Navigation – Plan du site

De quoi parlent les sociologues réunis en congrès ?

Eléments de complémentarité entre une analyse lexicale ouverte et le cumul de variables fermées
Gérard Boudesseul
p. 68-84

Résumés

Le premier congrès de l'Association Française de Sociologie a fourni l’occasion de donner une image synthétique des sujets de conversation qui animent les sociologues en France, que nous tenterons d’approcher au travers d’un recensement du lexique mobilisé. L’article confronte ce type d’approche à une analyse plus quantifiée, fondée sur le calcul des écarts à la moyenne, pour enfin chercher comment les deux approches peuvent être combinées. L’analyse lexicale, à l’aide du logiciel Alceste, met l’accent sur la fréquence des co-occurrences, c’est-à-dire sur ce qui rapproche les mots. Les occurrences les plus fréquentes se rencontrent dans une classe société-inégalités et une classe théorie-auteurs. Le calcul de pourcentage d’écart à la moyenne  (logiciel Trideux) souligne les écarts, et ce qui met en position comparable des écarts semblables. Dans ce cas, les mots qui s’écartent le moins de la moyenne d’utilisation et seraient les plus partagés par l’ensemble des sociologues, se retrouvent dans les classes méthode et politiques publiques. Si l’on introduit comme variables les auteurs, avec pour attributs, le sexe, l’institution d’origine, le lieu, et qu’on les associe aux mots qu’ils emploient, on combine alors les apports des deux méthodes en conservant les familles de mots ainsi que ceux d’entre eux qui sont les plus significatifs, pour ensuite les croiser avec les attributs cumulés des individus. La variable la plus discriminante est alors le sexe, avec une concentration des femmes dans la famille société-inégalités et une concentration des hommes dans la famille théorie-auteurs. La classe la plus consensuelle, c’est-à-dire, donnant le moins lieu à des effets discriminants, n’est mentionnée dans aucune des deux méthodes précédentes prises séparément : il s’agit de la classe travail-entreprise.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Nous n'avons compté qu'une fois dans la statistique les communications comportant le même titre et (...)
  • 2  Les logiciels utilisés sont Alceste pour l’analyse lexicale et Trideux pour le calcul des écarts à (...)

1Le premier congrès de l'Association Française de Sociologie a rassemblé 1.015 intervenants ayant proposé une communication dans un réseau thématique, outre la participation de conférenciers invités. 127 d'entre eux, soit un peu plus d'un sur dix ont profité de l'occasion pour présenter deux à quatre communications, alors que quelques-uns plus rares, ont présenté une communication groupée, sur un total de 1.168 communications.1 Ce congrès est l’occasion de donner une image synthétique des sujets de conversation qui animent les sociologues en France, que nous tenterons d’approcher au travers d’un recensement du lexique mobilisé. Deux approches sont ici confrontées : un  regroupement par co-occurrences basé sur la fréquence d’emploi des mots deux à deux et une analyse plus discriminante fondée sur le calcul des écarts à la moyenne d’utilisation d’un mot.2 Au préalable une brève présentation de la population des congressistes est nécessaire.

Qui sont les sociologues de l’AFS ?

2Globalement, les fiches d’inscription fournissent quatre types d'indications : nom et prénom, l’origine géographique, l'origine institutionnelle, et le réseau de présentation. Nous avons réduit ces informations à quatre indicateurs : le sexe, l'origine parisienne, provinciale ou étrangère, l'origine institutionnelle réduite à l'annonce d'un laboratoire sans ou avant la mention d’une université, et enfin le numéro de réseau. L’assemblée des sociologues présente de grands équilibres : la répartition par sexe est globalement proche de la parité (H/F : 53/47%), cette proportion étant inversée lorsque l'origine est parisienne, en incluant les universités d’Ile-de-France. En second lieu, l'origine géographique se partage entre Paris-Ile-de-France et la Province (50/42), outre soixante-dix collègues se localisant à l'étranger (6,3%), ce qui n'est pas négligeable du point de vue de l'écho d'une assemblée à ambition hexagonale. Enfin, la présentation au nom d’un laboratoire est très fréquente, les deux tiers des cas : elle peut être interprétée avec prudence, comme donnant le signe d'une insertion dans un laboratoire quel que soit le statut, qui n’était pas demandé, ou au moins d'une familiarité, à l'occasion par exemple, de séminaires de troisième cycle, pour les doctorants ou les jeunes docteurs. Il reste que plus d'un quart des intervenants mentionne une université mais pas de laboratoire. De plus, alors qu'à Paris 72,5% déclarent un laboratoire, 65,9% le mentionnent en province : négligence au moment de l'inscription ou distance à l'égard des laboratoires de recherche ? Sous réserve d'une fragilité de l’indicateur, la distance à l'égard des laboratoires serait plus grande en province. Quelle que soit l'origine géographique, on peut penser que ces intervenants sont plus jeunes, sinon sur le plan démographique, au moins du point de vue de la trajectoire de recherche.

3Concernant l’origine institutionnelle, la nouveauté vient de la cinquantaine de sociologues qui ne mentionnent ni laboratoire, ni université. Ils se partagent en trois, selon qu’ils déclarent une entreprise, un service de la fonction publique et territoriale, et des individus. Cette nouveauté, encore modeste, traduit la volonté d'ouverture affichée par les fondateurs de l'association.

