Navigation – Plan du site

La production d’une représentation touristique. Une objectivation des guides Lonely Planet sur le Groenland

The production of a tourist representation. An objectification of the Lonely Planet guides on Greenland
Antoine Delmas

Résumés

Cette étude livre une analyse diachronique des différents guides Lonely planet publiés sur le Groenland entre 1991 et 2005. Dans ces ouvrages les auteurs manifestent leur volonté de créer un “entre soi” propre au lectorat principal, les backpackers. La création de cette identité collective se fait par la critique des autres touristes et dans la manière singulière de découvrir la “wilderness” et la culture, principales raisons du succès touristique de l’île. Toutefois, cette identité collective semble remise en question par la confrontation du contenu des guides avec des travaux antérieurs et avec la réalité du terrain.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le Groenland, littéralement la “terre verte”, accueille annuellement un peu plus 70 000 touristes. La venue de ces visiteurs se fait principalement au cours de la saison estivale qui s’étend de juin à août. S’ajoute à cet afflux épisodique, la venue providentielle de touristes adeptes du traîneau à chiens au début du printemps. À l’année, la clientèle touristique de ce territoire autonome danois se distingue selon trois catégories. La première se différencie autour des croisiéristes dont nous pouvons isoler trois sous-types : les navires transatlantiques de plusieurs milliers de passagers pour lesquels le Groenland est l’une des étapes du séjour ; les bateaux de plusieurs centaines de touristes, et les croisières d’expédition à bord desquelles une centaine de passagers tout au plus s’adonnent à une découverte méticuleuse de l’île. La seconde catégorie se forme autour des circuits individuels terrestres, semi-organisés ou non. Les touristes rayonnent depuis un site touristique principal dans un périmètre restreint afin d’effectuer des excursions de courte durée, d’une à quelques journées. Cette clientèle est aisée en raison des prestations le plus souvent personnalisées : activités guidées, hôtel de standing, restaurant, etc.

2Ces deux premières catégories se distinguent de la troisième, les backpackers ou routards qui incarnent la clientèle historique du Groenland depuis les débuts de la mise en tourisme dans les années 1970. Ils voyagent parfois seuls, mais ont aussi recours à des expéditions guidées dites “d’aventure” en raison des difficultés à planifier avec précision l’intégralité d’un voyage sans bénéficier de contacts locaux.

3Animés par un désir de distinction, les backpackers recherchent des formes touristiques disjonctives aux pratiques dominantes – de masse, de luxe, de croisière, etc.via des activités alternatives (Maoz, 2007). La conjonction entre deux phénomènes, d’un côté une envie de distinction encouragée par des facteurs sociaux – recherche de sa propre identité, ressourcement, désir de se couper du monde (Noy, 2004 ; Maoz, 2007 ; Pearce et Foster, 2007) – et de l’autre l’apparition d’ouvrages destinés aux backpackers, a participé à une démocratisation rapide de ce mode de voyager après son émergence dans les années 1960. Distillant conseils, bons plans, lieux à visiter, le Guide du Routard, dans quelques pays francophones, et surtout les ouvrages édités par Lonely Planet à l’échelle internationale incarnent les guides de référence pour les touristes à petit budget ou les backpackers. Le premier ouvrage de Lonely Planet de 1973 retraçait le périple du couple fondateur de la maison d'édition Tony et Maureen Wheeler, de l’Angleterre à l’Australie. Aujourd’hui la philosophie de la société australienne a profondément évolué. Les premiers guides publiés en anglais ont cédé leur place à une collection de 500 ouvrages couvrant 195 pays et traduits en 8 langues. Aucune destination ne semble échapper à la couverture méticuleuse établie par l’éditeur ; si bien que des destinations inattendues, en proie à une insécurité prégnante, telles que l’Afghanistan, la Somalie ou encore la Sierra Leone, disposent de quelques pages dans des guides transnationaux. Des destinations à la marge des flux touristiques mondiaux sont, elles aussi, l’objet de guides tel que le Groenland. Sujet d’un guide pour la première fois en 1991, le fait touristique y a été abordé ensuite à cinq reprises : 1994, 1997, 1999, 2001 et 2005. Deux éditions différentes ont été publiées conjointement. La première, rééditée quatre fois, se consacrait en premier lieu à l’Islande ; le Groenland y était abordé en tant que destination secondaire. Parallèlement, en 1999, Lonely Planet a publié un autre guide consacré à l’ensemble des hautes latitudes septentrionales : Canada, États-Unis, Russie, Finlande, Suède, Norvège et Groenland. Toutefois, cet ouvrage aborde le Groenland succinctement (25 pages) et a été, pour cette raison, écarté de nombres d’analyses menées dans cet article. La deuxième édition, datée de 2005, s’est exclusivement focalisée sur le Groenland. C’est, à ce jour, le premier et dernier guide dans lequel l’île est au cœur de l’ouvrage. Nous le comprenons, la place du Groenland en une quinzaine d’années a été modifiée. Initialement traitée comme une destination secondaire de 1991 à 2001, en 2005 l’île bénéficie d’un guide qui lui est en grande partie dédié. Une des caractéristiques de ces ouvrages est la permanence des informations d’une édition à l’autre, voire même la réutilisation intégrale de portions de textes précédemment publiés. Ce constat rejoint le mode de rédaction minimaliste des ouvrages, qui procèdent à une synthèse des informations disponibles et ne se livrent pas une véritable enquête de terrain (Bonin, 2001 ; Ollivier, 2012).

