Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Mélanges de linguistique et de métrique en mémoire de Djamel Eddine Kouloughli
Articles du dossier thématique

Sur les notions de transitivité (taʿaddī) et d’intransitivité (luzūm).

Considérations théoriques à propos d’une question controversée entre les grammairiens de Baṣra et de Kūfa
Djamel Eddine Kouloughli
p. 13-26

Résumés

Cet article met en évidence l’existence de deux conceptions distinctes de la transitivité chez les grammairiens arabes. L’une, traditionnellement associée à l’école de Baṣra et reprise par la doctrine canonique définit simplement comme transitif (mutaʿaddī) tout verbe qui admet un objet direct. L’autre, attribuée à l’école de Kūfa, ne considère comme transitifs que les verbes signifiant un procès dont le sujet est la source, et dont l’objet correspond à une entité extérieure, qui peut être affectée par ce procès (e.g. araba, « frapper »), soit produit par lui (e.g. banā, « construire »). En revanche, sont considérés comme intransitifs (lāzim) les verbes dénotant un processus qui reste interne au sujet, qu’ils admettent ou non un complément d’objet direct : c’est ce qui conduit les grammairiens de Kūfa à classer comme intransitifs les verbes en faʿila, où le complément d’objet dénote non pas la cible mais la source d’un procès qui affecte le sujet (e.g. ašiya, « craindre »). Il est intéressant de noter qu’une observation semblable a été faite, pour l’anglais et de manière totalement indépendante, par Henry Sweet au début du xxe siècle.

Haut de page

Notes de la rédaction

Avec la collaboration de : J.‑P. Guillaume [contributeur]

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Avertissement

Aperçu du début du texte

Avertissement

La version originale de cet article, parue en 1992 dans de la revue Al‑Tawāṣul al‑Lisānī (n° IV‑2, p. 41‑52) sous le titre Fī mafhūmay al‑taʿaddī wa‑l‑luzūm : taʾammulāt naẓariyya ḥawla masʾala ḫilāfiyya bayna l‑naḥwiyyīn al‑baṣriyyīn wa‑l‑kūfiyyīn. Cette revue, qui n’a eu qu’une diffusion assez confidentielle, ayant cessé de paraître autour de 1995, ce travail était devenu à peu près introuvable. Il nous a paru souhaitable de le mettre à nouveau à la disposition des chercheurs.

Ce texte, en effet, est à bien des égards exemplaire d’une certaine manière de concevoir l’histoire des idées linguistiques : sans jamais tomber dans le piège du précursorisme ni céder à la tentation de “revisiter” les textes à la lumière de la “linguistique moderne”, il montre comment la même découverte, celle d’une classe spécifique de verbes « réactifs » (taʾaṯṯuriyya dans l’original), a pu être faite, de manière totalement indépendante et à partir de prémisses différentes, par les premiers gr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Djamel Eddine Kouloughli, « Sur les notions de transitivité (taʿaddī) et d’intransitivité (luzūm). », Bulletin d’études orientales, LXV | 2017, 13-26.

Référence électronique

Djamel Eddine Kouloughli, « Sur les notions de transitivité (taʿaddī) et d’intransitivité (luzūm). », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXV | 2017, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/beo/4755 ; DOI : 10.4000/beo.4755

Haut de page

Auteur

Djamel Eddine Kouloughli

LLING – UMR 6310, Laboratoire de Linguistique de Nantes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page