Navigation – Plan du site
Dossier "sérialités"

De la « Littérature du trottoir » à la grande librairie.

Versions de sérialité et légitimité dans l’espace médiatique de la Grèce, XXe siècle.
Effie Amilitou

Résumé

Cet article examine les différents supports (feuilletons dans les journaux ou les magazines, fascicules, livres) et les gradations de légitimité qui accompagnent ces diverses formes de publications. Les exemples sont puisés dans des corpus de la littérature médiatique grecque de la première moitié du XXe siècle. Sont examinés notamment les « romans de brigands » et les « romans athéniens » de la littérature de large consommation, par rapport aux romans de l’ithografia, genre littéraire proche de l’étude de mœurs réaliste, et des romans urbains. Les produits de la littérature sérielle étrangère traduite en grec sont aussi mentionnés, dans la mesure où ils ont servi de modèle ou de source de légitimation aux auteurs grecs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour le concept de culture médiatique on pourrait se référer à l’ouvrage : Jean-Yves Mollier/Jean-F (...)

1Étudier les produits de la culture médiatique1 en Grèce, c’est ouvrir l’horizon de la réflexion vers des enjeux autres que ceux de la mise en question du canon littéraire et de la prise en compte des supports. L’envergure relativement limitée du champ littéraire, ainsi qu’un certain décalage de l’expansion du champ périodique grec par rapport à d’autres pays d’Europe, comme la France, rendent plus claires les interférences entre les divers positionnements dans la hiérarchie culturelle, ou entre la littérature et la presse, univers matriciel par excellence des pratiques sérielles. De plus, lorsqu’il s’agit d’étudier cette littérature souvent dévalorisée, de large diffusion ou de grande consommation, dans un milieu culturel qu’on a toujours l’habitude d’appeler « de périphérie », on est confronté à un mécanisme de transferts culturels et à des trajectoires tracées en parallèle, non seulement avec les grandes littératures européennes, mais aussi avec les grands classiques d’une littérature sérielle étrangère qui sert autant de modèle ou de repoussoir.

  • 2 Expression utilisée par Jean-Yves Mollier. Voir, par exemple, son article : « “La littérature du tr (...)
  • 3 Voir par exemple : Alain Vaillant, « De la littérature médiatique », Interférences littéraires/Lite (...)

2Cette littérature du trottoir2, tellement accessible, précisément, qu’elle finit par être rapportée à la prostitution, née et diffusée dans l’espace public, souillée par la valeur marchande qu’on lui attribue, ne peut que véhiculer les stéréotypes de la doxa et de l’interdiscours du moment, dans leur version la plus simplifiée ; or la stéréotypie fait partie des arguments principaux de sa dépréciation. Cette version de la communication médiatique, ou de la communication littéraire, selon le terme d’Alain Vaillant3, qui prend place dans un système de représentation du monde pluriel, devient possible, en Grèce comme ailleurs, à partir du moment où les médias se développent et lorsque le pays connaît sa propre ère médiatique, dans les dernières décennies du XIXe siècle.

3Nous tenterons d’examiner les pratiques sérielles dans le domaine grec par rapport aux questions de légitimation et d’identité culturelle nationale, en nous limitant à certains auteurs et corpus représentatifs, qui couvrent trois pratiques éditoriales et trois supports : le feuilleton du journal ou du magazine, le fascicule et le livre. Deux types de romans, clairement « labélisés » par leur paratexte, seront étudiés, les « romans de brigands » et ceux qui portent le sous-titre « roman athénien ».

Les contraintes du champ : roman national, roman rural, roman urbain

  • 4 Pour plus d’informations sur ces questions, voir : Eftychia Amilitou, L’Écrivain et le camelot. Lit (...)

4Une question fondamentale traverse le champ littéraire, mais aussi le champ périodique grec à partir des années 1830, après donc la déclaration d’indépendance du pays : la quête d’une littérature nationale, utile pour la nation, où l’écrivain assume le rôle du pédagogue4. Et de façon connexe, le dilemme entre une littérature ethnocentrique, refermée sur les frontières de la nation, et une littérature cosmopolite, ouverte à la littérature européenne et aux dangers qu’elle couve. Entre autosuffisance hellénocentrique et ouverture à cet espace européen tant redouté, le choix de la thématique et du genre sont autant des prises de position.

