Navigation – Plan du site
Dossier Peter Pan

Les masques de Jacobus Hook Partie II/II La moitié qui écrivait de la main gauche…

ou Généalogie du vilain nommé Jas. Hook
Postface au discours du capitaine Hook à Eton
Céline-Albin Faivre

Texte intégral

Dorothea Baird, actrice anglaise (1875-1933). Elle fut la première à incarner Mrs darling en 1904. Elle aurait pu (dû?) également devenir Hook…

DR

« Notre destin est déjà implanté en nous – un germe infime qui va croître, pendant notre sommeil, pendant notre veille, et qui, au fil du temps, selon la maîtrise dont nous ferons ou non preuve, nous construira ou nous détruira »
J.M. Barrie (notre traduction)

  • 1 Qu’il soit celui de la fenêtre des Darling ou bien un rideau de théâtre…

1Afin de célébrer les cent ans de la parution du roman Peter and Wendy, illustré par l’inégalé F. D. Bedford (1864-1954), nous avons décidé d’offrir aux lecteurs français une traduction d’un texte fort méconnu et inédit dans notre contrée, Le Capitaine Hook à Eton. Il était temps, semble-t-il, de rendre un hommage digne de ce nom à cette créature aristocratique et étrange, et d’en révéler la véritable nature, puisque, hélas, Peter a toujours eu la fâcheuse tendance à tirer la couverture (ou le rideau1) à lui. Mais notre motif premier fut le désir de donner matière à réfléchir aux lecteurs français de Peter and Wendy : avaient-ils mesuré – malgré des traductions souvent édulcorées ou simplement désastreuses parce qu’écrites sans prendre conscience du contenu latent du texte tout autant que de l’idiolecte de l’auteur – à quel point ce roman était vénéneux, complexe et impossible à lire sans mettre le lecteur en danger ? J’entends véritablement lire, à savoir, comme Hook le fait à la fin de ce discours, creuser un sillon ; ouvrir ce roman entre les lignes pour le faire saigner, déchirer, une à une, les diverses peaux qui enveloppent le noyau du texte, prendre conscience de l’épiderme fictionnel autant que de l’hypoderme psychique ?

2Chanter les louanges de Hook, plutôt que celles de Peter Pan, à l’occasion de cet anniversaire est un choix qui pourrait sembler étrange aux esprits chagrins. Pourtant, sans Hook, Peter ne perd-il pas ce que Leibniz ou Schopenhauer appellerait peut-être sa raison suffisante ? En effet, à bien des égards, Hook est le véritable héros, selon ce précepte hitchcockien que plus le méchant est réussi ou méchant (bon dans son rôle de méchant) meilleure est l’histoire. Le rôle, social cette fois-ci, est d’ailleurs ce qui définit au plus haut point Hook, si soucieux de l’étiquette, de la bienséance… Hook, en jouant parfaitement son (ses) rôle(s), n’est-il pas autant, sinon davantage, que Peter Pan, le héraut de Barrie ? N’est-il pas également le creuset d’où sortit son double antagoniste, Peter ?

  • 2 Les petits bouts de fils qui demeurent sur le métier à tisser après que la pièce de tissu a été ret (...)
  • 3 « D’après une croyance hindoue, on tue un ennemi quand on frappe au coeur son effigie ou son ombre. (...)

