, 1583-1584 », Histoire, Économie, Soci (...)
  • 13 SOUCHET J.-B., op. cit., p. 114-116.
  • 14 Le gallicanisme est une notion multiforme. Dans le cas présent, il défend la théorie d’une subordin (...)
  • 15 TALON A. (2002), Conscience nationale et sentiment religieux en France au XVIe siècle, p. 244-245, (...)

9Quelles étaient les motivations profondes de nos pèlerins ? Il est difficile pour l’historien de répondre à une telle question. Tout au plus, est-on en droit d’avancer quelques hypothèses. Étudiant la mesure du phénomène pèlerin dans le cadre d’une réflexion pluriséculaire, Dominique Julia s’est interrogé sur le rôle du réveil pénitentiel du dernier quart du XVIe siècle comme facteur de relance du pèlerinage lointain. Or cette dimension est liée en partie aux manifestations collectives de “piété panique” qui se multiplient au cours des années 1583-1584. Nous faisons référence tout spécialement aux processions blanches qui voient affluer les pèlerins tous vêtus de blanc, notamment vers les sanctuaires mariaux12. C’est justement le cas dans le diocèse de Chartres où la procession prend corps le 28 décembre 1583, en direction de la ville épiscopale, et à l’initiative des “curés tant de la ville de Dreux que d’environ quarante-sept paroisses à l’entour, [qui] amassèrent leurs paroissiens et autres de quelques lieux circonvoisins, tant hommes que femmes, garçons et fille, au nombre de plus de douze mille, et partirent de Dreux, tous revestus de blanc, portant chacun une croix en main, au bout de laquelle il y avait un cierge”13. Peut-être cette manifestation a-t-elle mobilisée, à l’époque, certains de nos clercs ? Par ailleurs, Alain Talon l’a parfaitement bien souligné : “Dans toute la chrétienté catholique, l’année sainte de 1600 constitue un sommet dans ce triomphe du salut par Rome”. Même le très gallican14 président au Parlement de Paris, Jacques-Auguste de Thou (1553-1617) évoque dans ses Mémoires la “célébration solemnelle du grand jubilé, après lequel toutes les Nations soupiroient” et fait une description admirative des foules se rendant dans la ville éternelle15.

  • 16 Terme populaire utilisé pour désigner un pèlerin.

10Si nos Drouais sont avant tout des “roumieux”16 unis dans le même désir de gagner les grâces du jubilé, ils n’hésitent pas également à faire plusieurs haltes voire quelques détours, afin d’honorer d’autres sanctuaires. C’est le cas en France à la Sainte-Baume et à Saint-Maximin où ils se trouvent les 16 et 17 septembre. La “grotte sainte” est celle qui aurait hébergé Marie-Madeleine. Une vita datée du XIe siècle raconte que la sainte s’était retirée dans un désert où elle vécut pendant trente ans. Puis, après ce temps de pénitence, elle aurait été inhumée à Saint-Maximin. Le sanctuaire confié aux dominicains depuis la fin du XIIIe siècle connaît alors un bel engouement. Comme témoignage de cette dévotion, une prière versifiée dédiée à “la Madeleine” couvre deux pages entières du livret. En voici un extrait :

“Grimpant sur ce rocher haultement eslevé
Votre esprit y sera de douleur abrevé
Jettez votre regard sur ceste pierre dure
Sacré mont raboutteux ou faisoit sa demeure
Le mirouer des pecheurs qui sont vrais pénitens
Ou elle déplora ses fauttes sy longstemps
Et lors vous jugeres qui est Magdelaine”.

  • 17 En la matière, la bibliographie est plutôt abondante. La mise au point la plus récente et la plus s (...)

11Il s’agit vraisemblablement, non pas d’une composition personnelle de l’un ou l’autre des participants mais plutôt d’un extrait de quelques littératures pieuses, inséré ici. Notre-Dame de Lorette fait également l’objet d’une visite sur le chemin du retour. La “Santa casa”de la Vierge connaît depuis le milieu du XVIe siècle un rayonnement européen favorisé par l’administration des jésuites. Elle participe du fort renouvellement du culte rendu à Marie dans ce lieu, qui abrite la maison de la Vierge à Nazareth. Cet édifice aurait ensuite été miraculeusement transporté en Italie par des anges17.

  • 18 BOUTRY P., FABRE P.-A., JULIA D. (2009), Reliques modernes, cultes et usages chrétiens des corps sa (...)
  • 19 JULIA D. (2006), Gilles Caillotin, pèlerin. Le retour de Rome d’un sergier rémois, 1724, p. 371-372 (...)
  • 20 LAZARD M. (1992), « Un touriste français en Italie au XVIe siècle : le seigneur de Villamont (1558- (...)

12Par ailleurs, alors même que nos pèlerins ne se rendent pas à Venise, on relève les lignes suivantes “Mémoire de voir le corps de Saint Luc à Venise à Saint Joppe en Caneveau. Les porterais [sic] de Saint Hiérosme à Saint Marc dans la sacristie de Saint Marc. Le corps de Saint Miroclais”. Cette remarque renvoie directement à la dimension sacrale des reliques, dont le pouvoir d’attraction reste fort18. Plus d’un siècle plus tard, Gilles Caillotin, le sergier rémois parti à Rome dans les années 172019, prend le soin également de recopier un passage des Voyages du seigneur de Villamont, consacré justement au “grand nombre d’églises et de corps saints à Venise”20.

  • 21 RUBERCY G. de (1891), Les Du Tillet, seigneurs de La Bussière (Loiret), Orléans, Herluison.
  • 22 COMPèRE M.-M., JULIA D. (1984), Les collèges français, 16e-18e siècles. Répertoire 1 – France du mi (...)
  • 23 Cette expression forgée par les historiens désigne les régions de contact entre catholiques et réfo (...)
  • 24 VINCENT A. (1853), Notice historique sur Livron (Drôme), Valence, Marc-Aurel. En réalité, Henri III (...)

13En outre, le scripteur s’emploie à relever les lieux ou monuments les plus remarquables. Il fait preuve de curiosités et se montre capable de faire part de son étonnement sinon de son émerveillement, partagés sans doute par ses compagnons de route. La toute première considération de ce type porte sur le château de La Bussière, situé au sud de Montargis. Cette demeure, en cours de rénovation, appartient alors à une famille de gens de robe, les du Tillet21. Le “vivier” et la “belle forest” de cette propriété sont jugés tout particulièrement dignes d’intérêt. De passage à Moulins, le notaire écrit : “bonne ville où la reine Blanche demeura et est plus belle que Chartres et plus marchande”. En cela, Maître Barbereau ne fait pas preuve d’un “esprit de clocher” exacerbé. En homme d’affaires, il sait aussi reconnaître le pouvoir économique d’une cité et la capacité d’attraction de la capitale du duché du Bourbonnais. À Tournon, nos Beaucerons remarquent qu’il “y a un collège des Jésuites fort beau”. Fondé en 1536 par le cardinal François de Tournon (1489-1562), puis confié en 1561 à la Compagnie de Jésus par son fondateur, l’établissement jouit déjà d’une grande réputation. Nos voyageurs ont peut-être été amenés à méditer la devise du cardinal : “Non quae super terram”[Non aux biens de ce monde]22. N’oubliant pas qu’il se trouve en des terres “frontières de catholicité”23, Barbereau note qu’il traverse “Livron en Dauphiné où feu le roy de France a demeuré l’espasse de sept ans, et sont les habittants de la dicte ville touz huguenotz, fors que ung homme d’église et ung homme laîque”24. Il fait référence ici au siège infructueux conduit par les armées d’Henri III, au cours de l’hiver 1574-1575, devant cette place forte tenue par les protestants. Enfin, citons quelques autres remarques concernant la fécondité d’un terroir bien éloigné des productions habituelles du bassin parisien ; ainsi, dans le Comtat Venaissin, tout spécialement dans la région de Cavaillon, “à l’entourt de laquelle y a force mellons et aultres fruictz semblables, figuiers, alemandiers, meuriers blancs, olliviers de quoy on faict de l’huille d’olive”.

  • 25 JULIA D. (1997), « Gagner son jubilé à l’époque moderne : mesure des foules et récits de pèlerins » (...)
  • 26 Ce sont celles de Saint-Jean de Latran, de Sainte-Marie-Majeure, de Saint-Paul-Hors-les-Murs et de (...)

14À l’inverse, le lecteur sera peut-être surpris de ne rien trouver sur Rome, si ce n’est que notre petite troupe séjourna dans la ville éternelle entre le 28 septembre et le 4 octobre, c’est-à-dire durant une semaine à peine. Nous sommes ici bien loin des récits détaillés du récollet Alexis Lorain ou du curé angevin Claude Robin, composés par ailleurs a posteriori25. Cela dit, on est en droit de supposer que nos voyageurs ont accompli les rites pèlerins habituels. Selon toute vraisemblance, ils se sont confessés. Ils ont dû ensuite visiter les quatre basiliques majeures26 mais peut-être également Saint-Sébastien, Saint-Laurent-Hors-les-Murs et Sainte-Croix. Il s’agit là du parcours sacral des sept églises mis en honneur depuis les années 1550 par le fondateur de l’Oratoire romain, Philippe Néri (1515-1594). Il reste donc difficile d’apporter une réponse satisfaisante à la question de la quête spirituelle. Pour autant, la nature du document constitue un témoignage sur les détails, mêmes incomplets, du périple français et transalpin de ces dix-sept pèlerins.

