Navigation – Plan du site
Articles en langue française

Nouvelle contribution à l’histoire de la métrique arabe : la terminologie primitive, l’analyse statistique et le répertoire des mètres de la poésie ancienne

Essai de reconstitution du système de la métrique arabe ancienne
Towards a reconstruction of the system of ancient Arabic metrics
محاولة إعادة استقراء نظام العَروض العربي القديم
Bruno Paoli
p. 77-100

Résumés

Tout laisse à penser que la typologie et la taxinomie des mètres de la théorie d’al-Ḫalīl, et non uniquement la théorie elle-même dans son organisation et son fonctionnement, sont en grande partie originales et en rupture avec les conceptions, les catégories et la terminologie métriques des Arabes avant l’islam. Un certain nombre d’auteurs classiques nous disent que les Arabes divisaient la poésie en au moins trois catégories : le qaṣīd, le rağaz et le ramal. La tentative de reconstitution de ce système permet notamment de montrer que la distinction entre vers simples (rağaz) et vers doubles (qaṣīd et ramal) ne tient pas seulement à la forme extérieure du vers mais aussi à sa structure interne et aux limites assignées à la variation quantitative ; et l’examen des mètres en usage dans les différentes régions du monde arabe entre 450 et 670, d’observer une nette différence entre poètes d’Arabie orientale et d’al-Ḥīra, maîtres du ramal, et poètes d’Arabie centrale et occidentale, « spécialistes » du qaṣīd.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il serait trop long de mentionner tous les écrits de Georges Bohas sur la métrique arabe ; citons s (...)

1Les articles de Vadet (« Contribution à l’histoire de la métrique arabe ») et de Blachère (« Seconde contribution à l’histoire de la métrique arabe : notes sur la terminologie primitive »), publiés dans la revue Arabica en 1955 et 1959 respectivement, datent d’un demi-siècle déjà et les arabisants français, si l’on excepte Bohas1, ont depuis lors presque totalement délaissé l’étude de la métrique arabe et, en particulier, de son histoire, laquelle constitue pourtant un élément important, voire essentiel, de l’histoire littéraire des Arabes.

2L’approche privilégiée par Vadet était une approche statistique diachronique, tandis que celle de Blachère était d’ordre philologique. Le premier examina l’usage qui est fait des différents mètres et modèles de vers à différentes époques ; le second étudia un certain nombre de termes techniques attestés chez les Arabes avant la seconde moitié du iie/viiie siècle, époque à laquelle fut élaborée la théorie classique de la métrique, et qui laissent à penser que celle-ci aurait recouvert une terminologie plus ancienne.

3Cette « nouvelle contribution » a pour objectif d’approfondir l’analyse terminologique et l’analyse statistique, en les replaçant en contexte, dans leurs rapports avec le répertoire métrique déduit de l’analyse empirique de près de 38 000 vers attribués à cent poètes ayant vécu entre 450 et 670 de l’ère chrétienne, analyse à laquelle j’avais procédé dans ma thèse de doctorat, dont une version remaniée vient de paraître (Paoli 2008a).

4Afin d’éviter toute ambiguïté, il convient d’abord de rappeler que la métrique arabe est une métrique purement quantitative, où les modèles de vers reposent sur une alternance codée entre des positions métriques de longueur variable (x = une syllabe brève ou une syllabe longue ; et X = une syllabe longue ou deux syllabes brèves) et des positions de longueur fixe, syllabes longues ou brèves. Le tableau de la page 79 dresse la liste des modèles de vers employés par les poètes arabes anciens entre 450 et 670 de l’ère chrétienne. L’usage qu’ont fait ces poètes des seize mètres inventoriés par les métriciens arabes classiques est extrêmement variable : ainsi, plus des trois quarts des vers attribués à des poètes de cette époque sont composés suivant les mètres ṭawīl, basīṭ, wāfir et kāmil et, en dépit de l’emploi de plus en plus fréquent, par les poètes postérieurs, de mètres plus courts comme le ramal, le ẖafīf, le sarī‘ ou le kāmil maǧzū’,la prépondérance de ce groupe de mètres ne s’est jamais démentie par la suite. Le ṭawīl est le plus fréquent (38,69 %), suivi du wāfir (14,03 %), du kāmil (12,2 %) et du basīṭ (11,89 %). Viennent ensuite le mutaqārib (6,5 %),le ẖafīf (4,39 %), le raǧaz (3,55 %), le ramal (2,23 %), le kāmil majzū’ (1,86 %), le sarī’ (1,8 %), le munsariḥ (1,47 %), le hazaǧ (0,48 %) et le basīṭ majzū’ (0,31 %). Les modèles de vers restants sont extrêmement rares, et certains ne sont guère attestés que par quelques vers. C’est notamment le cas du wāfir majzū’ (Wm), du kāmil-2b (K-2b), du kāmil simple (Ks), du ramal majzū’-2 (Rm-2), du ẖafīf simple (Xs) et du mutaqārib-2 (Mt-2). Enfin, quatre des mètres inventoriés par la théorie classique, le muǧtaṯṯ, le muḍāri‘, le muqtaḍab et le mutadārak, ne sont jamais employés par les poètes de cette époque.

5Il apparaît que presque tous les modèles de vers partagent certaines contraintes structurelles. Si nous laissons de côté les fins de vers et d’hémistiche, nous constatons que tous, à l’exception des modèles du raǧaz (Rj), qui constituent une classe métrique spécifique, et du rare et controversé basīṭ majzū’ (Bm), reposent sur une alternance binaire entre positions variables (x = ∪ ou − et X = − ou ∪∪) et groupes stables. Si l’on excepte les fins de vers et d’hémistiche, les groupes stables sont de trois types : [∪ −], [∪ − −] et [− ∪ −]. Dans la grande majorité des modèles de vers, l’alternance entre groupes stables et positions variables est strictement binaire. En d’autres termes, on ne trouve jamais deux groupes stables successifs, sauf dans les modèles du basīṭ-2 et du mutaqārib ; et deux positions variables ne peuvent se suivre immédiatement, sauf au début de l’hémistiche, quelques modèles (basīṭ-2, sarī’ et munsariḥ) débutant par deux positions variables liées (x^x), c’est-à-dire ne pouvant être simultanément réalisées comme des syllabes brèves. C’est la raison pour laquelle j’ai appelé « pied » tout ensemble constitué d’un groupe stable et d’une position variable, dans cet ordre ou dans l’ordre inverse.

Liste des symboles du tableau 1

H1/H2

premier / second hémistiche

P

pied ///// absence de pied

[  ]

groupe stable

x

position variable (∪ ou −)

syllabe brève

X

position variable (∪∪ ou −)

syllabe longue

x^x

positions variables liées (qui ne peuvent être

syllabe surlongue

simultanément associées à des syllables brèves)

T

ṭawīl

H

hazaj

B

basīṭ

Rj

raǧaz

Md

madīd

R

ramal

W

wāfir

X

ẖafīf

K

kāmil

S

sarī‘

Mn

munsariḥ

s

modèle simple

m

maǧzū’

(à un seul hémistiche)

Les modèles de vers de la poésie ancienne (450-670)

 H1

H2

P1

P2

P3

P4

P1

P2

P3

P4

(1) T-1

[∪ −] x

[∪ −] x

[− ∪ −] x

[∪ − ∪ −]

[∪ −] x

[∪ −] x

[− ∪ −] x

[∪ − − −]

(2) T-2

[∪ −] x

[∪ −] x

[− ∪ −] x

[∪ − ∪ −]

[∪ −] x

[∪ −] x

[− ∪ −] x

[∪ − ∪ −]

(3) T-3

[∪ −] x

[∪ −] x

[− ∪ −] x

[∪ − ∪ −]

[∪ −] x

[∪ −] x

[− ∪ −] x

[∪ − −]

(4) Md-1a

x [∪ − −]

x [∪ −]

x [∪ − −]

/////

x [∪ − −]

x [∪ −]

x [∪ − −]

/////

(5) Md-1b

x [∪ − −]

x [∪ −]

x [∪ −]

/////

x [∪ − −]

x [∪ −]

x [∪ −]

/////

(6) Md-2a

x [∪ −]

x [− ∪ −]

[∪ ∪ −]

/////

x [∪ −]

x [− ∪ −]

[∪ ∪ −]

/////

(7) Md-2b

x [∪ −]

x [− ∪ −]

[∪ ∪ −]

/////

x [∪ −]

x [− ∪ −]

[− −]

/////

(8) B-1a

x [− ∪ −]

x [∪ −]

x [− ∪ −]

[∪ ∪ −]

x [− ∪ −]

x [∪ −]

x [− ∪ −]

[∪ ∪ −]

(9) B-1b

x [− ∪ −]

x [∪ −]

x [− ∪ −]

[∪ ∪ −]

x [− ∪ −]

x [∪ −]

x [− ∪ −]

[− −]

(10) B-2a

x^x [∪ −]

x [∪ − −]

[− ∪ −]

[∪ ∪ −]

x^x [∪ −]

x [∪ − −]

[− ∪ −]

[∪ ∪ −]

(11) B-2b

x^x [∪ −]

x [∪ − −]

[− ∪ −]

[∪ ∪ −]

x^x [∪ −]

x [∪ − −]

[− ∪ −]

[− −]

(12) Bm-1

x x [∪ −]

x [∪ −]

x^x [∪ −]

/////

x x [∪ −]

x[∪ −]

x^x[∪ −]

/////

(13) Bm-2

x^x [∪ −]

x[∪ −]

x^x [∪ −]

/////

x^x [∪ −]

x[∪ −]

x^x [∪ −]

/////

(14) Bm-3

x^x [∪ −]

x[∪ −]

x [− (∪) −]

/////

x^x [∪ −]

x[∪ −]

x [− −]

/////

(15) W

[∪ −] X

[− ∪ −] X

[− ∪ − − ]

/////

[∪ −] X

[− ∪ −] X

[− ∪ − − ]

/////

(16) Wm

[∪ −] X

[− ∪ −] X

[−]

/////

[∪ −] X

[− ∪ −] X

[−]

/////

(17) K-1

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

/////

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

/////

(18) K-2

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

/////

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

X [− −]

/////

(19) K-2b

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

[∪ ∪ −]

/////

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

X [− −]

/////

(20) K-3

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

X [− ∪ −] ou [∪ ∪ −]

/////

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

[− −]

/////

(21) Km-1

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

/////

/////

X [− ∪ −]

X [− ∪ − −]

/////

/////

(22) Km-2

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

/////

/////

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

/////

/////

(23) Ks

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

/////

/////

/////

/////

/////

/////

(24) H

[∪ − −] x

[∪ − −] x

/////

/////

[∪ − −] x

[∪ − − −]

/////

/////

(25) Rj-1

x x [∪ −]

x x [∪ −]

x x [∪ −]

/////

/////

/////

/////

/////

(26) Rj-2a

x x [∪ −]

x x [∪ −]

x [−]

/////

/////

/////

/////

/////

(27) Rj-2b

x x [∪ −]

x x [∪ −]

x [− −]

/////

/////

/////

/////

/////

(28) Rj-3a

x x [∪ −]

x x [∪ −]

/////

/////

/////

/////

/////

/////

(29) Rj-3b

x x [∪ −]

x [∪]

/////

/////

/////

/////

/////

/////

(30) Rj-3c

x x [∪ −]

x [∪ −]

/////

/////

/////

/////

/////

/////

(29) Rjd

x x [∪ −]

x x [∪ −]

x x [∪ −]

/////

x x [∪ −]

x x [∪ −]

x x [∪ −]

/////

(30) R-1a

x [∪ − −]

x [∪ − −]

x [∪ −]

/////

x [∪ − −]

x [∪ − −]

x [∪ − −]

/////

(31) R-1b

x [∪ − −]

x [∪ − −]

x [∪ −]

/////

x [∪ − −]

x [∪ − −]

x [∪ ]

/////

(32) R-2

x [∪ − −]

x [∪ − −]

x [∪ − (−)]

/////

x [∪ − −]

x [∪ − −]

x [∪ −]

/////

(33) Rm-1

x [∪ − −]

x [∪ − −]

/////

/////

x [∪ − −]

x [∪ − −]

/////

/////

(34) Rm-2

x [∪ − −]

x [∪]

/////

/////

x [∪ − −]

x [∪]

/////

/////

(35) S-1

x^x [∪ − −]

x [∪ −]