4Ces grands équilibres masquent, comme bien souvent, une somme de déséquilibres, notamment dès lors que l'on considère le réseau d'adoption. Même si on ne peut exclure les aléas d’un tour de piste de découverte pour certains, les profils des réseaux sont souvent typés : les quarante réseaux diffèrent d’abord par leur poids, puisque le nombre de communications annoncées allait de 3 à 48, dont un tiers plus de 30 et une grande majorité entre 15 et 20 communications. Pour certains, on peut penser à un aboutissement mettant en commun des réseaux déjà existants, et pour d'autres un point de départ, alors que quelques intitulés assez proches font état de la préservation de collaborations, voire de traditions déjà établies ailleurs, comme l'ont revendiqué quelques spécialistes du travail, au nom du pluralisme. Dans cette logique multiforme, chaque réseau pourrait vivre en fonction de ses propres rythmes et non être soumis à une norme quelconque qui associerait un réseau à un champ ou à une approche, ou encore une norme moyenne de participation, relativisant par avance d'éventuels efforts de concentration ou de rationalisation des réseaux.

  • 3  Réseaux 33, 38, 7, 24, 2, 22, classés par ordre décroissant. Les thématiques données ici ne sont q (...)
  • 4  Réseaux 26, 18, 37, 31, 34, 35, 5, 30.

5Le clivage de genre est le plus marquant : les femmes sont sur-représentées dans cinq réseaux (plus de 60%, soient 13 points de plus que la moyenne), autour de la famille, de la vieillesse, du genre, mais aussi des migrations, de l'environnement et des parcours de vie3. Alors que les hommes sont sur-représentés dans huit réseaux (plus de 66% soient 13 points de plus que la moyenne), autour des thématiques de la théorie et des auteurs, du sujet, mais aussi des médias et du sport, et enfin de l'espace politique, des associations, des classes et de la gestion4.

6Ce seuil des deux tiers n’est atteint chez les femmes que dans les trois premiers réseaux cités. Une certaine division sexuée entre réseaux peut en être déduite, mais aussi une concentration féminine sur un nombre plus restreint d'entre eux. Peut-on parler d’une division sexuelle de travail sociologique ? Voyons ce que les congressistes disent, ou plus exactement ce que leur lexique nous dit sur eux.

Que disent les sociologues ?

  • 5  Le logiciel utilisé est ici Alceste, qui fournit en outre des citations contextualisées par les «  (...)

7L'analyse lexicale se fonde sur un recensement d’occurrences de mots, syntagmes ou groupes de mots entre eux, sans tenir compte, dans un premier temps au moins, des variables qui sont susceptibles de soutenir ces occurrences. Il en résulte des familles de formes lexicales, dépourvues en elles-mêmes de signification, mais que l’on peut ensuite reconstituer en imputant une logique propre à un enchaînement de mots fréquents5. À un extrême, un lexique uniforme traduirait un langage commun à l’ensemble des sociologues, voire une unité dans le choix des thématiques privilégiées. À l'autre extrême, un lexique très cloisonné traduirait un ancrage profond dans des objets de recherche disjoints. Une limite connue de ce type d'approche est que la répétition d'un mot ne traduit pas nécessairement un attachement à son contenu, mais éventuellement une forte hostilité : dans les deux cas, on mobilise des catégories typées. Une autre limite, connue de tous les correcteurs de copies d'examen, est que la répétition obstinée d'un mot trahit bien souvent une confusion quant à son contenu.

  • 6  Chaque substantif est ici étendu à son pluriel ainsi que son adjectif s’il a le même radical. Lors (...)

8Les familles de formes lexicales, ou classes recensées, sont au nombre de cinq, elles-mêmes subdivisées en trois ou quatre sous-familles. Dans la première classe, représentant 28% des unités de contexte du corpus, les formes les plus usitées, classées par ordre décroissant de khideux sont : sociologie, science, art, objet, théorie, intellectuel, contemporain, champ, concept, littéraire, auteur, philosophie, connaissance, critique, penser6.

9En dehors de sociologie, relativement consensuelle, se profile un niveau discursif de la science constituée et d'objets fixés dans une production littéraire, philosophique mais aussi éventuellement artistique. Bourdieu, ainsi que Weber, figurent en bonne place dans cette classe, à la fois comme référence et comme objet.

10Dans la seconde classe, plus importante (34% du corpus), l’univers discursif semble à distance du précédent : les catégories mobilisées, toujours classées par ordre décroissant de khideux, sont femme, familial, enfant, famille, homme, parent, sexe, couple, féminin, âge, jeune, immigré, masculin, genre. Le regroupement est sévère par le confinement qu’il semble constater autour des femmes, de la famille, de la démographie et du genre. On est moins dans le domaine de la production littéraire que dans celui des composantes de la population et des relations qui les affectent. On ne sort de la sphère domestique que par la référence à l’immigration et, un plus loin dans le classement, aux inégalités dans l’emploi et la scolarité.

11Ces deux classes mobilisent à elles seules près des deux tiers du corpus. Les trois suivantes se partagent le dernier tiers. Statistiquement moins représentatives du point de vue des occurrences, elles n'en conservent pas moins une grande visibilité. La troisième classe (18%) est aisément identifiable par les références à l’entreprise et au client, suivies des catégories gestion, service, technologie, consommation, information, technique, salarié, relation, rationnelle, rationalisation, disposition, organisationnel, management, prescription. On se situe ici clairement sur les terres de la sociologie du travail, de l'économie, et des organisations, avec une inflexion sur les dimensions relationnelles et prescriptives de l’entreprise. La quatrième classe (12%) s’articule autour des politiques publiques et de ses réformes : les catégories les plus mobilisées sont politique, publique, réforme, santé, droit, gouvernement, dépense, mais aussi européen, loi, local, état, préventif, administration, législatif. Un peu plus loin, on voit que le débat sur les politiques publiques est articulé avec celui du pouvoir, de la légitimité, et de la distance entre le local, le territorial et les échelons nationaux et européens.