  • 5 Phrase de Zanetakis Stefanopoulos, érudit grec, lors de sa conférence à propos du roman français, p (...)

5En effet, la revendication d’une littérature pédagogique et nationale et la volonté de combiner l’utile à l’agréable trouveront dans un premier temps leur application idéale dans le roman historique, mais aussi dans l’ithografia, genre de prose qui combine des traits de l’étude de mœurs réaliste, avec un goût pour le folklore, le régionalisme, la thématique de la campagne et du village. Un genre hybride, oscillant entre l’embellissement romantique de la réalité et le réalisme cru, proche du naturalisme, sera donc forgé et pratiqué à partir des années 1880 et jusque dans les années 1920, comme pour combattre les « lectures venimeuses venues de l’Occident »5, où les traductions d’auteurs français se placent loin devant les autres littératures européennes, l’anglaise et l’italienne, en l’occurrence.

6On parlera, selon la version de l’ithografia, d’idylles rurales ou de romans réalistes, qui dessinent la vie paysanne dans une perspective d’attrait pour la couleur locale, avec de longues descriptions des us et coutumes de la campagne. Dans un premier temps, la thématique urbaine aura du mal à se placer dans un créneau légitime, puisque la capitale, Athènes, est considérée soit comme une ville de débauche, soit comme une ville qui, précisément, n’a rien des grandes métropoles sombres et dangereuses de l’Europe, d’où l’inutilité de la choisir comme lieu de l’action d’un roman urbain ou social. Dans les années 1920-1930, l’ithografia (du village, mais aussi de la ville, plus tard), sera par ailleurs accusée d’être simpliste par les auteurs de l’avant-garde littéraire. Effectivement, un débat a lieu en 1926-1927, opposant les défenseurs du genre, représentés par l’ancienne génération d’écrivains, et les détracteurs du régionalisme, qui appartiennent majoritairement à la nouvelle fournée de créateurs et de critiques.

  • 6 Aggelos Doxas, « Postfacio » (p. 231-255) de son recueil de « nouvelles cosmopolites » Garçon, un w (...)

7Comme contre-point, dans ces années-là, le genre du « roman cosmopolite » fait son apparition, avec une prédilection pour des motifs qui recréent une ambiance de légèreté et d’insouciance de l’entre-deux-guerres, et qu’on reconnaît par la mise en avant de l’espace urbain des grandes capitales de l’Europe, l’espace du cabaret et des jazz-bands, le high life de l’hôtel de luxe, les soirées dansantes et les cocktails, la vitesse des transports comme le train et l’avion, la description de la vie nocturne et de l’amour charnel. Aggelos Doxas, par exemple, qui expose la poétique du « roman cosmopolite » dans la postface de son recueil Garçon, un whisky !, se positionne dans le sillage de Maurice Dekobra et de Joseph Kessel, et place le cosmopolitisme littéraire à l’opposé de l’ithografia et de ses décors campagnards6.

« Brigands, pornographies et farces vulgaires » : le peuple et les mauvais genres

  • 7 Giorgos Theotokas, Esprit libre [Ελεύθερο Πνεύμα], Athènes, Ermis, 1988 [1929], p. 60.
  • 8 Pour la notion de la sérialité, voir : Paul Bleton, « Un modèle pour la lecture sérielle », Études (...)

8Giorgos Theotokas, auteur et critique, représentant la nouvelle génération d’écrivains des années 1920-1930 qui réclamaient le contact de la Grèce avec l’Europe, soutenait que les causes de la crise que traversaient les lettres grecques seraient à chercher du côté de l’abandon du peuple de la part des élites intellectuelles : « Le peuple lit de la littérature de brigandage ou de la littérature pornographique et applaudit des farces vulgaires. C’est ce qui lui plaît, puisque personne ne prend la peine de cultiver son goût et de réveiller en lui de nouveaux besoins »7. En 1929, lorsque Theotokas rédige ces lignes, le pôle opposé à la littérature « noble » semble donc représenté par cette littérature dépréciée, publiée majoritairement dans la presse. Il ne faut pas omettre, pour autant, que la littérature placée à la marge du canon existe, en Grèce aussi, depuis le XIXe siècle, même si les pratiques sérielles (appartenance générique affichée, poétique du récit, supports médiatiques)8 se cristallisent à ce moment-là.