[− ∪ −]

/////

x^x [∪ − −]

x [∪ −]

[− ∪]

/////

(36) S-2

x^x [∪ − −]

x [∪ −]

[− ∪ −]

/////

x^x [∪ − −]

x [∪ −]

[− ∪ −]

/////

(37) S-3

x^x [∪ − −]

x [∪ −]

[− ∪ −]

/////

x^x [∪ − −]

x [∪ −]

[− −]

/////

(38) S-4a

x^x [∪ − −]

x [∪ −]

X [−]

/////

x^x [∪ − −]

x [∪ −]

X [−]

/////

(39) S-4b

x^x [∪ −]

x [− ∪ −]

X [−]

/////

x^x [∪ −]

x [− ∪ −]

X [−]

/////

(40) Mn

x^x [∪ − −]

x [− ∪ −]

[∪ ∪ −]

/////

x^x [∪ − −]

x [− ∪ −]

[∪ ∪ −]

/////

(41) X-1

x [∪ − −]

x [− ∪ −]

x[∪ − −]   ou [− − −]

/////

x [∪ − −]

x [− ∪ −]

x[∪ − −]   ou [− − −]

/////

(42) X-2

x [∪ − −]

x [− ∪ −]

x[∪ − −]  

/////

x [∪ − −]

x [− ∪ −]

x [∪ − −]

/////

(43) Xm

x [∪ − −]

x [− ∪ −]

/////

/////

x [∪ − −]

x [− ∪ −]

/////

/////

(44) Xs

x [∪ − −]

x [− ∪ −]

x [∪ − −]

/////

/////

/////

/////

/////

(45) Mt-1

[∪ −] x

[∪ −] x

[∪ − −]

[∪ − (−)]

[∪ −] x

[∪ −] x

[∪ − −]

[∪ − −]

(46) Mt-2

[∪ −] x

[∪ −] x

[∪ − −]

[∪ − −]

[∪ −] x

[∪ −] x

[∪ − −]

[∪]

(47) Mt-3

[∪ −] x

[∪ −] x

[∪ − −]

[∪ − −]

[∪ −] x

[∪ −] x

[∪ − −]

[∪ −]

Qaṣīd et raǧaz

  • 2 Al-Aẖfaš al-Awsa, Kitāb al-qawāfī, p. 68.

6D’après les auteurs classiques, les anciens Arabes auraient divisé la poésie en au moins trois catégories ou genres métriques, qaṣīd, ramal et raǧaz. Cette organisation tripartite est par exemple évoquée par al-Aẖfaš al-Awsaṭ dans son traité sur la rime, dans les termes suivants2 :

« J’ai entendu de nombreux Arabes affirmer que l’ensemble de la poésie [est subdivisé en] qaṣīd, ramal et raǧaz. On nomme qaṣīd ce qui est sur les mètres ṭawīl, basīṭ, kāmil, madīd, wāfir et raǧaz complets. C’est là tout ce que chantent (taġannä bi-hi) les caravaniers (rukbān). Nous ne les avons pas entendu chanter sur d’autres structures (abniya) que celles-ci. Certains affirment [cependant] qu’ils chantent aussi sur le mètre ẖafīf. Le ramal est tout ce qui ne ressort ni du qaṣīd, ni du raǧaz. Quant au raǧaz, selon les Arabes, il regroupe tout ce qui comporte trois pieds et est utilisé pour chanter en travaillant, en menant [les troupeaux] et en encourageant les chameaux à avancer.»

  • 3 Ibn Rašīq, Kitāb al-‘umda fī maāsin al-ši‘r wa-ādābi-hi, vol. 1, p. 339.

7Quant à Ibn Rašīq, il consacre un chapitre à l’opposition entre raǧaz et qaṣīd dans lequel il donne de ces deux termes la définition suivante3 :

« On désigne par le terme raǧaz le mašṭūr [vers simples de trois pieds], le manhūk [vers simples de deux pieds] et ce qui leur ressemble ; et par qaṣīd, [ce qui est composé] de vers étendus. »

8Si l’on se fie à cette définition, le raǧaz est un terme générique désignant l’ensemble des modèles de vers simples, constitués d’un seul hémistiche, de trois pieds (mašṭūr) ou de deux pieds (manhūk). La liste de ces modèles, telle que l’inventaire de la poésie ancienne nous a permis de la dresser, est la suivante :

Rj

1 : x x [∪ −] # x x [∪ −] # x x [∪ −]

Rj

2a : x x [∪ −] # x x [∪ −] # x [∪ —]

Rj

2b : x x [∪ −] # x x [∪ −] # x [∪ −]

Rj

3a : x x [∪ −] # x x [∪ −]

Rj

3b : x x [∪ −] # x [∪ —]

Rj

3c : x x [∪ −] # x [∪ −]

9Les modèles de vers simples que la théorie des cercles inventorie comme des variantes du sarī‘, que j’ai renommés raǧaz-2a et raǧaz-2b, doivent sans aucun doute être considérés comme du raǧaz. Les traités de métrique classique ont inventorié trois processus de ziḥāfa s’appliquant aux pieds du mètre sarī‘ : le ẖabn, qui efface le second ḥarf des pieds mustaf‘ilun, maf‘uwlun et maf‘uwla"n, qui sont respectivement transformés en mafa"‘ilun (∪ − [∪ −]), fa‘uwlun (∪ − −) et fa‘uwla"n (∪ − —) ; le ṭayy, qui efface le quatrième ḥarf des pieds de type mustaf‘ilun, soit mufta‘ilun (− ∪ [∪ −]) ; et le ẖabl, combinaison du ẖabn et du ṭayy, qui transforme mustaf‘ilun (− − ∪ −) en fa‘alatun (∪∪∪ −). Si ces processus sont donc les mêmes que ceux qui s'appliquent aux modèles de vers du raǧaz, les choses sont bien différentes dans la réalité. Le cas des formes simples est identique à celui de l’ensemble des modèles de vers du raǧaz. En effet, tous les processus de ziḥāfa inventoriés y sont applicables. Autrement dit, chacun des pieds de type mustaf‘ilun peut être réalisé, dans un vers donné, de quatre manières différentes : − − [∪ −], ∪ − [∪ −], − ∪ [∪ −] ou ∪ ∪ [∪ −], sans que ne semblent intervenir de contraintes particulières. Ces deux modèles peuvent donc être représentés comme suit en termes de groupes stables et de positions variables :

‘arūḍ

3 : x x [∪ −] # x x [∪ −] # x [∪  —]

‘arūḍ

4 : x x [∪ −] # x x [∪ −] # x [∪ −]

  • 4 Al-Ǧawharī, ‘Arū al-waraqa, p. 46.

10Ces modèles catalectiques font pendant au modèle acatalectique du raǧaz simple à trois pieds (raǧaz-1), et il n’y a aucune raison de les considérer comme  autre chose que des variantes de raǧaz simple. C’est d’ailleurs l’avis de certains métriciens, qui considèrent ces deux formes courtes comme des modèles de raǧaz. Ainsi, al-Ǧawharī cite comme exemple de raǧaz mašṭūr maqṭū‘ le même vers qui illustre, dans les traités classiques, le modèle du ‘arūḍ-4 du sarī‘4. Quant au ‘arūḍ-3, il figure également dans le chapitre qu’il consacre au raǧaz. Les éditeurs de poésie classent d’ailleurs presque toujours les poèmes composés suivant ces modèles de vers parmi les urǧūza-s (pl. arāǧīz) ou « poèmes en raǧaz ». Par contre, tandis que les modèles du raǧaz comptent cinq à six positions variables par vers (équivalant à un hémistiche isolé), le sarī‘ double n’en compte que trois par hémistiche,  les deux premières étant de plus liées. En effet, le ẖabn et le ṭayy ne s’appliquent jamais simultanément au premier pied de l’hémistiche. Dans les quatre premiers des cinq modèles de sarī‘ attestés (S-1, -2, -3 et -4a), le premier de ces deux processus ne s’applique pas au second pied. Dans le dernier (S-4b), c’est le ṭayy qui ne s’applique pas.  Autrement dit, ces modèles sont plutôt apparentés au munsariḥ, au madīd, au ramal et au ẖafīf d’une part, et au basīṭ d’autre part, comme ne le verrons plus loin en détail.

11De la même manière, les modèles du munsariḥ simple, qui comptent deux pieds seulement, doivent eux aussi être considérés comme des variétés de raǧaz. Le premier, le ‘arūḍ-2 des traités classiques, compte deux pieds, avec une syllabe finale surlongue. Il est dit manhūk mawqūf. Le second pied y a donc la forme maf‘uwla"t (−−—). Le second, le ‘arūḍ-3, est dit manhūk, c’est-à-dire qu’il ne comporte lui aussi qu’un seul hémistiche de deux pieds ; et makšūf, le second pied étant de la forme maf‘uwlun (−−−). Ces modèles catalectiques font donc pendant au modèle acatalectique du raǧaz simple à deux pieds (raǧaz-3a) et, comme c’est le cas pour les vers de sarī‘ simple, il n’y a aucune raison de les considérer comme autre chose que des variétés de raǧaz, d’autant qu’il existe entre leur structure interne et celle du munsariḥ double la même différence qu’entre sarī‘ simple et sarī‘ double. Je les ai donc respectivement rebaptisés raǧaz-3b et raǧaz-3c.

12Le raǧaz étant défini comme l’ensemble des modèles de vers simples, constitués d’un seul hémistiche (maǧzū’) et comportant deux pieds (manhūk) ou trois pieds (mašṭūr), il faut probablement entendre par « vers étendus » — littéralement, « [la poésie] dont les vers durent » — l’ensemble des modèles de vers doubles, constitués de deux hémistiches et comportant donc de quatre (deux fois deux) à huit pieds (deux fois quatre). L’opposition entre le raǧaz, qui englobe le manhūk et le mašṭūr, et le qaṣīd serait donc celle entre vers simples et vers doubles. Il se trouve que cette distinction portant sur la forme extérieure du vers est renforcée par une opposition très nette du point de vue de la structure interne : comme je l’ai déjà dit, tous les modèles de vers doubles, à l’exception du raǧaz double et des trois variantes du basīṭ maǧzū’, sont organisés suivant une alternance de groupes stables, éventuellement trisyllabiques, et de positions variables. Mais, mis à part certains modèles qui peuvent débuter par deux variables liées (x^x), l’alternance est strictement binaire et on ne trouve jamais deux positions variables consécutives à l’intérieur d’un modèle. Dans les modèles du raǧaz, l’alternance est au contraire de type « ternaire » : deux positions variables « libres », ou non liées, suivies d’un groupe stable dissyllabique ([∪ −]), et ceci deux ou trois fois selon les modèles. Autrement dit, la structure quantitative des premiers est comparativement beaucoup plus stable et régulière que celle des seconds, qui laissent davantage de liberté.

13L’opposition entre vers simples et vers doubles ne tient donc pas seulement au type de période et à la forme extérieure du vers mais aussi à sa structure interne et aux limites assignées à la variation quantitative. L’idée que le raǧaz est un mètre particulièrement souple, laissant une liberté plus grande au poète et, partant, plus propre à l’improvisation, intuitivement admise de longue date, trouve ici une justification empirique : le nombre de positions variables d’un vers de raǧaz, que l’on peut métriquement considérer comme un « hémistiche isolé », est en moyenne deux fois plus important que dans un hémistiche de l’un ou l’autre des modèles de vers doubles.

Qaṣīd et ramal

  • 5 Dans la théorie des cercles, le ramal désigne aussi l’un des trois mètres du troisième cercle, qui (...)

14Si les modèles du qaṣīd sont tous des vers doubles, à deux hémistiches, tous les modèles de vers doubles ne sont pas pour autant nécessairement du qaṣīd.  En effet, outre le raǧaz et le qaṣīd, les auteurs classiques mentionnent généralement une troisième catégorie, nommée ramal, dont ils donnent l’une ou l’autre des trois définitions suivantes, voire deux d’entre elles successivement ou même, pour certains, les trois5 :

  1. Ce qui n’est ni qaṣīd ni raǧaz.

  2. Tout ce qui est lacunaire (fī-hi nuqṣān) par rapport au schème de base (al-’aṣl), ou toute poésie dont il manque [au mètre] des pieds (ġayr tāmm al-’aǧzā’), c’est-à-dire les modèles de vers maǧzū’ , ou encore, selon certains « la majeure partie du maǧzū’ », qu’il soit à quatre ou à six pieds.

