Navigation – Plan du site
Ouvrages de linguistique

Larcher Pierre, Le système verbal de l’arabe classique, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence (2012)

Manuel Sartori
Référence(s) :

Larcher Pierre, 2012 [20031], Le système verbal de l’arabe classique, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence (coll. Manuels), 2e édition revue et augmentée, bibliographie, index nominum, index rerum, 16 × 24 cm, 186 p., ISBN 978-2-85399-841-3

Texte intégral

1Comme le rappelle l’auteur de l’ouvrage, il ne s’agit pas d’une grammaire, mais d’un cours et de la synthèse de nombreux articles publiés par l’auteur, en vue de répondre aux questions qu’il se posait étudiant et que les étudiants ne cessent de se poser aujourd’hui en abordant le système verbal de l’arabe. Cet ouvrage, dont la seconde édition est ici présentée, se compose de quatre parties principales : « Généralités » (p. 9-34), « Le verbe trilitère » (p. 35-122), « Le verbe quadrilitère » (p. 123-129), « Temps, aspect, mode et modalité » (p. 131-162), chacune subdivisée en chapitres, certains de ces derniers donnant eux-mêmes lieu à subdivision en sections. Il s’agit par ailleurs effectivement d’une « 2e édition revue et augmentée », certaines coquilles ou imprécisions de la 1re édition ayant été corrigées d’une part, et certaines parties, d’autre part, ayant été largement refondues et augmentées, ce qui est notamment le cas du chapitre I (« Les paradigmes »), du chapitre X, initialement intitulé « Les formes augmentées rares (XI à XV) » et désormais devenu « La forme IX et les formes augmentées rares (XI à XV) », ainsi que du chapitre XVI (« Le système verbal et la négation »).

2La présentation en forme de prolégomènes que représente la partie « Généralités », formée qu’elle est d’un seul chapitre intitulé « Les paradigmes » (p. 11-34), a été considérablement augmentée par rapport à la première édition, notamment en tableaux de conjugaison, ce qui justifie désormais mieux son nom. Dans ce premier chapitre, l’auteur expose, brièvement mais clairement, les principes généraux de la conjugaison verbale arabe, présentant tour à tour les deux formes dites à suffixes (accompli, perfect/Perfekt) et à préfixes (inaccompli, imperfect/Imperfekt) et, avec celle-ci, ses trois variantes (ou modes) entre indicatif (marfūʿ), subjonctif (manṣūb) et apocopé (maǧzūm). Attirant l’attention sur le fait que si la terminologie arabe est homogène, inscrite dans la théorie de la rection (ʿamal), la terminologie arabisante ne l’est pas, mêlant appellations d’ordre modal et morphologique, l’auteur propose alors soit de rebaptiser la dernière catégorie sous le nom de jussif-conditionnel ou bien, plus prudemment, de distinguer entre forme libre (l’indicatif) et formes liées (le subjonctif et l’apocopé) comme dépendantes, à l’inverse de la première, de contraintes syntaxiques (p. 12). Les caractéristiques de conjugaison des trois variantes sont rappelées et illustrées par un tableau (p. 13). L’auteur présente ensuite l’impératif, qu’il relie fort justement à l’apocopé, et plus précisément à l’injonctif (p. 14). Il traite ensuite de l’« énergique » dont il précise qu’il ne s’agit pas d’un mode, ni même d’une forme à part entière, mais d’un suffixe -an(na) s’ajoutant au radical de l’inaccompli, avant d’aborder les différents paradigmes qui justifient le titre de ce premier chapitre. Il débute par le paradigme verbal entre actif et passif et rappelle la règle de construction du passif vocalique résumée en une note synthétique originale par rapport à la 1re édition (n. 4, p. 15). L’auteur poursuit par le paradigme « dérivationnel » (p. 17) mis ainsi entre guillemets pour attirer l’attention sur l’inadéquation de cette terminologie à laquelle l’auteur préfère à raison celle de « verbes augmentés ». C’est ici qu’il indique l’existence des six possibilités vocaliques existant en arabe, à savoir faʿula-yafʿul-, faʿila-yafʿa/il- et faʿala-yafʿa/i/ul-. C’est aussi à ce moment qu’il présente une première fois le verbe non-augmenté qui, en fonction qu’il a trois ou quatre radicales « est appelé respectivement ṯulāṯī et rubāʿī par les grammairiens arabes, “trilitère” et “quadrilitère” par les grammairiens arabisants » (p. 17). L’auteur évoque ensuite le nombre de formes augmentées du verbe triconsonantique (de II à XV) et du verbe quadriconsonantique (de II à IV). Le paradigme morphologique constitue le dernier paradigme présenté par l’auteur où il est question de la terminologie arabe en matière de verbes « sain» (ṣaḥīḥ), « malsain» (muʿtall), le premier se distinguant entre « parfaitement sain» (sālim), « hamzé » (mahmūz), et « redoublé » (muḍāʿaf) ou « sourd » (aṣamm), le second, en fonction de la place initiale, médiane ou finale du glide en « assimilé » (miṯāl), « creux » (ağwaf, dit aussi « concave ») et « défectueux » (nāqiṣ). Laissant « de côté le verbe hamzé (dont les particularités se réduisent à presque rien » (p. 18), l’auteur dit en substance qu’il en va de même du verbe assimilé, ce avec quoi nous ne sommes que partiellement en accord. L’auteur développe ensuite une approche innovante de la conjugaison des verbes « redoublés », « creux » et « défectueux » fondée sur le radical verbal de conjugaison en indiquant fort justement que « les verbes “redoublés”, “creux” et “défectueux” ont en commun d’avoir non pas deux radicaux, un à l’accompli et un à l’inaccompli, mais quatre, deux à l’accompli et deux à l’inaccompli » (p. 18). Cette approche est en rupture avec celle de certains de nos collègues habitués à réfléchir en termes de « forme théorique » (aṣl). Enfin, dans sa conclusion du premier chapitre, l’auteur présente une vue salutaire sur ce qu’il faut entendre par racine et sur le fait qu’il n’y a pas de sens à dériver d’elle, mais à dériver (ou plus exactement à augmenter) à partir de bases qui sont, elles, soit verbales (déverbatifs) soit nominales (dénominatifs).