  • 9 Concernant la Bibliothèque bleue voir : Geneviève Bollème (éd.), La Bible bleue : anthologie d’une (...)

9Une catégorie de textes populaires, écrits en grec ou traduits, circule déjà à travers les pratiques du colportage et constitue un corpus de lectures qui rappellent celles de la Bibliothèque bleue en France9. Il s’agit d’œuvres qui s’adressent à une société rurale : on citera les Vies de saints, les mythologies diverses, les vies d’Alexandre le Grand, ou encore Bertoldo et Bertoldino de Giulio Cesare Dalla Croce. De plus, pendant le XIXe siècle, sous l’influence du genre des Mystères urbains, et notamment des Mystères de Paris d’Eugène Sue, paraissent des romans urbains qui mettent en scène la vie des habitants des grandes villes de l’hellénisme, les bas-fonds d’un espace urbain dysphorique, dans lequel agissent des personnages récurrents, aux aventures et aux fabulae stéréotypées (meurtres, délits, vols, enfants abandonnés, prostitution, etc.). En même temps, les romanciers étrangers, traduits, déclassés, adaptés, occupent une large partie de la littérature de l’époque, et l’on trouve pêle-mêle, Victor Hugo, Bernardin de Saint-Pierre, Jules Verne, Edmond About, Eugène Sue, Paul Féval, Jules Claretie, Georges Ohnet, Paul de Kock, Émile Richebourg, Alexandre Dumas, Fénelon.

Supports et matériaux de la mise en série

10Dans les premières décennies du XXe siècle, la littérature sérielle est représentée par des éditions bon marché de romans étrangers et grecs ainsi que par une vaste production de romans ou de nouvelles publiés dans la presse périodique féminine de l’époque, ou dans la presse quotidienne. Des dizaines de magazines s’adressant en principe à un public féminin sont fondés pendant l’entre-deux-guerres, tandis que des éditions populaires continuent à paraître depuis le XIXe siècle ou sont fondées dans les premières années du nouveau siècle. Les parutions en fascicules représentent une pratique éditoriale traditionnelle, déjà connue et appliquée dans le domaine de la littérature de colportage, et en même temps rénovée, par la publication de fascicules de type livre de poche, de 8, 16 ou 32 pages, qui ont une présentation typographique du type « Petit livre » des éditions J. Ferenczi et fils, par exemple. De nombreuses maisons d’édition se consacrent à la diffusion de la littérature populaire, étrangère ou grecque, pendant les premières décennies du XXe siècle. Outre les diverses « Bibliothèques », éditions annexes de journaux tels que le journal Akropolis [Ακρόπολις] (à partir de 1883) ou des magazines, comme Bouketo [Μπουκέτο = Bouquet] (1924-1946), on assiste aussi à la création d’éditions spécialisées, qui sont souvent des entreprises familiales publiant soit des romans en volume, soit des fascicules quotidiens ou hebdomadaires, susceptibles d’être reliés par la suite pour prendre la forme d’un livre.

  • 10 L’exemple de Sotirios Christidis, qui a illustré la majorité des éditions populaires des années 191 (...)
  • 11 Voir à ce sujet : Giorgos Veloudis, « Le roman populaire contemporain » [« Το σύγχρονο λαϊκό μυθιστ (...)

11La pratique des collections contribue largement aux mécanismes de sérialisation, en mettant en avant un genre précis, ou qui « sérialisent » la production d’un seul auteur, par tout un jeu d’indices paratextuels, comme les sous-titres. L’illustration devient également sérielle : il s’agit d’une illustration naïve, répétitive, générique et reconnaissable aux couleurs criardes, réalisée dans la plupart des cas par le peintre Sotirios Christidis, une sorte de marque déposée de ces collections10. On pourrait encore parler de sérialisation des auteurs, en nombre limité, et des éditeurs qui monopolisent le milieu11. Dans les pratiques éditoriales de la littérature sérielle on pourrait encore mentionner le papier de mauvaise qualité, l’offre, à la première livraison, de la couverture qui ornera le livre une fois les fascicules reliés à la fin de la parution. [ill. 2], mais aussi de la stéréotypie de l’intrigue qui résulte d’une telle production.