Assurer le quotidien

15En effet, le “cahier journal” témoigne du soin apporté à la préparation du voyage projeté. Nous l’avons dit les premiers folii sont remplis des noms de lieux que les voyageurs devront traverser depuis Chartres jusqu’à Rome. Plusieurs mentions, associées à certaines localités, attestent que l’auteur s’est suffisamment renseigné afin de repérer les escales futures, les passages difficiles, les rivières à traverser ou encore les montagnes à franchir. Ainsi, trouve-t-on les annotations suivantes : “Rouannes où il faut passer la riviaire de Loire ou il y a ung port”, “La montaigne de Monsigny laquelle a une lieue à monter et deux lieues de plaine, et deux autres lieues a descendre en devallant bien” ou bien “Environ de ladicte ville d’Alexandrye il fault passer une forte riviaire avec le barc”. Afin de rassembler les informations nécessaires, il semble que le scripteur se soit appuyé sur la lecture de divers ouvrages. Au premier rang desquels il convient de signaler les guides pour voyageurs, dont certains sont bien connus. Il s’agit par exemple de La Guide des chemins pour aller et venir par tout le royaume de France, paru chez Charles Estienne en 1553, pour sa troisième édition ou bien la Nouvelle guide des chemins pour aller et venir par tous les pays et contrées du royaume de France, imprimé par le Parisien Nicolas Bonsons en 1583. Peut-être notre notaire a-t-il eu également entre les mains Les Voyages du Seigneur de Villamont, publié en 1595 ? Ce récit, appelé à devenir un véritable succès de librairie, raconte les pérégrinations d’un hobereau breton qui, parti en 1588 pour la Terre sainte, passe par la péninsule italienne.

  • 27 JULIA D., « Pour une géographie européenne du pèlerinage à l’époque moderne et contemporaine », op. (...)

16La longueur d’un périple de plusieurs milliers de kilomètres pose nécessairement la question des moyens de locomotions employés. À l’image du prêtre breton Pierre Barizy de Kerscomar en 1686, il semble que ses prédécesseurs du drouais aient utilisé différents modes de transports27. Dans les premiers temps de leur périple, le 31 août, ils effectuent près de 60 kilomètres afin de rejoindre Nemours depuis Angerville. Le lendemain, l’étape suivante les conduit de Nemours à Nogent-sur-Vernisson, autrement dit tout près de Montargis, soit une route d’une cinquantaine de kilomètres. De même, ils parcourent près de 300 kilomètres en quatre jours seulement, lorsqu’ils se rendent à Lorette depuis Rome, soit une moyenne journalière qui s’élève à 72 kilomètres. Si on considère qu’une marche réalisée à bonne allure équivaut à une moyenne journalière fort honorable comprise entre 25 et 30 kilomètres, nos pèlerins ont forcément eu recours au service d’un cheval, d’un âne? voire d’une voiture. À différentes reprises, ils utilisent également la voie maritime, que ce soit pour descendre le Rhône ou bien pour rejoindre Antibes à Via Reggio.

17Par ailleurs, nos compères doivent composer avec le contexte politique international. Ainsi, la première version du voyage prévoyait fort logiquement après le passage de Lyon, “ville dernière de France”, de traverser les États de Savoie, en passant par Chambéry, “ville capitalle de Savoye” ou encore la place forte de Montmélian, puis Turin et Pavie. Somme toute, il s’agit du trajet habituellement suivi par le voyageur désireux de se rendre en Italie. Tout cela était sans compter sur le conflit entre la France et la Savoie qui éclate le 8 août. En effet, en 1598, le duc Charles-Emmanuel Ier a fait les frais de la paix de Vervins conclue entre la France et l’Espagne. Il doit notamment céder le marquisat de Saluces et la Bresse. Toutefois, durant l’hiver 1599-1600, le duc pense pouvoir négocier avec Henri IV le retour dans ses possessions de la terre de Saluces, et procéder à quelques échanges territoriaux. Mais, le roi lassé des prétentions et des tergiversations du duc, choisit l’option militaire. Le 20 août les troupes françaises s’emparent de Chambéry. Quelques jours plus tard, le connétable de Lesdiguières s’avance jusqu’au Mont Cenis. Arrivés à Lyon le 10 septembre, les pèlerins se trouvent donc dans l’obligation de modifier leur projet originel. Voilà nos compagnons de route à Valence le 12 septembre, puis le jour suivant en Avignon, ville en “laquelle y a ung beau pont qui a vingt quatre grandes arches”, avant d’embarquer pour rejoindre la péninsule italienne par la mer.

  • 28 Archives départementales d’Eure-et-Loir, E suppt 4, Prouais, GG 1, BMS.

18Les mêmes difficultés attendent les voyageurs lors de leur retour. Comme nous l’apprend le curé de Prouais, Philippe Maillard, “attendu que la guerre du roi de France était en Piémont”28. En fait, en ce mois de novembre, le conflit va bientôt s’achever. Le dernier lieu de résistance, la citadelle de Montmélian, est sur le point de capituler face à Sully. Cependant, après avoir suivi l’antique voie romaine jusqu’à Milan, nos Beaucerons choisissent prudemment de remonter le long du lac Majeur, puis ils longent le cours du Tocè, traversent le col du Simplon pour arriver à Brig, situé à une trentaine de kilomètres des sources du Rhône. Ils suivent alors la rive droite de ce fleuve jusqu’au lac Léman et la ville de Lausanne. Puis, ils pénètrent en France par la chaîne du Jura et la ville de Saint-Claude.

  • 29 GONZALEZ J. (2005), En Bourgogne. Les villes d’eaux oubliées, Nevers, Editions Loire et Nièvre. Les (...)

19Une telle aventure humaine et spirituelle réclame une bonne condition physique. Nous ignorons tout de l’âge des pèlerins. Il n’en reste pas moins qu’il leur fallait disposer de toutes leurs forces afin de mener leur voyage à son terme. Ainsi, sans doute dans le but de ménager leur santé ou de prévoir leurs excès de fatigue, le manuscrit renferme une recette “Pour faire du sirop de vye”, dont voici le détail : “Il convient d’avoir une pinte d’eaue de vye bonne, une chopine d’eaue rose, une onze [once] de cannelle pour II solz de clou de giroffle. Fault faire battre ensemble avec une demye livre de sucre fin. Le tout mesler ensemble et mectre dans une bouteille et bien la boucher et en prendre tous les jours environ plaine une cuiller, et cela est fort bon contre la contagion et flamatique et toust”. Le document précise également que le tout est fort recommandé : “Quand un homme a quelque mal de costé et aultre mal fort”. En outre, au passage de Pougues-les-Eaux, l’auteur ne manque pas de relever les vertus curatives des fontaines locales dont celle de “Saint Marceau qui gary de la gravelle” ou encore celle “de Saint Eutrope qui gary de la peste”29.

  • 30 Voir notamment ARTIOLI L. (2000), « Le long de la via Emilia. Les hôpitaux de pèlerins entre XVIe e (...)

20En voyageurs décidément fort prévoyants, une fois parvenus en Italie, ils savent également qu’ils devront maîtriser un tant soit peu la langue de Dante. À cet effet, le livret contient quelques pages consacrées à la rédaction d’une sorte de manuel de conversation franco-italien. Celui-ci rassemble l’essentiel des phrases usuelles ainsi que les locutions ordinaires de la vie courante. Ces quelques phrases ont dû avoir leur utilité, même si l’ensemble relève plutôt de la phonétique que de la littérature, sans grand souci de la grammaire ou de la syntaxe. De même, trouve-t-on un tableau des changes monétaires assez détaillé. Ces informations sont d’autant plus précieuses lorsqu’il s’agit de se ravitailler et de se loger dans un pays étranger. À ce propos, il convient de distinguer deux époques bien distinctes, qui se rapportent aux deux aires géographiques concernées : la France et l’Italie. Pour le temps qu’ils voyagent à l’intérieur des frontières du royaume, Maître Barbereau indique généralement le montant des dépenses engagées depuis leur départ. Ce sont les différents “Mémoire de l’argent que nous avons débourcé pour nostre despence”. Ainsi, “le jeudi 7e septembre paié pour desjeuner et la collation faict à Sainct Martin et à Sainct Germain de Lespinasse, dix sept solz tournois”ou bien “paié ledict jour pour le soupper et le lendemain à desjeuner à Rouannes, en tout ung escu six solz tournois”. Au sein de l’espace italien, seules quelques rares mentions subsistent. Elles concernent exclusivement les frais de bouches engagés le 29 octobre, sur le chemin du retour, entre Modène et Reggio. Ces considérations renvoient au réseau assez dense d’hôpitaux péninsulaires chargés d’accueillir les pèlerins, afin de leur proposer le gîte et le couvert30.

21Le livret note systématiquement la présence de ces établissements à Plaisance “ou il y a ung fort riche hospital”, à Lucques, “bonne ville en laquelle [il] y a ung hospital auquel les pellerins sont fort bien, nourris honnestement et logés” ou encore à Florence, “à laquelle y a deux hospitaulx, ung aux hommes d’église et l’aultre aux hommes laïques”. L’auteur sait pouvoir compter sur ces structures hospitalières. Le commentaire accompagnant la description de l’hôpital de la ville de Luques, laisse supposer que le groupe a pu apprécier la qualité des services rendus.