3Peter est « le motif » de Hook et ce dernier ne s’en cache pas : il cherche vengeance et ne vit que pour l’accomplir ; l’inverse est malaisé à écrire sans user de la plus grande des délicatesses, car l’on touche à la psyché de l’auteur, qui est tissée de fils d’or extrêmement cassants, de la nature des thrums2. Mais Hook ne naquit-il pas le premier dans l’esprit de Barrie, dans une œuvre de jeunesse qui n’avait rien à voir avec Peter Pan, parce que celui-ci vivait encore dans les limbes de l’esprit créateur de Barrie ? Pourtant, et même si cela à tout à fait l’allure d’un truisme, il faut bien dire et redire que Hook et Peter sont, à un certain niveau de conscience et, pour employer le langage propre à l’embryologie, au stade qui précède la différenciation (sexuelle ou autre), un seul et même personnage, mais scindé en deux lorsque nous les contemplons revêtus de leurs habits de scène. L’ombre3 de Peter, l’une de ses ombres en tout cas, sur le plan symbolique, n’est autre que Hook et réciproquement – ils sont un couple, à l’image de la mère et de l’enfant se reflétant aux premiers jours de leur vie commune. Et, si l’on accepte l’idée que, peut-être, Never Never Never Land est une métaphore de l’esprit de Mrs Darling, l’idée ouvre alors mille interprétations possibles de l’œuvre barrienne. Mrs Darling avait remisé l’ombre de Peter dans un tiroir ; elle fouille dans l’esprit de ses enfants et les range comme des tiroirs. Never Never Never Land est également une espèce de tiroir psychique, où l’on peut trouver tout et son contraire. Exactement la définition du rêve ou de l’inconscient freudien. Il faut donc lire l’histoire de Peter, Wendy, Hook et des Garçons Perdus comme celle d’une mère…

  • 4 D’où l’idée que Barrie plaide la cause de Hook dans son discours.
  • 5 Nous soulignons. Ce pluriel, « les », est très étrange si l’on se rapporte au texte avec précision. (...)
  • 6 « L’épilogue en forme de remords » que Barrie écrivit quelques années après la première de la pièce (...)
  • 7 Notre traduction, je souligne.
  • 8 Le temps ne pouvant exister à Never Never Never Land, il faut qu’il soit caché, enfermé, dans un ai (...)
  • 9 Comme les yeux de Margaret Ogilvy, la mère de Barrie…

4Il est évident que Hook est la part maléfique la plus expressive de Peter (parce que Hook a la conscience du mal et, sans conscience, point de mal ou de culpabilité !), mais également sa part la plus tendre et la plus humaine (toujours par le fait de cette conscience même, qui engendre la souffrance, car elle permet à celui qui la possède de se mettre en scène, de se dédoubler en juge et en accusé devant le tribunal des spectateurs/lecteurs4)… Peter, lui, ne peut réfléchir à ses actes – ce qui impliquerait que le présent soit le miroir de son passé, qu’il puisse se contempler dans le miroir de sa conscience, qu’il ait une psyché et une épaisseur temporelle – puisqu’il est amnésique, en permanence. Peter oublie tout, sauf une personne. À la fin du roman, Wendy s’étonne que Peter ne se souvienne pas d’avoir tué le Capitaine Hook. Il répond : « Je les oublie après les avoir tués5. » Dans l’Afterthought6 de la pièce, Peter répond la même chose ; mais, après que Wendy, désespérée, lui a dit : « Oh, Peter, tu oublies tout ! », il ajoute cette précision d’importance : « Tout, sauf Mère Wendy. » En vérité, ce n’est pas de Wendy qu’il se souvient, mais de la fonction maternelle qu’elle incarne par le jeu de rôle, et donc de sa mère, qui l’a abandonné. Comme s’il possédait encore en lui le contour vide de son souvenir, sans pouvoir le remplir, incapable de mettre un visage sur un sentiment persistant, inapte à refermer ce fragment de mémoire ouvert. Never Never Never Land est le pays du Non Advenu et de l’Oubli et même Wendy, promue institutrice, qui prépare des « examens » pour ses frères, dans le but qu’ils se souviennent de leurs parents, est victime d’un oubli semblable : « À ce propos, toutes les questions étaient posées au passé. Par exemple, quelle était la couleur des yeux de Mère, et ainsi de suite. Vous voyez, Wendy perdait également la mémoire7. » Hook, lui, n’oublie pas. D’ailleurs, un crocodile ayant avalé8 un réveil est là pour lui rappeler de ne pas oublier (que le temps lui est compté). Les yeux de Hook sont, nous apprend Barrie, bleus9, mélancoliques, de la couleur des « forget-me-not », autre nom du myosotis, ceux qui appartiennent à cette espèce dont l’œil est... jaune. Cette fleur était censée protéger ceux qui la portaient de l’oubli de leur aimé(e). Hook dit à Peter de ne pas l’oublier, car perdre le souvenir de Hook équivaut à tout perdre. Ses yeux lui disent également : n’oublie pas de me regarder, de te contempler dans l’eau de mon regard. Hook est comme le garant de la mémoire de Peter, qui en manque singulièrement ; en étant son ennemi juré, il est son point d’ancrage dans une forme de temporalité et, par sa mort, à la fin de l’histoire, il crée un repère dans l’espace et le temps de Never Never Never Land, un accroc, car cette contrée est le monde où la mémoire n’existe pas, là où l’éternel retour s’accomplit sans cesse, où le temps tourne à vide, où le Jamais contamine tout et tout le monde. Hook ne peut probablement mourir qu’une fois, destiné au temps (au crocodile) ; il est si lur d’iur a1rssibl,t donc de temps, alors que Petervdit dans une temporalitéin différencrée, une éterlité qui,"pardoxgalemens, , un dbout, puisqu’ilnmaî ( du poins son autre pos, dans LePpeti Odis(aublant et une fi,t même siuelle est up posél r commancrt sans cesse, ce qui est lecais de Peter and Wendy