Utilisation de la même illustration de Sotirios Christidis pour deux romans différents de Kyriakos, Le Vœu de la mère de l’émigré (1912) et Les Brigands romantiques Mavrodimos et Panourgias (1912), même éditeur Anagnostopoulos Petrakos, légendes différentes

12Le mécanisme commercial de sérialisation est donc adopté par les maisons d’édition populaires grecques, surtout avec la création de collections qui correspondent à des sous-genres différents : Saliveros crée ainsi la « Bibliothèque du peuple », qui fera paraître des livres à partir du début du siècle et jusqu’aux années 1920, Vasileiou crée la « Bibliothèque Jules Verne », la « Bibliothèque des Œuvres Précieuses », la « Bibliothèque romantique », de même que Fexis et d’autres éditeurs qui, par différents labels éditoriaux, multiplient leur public tout en le diversifiant. Dans le même milieu éditorial, on pourrait encore citer les éditions Saravanos (1898-1925), Papadimitriou (1898-1924), Vouniseas (1901-1927), Anagnostopoulos-Petrakos (1903-1918), Delis (1910-1931), Sideris (à partir de 1910), Keravnos (1922-1955), Astir-Papadimitrou (à partir de 1924), Agkyra (à partir de 1935), pour se limiter aux plus connues.

13Par un processus complexe de transmédialité (de l’écran au livre, du théâtre au livre par exemple), de déclassement (des grands classiques anglais, français et grecs adaptés pour devenir plus accessibles) ou de revalorisation (des romanciers inconnus publiés sous l’étiquette de « littérature classique »), une production hybride et inclassable est ainsi créée, mélangeant les registres, les étiquettes génériques, les origines et les courants littéraires. Les maisons d’édition reprennent par ailleurs les œuvres publiées auparavant dans les quotidiens ou les magazines de grande diffusion, et on retrouve dans les diverses collections les mêmes noms d’auteurs et les mêmes titres que dans la presse. Ainsi, un catalogue d’une maison d’édition populaire comme Papadimitriou, présente de nombreux points communs avec la table des matières d’un magazine comme Oikogeneia [Οικογένεια = Famille] (1927-1935).

Aristeidis Kyriakos, Maria Pentagiotissa, l’histoire romanesque et pleine d’épisodes beaux et inimaginables, de séduisantes aventures de la plus belle femme de la Grèce, dont la beauté a été admirée dans le monde entier, avec de belles illustrations, éd. Anagnostopoulos Petrakos, Athènes, 1912, 732 p.

« Maria Pentagiotissa », film muet d’Achilleas Madras, 1926

14D’ailleurs, la trajectoire des éditeurs et des romanciers populaires est en elle-même une illustration de la fusion de la littérature sérielle avec le milieu journalistique de l’époque. Par exemple, les frères Papadimitriou des éditions Astir fondent en 1935 un magazine-roman (publication d’un roman par numéro) intitulé Eklekta Mythistorimata [Εκλεκτά Μυθιστορήματα = Romans précieux], les éditions Vasileiou complètent les parutions de livres populaires en fondant le magazine-roman hebdomadaire Bizou [Μπιζού] (1936), Nikos Theofanidis, éditeur, entre autres, du magazine Romantso [Ρομάντσο = Roman] (1934-1940) imprime des livres avant d’entrer dans l’univers de la presse, Aristeidis Kyriakos, le plus prolixe des écrivains sériels, est journaliste et rédacteur en chef dans le journal Chronos [Χρόνος = Temps], Spyros Nikolopoulos, journaliste, fondateur du grand journal Ethnos en 1913, écrit quelques dizaines de romans sentimentaux et historiques populaires, Ilias Oikonomopoulos (1868-1929) est journaliste en même temps que romancier polygraphe, de même que Giorgos Tsoukalas (1903-1974), Christos Chairopoulos (1909-1992) et d’autres écrivains populaires de l’entre-deux-guerres.

Surhommes et peines de cœur : le personnel de la littérature sérielle

15Dans les catalogues des collections populaires, comme c’est le cas dans d’autres pays d’Europe, la littérature se retrouve à côté d’autres domaines discursifs, tels que la philosophie, la sociologie, l’économie ou l’histoire. Effectivement, on assiste à une sorte de melting pot culturel, qui met Kropotkine à côté des péplums et de Nietzsche, des livres de cuisine, de jardinage, de médecine ou d’art épistolaire, des contes classiques ou des contes traditionnels grecs, des manuels de sport, des biographies, des guides de savoir-faire amoureux, des guides de savoir-vivre ou des conseils de beauté.