22En somme, ce témoignage livre le récit du cheminement classique de “roumieux” français. Il n’explicite pas les épreuves endurées. Or indubitablement celles-ci ont existé. Mais, la nature du document est intimement liée à la personnalité de son auteur. Maître Barbereau, spécialiste de l’écrit, n’a pas éprouvé ici le besoin de s’épancher plus que de raison. Le livret est tout d’abord une pièce comptable. Nous sommes loin du récit d’un Gilles Caillotin, rédigé dans le premier quart du XVIIIe siècle. Mais, le contexte n’est pas le même, le rapport au moi, à l’individu, la place du “je” importent peu. Le compagnonnage l’emporte sur toutes autres considérations. Guide, aide-mémoire, livre de comptes, le principal objet de ces feuillets est, avant tout, d’être utile.

Haut de page

Bibliographie

ARNOUL É., BARDET J.-P., RUGGIU F.-J. (2010), Les écrits du for privé en Europe du Moyen Age à l’époque contemporaine. Enquêtes, Analyses, Publications, Bordeaux, PUB.

ARIèS P., DUBY G. (1999), Histoire de la vie privée (tome 3). De la Renaissance aux Lumières, Paris, Le Seuil.

BARDET J.-P., RUGGIU F.-J. (2005), Au plus près du secret des cœurs ? Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé en Europe du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, PUPS.

BARDET J.-P., CASSAN M., RUGGIU F.-J. (2007), Les écrits du for privé. Objets matériels, objets édités, Limoges, PULIM.

BEAUHAIRE J. (1892), Diocèse de Chartres. Chronologie des évêques, des curés, des vicaires et autres prêtres de ce diocèse, depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Paris, Leclerc-Cornuau.

BOUDET M. (1949), “Les curés du Drouais en pèlerinage à Rome au jubilé de 1600”, Mémoires de la société archéologique d’Eure-et-Loir, tome XVII, Chartres, Petrot-Garnier, pp. 6-50.

BOUTRY P., FABRE P.-A., JULIA D. (2000), Rendre ses vœux. Les identités pèlerines dans l’Europe moderne (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, EHESS.

BOUTRY P., JULIA D. (2000), Pèlerins et pèlerinages dans l’Europe, Rome, École française de Rome.

BOUTRY P., FABRE P.-A., JULIA D. (2009), Reliques modernes, cultes et usages chrétiens des corps saints des Réformes aux révolutions, 1, Paris, EHESS.

BOUTRY P., FABRE P.-A., JULIA D. (2011), Reliques modernes, cultes et usages chrétiens des corps saints des Réformes aux révolutions, 2, Paris, EHESS.

COMPèRE M.-M., JULIA D. (1984), Les collèges français, 16e-18e siècles. Répertoire 1 – France du midi, Paris, INRP-CNRS, pp. 696-712.

CROUZET D. (1982), “Recherches sur les processions blanches, 1583-1584”, Histoire, Économie, Société, 1, Paris, Colin, p. 511-563.

DUFOURNET J., FIORATO A.-C., REDONDO A. (1992), L’Image de l’autre Européen (XVe-XVIIe siècles), Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.

FROESCHLÉ-CHOPARD M.-H., FRANTZ V., GÉLIS J., MONTAGNES B. (2002), Itinéraires pèlerins de l’ancienne Provence, Marseille, La Thune.

GERMAIN-DE FRANCESCHI A.-S. (2009), D’encre et de poussière. L’écriture du pèlerinage à l’épreuve de l’intimité du manuscrit, Paris, Champion.

GONZALEZ J. (2005), En Bourgogne. Les villes d’eaux oubliées, Nevers, Editions Loire et Nièvre.

JULIA D. (1997), “Gagner son jubilé à l’époque moderne : mesure des foules et récits de pèlerins”, Roma moderna e contemporanea. La città del perdono. Pellegrinaggi e anni santi a Roma in età moderna, 1550-1750, Anno V, 2-3, Rome, Università degli studi Roma tre, pp. 311-354.

JULIA D. (2006), Gilles Caillotin, pèlerin. Le retour de Rome d’un sergier rémois, 1724, Rome, École française de Rome, pp. 371-372.

MAËS B. (2008), Pèlerinages et sanctuaires mariaux au XVIIe siècle. Manuscrit du père Vincent Laudun, Paris, CTHS.

MASSIP M. (1890), Le collège de Tournon en Vivarais, Paris, Picard.

RUBERCY G. de (1891), Les Du Tillet, seigneurs de La Bussière (Loiret), Orléans, Herluison.

SIGAL P.-H. (1994), L’image du pèlerin au Moyen Age et sous l’Ancien Régime, Gramat, Association des Amis de Rocamadour.

SOUCHET J.-B. (1873), Histoire du diocèse et de la ville de Chartres, Chartres, Société archéologique d’Eure-et-Loir.

TALON A. (2002), Conscience nationale et sentiment religieux en France au XVIe siècle, Paris, PUF, pp. 244-245.

VINCENT A. (1853), Notice historique sur Livron (Drôme), Valence, Marc-Aurel.

Haut de page

Annexe

“Cahier de voyage de curés drouais à Rome en 1600”31

(Archives départementales d’Eure-et-Loir, 1 J 328)

[Sur le velin de la couverture, encre très effacée]
Je doibt à Monsieur de Croisilles, XXII s[ols]
Je doibt à [Monsieur ?] Blévy, VIII solz, VI [barré] de France, le sol [ ?]
Je doibt à Monsieur Denis, X solz de Millan, le 3e [jour ?] à Millan. Le [ ?] audit Millan

“Prévoir le trajet”

[F°3 recto] (il s’agit bien de la première page)
Sur deux colonnes :
A gauche :
Chartres
Orléans
Bourges
Myllan
32
Moullins-en-Boubonnoys
A Besay
33
Varennes
34
St Geran
35
La Pallisse
36
La Pascaudière
37
St Martin de Lespinase [ ?]
Rouannes où il fault passer la riviaire de Loire ou il y a ung port
38
St Saphorin
39
A la fontaine [ ?]
La montaigne de Tarrare fort roidde
40
La Brelle
41
Lion, ville dernière de France
Moutiers, ville premiere de Savoye
42
St Lambert [ ?]
Chambéry, ville capitalle de Savoye
A droite :
Monmillan
43
Le village d’Epiere [ ?]
La Chambre
44
Sainct Jehan de Morienne, evesché
St Michel, II lieues au delà dudit St Jehan
La montaigne de Monsigny
45, laquelle a une lieue à monter et deux lieues de plaine, et deux autres lieues a descendre en devallant bien. En montaigne, il y a ung village qui se nomme monastaire qui est la fin de la Savoye ou il fault changer d’argent
[F°3 verso]
Turin, ville capitalle de Piémont
Tortonne
Alexandrye. Environ de ladicte ville d’Alexandrye il fault passer une forte riviaire avec le barc
Pavy très excellente cité où il fault premier que d’y entrer, passer troys grosses riviaires au barc
Cinq mil au dessus de Pavye il y a ung fort beau monastaire de chartreux et l’église est toute de marbre
La ville de Plaisance excellante en beaulté ou il y a ung fort riche hospital
Ponteneulx
St Denin, ville moienne
Bourgues
La cité de Parmes fort excellante ; deux barcs sont par desa la ville. L’un couste V cadrins et le pont VI cadrins. Fault passer un barc et couste V sols et y a forte rivière à passer. La monoye papalle change a Boulongne
46 ; Parmes et Plaisance
[F°4 recto]
Rege, cité fort belle
47
Loubière, forte ville aux fossés et ung barc à passer fort grand
48
Moddena, cité
Boulongne, très excellante cité
Castel Saint Pierre
Ymola, belle cité
Castel Bouligny, bourgade clos
Sainst [ ?]
Fourly, bourgadde
49
Castel Saint Paul
Sarzaine, belle ville
50
Savinian, ville petite
51
Rimenay, forte vile et vile papalle
52
La catolicque
53
Pize, forte place et vile papalle
54
Faan, ville
55
[F°4 verso]
Saint Negaye
56
La bacque d’Ancosne, forte et excellante cité qui n’est que a quinze milles de Notre Dame de Laurette
Notre Dame de Laurette
Recanate, ville
57
Mazaratte, ville
58
Folligny
59
Ascollot, ville
Terane, ville
60
Nermi, ville grande
61
Castelnove

“Leçons d’italien”

[F°5 recto]
Bondy signore, Bonjour seigneur
Bondy madona, Bonjour madame
Bona sera, Bonsoir
Date madona della carne e delle vino e del pane de la caza, Donnez nous madame de la cher, du vin et du pain de la maison
L’estrada per andare in Bolonia seignore, Le chemin pour aller à Boulongne
Quels vins voulez[-vous] seignore, Delle vino romanisque, Du vin de Rome
L’estrada per andare in Parici, Le chemin pour aller à Paris
L’estrada per andare à Piesance, Donnez moi le chemin pour aller à Plaisance
Quanto milles a Milano, Oto milles, c’est a dire huit milles
Sempre direct, Toujours droit
(la suite n’est guère lisible car en partie effacée)
[F°5 verso]
(l’ensemble de cette page est difficilement lisible)
Mectez le sel le premier, Mety primial il salle
Ou est la nappe, Dove e la touaglia
Allez quérir des tranchoirs, Va piglia de tondy
Des gobelets et serviettes, Biechiery e touaglias madone
Allez quérir du pain, Vache del pane
Tout est prest, Tuto e per ordine
[F°6 recto]
Apportez-nous à manger, Porta da mangiare
Apportez de la salade et la chaire sallée, Portane l’insalata e la carne sallata
Versez nous à boire, Versane da vino
Allez quérir du potage, Va per minestra
Courez viste, Va aredo
Tenez votre potage, Peglia la tua minestra
Apportez de la moutarde, Apporta mustarda
Il n’est pas encore prest, Non e ancora in ordine
Allez quérir de la carne, Audate per carne
Bien venu, Ben venuti
Il y a bien icy de quoy, A guia robba assi
Faites bonne chère, Fate tuti buona vera
[F°6 verso]
Demy ducaton de Millan vault XLIII boullins et meuze, et de julle, cinq julles CXXI quadrin.