12Enfin la portion congrue revient à la dernière classe (8%), elle aussi identifiable par ses formes les plus fréquentes : méthode, analyse, approche, qualitatif, méthodologie, entretien, corpus, quantitative, donnée, logiciel, compléter, enquête, questionnaire, empirique, observation. Méthode et méthodologie concentrent le vocabulaire de cette classe autour du recueil et du traitement des matériaux, ainsi que dans des postures formulées de manière ouverte en termes d'approche, observation et du verbe compléter.

  • 7  Comme nous le ferons nous mêmes infra, par commodité, pour renvoyer à ces classes autrement que pa (...)

13Ce découpage paraît banal si on réduit les familles à des libellés un peu trop standardisés7. Il l’est moins si on détaille la cohérence interne de chaque classe.

Une théorisation à géométrie variable

14La classe 1 auteurs-théorie, se décompose en trois sous-familles. La première est centrée sur le champ, notamment littéraire, la philosophie et les auteurs. La référence à l’écriture suggère une approche de la société au travers des œuvres. Pourtant, quelques objets très contemporains donnent l’occasion d’emprunter à ce lexique : les médias et le sport, avec un degré d’association modeste, il est vrai, au regard des autres formes (khideux respectifs de 33 et 26).

15La deuxième sous-famille fait plutôt grand cas de la  science et de la théorie, de la connaissance et du sujet, en s’appuyant sur des référence à l’histoire et à Weber. L’approche est moins attachée aux œuvres qu’aux paradigmes, et aux registres symbolique et idéologique. L’objet environnement s’y est glissé avec un degré d’association plus faible que les précédents (khideux de 15).

16Enfin, la troisième, un peu intermédiaire, associe l’objet et le concept avec l’art, le contemporain et… Bourdieu, mais aussi les prisons et le militaire ! D’un côté, le registre est conceptualisé et emprunte volontiers à un auteur devenu canonique, de l’autre il est particulièrement, mais non exclusivement, mobilisé sur des objets spécifiques, tels que la production artistique, la musique mais aussi les prisons et l’armée.

Le cheminement du genre aux inégalités

17La classe 2 société-inégalités sembleconfirmer la concentration des catégories du genre autour de l’étude de la sphère domestique et de la population. La première sous-famille cumule en effet quelques-unes des catégories phare de cette classe : famille et familial, enfant, parent, couple, âge, jeune, mais aussi homosexualité. La seconde, proche, mêle genre et migration associée à ses formes dérivées : immigr(er,é), migrant, migratoire. Elle mentionne ensuite la stigmatisation, la ségrégation et les minorités. Ces deux sous-familles demeurent dans un périmètre qui relèverait de la construction sociale des catégories démographiques de la population. Toutefois, les deux autres sous-familles débordent nettement de ce périmètre. L’une, polarisée par les catégories femme, puis homme et sexe, outre leurs adjectifs respectifs, mentionne l’emploi avant le domestique, ainsi que la notion d’inégalité. L’autre se réfère à la génération, mais cumule ensuite origine, parcours, carrière et trajectoire avec des références de lieu tels que l’école et ses formes dérivées, scolaire et scolarité, ainsi que le quartier, termes associés aussi aux catégories classiques de la tradition sociologie : classe et populaire. Finalement, le passage en revue détaillé en dit plus sur le profil global de cette classe que les formes statistiquement les plus fréquentes ne le laissaient penser. Les catégories en terme de genre se sont diffusées dans l’analyse des migrations, de l’emploi, de l’école et des classes sociales qui n’apparaissent ensuite dans aucune autre classe lexicale en tant que formes significatives.

Une économie relationnelle

18La classe 3 travail-entreprise semble opposer une dimension relationnelle à une dimension gestionnaire du management à base de technologie et de prescription. La première est illustrée par deux sous-familles. L’une associe étroitement les adjectifs relationnel, marché, marchand à consommation, mais aussi à collectif et productif. L’autre associe la relation, service, client avec le travail, l’entreprise, le salarié, la compétence et l’organisation. Cette dimension relationnelle mêle donc les relations dans l’entreprise et avec le consommateur. La dimension gestionnaire réunit également deux sous-familles. La première est polarisée par la gestion, mais aussi la technologie et la rationalisation, alors que la seconde mentionne d’abord le management, la prescription et le contrôle, ainsi que l’informatique. Une autre opposition apparaît en filigrane : alors que la dimension relationnelle est développée dans les services, la dimension technique et gestionnaire est associée à l’industrie.

De la « policy » au « politics », bivalence ou ambivalence ?

19La classe 4 politiques publiques comporte tout d’abord deux sous-familles nettement orientées vers la réforme ou la régulation de certaines politiques publiques accompagnées d’une référence explicite au gouvernement, à l’Etat et au pouvoir. La seconde pourrait tenir lieu d’illustration avec une mention prioritaire aux dépenses de santé, à la législation, mais aussi à des méthodes politiques : prévention, proximité,  participation. Les deux autres sont plus éloignées de cette perspective : l’une est centrée sur le droit et les lois avec une dimension européenne, mais aussi locale, régionale, nationale et enfin, associative. L’autre se rapproche plus nettement du Politique que des politiques gouvernementales en évoquant la question de la légitimité, de l’institution, du conflit et de la négociation. Dans l’ensemble, la classe reste plutôt orientée vers les politiques sociales et les enjeux de leur réforme.