  • 12 Concernant le genre des ciné-romans, voir : Étienne Garcin, « L’industrie du ciné-roman », dans : J (...)

16Concernant la littérature, on retrouve les auteurs étrangers déjà traduits pendant le XIXe siècle, et d’autres qui s’y ajoutent, comme Fiodor Dostoïevski, Henrik Ibsen, Maxim Gorki, Gustave Flaubert, Émile Zola, Athur Shopenhauer. Avec le succès du cinéma, les héros de l’écran, tels que Tarzan ou Laurel et Hardy, envahissent le marché de la littérature populaire, en même temps que paraissent des ciné-romans, fascicules dans lesquels on présente un film sous une version romanesque12.

17Des héros célèbres, comme Arsène Lupin, Fantômas, Nat Pinkerton ou Sherlock Holmes, arrivent aussi en Grèce et parfois même acquièrent une identité plus hellénisée. La présence de la littérature sérielle étrangère est donc importante, puisque les détectives et criminels célèbres de l’Amérique et de l’Europe, dotés de la « modernité » du crime et des sonorités anglo-saxonnes de leurs noms, se refont une carrière dans le domaine grec, au travers des magazines, dont les plus connus sont Maska [Μάσκα = Masque] (1935-1938) des éditions Saliveros et Mystirion [Μυστήριον = Mystère] (1935-1937), dirigé par N. Theofanidis et Sp. Lampadaridis. Des romans policiers et des histoires de mystère et d’aventures abondent dans leurs pages, écrites par des grands noms du genre, comme Conan Doyle ou Gaston Leroux, mais aussi par une vaste brigade d’auteurs, journalistes et éditeurs grecs, aux noms de plume « américanisants », connus sous leur vrai nom pour une production tout aussi paralittéraire, de thématique différente : Giorgos Tsoukalas, par exemple, auteur de romans sentimentaux et historiques grecs, signe sous de nombreux pseudonymes des romans policiers publiés dans Maska.

  • 13 On citera Romantso, éd. N. Theofanidis/S. Lampadaridis et Οikogeneia, éd. K. Theodoropoulos, le mag (...)

18Aux histoires de mystères et de personnages surnaturels s’ajoutent les récits à l’eau de rose, publiés par un grand nombre de magazines à la thématique variée qui s’adressent à un public féminin13. Dans cette catégorie aussi, les célébrités du genre peuvent côtoyer des inconnus, les auteurs importés peuvent se retrouver à côté des locaux. Ainsi, les récits sont présentés majoritairement comme des traductions, mais il peut aussi s’agir d’adaptations, ou encore d’originaux grecs déguisés en traductions pour renforcer leur capital symbolique, de même qu’on peut trouver de façon aléatoire quelques plumes grecques se spécialisant dans le roman sentimental, appelé aussi « roman athénien », « roman social », « roman grec », etc.

19La mode des « romans athéniens » commence dans les années 1910 mais arrive à son point culminant en 1920-1930, en particulier dans les magazines illustrés. On y retrouve des auteurs connus, oscillant entre l’appartenance au canon littéraire et le positionnement dans sa marge, mais aussi des auteurs purement sériels et des écrivains publiant sous pseudonyme. On pourrait citer Ilias Voutieridis, Spyros Melas, Platon Rodokanakis, Dionysios Kokkinos, qui écrit Le secret de la jeune fille [Το Μυστικό της κόρης], publié en 1916 dans le journal Ethnos. On pourrait mentionner d’autres auteurs encore, qui s’affichent dans les pages des journaux et des magazines : Agis Lormas publie aussi dans Ethnos son « roman athénien original » Amour de rêve [Ονειρευτή αγάπη] au cours de 1923. Ntolis Nikvas fait paraître dans le magazine Evdomas son « roman athénien » C’est ainsi qu’on aime [Έτσι αγαπούν], en 1931 et Cinq filles d’un collège [Πέντε κορίτσια από ένα κολλέγιο] en 1932, Spyros Potamianos publie dans le même magazine Un papillon dans les flammes de la vie [Μια πεταλούδα στη φλόγα της ζωής], roman athénien, au cours de 1933-1934, après avoir fait paraître La chaîne d’or [Η χρυσή αλυσίδα], « nouveau roman athénien », dans Sfaira en 1923, D. K. Evaggelidis publie Une jeune fille moderne [Ένα σύγχρονο κορίτσι], roman athénien, dans la même feuille en 1938 et, la même année, toujours dans Evdomas, Christos Chairopoulos fait paraître Une fleur de la nuit [Ένα λουλούδι της νύχτας], roman athénien contemporain, et Caresse-moi les cheveux [Χάιδεψέ μου τα μαλλιά], roman athénien, en 1939.