  3. Toute poésie dont la structure est instable (ġayr mu’talif al-binā’).

  • 6 Ibn Manūr, Lisān al-‘arab, vol. 3, p. 1734. Voir aussi Al-Afaš al-Awsa, Kitāb al-qawāfī, p. 68 ; (...)

15Ces trois définitions se trouvent par exemple réunies dans ce passage du Lisān al-‘arab6:

« [Selon] Ibn Sīda, le ramal désigne toute poésie inconsistante (mahzūlin) et de structure instable [incertaine](ġayr mu’talif al-binā’) ; c’est là l’une des dénominations qu’emploient les Arabes sans y associer [un contenu] précis, comme par exemple [basīṭ maǧzū’] :

Malḥūb a été abandonnée par ses occupants, ainsi qu’al-Quṭabiyyāt et al-Ǧanūb.

’aqfara min ’ahlihī Malḥūbu       fa-l-Quṭabiyyātu fa-ǧ-Ǧanūbu
− ∪ [∪ −] # − [∪ −] # − − −   ##  − ∪ [∪ −] #− [∪ −] # − − −

Ou encore [hazaǧ] :

Quelle merveille, mon Dieu, que cette tribu née de la descendance de la sœur des Banū Sahm !

’a-lā li-llāhi qawmun wa-     -ladat uẖtu Banī Sahmi
[∪ −] − − # [∪ −] − − ## [∪ −] − − # [∪ −] − −

Il dit aussi : ils placent la majeure partie du maǧzū’ [amputé d’un pied par hémistiche] dans [la catégorie du] ramal. Ainsi a-t-il été entendu dire par les Arabes. Ibn Ǧinnī dit : lorsqu’il dit que «c’est un terme employé par les Arabes», étant donné que tous les termes et dénominations employés par les métriciens appartiennent au discours des Arabes, il faut comprendre qu’ils l’ont employé dans le même contexte où l’emploient les métriciens, et pas en dehors de celui-ci, que ce soit comme nom propre ou métaphoriquement. Ne vois-tu pas que le ‘arūḍ, le miṣrā‘, le qabd, le ‘aql et d’autres termes employés par les artisans de cette science [la métrique] étaient en usage chez les Arabes ? Mais ce n’était pas dans le contexte (sens) que leur attribuent les [métriciens] : le ‘arūḍ désigne pour eux la pièce de bois qui soutient le centre de la tente ; et le miṣrā‘ est l’un des deux battants d’une porte ; ces termes, ainsi que d’autres, ont donc été transposés métaphoriquement (tašbīhan). Quant au ramal, les Arabes ont utilisé le terme lui-même [c. à. d. non-métaphoriquement] pour désigner toute poésie dont la structure est instable (iḍṭirāb al-binā’) et lacunaire (nuqṣān) par rapport au schème de base (al-’aṣl). Les métriciens l’emploient dans le même sens, sans l’avoir transposé comme nom propre ou métaphoriquement. Il dit encore : en un mot, le ramal désigne toute poésie qui n’est ni du qaṣīd, ni du raǧaz. » 

16J’avais, dans un précédent article (Paoli 2007), proposé une analyse de ces textes-témoins et des rapports existant entre ces trois définitions ; et montré que, loin d’être incompatibles, elles étaient au contraire complémentaires : le ramal est une catégorie intermédiaire entre le raǧaz et le qaṣīd, regroupant les modèles de vers maǧzū’, constitués de deux hémistiches, mais de moindre longueur que ceux du qaṣīd ; et il est possible d’imaginer que ces mètres aient d’abord été ressenti comme « instables » ou « irréguliers » du fait de leur nouveauté, étant vraisemblablement apparus à une époque ou le raǧaz et le qaṣīd étaient déjà entrés dans l’usage et pratiqués de longue date.

17Seuls deux auteurs, al-Aẖfaš et al-Ǧawharī, dressent une liste des modèles de vers du qaṣīd, et seul le second donne des exemples de ceux qui appartiennent au ramal, les autres auteurs se contentant de définir cette dernière catégorie de manière purement négative (ce qui n’est ni raǧaz ni qaṣīd) ou simplement évasive (tout ou partie du maǧzū’). Ce faisant, ils font explicitement du qaṣīd, du ramal et du raǧaz des catégories proprement métriques, regroupant chacune un ensemble de modèles de vers qui sont désignés sous leur appellation classique ẖalīlienne. L’inventaire d’al-Aẖfaš et d’al-Ǧawharī est le suivant :

  1. qaṣīd : al-ṭawīl, al-madīd al-tāmm(chez al-Aẖfaš seulement),  al-basīṭ al-tāmm, al-wāfir al-tāmm, al-kāmil al-tāmm, al-raǧaz al-tāmm, [certains disent al-ẖafīf al-tāmm].

  2. ramal : maǧzū’ al-madīd, maǧzū’ al-basīṭ, maǧzū’ al-wāfir, maǧzū’ al-kāmil, « et autres ».

18L’intérêt de l’énumération des mètres du qaṣīd à laquelle procèdent les deux auteurs réside d’abord dans le fait qu’ils prennent soin, pour chacun des mètres cités, de préciser qu’il s’agit du modèle complet, c’est-à-dire comportant le même nombre de pieds que dans la formule circulaire. Seul le ṭawīl ne fait pas l’objet d’une telle spécification, pour la bonne raison que les trois modèles dérivés de sa formule circulaire sont complets : il n’existe pas de « ṭawīl maǧzū’ ». Pour le reste, al-Aẖfaš et al-Ǧawharī excluent donc de l’inventaire du qaṣīd, l’un implicitement et l’autre explicitement, les formes courtes des mètres cités : le basīṭ maǧzū’, le wāfir maǧzū’, le kāmil maǧzū’ et le « madīd maǧzū’ », qui appartiennent donc à la catégorie du ramal.

19Le cas du madīd est cependant problématique. En effet, le modèle complet de ce mètre, comportant quatre pieds par hémistiche, n’est pas attesté. Comme le disent les métriciens, le madīd muṯamman (« madīd à huit pieds ») est une innovation des modernes et elle n’est donc pas admise à figurer dans l’inventaire des modèles de la théorie classique. Le madīd est toujours maǧzū’. L’expression de « madīd tāmm » employée par al-Aẖfaš est donc ambiguë et peut être interprétée de deux manières. Dans la première hypothèse, elle désigne effectivement le madīd à huit pieds ; mais al-Aẖfaš, qui était un éminent métricien, ne pouvait ignorer que ce modèle était inusité (muhmal). Il aurait bien sûr été intéressant de savoir ce qu’al-Aẖfaš disait du madīd dans son Kitāb al-‘arūḍ. Malheureusement, la partie consacrée aux mètres du premier cercle est perdue. Dans la seconde hypothèse, l’expression désignerait un madīd à six pieds (musaddas), ce qui paraît encore moins probable, un tel modèle n’étant jamais ainsi dénommé par les métriciens ultérieurs. La première hypothèse est donc la plus plausible. Il est d’ailleurs fort possible qu’un copiste l’ait lui-même ajouté à l’inventaire d’al-Aẖfaš, de sorte qu’y figure l’ensemble des mètres des premier et deuxième cercles. Quoi qu’il en soit, il semble donc que le madīd tāmm doive être supprimé de la liste. Quant aux modèles du madīd musaddas (maǧzū’), c’est-à-dire les quatre modèles inventoriés dans le tableau ci-dessus, ils doivent être rangés dans la même catégorie que les formes courtes du kāmil, du wāfir et du basīṭ. Ces modèles, qui sont exclus de la catégorie du qaṣīd et qui ne sont pas non plus du raǧaz au sens générique défini plus haut, doivent finalement, en toute logique, appartenir au genre du ramal, qui est défini comme ce qui n’est ni raǧaz ni qaṣīd.

  • 7 Voir Dīwān ‘Antara, poème n°93, p. 167 ; et Dīwān umayd b. awr al-Hilālī, poème n°10, p. 63.

20Quant au raǧaz complet (tāmm), c’est-à-dire constitué de deux hémistiches de trois pieds chacun (Rjd), il appartiendrait à la classe du qaṣīd, de même que le ẖafīf, d’après certains. Le cas du raǧaz double ne peut être considéré comme réellement représentatif. Il n’est en effet attesté, dans le corpus considéré, que par deux exemples7. Les libertés métriques observables dans ces deux spécimens sont les mêmes que celles caractéristiques des modèles de raǧaz simple. Mais la présence du raǧaz double dans cet inventaire est peut-être, comme celle du madīd tāmm, plus théorique que réelle et ne semble pas de nature à remettre en cause les différentes modalités de l’opposition entre qaṣīd et raǧaz et, en particulier, celle qui concerne la structure interne des modèles de vers.

21Enfin, le cas du ẖafīf est beaucoup plus embarrassant. Son affiliation éventuelle à la catégorie du qaṣīd pose notamment le problème de savoir quel est alors le statut des modèles du ramal, du sarī‘ et du munsariḥ complets, qui présentent des ressemblances structurelles évidentes avec les modèles du ẖafīf tāmm.

  • 8 Soit la réalisation suivante : − [− −] − [− −] [− −].
  • 9 Ces hémistiches ont la forme suivante : x^x [ − −] x [ −] X [−] pour le S-4a ; et x^x [ −] x [− (...)
  • 10 Soit la séquence suivante : x [ − ] x [− −][− −].
  • 11 Soit la réalisation suivante : [− −] ∪∪ [ − − −].

22Si l’on s’en tient aux définitions des auteurs classiques, les modèles de vers du ramal et du ẖafīf complets, du sarī‘, du munsariḥ et du mutaqārib doivent donc être rangés dans la catégorie du qaṣīd, puisqu’ils sont complets, comportant autant de pieds que la formule circulaire abstraite dont ils sont dérivés. Par contre, les quatre modèles du madīd et les trois modèles du basīṭ maǧzū’ appartiendraient à la catégorie du ramal. Ce choix ne va pourtant pas sans poser certains problèmes. Tous ces modèles, à l’exception du ceux du mutaqārib, comptent trois pieds par hémistiche, tous comme ceux du kāmil et du wāfir complets, qui appartiennent au qaṣīd. Ceci démontre clairement que le nombre de pieds ẖalīliens n’est pas le seul critère ou trait classificatoire du système générique étudié. C’est la raison pour laquelle Stoetzer (1989, p. 61-72) suppose, à juste titre, que le nombre de syllabes par hémistiche doit aussi être pour quelque chose dans cette catégorisation. Il divise alors le ramal en deux sous-catégories : le ramal-A, qui regroupe les modèles dont l’hémistiche comporte trois pieds et dix à onze syllabes, madīd-1a, -1b, -2a, -2b (Md-1a, Md-1b, Md-2a, Md-2b), basīṭ maǧzū’-1, -2, -3 (Bm-1, Bm-2, Bm-3) ; et le ramal-B, qui regroupe les modèles qui comportent deux pieds par hémistiche, soit huit à dix syllabes, wāfir maǧzū’ (Wm), kāmil maǧzū’-1, -2 (Km-1, Km-2), hazaǧ (H), ramal maǧzū’-1, -2 (Rm-1, Rm-2), ẖafīf maǧzū’ (Xm). Mais les limites qu’il assigne à chaque classe se révèlent bien perméables. Le second hémistiche du kāmil-3 peut ne comporter que dix syllabes8, alors que Stoetzer considère qu’un hémistiche de qaṣīd en compte au minimum onze. Il en va de même des hémistiches du sarī‘-4a et du sarī‘-4b9. A cet égard, il n’y a pas de raison de séparer ces modèles de ceux du madīd-1, puisque tous quatre comptent dix à onze syllabes par hémistiche. Le madīd-2b, affilié au ramal-A, a un second hémistiche de neuf syllabes, contre un minimum de dix attendu pour un modèle de cette catégorie10. Enfin, le kāmil maǧzū’-1, dit muraffal dans les traités classiques, peut compter jusqu’à onze syllabes au second hémistiche, soit autant que les modèles du ramal-A alors qu’il est lui-même affilié au ramal-B11. Certaines de ces ambiguïtés ou contradictions pourraient être résolues en se référant au nombre de positions métriques plutôt qu’au nombre de syllabes. Un second hémistiche de kāmil maǧzū’-1 peut effectivement compter jusqu’à onze syllabes lorsque les deux positions X sont chacune associées à deux syllabes brèves ; mais cet hémistiche ne compte jamais que neuf positions métriques, conformément aux prédictions de Stoetzer, qui estime la variation du nombre de syllabes d’un hémistiche de ramal-B de huit à dix syllabes. Or le second hémistiche du kāmil-3 compte toujours dix positions métriques. Ces observations conduisent à penser que le nombre de syllabes ou de positions métriques, même associé au nombre de pieds, ne constitue pas non plus un critère suffisant pour délimiter précisément les limites de chaque catégorie.