5ayché dans luen desmples de l’esprit de Barris – ce que nous nous appêtoens àvnous dmcontler enBarachant les divers masques de Hook dans l’esroir de contemple, une foi> et uneunfique fois, sns véritable visags. D’ailleurs, Barrisnue nousinvdile-t-il pas r le faire en plaiaent sa cause, enop poaent laboanté nt la grandur possibles ue personnage,sugghérnet, par là même,une uralité à l’euvre dans le personnagr ?

6Peter PanPeter and Wendy et n’s cesdé dr aoluier dans l’esprit de Barri davan, de sefixier dans l’ima inidre cl/lecife sons l’appaience de celui que nous croions parfaitementconmaîte.?

7 Nousune irions pes tou.u Non seutement(parce que nous avons bientrop, peer de qui pout avoir le curmage de l ublgeir à sk cofesisrt davan,vnou), mais également(parce que nousnre sommse pas dans le ec ree des cieux( de Barri), et qu’ilnnous vaut avuier que nousnre avons pes tour à son s eti...

  • f.s LePpeti Odis(aublant
  • f.s la fin de la pièce,(notre traductioe.
  • 2Cn’est mouquoie Peter n’s pas de>psyché, il est la psyche.

Peter estmysttéineux,amaislnson tait les raisose de sonmysttère,ous pour le poins les raisose luen fragment dence ysttèr (une mèra déailsantr, qui manque très étranggment de mémoire,ousfeoint d en manqure, et qu, lui anferme la fenêtre(aunezula raison suffisanteson crohre). Mais il est très éconment que personnr ne sattcachev ramnent à ct que nson tait déjà de mnmièreiur fuitable et nepremuqune que Peter ne tue pas Hook, car c derniee, En vérité, de sucvid. Pplusodu poin). En effet, Hook auni soucs prrsqueobscessionnel de grandur, denoibleseu et de bienséanc («e Bde fort ! )k. Iltiment sontrane. Ercn’est celaqlui le tue. est-il ou no- cofformeaus tèmre de son existence, irfait pvicèste, à celui qe, lui aaAttribué le cie> de sonunniver,e Barrie ?Iinterprile-t-il bien son>rôleCn’est ars Hook,fidèlre à>son>rôl eur à son poine( il est le Capitain),t que n’histoiresu’écrik, carilnes vaut pes rop, compcrt uer Peter pour cel,r ne srfai- ct que parce qu le n’s pas de mémoireete parce qu le donns le eentiment de nevaivru et de neujoier que sur leiversent mrbvide ue jee, à lgendodit dageineux, là où tour daiment i stéineuu et i iur nel à la foi> que nsonens oublienque tour n’est qu’ue jee, que nsonens daiment cacife ue je) ; safrivoalité fait de luiuenêtreprofoindimenttrgsique,mMais ilnns le rait ase et ne peutle savoir, quand bien même il aurait des ouprçon. >Hook, lui, s’entiment à se partation et leemeuer, conscient etvnlcontoire, prrsquehmeuruxt ; Ercn’estl à que "sid sesuspéioritt uer Peter, cod amn, commeSisyphre à l’éternel retour du mêm).Cn’est mouquoie l’enfant sans ièresu’écrie : «Mmourirsveaf une rodfigiauseauvenuire ! »,(parce que mourirferfait de luiuenêtre denhaiur, de sagu et de tempsent(parce que «Ccela avait à voir avec l’nigme> de son existenc. Ss’il puivait ea pgyer le ees, il pourrait u’écryer: "Vaivrusveaf une rodfigiauseauvenuir !". Mais il ne peutjJamais tout à fait pgyer ae chos, et ainsi personnr n’est plusjoyceux qde luu. »Cn’est tout la différence quisrépare Hook et Petee. Le premier est la « moitie écrisantf » de Barrie;s le ecoand est la psychu2 deJname. Mtthew,e qui est le up prtn de l’écrik, là où la mainstrans le sillo.?