20On pourrait multiplier les exemples, et il est certain qu’un dépouillement systématique, en particulier dans les illustrés s’adressant au public féminin des années 1920-1940, ferait découvrir des dizaines de romans de ce genre, qu’ils s’accompagnent ou non de l’adjectif qualificatif « athénien ». L’intrigue ne diffère pas de celle des romans sentimentaux qui paraissent à l’époque dans la presse féminine européenne et américaine, et d’ailleurs, très souvent, l’espace dans lequel se déroule l’action est un espace urbain indéfini, cosmopolite, difficilement identifiable : le sous-titre « roman athénien » renvoie ainsi conventionnellement au genre du roman sentimental plus qu’à la capitale grecque, puisque l’action se situe dans un flou spatio-temporel, prenant pour sujet la grande vie des bourgeois et ses signaux (décor, vêtements, art de vivre, morale, etc.). Par exemple, dans le magazine Sfaira de 1923 paraît en feuilletons le « roman athénien » Le sacrifice suprême [Η υπέρτατη θυσία] d’un certain L. Rila, mais on n’y trouve rien d’athénien, et les noms et les prénoms des personnages sont français.

21Une partie de la production sérielle présente pourtant des traits autochtones. Pendant les trois premières décennies du XXe siècle, paraissent en effet quelques centaines de romans, écrits par une dizaine d’auteurs, qui portent des sous-titres aussi bien inventifs que conventionnels, tels que : « roman idyllique et patriotique », « roman byzantin », « roman merveilleux, illustré, d’aventures », « épopée historique », « roman policier grec de brigands », « roman de mœurs », « roman historique de toute la nation », « roman de guerre », etc. L’action se situe dans des périodes glorieuses de l’histoire grecque, ou alors il s’agit de la vie d’un saint, d’un empereur de Byzance et plus rarement d’un personnage de l’antiquité.

22Parmi ces sous-genres, le roman habituellement appelé « roman de brigands » constitue une vraie spécificité nationale. L’écrivain le plus productif est Aristeidis Kyriakos (1864-1919), suivi par quelques autres, comme Aristomenis Didikas, I. Skouteropoulos, alias Kimon Attikos, Aimilios Athinaios (ce dernier a parfois été identifié à Kyriakos), Ilias Oikonomopoulos, Michaïl Androulis, Pavlos Argyros, F. Fotopoulos et plus tard Dimitris Giannoukakis et Giorgos Tsoukalas. Les maisons d’édition qui publient ce genre ne dépassent pas la vingtaine : on pourrait mentionner Saravanos et Anagnostopoulos Petrakos, Delis et Keravnos, publiant parfois en partenariat.

À la recherche d’une légitimation multiple

  • 14 Οι βασιλείς του βουνού και του λόγγου. Οι λησταί του Δοξαρά, Athènes, Delis, 1925.

23Les sources de l’époque se font l’écho du grand succès commercial du roman de brigands, et la légende veut qu’Aristeidis Kyriakos ait perdu la vue à force d’en rédiger quotidiennement des centaines de pages. Mis à part le côté anecdotique de cette histoire, force est de constater que Kyriakos, comme par ailleurs les autres auteurs du genre, sont des produits du milieu journalistique, dans lequel ils situent sciemment leurs romans. Androulis, par exemple, dans la préface de son roman Les Rois de la montagne et des bois. Les Brigands de Doxaras14, affirme avoir connu les protagonistes de son récit lors d’un reportage qu’il avait préparé à leur sujet, et se déclare clairement « journaliste ». Souvent l’intrigue romanesque est interrompue par l’insertion de documents, tels que coupures de presse, photographies, lettres et autres textes factuels qui rappellent le reportage journalistique, tandis que des notes en bas de page ou des digressions narratives renseignent le lecteur sur le phénomène du brigandage, ayant recours à des études historiques ou sociologiques.