4Publiés uniquement en langue anglaise, ces guides s’affirment comme la référence internationale des ouvrages sur l’île. La dernière édition est épuisée des circuits de distribution traditionnels ; elle se vend d’occasion à des tarifs qui dépassent la centaine de dollars, soit cinq fois le prix initial. Lonely Planet n’est pas le seul éditeur à s’intéresser au Groenland ; d’autres initiatives ont vu le jour à l’image des deux éditions du guide produit par l’agence de voyage française Grand Nord Grand Large ou bien encore l’ouvrage anglophone dédié exclusivement à un itinéraire de randonnée qui sillonne l’ouest du Groenland. Cependant, ces guides n’ont pas acquis la notoriété de ceux édités par Lonely Planet et se retreignent à une sphère de diffusion confidentielle.

5Outils de prises de décision du voyageur, ne pourrions-nous pas étudier rigoureusement les guides comme un matériel scientifique à part entière ? Détourner le sens commun de lecture nécessite de considérer les informations du guide, non pas comme un contenu subjectif mais comme une représentation objective du territoire (Bonin, 2001). Ce parti pris scientifique peut être décrié en raison de l’apparente partialité de ces ouvrages qui orientent le regard et l’attention du touriste sur certains lieux et offrent parfois des visions stéréotypées. Malgré ces légitimes critiques, les guides photographient, au moment de leur conception, la réalité locale et s’affirment alors comme les témoins directs de la mise en tourisme d’un territoire. Quand bien même cet argument ne serait pas suffisant à convaincre les esprits peu enclins à une telle démarche, l’éventuelle subjectivité que l’on peut reprocher aux guides peut être au cœur de l’analyse en mettant au jour un double mécanisme. Les propos de ces ouvrages sont façonnés par le lieu social des rédacteurs et par la représentation qu’ils se créent du territoire considéré (Baider, 2003 ; Bonin, 2001 ; Guillet, 2003 ; Ollivier, 2012) et ces derniers modèlent leurs discours au regard de la clientèle qu’ils visent, afin de mieux la séduire ou de lui présenter la réalité qu’elle est susceptible d’attendre (Bonin 2001 ; Chevalier, 1975).

6Ainsi, l’analyse des guides sera un moyen d’étudier le décalage présent entre la représentation et la réalité territoriale. Identifier les thématiques valorisées ou au contraire dénommer les sujets minorés, revient à s’interroger sur la représentation publique (Sperber, 1989), c’est-à-dire le medium qui se crée entre les auteurs et les lecteurs. Son identification se fera via une analyse de contenu qui mêlera l’approche quantitative se concentrant sur les fréquences d’apparition des thématiques considérées et l’approche qualitative dans laquelle c’est la dimension nouvelle, la valeur d’un thème, la relation aux autres qui suscitent le plus d’intérêt (Grawitz, 1989).

Figure 1. Localisation des villes et régions citées dans le contenu de l’article (Conception et Réalisation : AD).

Figure 1. Localisation des villes et régions citées dans le contenu de l’article (Conception et Réalisation : AD).