23Il existe entre les modèles du ramal complet (n°30 à 32), du ẖafīf complet (n°41 et 42) et du madīd-1 (n°4 et 5) des similitudes « structurelles » ou « séquentielles » importantes. Si l’on excepte la variante [− − −] qui est propre au dernier pied de l’hémistiche et du vers du modèle du ẖafīf-1, ces trois mètres ont chacun une variante à finale [∪ − −] et une autre à finale [∪ −]. Pour le reste, ils ne diffèrent que par la nature du groupe stable du pied médian de l'hémistiche : [∪ −] pour le madīd, [∪ − −] pour le ramal et [− ∪ −] pour le ẖafīf. Enfin, ces modèles, à l’exception du second hémistiche du madīd-2b, comptent tous entre dix et douze syllabes ou positions métriques par hémistiche.

24De même, les cinq modèles du sarī‘ (n°35 à 39) et l’unique modèle du munsariḥ (n°40), qui ont tous eux aussi de dix à douze syllabes par hémistiche, sont très semblables : le munsariḥ diffère des quatre premiers modèles du sarī‘ (S-1, -2, -3 et -4a) par le groupe stable du deuxième pied ([− ∪ −] pour [∪ −]) et la fin d’hémistiche et de vers ([∪∪ −] pour [− ∪ −], [− ∪ —] ou X [−]) ; et du dernier (S-4b) par le groupe stable du premier pied ([∪ − −] pour [∪ −]) et la diérèse obligatoire à la fin du vers et de l’hémistiche ([∪∪ −] pour X [−]).

25Des rapports croisés peuvent également être observés entre différents modèles de ces deux groupes : le madīd-1 et les quatre premiers modèles du sarī‘, dont les deux premiers groupes stables de l’hémistiche sont [∪ − −] et [∪ −] ; le madīd-2 et le sarī‘-4b, dont les deux premiers groupes stables sont [∪ −] et [− ∪ −] ; et le munsariḥ et le ẖafīf, où ces mêmes unités sont [∪ − −] et [− ∪ −]. Ces rapports sont représentés dans les trois tableaux ci-dessous :

Modèle

H1

H2

de vers

P1

P2

P3

P1

P2

P3

S-1

x^x [∪ − −]

x [∪ −]

[− ∪ −]

x^x [∪ − −]

x [∪ −]

[− ∪ —]

S-2

x^x [∪ − −]

x [∪ −]

[− ∪ −]

x^x [∪ − −]

x [∪ −]

[− ∪ −]

S-3

x^x [∪ − −]

x [∪ −]

[− ∪ −]

x^x [∪ − −]

x [∪ − ]

[− −]

S-4a

x^x [∪ − −]

x [∪ −]

X [−]

x^x [∪ − −]

x [∪ −]

X [−]

Md-1a

x [∪ − −]

x [∪ −]

x [∪ − −]

x [∪ − −]

x [∪ −]

x [∪ − −]

Md-1b

x [∪ − −]

x [∪ −]

x [∪ −]

x [∪ − −]

x [∪ −]

x [∪ −]

Modèle

H1

H2

de vers

P1

P2

P3

P1

P2

P3

S-4b

x^x [∪ −]

x [− ∪ −]

X [−]

x^x [∪ −]

x [−∪ −]

X [−]

Md-2a

x [∪ −]

x [− ∪ −]

[∪ ∪ −]

x [∪ −]

x [− ∪ −]

[∪ ∪ −]

Md-2b

x [∪ −]

x [− ∪ −]

[∪ ∪ −]

x [∪ −]

x [− ∪ −]

[− −]

Modèle

H1

H2

de vers

P1

P2

P3

P1

P2

P3

Mn

x^x [∪ − −]

x [− ∪ −]

[∪ ∪ −]

x^x [∪ − −]

x [−∪ −]

[∪ ∪ −]

X-1

x [∪ − −]

x [− ∪ −]

x[∪ − −]   

ou [− − −]

x [∪ − −]

x [− ∪ −]

x [∪ − −]   

ou [− − −]

X-2

x [∪ − −]

x [− ∪ −]

x[∪ − −]  

x [∪ − −]

x [− ∪ −]

x [∪ −]

26Enfin, certains de ces modèles de vers peuvent à juste titre être considérés comme des formes abrégées de ceux du basīṭ long. C’est le cas, par exemple, du madīd-2 (n°6 et 7), qui a la même structure métrique que le basīṭ-1 (n°8 et 9), mais avec le premier pied (x [− ∪ −]) en moins. De même, le sarī‘-4b (n°39) peut être considéré comme une version abrégée du basīṭ-2 (n°10 et 11), amputé du second groupe stable ([∪ − −]). La seule différence entre les deux tient à la fin d'hémistiche et de vers, fixe dans les modèles du basīṭ ([∪∪ −] deux fois pour le basīṭ-2a ; [∪∪ −] et [− −] pour le basīṭ-2b) ; et variable pour le sarī‘ (X [−], soit indifféremment [− −] ou [∪ ∪ −]).

27L’ensemble de ces observations nous incite à penser que les modèles de vers du madīd, du sarī‘, du munsariḥ, du ramal long et du ẖafīf long doivent être, du fait de leurs similitudes numériques (le nombre syllabique) et structurelles (la séquence des unités métriques), inventoriés dans une seule et même catégorie. Etant donné les rapports existant entre certains de ces modèles et les formes longues du basīṭ, il y a également tout lieu de supposer que cette catégorie constitue une classe distincte de celle du qaṣīd, intermédiaire entre celle-ci et la catégorie du ramal-B, qui contient les modèles de vers doubles comportant huit à neuf positions par hémistiche. Faute d’étiquette plus adéquate, je conserverai l’appellation adoptée par Stoetzer (1989) et sa distinction entre ramal-A et ramal-B. L’inventaire des modèles de vers appartenant à ces deux catégories est récapitulé dans les deux tableaux ci-dessous :

Ramal-A

Modèle

H1

H2

de vers

P1

P2

P3

P1

P2

P3

R-1a

x [∪ − −]

x [∪ − −]

x [∪ −]

x [∪ − −]

x [∪ − −]

x [∪ − −]

R-1b

x [∪ − −]

x [∪ − −]

x [∪ −]

x [∪ − −]

x [∪ − −]

x [∪ ]

R-2

x [∪ − −]

x [∪ − −]

x [∪ − (−)]

x [∪ − −]

x [∪ − −]

x [∪ −]

S-1

x^x [∪ − −]

x [∪ −]

[− ∪ −]

x^x [∪ − −]

x [∪ −]

[− ∪ —]

S-2

x^x [∪ − −]

x [∪ −]

[− ∪ −]

x^x [∪ − −]

x [∪ −]

[− ∪ −]

S-3

x^x [∪ − −]

x [∪ −]

[− ∪ −]

x^x [∪ − −]

x [∪ − ]

[− −]

S-4a

x^x [∪ − −]

x [∪ −]

X [−]

x^x [∪ − −]

x [∪ −]

X [−]

S-4b

x^x [∪ −]

x [− ∪ −]

X [−]

x^x [∪ −]

x [−∪ −]

X [−]

Mn

x^x [∪ − −]

x [− ∪ −]

[∪ ∪ −]

x^x [∪ − −]

x [−∪ −]

[∪ ∪ −]

X-1

x [∪ − −]

x [− ∪ −]

x[∪ − −]   

ou [− − −]

x [∪ − −]

x [− ∪ −]

x[∪ − −]   

ou [− − −]

X-2

x [∪ − −]

x [− ∪ −]

x[∪ − −]  

x [∪ − −]

x [− ∪ −]

x [∪ −]

Md-1a

x [∪ − −]

x [∪ −]

x [∪ − −]

x [∪ − −]

x [∪ −]

x [∪ − −]

Md-1b

x [∪ − −]

x [∪ −]

x [∪ −]

x [∪ − −]

x [∪ −]

x [∪ −]

Md-2a

x [∪ −]

x [− ∪ −]

[∪ ∪ −]

x [∪ −]

x [− ∪ −]

[∪ ∪ −]

Md-2b

x [∪ −]

x [− ∪ −]

[∪ ∪ −]

x [∪ −]

x [− ∪ −]

[− −]

Ramal-B

Modèle

H1

H2

de vers

P1

P2

P3

P1

P2

P3

Wm

[∪ −] X

[− ∪ −] X

[− ]

[∪ −] X

[− ∪ −] X

[− ]

Km-1

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

/////

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

[− ]

Km-2

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

/////

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

/////

H

[∪ − −] x

[∪ − −] x

/////

[∪ − −] x

[∪ −− −]

/////

Rm-1

x [∪ − −]

x [∪ − −]

/////

x [∪ − −]

x [∪ − −]

/////

Rm-2

x [∪ − −]

x [∪ ]

/////

x [∪ − −]

x [∪ ]

/////

Xm

x [∪ − −]

x [− ∪ −]

/////

x [∪ − −]

x [− ∪ −]

/////

28Les modèles de vers doubles restants, exception faite du raǧaz double (n°29) et du basīṭ maǧzū’ (n°12 à 14), dont j’ai évoqué les particularités ailleurs (Paoli 2007), appartiennent à la catégorie du qaṣīd. Il ne fait guère de doute que le mutaqārib, qui ne figure jamais parmi les exemples cités par les auteurs arabes pour illustrer la définition de telle ou telle classe, doit être rangé dans le premier groupe, le qaṣīd. En effet, les trois modèles qui sont dérivés de la formule circulaire (n°45 à 47) comportent, comme celle-ci, quatre pieds par hémistiche, soit onze à douze syllabes et, comme ceux du ṭawīl, débutent par la même séquence de deux pieds de type [∪ −] x [∪ −] x. L'ensemble des modèles de vers du qaṣīd, tel qu’il se présente donc dans son état actuel, est représenté dans le tableau ci-dessous.

Qaṣīd

H1

H2

P1

P2

P3

P4

P1

P2

P3

P4

T-1

[∪ −] x

[∪ −] x

[− ∪ −] x

[∪ − ∪ −]

[∪ −] x

[∪ −] x

[− ∪ −] x

[∪ − − −]

T-2

[∪ −] x

[∪ −] x

[− ∪ −] x

[∪ − ∪ −]

[∪ −] x

[∪ −] x

[− ∪ −] x

[∪ − ∪ −]

T-3

[∪ −] x

[∪ −] x

[− ∪ −] x

[∪ − ∪ −]

[∪ −] x

[∪ −] x

[− ∪ −] x

[∪ − −]

B-1a

x [− ∪ −]

x [∪ −]

x [− ∪ −]

[∪ ∪ −]

x [− ∪ −]

x [∪ −]

x [− ∪ −]

[∪ ∪ −]

B-1b

x [− ∪ −]

x [∪ −]

x [− ∪ −]

[∪ ∪ −]

x [− ∪ −]

x [∪ −]

x [− ∪ −]

[− −]

B-2a

x^x [∪ −]

x [∪ − −]

[− ∪ −]

[∪ ∪ −]

x^x [∪ −]

x [∪ − −]

[− ∪ −]

[∪ ∪ −]

B-2b

x^x [∪ −]

x [∪ − −]

[− ∪ −]

[∪ ∪ −]

x^x [∪ −]

x [∪ − −]

[− ∪ −]

[− −]

W

[∪ −] X

[− ∪ −] X

[− ∪ − − ]

/////

[∪ −] X

[− ∪ −] X

[− ∪ − − ]

/////

K-1

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

/////

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

/////

K-2

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

/////

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

X [− −]

/////

K2b

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

[∪ ∪ −]

/////

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

X [− −]

/////

K-3

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

X[− (∪ −)]

/////

X [− ∪ −]

X [− ∪ −]

[− −]

/////

Mt-1

[∪ −] x

[∪ −] x

[∪ − −]

[∪ − (−)]

[∪ −] x

[∪ −] x

[∪ − −]

[∪ − −]

Mt-2

[∪ −] x

[∪ −] x

[∪ − −]

[∪ − −]

[∪ −] x

[∪ −] x

[∪ − −]

[∪ ]

Mt-3

[∪ −] x

[∪ −] x

[∪ − −]

[∪ − −]

[∪ −] x

[∪ −] x

[∪ − −]

[∪ −]

29Étant donné que nous ne connaissons ni le contenu détaillé des catégories mentionnées par les auteurs arabes, qaṣīd, raǧaz et ramal, ni le ou les principes sur lesquels reposent le classement des modèles de vers attestés à l’intérieur de ces catégories, toute tentative de reconstruction de ce système, vraisemblablement ancien, ne peut valoir qu’à titre d’hypothèse. J’ai moi-même tenu compte, dans le classement qui vient d’être proposé, de la structure interne des modèles de vers, et non de la seule longueur du vers, m’éloignant finalement des quelques indications fournies par les auteurs arabes. Mais quoi qu’il en soit des nombreuses inconnues qui subsistent, le système décrit doit vraisemblablement être considéré comme ancien, assurément antérieur à l’élaboration de la théorie ẖalīlienne, laquelle contient une grande part d’innovation et constitue visiblement une rupture considérable avec la « poétique » ancienne, rupture qui concerne également la répartition et la dénomination des mètres : les mêmes termes sont en partie repris de l’ancien vocabulaire en usage, mais dans des acceptions différentes. Malheureusement, la pauvreté des sources dont nous disposons à ce jour ne permet pas d’accéder à une connaissance précise et satisfaisante du système ancien, si ce n’est par pure spéculation théorique.