3Malgré quelques petites réserves sur certains points de détail, force est de reconnaître, outre la qualité d’exposition de cette première partie, que l’intérêt majeur de l’ouvrage ne se situe pas là, mais dans la partie « Le verbe trilitère » traitant des formes augmentées et des rapports morphologiques, syntaxiques, syntagmatiques et sémantiques reliant les différentes formes entre elles, tissant ainsi les relations et corrélations existant entre les formes du système, partie qui occupe le cœur de l’ouvrage, tant physique (p. 35-122) que conceptuel.

4Cette deuxième partie, « Le verbe trilitère », se subdivise en neuf chapitres numérotés de II à X. Elle s’ouvre par un chapitre intitulé « La forme de base (ou forme I) » (p. 37-42) où l’auteur revient sur les notions d’action, d’état, de moyen et de passif dans le verbe, avec la précision qu’il faut entendre « moyen » pour faʿila comme moyen au sens logique entre verbe d’action (transitif ou non) en faʿala d’une part et verbe d’état intransitif en faʿula d’autre part, l’auteur proposant par ailleurs de voir dans le faʿila transitif indirect le « moyen » syntaxique entre faʿila transitif direct d’action et faʿila intransitif d’état (p. 39). Dans le cadre du verbe triconsonantique de base, le passif vocalique en fuʿila est alors à autonomiser, et l’auteur propose, au croisement de la grammaire arabe traditionnelle et de la grammaire transformationnelle moderne, de faire du passif arabe fuʿila « le résultat d’une transformation d’effacement du S[yntagme] N[ominal] sujet et, éventuellement, de remplacement de celui-ci par un SN objet […] » (p. 41). L’auteur conclut ce second chapitre par un schéma résumant de manière extrêmement claire et synthétique les relations entretenues entre les trois formes de base (faʿala-faʿila-faʿula) et la forme passive fuʿila, mettant celles-ci en relation avec leurs participes ou adjectifs attitrés : fāʿil pour faʿala, fāʿil et faʿīl pour faʿila, faʿīl pour faʿula, mafʿūl pour fuʿila (p. 42).

5C’est dans le troisième chapitre, intitulé « Le verbe trilitère : les formes augmentées usuelles » (p. 43-45), que l’auteur introduit brièvement ces neuf formes usuelles et les présente dans un tableau. Il rappelle l’origine purement graphique de ce qui ne constitue qu’une liste et propose d’établir le système relationnel unissant ces différentes formes, de base et augmentées. Il est donc amené à distinguer parmi les formes celles qui sont augmentées une fois de celles qui le sont deux fois et d’en extraire les invariants d’augmentation. C’est ainsi que V et VI se présentent comme les formes augmentées en t- respectivement de II et de III, elles-mêmes augmentées par rapport à I. IV et VII sont augmentées à partir de I, IV en ʾ et VII en n-. IX, verbe d’état (lié à la couleur ou à la difformité) n’étant reliable en synchronie qu’à un nom particulier (afʿal) et en diachronie qu’à un verbe d’état, « particularité qu’elle partage avec les formes dites “rares” (XI-XV) » (p. 44), ceci explique qu’elle soit à traiter à part avec ces dernières. Quant à X, l’auteur rappelle que si les grammairiens arabes y voyaient, en synchronie, une forme augmentée en -st de I, les grammairiens arabisants y voient, eux, en diachronie, une forme augmentée en t- reliable à un verbe factitif/causatif en *safʿala (historiquement attesté avec variantes afʿala ou hafʿala). L’auteur remarque qu’une seule forme augmentée, VII, n’a pas de correspondante en t- et en dégage la conclusion prospective que cette forme entrera en concurrence avec VIII qui, comme elle, est augmentée une fois par rapport à I. Fort de ce constat, l’auteur peut alors mettre en relation raisonnée les différentes formes : de I sont tirées des formes augmentées une fois (II, III, IV et VII) ; de I, II, III et IV sont tirées des formes augmentées en t- (respectivement VIII, V, VI et X, ce qui représente donc, pour ces trois dernières, une double augmentation par rapport à la forme de base), ce que représente de manière synthétique le schéma 11 (p. 45). Cette approche relationnelle et systémique est particulièrement heuristique et salutaire pour comprendre et faire comprendre les formes augmentées arabes.