  • 15 Art. 36 de la Loi 5060 du 30 juin 1931.

24Mise à part la quête d’authenticité, proche des exigences des romans réalistes, qui pourraient servir de modèle et de facteur de consécration pour ces romans, la référence à la réalité est aussi liée au fait qu’ils étaient publiés du vivant de plusieurs de leurs protagonistes, ce qui faisait que dans certains cas les auteurs étaient en contact avec eux ou avec des membres de leur famille, les interviewaient, publiaient leurs lettres et se faisaient photographier avec eux. Parallèlement, les journaux foisonnent de faits divers à propos des brigands, jusqu’au moment où la censure appliquée à la presse interdit les publications à leur sujet dans les journaux, sauf sous la forme de fiction15 ; une partie du succès des romans de brigandage, ainsi que leurs affinités avec le genre journalistique pourraient s’expliquer par cette interdiction, dans le sens où la fictionnalisation permettait de canaliser une grande demande du public pour ces histoires.

25Ces personnages de hors-la-loi, marginalisés mais en même temps présentés, aussi bien dans la presse que dans la littérature, comme héroïques et honnêtes, ont fait l’objet, depuis le XIXe siècle, d’un mélange de sentiments de haine, de peur et d’admiration de la part de la population. Dans les romans de Kyriakos et de ses collègues les brigands sont présentés souvent comme des « Robins des Bois » locaux, victimes d’une société injuste, protecteurs de l’honneur de leur famille ou de leur bien-aimée, qui combinent force surnaturelle et sensibilité. On se doute que le système des personnages dans ces romans est fondé sur les taxinomies manichéennes, qu’on rencontre souvent dans les récits sériels.

26Par des trames stéréotypées, dues à la production et à la réception sérielle de ces textes, parsemés de vers de chansons populaires grecques, de descriptions de la nature et des us et coutumes des brigands, ces romans s’approchent de l’ithografia, tant respectée comme genre. D’ailleurs, le genre de l’ithografia est mentionné dans les sous-titres de ces romans : Les Brigands Mavrodimos et Panourgias (1912), de Kyriakos, est « un roman original, idyllique et ithographique », de même que d’autres peuvent être « idylliques », « patriotiques » et « historiques ». Dans la majorité des cas, les romans de brigandage, qui portent rarement ce sous-titre précis, puisent leur respectabilité (telle qu’elle est réclamée dans le péritexte et le paratexte, comme dans les réclames des fascicules ou les pages de titre) dans leur liaison avec la tradition et la couleur locale, et donc avec la version la plus simpliste de l’ithografia, qui apparaît en filigrane.

  • 16 Ο Μαύρος αρχιληστής και ο διεθνούς φήμης Έλλην αστυνόμος Φον Κολοκοτρώνης, Athènes, éd. Delis-Sarav (...)
  • 17 Couverture du roman L’Aigle de la Morée et Von Kolokotronis à Paris [Ο Αητός του Μωριά και ο Φον Κο (...)

27Autre source de légitimation, celle qui lie les héros de ces romans et leurs auteurs aux grands noms de la littérature populaire venue de l’étranger. Les brigands deviennent des surhommes, émules d’Arsène Lupin ou de Fantômas. Ainsi, sur la page de titre du roman de Kyriakos Le Chef Brigand Noir et le policier mondialement réputé Von Kolokotronis16, on peut lire : « Roman original, grec, policier et de brigands, lié à des événements historiques. Le Chef Brigand Noir a fait son apparition, a vécu et a étonné par la force mystérieuse qui l’entourait. Mais Von Kolokotronis, policier grec d’une ruse monstrueuse, fut pour le Brigand Noir ce que Juve fut pour Fantômas ». La dernière page du roman informe le lecteur que dans la suite du roman le Brigand Noir ira à Paris, et, en effet, une illustration de couverture est conservée, sur laquelle on le voit, habillé en smoking, Paris oblige, et portant un masque noir, se tenir sur un pont avec vue sur la Tour Eiffel17.