“Apprendre à compter”

[F°7 recto]
Mémoire de l’argent que nous avons desbourcé a nostre despence sur la somme de cinq escuz sol que nous Croisilles, Blévy, Maillard et Temeneau avons paié
Premièrement, le jour Sainct Simon a notre soupper XLIII boullins62. Plus paié le dimanche XXIXe octobre pour le barc de Modena dix boullins.
Davantaige, paié ledict jour audict Modena six julles et deux cadrins pour le dejeusner, ung escu paié
Plus paié pour notre gouster XXII boullins
Plus paié ledict jour a nostre soupper faict à Rege la somme de LX solz qui vallent chascun solz IIII quadrins avecq [ ?] julles et demy de chair

“Poursuivre le chemin”

[F°7 verso]
Porte commasné pour sortir de Milan
A Charon dix milles
A Saron quatre milles, Juxte lequel il y a un très beau temple nommé Maria Miraculorum, bourgi Saron prope mediolanum 12 milaria, la est très bien dépeinte la Cène de Notre Seigneur et sa sépulture63
A Tredat
A Varo 12 milles
A Bonnain 10 milles
A Margust 10 où il faut faire six milles par eau
A Dosme Dosne64 12
A Brigue65 7 lieux
A Sion 8 lieux
A Martigni 3 lieux
A Saint Mory66
A Villeneufve 3 lieux
A Vevey 4 lieux
A Lozanne67 3 lieux
Morges 2 lieux
Aubonna68
Le vo [ ?]
A Sainct Tourgon
A Sainct Claude69
Et de Sainct Claude au retourt fault
[F°8 recto]
Venir par Moran premiere ville pettite70
Orgellet71
Saint Laurens de la Roche estant sur une coste72
Vencella [ ?]
Savigny73
Louen74
Cuizery ou il fault passer ung port, petite riviaire de Saille75
Tourneu ou il fauct passer la Sosne avecque le barc76
Brancion77, Cormatin78 et Courtevoix
Digoing79
Grost Cheizy
Saint André le Désert80
Saint Bonnet81
Collange
Charolle82
Pareil les Mogneault83
Le port de Digoing ou il fault enbarquer sur la rivière de Loire pour aller à Orléans
Collange
Pierre fruicte
Diou84, Dampierre85
La Valle
Moullins
[F°8 verso]
Pougues de l’evesché d’Annevers [de Nevers] à trois lieues près dudit lieu auquel Pougues y [a] trois fontaines, une de Saint Marceau qui gary de la gravelle, une de Saint Eutroppe qui gary de la peste et l’aultre de Saint Liger en pareil cas. Ladite eaue de fontaine Saint Marceau est claire forte à boire. Celle de Saint Eutroppe fort verte et tousjours bouillonne de gros bouillons, Saint Marceau est le 4ème septembre, patron de Pougues.

“Soigner le corps…”

[F°10 recto]
Pour faire du sirop de vye
Il convient d’avoir une pinte d’eaue de vye bonne, une chopine d’eaue rose, une onze [once, una“Soigner le corps…”

[F°10 recto]
Pour faire du sirop de vye
Il conv1 class="footnorai se otzopee, X parearpser za musurgade cloEine dunquér Csl" i acol" id=ours="fo urgade cloPte
Divisit s sVenirz3" hrec" id=nt M cité dRevillter"t a Milano, pareiuidne ss=t s ct M cité dSyn de ze
PlusV id="espringe no ede doultn63aquovr />PlusJr dude la moregur Sref=cfe eatn85"> dgade cloSec" ie qui raben tus pléf, Lei hrefdemegade cloLmméroues et speviee 4c MabienssVente ?]
setationter conv1 Nevers] à tAigp>ème tationterCarou il freatl i dgulles oi2" hrmmérouesnneverr dsancoSa oict et spéviee 4<72" heau 2" haivrane de laTen pit lieuhairVenir regreaunn partas hrefmalice bonne]
Allavala/p> calice bonneCslntcne Sasaln apla ssegaM c f="#miel bonneCslntcneettecallnt Ma i dtn80"> claue,it ss=t s s bAnneverr dudit enssbr />t deatl inempleelf="e ebs bAnneveroneAppo2" hrlVenecbr ho5">ureur eg"boddet soilse [cité dNy vuyachate vihopinpoi"t a sore Mariate> aM cité dNytcsue,ihopin ed=nt M cate> Nevdoy2" es, uAnneverNAllez ihopin flee 4uvag quériNearo Mapin et la espcallnt Ma e naM vag quériSe ftVeneez ihtt chasirte V s fort bels2"glotz.ionter conv2 class="footnDe gros -par Mor [jourss=t3ontainehref="#ftn71">71" href="#-tnotec
“Soigner le corps…”

[F°10 recto]
Pour faire du sirop de vye
Il conv3sbourcé a nostre despence sur la somme de cill" iation" iemierement, Gss="tr />Priabr />Premièle jour ,
#ftn3 bonne]
La Valle
Moullins
astreiuz sol que r notdz jeuness solz IIIA la v75">75
Tourneu ou il fauct pas8ll" id="bodyf8ll>8s="foo21lle cref="#Lmur le dejeSaron qhascun">8ainct ClaudG"fooremicitaamnotit etenecroictoteShasc75
Tourneu ou il fauct pas8André le Dé8An>8a class="foFbr />?]5
Tourneu ou il fauct pas9otnotecall" i9ot>90 href=r notd
igenomme d4ean cref="#M dergillabr />Dtationter">Noer">#f5ean ceemienoilionter conv>Tortonne
emiere4u 2marAnneverLmur le deje2an

/blockquotr notdier X lediusm unean ceemienoilfort ="boatiorriaizn]5
Tourneu ou il fauct pas9 class="footn9 c>9ll" icittn81>73
Louen9" id=s=or ="boa4ontainecitIIINeufv>73
Louen64 12
A Brigueaclasshaurltgr la ope mn73"on
emiercitDe Ctn76" [jP d>73

Louen73
Louen
Louen
98l" icitne64 12
A Brigue
Dtatiosne Dell?a3ontainehref=" conv4sbourcé a nostre despence sur la somme de cinq escuésol que r notus Croisilles, pper XLIII boullinsa claesne 7an

/blockquotr ledict jodz jeuness sallattecar />s solz III lieuespasser ez III lieuesGermair la riviaires>64
12
A Brigue10o href=l y aep hrn ceemienoilf 17ean t.ire hu la somme de LX solz qupt jolnt chascuneaune ftndemVene> /blockquotr ledi31"clasapan>vallent chascun"><> call avzcitppaié ledict jol nostst X solz IIIlass="sl n11ibt à re en a ssV Cè 9an

/blockquonneverLremiebr />Dtationter">Iocké ledict jour Croiostst X solz usner, Lrem boullins.Collabr / [onem>(lbt à 8lle c. A, une LremieViy a u64
12
A Brigue101" id="n Dauphi/>A tn72" href=sols et Rnze millesDtatiosatiLa, et deez ihc, boecartna sallaemiereemy de ta="footnoez ihttqt mdiem buyn dee,ih="footnotpeintecune ent VI Laditrmissf Dt Mafn aab chlrcit ss=tlfner, Rnze l qui et semierz [ sépuhautneci?].ire huA, une Viy a u nouudriacqgnore, Le r ?10" id=sdie72"aisancunpence surntaine Sal y ntaine,atiLa, et deng fort rcmieno>ourgi Sattecèoddet sjésu mins toute de citatiLa, et deng fort rcmieno>oereiuz Orléansotits/ns."bze milfner, ttecèoddte , Le r ? oecartna qui euamnotit euaDauphi/>A t a sVivaryftne dgne,citnet decass="fooDtationter">Iockcadrins po mardi 12an

/blockquotr notdéuster Xn ier X solz Vnommece
78 et Courtevoix
Digoing10ur laesaié ledict Rnze l n Dauphi/>AnneverLrvro>78 et Courtevoix
Digoing104" id="n Dauphi/>A ne81
Collange
Charolle<105tnotecall" i105t>10ieuxcitpaye de LX solz qupt jovallent chascun solz IIILe2">72
Vencella [ ?]
Sav106tnotecall" i106t>106r laesaié ner, Rnze lusm unean ceemienoiz 30ean se

Vencella [ ?]
Sav107tnotecall" i107t>10 href="sols et tuIGueauo 22 lltenes,opri sseaue[cité d paié ledict joleodz jeuness sa ier X re m rcrCè 13fdDtatios tousjsaier perte V solRtn76" [j
emiere VI Satts ?]
emiereorte riviaire avee Nos alente cittatiosatiLa, et dede cinq esccen pit eauoq escuz les,it eèrean>vallent chascun solz lmur solz qum rcrCè 13an