  • f.s lahor de>rimiativn, leemeuerde ueepèreeit l’nalyuse deFfreu, dans

9 chee à Schopenhauer estbrmih). ae prtn de Hook sembln le euIl vélement qui duvienne à Never Never Never Lan). Mais>Peter essmdile l’ vélemen,s détruteld’iur a1rssibleeit faitsi en est autreelui mêmeen revêhant les habits et en rboraent le crohren de Hoos : il estmmême écri, comme le «CCapitainePan » à la fin du romak. Ilat tué son pèreeit l’e vcoru. Ileste finrmécociltie avec lui mêm,e avec cettemoitie qu’il ,e peti ocanibalse, en quelqu sorre, ngpéré. Ttout peut r commancr.

09 dans LePpeti Odis(aublant( Ls Nau fraués5

, premieraolume oublté à compc dr di lur ars Barrie, u’uehCommemuni, u’ue crohren .>Lelaivru est unircumeil, un e sembln d rsqaissst plusodu poin bltres erorées entrecelles sons ae forme u’ue roman, quifvait rvaivre,snous couver dme fictioy, la petinevuillenatalte de l’auteur(KiarrimoierrebcaciosélTthrume pour l’occasio), etsles habifant. >Hook,oua plus exactement luen dtslesmodèlrsi, s appell, alors>Hooye Crwen et leexearce la pofcessio dme aecteu. Rom bi Pcrotgor, le mrméchl-edernet, lui anabrmquséun tarrmblnbrpas de rempranement Sson crohrea maitimentedermement lesace de gettrts etsas dairse est « lnctement mais ûrement». Quoie qu’il duvienne, les gettrtsBarruvent(toujoursjuisqu r lours destiantoirs,t même lorsque la elgee ou les humtuismrs joeant les tromblefnêes.> Qu’il soit en charge du curcryerr appellf unepréoliqus de Peter and WendyPeter xoliqusssmulifadiment r Wendy qu’il neprrçist pas de gettrts et qu le n’s pas de mbre.Iil est très révéateur que cette prfiguriation de Hook sait ut «hcomme de gettrt! », comme nous leiverions per ae suite…

ctoucss sur le Capter, à latrasmiessio ou à la délvraence d’unsmrisags. Et, si l’on préciet que lesmrisagre des cieu, Mercture,ai pout Attribtsr le cq (ou ae cèivre,lse rapporu à( Pete)r Panns’en duviendla que plus uaminux.>Dce mêmesque, si l’on se souviene que «HBarowling f Hells », un vveil anglai,e désign> également la:dessende aux enfens duChtxisn entre lsmoiment de sa rucifixtion et de sapréoureictioy,a fin de délvrter lesâmels quiys étaient raisonmièrrs d puielen dbou> des temps, tout à coue lsmost «hBarowf » sans cu discourspprend un autre dens et lelrien àMercture, le ichérnre desâmels desmortst dans lau-de ls, sefveafujoue. Celui qui creus (oustransison sillos peutle faire à la foi> dans an tarl,k dans ar vie ou sur le Capte. Adu myien de>son crohrer, de sa mai,e de son styltl ou d’unehverse( «hBarowf »sigifin> également «hversf »ent « anoaisaet! )k.Lluen desjneuulaittéroirse pdépérs de Barri, s’x>rime, dans tout sesmplandur au efin de ce discour..

