Navigation – Plan du site
Ouvrages de Sciences religieuses

Chantal Verdeil (dir.), Missions chrétiennes en terre d’islam (xviie-xxe siècles). Anthologie de textes missionnaires (Brepols, 2013)

Francine Costet-Tardieu
Référence(s) :

Chantal Verdeil (dir.), Missions chrétiennes en terre d’islam (xviie-xxe siècles). Anthologie de textes missionnaires, Turnhout, Brepols, 2013, in-8°, 407 p. (Collection d’Anthologies Missionnaires ATDM 5). ISBN: 978-2-503-52649-2

Contributions : Chantal Verdeil, « Introduction » (p. 5-59) ; Bernard Heyberger, « Missions catholiques en Syrie à l’époque moderne » (p. 61-94) ; Hans-Lucas Kieser, « Missionnaires américains en terre ottomane (Anatolie) » (p. 95-126) ; Florence Hellot, « L’enseignement, enjeu des missions chrétiennes en Iran (xixe et début du xxe siècle) » (p. 127-162) ; Claire Fredj, « Une mission impossible ? L’Église d’Afrique et la conversion des “indigènes” (1830-années 1920) » (p. 163-229) ; Karène Summerer-Sanchez, « Action sanitaire et éducative en Palestine des missionnaires catholiques et anglicans (début du xxe siècle) » (p. 231-282) ; Christian Chanel, « Femmes, missionnaires et Suédoises en terre d’islam. Une mission protestante à Bizerte au début du xxe siècle » (p. 283-363) ; Chantal Verdeil, « La mission jésuite auprès des Alaouites (Syrie) » (p. 365-401).

Texte intégral

1Dans sa longue et riche introduction à ce volume des « Anthologies missionnaires » qu’elle dirige, Chantal Verdeil retrace avec beaucoup de clarté les différentes étapes de l’histoire des missions catholiques et protestantes et souligne les transformations de leur organisation, la diversité de leurs objectifs et de leurs formes d’apostolat. Elle met ainsi en lumière les spécificités de l’action missionnaire, les difficultés auxquelles elle se heurte, ainsi que la conception de l’islam et des sociétés orientales qui la sous-tend. Dès les premières pages, elle précise que les textes présentés par les sept contributeurs datent pour la plupart de la période qui s’étend des dernières décennies du xixe siècle aux années 1930 et que l’expression « terre d’islam » ne renvoie ici qu’à quelques régions et pays de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, à savoir, l’Algérie, la Tunisie, la Syrie, la Palestine, l’Anatolie et l’Iran.

2En dépit de la relative étroitesse de ces limites chronologiques et géographiques, les écrits des missionnaires, éclairés par les commentaires qui les accompagnent, corroborent pleinement l’analyse proposée par Chantal Verdeil et en fournissent une vivante illustration. Provenant de différents fonds d’archives, ces textes qui, pour la plupart, n’étaient pas destinés à être publiés, présentent une grande diversité par leur genre (lettres, rapports aux supérieurs, sermons, journaux tenus au jour le jour…), par leur style, mais aussi en fonction de la personnalité, des objectifs et de la formation intellectuelle de leurs auteurs. Rédigés par des hommes et des femmes de terrain, ils mettent en évidence ce qui constitue le quotidien des missionnaires : actions concrètes, projets, difficultés (y compris financières), découragement parfois, interrogations sur le sens et les modalités de leur apostolat. Ils nous éclairent également sur les relations que les missionnaires entretenaient avec les autorités locales, coloniales ou mandataires. On y trouve même l’écho de certains événements historiques comme le massacre des Arméniens en Anatolie en 1894-1896 ou la répression de la révolte en Palestine en 1936-1939.

3Si les écrits rassemblés dans ce volume montrent que chaque mission constitue une expérience singulière, ils présentent évidemment bien des points communs. Pour ne citer que l’un des plus remarquables, il apparaît clairement, comme le note C. Verdeil dans son introduction, que les missions n’ont pas pour objectif premier de convertir les musulmans, mais qu’elles s’adressent d’abord et avant tout aux chrétiens européens et orientaux afin d’assurer leur formation religieuse et de soutenir leur foi dans un environnement qui leur est hostile. Pour les catholiques, il s’agit en outre de rassembler tous les chrétiens dans le giron de l’Église romaine. Convaincus de la supériorité du christianisme, les missionnaires considèrent l’islam avec crainte et mépris et le présentent comme « un tissu d’erreurs grossières ». L’interdiction du prosélytisme et le « fanatisme religieux » des musulmans – une expression très courante dans leurs écrits – les amènent à douter de la possibilité de convertir un jour ces « infidèles », d’où leur intérêt pour les « dissidents de l’islam » (druzes, bahaïs, kabyles, nusayris, alévis), jugés moins islamisés et donc plus réceptifs au message chrétien. Ce n’est que vers la fin des années 1930 que se fera sentir la nécessité de mieux connaître l’islam et le désir d’établir un véritable dialogue avec les musulmans. Dans cet ouvrage, qui reflète si bien la diversité des expériences missionnaires, il est peut-être permis de regretter qu’aucun texte ne laisse entrevoir cette évolution qui transformera profondément le sens de la mission. Quoi qu’il en soit, la lecture de cet ouvrage sera d’un grand profit pour tous ceux qu’intéresse ce thème de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francine Costet-Tardieu, « Chantal Verdeil (dir.), Missions chrétiennes en terre d’islam (xviie-xxe siècles). Anthologie de textes missionnaires (Brepols, 2013) », Bulletin d’études orientales [En ligne], Comptes rendus (depuis 2012), Ouvrages de Sciences religieuses, mis en ligne le 13 mars 2013, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/beo/1240

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page