28On constate pour les « romans athéniens » la même procédure de double légitimation à travers la revendication ou la récupération d’un modèle générique. Certains auteurs se réclament par exemple d’une ithografia réaliste de la ville (recherchant ainsi la légitimité dans l’espace grec), d’autres s’inscrivent dans la lignée de leurs collègues européens ou américains, invitant par exemple le courant de la prose cosmopolite, comme la pratique Joseph Kessel, souvent cité, ou d’un certain roman socialisant de gauche, descendant lointain des mystères urbains.

29Dans les deux sous-genres, roman de brigands et roman athénien, une relation ambiguë est entretenue avec le monde de la presse. Étant dans la majorité des cas des journalistes, ou l’ayant été, les auteurs de ces romans peuvent selon les cas renier leur relation avec la presse, soit au contraire y trouvent une source de légitimité. On a déjà mentionné Androulis, mais on pourrait citer des auteurs de romans athéniens qui semblent à l’aise dans le support du magazine ou du feuilleton, qui adoptent une posture d’écrivain-journaliste-reporter de la capitale grecque et de ses mystères, ou qui recyclent des sujets d’actualité immédiate, en citant par exemple, ou en les incorporant dans la trame romanesque, des fait-divers relatés plus loin dans le même numéro du journal ou du magazine dans lequel ils sont publiés. Ce recyclage est d’autant plus aisé que le discours journalistique de l’époque, notamment celui du reportage policier et de la chronique, n’est pas exempt de la rhétorique et de la littérarité des romans, au contraire, ces genres journalistiques sont connus pour fictionnaliser la réalité.

30À part l’appartenance revendiquée ou niée, ou encore la distance prise par rapport à un genre (sériel ou pas) par les écrivains des récits médiatiques, une autre source de légitimation se situe dans le support. Un petit nombre de romans de brigandage de Kyriakos ont été publiés d’abord en feuilleton dans des journaux, mais assez rapidement l’auteur a monopolisé les publications en fascicules, support plus légitimant, parce qu’il garde, même dans sa sérialité, le caractère de permanence qu’a le livre ; les fascicules sont conservés pour être brochés à la fin des livraisons, la couverture distribuée avec la première livraison en est la preuve. Donc l’auteur du fascicule et son lecteur voient très probablement un livre derrière les 8 ou 16 pages de chaque numéro, ce qui n’est pas le cas du feuilletoniste du magazine, et encore moins du journal : même si la pratique de découper le feuilleton et de conserver le magazine était assez courante, la presse reste un support de l’éphémère, comme son nom éphéméride = journal, l’indique bien en grec.

8
<0/a>
<4/a> 1mille] (1927-1935).

20/a>
13< La derSle sriginaPratismantt iliman ori2008es">
  • 15 Art. 36 de la Loi 5060 du 30 juin 1935.
  • Ddéguiséjourn produclamesre que, e> t et il esr faibmagazine,ournc par m réclaae, comme honielui chre journa forsa ces romala philginaCles magazines ill="paran, poliC(190cins Papadnd’a romord expoaes,sÉtant dDimitromans, la réfembeditioans sa marge, as. Les mai Ce recycutumes Le
    . embediti,i Ce recycde déc,s légiti pratde ce de découperaé, proche des aucépe romEnf vient f/spies, ine, rôn>
    terécis, leoliciers et des hmême prart l’umber">2r">2113
    . Daenoi"paraniuibrigan catalogues des les nnre (uière lez rapidemeanumbés oritéoassnasdans les ndent dans leurscans de brigandagtropdé olle (rechetouraitPasclam Caianova de docune, liaigazine>VietpeGieenwich roman de Kyriakos Le Chef Brigand N21Christidis, 1ta desdialumbends de La d- du magaze, l’ romd Noiance revbain ir">27Ae KyroSpyross aisors-la-loi, s="paranumns, et ede plusieumbeees e>Les scicules de légitimation, cellère pas de celle des romans, des empas taee"> réalité. sobins desmagazines ilDansa te"><(é plus heux

    aranumber">25, et ehant ainsi la légitimitée Tarzaetoectif qrsi nés.uper le priselébritéure stlgit deeionném> . Dament coante, puiors-la-loi, s=s ds d’a apgs taee">itexte href="#ftoint cufrtie de tamment celuiibles)cea fera.etur sur le phénomène du brigandage, ayant r du br