Méthode et discours de la méthode

20La classe 5 méthode est curieusement isolée, alors qu’on pourrait s’attendre à ce qu’elle imprègne l’ensemble des communications. Méthode et méthodologie sont les plus caractéristiques de la première sous-famille avec données, recueil, approche et analyse, dans une dimension empirique, que l’on trouve associée de manière inattendue à un objet, l’électorat (et électoral). A proximité, la seconde sous-famille unit un vocabulaire de corpus, enquête, questionnaire, typologie, avec une référence à l’interactionnisme. Dans le même ordre d’idée, observation, entretien, qualitatif et quantitatif sont associés à la complémentarité, mais aussi à l’anthropologie. Enfin, série, échelle et territoire sont associés à démarche, comparaison et comparatif. Au total, ces quatre sous-familles sont proches les unes des autres et leur examen ne modifie guère le profil global de la classe.

21En somme, le fait que deux tiers du corpus soient rassemblés dans deux classes peut-être pris comme une sorte de consensus sur les objets : à côté des sociologies spéciales du politique, du travail et de la méthode, une culture commune rassemblerait des sociologues de tous bords autour d'une étude du lien social d’un côté, et d'une tradition sociologie incarnée par ses oeuvres de l’autre. Or, la géographie détaillée des sous-familles montre des déplacements de champs et d’approches : dans la classe 1, théorie, paradigmes et sujet étaient certes l’objet principal de quelques réseaux, mais, ces catégories semblent plus spécifiquement revendiquées dans l’étude de certains objets contemporains comme l’art, les médias, l’environnement, le sport, et le militaire. Une telle spécificité reste à expliquer. Dans la classe 2, la question traditionnelle des inégalités face à l’école et à l’emploi semble avoir été lue en priorité en fonction de l’âge et du sexe, ce qui constitue en quelque sorte un retour aux variables fondamentales de la population, minorant du même coup les références historiques à la reproduction. Toutefois, les concepts plus construits de genre et de génération semblent devenir des outils en voie de diffusion. A contrario, les catégories associées au genre restent aussi très ancrées dans l’analyse de la sphère domestique, de la conjugalité et de la filiation. Pour les trois autres classes, on ne sait si leur faible part dans le corpus doit amener à les considérer comme minoritaires, ou si, justement, elles sont un peu utilisées par tous les congressistes. On touche ici à une limite du recensement des occurrences, qui invite à se retourner vers la statistique des auteurs de communications. En particulier, ce recensement ne permet pas de savoir jusqu'à quel point les variables attachées aux personnes sont entièrement ou partiellement déterminantes du vocabulaire reconstitué en unité de contexte.

Qui dit quoi ?

  • 8  Les valeurs propres de chaque facteur expliquent respectivement 11,8%, 8,4% et 6,2% du phi-deux to (...)

22Une autre méthode consiste à  représenter graphiquement l’analyse factorielle des occurrences, en incluant des variables ayant un potentiel explicatif. Cette représentation suggère un paysage un peu différent de la précédente, avec trois classes distinctes du point de vue de leurs contributions aux facteurs8. Ces trois classes sont la classe société-inégalités, la classe travail-entreprise et la classe théorie-auteurs, suggérant une représentation en forme d’hélice d’avion à trois pales. Considérés comme variables actives, une vingtaine de réseaux se situent aux extrémités de ces pales (voir graphique 1).

Graphique 1 : Analyse factorielle des occurrences

Graphique 1 : Analyse factorielle des occurrences

23Chacune des trois classes se répartit autour de quelques mots dont la contribution aux facteurs est la plus élevée. Il n’est pas certain qu’il faille absolument chercher à  nommer les axes, ce qui réduirait la logique propre de cette représentation hélicoïdale : chaque classe a sa cohérence et s’oppose aux deux autres, comme l’a déjà montré l’analyse lexicale. C’est pourquoi on serait tenté de parler d’attraction autour de quelques formes lexicales ou de variables actives plutôt que d’attraction le long d’un axe, rapprochant ainsi l’analyse lexicale qui procède par repérage linéaire et par arborescence des co-occurrences, et la représentation topographique multidimensionnelle de l’analyse factorielle (en fait, le plus souvent bi ou tri-dimensionnelle).

24Ensuite, certaines formes lexicales se présentent comme une charnière entre classes :

  • les mots emploi, marché, relationnel sont ainsi à mi-chemin des classes société-inégalités  et  travail-entreprise, suggérant deux rapprochements possible : soit la dimension relationnelle qui relèverait plutôt de la classe société-inégalités gagnerait la sphère de l’économie, soit l’accès à l’emploi et de plus en plus questionné pour des catégories de population selon l’âge, le sexe et la nationalité.

  • les mots scolaire, classe  et  génération se présentent eux comme une charnière entre les classes  société-inégalités  et théorie-auteurs : on peut supposer que les analyses en terme d’âge et de sexe, vus comme variables empiriques, ont contribué à détacher les champs de l’école et des classes sociales du registre théorique dans lequel on a souvent dit qu’elles étaient restées confinées.

  • enfin, les mots institution et règle se présentent comme limitrophes de la classe travail-entreprise et théorie-auteurs. On peut supposer qu’ils révèlent une lecture plus institutionnaliste et conventionnelle de l’économie de marché, en même temps qu’ils témoignent de la recherche d’un substrat empirique au concept canonique de règle, lequel emprunte aussi par ailleurs à la méthodologie dans l’histoire de la discipline.