De l’usage

30Dans le tableau dressé ci-dessous figurent, pour chaque modèle ou groupe de modèles de vers, le nombre de vers recensés dans le corpus, tous poètes et toutes périodes confondues, et le pourcentage que ces vers représentent par rapport au nombre total des vers recensés.

Mètre

Nv

%

Mètre

Nv

%

T

14 984

38, 69

R

864

2, 23

B

4 606, 5

11, 89

X

1 701, 5

4, 39

W

5 435, 5

14, 03

S

693

1, 8

K

4 725

12, 2

Mn

569

1, 47

Mt

2 519, 5

6, 5

Md

104

0, 26

Qaṣīd

32 270

83, 34

Ramal-A

3 931, 5

10, 2

Rjd

22

0, 06

H

188

0, 48

Bm

121, 5

0, 31

Km

720

1, 86

Raǧaz

double

143, 5

0, 37

Rm

34

0, 08

Raǧaz

1 378

3, 55

Wm

28

0, 07

Autres 12

30, 5

0, 01

Ramal-B

970

2, 5

31Ce pourcentage est calculé d’après le nombre de vers plutôt que d’après le nombre de pièces et de fragments. Ce choix n’est pas neutre. S’il pourrait paraître discutable dans le cas de poètes plus tardifs, dont les poèmes ont été mieux préservés et nous ont le plus souvent été transmis complets, il est par contre totalement justifié dans le cas des poètes anciens, dont les œuvres nous sont parvenues par bribes, souvent incomplètes ou éparpillées à travers plusieurs recensions ou citations. Tous ces poèmes sont de dimensions très inégales et les fragments de quelques vers ou les vers isolés sont très nombreux. Or, bien qu’il n’existe pas de certitudes en la matière, nombre de ces vers isolés, de même mètre et de même rime, semblent souvent avoir appartenu, à l’origine, à une seule et même pièce. Dans une telle situation, il est donc préférable de tenir le compte des vers plutôt que des poèmes ou numéros d’entrée des dīwān-s.

32J’ai aussi fait figurer dans ce tableau les statistiques concernant les groupes de modèles de vers, qaṣīd, ramal-A, ramal-B, raǧaz et raǧaz double (englobant le raǧaz double proprement dit et les trois modèles du basīṭ maǧzū’) tels qu’ils ont été reconstitués, à titre d’hypothèse, dans ce qui précède.

  • 12 Ces trente vers et demi sont, pour l’essentiel, des vers ou hémistiches isolés dont le mètre n’a pu (...)

33Parmi12les poètes les plus anciens du corpus poétique ayant servi de base à cette recherche, lesquels ont vécu, au plus tard, durant la première moitié du vie siècle, nombreux sont ceux qui sont issus des deux principaux groupes tribaux de l’est de la Péninsule arabique, Bakr et Taġlib. Au premier des deux appartiennent Sa‘d b. Mālik (mort vers 530), ‘Amr b. Qamī’a (mort vers 540), Muraqqiš al-Akbar (mort vers 550) et al-Find (mort vers 540). Les trois premiers de ces quatre poètes sont de la tribu des Qays b. Ṯa‘laba. Sa‘d b. Mālik est le père de Muraqqiš al-Akbar, lui-même oncle de ‘Amr b. Qamī’a et de Muraqqiš al-Aṣġar (mort vers 570), ce dernier étant l’oncle de Ṭarafa (mort vers 560). Quant au groupe des Taġlib, il ne s’en trouve qu’un seul poète, Muhalhil, mort vers 530. A tous ceux qui viennent d’être cités, il faut ajouter un poète citadin d’al-Ḥīra, Abū Du’ād (mort vers 550) et un poète itinérant, ‘Abīd b. al-Abraṣ (mort vers 550), qui subit vraisemblablement l’attraction de la cour des Laẖmides d’al-Ḥīra. Par contraste, les poètes nomades d’Arabie centrale et occidentale sont sous-représentés : un seul poète pour chacune de ces deux zones, Ṭufayl b. ‘Awf et Bašāma b. al-Ġadīr respectivement, tous deux morts aux environs de 550. Pour ce qui est des poètes de la génération suivante, la proportion des poètes d’Arabie orientale demeure très forte, soit huit poètes sur dix-huit, dont six appartiennent au groupe Bakr : Ṭarafa et Muraqqiš al-Aṣġar, déjà mentionnés, al-Musayyab (mort vers 570), al-Ḥāriṯ b. Ḥilliza (mort entre 570 et 580), al-Ḫirniq, sœur de Ṭarafa, et al-Mutalammis (tous deux morts vers 580). Le septième, al-Mumazzaq (mort vers 570), appartient, quant à lui, au groupe ‘Abd al-Qays ; et le dernier, Laqīṭ b. Ya‘mur (mort vers 580), à la même tribu qu’Abū Du’ād, les Iyād. La plupart de ces poètes semblent par ailleurs avoir subi l’attraction de la cour d’al-Ḥīra, comme l’attestent les œuvres qui leur sont attribuées, panégyriques dédiés aux souverains laẖmides notamment, et les anecdotes qui nous sont rapportées à leur sujet.

  • 13 Le corpus établi ici ne comporte que deux poètes issus de groupe tribaux du nord de la Péninsule : (...)

34Il reste à savoir si ce constat est réellement pertinent et si cette dominante orientale est réellement significative ou, au contraire, le seul fruit du hasard et des vicissitudes de la transmission et de la recension de la poésie ancienne. Le développement des sciences philologiques, durant les premiers siècles de l’islam, aboutit rapidement à la définition d’une norme linguistique, dont certains groupes tribaux furent considérés comme les dépositaires : l’appellation de fuṣaḥā’ al-‘arab (« Arabes parlant une langue pure ») semble s’être appliquée préférentiellement aux groupes Tamīm, Kilāb et Asad. Et la définition d’une telle norme linguistique n’a pu manquer d’influencer en retour la recension de la poésie ancienne. La collecte de vers ayant pour premier objectif d’étayer ou de discuter des points de grammaire et des problèmes de langue, la poésie attribuée à des membres de ces tribus au parler correct fut probablement mieux préservée que celle de tribus n’appartenant pas à l’aire délimitée, comme les Kalb et les Quḍā‘a au nord, dont les vestiges littéraires sont très réduits13. Ceci n’exclut bien sûr pas d’autres facteurs plus ou moins aléatoires comme celui de la proximité géographique des groupes tribaux par rapport aux centres urbains de Kūfa et Baṣra où les philologues étaient basés.

35Il est donc fort possible que la vision que nous avons de la situation soit totalement faussée, les témoins que nous possédons de la pratique poétique au vie siècle n’étant en somme que le résultat d’une sélection opérée par les philologues médiévaux dans la masse des données qui leur étaient transmises, sélection qui ne peut être considérée comme représentative de la pratique poétique ancienne. Cette éventualité interdirait donc de déduire de cette prédominance des poètes nomades d’Arabie orientale et citadins d’al-Ḥīra une quelconque antériorité historique et de faire l’hypothèse que le berceau de la poésie arabe se trouve dans cette région. La même remarque vaudrait aussi pour les poètes des générations suivantes. Bakr et Taġlib disparaissent totalement de la situation, au profit des poètes nomades d’Arabie centrale et occidentale et des poètes des cités du Ḥiǧāz, Médine, La Mecque et Ṭā’if. Encore une fois, ce déplacement de l’activité poétique de l’est à l’ouest de la Péninsule, à l’évidence lié à des facteurs historiques (fin du royaume laẖmide d’al-Ḥīra et avènement de l’islam à Médine et à La Mecque), n’est peut-être qu’une apparence trompeuse. Autrement dit, le fait que ces poètes soient en quelque sorte placés sous les feux de l’histoire, à laquelle ils participent souvent activement (et verbalement), aurait favorisé la conservation de leur poésie. Au contraire, au début du viie siècle, les groupes Bakr et Taġlib, et avec eux leurs poètes, tombent dans les oubliettes de l’histoire et, partant, de l’histoire littéraire. Le cas de la poésie cultivée par les nomades de la Péninsule, occultée, depuis l’époque abbasside et de longs siècles durant, par la poésie citadine, et qui refit surface à la fin du xixe siècle grâce au zèle de quelques voyageurs et orientalistes européens, est aussi très représentatif d’un tel phénomène. La remarquable permanence des techniques poétiques, et des mètres en particulier, laisse pourtant supposer qu’il n’y a pas eu de rupture, et que la tradition poétique « bédouine » s’est perpétuée jusqu’à nos jours à l’ombre de la poésie classique citadine des Abū Nuwās, al-Mutanabbī et autres Šawqī, non certes sans quelques modifications, essentiellement conditionnées par l’évolution de la langue elle-même. Absence de témoignages ne veut donc pas dire absence de poésie ou de poètes, et les circonstances historiques sont pour beaucoup dans l’image qui nous est donnée de l’histoire littéraire. Au bout du compte, toutes ces observations sont de nature à nous inciter à utiliser les textes disponibles avec une prudence redoublée.

36Mais il n’en reste pas moins que les poèmes qui nous ont été transmis attestent à l’évidence d’une « tradition poétique » extrêmement vivace, tout au long du vie siècle, en Arabie orientale et dans la cité d’al-Ḥīra, laquelle en est le principal, sinon le seul, pôle d’attraction. Par ailleurs, dans la mesure où la langue des Tamīm est considérée par les philologues classiques comme l’une des plus conformes à la norme linguistique, qu’ils ont eux-mêmes définie, la logique voudrait que la poésie attribuée aux poètes de ce groupe tribal soit particulièrement bien représentée dans les recensions médiévales et dans le corpus des textes qui nous sont parvenus. C’est effectivement le cas pour ce qui concerne la seconde moitié du vie siècle et le viie siècle. Par contraste, le fait que nous n’ayons aucun poète tamīmite avant 550 peut donc être considéré comme un fait relativement significatif : il laisse à penser que la pratique de la poésie, au moins pour ce qui concerne le qaṣīd et le ramal, serait plus tardive en Arabie centrale qu’en Arabie orientale. Je reviendrai bientôt en détail sur les différences notables entre les usages métriques propres aux poètes de ces deux zones géographiques.

37L’évolution de l’emploi des différents mètres durant les deux siècles qui nous intéressent appelle également quelques premières observations. Comme je l’ai déjà dit, environ quatre cinquièmes des vers inventoriés, toutes périodes confondues, sont composés suivant les modèles de vers du qaṣīd. Leur proportion est pourtant bien inférieure à cette moyenne durant la première moitié du vie siècle (72, 32%) ; et elle augmente ensuite considérablement, notamment au viie siècle, où elle atteint près de 87%. Corrélativement, la proportion des modèles de vers que j’ai rangés dans les catégories du ramal-A et du ramal-B est beaucoup plus importante chez les poètes de la première moitié du vie siècle. Il est fort probable, comme nous le verrons bientôt, au moment d’examiner le répertoire des modèles de vers région par région, que ces faits doivent être mis en rapport avec la prédominance des poètes d’Arabie orientale dans les trois premiers quarts du vie siècle.

