Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Mélanges de linguistique et de métrique en mémoire de Djamel Eddine Kouloughli
Varia

Langue nomade en cours impériale

L’arabe d’Ibn al‑Muqaffaʿ entre deux ères
Iyas Hassan
p. 221-246

Résumés

ʿAbd Allāh b. al‑Muqaffaʿ (m. vers 756) est aux yeux de la tradition académique arabe et occidentale l’un des “pères” ayant contribué à la genèse de la prose littéraire arabe. Il est incontestable que son œuvre, parmi celles d’autres secrétaires de chancellerie, contribua à jeter les bases de tout un champ culturel qui connaîtra son âge d’or peu de temps après, à savoir l’adab. Elle se situe ainsi en amont d’une nouvelle ère culturelle. Cela étant, force est de constater que cette œuvre vient conclure une autre ère littéraire, et plus généralement culturelle, marqué par l’oralité et qualifiée par les uns d’époque archaïque, par les autres d’antiquité arabe. Le présent travail propose de situer l’écriture de ce prosateur précisément dans ce moment charnière. Contrairement à l’opinion dominante, il s’intéresse moins à Ibn al‑Muqaffaʿ comme fondateur d’une tradition prosaïque, qu’à Ibn al‑Muqaffaʿ comme passeur. Une nouvelle lecture de son fablier Kalīla wa Dimna, adaptation arabe du Pañcatantra indien par l’intermédiaire de sa version pehlevi, permet ici d’observer une œuvre culturellement composite. La définition de deux figures théoriques dans l’œuvre, le kātib, ou l’homme qui écrit, et le rawī, ou l’homme qui récite, vise à décrire la cohabitation dans la structure de Kalīla wa Dimna entre plusieurs schémas de pensée qui tantôt sont en consonance avec à un « esprit administratif » qui redéfinit l’arabe comme langue d’écriture et de transmission écrite, tantôt laissent la narration s’exprimer comme héritière d’une forte tradition orale, laquelle est observable, à la même période, dans les écrits dits traditionnels, c’est‑à‑dire inscrits dans la sphère religieuse, telles l’exégèse coranique, les traditions prophétiques, l’hagiographie, etc.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Hal ġādara l‑šuʿarā’u min mutaraddami ? 
Une rupture à deux vitesses
Kalīla wa Dimna : les manies du kātib et les caprices du rāwī
La boîte d’outils du kātib
Du tanīf : le “rangement” à l’honneur
Du nam : alignement et symétrie
Le rāwī ou les échos d’une culture
Des péricopes
Pacte oral et narration relais
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Hal ġādara l‑šuʿarā’u min mutaraddami ? 

Combien d’auteurs de l’âge classique arabe ont fait couler autant d’encre que ʿAbd Allāh b. al‑Muqaffaʿ (m. vers 756) ? Le jeune converti persan qui marqua l’histoire de la langue arabe continue à fasciner, certainement en raison de ses multiples facettes identitaires et de l’universalité d’une partie de son œuvre, mais aussi en raison de sa mort mystérieuse et violente, à 36 ans raconte‑t‑on. Cette mort prématurée n’aura de cesse de nourrir la légende de ce kātib dès lors qu’elle pose la brièveté de sa vie en regard de la longévité extraordinaire de ses écrits.

Voici une raison suffisante pour que notre présente contribution portant sur Kalīla wa Dimna, célèbre recueil de fables animalières indiennes, adaptées du pehlevi par cet auteur vers le milieu du viiisiècle, n’ait pas l’ambition d’améliorer notre connaissance d’une biographie irrémédiablement lacunaire et par de nombreux aspects légendaire. Nous ne prétendons pas non plus ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Iyas Hassan, « Langue nomade en cours impériale », Bulletin d’études orientales, LXV | 2017, 221-246.

Référence électronique

Iyas Hassan, « Langue nomade en cours impériale », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXV | 2017, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/beo/4998 ; DOI : 10.4000/beo.4998

Haut de page

Auteur

Iyas Hassan

Institut français du Proche‑Orient (Ifpo Beyrouth)

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page