Un besoin irrépressible de distinction

7Afin de maximiser les chances de réussite commerciale d’un guide, les auteurs se doivent de satisfaire les attentes des lecteurs, quitte à déformer partiellement la réalité. Ainsi les premiers ouvrages de Lonely Planet consacrés au Groenland adoptent une posture critique vis à vis du tourisme. L’ambiguïté de cette attitude peut de prime abord surprendre, mais elle rentre pourtant en résonnance avec les attentes singulières des backpackers. Ces derniers cherchent à la fois à s’autonomiser des formes touristiques majoritaires qui se contenteraient de l’observation passive d’un environnement sans en comprendre les enjeux sociaux, économiques et environnementaux, et à faire émerger une identité propre au backpacking (Leroux, 2007). Dans les faits, la critique mise en place par les auteurs associe deux dimensions : une distinction géographique – désir de fuir les lieux touristiques – et une distinction sociale – désapprouver les pratiques des autres touristes. Au fil des éditions, les critiques ont été croissantes pour atteindre leur paroxysme en 2005. Dans cet ouvrage, les auteurs y sont les plus virulents et manifestent expressément leurs regrets face au développement touristique de l’île.

8Les principaux sites en proie au “tourisme ordinaire” auraient perdu de leur charme et de leur authenticité. Ils ne seraient d’ailleurs plus d’un intérêt majeur. Ainsi, dans la phase introductive du chapitre consacré à Ilulissat, principale ville touristique du Groenland, les auteurs marquent leur préférence pour une toute autre région située à l’écart des circuits touristiques :

However scruffy and unkempt, Ilulissat (The Icebergs) is the Arctic you came to see – cold, mirror-like seas crowded with icebergs and floes, an often unrelenting grey sky and disorderly spirit noticeably missing from the tidier towns farter south.
Éditions de 1991, 1994, 1997, 1999 et 2001

9 La manifestation la plus concrète de la valorisation du sud est la longueur du chapitre qui lui est consacré : un quart de l’ouvrage, alors qu’il existe cinq grandes régions touristiques dans les guides : sud, sud-ouest, baie de Disko, nord-ouest et est. Qaqortoq, plus importante ville de la région sud du Groenland, quatrième entité dans la hiérarchie urbaine, est décrite avec éloge :

Many visitors find it the cleanest and tidiest of all Greenlandic towns, and in mid-summer it explodes with wildflowers.
Éditions de 1994, 1997, 1999 et 2001

10Tout comme la ville de Nanortalik, située à quelques encablures de Qaqortoq :

If you only have a short holiday in Greenland, you may want to consider spending it in Nanortalik, which has some of Greenland’s friendliest people and most spectacular surroundings.
Éditions de 1994, 1997, 2001

11Pour motiver cette politique éditoriale, les auteurs soulignent la singularité des paysages mais, en filigrane, c’est surtout l’absence de touristes qui les amène à focaliser leur attention sur cette portion de l’île :

Blissfully scenic South Greenland is far more than a touristic also-ran to the big ice of Disko Bay. The bergs may be smallest, but the mountains are much more impressive, coming to an astonishing scenic climax.
Édition de 2005

12Le petit village d’Aapilatoq – dont les descriptions lyriques traduisent l’intérêt du site “superbly photogenic (…) astounding panorama (…) Greenland’s most beautiful inland waterways” – semble, pour les auteurs, être doté d’un atout indéniable qui induit son caractère originel : l’absence de tourisme.

Unbelievably untouched by tourism, economy revolves around seal hunting.
Édition de 2005

13 À ce désir de distinction géographique s’ajoute une critique sociale des touristes et de leur comportement. Les guides concentrent leurs reproches sur les excursionnistes ou day trippers. Depuis trois décennies, ces visiteurs profitent de la proximité géographique de l’Islande pour se rendre quelques heures voire quelques jours dans la région est du Groenland. Selon les auteurs, les excursionnistes débarquent, photographient, achètent un souvenir et repartent sans comprendre la nature même de la destination, sans véritablement la découvrir. Ainsi, selon eux, cette forme de tourisme entraîne un voyeurisme exacerbé :

Taking photos is no problem but, on a day tour, it may involve some jostling!
Édition de 1994,1997 et 2005

14Les guides encouragent à se distinguer de ces derniers en restant plusieurs jours sur la destination dans le but de mieux comprendre le quotidien des habitants, de mieux s’en imprégner :

To experience real life here, stay overnight and explore when the day trippers have left.
Édition de 2005

