Skip to navigation – Site map
Dossier thématique : Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale
Varia

La question du cursus honorum mamelouk au tournant des xivexve siècles

Clément Onimus
p. 365-390

Abstracts

The existence of a cursus honorum of amirs in the mamlouk sultanate has never been discussed. Some historians have denied it. On the contrary, others have mentioned it without describing its running. In the chancery books can be found a description of the order of precedence of the offices. In the historiographical sources, although it appears that holding an office is never necessary to get another one, it is clear that the organization of careers follows roughly a promotion according to that hierarchy. But because of the multiplicity of offices, a multiplicity of careers is possible. This configuration of the amiral milieu – where a lot of individuals hold quasi‑equal offices and covet the same promotions – is one of the factors of competition among the mamluk amirs. Their personal choices during these fitnas are keys for a non-canonical evolution of their careers.

Top of page

Excerpt

Outline

Les offices de sabre
Les gouverneurs
Les offices militaires de l’audience
Les carrières
Les carrières de gouverneur
Les carrières des officiers de l’audience
Entre progression et aboutissement d’une carrière
Le cas des refus de poste et des démissions
Conclusion

First lines

Les émirs étaient les officiers militaires du sultanat mamelouk. Ils commandaient des bataillons de Mamelouks qu’ils achetaient et affranchissaient et dont ils devaient assurer la rémunération et l’entretien. Le grade de ces officiers était défini par le nombre de Mamelouks dont ils avaient la charge : les principaux grades étant « émir de dix », « émir de quarante » ou « émir de cent » – les termes « Mamelouk » (mamlūk), « cavalier » (fāris) ou « lance » (ram) étaient parfois mentionnés après le nombre indiqué, mais en général sous‑entendu. Le régime mamelouk peut être défini comme une oligarchie militaire dans le sens où ces officiers dirigeaient collectivement le royaume qui avait à sa tête un sultan – parfois choisi parmi eux et parfois membre d’une dynastie – et se partageaient un certain nombre d’offices appelés « offices de sabre » (waẓā’if al‑sayf) pour les distinguer des « offices de turban » et des « offices de calame » destinés à être occupés respectivement par des homme...

Top of page

References

Bibliographical reference

Clément Onimus, « La question du cursus honorum mamelouk au tournant des xivexve siècles », Bulletin d’études orientales, LXIV | 2016, 365-390.

Electronic reference

Clément Onimus, « La question du cursus honorum mamelouk au tournant des xivexve siècles », Bulletin d’études orientales [Online], LXIV | 2016, Online since 01 April 2018, connection on 15 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/beo/4741 ; DOI : 10.4000/beo.4741

Top of page

About the author

Clément Onimus

Chercheur associé à l’UMR 8167

Top of page

Copyright

© Institut français du Proche-Orient

Top of page