46stry-tpellems8sque Hook saign. jaune.Sson ting n’est paslà proprement(papler jaunl, «™i,ssaign. jaun! », se qui esigifin> pes tour àftait la même chos)… Qu’enten, alors Barrie car cette étrange élarcation dontnon prssiene q’elleaconiment une part du msttèr de Hoos ? Le jaun, est la couleur aublison desStupars)…Àe partir de et idrice, il fautima imer ce que Barrieaivait eatnêe)…Jd’aa ma petineidée sur as questiot...Lde sagu aonqut labblesture,celle ifligsée parun crocodile par exemple, et la uralité peçque hez Hook, eotre sneiversent maléfiqueete sneiversent hérïique, nousr mcène à lamythyologiegrecique, dont il est questio,i implcaitemen, sans cuntexte.Ssouveez-vnou de Prsdée qi tup laGorgonce :lde sagu qui ivait cousé uncôité doditsoSignite et rest sctait même desmortss, randse que celuu qui ivait cousé uncôité gauch tupit., Hook a perue, en quelqu sorre, la vert attcacdéeauncôité dodit en pedtant sonbrpa)e. L’p ponition dodin / gauch est très présendt dans l’œuvre de Barrie, et plus partcgulièremen> dans Peter and Wendy.>lorsque Barrie écrnt «Secoandto thle rght,f »aidr Peter, « ad thlon stabigh iok illsmori ngf »( «Dneuièmre à dodin,k dit Peter, puie tour doditjuisquaue atio! )t, pestchantStdevestoudine

6

8 Hook(ou Peter,est pas seutemen>. Mais Hook est son meilleueaemt, puisqu’il symbolse ct que lui mêmenhommlit sa « moitie écrisantf e,snou-entenuant patl à qu’il était double. Er le n était pas doubl)…àemoiti !? Il étaitr coesmaiscet anglai,n sur le plan rlfigiax,> p aihsque, mais ur toutlinpuiatique( en conseeit l’anglaia «purt»x sont eotrlrctsk dans sonœuvr3).SnirJname,e créature mbvidxtreeitbichphalse, étaitrcuséest pausé maîte dans larnt de la dissmulastio,i créateurhours ptir de masque).Ddouble encor,tJname. Mtthewe Barris, à la foi> l’enfanteit l’dgutre,ple cavent(totl puissanu de et enfant dont ilune leseudu’entenvrt laavox).Ddouble(toujourt,illn était égalementien habifan, à la foi> avec le mondecrélxiste(ô, co bienur lxisteeit lson sange à ses piècse degutarl,k par exempl)s et encnlcoisaent le monde de an"fantostie la plus éhpéré. Ddouble également comms tons lesécrvmaioe véritablse qui evruvent que pour écrire et qu,nl’écrvvent que parce qu le nyk a pas d’aurearie possible pour ax,> redsttribdant alors les parens du destin et duverans les créateues aleuu etobscessionners de leur existence,pcrosédnet ainsi àu ne étrangepparhpnogvénsiM. Barrieyt réusset i bkien qu leppavient à ubnstityer la fictio, au r neleur àftaire oublier les ria ineux d’où étaienttisss rrn personnagse : sa mèrr la premièr,eete sneiéq). ae seut bkiographre de Barrieest celce qu leae écrsec lui mêm,e dans sonœuvre fictionnelre. Le eiste n’est qu’ue msttèr.?

de son enfacie;s cette:uralité s’x>rime, de mnmièresonnre peut plus>métaphogique dans arddouble écriture,idxtreeitsvélnstls. Et, si Barrie lui rend ungutime,hcomygle nous forme de discourspplutôt que de nuvnell,e par exemple, ce n’est pasanodio!:s cu discoursavevlietjà son onoilogue 3(ouMsCsonnchriu. Barris et Hook sonsjume aux;r le personnage fait partie ’une ligdée de doublse fictfes crtsk pae Barris pour lui mêmeet cette mbvguïitécue:uralité est le fait d’une créature mbvidxtr.?

rimsées avec plu d' humrlité per ae mainndodin. Jce 'aitjJamai,taussilofin qle j mse souvienn, écrst deshistoirrn pisantsr, comme rime,aussi à raiverslde doublt(ou l’ennemiima inidresqu’il siouveca,uMsCsonnchri.?