25Le reste des formes lexicales est très concentré aux alentours de l'origine des axes avec une faible contribution aux facteurs de l'analyse. Doit-on en conclure à une faible signification ou à une banalisation ? Si l’on focalise l’observation sur ce qui semble un marais lexical indécis, on voit apparaître les classes politiques publiques  et  méthode. Or, ce qui peut être pris par une relation indistincte, ou bien une limite de l’AFC, peut aussi être lu comme une zone de convergence entre les trois classes les plus distinctes (voir graphique 2).

Graphique 2 : Zone de convergence entre trois classes

Graphique 2 : Zone de convergence entre trois classes

26Chacune des trois classes les plus typées semble emprunter aux lexiques politique et méthodologique. Cette représentation, plus concentrique qu’hélicoïdale, suggère un autre consensus : celui d’un accent fréquent sur la dimension politique des phénomènes observés, et de la justification des méthodes employées. Moins les points sont dispersés sur le graphique, plus ils appartiendraient à la fois aux différentes classes.

27L’introduction de variables permettant de préciser le profil des congressistes au regard du répertoire qu’ils mobilisent amène à douter de cette rassurante convergence. La solution la plus simple consiste à les joindre à l’analyse factorielle au titre de variables « supplémentaires » : on trouve ainsi confirmation d’un localisation plutôt distante entre hommes et femmes, mais les positions des variables de lieu (Paris, province) et de cadre (laboratoire, université) n’est guère probante (cf. graphique 1). Plus encore, le proximité d’une de ces variables à l’égard d’un axe peut laisser penser que cette proximité est vraie pour tout individu présentant la variable et que celui-ci est toujours associé de manière équivalente aux points qui l’entourent.

  • 9  Le fondement théorique de cette confrontation est celui de l'enrichissement de variables qualitati (...)
  • 10  Tableau réduit aux 16 premiers mots, classés par ordre décroissant de PEM positif. Cf. en annexe, (...)

28C'est à ce point que la quantification de l’attraction entre variables et formes lexicales est utile ; elle permet de repérer dans quelle mesure précise elles sont associées. Le calcul du « pourcentage d’écart à la moyenne » (PEM) de chaque variable et de chaque forme lexicale autorise cette confrontation. Dans cette phase, on opère un nouveau va-et-vient entre l’approche lexicale de libellés ouverts, et l’approche des PEM sur des questions fermées 9. A été extraite du corpus une liste de 114 mots-clés, caractéristiques de chaque classe et sous-famille selon Alceste, pour lesquels on a ensuite procédé aux calculs de PEM. On peut ensuite ranger ces mots-clés dans les classes dessinées par l'analyse lexicale. On obtient ainsi un tableau associant chaque variable dessinant le profil des congressistes, aux mots les plus employés10.

  • 11  Afin d’alléger la lecture, nous appellerons laborantins, universitaires, parisiens et provinciaux (...)

29Il en ressort que la préférence lexicale des hommes va à la classe théorie-auteurs pour un tiers des mots qu’ils utilisent, et que la préférence des femmes va à la classe société-inégalités pour 56% des mots qu’elles utilisent. Une préférence de second ordre est commune aux deux sexes : un quart des mots-clés appartiennent à la classe travail-entreprise. Les variables de cadres interviennent dans ce classement, puisque la référence à un laboratoire est pour beaucoup dans ce registre commun : 38% des mots utilisés par les laborantin(e)s11, favorisent dans une proportion proche la classe méthode. Une hypothèse plausible serait qu’un travail collectif encadré par un laboratoire favorise une communauté d’objet et de langage. En revanche, l'origine géographique aurait un effet discriminant : les sociologues parisien(ne)s expriment une préférence lexicale marquée pour la classe politiques publiques, alors qu'en province, comme chez les femmes en général, la classe société-inégalités vient en premier. Que l'origine soit parisienne ou provinciale, la classe travail-entreprise vient aussitôt après. En résumé, le laboratoire semble réunir alors que l'origine géographique discriminerait plutôt le répertoire des sociologues, sauf pour la classe travail-entreprise. Ces hypothèses restent fragiles dans la mesure où ces variables agissent simultanément.

30Un moyen de dissocier les variables pour identifier des effets propres, sans pour autant recourir à des modèles complexes, consiste à isoler quelques profils de congressistes, ce que permet Trideux. Les combinaisons des trois variables dichotomiques de sexe, lieu et cadre aboutissent à huit profils-types. On découvre alors d'autres effets qu'il convient de distinguer, selon ce qu'il advient du lexique commun, des clivages déjà constatés, ou de nouvelles formes de clivages.

31Tout d’abord, l’existence d’un lexique commun à la classe travail-entreprise constatée selon les variables homme, femme et laboratoire prises séparément, est confirmé lorsque ces variables sont cumulées. Les laborantines provinciales et les laborantins provinciaux lui consacrent la plus grande part de leur répertoire (lecture horizontale du tableau), et c’est chez eux que l’on constate le plus grand intérêt pour cette classe (lecture verticale). Dans le même ordre d’idées, les laborantines parisiennes et les laborantins parisiens lui consacrent aussi une part importante de leur répertoire, avec en complément, une importance spécifique accordée à la classe méthode. On pourrait légitimement conclure à un effet propre du laboratoire avec une accentuation méthodologique dans les laboratoires parisiens.