La poésie à la cour d’al-Ḥīra

38Les deux seuls poètes que l’on puisse à proprement parler qualifier de poètes citadins d’al-Ḥīra sont Abū Du’ād et ‘Adī b. Zayd, tous les autres étant, avant tout, des poètes itinérants ou des poètes tribaux de passage, ayant séjourné à al-Ḥīra de manière épisodique seulement. Les œuvres qui sont attribuées à Abū Du’ād et ‘Adī b. Zayd méritent donc, comme l’a bien montré Grünebaum, qu’on leur accorde un intérêt tout particulier. Les philologues arabes considéraient la langue de ces deux poètes comme « non-naǧdienne », c’est-à-dire non conforme à la koyné poétique employée par la grande majorité des poètes anciens. L’examen de leurs vers ne permet pourtant de déceler que quelques rares déviations, le plus souvent limitées au lexique, concernant quelques mots d’origine iranienne notamment, ou des mots rares que l’on retrouve chez l’un et chez l’autre, voire chez un autre poète d’al-Ḥīra ou de sa région. Il n’y a donc là rien qui justifie le jugement émis par les érudits médiévaux : sous ses aspects morphologique, syntaxique et formulaire, la langue de ces poètes paraît tout à fait conforme à la norme. Par contre, l’examen des modèles de vers dont ils font usage va nous fournir quelques indications intéressantes concernant un éventuel particularisme régional propre aux poètes d’al-Ḥīra. Disons tout d’abord que le répertoire métrique d’Abū Du’ād et de ‘Adī est extrêmement riche et varié. Le premier emploie douze mètres différents, soit plus que la plupart de ses contemporains et des poètes des générations ultérieures. L’inventaire des modèles de vers suivant lesquels sont composés les poèmes qui leur sont attribués est reporté dans le tableau dressé ci-dessous.

Mètres

Abū Du’ād

‘Adī b. Zayd

Total

%

T

23

120

143

12, 03

B

41

87

128

10, 77

W

22

106

128

10, 77

K

43

25

68

5, 72

Mt

37

14

51

4, 29

Q

156

352

508

42, 76

R

14

144

158

13, 30

X

111, 5

206

317, 5

26, 72

S

1, 5

41

42, 5

3, 57

M

3

45

48

4, 04

Md

1

8

9

0, 75

R-A

131

444

575

48, 40

H

28

7

35

2, 94

Km

34

3

37

3, 11

Rm

0

2

2

0, 17

Xm

0

2

2

0, 17

R-B

62

14

76

6, 39

Rj

7

0

7

0, 59

?

1

2

3

0, 25

Total

367

821

1188

100

39La proportion des modèles de vers du qaṣīd (42,76 %) est deux fois moindre que la moyenne, qui se situe, je le rappelle, au-dessus des 80 %. Corrélativement, les modèles du ramal-A sont beaucoup plus employés qu’ailleurs : leur proportion est même plus importante que celle du qaṣīd. Mais, parmi ces modèles, ce sont surtout le ẖafīf et le ramal qui sont privilégiés. Le sarī‘, le munsariḥ et le madīd sont par contre, à peu de choses près, employés dans les mêmes proportions que chez le reste des poètes considérés. Quant au ramal-B, il est également en faveur : le hazaǧ et le kāmil maǧzū’ y sont beaucoup plus courants que la moyenne (6 % à eux deux, contre 2,5 % sur la totalité du corpus). ‘Adī b. Zayd est aussi l’un des seuls poètes anciens à faire usage du ramal maǧzū’ et du ẖafīf maǧzū’, attestés chacun par un unique fragment de deux vers.

  • 14 Grünebaum, « Abū Du’ād al-Iyādī, collection of fragments », p. 102 : « L’usage du ramal, dit-il, ap (...)
  • 15   A Imru’ al-Qays sont d’ailleurs attribués trois poèmes composés suivant le modèle du ramal-2, et (...)
  • 16 Grünebaum 1942, p. 152-153.
  • 17 Grünebaum 1942, p. 153 : « Il n’y a certainement aucun obstacle à accepter l’idée d’une influence p (...)

40Cette prédilection pour le ramal et le ẖafīf avaient bien été remarquée par Grünebaum pour ce qui concerne Abū Du’ād et généralisée à l’ensemble des poètes ayant subi l’influence de la cour d’al-Ḥīra14. Mais son affirmation selon laquelle le ramal, au sens ẖalīlien du terme, n’aurait pas été employé ailleurs que chez ces poètes, à l’exception, dit-il, d’Imru’ al-Qays, doit être corrigée15. En effet, dès le milieu du vie siècle, ce mètre est employé par des poètes bédouins d’Arabie centrale ou occidentale, comme ‘Alqama, Ḫidāš b. Zuhayr, al-Afwah al-Awdī, Zuhayr b. Abī Sulmä et ‘Antara. L’école d’al-Ḥīra n’a donc pas l’exclusivité de l’usage du ramal, loin s’en faut. Et l’hypothèse avancée par Grünebaum selon laquelle ce mètre serait « une adaptation aux exigences de la métrique arabe du vers octosyllabe pehlevi16 », qui ne repose d’ailleurs sur aucun argument sérieux, ne se justifie pas dans les faits tels qu’ils se présentent à nous. Selon Grünebaum, la probabilité d’une influence persane sur la technique poétique arabe est forte, dans les régions limitrophes de la Perse au moins17. Cette idée est effectivement tentante et n’a pas manqué d’orienter la réflexion des spécialistes de la littérature iranienne. C’est notamment le cas de Benveniste (1930), qui a tenté de trouver une solution de continuité entre la littérature iranienne préislamique et la littérature persane classique par la démonstration, peu convaincante au demeurant, que le mutaqārib épique persan est dérivé du vers hendécasyllabe pehlevi. J’y reviendrai bientôt au moment d’évoquer le cas de ce mètre dans la poésie arabe ancienne. Pour revenir au ramal, il est donc employé de bonne heure par des poètes de l’intérieur de la Péninsule, et l’examen des vers attribués aux poètes ayant séjourné à al-Ḥīra et des poètes nomades d’Arabie orientale va réveler une situation qui est beaucoup plus complexe que ne le laisse croire Grünebaum.

41Les poètes ayant fréquenté al-Ḥīra sont en grande majorité originaires d’Arabie orientale, ce qui s’explique par la proximité  entre al-Ḥīra et les lieux où ils avaient coutume de nomadiser. Cinq d’entre eux appartiennent au groupe Bakr : Ṭarafa, al-Musayyab, al-Mutalammis, al-Ḥāriṯ b. Ḥilliza et, le plus tardif de tous, al-A‘šä al-Kabīr. ‘Amr b. Kulṯūm appartient à la tribu des Taġlib, tandis que deux autres, al-Mumazzaq, al-Muṯaqqib, appartiennent au groupe des ‘Abd al-Qays. Laqīṭ b. Ya‘mur est, comme Abū Du’ād, un membre de la tribu des Iyād. Enfin, les quatre poètes restants sont considérés comme des poètes itinérants, n’ayant probablement jamais joué le rôle de poètes de tribu mais ayant au contraire parcouru la Péninsule à la recherche de protecteurs et de mécènes, d’où leur présence à la cour d’al-Ḥīra à un moment ou à un autre du vie siècle. Ces poètes sont ‘Abīd b. al-Abraṣ, Aws b. Ḥaǧar, al-A‘šä Nahšal et al-Nābiġa al-Ḏubyānī.

  • 18 Voir, par exemple, Ibn al-AnbĀrĪ, Šar al-qaā’id al-sab‘ al-iwāl al-ǧāhiliyyāt, p. 431-505.

42La proportion des modèles de vers du qaṣīd est beaucoup plus proche de la moyenne dans les vers attribués à ces poètes que chez ceux d’al-Ḥīra (77, 31 %) : près d’un tiers des vers recensés sont notamment composés suivant l’un ou l’autre des modèles du ṭawīl. Mais ceux du ramal-A et du ramal-B restent toutefois bien attestés : 14, 76 % et 5, 06 % respectivement. Le ẖafīf et le ramal sont cependant loin de jouir de la même faveur que chez Abū Du’ād et ‘Adī b. Zayd. Seuls quatre des treize poètes pris en considération emploient le ramal de manière significative, tandis que le taux relativement élevé de ẖafīf est dû, pour moitié, à un long poème de quatre-vingt-quinze vers attribué à al-Ḥāriṯ b. Ḥilliza et figurant parmi les Mu‘allaqāt18. Sa longueur et son style trahissent sûrement, comme le dit Blachère (1964, p. 252), « l’œuvre d’un pasticheur épris de termes rares et animé de sentiments pro-bakrites ». Quoi qu’il en soit de l’authenticité de cette pièce, les tendances très marquées observées chez les poètes d’al-Ḥīra ne se retrouvent pas vraiment chez ces « hôtes » occasionnels.

Poètes d’Arabie orientale au vie siècle

43Si l’on divise les poètes nomades appartenant à des groupes tribaux d’Arabie orientale en deux catégories, selon qu’ils ont ou non fréquenté la cour des rois laẖmides d’al-Ḥīra, la comparaison du répertoire métrique de ces deux catégories aboutit à un résultat en un sens paradoxal. En effet, c’est chez les poètes n’ayant vraisemblablement pas fréquenté la cour d’al-Ḥīra que l’on retrouve les tendances observées chez Abū Du’ād et ‘Adī b. Zayd. La proportion des mètres ẖafīf, ramal et hazaǧ y est très élevée. Du coup, le ramal-A représente plus du quart des vers recensés, tandis que la proportion des modèles de vers courts du ramal-B est plus élevée encore que chez les poètes d’al-Ḥīra. Si tant est que ces estimations statistiques puissent réellement être considérées comme significatives, elles laisseraient donc à penser que ce n’est pas à al-Ḥīra ou dans la poésie iranienne préislamique qu’il faut rechercher l’origine de ces mètres, mais bel et bien dans une tradition propre aux tribus arabes de l’est de la Péninsule.

  • 19 À ce sujet, voir Paoli (2008b).
  • 20 Je renvoie au répertoire métrique établi par Frolov 1995, p. 93.
  • 21 Citons Frolov (1995, p. 92), qui affirme que « la tradition poétique née à al-īra, bien que néglig (...)
  • 22 Blachère 1964, p. 363.
  • 23 A ce sujet, voir notamment Blachère 1960 ; rééd. dans Blachère 1975, p. 321-332.
  • 24 Blachère 1975, p. 279 : « D’abord épisodique dans la poésie des nomades d’Arabie centrale et orient (...)