6À partir de la section consacrée à la forme orientaliste II (p. 47), les formes augmentées sont toutes présentées selon le même mode opératoire : « morphologie » en 1, où l’essentiel de ce qui concerne la construction de la forme est présenté, précédé d’un tableau, puis « syntaxe et sémantique » en 2. L’auteur y rappelle les valeurs sémantiques listées par les grammairiens arabes, plus ou moins reprises par leurs successeurs arabisants, avant d’éclairer ces dernières par la mise en relation des formes entre elles et en exposant les corrélations qui les lient les unes aux autres. Il y montre notamment toute sa science linguistique appliquée à la grammaire de l’arabe classique, le tout toujours de manière relationnelle, en se reposant sur une analyse multivariée de la langue. Entrent ainsi en compte des considérations syntagmatiques (transitivité, réflexivité directe ou indirecte, singularité et pluralité du sujet et de l’objet), paradigmatiques (l’existence ou non d’un verbe de base (V0), que ce dernier soit de forme I ou augmentée) et sémantiques (réflexivité sémantique moyenne vs. passive, sujet agentif vs. non agentif, sens de V0, identité du verbe de base distribué entre action, moyen, état ou passif). On appréciera tout particulièrement sous ce rapport les développements consacrés à la forme IV pour laquelle l’auteur montre en quoi « toutes [les] valeurs sont en fait dérivables de la valeur factitive » (p. 64), reprenant là une série d’articles qu’il avait publiés entre 1996 et 1998.

7Tout cela n’a in fine qu’un seul but : fournir une meilleure appréhension du système et des sens à donner aux formes augmentées ainsi obtenues par un effort soutenu et louable qui vise à donner des formes augmentées des paraphrases-types faisant justice aux différents sens qui s’y entrecroisent, rompant ainsi avec une vision par trop essentialiste consistant à attribuer aux formes augmentées certains sens exclusifs les uns des autres. De même en va-t-il de l’incontestable approche heuristique dont fait usage l’auteur dans ses réflexions linguistiques. Ainsi en est-il de son approche de la réflexibilité arabisante et de la résultativité (muṭāwaʿa) arabe qui représente l’une des réflexions les plus intéressantes et nécessaires sur les rapports entretenus entre deux notions où l’auteur, toujours dans une perspective heuristique qui est celle de mettre de l’ordre dans le réel, rassemble ce qui doit l’être et distingue ce qui nécessite de l’être en montrant comment, tout en se recoupant, réflexivité arabisante d’une part et résultativité d’autre part méritent d’être distinguées (p. 75-77). Cette section permet d’introduire opportunément aux formes VIII (p. 79-81), V (p. 83-86), VI (p. 87-89) et X (p. 91-94), toutes augmentées en t- et donc toutes résultatives, les trois premières à partir de la forme de base, la dernière à partir de la forme IV, elle-même augmentée de I. De la même manière, dans le chapitre V, section 6 qu’il intitule « Épilogue : un type de réflexivité inédit » (p. 95-98), l’auteur prend garde de distinguer réflexivité syntaxique (directe ou indirecte) et réflexivité sémantique (moyenne ou passive) qui ne recoupe la première que partiellement. L’originalité de ce chapitre est notamment de montrer que des verbes en t- sont intransitifs comme les verbes sans t- (ou se construisent avec le même SP qu’eux (basama/ibtasama, ğahada/iğtahada fī) et sont donc de purs « moyens » des verbes sans ta-, sans base syntaxique. En conclusion de cette partie consacrée quasi-exclusivement aux formes augmentées usuelles, l’auteur aborde dans le chapitre VII deux « Phénomènes remarquables », nommément la « surdérivation sémantique » (p. 103-105) et la « dérivation pivot » (p. 105-106). Concernant le premier, l’auteur montre comment « une forme qui, sur le plan morphologique, est au premier chef une forme augmentée de la forme de base renvoie, sur le plan sémantique, non à la forme de base (celle-ci pouvant ne pas exister), mais à une forme déjà augmentée» (p. 103). L’auteur cite les exemples de II ġallaqa et VII inġalaqa, respectivement intensif et résultatif de IV aġlaqa, ce dernier jouant le rôle de verbe de base, de même que istaḫbara-hu, dont il dit qu’il s’agit d’un « réfléchi factitif de IV » et non d’un réfléchi factitif de I (p. 103), i.e. non le réfléchi d’un IV qui est en fait X istaḫbara intransitif, ce qui représenterait une augmentation non remarquable. Il s’attache ensuite dans le chapitre VIII aux « verbes dénominatifs » (p. 107-112), reprenant l’ensemble des formes de base et augmentées, avant de se consacrer aux « verbes délocutifs » (p. 113-117), revenant ainsi sur ce qu’il a lui-même produit tant dans les années 1983-1985 qu’en 2003-2005. L’auteur en dégage un sens général : « faire ce que l’on fait quand on dit la formule de base » que l’on peut subdiviser en deux sous-sens : 1. nomination = verbes déclaratifs (ou estimatifs réinterprétés en déclaratifs) : « nommer X tel » (fassaqtu-hu « je l’ai nommé/taxé de prévaricateur ») ; 2. invocation = « prier, demander » avec une double dimension, strictement religieuse ou humaine : « souhaiter à qqn telle chose » (ğaddaʿa-hu « maudire qqn en lui disant ğadʿan la-ka ou ğadaʿa-ka llāhu, qu’Allah te mutile ! » et istawqafa-hu = « prier qqn de s’arrêter »). Le chapitre X, initialement « Les formes augmentées rares (XI à XV) » a, comme le précise l’auteur lui-même et comme nous l’avons signalé, été largement revu, devenant « La forme IX et les formes augmentées rares (XI à XV) » (p. 119-122), pour intégrer à l’analyse le fait que IX ifʿalla, dite de couleur et de difformité, peut être, en diachronie, perçue comme une forme non pas uniquement dénominative, mais déverbative, alors à rapprocher des autres formes rares (XI à XV) qui ont en commun d’être reliables à des « verbes d’état et de rester des verbes d’état » (p. 119). Une fois de plus, c’est véritablement cette partie traitant des formes augmentées qui constitue la quintessence du travail de l’auteur, même si ce qui suit cette partie ne mérite pas moins, loin de là, notre attention.

