Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Mélanges de linguistique et de métrique en mémoire de Djamel Eddine Kouloughli
Articles du dossier thématique

Les représentations lexicales existent‑elles ?

Jean‑Pierre Angoujard
p. 27-36

Résumés

La phonologie générative faisait crucialement usage de représentations sous-jacentes et de représentations de surface. Les analyses morphophonologiques basées sur le rythme (la syllabe) se référaient à des représentations lexicales (identifiables, peut‑être, au « radical » de la théorie des matrices et des étymons). Dans le cadre de la phonologie déclarative, toute forme sonore est décrite comme une conjonction de contraintes. Dans ce cadre, la représentation lexicale ne serait donc au mieux qu’un sous-ensemble de ces contraintes, ni plus ni moins pertinente que tout autre sous-ensemble.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

La première thèse soutenue en France sur la phonologie de l’arabe dans un cadre générativiste fut l’œuvre de Djamel Eddine Kouloughli (1978). Elle fut accompagnée par les articles de Georges Bohas sur l’arabe de Damas (Bohas 1978) et suivie de près par une autre thèse portant également sur un parler maghrébin (Angoujard 1979). Ces trois chercheurs participèrent activement à la création et à l’animation de la revue Analyses, Théorie qui joua, de 1978 à 1982, soit pendant le temps bref de son existence, un rôle essentiel dans le développement des études en linguistique arabe.

La phonologie générative (Chomsky et Halle 1968 et, pour l’arabe, Brame 1970) mettait en avant, plutôt que la notion diversement interprétée de « représentation lexicale  », une représentation (formellement définie) dite « phonologique » ou « sous-jacente ». On sait que, pour la phonologie générative, il était essentiel de lutter contre les « alternances » morpho-phonologiques (contra les phonologues de l’École de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean‑Pierre Angoujard, « Les représentations lexicales existent‑elles ? », Bulletin d’études orientales, LXV | 2017, 27-36.

Référence électronique

Jean‑Pierre Angoujard, « Les représentations lexicales existent‑elles ? », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXV | 2017, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/beo/4774 ; DOI : 10.4000/beo.4774

Haut de page

Auteur

Jean‑Pierre Angoujard

LLING – UMR 6310, Laboratoire de Linguistique de Nantes

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page