32Qu’advient-il des clivages constatés dans le cas général, suggérant un attrait particulier des femmes pour la classe société-inégalités et des hommes pour la classe théorie-auteurs ? Le choix de la classe  société-inégalités apparaît très renforcé chez les provinciales universitaires (69%), au point d’écraser les autres classes, de même que pour les parisiennes universitaires, à un moindre degré (38%). On peut se demander si l’absence de mention d’un laboratoire ne signifie pas un faible encadrement, qui exposerait plus les étudiantes au sens commun de ce qu’une jeune femme peut choisir comme objet de recherche. Des entretiens approfondis sur les critères de choix des sujets de mémoires en Master 1 et 2 seraient ici sans doute éclairants. Concernant le choix de la classe théorie-auteurs par les hommes, il se trouve renforcé par les provinciaux universitaires (44%) et ensuite par les parisiens universitaires (31%) qui trouvent ici leur classe favorite. On peut se demander si la référence aux auteurs n’est pas considérée comme un attribut de sociologues masculins lorsqu’ils se définissent comme universitaires, c'est-à-dire sans doute fraîchement diplômés et socialisés à la recherche, sans pour autant être engagés dans un laboratoire (répétons que les « universitaires » incluent ici les étudiants). La distance à l’égard d’un laboratoire ne prive donc pas de la référence aux auteurs, comme objet ou comme méthode. Des entretiens approfondis sur la construction de l’image de ce qu’est la sociologie auprès des étudiants de licence nous permettrait d’en savoir plus. Ces deux sources de clivage nous ramène finalement à la répartition sexuée des congressistes entre les réseaux et à l’hypothèse d’une division sexuelle du travail sociologique.

33A ce stade, les données permettent d’associer les classes lexicales aux variables dessinant le profil des congressistes. Plus le nombre de variables disponibles est élevé lors du recueil de données, plus on sera en mesure d’affiner le profil des personnes. D’un côté ceci permettra de dresser des profils types de plus en plus précis, d’un autre côté, l’effet propre de chaque variable sera mieux cerné. En se rapprochant de la dimension individuelle, on est alors mieux fondé à retourner au corpus des communications et choisir des illustrations, ou mieux, procéder à des entretiens approfondis, ce que l’espace de cet article ne nous permet pas de faire.

Qui dit quoi selon le contexte de la prise de parole

34Un dernier exercice, un peu plus fouillé, est envisageable si l’on essaie de déconstruire la variable sexe, qui paraît ici déterminante, et dont on pourrait croire, à tort, qu’elle est exogène : le discours des hommes est-il toujours conforme au profil masculin, et celui des femmes au profil féminin ? Si le croisement de variables a montré qu'il n’en va pas toujours ainsi dans le cadre d'un laboratoire, on peut aussi le vérifier en s'interrogeant sur l'effet propre de la mixité des réseaux : ai-je tendance à m'exprimer différemment devant une assemblée dans laquelle l'un des deux sexes domine statistiquement ?

35Si on isole de part et d'autre les réseaux à faible mixité, on peut reproduire le même type de raisonnement que précédemment et tester les profils types de congressistes. Compte tenu de la concentration des femmes dans un nombre plus restreint de réseaux, nous avons cherché un critère qui permette d’équilibrer deux sous-corpus de taille équivalente. Ce critère est satisfait lorsqu’on se limite aux réseaux présentant un sex-ratio déséquilibré et, de plus, renforcé par un déséquilibre dans l’une ou l’autre des variables disponibles, cadre institutionnel ou lieu. On arrive ainsi à la répartition suivante, dans laquelle il ressort que le déséquilibre de sex-ratio se cumule souvent à un cadre universitaire (plus que de labo) chez les hommes, et à une origine parisienne chez les femmes.

Tableau 1 : Réseaux présentant un profil renforcé d’intervenants (unité : numéro de réseau)

Tableau 1 : Réseaux présentant un profil renforcé d’intervenants (unité : numéro de réseau)

Lecture du tableau 1 : Les congressistes du réseau 35 sont à dominante masculine, parisienne et déclarent le plus souvent un laboratoire

36Le corpus des communications dans ces réseaux étant isolé du reste, on peut constituer un tableau du lexique le plus fréquent pour chaque profil, comme précédemment (cf. en annexe le tableau 5). Dans les réseaux à dominante masculine, tout d’abord, les hommes accentuent nettement la préférence pour la classe théorie-auteurs (44%), déjà dominante dans le cas général, suivie de la classe méthode, au détriment de la classe travail-entreprise, alors que les femmes maintiennent en priorité les deux classes mentionnées pour le cas général,  à savoir les classes travail-entreprise et, à un moindre degré, société-inégalités. Mais dans le détail, un fait nouveau apparaît : la préférence pour la classe théorie-auteur n’est plus exclusivement masculine. Les femmes laborantines et parisiennes opèrent un choix analogue à celui des hommes dans ce type de réseaux, avec un accent très marqué pour la classe théorie (50%), suivi de la classe méthode. Les laborantines provinciales, elles, rejoignent le choix société-inégalités déjà constaté dans le cas général.

37Dans les réseaux à dominante féminine, les hommes s'éloignent du cas général et retrouvent plutôt le choix des laborantins parisiens avec une prédominance du lexique commun travail-entreprise. De leur côté, les femmes endossent dans ces réseaux des attributs dont on a vu dans les réseaux masculins qu’ils pouvaient être partagés : la référence à la classe théorie-auteurs y est pour elles la plus élevée (31%) sans pour autant sacrifier la classe travail-entreprise commune. Si l’on procède au cumul des variables afin d’affiner encore les profils, on constate que chez les hommes, la référence à un lexique commun travail-entreprise est spécifique aux laboratoires provinciaux (44%), alors que chez les femmes la préférence pour la classe théorie-auteurs et la classe traval-entreprise est plus fréquente chez les parisiennes que chez les provinciales, qu’elle revendiquent ou non un laboratoire. Pour les autres profils, on retrouve le cas général.