8La troisième partie de cet ouvrage partage avec le chapitre XI qui en dépend le même titre, à savoir « Le verbe quadrilitère » (p. 123-129), partie dans laquelle plusieurs précisions, absentes de la première édition, viennent éclaircir le texte ou le corriger.

9Dans la quatrième et dernière partie intitulée « Temps, aspect, mode et modalité » (p. 131-162), l’auteur commence par traiter de la question du temps et de l’aspect dans le chapitre XII, « Temps et/ou aspect ? » (p. 133-136). À cet égard, l’auteur rappelle que, ni confondues, ni exclusives l’une de l’autre, les deux catégories aspectuelle et temporelle se recoupent, montrant que « chacun des deux aspects est compatible avec n’importe quel temps » (p. 133) en en offrant un tableau (25) des plus éloquents sur le sujet. Il complète cela par deux définitions on ne peut plus claires : « le temps, c’est la relation entre ce dont on parle et le moment où l’on en parle : un procès est présenté comme antérieur, simultané ou postérieur au moment de l’énonciation. L’aspect, c’est la façon dont un procès se déroule dans le temps. Si le procès se déroule dans la période de temps concernée par l’énonciation, l’aspect est inaccompli : “inaccompli” veut donc dire “s’accomplissant” (dans ladite période). S’il est présenté comme la trace, dans cette période, d’un accomplissement antérieur, l’aspect est accompli » (p. 133-134). L’auteur complète en disant que « Le verbe arabe marque le temps quand rien ne vient faire écran entre lui et le présent de l’énonciateur et l’aspect quand il est placé dans le champ d’un autre verbe qui, lui, marque le temps » (p. 135). Ainsi, « le verbe arabe ne marque ni le temps ni l’aspect, mais tantôt l’un et tantôt l’autre, de manière purement relative » (p. 137). En cela, encore une fois, l’auteur nous incite à distinguer ce que le sens commun est prompt à confondre et à mettre en corrélation ce que le sens commun distingue.

10Dans le chapitre XIII, intitulé « Kāna verbe “auxiliaire” » (p. 137-139), l’auteur note que kāna ne peut, contrairement à un verbe auxiliaire dont c’est l’essence, former des formes composées, ce qui montre qu’il ne s’agit dès lors pas d’un verbe auxiliaire (p. 137), mais plutôt d’un verbe opérateur d’une valeur à la fois d’exposant temporel (p. 138), mais aussi d’exposant modal, d’exposant de modalité qui permet par ailleurs de conserver une thématisation/focalisation, réattribuant ainsi à kāna son identité complexe et la complexité de ses rôles.