/blockquotquarm unele nomman ceezlare, 44lle cht.ire hu paié lediorner, n73"on p notus Croisiljeunessaaaaaaaaaa22lle cht.ire hu t jol nostst X solz IIIaue vil2
Vencella [ ?]
Sav108tnotecall" i108t>108href="ref="#fs="feaaaaaaa9lle cht.ire huCava>èmeoaussyoref="#fs="f=",iSavoyeemiereorte , et deeninllecllmee, pa eauontains84" hrez abemièfigp>s="cialan7nd>s="cimegss="ibmmec"ciss="vss="ilate tu />s solz ence suhug fortieuol"ve,lange
PieieuObody"Iockcadrins pt jovallent chascun solz IIIObodyl2

Vencella [ ?]
Sav109tnotecall" i109t>109l" ia claesny 14an

dPier une nit e soiennye i,adrins avecq a m une M c an ceez.ire hu paié ledispan>callbodyftdz jeuness solz usner, Obody" dens ny 15an

d
Vencella [ ?]
Sav11otnotecall" i11ot>110l" ia cur solz qua ngtnle nomman ceemienoillare, 24ll.ref="#Lmur le dejeIIIA y ct jour a n chascunquarm uneh hrelbt à br />Dtatio, lltenvê pit.ire hu la somme de ssV Cè 16an

dx,#f5ean cee.]
/blockquotIII lieuespaximyyl2
Vencella [ ?]
Sav111tnotecall" i111t>111r laeSaronur Croisier X a m une M c an cee. 32eax julles et deux somme de LX solz quIIIN2" hr notvallent chascun"> ds solz ct jol noénitralfIII
sl y an cref="#Lmur le dejeSaronur a n chascun">
Vencella [ ?]
Sav112tnotecall" i112t>112href="quarame dle nomman cetecadtecel Pemienoizx julles et deux sne fu />Dl y h hrei d113href="rengtnem>(lbt etecadtecel Rege la somme de LX solz quur a n chascun solz ortMuid76
Brancion114href="rengtnois foan cetecadtecel Pemienoi="footnot n solz lmur solz qu18an

def="#cec71" hrFreux uz85

La Valle
Moullins<115tnotecall" i115t>11ieux d d
La Valle
Moullins<116tnotecall" i116t>116r laesaiéaum rame de Lan ceez f5ea.ire huA, une SlieuesRafastre,r>a a uSsaiéaum rire hu aiit clas an ce Collm rire hu convare
Appor la somme de sm rcrCè 20an

d72
Vencella [ ?]
Sav117tnotecall" i117t>11s="foodrins avecq rengtnem>c hrn ceemienoiz.ire huNici?]3
Louen118" id="n o] paié lediorner, nthib>=r notdCollm r,bem>c hrn ceez.ire hu paié lediroeiznean cer notdCollaaum rire hu paié ledienbraer ez vim pz quvallent chascun solz IIIVi fofram5">65 7 lieux
A Sion 8 lieux<119tnotecall" i119t>119l" ia claesn 21an

dMm un65 7 lieux
A Sion 8 lieux<12otnotecall" i12ot>12dyftn81" hrible)livvemy t Te="fot sem Harasalabr />Dtatiossaiéaum r,bpIII bouleng fort dIron ye bonneHarbin, Nobr />Dtationter">Luseriat,ss="fooDtationter">eux barcte,ss="fooDtation5 7 lieux
A Sion 8 lieux<121tnotecall" i121t>12ll" id="bodLt sDelprn pe12" id="bodyfGe4">64 12
A Brigue12ur la riviRs="f=dyl2
Vencella [ ?]
Sav124tnotecall" i124t>12e riviaire Potvan"footnohaur/>ApporBra3"oninter">eux bullet1" hrefrn67">67 3 lieux
Morges 2 lieux<125tnotecall" i125t>12r />Pougues convarNevers] à teux bullebrceau qoq escuz jeunit eaup notus Croisiljeunessa notre sou douznean ce4adtecel Ppo aesn a ngtnclassi /blockquo. t jol nostst X e sou d M c an c.ref="#Lmur le dejepz quvallent chascun solz IIIZfrn67">labr />Dtatios lediusm uneem>c hrn ceemienoilf aaaaaaaaaaaaaa 38ea.ire huArlees>64 12
A Brigue126r laeIIIvallentdz jeuness solz le 30eablockquotr ledia ngtnle cref="#Petrasm un65 7 lieux
A Sion 8 lieux<127tnotecall" i127t>12 href="br />Dtatio, sance excellaulté ouibmmecnter">Luef="ea2
Vencella [ ?]
Sav128tnotecall" i128t>128href="br />DtatiosatiLa, et deenin, vi
Bobrceau q id="ee, X qui toute ien,ede rrilfh
l, d M c troyftn,=clas lampesalle de Pi itatiPavye illass= nav il fussfalle de Pi tn72" h esthdt l [croitblockse nnz lmur so , Lnommh72">lt passeexcellaulté ouibmmec ible)liteailmial il)br />.ire hu Lnn cl2
Vencella [ ?]
Sav129tnotecall" i129t>129href="br />Dtatio, rceau qenin, vi
Bo71" hrFlee e/>Quaotre Dame dtatio, class="fooae [jBM cgr la aléYmola,t Mamial il salle
Vit be="br />Dtatio, Mème, Labacavl’evesch pour alle convesNevers] à tUre baio, eles CXX8adtecel cit mi baio, el4adtecel citois fomaizne(ci?)ebaio, elspan>call avoiron ditr alle conve Nevers] à tM68">yort dIronyte
yort dIronyt.ire huTsm une faicbr >lles et demytecadtecel Pdn> arrz3" hios in o es CXXooucadtecel Prntainy prihoire,it aié pona, BoLassellin a eveau.ref="#Lmsuptrt /aila cligny, Hledr="#ftIIIigny, Mdict ss=tlahrec"ireoua cligny, Mdicquote a cligny, Miroertes.]
#, uains8"ee, X nnepolzo]
dif2ient d’avoirDusm rcrCè 8an

> kquotej>e [Monsieurarmesnois foquarteedancellinquire,llm surla caruAnnever dif2ieNevers] à tGe4">citAntibnecitIII>a a uScte
DiouPremi Dosa.ire huP. [MonsieurtioJspa z3" hGss="tr />Pr 30ea.ire huP. [Monsieurtiorore, r not15ea.ee.in

“Soigner le corps…”

616!-- # Ilrps…”

Ilr">
Casttext"spanootnotecallh2lrps…”

61VencelSymboltnotecallr />Sav1 ?]1r laeCedrcte vemblxur ne sforclonnDu"2" hz le sa nitn,boire, dulgdecassléni />Pieoiteci:ccesfessf ,tcs aun />srec"ay pretio, rcmôa unguaigne, ibr />s œuvan>tretapè, X an clin pou>llesimpl"f="#fdtifeoitrein oitnson 1an

r janvicun1601.in

61VencelSymboltnotecallr />Sav2 ?]" id=sTis foalzo],ible br /> moi , PUPScittARDET J.-P.,"CASSAN M.," UGGIU F.-J. (2007),sibleLolfI c"irsbtuIflaaglived. ObjAllematen vel"cisbjAlleédiruAnr />,Anr />,http://www.ec"irsdulleglive.frrc dein

61VencelSymboltnotecallr />Sav3 ?]ur laeFOISIL M. (1999),s« passe c"irute dflaaglived », ARIr">ètnotecaS P.,"DUBY G.,sibleH Lnni">fdti ible)tpou>3).De ns."erins hospialéLuI boulAnr />,61VencelSymboltnotecallr />Sav4 ?]e [jDr uxè de trejoi"t a sttect d />es,ubl"f="osle 30emllsb1938ein

61VencelSymboltnotecallr />Sav5 ?],Xy I,, Aprot-Gssecel. No cinq escreprilfz le sisanscrip 61VencelSymboltnotecallr />Sav6 ?]fdu riecuneen nr />,4,, Soci?tit ulteedologit que a Eute-et-e fr (lle d une u smlnstc"ir rédigedienb1654)ein

61VencelSymboltnotecallr />Sav7 ?],61VencelSymboltnotecallr />Sav8 ?]8r lae

nl nl >BOUCHET J.-B., tnotecal />

nl nl >op. cie.inotecall />

nl nl >,61VencelSymboltnotecallr />Sav9 ?]9r lae

it it >JULIA D.,sinotecal />

it it >op. cie.inotecall />

it it >,61VencelSymboltnotecallr />Sav1otn?]10r laeBEAUHAIRE J. (1892),sibleDiecuneent r>.eChronologiesdolfI vêqine,decill" is,deciv"caian>#e aigne, i, uains8ce,z riecuneetrdepui Pposmediosq id="paiclaue isbjusquireIIIval= le 4nr />,< moi ,ible br />Leclorc-Cornuauillole s?tu 61VencelSymboltnotecallr />Sav11 ?]11r laeAlteiv y pral eedancEute-et-e fr,t2 E 12/896ein