38En résumé, de curieux effet de renforcement semblent se produire :

  • hommes et femmes mobilisent nettement plus le registre théorique lorsqu'ils sont dans un réseau dont le sex-ratio leur est favorable.

  • les femmes d'origine parisienne ont la spécificité d’adopter ce registre théorique dans les deux types de réseaux à sex-ratio déséquilibré, surtout lorsqu'elles mentionnent un laboratoire. Faut-il voir là une expression de la légitimité conférée par l'appartenance à un laboratoire parisien, devant une assemblée qui peut être très masculine, mais aussi très féminisée ? On pourrait opposer à ceci que les hommes d'origine parisienne adoptent aussi ce profil quel que soit le réseau selon son degré de mixité. Mais pour eux, il est vrai, il ne s'agit que de retrouver le profil masculin général. Ce résultat ne résulte pas pour eux de l’effet propre d’une faible mixité.

  • l’existence d’un lexique commun autour du travail et de l’entreprise est confirmé dans la plupart des profils, à l'exception des hommes dans les réseaux où ils sont majoritaires, et lorsqu’ils ne mentionnent pas de laboratoire. Cette communauté d’objets et de discours est particulièrement visible chez les hommes insérés dans des réseaux féminisés, et parmi ceux-ci dans les laboratoires provinciaux. A y regarder de près, c’est aussi vrai dans les laboratoires provinciaux de réseaux masculinisés (31%).

  • enfin, on peut, au bas mot, parler d'inertie pour les profils particuliers qui confirment la tendance générale, quel que soit le type de réseaux, mixte ou non ? La classe société-inégalités est significativement associée aux femmes, particulièrement dans les universités pour le cas général comme dans les réseaux fortement féminisés. C’est aussi vrai auprès des femmes provinciales dans les réseaux à dominante masculine. Symétriquement, la classepolitiques publiques spécifique aux universités parisiennes et plutôt appropriée par les hommes dans le cas général, est partagée avec les femmes dans les réseaux masculins à condition de se trouver dans ces mêmes universités parisiennes. Les femmes de laboratoire provinciaux ne trouvent ce profil que lorsqu'elles sont dans des réseaux féminisés. Mais dans l’ensemble, la part du lexique relevant de cette classe politiques publiques est deux fois plus élevée chez les hommes que chez les femmes, dans le cas général, comme dans les réseaux féminisés.

39Ainsi, selon la méthode employée, les limites d’un consensus lexical se déplacent et avec elles les espaces d’une communauté d’objets et de méthodes entre les sociologues (cf. en annexe le tableau 10).

40Si l’on prend les mots comme seules variables, les deux méthodes illustrées par les deux logiciels suggèrent une visualisation différente : l’analyse lexicale (Alceste) met l’accent sur la fréquence des co-occurrences ; c’est-à-dire, sur ce qui rapproche les mots. Les cas les plus fréquents se rencontrent donc dans la classe société-inégalités et  théorie-auteurs. Le calcul de pourcentage d’écart a la moyenne (Trideux) met l’accent sur les écarts, et ce qui met en position comparable des écarts semblables. Dans ce cas, ceux qui s’écartent le moins de la moyenne se retrouvent dans les classes méthode  et  politiques publiques.

41Si l’on prend maintenant comme variables les attributs des auteurs associés aux mots employés, plus on affine la focale, plus l’hétérogénéité s’accroît, un peu comme dans les enquêtes de mobilité. On peut déduire de cette hétérogénéité quelques effets discriminants, mais aussi les classes les plus consensuelles. On combine alors les apports des deux méthodes en conservant les familles de mots, ainsi que ceux d’entre eux qui sont les plus significatifs, pour ensuite les croiser avec les attributs des individus. L’usage de ces attributs peut être progressif : usage séparé d’abord, pour évaluer l’effet brut d’une variable, usage cumulé ensuite, permettant de dessiner des profils d’individus associés à un lexique typé, usage contextualisé, enfin, lorsque ces profils sont re-situés dans des sous-ensembles du corpus : il faut alors retourner au corpus initial et le décomposer selon des critères devenus apparemment décisifs : dans le cas présent, les réseaux (variable de contexte 1), et ceux dont le sex-ratio est nettement déséquilibré (variable de contexte 2).

42Au fil des trois usages possibles des variables, la classe « consensuelle » ; c’est-à-dire, celle qui donne le moins lieu à des effets discriminants, demeure la classe travail-entreprise. Or, elle n’est mentionnée en ce sens par aucune des deux méthodes reposant uniquement sur les mots, privés de variables (familles lexicales pour Alceste, calcul de PEM pour Trideux). A l’opposé, la classe société-inégalités s’avère la plus discriminante, quelque soit l’usage des variables, ce que suggérait déjà l’analyse factorielle. Enfin, on pouvait s’attendre à ce que le passage des variables séparées aux variables cumulées, puis contextualisées, fasse ressortir de plus en plus d’effets de discrimination. C’est vrai pour le cumul de variables qui affine les profils des individus, mais la prise en considération d’un effet contextuel montre aussi la délimitation d’espaces communs. Elle suggère des lieux et des circonstances par lesquels peuvent se construire des objets et des méthodes partagés. Dans ce cas, les méthodes d’enquêtes les plus proches du recueil de récits pourrait reprendre leurs droits : guidées par ce ciblage, elle seraient plus à même de saisir la genèse de ces cohérences, qui sont locales dans leur appropriation et leur manifestation, et à la fois locales et globales dans leurs conditions d’émergence et de signification.