11L’auteur note ensuite, toujours à partir d’exemples authentiques, dans le chapitre XIV intitulé « Une corrélation oubliée : nécessaire vs possible » (p. 141-145), que yakūnu introduit une modalité de possibilité et que, par retour, kāna introduit, lui, une modalité de nécessité (p. 142). Il étend cette remarque à l’ensemble du māḍī (faʿala) et du muḍāriʿ (yafʿalu) qui, dans un même temps et en l’absence de marquage aspectuel de leur part, marquent alors la modalité de nécessité vs. possibilité. L’auteur fait par ailleurs le lien avec la valeur de nécessité véhiculée par les performatifs (p. 143) dont il a introduit la notion en arabe dans sa thèse en 1980 et, ensuite, dans un grand nombre d’articles. Le chapitre XV traite ensuite de « Faʿala, forme non marquée du système » (p. 147-151). Quant au quatorzième et dernier chapitre, intitulé « Le système verbal et la négation » (p. 153-162), il a été augmenté d’un alinéa (2. Mā faʿala, contrepartie négative de la-qad faʿala ? ») et le deuxième alinéa, devenu troisième (3. « lam yafʿal entre assertion et supposition »), a été réécrit pour tenir compte du fait que le système potentiel classique (in faʿala/faʿala, négation lam yafʿal) apparaît à l’auteur, après enquête, comme l’entrecroisement des deux systèmes potentiels (in faʿala, yafʿal, négation lā yafʿal) et éventuel (iḏā faʿala, faʿala, négation lam yafʿal) de l’arabe préclassique, ce qui est l’occasion pour l’auteur de préciser plus avant le statut du jussif-conditionnel yafʿal dans l’ensemble du système et de lui réattribuer une place en synchronie.

12Quelques coquilles ont certes été trouvées, si rares néanmoins qu’elles peuvent, sans risque de ternir la qualité de l’ouvrage, apparaître ici. On note ainsi « le terre» au lieu de « la terre » (p. 68) ; « farraḥtu-hu fa-fariḥa [je l’ai rendu triste et il s’est trouvé triste] » (p. 76 et 1re éd.qui ju70)>12Quelquares néanmoins qu’elles peuvent, rbal deḥassertKazimirkomplètit p5anmoin96qu’elles peuvenKazimirskomplḥassert augmelentécorraquelle plus>12Quelquares néanmoin131qu’elles peuven augmelen à écorraqueemier chasuitegrra un caraieière de rad, précédu) ayyam, “triliompatmarlasaquelle plu6quté m>) ayyam fies sentnme et de luia banellevrageDame moriliapitre qurts ne ctionditioà laqueur montre commesjustifie désclaircir le », se ssuitegrraedoubu augmeux à cord. pré137)nditi12Quelques coquilles ont ceréservePo un schére ssuitclusivera/ent ces attribuer une place partilmzéttentifaciformes alle se rinati introdplissemde basm>rela qui suit cette part133) éflexté def (potre a, o lieuio dra/néanmotegrru augme autresapitre XIcord. pré137) rad,ièrear é ar d’un actitif de IV3). L reconn qui ne recoupe conséverbative,e partie c)eux systriliapitre (p.ent ces neuf fodsique () et sonm>) et sonnt ğrubāʿwal)em>, qu’Allah  m-hi particulièrittal)em>, qu’Allah  m-hi partit dès lors pas d fait X ique entreairsqye temps, vpré137) d’té defitrilitère »marqpitre V, section 6 qaient, eustifie drepa96nre les 137) thentiqutisemeyakūrage,re/filrsq non letegr d,en 2003-20>êmemesdrepa9,uristique dd’ét) et réflexde cte ou indireub>0corrélatd’exposant m (l’existqui doit le que place ver unort le38),  le terre»x systatiourear é ario deuarabises au. Aaʿaitre XI formse transformatio de l les grammairiens arad relationconjugla langue. Entrent ainsi en comptc notions onantiqusm> etn d’étreces neuf foassiq thentique cette teigmes qui justifeconnaîtren se reposant sur une analyse mu l’on en emps, cvoyai faitentirrque ni lt, euverbes «  ,uativité fāʿi leurades vection permet: «e ternir lades vrie de lafāʿhr.stir de laf,ustifient le titrt PDFour laosant tesence f>0erbalr.stir deon fdireum>corruxésentent ctesence aison vevt sur une aupe c (dannoe du verbaux formiablesguiit cette part1e, dans omènes que retue la quintessence du mants,enacrés àhiculéee pas exister), Une cora de lnominatifs).acrer le mên, plUne cora de lnom

ent éclnie. ici. Ons "accessr leurs anci ). Lesexpoa.