61VencelSymboltnotecallr />Sav12 ?]1" id=sCROUZET D. (1982),s« Revieltenessaié es, boessf "ibmmechne,1583-1584 », ibleH Lnni">, Éttnonoe, Soci?titnr />,61VencelSymboltnotecallr />Sav13 ?]13r lae

nl nl >SOUCHET J.-B., tnotecal />

nl nl >op. cie.inotecall />

nl nl >,61VencelSymboltnotecallr />Sav14 ?]1=r laeL="gslntcn PameNos alentnce61VencelSymboltnotecallr />Sav15 ?]1=r laeTALON A. (2002),sibleC "cidecasritf aassetnAonsiy prirelig8" hienb,61VencelSymboltnotecallr />Sav16 ?]1xr laeTerme r purte etutixceedict joda st> unbrè, X ein

61VencelSymboltnotecallr />Sav17 ?]1"r laeEngnore,tfort grlahbibl"ographembls aplatô aabondame span mcelle m,oinsalla"paicévcntna sallapla sssiyuDame d premuae [j#pè, X srence surncdit S Provdecabr />,#marorx on Xy Inssiorclo.lenstc"ir uubrèr sVincec,< moi , CTHSein

61VencelSymboltnotecallr />Sav18 ?]18r laeBOUTRY P.,"FABRE P.-A.,"JULIA D. (2009),sibleRe f="osmoSavoejoururltillasssan s chcétiecall"se asVentall"seR fofort orx r> lat />Anr />,< laave1,< moi , EHESScittOUTRY P.,"FABRE P.-A.,"JULIA D. (2011),sibleRe f="osmoSavoejoururltillasssan s chcétiecall"se asVentall"seR fofort orx r> lat />Anr />,< laave2,< moi , EHESSein

61VencelSymboltnotecallr />Sav19 ?]19r laeJULIA D. (2006),sibleGPremi Ca>èmtdinerè, X eeL="premieclin pou>lieuhairergi rcte i , 172e r />,61VencelSymboltnotecallr />Sav2otn?]2dyftn LAZARD M. (1992),s« Ue enr mins "ançacel n I euIXVInssiorcloci:ciossodyftn63e sV jou qui (1558-uel P1628) », DUFOURNET J.,"FIORATO A.-C.," EDONDO A.,sibleL dIman clinl dgne,blute edoe (XVe-Xy Inssiorclos)nr />,DNo Moremein

61VencelSymboltnotecallr />Sav21 ?]2ll" i RUBERCY G.clin(1891),sibleLolfDu TPrems,61VencelSymboltnotecallr />Sav22 ?]"" id=sCOMPr">ètnotecaRE M.-M.,"JULIA D. (1984),sibleLolfttecèodss "ançace, 16al />abr /> l />-18r />abr /> l />ssiorclos.eR scunni">f1 –b,oensVivaryftnr />,< moi , Ptcnrdt passe tabl"sspy pri apla setr700e cèv enb1599ein

61VencelSymboltnotecallr />Sav23 ?]2ur lallole sexa casf flagitns VI Lea h Lnnr eescuést> Lea rctgi escuz à dec hinq mPEnthol"f="illasr fofoéstin

61VencelSymboltnotecallr />Sav24 ?]2e riv VINCENT A. (1853),sibleNmtdan h Lnnr f="ssaiLrvro>o(Drôme)nr />,QuaMdic-Autel.airerlaslit?,eHenri> Sn>efhttqt u61VencelSymboltnotecallr />Sav25 ?]2r />P"JULIA D. (1997),s« Ga> qu jubi,it 31"
l />

it it >PoremgX angiudatenist atrea< poa#er ez eoSavoa,1550-1750inotecall />

it it >,61VencelSymboltnotecallr />Sav26 ?]26r laeCna qui coremi cligny,-Jear la raisan, cligny,e-Maare-Majee e, cligny,-Paul-Hors-emi-Mursn ef="#-bourgaoaul hmnein

61VencelSymboltnotecallr />Sav27 ?]2"r laeJULIA D.,s« Pt jo rosgedographemblute edoe61VencelSymboltnotecallr />Sav28 ?]28hrefeAlteiv y pral eedancEute-et-e fr,tEssappt>4,61VencelSymboltnotecallr />Sav29 ?]29href GONZALEZ J. (2005),sibleE
,ere fruimonNiorvrneeL=srnon63cill"ar v"osdolfe [ pd a qui reum 12 "osdopui Pe m oin Ppo XVInssiorclo.Henri> SmonHenri> V,t chf "ant]61VencelSymboltnotecallr />Sav3otn?]3dyftn V boenoBMxbtebrè, X shinq mPXVInsmonXy IIensiorclo », BOUTRY P.,"FABRE P.-A.,"JULIA D.,sibleRen e ilvœuxeeL=sr d="trtits/rè, X s ss=t a Eute l#moSavoe (XVIn-Xy IIensiorclo)nr />,61VencelSymboltnotecallr />Sav31 ?]3ll" i one61VencelSymboltnotecallr />Sav32 ?]3" id=sCh r,bMeatiaprein

61VencelSymboltnotecallr />Sav33 ?]uur lalAlnt r, Bcasay-sl"-Alnt rein

61VencelSymboltnotecallr />Sav34 ?]34r lalAlnt r, Vss=" s-sl"-Alnt rein

61VencelSymboltnotecallr />Sav35 ?]35r lalAlnt r, ef="#-Gitrand-de-VBMxein

61VencelSymboltnotecallr />Sav36 ?]36r lalAlnt r, Ls="f"sspein

61VencelSymboltnotecallr />Sav37 ?]3"r laeLni">, an Pacorneort ein

61VencelSymboltnotecallr />Sav38 ?]38r laeLni">, Ro 61VencelSymboltnotecallr />Sav39 ?]39r laeLni">, ef="#-Syms="foen-de-Layein

61VencelSymboltnotecallr />Sav4otn?]4dyftn Rhôa ,ITar">61VencelSymboltnotecallr />Sav41 ?]41yftn Rhôa ,IpassA ousemein

61VencelSymboltnotecallr />Sav42 ?]4" id=so]61VencelSymboltnotecallr />Sav43 ?]43 id=so]61VencelSymboltnotecallr />Sav44 ?]61VencelSymboltnotecallr />Sav45 ?]45r lalIle clasgit, itatiév d= avem,atuIMb"#r>rmes.in

61VencelSymboltnotecallr />Sav46 ?]46r lae

it it >Bolognm.

61VencelSymboltnotecallr />Sav47 ?]47r lae

it it >Rengio.

61VencelSymboltnotecallr />Sav48 ?]48r lae

it it >Ruitara.

61VencelSymboltnotecallr />Sav49 ?]49r lae

it it >Forly.

61VencelSymboltnotecallr />Sav5otn?]50r lae

it it >Cesena.

61VencelSymboltnotecallr />Sav51 ?]51r lae

it it >o]61VencelSymboltnotecallr />Sav52 ?]52r lae

it it >Rino,e.

61VencelSymboltnotecallr />Sav53 ?]53r lae

it it >Cattol"ca.

61VencelSymboltnotecallr />Sav54 ?]54r lae

it it >Pesaro.

61VencelSymboltnotecallr />Sav55 ?]

it it >Fano.

61VencelSymboltnotecallr />Sav56 ?]56r lae

it it >Srmegslnta.

61VencelSymboltnotecallr />Sav57 ?]57r lae

it it >Recaritf.

61VencelSymboltnotecallr />Sav58 ?]58r lae

it it >Mnterata.

61VencelSymboltnotecallr />Sav59 ?]59r laeFo="fooein

61VencelSymboltnotecallr />Sav6otn?]60r laeTerni [3" hrn

61VencelSymboltnotecallr />Sav61 ?]61r laeNarni [3" hrn

61VencelSymboltnotecallr />Sav62 ?]62r lalIle clasgit itatideXaV Cè 28 octoquotftn3, fuaall" id=sgny, aime ein

61VencelSymboltnotecallr />Sav63 ?]63 id=so]ne noein

61VencelSymboltnotecallr />Sav64 ?]64r laeDomodossolaein

61VencelSymboltnotecallr />Sav65 ?]6=r laeBrigteSh"sspein

61VencelSymboltnotecallr />Sav66 ?]61VencelSymboltnotecallr />Sav67 ?]6"r laeLaus67">laSh"sspein

61VencelSymboltnotecallr />Sav68 ?]68hrefeAubo7">laSh"sspein

61VencelSymboltnotecallr />Sav69 ?]69r laeJura, ef="#-Car Moein

61VencelSymboltnotecallr />Sav7otn?]70r laeIsort grMoisansein

61VencelSymboltnotecallr />Sav71 ?]71r laeJura, #ftn7erein

61VencelSymboltnotecallr />Sav72 ?]72r laeJura, ef="#-tnotec<-la-"bodyein

61VencelSymboltnotecallr />Sav73 ?]73 id=so]ôa -et-e fr>, ef61VencelSymboltnotecallr />Sav74 ?]74 id=so]ôa -et-e fr>, Louhansein

61VencelSymboltnotecallr />Sav75 ?]75 id=so]ôa -et-e fr>, Cucelryein

61VencelSymboltnotecallr />Sav76 ?]76 id=so]ôa -et-e fr>, cmienusein

61VencelSymboltnotecallr />Sav77 ?], B/spaie ein

61VencelSymboltnotecallr />Sav78 ?]78 id=so]ôa -et-e fr>, Core,tf ein

61VencelSymboltnotecallr />Sav79 ?]79 id=so]ôa -et-e fr>, Digof ein

61VencelSymboltnotecallr />Sav8otn?]80 id=so]ôa -et-e fr>, ef="#-0" hre-le-DuAoriein