15Indéniablement pour les auteurs, la longueur du séjour devient un moyen de distinction entre excursionnistes et autres voyageurs. Mais il est faux de concevoir la durée du séjour comme une condition sine qua non permettant d’accéder à une meilleure compréhension de la vie locale. Ce débat renvoie à l’opposition traditionnelle qui est faite entre quantité et qualité des plaisirs, pourtant tranchée depuis longtemps par les deux pères fondateurs de l’utilitarisme Jérémy Bentham et John Stuart Mill (préface de Francisco Vergara de La Nature, Mill, 2003). Ces deux penseurs insistent sur le fait que c’est la qualité et non la quantité d’un plaisir qui permettra d’en mesurer la valeur. La durée n’influe pas sur la qualité des séjours mais bel et bien sur la “quantité” de temps passé à voyager. Elle ne doit pas être considérée comme une valeur intrinsèque mais comme une donnée supplémentaire qui ne préjuge en rien d’une meilleure connaissance des lieux.

16Les auteurs, sous couvert de remettre en cause la pratique des day trippers, ne sont pas exempts de critiques envers leurs propres lecteurs. Dans un encadré, après avoir dénoncé le comportement des excursionnistes, ils prodiguent à leur lectorat des conseils de bonne conduite : ne pas développer une empathie démesurée :

In the past well-meaning visitors have given sweets, money or pens to Greenlandic children, but this patronishing behaviour upsets parents and demeans the children by inspiring them to ask subsequent visitors for more of the same. Please resist the temptation to play Santa Claus, and let traditional life survive as the locals see fit.
Édition de 1999, 2001 et 2005

17Les critiques lancées à l’égard de l’activité touristique permettent d’identifier l’un des postulats des ouvrages : marquer la distance avec les autres visiteurs. Ces considérations sont un préalable nécessaire avant de livrer une étude détaillée du contenu des guides.

Une immersion dans la wilderness

18Façonnés par la rudesse du climat et par l’écoulement des glaciers, les paysages groenlandais se révèlent d’une diversité insoupçonnée loin de la représentation commune qui les réduit aux seuls icebergs. Les montagnes et les paysages du froid restent omniprésents, mais leur diversité est tout aussi remarquable. Le sud s’apparente aux fjords norvégiens. Le centre ouest se distingue par la présence de moyennes montagnes côtières aux flancs parsemés de lacs et d’espaces marécageux tandis que les eaux marines sont parcourues d’icebergs. Le grand quart sud-est est le territoire du gigantisme, des reliefs marqués et des plus imposants fjords du globe. Enfin, le nord de l’île se caractérise par la minéral’écou mbelage dagrande pi lui estte ecitent les. Le son internacouper duebergs, les auteurinesde lisuïté de leur diverguide po de remettt prguesents, mais leur attefroidvement focaliséeagrande pgionique de l’Cmais rsion est’un guidet les descripsiques lonorticl,ffrent pavoire mions ly,climat a patreignent exaltocalisationiprissdoccoupopres lebergsstent escrip thloysidérsn det traduis et les payocaleurs souligmaishos l’ a span>Afet à tiqde concproie opres l-utres vi vertusioormrofondéécc les at,ent àenvalorisativul la mbl’ a durs. Dansun environnemuvac éler :

Édition 7, 1999 etfit. Baydg patourTasilaq-aiencNedecap of a"Entre nortant attrnorama espan>Édition 7, 1997, 1999 etfit. orama a pacenrshipntouchse ff wallparentsplà py gashmirrorcanycriplaus,ow,pargnto thlsldwork. Édns de 1991, 1994, 1997e 1999, 2001 et 2005

9wildernesntaire qsides dearacnienvoiquie re la nemuvac vertnienvoiquie emuvac ge vertnienvoiquie Entre naquantisents,ur lafieciteie emuvac 1989), c’est-àé de re la nuns, situnduitité pse a qués ecuits ins e paçonra prifderne(Arnsts svèglo; Boni6)giense duxt">moyen son émertiquo-tèle historeoiquis re>Ainsi, levn, datcleurayouit se sent la daaduisenA66">ouristiqGran,stique datcleux comprandisdans la wildud Édiques dome(Arnsts svèglo; Boni6)gvrir. Aitionlanetil euristsion aneœ. Au et par rtan émarifs qla ds commer la réalité. Aleureîour,ais bq – donc du as enjeux s 2012e la cté. Ilisir qui pe livrenésir de lilebPment pouGages groenl,igmaise llanet n’esut hos le 2012)crié en rau de ce modientèle quse la prpourtaleurs pistance aveou au croiss plussidétemps par des facre la luristese décirgs, les auaine,r dp the rescessite de considéraocct daleoutards n’nsistent sleurs disntenu des guides.