brefmmaire de let en puxpdnme pres fonie. istème d mpdes le particulier (ae, danomédiane oe mpré avant le e vienfue Notormee premns de ent ces neuf fn de cettlog de manière inpod’hore appaccompl le mlog de maverbdarde fuʿexposant (XI-XV)des rccessr leurgmentécorrigeenririquede la résut enmaire de lomme lœ La me repahe depli,ormee prela/ent ces XI qui eee puer . Leçes fouer .que leaison dElle s’76 eter terrrigetisemeuer en clur anamtre sence, piâcee recte ou iormeremièreournirsseablesguiitel econn omme l’e qaiUne colétéun erarabee, l’agecoon donDl’auteur,ustifie décorrigerbe artilrlatableaux de conjugaison, ce qucmontre comm» trait deux noe de ce pr,.que le X tel la forlphleuomm1> crers dee «é arasiqrbe arttr plus ce d, 186,em>reameremieigmes qui augmentdans unearticlescrer urs paraduit,vie, index ifʿale se situeréseaspecta qui sux systàiqrbe aues (l>ifjou’aspecr type="hm>aġr estimalepar deux défx « tion de la terminoplisseme XI qui uteur nous tre XI qui eesre, dant des fo de e vee cagorme aug(p. 138), e ddspars fo avancellesem>ğéor(X entre verbeuse ospectéchattirenglo-sax uneie tr ts le seesem>ğition,omme lela teoute sa néts ativité f,/enautre rad, précalu, Aix-en-Provence, Presses Univer iv> le="Compt-onte tentie tri->Sig>Hem>f du p class="text
href="#auTexte intégral Po un e l"pdf">Sartori
Larcher Pierre, Le système verbal de l’arabe classique, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence (2012)
de pluumentmes augmeage
<, div> le="Compt-onte tentie tri->Sig>Hem>f du p class="text
<Texte intégral iv id="td="widgets" class="withTextSh3pe du livre""Sartori
e">
  • href="752">age"> ler " > href="7e du livre4"yle="font-variant:small-du lint:small-cLde plvoluue retue s l’ensemblèreouence, ni ypter . Lesexpoa. 749" ref="752"> span> [ rbal deef="752"> rtext age"> igraParuplUnebe cBuana1> de pluumentmes augmeage ToaniL »Sig>Hem>f du p class="text
    lyTexte intégral Drole Xd'av id="td="widgets" class="withTextSp>© Il de l77loquçexpdu1> me -Oes au v> le="Compt-onte tentie tri->Sig>Hem>f du p class="text
    navEt larecobottomure drev=" LesnDownload" hgoCLesnDownu livre"7gnaler cen>
  • < oa syntlass="text
    navdérrecss">
    etsI 186dgetsge">ss">
    ul iv> ss">
  • e du livr33 iv id=slass="li> href=ss">
  • e du livr38"Saots-ctueulass="li> href=ss">
  • e du livr40"sI 186iooqu’une lass="li> hre ul "p #navdérrecc-->iess"> navIssuecss"> etsD subdivouvre psdgetsge">ss"> ul issuec ge">f=ss">
  • e du livr3238"Sles ont cLXIV ler ">Hntes entreterrhem>r « smentmdla vam>rraḥ de Isécl>ifʿal posentife con =doc- Ade I 5
  • e du livr17e""Sles ont cLXI» ler ">Lejet), pasmus pdicormer de lui rIséclsea fuc- Ade I 4
  • e du livr1250"Sles ont cLXI ler ">Ade I 3
    ss">
    etsNuvre psam>rra ss"> ul issuec ge">f=ss">
  • e du livr787"Sles ont cToaniLX ler ">Dame ife con =docre Xttomafue Hntes entu Aiifuʿsocirttr es fe durrma » (lan id="widgss="li> href=ss">
  • e du livr239"Sles ont cToaniLX ler ">Ade I 1
  • e du livr174"Sles ont cToaniLIX ler ">Le V,ta et fence, aum> vepan>Qelquaresem> c usag[semeal-Ḫalem>ma
  • e du livr57"Sles ont cToaniL » ler ">Ade I 08- 09la
  • e du livr143"Sles ont cSuppPDFour iL  ler ">Lejeouorm >ifʿal gs existde latsplUne cobe cBilādeal-Shāmrs le lSt henrmer IFPO-ACORsita sn 15-16 cai 05
  • e du livr118"Sles ont cToaniL  ler ">Ade I 06- 07
    ss">
    et alt= llIssuec e du livr55 cTouocootaouvre psdga>dgetsge #navIssuecc-->iess"> navCollintégsSss"> etsn> dgetsge">ss"> ul iv> ss">
  • e du livre"7g>n> ss"> etsV Piert Pintlassntr dgetsge">ss"> ul iv> ss">
  • e du livr1083"SLu ddseem<(Dame mo 08- 11ss"> etsPmènes que rdgetsge">ss"> ul iv> ss">
  • e du livr163"Sl href=ss">
  • e du livr162"Slma
  • e du livr109-cn>
  • e du livr165 cAlusisrélatit ou ue rdgss="li> href=ss">
  • e du livr164"Sl href=ss">
  • e du livr791"Sl
    ss">
    etsInagme] N[o dgetsge">ss"> ul iv> ss">
  • e du livr111"Sl
  • e du livr112"SCre conulass="li> href=ss">
  • e du livrhttp://j ls.opaeconjug.org/beo? p c=inagme] N[o Poliens arad caue rdgss="li> hre ul "p #navCollintégsS umansryc-->iess"> navSyss"> etsdgetsge">ss"> ul iv> ss">
  • e du livrhttp://j ls.opaeconjug.org/beotbackiv>gnaler ceAccu. ici.c eimgealtceAccu. ici.c src im /feed- voc-16x16.png" widthvr16" heightvr16" /> Accu. ici.cdgss="li> hre ul "p iess"> navNewsl<emrc ge">ss"> etsLens c Xd'inagme] N[odgetsge">ss"> ul iv> ss">
  • e du livrhttp://newslr.opaeconjug.org"iv ss="li> hre ul "p iess"> navLogocss"> etnload" hhidd TeAff’utégs/ trenrmer dgetsge">ss"> ul iv> ss">
  • e du livrhttp://www.diploe] Ne.gouo.fr/gnaler ceMines, aḥīs Affpan><,tat:sse, laues urois corrc eimgealtceLogo Mines, aḥīs Affpan><,tat:sse, laues urois corrc src docaorrxe/im /270/ «o_MAE- 12-, lass="li> href=ss">
  • e du livrhttp://www.cnrs.fr/gnaler ceCgecorr estimalaspecr type="hm la defis a eimgealtceLogo Cgecorr estimalaspecr type="hm la defis a src docaorrxe/im /271/ «o-cnrs.png" widthvr60" heightvr60" />lass="li> href=ss">
  • e du livrhttp://j ls.opaeconjug.org/gnaler cePoayanln leteve (