61VencelSymboltnotecallr />Sav81 ?]81 id=so]ôa -et-e fr>, ef="#-tn81et-de-JoMxein

61VencelSymboltnotecallr />Sav82 ?]82 id=so]ôa -et-e fr>, Ch]ne fosein

61VencelSymboltnotecallr />Sav83 ?]83 id=so]ôa -et-e fr>, Paray-le-Monialein

61VencelSymboltnotecallr />Sav84 ?]84r lalAlnt r, Diouein

61VencelSymboltnotecallr />Sav85 ?]85r lalAlnt r, Dompourga-sl"-Blsbuo.in

61VencelSymboltnotecallr />Sav86 ?]86 id=sEute-et-e fr,tSle 4.in

61VencelSymboltnotecallr />Sav87 ?]8s="fooEute-et-e fr,tAseaung fo.in

61VencelSymboltnotecallr />Sav88 ?]8ainct Seie -et-Marne,INemle 4.in

61VencelSymboltnotecallr />Sav89 ?]8a cla Seie -et-Marne,ISchascs-sl"-e fng.in

61VencelSymboltnotecallr />Sav9otn?]90 hreeLni">t, Fbr />ay-sl"-e fng.in

61VencelSymboltnotecallr />Sav91 ?]9ll" ieLni">t, rriauo.in

61VencelSymboltnotecallr />Sav92 ?]9" id=sLni">t, rn81>-sl"-e fuo.in

61VencelSymboltnotecallr />Sav93 ?]9ur laeNiorvrn,INeuv>-sl"-e fuo.in

61VencelSymboltnotecallr />Sav94 ?]9yftn65Niorvrn,ICtn76-sl"-e fuo.in

61VencelSymboltnotecallr />Sav95 ?]-sl"-e fuo.in

61VencelSymboltnotecallr />Sav96 ?]96 hre5Niorvrn,ILlass=r7tre-sl"-e fuo.in

61VencelSymboltnotecallr />Sav97 ?]97l" i5Niorvrn,IMa3">-Cle 4.in

61VencelSymboltnotecallr />Sav98 ?]98l" i5Niorvrn,Ief="#-bourga-le-Moûtt r.in

61VencelSymboltnotecallr />Sav99 ?]99l" ilAlnt r, Ve-sl"-Alnt rein

61VencelSymboltnotecallr />Sav10otn?]10o hreeLni">, ef="#-Germair-riviaires>ein

61VencelSymboltnotecallr />Sav101 ?]101" id=Isort grVdit Sein

61VencelSymboltnotecallr />Sav102 ?]10" id=sArdè pe-sl"-Rhôa ein

61VencelSymboltnotecallr />Sav103 ?]10ur laeArdè pe4.in

61VencelSymboltnotecallr />Sav104tn?]104" id=Drôme,Lrvro>-sl"-Drôme.in

61VencelSymboltnotecallr />Sav105 ?]10ieux61VencelSymboltnotecallr />Sav106 ?]106r laeArdè pe61VencelSymboltnotecallr />Sav107 ?]10 hrefhGssd,IPo"#-Sf="#-Esprinein

61VencelSymboltnotecallr />Sav108 ?]108href Vauclueetr>aue vi-sl"-Du/spanein

61VencelSymboltnotecallr />Sav109 ?]109l" iaBen pcs-du-Rhôa ,IObodyein

61VencelSymboltnotecallr />Sav11otn?]110l" iaBen pcs-du-Rhôa ,Iye61VencelSymboltnotecallr />Sav111 ?]111r laeVar, ef="#-paximir-la-igny,e-Bauenein

61VencelSymboltnotecallr />Sav112 ?]112hrefeVar, tn65noaosein

61VencelSymboltnotecallr />Sav113 ?]113hrefeVar, LioLu>ein

61VencelSymboltnotecallr />Sav114tn?]114hrefeVar, LioMuyein

61VencelSymboltnotecallr />Sav115 ?]11ieux61VencelSymboltnotecallr />Sav116 ?]116r laeVar, ef="#-Raphaëlein

61VencelSymboltnotecallr />Sav117 ?]11s="fooAlscs-Maarsiy , Antibneein

61VencelSymboltnotecallr />Sav118 ?]118" id=Alscs-Maarsiy , Nianein

61VencelSymboltnotecallr />Sav119 ?]119l" iaAlscs-Maarsiy , Vi fofram pc-sl"-M rein

61VencelSymboltnotecallr />Sav12otn?]12dyftne

it it >Alscs-Maarsiy , Mm udyein

61VencelSymboltnotecallr />Sav121 ?]12ll" ie

it it >Borghetto.

61VencelSymboltnotecallr />Sav122 ?]12" id=e

it it >o]61VencelSymboltnotecallr />Sav123 ?]12ur lae

it it >Genova.

61VencelSymboltnotecallr />Sav124tn?]12e rive

it it >Rs="f=d.

61VencelSymboltnotecallr />Sav125 ?]12r />Pe

it it >o]rn67a.

61VencelSymboltnotecallr />Sav126 ?]126r lae

it it >Mnssa.

61VencelSymboltnotecallr />Sav127 ?]12 hrefe

it it >Pietrast de.

61VencelSymboltnotecallr />Sav128 ?]128hrefe

it it >Lu>ca.

61VencelSymboltnotecallr />Sav129 ?]129href Lnniaein6!-- #ncels --orps…”

Ilrps…”

Ilr">
Casttext"sPt joci tce aissecletnotecallh2lrps…”

R fen e"an 3lt dro>iqinllh3p class="annexe">g>Stitphane r">
CastfamilyNaml">Gomiotnotecall/dro>g>,s« 

fr fr ePè, X sr "ançacel n routelspan> pou>enb1600inoteca », l />Belgeobr /> [Engnt> ], 3 | 2012, Le 13fmllsb2013,ccesnhlrit l n16emévckquot2017. URL : http:// le nals.olesed,d />.org/belgeo/71  ; DOI : 10.4000/belgeo.71 in6!-- # le itf --orps…”

Ilrps…”

Ilr">
Casttext"sAuefe tnotecallh2lrps…”

<1Stitphane r">
CastfamilyNaml">Gomiotnotecall" lah3p class="annexe">Castdescrip fmoSavoe, Uniuel i  Brtese-Pascal/Cly qui I,

AsseclesbtuImêmnsonefe tnh4> class="annexe">Castd/cuy prsIlrps…”

> >
Casttitll">61

fr fr

fr fr er">étnotecad,dorialci:cArpcntn qudetnotecall" r">
CastfullText"s[Texteai/ségral]tnotecalldiv>rps…”

>
Casti eParu ss=tl />Belgeobr />,c612 | 2014fr" ladiv>rps…”

> 6!-- #ss=hors --orps…”

Ilrps…”

Ilr">
Casttext"sDroitsalle duefe tnotecallh2lrps…”

<4.org/liannses/by/4.0/Ilrimg alt="Liannan Crear v" Cs ao>4"rstyle vbne4.org/l/by/4.0/88x31.png"le6 />Belgeobr />tnotecad premilfIIIdispos,d /> sel/> posmedfort l" id=614.org/liannses/by/4.0/Illiannan Crear v" Cs ao>4 Attribat /> 4.0 I/spanitf aabrtnein6!-- #liannse --oladiv>6!-- #d/cB /> --orps…”

CastnavE"trti, ibrttom"p61Ss aai">fr" l">
Castse idor"> - tnotecal16!-- .navE"trti, ibrttom --oladiv>6!-- #mair --oladiv>6!-- #oy depr--orps…” rps…”IlNf rps…” rps…”Iudexllh2l rps…” Auefe sfr" lalil Mots-cluAnr" lalil6!-- #navE"tries --o rps…” rps…”Numedr=" o Mon6sllh2l rps…”Castissues"> rps…”

g />Castyeart>2d1s="/dro>g>
611r lalalilNumedr=" n texteai/ségralllh2l rps…”Castissues"> rps…”

g />Castyeart>2d1s="/dro>g>
61 y prt>2-3fr" lalil g />Castyeart>2d16="/dro>g>
611r la –c61" id= –c61ur la –c61Il4fr" lalil g />Castyeart>2d15="/dro>g>
61 and Knowled laExter" l">1r la –c61Pr lute edoe/Eute lIl" id= –c61 lasexscuncell"cidetrfif="">ur la –c614fr" lalil g />Castyeart>2d14="/dro>g>
611r la –c61ur la –c614fr" lalil g />Castyeart>2d13="/dro>g>
611r la –c61Asetnoiav, l deroyftair atiPedographemIl" id= –c61ur la –c614fr" lalil g />Castyeart>2d12="/dro>g>
611-" id= –c61ur la –c614fr" lalil g />Castyeart>2d11="/dro>g>
611-" id= –c613-4fr" lalil g />Castyeart>2d10="/dro>g>
611-" id= –c61ur la –c61 inbEute l>4fr" lalil g />Castyeart>2d09l"/dro>g>
611r la –c61" id= –c613-4fr" lalil g />Castyeart>2d08hr/dro>g>
611r la –c61" id= –c613-4fr" lalil g />Castyeart>2d0s="/dro>g>
611r la –c61ur la –c614fr" lalil g />Castyeart>2d06="/dro>g>
61 and emy praarsy1-" id= –c61ur la –c614fr" lalil g />Castyeart>2d05="/dro>g>
611-" id= –c61ur la –c614fr" lalil g />Castyeart>2d04="/dro>g>
611r la –c612-3fr"  –c614fr" lalil g />Castyeart>2d03="/dro>g>
61 of urb1r la –c61" id= –c61ur la –c61 :s "om wordlfto oyft,dory>4fr" lalil g />Castyeart>2d02="/dro>g>
611r la –c61" id= –c61ur la –c614fr" lalil g />Castyeart>2d01="/dro>g>
611-" id= –c61 and ping st idegies i/i ugBobEute l>ur la –c614fr" lalil g />Castyeart>2d00="/dro>g>
611-2-3-4fr" lalil61Tchsal"ilnumedr="ll" lah2p ladiv>6!-- #navIssues --o rps…”eSattndary"> rps…”Doasfers & alteiv llh2l rps…”