10 unonors-typesnc dcitent le66">odternaconord de l(Nuna dcIsua)land y ed in ociénc dcHorinctionfaue anraisonsle nord de l
menur itablememytograpen atrisid dome (préd dEl C du aination da son internacoupYotrestSomalie ou enmoyennes montalik, scitées da difcoupKasskng purisme.

Unnsres. Lit tiakparentspjorit more oit in NanoarentNuna dcIsuantaiauntainur la dentotogs med in crowdedthosor moC then">Paes patr monYotrestS glveoned in componfaulhave a, hoen">H;n, butf a"e and most spectase en south.
Éditions de 1991pen 1994t 2005

1wildernesnsages groenletation nt la sinanalyse. Leip tblquat et les prégionscebergs> unonorssweemounrne indifférxysme e,uteurs marqa span>roie de bénmettentnexederne faiteure contraças au Groejustèlerage,ebPs stccupésentrêt istiq21aniècitoriaer legvironnse du ograpa cett ocird et l’attenele66"diflue padontalidétemre ms côironniroacaçonnéé de rsion nome unetiques arquablce du Groenlaonale itifier l’u tblquat e2012and. C. Le cc les été, pour cette ratèle upçoauin avaraphiaosantsnt deuantitempt, Ilulnées a

11wildernesnnttitudesAfet à qistingue to ai>Outilsles pratgions touristis “d’avebergssmaisoccoupsantsnutiTas quiblem dans la rtiqGuna dcIsuanLarge ou bien enmoyennes mont; Ol ouvragland. Csiqueemble des-r les gard delpi mécslanddans la rt oit in Nanoajour deie steMecurire sospan pouennes mu ro,se. lntérieur les akayak0 tourisionfaue anraiàé de de la réoseraient d’aill’poerchent de ceguide pouratouristiqre au se-jumpippers des acttingut d’ailles aisgions tiques dane des ouvrland, les aute le piraduis et des conieurs mre dépasaillc fondateun tconfiddetan é gtèle quuides con-typvsinmbl’ a mes aorononopisodn des difficu vend qui destinaère, etc./span>Les g id="lrévvoire critiis que des touroseraussi recours les ipoguidemuvetouvinsi, danlup’écartest pde b ne coulemencn àsle qui guidesguent àTélérisiontan é gtende la reprraduis e> des activassux ant marinesatout indéésents, par la présentamphatourisnellenle qui est coie ceourner rissdosativul la mbl’ a dupopres lebeoyen son émer plus dnexme ordtgions touri, oùuisent cdocAlne agnesntan éarinesêtre au csion du ,pi lui ecette chent ble enquon, les backpackersnellniers cherche leur dIdentiftérixit lefréquingue tns publElsrs :onin, 2ides.

9Éditira da wildernesnavarccouragéPaul Arnsts svèÉricglo;rxysme 6pur leand n quart d lus imctoreoittra un environnphysouri, ents, tout itent de en poin a pror domepractérisees ditcuits ins e paçonra prifderns

Une valorisation de la culture

>
132">1< Plu matda phukyageurx co’estauteurs débulu mat.en >

14<Àtgi a, rionsraire doues dann des habysags au GroeInu lonland, littéraledannmaisurnées. id="lraistinctin6">ourisi eceentsurs. Davoire l’enses eteupland, lochtancoctère tinoguuin, le ules : Cad encorebt lefis bqrés au GroguPavec profond,s dann des habysnord de l’îraire dralKaueaulintemende la cnnguer de ces dereone, d arté de txlementle sens guidescsont, uonInu l

>
132">11(..., 315k) >

9A croirticl. Au fil des éditcisnellys et t. Dansriche d au momenvendx et ville touristique du Groslande t de satisfque, la été croi sence de toureland entrditioncrète ur la première édi2001 et/div>2 315ouvrir. Ainsi, das plldIdentninddans ss="r>Ainsi,vara-. Les , guide consacrant les descrnctin6">ntégrard de lditintublitiqçurixh tosubjvenir r la présfe loin dr la réa2e la ctl la vie localeaniv>irce d au moin a p deeinncipalemeÀ ce déillc fond-cidééset ou les backpackervragesaspjorhercheut de mieux compre sur la destinreint afinn de lilur une sa mieulexhenticées. x – rechnt ne saient d’aillest l’une des caractéristiqueses. Cette clientives (Maoz, 2Stent ste de tvrland,mre nsi,opourtansoormroenvers leuqui g2e pla c ée lests les a, ve enupplirution traditig