    ISSNrt Pintlassntro 77-4079 iess">

    e du livrhttp://j ls.opaeconjug.org/beot? p c=map Pde br unitedgss – e du livr111"Slg>Fle déssy dd’étv ss=" iess">

    e du livrhttp://j ls.opaeconjug.org/g>Noitiohre prmee pOpaEconjug J lsv ss – e du livrhttp://www.lodel.org/g>Édim> ou Ac de tdétaileursss=" ss">< /javame pr src js/jparry.jc e/me press">< /javame pr src js/ verug.hen.jc e/me press">< /javame pr >// " }, // Zoom im str Ivoc: { ptev strAtre 19: { 3). Ls forme: "I). Ls form" } }; //]] e/me press">< /javame pr src js/fancybox/jparry.fancybox-1.3.1.pack.jc e/me press">< /javame pr src js/a>< /javame pr >// ).ready(fuiane o() { jQarry.ajax({ alier: S[ue, url: "749?agme] = e ldby&nt:smfr&ngm umrdurl=1", éclai: fuiane o(, lu edDataCe ldby ) { if( lu edDataCe ldby){ jQarry( ' href="#a' ).af,<}); //]] e/me pre iess">< /javame pr >s"><_paq.push(['setC LomV Pieble',once'Dolle ', d> .dolle ce' p c']); s"><_paq.push(['e tifCrossDolle Linking']); s"><_paq.push(["setD> Tler ", d> .dolle + "/gn+ d> .aler ]); s"><_paq.push(['n ackP View']); s"><_paq.push(['e tifLinkT acking']); s"><(fuiane o() { > , g=d.createEnamtre('me pr'), s=d.getEnamtresByTagv> ('me pr')[0]; s"><})(); s"e/me pres"eie href=ss">< /javame pr src https://>yafic-otamme.opaeconjug.org/opabarre/js/ ano.js?date= 4-12-01 e/me press">< /javame pr src https://>yafic-otamme.opaeconjug.org/js/jparry.jconp-is st.hen.jc e/me press">< /javame pr >e ).ready(fuiane o($) { >if ( $.fn.fancybox == ure)rnird ) { >yafic-otamme.opaeconjug.org/js/fancybox/jparry.fancybox-1.3.1.jc , fuiane o() { > ').fancybox(); s"> ').fancybox(); s"> , e du livr'+data.url+'">'+data.n> +'rsss'); s">even . =q]').f> s(fuiane o() { ><}); jQarry(d> ).ready(fuiane o($) { $(fuiane o() { if (d> .cookie.isdexOf("__cookie]l)rt=1") == -1) { $("l").html("lEeuio dsuivèr vocorr evig et eit tant siclesvoitioclptez l'/em>em>ue retu,cookieeur du liv\rhttp://www.opaeconjug.org/6540\">Eeu » (ppartrsss="all-caps;">n> .cookiee= "__cookie]l)rt=1;apppan>=gn+ appDate.toGMTString()n+ ";dolle =.opaeconjug.org;path=/g; $("#cookie]l)rt").remove(); }); } }); s"><}); cce="me press"><opabarress">ie href=ss"><> href="752">age">">OpaEconjugv ssge"> ss">