fr fr eLa vsllitnsl" id=Lnye s [j

fr fr eLa vierng fageocellass=tlflKw o-Kwilu uel P1955 (1

fr fr eLa vierng fageocellass=tlflKw o-Kwilu uel P1955 (2Às, bso llh2l rps…” l />g>

fr fr eBelgeobrotecall/dro>g>br />tn" lalil

fr fr eCs i  mineédactf llotecall" lalil

fr fr eEd,dfe 4 Evsluaefe 4 AppellfIIIoy dribat />4 Annoupany prll" lalilInfore,tf/>Anrh2l rps…”

en e>IlC dec llotecall" lalil

fr fr eMm u />4

fr fr eInarru d />4 .org/belgeo?el l=infore,tf/>A"sPtli ef="ild sebl"citf ll" lalil6!-- #navCtect d />eSattndary --o rps…” rps…”Suiv z-nouAnrh2l rps…” .org/belgeo/backend titll="Flrx RSSIlrimg alt="Flrx RSSInsrcaliman s/social-tcess/rss.png"lwidthal16" heightal16" /> Flrx RSSll" lalil rps…” rps…”Loleroso onzinfore,tf/>nrh2l rps…” .org eLa Loleroo onzOlesEd,d />ll" lalilrps…”6!-- #nav --orps…” rps…”IlAffiliad />e/ naian>nrh2l rps…”uniuel iaian.be titll="Fondad /> Uniuel iaian/Uniuel iaian Stichting">rimg alt="Logo Fondad /> Uniuel iaian/Uniuel iaian Stichting"nsrcaldoc67">xe/iman /10657/logo-fuus.png"lwidthal76" heightal75 /all" lalilrimg alt="Logo Fondt l" id=Revielten Scidetrfif=" - FNRS"nsrcaldoc67">xe/iman /10658/FNRS-BLACK-smsll120.png"lwidthal12otnheightal76 /all" lalilxe/iman /7075/Logo_NCG-smsll120.png"lwidthal12otnheightal54 /all" lalilxe/iman /5614/logo-SRBG-gray-smsll120.png"lwidthal12otnheightal53 /all" lalil.org/ titll="Port, l derrevu enbScidecasrhumair s belsocial s>rimg alt="OlesEd,d /> Jle nalsInsrcaliman s/logo-revu -org.png"le6!-- #logos --orps…” rps…”Castfirst eISSN 3lt dro>iqin 2294-9135r p> rps…”.org/belgeo/?el l=map"sPlatideXa,dfr la –c61

en e>IlC dec llotecall"  –c61

fr fr eMm u />4.org/belgeo/?el l=backend>Flrx dersynd"citf ll" la

Cast/>Ct"l61.org/>Nchsaadhedr=nlfIIIOlesEd,d /> Jle nalsll"  –c61Édi  avec LoSalll"  –c61.org/belgeo/loSal/>Accè4è,btuItextea:bisè4è,btuItextea:bgrande", Cèum : "Ta>è,btuItextea:bnore,le", prny, : "Imprnm tce d/cuy pr" }, // Zoom iman s arrTextIces: { prevss="a: "Pr céd pr", nextss="a: "Sivame", closes="a: "Fdforr", origi aa : "Origi aa", agnify"a: "Agrandir" }, // Diuel arrAssecle: { >èust id />As: "Ièust id />A" } }; //]]>r/scrip o clasr/scrip o clasr/scrip o clas//() { jQinry.ajax({ async:bisue, url: "71 ?fore,t=bibl"ographi & fr&norattrdurl=1&67"e ited=1", sucacas: fupad />(i cr/scrip o clas//() { jQinry.ajax({ async:bisue, url: "71 ?fore,t=ci dby& fr&norattrdurl=1", sucacas: fupad />(i cr/scrip o6!-- Piwik --o rpspsvarb_paqs= _paqs|| []; clas// t icker mprhodt like "setCustomDnm nsf "d bnfore "t ickPan View" clas_paq.push(['setCustomVariabl ',e1,<'Domair',ed/cuy pr.domair,<'el l']); clas_paq.push(['eeabl CrossDomairLinkila']); clas_paq.push(["setD/cuy prTitll",ed/cuy pr.domair + "/ +ed/cuy pr.titll]); clas_paq.push(['t ickPan View']); clas_paq.push(['eeabl LinkT ickila']); clas(fupad />() { ass="avarbualhttps://pk.labocleo.org/; ass="a_paq.push(['setT ickerUrl',eu+'pk.php']); clas"a_paq.push(['setSi Id',e'3']); clas"avarbd=d/cuy pr, g=d.creareEemy pr('scrip '), s=d.getEemy prsByTagNaml('scrip ')[0]; clas"ag.type 'text/javascrip ';ag.async=isue;ag.defer=isue;ag.srcau+'pk.js';as.pss="tNoSa.inAoriBnfore(g,s); clas})(); clr/scrip oclr!-- End Piwik CoSa --o clas.org/olesbarre/js/cleo.js?dare=2d14-12-01t>r/scrip o clas.org/js/jqinry.jsonp-larcar.min.js>r/scrip o clasr!-- clasjQinry(d/cuy pr).ready(fupad />($) { aif ( $.fn.fancybox == undefir d ) { ass="aaaaaaa$.getScrip (lhttps://s itfc-origi .olesed,d />.org/js/fancybox/jqinry.fancybox-1.3.1.js, fupad />() { ass="as="aaaaaaa$('a.iframl').fancybox(); clas"aaaaaaa}); clas"aaa} elses{ ass="aaaaaaa$('a.iframl').fancybox(); clas"aaa} clas"aaass=hurl= clas"aaa$.jsonp({ ass="aaaaaaaurl: ('https://ss=h.olesed,d />.org/ss=hm u citl'), ass="aaaaaaacr /bickParamlter: 'cr /bick', ass="aaaaaaasucacas: fupad />(dara) { ass="as="aaaaaaa$('#ss=hdara').html('rimg srcal'+dara.favtces+'I>p61'+dara.naml+'tn" '); clas"aaaaaaa"aaa$.ajax({ clas"aaaaaaa"aaa type: "GET", clas"aaaaaaa"aaa url: "71 ?fore,t=pdfepub&norattrdurl=1", clas"aaaaaaa"aaa sucacas: fupad />(msg){ clas"aaaaaaa"aaa aaaa$('#dlLinks').applnd(msg); clas"aaaaaaa"aaaaa} clas"aaaaa"aaaaa}); clas"aaaaaaa}, clas"aaaaaaaerror: fupad />(dara){ clas"aaaaaaa"aaa//$('#ss=hdara').html(' t,c61.org">sig> intn" '); clas"aaaaaaa"aaa$.ajax({ clas"aaaaaaa"aaa type: "GET", clas"aaaaaaa"aaa url: "71 ?fore,t=pdfepub&norattrdurl=1", clas"aaaaaaa"aaa sucacas: fupad />(msg){ clas"aaaaaaa"aaa aaaaaa$('#dlLinks').applnd(msg); clas"aaaaaaa"aaaaaaa} clas"aaaaa"aaaaa}); clas"aaaaaaa} aa"aaaaa}); clas"aaa$('#plarcforeet li').liue('ten pcnd',efupad />(e) {}); clas"aaa$('input[naml=q]').f/cus(fupad />() { ass="aaaaaaaif ( $(this).attr('vslul') == 'Revieltenr' ) { ass="aaaaaaa"aaa$(this).attr('vslul',e''); clas"aaaaaaa} aa"aaaaa}); clas}); jQinry(d/cuy pr).ready(fupad />($) { $(fupad />() { if (d/cuy pr.cookia.indexOf("__cookia,lert=1") == -1) { $("").html("l">
Cas\"cookiatext\">Enlspanlivame voeroonf d nttokias.c61.org/6540\">Enls]
Cas\"closecookia,lert\" laoteca").attr("id, "cookia,lert").applndTo("r />"); $("a,.closecookia,lert").click(fupad />() { varbexpDates= new Date(); expDate.setTnm (expDate.getTnm ()+e(365 * 24 * 3600 * 1000)); d/cuy pr.cookias= "__cookia,lert=1;expian>= +eexpDate.toGMTSt ila()+e";domair=.olesed,d />.org;path=/; $("#cookia,lert").remove(); }); } }); clas}); --olascrip o clas rps…

Castolesed,d />"o clas…Castfirst eas…<1.org">OlesEd,d />ll" as…