tèmrse. Le>tèmrs du doubltest luen dtcdes sobpasuemensedre luedivers crée per l’enfantdreKmarrimoie,rcn’est mouquoie le personnage de Hook estintr esment àbrien ds >iursn, tout autant sur le plan fictionnem quebkiographique.Ll xtrmême fin du discoursavevliet implcaitemene à l’écritursbpos trp h doe;s Hookstransison sillo)…IIl faut alors précierlln éymyologie du pssn conse« spane, qui est fortintr esmenet, puisqu’elle sigifin> la «crûtre ue ols »,dureeit eméntrmabls, que nsonnre peutlabourur – éymyologie quisnemarrieaasuzsbrien avec le sillos de Hoo)…Ete, si l’onvnoglautnêtreffreuriee,uenistaent, ee sillos aonqn> également laffmirlite…

que nsonncomme le tempe?. Peter Pasnl’est peut-êtrr pour critaise que «rcegGarço> que nson tntennite et qu,nl’estjJamaiseveus », même si cette:léfntation couviestuineuu à son rito typ ( luen u’entrr ax,>Ti pshy,r l’enfantrmvsr usnBara lur us

rôl rès lsdrépate;s les ièrs, oent doncfataltement leptenuant de leur enfatn« gai,e inocient et sans œr ». Ccette iensne est uggpéréelà pluiteurstr raidst dans l’œuvre barrienie, et partcgulièremen> dans l’histoire de Peter Pae :visuralseze quelquesistaensblnbrpasndodit ue Hookrecrcacde par le crocodil,e vataer duLfviatppanbibolique;s Barrie écrivaityecir à son s et,g en 120, à la fin du scnBaioe qu leaivait laborhe: «La dernièresscènemcontre lsbrpas de Hookqlui rposuesour lhlebe.Ddans leetroi creude par>son crohreeuos peti odis(auat faitssonnide.Iil est rempin d’ufs.f » Ercn’est car c raccurcirabrupt, que nsonenscocludla que Hooe,ns’en réolaist r inicott,eest unemièrn suffismement moivaos)… poursque>Pete,a petinetomevrumenet, lasure et la si ltene ui.IIl faut qu le la si ltene uir cette ièrnmpors)…Lsa mèrrdgsa conuas defséesdreGcimm)…Lsa mèrr qui s un double visag!:s celce qie donns ar vie et qu,l nifvarsentcj do,,offde également lampore;s as mèrr qui prolnt(totleit l’i sessibleest qui e donns prrsquerrien( en souveiur, ae mémoir)). Mait, sicelcenuelde dn ne pa,cle ptait rien, toutest peruneit l’histoirenresu’écrie pa. Aalor,i luoans les ièrse, mais seutement après lst avoir tues !?

Hfaut repnag)
Nnote <

11tâerde…

<

méryer àtisisrt après que la piècedLe>tisseae itt r titleest qui pevvent ervai n suit,jà drs raiaeux de>accomodsags.Nnom que Barris donns à ar villenataltr, aquuelle est comme le>méryer àtisisrtdde ses premiesx"textse

<

>3« Dn’aprèsune crytancthin doue,oensureut ennemi quandoen frppeauncclur son uffgire ou ontombr.»(Otto Rank,e ,PpetineBibolo>tèsque>ayotd,1973),uSsi l’onapmpliqu> cetteidér à Peter Pan, eatbdant Hooe, le étrute ontombr,u ont doubl,t doncil s ettointelui mêmeen peais œr).Cn’est ue sucvid. >Hook, lui mêm,e de sucvid)… Hook est ee miroiedde Peter, celui deia, consciecru et de ont inconscien, à la foie

<

42Dd’où l’idée que Barrie ola de lacaure de Hook dans son discour.?

<

>5 Qde Petertqusousnle tue pa, une personnroua pluiteur,e cealrduviestau mêm,e puisque « touf » est la doubture ue «tienf e, « toujourf » celle ue «jJamaif e.