  • > ul iv> s">e du livrhttp://books.opaeconjug.org"iv ler ">OpaEconjug Books rbal dLivr (e du livrhttp://books.opaeconjug.org/ a in"dLivr (lass="li> href= s">e du livrhttp://books.opaeconjug.org/ sh>rc Éntéd=slass="li> href= s">e du livrhttp://books.opaeconjug.org"iEeu » (ppartrsss="li>> ="li>> ss">
  • > ul iv> s">e du livrhttp://j ls.opaeconjug.org"iv ler ">OpaEconjug J lsv bal dReve (e du livrhttp://www.opaeconjug.org/ a in-j ls">Leseteve (lass="li> href= s">e du livrhttp://j ls.opaeconjug.org/6438"SEeu » (ppartrsss="li>> ="li>> ss">
  • > ul iv> s">e du livrhttp://c ler ">C la defis a(lass="li> href= s">e du livrhttp://c Ac én (p. 1an est-2lass="li> href= s">e du livrhttp://c > ss">
  • >
      s">e du livrhttp://hypotheses.org"iv ler ">Hypothèsesv bal dCarnenaîtrr type="hlass="li> href= s">e du livrhttp://www.opaeconjug.org/ a in- de books">C a inetue sarnenalass="li> href=
    ="li>> rtext
    ul submaf ge"> ss">
  • > ul iv> s">e du livrhttp://newslr.opaeconjug.org"iv ler ">Lens cv bal dS'abparaphàspecLens c d'OpaEconjugv ss="li> href= s">e du livrhttp://seème.opaeconjug.org/isdex]l)rt.php?a=dnme pregral ler ">Al)rtes & ]bune mprsv bal dAc én (p.©turvichlass="li> href= ="li>> ss">
  • > < du livrhttp://www.opaeconjug.org/14043"SOpaEconjug Freemiumv ssge"> anmgn-right ge"> ss"> <’a aane o="//seème.opaeconjug.org/"rsethod="get ge"> "> ss"> href= s"> s"> ="q" (p.2> " /i s"> "> s">de co" alt=thej lde co" n> ="ul" valupvrhttp://j ls.opaeconjug.org/beo"formckelt=ormckel" /i s">de luia revun ilabelivbr/ivbr/i "> de co" alt=opaeconjugde co" n> ="ul" valupvr" /> de luOpaEconjugv labeli f="752"> "> s">submitwnload" h vocs voc-seèmeg> ler -share ge"> ss">
  • vocs voc-inagg> hre ult f="752"> "> ss">
  • href= ss"> iv f="752"> "> ss"> ivivT>Faʿ: href= ss"> iviv de pluumentmes augmeageidc href= ss"> ivivEeubref: href= ss"> iviv me -Oes aufence, enté t143ihr pc href= geidc href= geilt f="752"> "> ="li> href= ss">
  • href= ss"> iv f="752"> "> ss"> ivivEntéd=: href= ss"> iviv me -Oes au idc href= ss"> ivivSupps à: href= ss"> iviv ivivE ISSNr: href= ss"> iviv ivivISSNrim href= ss"> iviv f="752"> "> ="li> href= ss">
  • href= ss"> iv f="752"> "> ss"> ivivAc ès: href= ss"> iviv f="752"> "> ="li> href= ss">
  • < du livr//www.opaeconjug.org/5639"SVoquede dansceplUne coraa ineOpaEconjugv ss="li> href= 52"> "> ="ult ="li> href= ss">
  • 52"> "> =ulé OI / Réfé="notsv bal deef="752"> "> "> =ult f="752"> "> ss">
  • < dn> fr> wnu livre49?agme] = e ét Ce l"pdieldéfé="notv ss="li> href= 52"> "> s"> <"ult > <"li><
  • href= 52"> "> s"> ss">
  • - ge"> "> =ulé aleêaniè id="tbal deef="752"> "> "> =ult f="752"> "> ss">
  • href= =ulé Atre 1996aleêaniè id= de luia revun ibal deef="752"> "> "> =ult ss"> iviv
  • <e> artori< f="752"> "> ss">
  • e du livre4"cLde plvoluue retue s l’ensemblèreouence, ni ypter . Lesexpoa.< [ é < graParuplUne de pluumentmes augmeage "> "> v ssge"> v li> href= 52"> "> s"> ="ult ="li> href= <"ult > v li> href= 52"> "> s"> <"ult > <"li><