Haut de page

Bibliographie

Philipp Cibois (1984), Méthodes post-factorielles pour le dépouillement d'enquêtes, Bulletin de Méthodologie Sociologique, n. 1, octobre, pp. 41-78.

Philipp Cibois (1995), Trideux version 2.2, Bulletin de Méthodologie Sociologique, n. 46, mars, pp. 119-124.

Max Reinart (1987), Classification descendante hiérarchique et analyse lexicale par contexte: Application au corpus des poésies d'A. Rimbaud, Bulletin de Méthodologie Sociologique, n. 13, janvier, pp. 53-90.

Max Reinart (1990), Alceste - Une méthodologie d'analyse des données textuelles et une application: Aurélia de G. de Nerval, Bulletin de Méthodologie Sociologique, n. 26, mars, pp. 24-54.

Haut de page

Notes

1  Nous n'avons compté qu'une fois dans la statistique les communications comportant le même titre et le même résumé dans le même réseau, sauf lorsque leurs auteurs étaient différents ou présentaient des attributs différents.

2  Les logiciels utilisés sont Alceste pour l’analyse lexicale et Trideux pour le calcul des écarts à la moyenne. Pour une présentation synthétique des deux logiciels, on consultera le site de l’Université de Versailles-Saint-Quentin ainsi que le B.M.S. n° 26 de mars 1989. Voir Cibois, 1984 & 1995; Reinart, 1987 & 1990.

3  Réseaux 33, 38, 7, 24, 2, 22, classés par ordre décroissant. Les thématiques données ici ne sont que suggestives afin d’alléger les nombreux renvois qui suivent. Elles ne sauraient condenser les intitulés complets et les problématiques, du reste évolutives, affichées par les fondateurs de chaque réseau.

4  Réseaux 26, 18, 37, 31, 34, 35, 5, 30.

5  Le logiciel utilisé est ici Alceste, qui fournit en outre des citations contextualisées par les « unités de contexte », ensemble de quelques lignes par lequel le logiciel découpe le corpus des communications.

6  Chaque substantif est ici étendu à son pluriel ainsi que son adjectif s’il a le même radical. Lorsque l’adjectif est cité, il n’inclut pas le substantif. Par exemple le mot publique n’inclut pas public qui couvre un champ sémantique beaucoup plus large, outre le fait qu’il est à la fois adjectif et substantif.

7  Comme nous le ferons nous mêmes infra, par commodité, pour renvoyer à ces classes autrement que par des numéros : classe 1 théorie-auteurs, classe 2 société-inégalité, classe 3 travail-entreprise, classe 4 politiques publiques, classe 5 méthode.

8  Les valeurs propres de chaque facteur expliquent respectivement 11,8%, 8,4% et 6,2% du phi-deux total.

9  Le fondement théorique de cette confrontation est celui de l'enrichissement de variables qualitatives ouvertes par leur croisement avec plusieurs questions fermées cumulées.Pour une justification et une illustration de l’usage du PEM, voir Cibois P., « Eclairer le vocabulaire des questions ouvertes par les questions fermées : le tableau lexical des questions », Bulletin de Méthodologie Sociologique, 26, 1989, pp. 12-23.

10  Tableau réduit aux 16 premiers mots, classés par ordre décroissant de PEM positif. Cf. en annexe, le tableau 4. Le lexique est rangé par classe dans le tableau 7. L’extraction d’un lexique réduit ici à 114 mots facilite l’usage du logiciel Trideux qui ne peut traiter un corpus aussi important que l’ensemble des communications du millier de congressistes.

11  Afin d’alléger la lecture, nous appellerons laborantins, universitaires, parisiens et provinciaux les congressistes ayant mentionné ces appartenances sur leur fiche d’inscription, sachant pertinemment qu’il ne s’agit que de déclarations transitoires, dans un contexte donné, et que de surcroît, la référence à un laboratoire s’accompagne sans doute dans la plupart des cas d’une inscription universitaire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Analyse factorielle des occurrences
URL http://journals.openedition.org/bms/docannexe/image/1041/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Graphique 2 : Zone de convergence entre trois classes
URL http://journals.openedition.org/bms/docannexe/image/1041/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 1 : Réseaux présentant un profil renforcé d’intervenants (unité : numéro de réseau)
Légende Lecture du tableau 1 : Les congressistes du réseau 35 sont à dominante masculine, parisienne et déclarent le plus souvent un laboratoire
URL http://journals.openedition.org/bms/docannexe/image/1041/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Boudesseul, « De quoi parlent les sociologues réunis en congrès ? », Bulletin de méthodologie sociologique, 85 | 2005, 68-84.

Référence électronique

Gérard Boudesseul, « De quoi parlent les sociologues réunis en congrès ? », Bulletin de méthodologie sociologique [En ligne], 85 | 2005, mis en ligne le 07 juillet 2008, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/bms/1041

Haut de page

Auteur

Gérard Boudesseul

IUFM et Université de Caen Basse-Normandie ; gerard.boudesseul@caen.iufm.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© BMS

Haut de page
  • OpenEdition Journals