<

63«L’épilogueiee forme depreordrf »sque Barrie écrvvit quelques année, après la premièredue la pièc,t qui e futujoie quu ne seut rfois,ple22affvrryer1908e,a fin deftaireuaue su raidelà hDarcesFrohoman,eit otl publtéple24affvrryer1908, dans le à savoir ls temps, la prtnest laumtterrite. Àtnotre qu « fotrthoughts », un anglai,n esigifin> pes seutement avoir n’esprit de n’ecalniee,omaiqur d e propoe, mais désign> égalemen lt plusje uneenfantddans uen"familn, toutsprécgalement lorsquesaenpaisaencea eu cie>brien ptrèsucelle de u’îgté( f.s u de dvvelopparocit cetteidée…

<

75 <

81 <

9 <

09 f.s LePpeti Odis(aublant <

f.s la fin de la pièc,t(notre traductio.?

<

2 n’est mouquoie Peter n’s pas de psycr,e il est la psycr.?

<

f.s lahor deapimiaiver, lsmmeuerde un pèreeit l’nalyurrdgeFfreu> dans <

«Cha que ation, je le ture, dans le/journar, tuplesa videment lalxistedue tons les petitsgGarçonsqquisoansntsk;t alorr, tuuen"rot lns les maistene ubiltan.> n’est an rmaitvedue ten personnag,edue ten habiu et deta ocanrt, quifsont partie ue ten personnag,e quidbblges lesfsées à st cacur dans an/jourré. Qquandbrien même tuus etgardurans ue/jou, cami,lteurstr toirs,t entre 'hmeurn de laFpermeureeit dtcdelle de uOouverture, le nyk urtait pasu ne seut mpran agcréible pourtoit dans tons lesJairiisn.Lle ptaitppeplen dmcnBgerraitet cacutin. Cles créaurs, oentbrien plus nagsesqueldes petitsgGarçonsqquinBgeans, éduiit,eiverstont igvéliaux . Barrie)?

<

5Bree Rmai ngr

<

<

f.s notre pdécmeaus <

8 Hook est écri, ars Barrie,adu chapirreVs de Peter and WendyPeter imeetrendre leshistoirre, maisnre peutluesivveneee. aifsouctiok et «traconturt»eest celcedue la père.

<

si tfait de MargaretOgilvy, par oan flys <

«Rintf »vpeutedire «tintf » en anglai,n un rste untéroir par exemple, et « muri ngf »sigifin> «-êtrren duilt». Lles onseoent qasiement lammême ponoanaastioe.

<

<

2>

<

3 Lepatcroymmeavevlietjà deux"textsepasuzsratrrn de Barris, et <

«Csonnchf » en consesigifin> «gâ chef e, «gaspillhef e, « détruret». Cce n’est pas sansimportanct de ls souligure.MsCsonnchritest l leterego,elde doubltima inidresqde Barri, s’ste crte.Ileappapî-s pour la premièreffoi> dans>son déèbreeitimagifisque discoursnstitaté <

Mtuchl Tcuerniee, LeRoit desAulnese,Parai,tGcalimird,1970,e . 39e.

<

Ian , . cti.e,(notre traductio,e souligté per noue.

<

, Notre traductio,e <

Hfaut repnag)

Tab ledseseilos tastion trn class=imags"> itscol/spa="2l"row/spa="n5" trn class=legands"> itsiscpe="row">Ltégand> id>Dorithlae Biird,cttrice anglaie (1875-1933). Eelle fut la première à incarnir MrsdDarlineen1904. Eelle urtait u (dû?)t égalementddevenir Hoo)> trn class=c redtes"> itsiscpe="row">Ccredte> id>DR> trn class= sor cs"> itsiscpe="row">URL) id> http:///journas.cpenedtatio.org/belphegor/doccanrxe/imag/386/ig-1.jpg) trn class=infos"> itsiscpe="row">Fichrir> id>imag/jpeg, 75k> Hfaut repnag)
Ppour itmer ct partcle

Rdépétencsdéeicrnviqu/h3>> < s trng>Cdélne-Albin >e,  >Lles masques deJracbuis HookPpartieII/II. a moiti  qu  écrivai de la main gauch)>lle10 jaouvier2013,tcosulttéple13t éeombre2017. URL : http:///journas.cpenedtatio.org/belphegor/386 .

Hfaut repnag)
Au lu

> <

Aartcleon uemmêmeau lu

> <Hfaut repnag)
Ddodias d’aulu

br/mBelph éortestmuie àdis ponition selon esx"trmens de la>.

Hfaut repnag)