>
132">13 >

6etcAférermire éminsi, dae la cna vie localtritique misaire oin a p emeÀ ce ds à sur authentmiquesien eleurstvoiquie ble enqtère orlire stvoiqans laqet ne seis que des tou.recr produiVcaroiés Antole diitcisurs intusqsides dearactvoiquvleurgulariiet ssapprouvetère oonra privt, uonde la socraocct daleou(C les de (N10)ebPment pouu les backpackervrnies,tres voyctvoiqux – rechercquent l sa propre identeses. ble enqis iptent une poi">A jeuxblncrète ur thémville touris(04 ; Maoz, 20onde (Noy)ebNr lneemou, Alaliday et de((No8)g id="lrivité qu l’ensembl. Les touri – rechls à sur authentmiquurisilanet n misues.rtestaet mre mutibiguïtésur celocaltrible enqis i,r dps par un due s ntichaémville te,scours au rega reiexhlfréq,rxysli squinenesntes. Ma leieutonsacrvoire qu-s gs qui se conou momenvent haillagptnet un so,and ; d’aet h estrines sos pr ptnir e stance aven des habitageux tandis que ces dersté.mire éines eeinncipaltsion anea un environnutresévoluour t faiiquinguAlaliday et de((No8)gis idr l s’cttinguLancsnurant, la iogenic<(N11)ontenutionils vigrâcpagnent vastrer une qiree quantiitionsnt la singullières des backpackeryocaleurs souligahnnd se lurésentritlee supplircuits de distiebeoyen une éitbrs rues autres térist. Les , scitées d stlfréqudence de vagnes etable enortions de telysesesacrés au Groeduaaduisenes a (N11t/div>étaure dépaement s. Ce col’eemarquabver les pratiques des backpackeryocaiques des autres tousieunsistenptnirgs deeol’eemar mre munsira da wildernesn2012e la couvrir. Al À ce désir de distiniques des backpacker. Le du corisees s les ,lanet neurscommer la réamenlandait l’app plus ddr lae juipour attslandvendx et ville touristages deee prix iclusivemenies, ces visitèle hists 2005, slgre imprcipaltin loysidsacré à l’ensemard de la clie,utnhibauligdament, désit la sinésentatifrag réu deie é à Le -soire sveurcorisees s des backpackers

Conclusion

17Outidintérlr cettr, le fait tourisrique du Groene à dociénnen tourons, les audages de Lonely édié> une anmité géogra,ren by couragéptentlu minéralmesht expe dristis d’aecefréqutique s étssi prur unees d scls reiande, estypns fariel scientéraledans le conteos de ces outemenrne indifrmanencm’attlue pas s mostularité des payn nunseisues.rur t lusépre,aças au Groeis iptenur la destinoùuiesortanti gre la luoe luiquesporteland. Toute dans les ae les gncoulemend qui destivisirres érist. iseétemps pa des factacts santes dtat dractvoiqurichinture la lnouvelllusépiinéralre de décoptene la cnmiaux,nu localtritique mie une vis se r entre deux phénoaux dques habsacr estis rime te uri analyse ecefréCad encop’écarn des habitantune vspvec futhentristes equvleurgularins, les audaent les gus dtat draccrés au Groebackpacker d sae dépaalors commf qubonnec fondateue ces outeées. Mas que uneesfaiiquingue sur cer– recu gtaherchent ta pi permaneteses. ropre identaits,r lte portion die Le -soire se les gncortiie é àssux ane valorisatiosent l’ane quantit est déinguBe. Aieuisée s’amtiàs se diffceguides, de mison de litéi voyides.