44L’opinion de Grünebaum (1952) et de Blachère (1964) concernant le rôle central joué par al-Ḥīra dans l’élaboration et l’évolution de la tradition poétique arabe doit donc probablement être atténuée, même si, bien sûr, d’autres aspects que la métrique entrent en ligne de compte comme, par exemple, les premiers développements d’un genre bachique autonome19. Je ne discuterai pas ici l’idée évoquée par Blachère d’un rapport entre ces mètres (ramal et ẖafīf) et la musique. Les témoignages concernant une activité musicale préislamique manquent cruellement. L’affirmation de Blachère ne repose en fait que sur l’extrapolation de faits mieux connus propres à la période omeyyade. A cette époque, en effet, se développe, dans les villes du Ḥiǧāz, une tradition musicale étroitement liée au mouvement littéraire que l’on a coutume d’appeler « ḥiǧāzisme » et dont les principaux représentants sont ‘Umar b. Abī Rabī‘a, al-‘Arǧī, al-Aḥwaṣ, Kuṯayyir et Nuṣayb. Les préoccupations musicales semblent avoir joué là un rôle important dans la création poétique. Et il se trouve que tous ces poètes emploient, de préférence aux modèles de vers longs du qaṣīd, des mètres plus courts, notamment le ẖafīf, suivant lequel sont composés près du quart des poèmes de ‘Umar b. Abī Rabī‘a, mais aussi, à un degré moindre, le ramal, le sarī‘, le hazaǧ ou encore le kāmil maǧzū’20. Cette prédilection se retrouve, à l’époque abbasside, chez des poètes comme Baššār b. Burd, Abū Nuwās et Abū Tammām21. Cette continuité apparente est évidemment troublante. Mais l’idée de l’existence d’une « école poétique d’al-Ḥīra », celle de rapports, dans ce milieu et à cette époque, entre certains types de mètres et le chant et la musique et, enfin, celle d’une influence iranienne sur l’élaboration de la tradition propre à cette école, bien que séduisantes et tentantes, manquent de fondements sûrs. La conclusion de Blachère concernant le particularisme d’al-Ḥīra reste d’ailleurs très prudente. Il évoque l’existence d’une tradition vraisemblablement caractérisée par des dominantes bachiques, élégiaques et religieuses avant d’affirmer qu’il est difficile d’étayer cette impression22. Il n’est pas de mon ressort de discuter de l’aspect thématique dont il est fait état ici. J’observerai seulement que des tendances élégiaques très nettes sont également présentes chez certains poètes appartenant à des groupes nomades d’Arabie orientale qui n’ont vraisemblablement pas fréquenté la cour d’al-Ḥīra, comme Muraqqiš al-Akbar et, surtout, Muraqqiš al-Aṣġar23. Selon Blachère toujours, le ġazal, ou poème d’amour, dont les poètes « ḥiǧāziens » se sont fait une spécialité, est un genre également attesté dans la poésie spontanée ancienne et, en particulier, dans la mélopée chamelière (ḥidā’)24

45Il est bien sûr tout à fait possible que l’influence d’al-Ḥīra, s’il en est une, remonte à des temps plus reculés dont nous ne savons malheureusement rien, auquel cas ces influences auraient déjà été totalement assimilées au début du vie siècle. Mais les ressemblances évidentes entre le répertoire métrique des poètes d’al-Ḥīra et des poètes nomades d’Arabie orientale restés en tribu d’une part, et le contraste entre ceux-ci et ceux qui ont fréquenté la cour des laẖmides d’autre part, semblent remettre en cause l’idée d’une tradition propre à al-Ḥīra. Dans l’état actuel de nos connaissances, il n’est pas possible, dans le domaine métrique tout au moins, de parler d’autre chose que d’une prédilection très marquée des poètes de l’est de la Péninsule, de l’Euphrate au Ḥasā’ en passant par al-Ḥīra, pour les modèles de vers que j’ai rangés dans les deux catégories du ramal-A et du ramal-B.

Poètes nomades du centre et de l’ouest de la Péninsule

46Le contraste avec les poètes d’Arabie centrale et occidentale est très marqué : ces derniers ont une nette prédilection pour les mètres longs, ṭawīl, basīṭ, wāfir, kāmil et mutaqārib, et la proportion des mètres du qaṣīd dépasse toujours les 90 %, pour atteindre un maximum de plus de 93 % chez les poètes qui sont membres des tribus Huḏayl et Tamīm. Au contraire, les vers composés suivant des modèles appartenant aux catégories du ramal-A et du ramal-B sont relativement sous-représentés. Parmi les vingt-quatre poètes d’Arabie centrale de notre corpus, seuls cinq font usage de modèles de vers courts, hazaǧ ou kāmil maǧzū’ ; et huit d’entre eux, tous tamīmites, n’emploient pas non plus les modèles du ramal-A. Pour ce qui est des poètes d’Arabie occidentale, seuls quatre d’entre eux, sur un total de vingt-et-un, font usage de modèles du ramal-B, hazaǧ, kāmil maǧzū’, mais aussi ramal maǧzū’, lequel est attesté par un poème de dix-sept vers attribué à ‘Antara (mort en 615 ?). Comme dans le cas des poètes du centre de la Péninsule, il s’en trouve aussi huit pour ne pas non plus employer les modèles du ramal-A. Le cas des six poètes de la tribu des Huḏayl qui figurent dans mon corpus est exemplaire : tous emploient exclusivement les modèles de vers du qaṣīd et du raǧaz. Enfin, parmi les poètes ṣu‘lūks, il n’en est qu’un, Ta’abbaṭa Šarran (mort vers 550), pour employer un modèle court, en l’occurrence le kāmil maǧzū’, dans un court fragment de trois vers, et cinq de ces neuf poètes ne composent jamais, au vu des vers conservés, qu’en qaṣīd ou en raǧaz. Il faut cependant remarquer que les mètres ramal, ẖafīf, sarī‘, munsariḥ et madīd, bien que rares, sont tous employés par l’un ou l’autre de ces poètes d’Arabie centrale ou occidentale, de même que les modèles du hazaǧ et du kāmil maǧzū’. Mais la tendance à la normalisation dont témoignent les vers qui leurs sont attribués est toutefois remarquable. Les vers rares occasionnellement employés par les poètes d’Arabie orientale et d’al-Ḥīra au vie siècle, à l’exception de la pièce en ramal maǧzū’ que l’on attribue à ‘Antara, ne sont pas du tout attestés. Ce phénomène d’uniformisation et de normalisation du répertoire métrique, commun aux poètes nomades d’Arabie centrale et occidentale, pose un problème intéressant auquel les recherches à venir pourront peut-être apporter une réponse plus précise. Comme le dit Blachère (1964 : 362) :

« L’hypothèse d’une métrique en perpétuelle voie de transformation, de disparition et de résurgence, est certes à retenir ; elle conduit à poser que le poète du vie siècle a fort bien pu utiliser des mètres dont l’existence est seulement attestée par quelques spécimens irréductibles aux types «classiques». Tel paraît bien être le cas de quelques rythmes adoptés dans des pièces mises sous le nom d’Imru’ al-Qays et de ‘Abīd [b.] al-Abraṣ ; la difficulté consiste, ajoute-t-il, à rechercher la cause de ces raretés rythmiques ; peut-être faut-il en découvrir la source dans l’esprit de système des théoriciens de Bassora, poussés par leur refus d’accorder toute leur place, dans leur quête, à ces aberrations prosodiques. »

Le mutaqārib

  • 25 Grünebaum, « Abū Du’ād al-Iyādī, collection of fragments », p. 105.
  • 26 Benveniste 1930, p. 224 : « De ce vers moyen-iranien, dit-il, nous rapprocherons le mutaqārib persa (...)

47Il faut enfin rectifier le constat inexact, fait par un certain nombre d’orientalistes, selon lequel le mutaqārib serait rarement employé par les poètes anciens, et notamment par les poètes nomades d’Arabie centrale et occidentale, de même qu’il est nécessaire de récuser l’idée que ce mètre aurait une origine étrangère. Les vers de mutaqārib ne représentent pas moins de 6,5 % du total des vers du corpus, toutes périodes confondues. Les deux tiers des cent poètes pris en compte en font usage et près du tiers de tous ces vers sont attribués à des poètes nomades d’Arabie centrale ou occidentale. L’emploi ancien et fréquent du mutaqārib chez les poètes d’Arabie centrale ne milite donc pas en faveur de l’interprétation qu’a donné Grünebaum de l’hypothèse de Benveniste (1930, 1932), et selon laquelle ce mètre serait d’origine iranienne25. D’après Benveniste, qui n’évoque jamais le cas de la poésie arabe, le mutaqārib épique de la poésie néo-persane serait le descendant direct du mètre hendécasyllabe dont il a retrouvé les traces dans des textes pehlevis. C’est notamment le cas du Draxt Asūrīk u buz (« L’arbre assyrien et le bouc »), texte pehlevi arsacide rapportant la joute oratoire mettant en scène l’arbre et le bouc, qui aurait originellement été composé en vers, ce que le texte qui nous a été transmis ne laisse plus paraître : bien des passages restent corrompus, grossis d’additions ou de mots inconnus, de gloses. Benveniste, soumettant le texte à une critique serrée, y décèle un grand nombre de vers de six et, surtout, de onze syllabes à césure médiane (5+6 ou 6+5). De la même manière, l’emploi de l’hendécasyllabe est relevé dans des textes variés, un hymne zervanite, un fabliau arsacide, un poème manichéen sassanide, ce qui, selon Benveniste, ne peut être le seul effet du hasard26. D’après lui (1930 : 225), «la versification épique persane prend sa source dans un vaste courant poétique, qui s’est alimenté à diverses inspirations, mazdéenne ou manichéenne ». Il faut bien entendu préciser, pour comprendre cette hypothèse, que la forme la plus courante du mutaqārib, en poésie persane comme en poésie arabe, comporte onze syllabes par hémistiche : cette forme, par comparaison avec la formule circulaire dodécasyllabique, peut être qualifiée de catalectique.

48Si l’hypothèse d’un substrat iranien, d’une influence de la tradition littéraire de l’Iran préislamique sur la poésie persane classique, voire d’une certaine continuité de l’une à l’autre, paraît en soi valable, confirmée qu’elle est par certaines ressemblances frappantes qui concernent surtout les formes, les genres et les thèmes, son application au domaine de la métrique semble on ne peut plus hasardeuse. Dans le cas du mutaqārib, le modèle employé par les poètes persans classiques semble bien être une adaptation de son homologue arabe, lequel, au vu de la fréquence de son emploi et de son profond enracinement dans la tradition métrique des poètes nomades des vie et viie siècles, n’est probablement pas d’origine étrangère. Ces constatations, enfin, paraissent apporter une justification supplémentaire à la catégorisation de ce mètre parmi les modèles de vers du qaṣīd.

Conclusion

49L’ensemble des résultats et des conclusions présentés ici concerne exclusivement la métrique externe, qui consiste dans l’analyse des schémas métriques pris isolément, sans se préoccuper du contour verbal des vers analysés, lequel fait pour sa part l’objet de la métrique interne. Celle-ci, complémentaire de celle-là, concerne les rapports entre la structure métrique du vers et sa structure linguistique, aux niveaux phonétique, morphologique, lexical, syntaxique et sémantique. Elle est, en un sens, l’étude du rythme du vers, conçu lui-même comme la mise en mouvement par la langue d’une structure périodique codée définie par le mètre et la rime. Les résultats obtenus ici doivent donc être replacés dans un contexte plus vaste et servir de base à l’analyse métrique interne, des schémas accentuels aux séquences thématiques, en passant par le style formulaire, l’organisation morphosyntaxique et les figures de style. La poétique, comprise comme l’étude des formes et techniques poétiques et de leur évolution, et englobant l’ensemble des aspects de l’analyse métrique interne, amènera sans aucun doute à affiner ou à réviser certaines des conclusions qui ont été formulées ici concernant, d’une part, la structure et l’organisation des genres métriques anciens dont témoignent les résidus subsistant d’une terminologie métrique antérieure à al-Ḫalīl et, d’autre part, l’évolution dans le temps et dans l’espace de l'emploi des modèles de vers, groupes de modèles de vers et genres métriques par les poètes arabes anciens.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Abū Al-Ḥasan Al-‘Arūḍī, Kitāb fī ‘ilm al-‘arūḍ : éd. Ǧ. Māǧid, Beyrouth, Dār al-ġarb al-islāmī, 1995.

Aḫfaš Al-Awsaṭ (Al-),Kitāb al-qawāfī : éd. ‘I. Ḥasan, Damas, Wizārat al-ṯaqāfa wa-l-siyāḥa wa-l-iršād al-qawmī, 1970.

Dīwān ‘Antara : éd. A. Sa‘īd, Damas, Al-maktaba al-‘arabiyya, s.d.

Dīwān Imri’ al-Qays : éd. M.A. Ibrāhīm, Le Caire, Dār al-ma‘ārif, 1984.

Dīwān Ḥumayd b. Ṯawr al-Hilālī : éd. ‘A. Maymānī, Le Caire, Dār al-kutub al-miṣriyya, 1951.

Furayǧāt, ‘Ādil, 1994 : Al-šu‘arā’ al-ǧāhiliyyūn al-awā’il, Beyrouth, Dār al-mašriq.

Ǧawharī, Abū Naṣr Ismā‘īl al-,‘Arūḍ al-waraqa : éd. M. al-‘Alamī, Rabat, Dār al-ṯaqāfa, 1984.

Ǧawharī, Abū Naṣr Ismā‘īl al-,Kitāb al-qawāfī : éd. S. A. Abū Sitta, dans Maǧallat al-dirāsāt al-luġawiyya 8-3 (2006), p. 105-145.