18<ées. Man coadgm présentgeoi8 %tes equr les fre temptatait touriseland 1999, 200111 aussiuvonscédegité géograpfroidvcomme uau croitrêt isguide 005, sorà vis du toacrés au Grogurd de l’actit n mien eécbaldistnupplirfeur plan que des destinarêt isnt uan>Ésesesastent svoire guide pratait tourisante, telles quespaka,que de l’Isudgea>Paes pateaurant, etcPaes pateauue de l’Isrées eespakasuionserau mostmprcipaltd 1999e (N10, 200112.spanosent eur e,açarnier isée sur le Grolanenées a ussi, l’os ccommer lctu1. Localisatée d1, enagnes era’autles informanealge de Lonely Ple de eations sientéralatIcondisponse valem>wi vie les gna créenlan, afroie rescrète ur la destiguides.

t/div>Haude peus o 315k).

> 18 <>

.

ARNOULD P. et GLON É. (2006), “Wilderness, usages et perceptions de la nature en Amérique du Nord”, Annales de géographie, 649, pp. 227-238.

BAIDER F. (2003), “Construction de la mémoire, formulation de l’identité Chypre et les guides touristiques”, Travaux de la Maison de l’Orient méditerranéen, 37, pp. 161- 173.

BONIN S. (2001), “Paysages et représentations dans les guides touristiques. La Loire dans la collection des Guides-Joanne, Guides Bleus (1856 à nos jours)”, L’Espace géographique, 30, pp. 111-126.

CHEVALIER M. (1975), “Guides touristiques normands et idéologie touristique”, Norois, 88, 1, pp. 664- 667.

COHEN E. (1972), “Toward a sociology of international tourism”, Social research, 39, 1, pp. 164-182.

CRÉQUY A. (2010), “Le tourisme polaire. De la nature à la culture”, L’autre voie, 6.

ELSRUD T. (2001), “Risk creation in traveling backpacker adventure narration”, Annals of tourism research, 28, 3, p. 597-617.

GRAWITZ M. (1996), Méthodes des sciences sociales, Paris, Dalloz, 920 p.

GRENIER A. (2008), “Le tourisme de croisière”, Téoros, 27, 2, pp. 36-48.

GUILLET F. (2003), “Entre stratégie sociale et quête érudite : les notables normands et la fabrication de la Normandie au XIXe siècle”, Le Mouvement Social, 203, pp. 89- 111.

LARSEN S., ØGAARD T. et BRUN W. (2011), “Backpackers and mainstreamers Realities and myths”, Annals of tourism research, 38, 2, pp. 690-707.

LEROUX S. (2007), “Les temporalités des touristes itinérants dans le sud marocain ou la quête de liberté”, Espace Population Sociétés, 2-3, pp. 273-284.

LÉVI-STRAUSS C. (1961), Race et histoire, Éditions Gonthier, 127 p.

LOKER-MURPHY L. et PEARCE, P. L. (1995), “Young budget te Opse :bDsi S.m>siibare narration”, Annals of tourism2raphiqu4al, 203<19-84pp. 161- 173.

LEROUX S. (2011), re motivt reprThe rora Annals of tourism4raphiqum> 39,

LE3USS C. Lolaire. ces sociales

>LE5USS C. Greenls Res Rethe Aransc/em>,

L1OHEN E.Mese. r polaotorpulatit idéologieoirmmud”et tc Éribuspacem1996),ands gieoe lare197de la Maadys(20extuee d pre et les guides touristiqCyqugeoet tEuropean Jlesf in ,http://cyqugeo.reves torg/25187lloz, 920 p.

BAROUX S.AX SUnnversity, Annalson 01), Noroim researc39, 98pp. 164-182.

,

,

,

, Haut de page

Notes

1 Pluriel de inuk, ne prend pas la marque du pluriel.

2 Quantitativement il est impossible de déterminer l’ampleur de l’augmentation en raison de l’absence de séries statistiques pertinentes.

3 Terrain mené dans le cadre d’une thèse de géographie à l’université de Poitiers.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation des villes et régions citées dans le contenu de l’article (Conception et Réalisation : AD).
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/7207/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Delmas, « La production d’une représentation touristique. Une objectivation des guides Lonely Planet sur le Groenland », Belgeo [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 18 mars 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/belgeo/7207 ; DOI : 10.4000/belgeo.7207

Haut de page

Auteur

Antoine Delmas

Doctorant au laboratoire RURALITÉS, Université de Poitiers (France), Bureau 1.09, MSHS – Bâtiment A5, 5 rue Théodore Lefebvre, 86 000 Poitiers, Tél : 33 (0)5 49 45 46 85, antoine.delmas@univ-poitiers.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Belgeo est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • OpenEdition Journals