Grünebaum, Gustav von, 1948-1952 : « Abū Du’ād al-Iyādī, collection of fragments », Wiener Zeitschrift für die Kunde des Morgenlandes 51, p. 83-105 & p. 249-282.

Ibn Al-Anbārī, Šarḥ al-qaṣā’id al-sab‘ al-ṭiwāl al-ǧāhiliyyāt : éd. ‘A.M. Hārūn, Le Caire, Dār al-ma‘ārif, 1964.

Ibn Manẓūr, Lisān al-‘arab : Le Caire, Dār al-ma‘ārif, 1979-1986.

Ibn Rašīq, Kitāb al-‘umda fī maḥāsin al-ši‘r wa-ādābi-hi : éd. M. Qarqazān, Beyrouth, Dār al-ma‘rifa, 1988.

Marzubānī (al-), Kitāb al-muwaššaḥ : éd. ‘A.M. al-Baǧāwī, Le Caire, Dār nahḍat Miṣr, 1965.

Ši‘r ‘Abd Allāh b. al-Ziba‘rī : éd. Y. al-Ǧabbūrī, Beyrouth, Mu’assasat al-risāla, 1981.

Tahanāwī (al-), Kaššāf  iṣṭilāḥāt al-funūn : éd. A. Sprenger & alii, Beyrouth, Dār ṣādir, s. d. (1ère éd. 1861).

The Dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abraṣ, of Asad, and ‘Āmir Ibn aṭ-Ṭufayl, of ‘Āmir Ibn Ṣa‘ṣa‘ah : éd. C. Lyall, Londres, Luzac, 1913.

Sources secondaires

Benveniste, Émile, 1930 : « Le texte du Draxt Asūrīk et la versification pehlevie », Journal Asiatique, p. 193-225.

Benveniste, Émile, 1932 : « Le mémorial de Zarer, poème pehlevi mazdéen », Journal Asiatique, p. 245-293.

Blachère, Régis, 1959 : « Seconde contribution à l’histoire de la métrique arabe : notes sur la terminologie primitive », Arabica, n° 6-2, p. 132-51 ; rééd. dans Blachère, Régis, 1975 : Analecta, Damas, Institut français, p. 99-119.

Blachère, Régis, 1960 : « Remarques sur deux élégiaques arabes au VI° siècle de J.-C. », Arabica 7-1, p. 30-40 ; rééd. dans Blachère, Régis, 1975 : Analecta, Damas, Institut français, p. 321-332.

Blachère, Régis, 1964 : Histoire de la littérature arabe des origines à la fin du xve siècle de J.-C., vol. 2, Paris, Adrien-Maisonneuve.

Blachère, Régis, 1965 : « Ghazal », Encyclopédie de l’Islam, 2ème éd., vol. 2, p. 1051-1057 ; rééd. dans Blachère, Régis, 1975 : Analecta, Damas, Institut français, p. 277-294.

Blachère, Régis, 1975 :  Analecta, Damas, Institut français.

Bohas, Georges, 1975 : Métrique arabe classique et moderne, thèse de doctorat de 3ème cycle, Saint-Denis, Université Paris-8.

Bohas, Georges, Guillaume, Jean-Patrick & Kouloughli, Djamel, 1990 : The arabic linguistic tradition, New York & Londres, Routledge.

Bohas, Georges & Paoli, Bruno, 1997 : Aspects formels de la poésie arabe, I.La métrique classique, Amam, Toulouse.

Bräunlich, Ernst, 1937 : « Versuch einer literargeschichtlichen Betrachtungsweise altarabischer Poesien », Der Islam 24, p. 201-269.

Frolov, Dimitri, 1995 :, « Notes on the history of ‘Arūḍ in al-Andalus », Anaquel de estudios arabes 6, p.78-117.

Grünebaum, Gustav von, 1942 : « Pre-Islamic Poetry », Muslim World 32, p. 147-153.

Paoli, Bruno, 2007 : « Les notions de taẖlī‘ et de ramal en métrique arabe », Langues et littératures du monde arabe 6, p. 7-33.

Paoli, Bruno, 2008a : De la théorie à l’usage. Essai de reconstitution du système de la métrique arabe ancienne, Damas, Institut français du Proche-Orient.

Paoli, Bruno, 2008b : « Deux études sur la poésie bachique arabe : 1. Les précurseurs d'al-Ḥīra », en ligne sur le site La clé des langues (http://cle.enslsh.fr).

Stoetzer, Wilhem, 1989 : Theory and Practice in Arabic Metrics according to the Mufaḍḍaliyyāt, Leyde, Het Oosters Instituut.

Vadet, Jean-Claude, 1955 : « Contribution à l’histoire de la métrique arabe », Arabica 2, p. 315-317.

Haut de page

Notes

1 Il serait trop long de mentionner tous les écrits de Georges Bohas sur la métrique arabe ; citons seulement ici Bohas & Paoli 1997, qui reproduit, avec quelques modifications de surface, la théorie proposée dans Bohas 1975 ; et, en anglais, l’article sur la métrique dans Bohas, Guillaume & Kouloughli 1990.

2 Al-Aẖfaš al-Awsa, Kitāb al-qawāfī, p. 68.

3 Ibn Rašīq, Kitāb al-‘umda fī maāsin al-ši‘r wa-ādābi-hi, vol. 1, p. 339.

4 Al-Ǧawharī, ‘Arū al-waraqa, p. 46.

5 Dans la théorie des cercles, le ramal désigne aussi l’un des trois mètres du troisième cercle, qui admet cinq variantes et dont la structure de base, celle qui figure dans le cercle, est la suivante :
− [∪ −] − # − [∪ −] −  # − [∪ −] − ## − [∪ −] − # − [∪ −] −  # − [∪ −] −.

6 Ibn Manūr, Lisān al-‘arab, vol. 3, p. 1734. Voir aussi Al-Afaš al-Awsa, Kitāb al-qawāfī, p. 68 ; Al-Ǧawharī, Kitāb al-qawāfī, p. 114 ; Al-Tahanāwī, Kaššāf iṣṭilāāt al-funūn, p. 745 ; Ibn Rašīq, Kitāb al-‘umda fī maāsin al-ši‘r wa-ādābi-hi, vol. 1, p. 339 ; Abū Al-asan Al-‘Arūī, Kitāb fī ‘ilm al-‘arū, p. 302 ; et Al-Marzubānī, Kitāb al-muwašša, p. 23. Le premier vers cité est le vers d’introduction de la Mu‘allaqa de ‘Abīd b. al-Abra (The dīwāns of ‘Abīd Ibn al-Abra, of Asad, and ‘Āmir Ibn a-ufayl, of ‘Āmir Ibn a‘a‘ah, poème n°1, vers 1, p. 5) ; et le second, un vers de ‘Abd Allāh b. al-Ziba‘rī (Ši‘r ‘Abd Allāh b. al-Ziba‘rī, poème n°21, vers 1, p. 48). La traduction de ce second vers est problématique et il faut probablement comprendre : qawmun waladat-hum utu Banī Sahm (une tribu qui a été engendrée par la sœur des Banū Sahm), avec élision du pronom suffixe (-hum).  

7 Voir Dīwān ‘Antara, poème n°93, p. 167 ; et Dīwān umayd b. awr al-Hilālī, poème n°10, p. 63.

8 Soit la réalisation suivante : − [− −] − [− −] [− −].

9 Ces hémistiches ont la forme suivante : x^x [ − −] x [ −] X [−] pour le S-4a ; et x^x [ −] x [− −] X [−] pour le S-4b.

10 Soit la séquence suivante : x [ − ] x [− −][− −].

11 Soit la réalisation suivante : [− −] ∪∪ [ − − −].

12 Ces trente vers et demi sont, pour l’essentiel, des vers ou hémistiches isolés dont le mètre n’a pu être identifié. Dans la plupart des cas, il est probable que l’irrégularité métrique de ces fragments trouve son origine dans des altérations subies au cours de la transmission ou au moment de la recension.

13 Le corpus établi ici ne comporte que deux poètes issus de groupe tribaux du nord de la Péninsule : Zuhayr b. Ǧanāb, mort vers 540, des Kalb, et Wa‘la b. ‘Abd Allāh, mort vers 580, des Ǧarm. D’autres poètes sont attestés par quelques vers épars, trop rares pour qu’ils aient mérité de figurer dans ce premier inventaire de la poésie ancienne. Blachère (1964, p. 248) cite notamment Ibn ‘Aǧlān al-Nahdī, des Quā‘a. Al-Furayǧāt (1994, p. 123-130, 130-138 et 165-172) a également recensé des vers attribués à des poètes quā‘ites des iiie et ive siècles (de l’ère chrétienne) qui comptent parmi les plus anciens qui soient attestés.

14 Grünebaum, « Abū Du’ād al-Iyādī, collection of fragments », p. 102 : « L’usage du ramal, dit-il, apparaît comme une caractéristique propre à cette école [celle d’al-īra]. » ; et p. 103 : « La seconde caractéristique métrique de cette école est une certaine prédilection pour le afīf, attesté chez Abū Du’ād (15 poèmes), ‘Adī (7) et al-A‘šä (5). Ce mètre, ajoute-t-il, a cependant été occasionnellement employé par d’autres poètes de cette époque. »

15   A Imru’ al-Qays sont d’ailleurs attribués trois poèmes composés suivant le modèle du ramal-2, et non pas un comme l’affirme Grünebaum. Voir Dīwān Imri’ al-Qays, poèmes n°27, p. 144-146 (8 vers) ; n°47, p. 215-219 (21 vers) ; et n°72, p. 293-295 (21 vers).

16 Grünebaum 1942, p. 152-153.

17 Grünebaum 1942, p. 153 : « Il n’y a certainement aucun obstacle à accepter l’idée d’une influence persane sur la technique poétique arabe dans les régions riveraines de l’Iran et sous sa suzeraineté. » 

18 Voir, par exemple, Ibn al-AnbĀrĪ, Šar al-qaā’id al-sab‘ al-iwāl al-ǧāhiliyyāt, p. 431-505.

19 À ce sujet, voir Paoli (2008b).

20 Je renvoie au répertoire métrique établi par Frolov 1995, p. 93.

21 Citons Frolov (1995, p. 92), qui affirme que « la tradition poétique née à al-īra, bien que négligée par les critiques littéraires et par les auteurs d’anthologies, se perpétua à l’époque omeyyade dans la poésie de ‘Umar ibn Abī Rabī‘a (et de quelques poètes mineurs de Médine), et devint même la caractéristique majeure de la poésie arabe durant les premiers temps abbassides [...]. Ce n’est pas un hasard, ajoute-t-il, si des poètes comme Baššār ibn Burd, Abū Nuwās, Muslim ibn al-Walīd, Abū l-‘Atāhiya et autres, qui continuèrent et développèrent la tradition de l’école d’al-īra, étaient d’origine persane. » 

22 Blachère 1964, p. 363.

23 A ce sujet, voir notamment Blachère 1960 ; rééd. dans Blachère 1975, p. 321-332.

24 Blachère 1975, p. 279 : « D’abord épisodique dans la poésie des nomades d’Arabie centrale et orientale, dit-il, le développement élégiaque dit nasīb semble avoir été intégré à la qaīda sous l’effet d’une mode reçue ou créée par des poètes appartenant à des groupes différents de la steppe euphratienne. »

25 Grünebaum, « Abū Du’ād al-Iyādī, collection of fragments », p. 105.

26 Benveniste 1930, p. 224 : « De ce vers moyen-iranien, dit-il, nous rapprocherons le mutaqārib persan, qui, dès Daqīqī et Ferdowsī, possède une forme achevée et témoigne d’une technique si précise qu’il ne peut avoir été inventé par les premiers poètes persans, ni emprunté à des modèles arabes. » 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Paoli, « Nouvelle contribution à l’histoire de la métrique arabe : la terminologie primitive, l’analyse statistique et le répertoire des mètres de la poésie ancienne », Bulletin d’études orientales, Tome LIX | 2010, 77-100.

Référence électronique

Bruno Paoli, « Nouvelle contribution à l’histoire de la métrique arabe : la terminologie primitive, l’analyse statistique et le répertoire des mètres de la poésie ancienne », Bulletin d’études orientales [En ligne], Tome LIX | octobre 2010, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/beo/195 ; DOI : 10.4000/beo.195

Haut de page

Auteur

Bruno Paoli

Université Bordeaux-3 / ICAR (UMR 5191)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page