Navigation – Plan du site

Prospéro, le livre et le programme

Karl M. van Meter
p. 38-41

Résumés

Un auteur, un expérimentateur et un lecteur des logiciels Marlowe et Prospéro contribuent respectivement et successivement dans cet article à une présentation étendue et détaillée de Marlowe, à une explicitation des modalités de l'approche conversationnelle de Marlowe et un compte-rendu du livre publié récemment par le premier auteur sur le développement de Prospéro pour l'analyse de dossiers complexes de textes concernant une controverse, et l'extension et l'adaptation de Prospéro à Marlowe pour pouvoir dialoguer en language naturel avec des chercheurs au sujet d'un dossier complexe.

Haut de page

Texte intégral

1Ayant assisté à un séminaire de présentation de Prospéro et à la démonstration publique de Marlowe du 12 juin 2003, et attelé avec la responsabilité d'un compte-rendu dû livre, Prospéro - Une technologie littéraire pour les sciences humaines de Francis Chateauraynaud (2003, CNRS Editions, Paris, bibliographie, index des noms propres, index des thèmes, 403 pp., isbn 2 271 06133 4, 35 euros), je me trouvais souvent en face de collègues qui me demandais: "Alors, qu'est-il fait, Prospéro et qu'est-il fait, Marlowe?" Les deux réponses "standardes" ne convenaient pas: comme tout logiciel de traite dû texte, ils font de l'analyse dû contenu; comme tout analyse de langage, ils peuvent continuer à l'infini. Il s'agit de quelque chose autre ... mais qui prend clairement en considération ces deux extrêmes, qui s'articule par rapport à eux et va plus loin. En effet, si les stoïciens disaient "quand les bornes sont franchies, il n'y a plus de limites", Prospéro et Marlowe sont nullement stoïciens et passe leur temps à jouer avec bornes tout en produisant des informations et des interrogations pertinent pour l'étude d'un corpus donné, appelé "dossier complexe" par l'auteur.

2En effet, avec "dossier complexe", "technologie littéraire", "Prospéro", "Marlowe", ... il y a un certain nombre de termes précis qu'il faut clarifier et l'ouvrage de Chateauraynaud y répond en détail. Commençant avec une présentation de ce livre qui comprend quatre grandes parties inégales en longueur et en nombre de chapitres.

3Dans la première partie, Traversées - Histoires de vie d'un logiciel, il y a les sept chapitres suivants: 1. Des intelligences très artificielles (12 pp.); 2. L'analyse statistique des données textuelles (18 pp.); 3. Compréhension et incompréhension dans les langues naturelles (20 pp.); 4. Deux tendances opposées au sein des "nouvelles sociologies" (8 pp.); 5. Vers une technologie littéraire (16 pp.); 6. Une série de grands dossiers complexes (12 pp.); 7. De nouveaux champs d'expériences (16 pp.).

4Dans la deuxième partie, Un déplacement épistémique - De l'interprétation dans la sociologie pragmatique, il y a cinq chapitres: 8. Herméneutique ou interprétation? (12 pp.); 9. Pragmatique de la pertinence (16 pp.); 10. Un contrôle illusoire? Retour sur le raisonnement sociologique (10 pp.); 11. La bonne interprétation 14 pp.); 1. Les fondements épistémique d'une technologie littéraire (21 pp.).

5Dans la troisième partie, Une technologie ouverte pour l'analyse des dossiers complexes, il n'y en a que deux: 13. Métalangage et complexité (18 pp.); 14. Un jeu de miroirs (74 pp.). Mais on remarquera qu'ils sont deux des plus longs dû livres et des plus détaillés dans la description de comment opère le logiciel. C'est le chapitre qui intéresserait le plus ceux qui m'ont posé la question: "Comment ça marche?"

6Dans la quatrième et dernière parties, La fin de l'analyse - De quelques critères de décision, où la ressemblance entre l'analyse avec un logiciel et l'analyse avec un psychanalyste est clairement développée dans quatre chapitres et une Conclusion: 15. Quelques stratégies élémentaires pour l'étude des controverses et des affaires (10 pp.); 16. La Composition des corpus - Une clôture sous contrainte (14 pp.); 1. Quelles épreuves de pertinence pour les concepts? (12 pp.); 18. Analyse finie ou infinie? Une autre scène (10 pp.).

Prospéro et Marlowe

7Revenons aux termes nous avons mentionnés plus haut -- "dossier complexe", "technologie littéraire", "Prospéro" et "Marlowe" -- et commençons avec les deux derniers. Comme c'est expliqué ci-dessous, Marlowe est un logiciel qui adapte et étend Prospéro pour pouvoir dialoguer avec le chercheur sur la base d'une "dossier complexe" de textes. Donc, historiquement, Prospéro a précédé Marlowe, ayant été développé entre la fin des années 1980 et le début des années 2000. Ce développement et son cadre historique sont le sujet de la première partie dû livre, "Traversées - Histoires de vie d'un logiciel", où, d'après l'auteur, on "remonte aux origines d'un projet qui s'est formulé d'abord dans les termes de l'intelligence artificielle classique, à partir de la réalisation de modèles réduits de systèmes experts destinés à décrire des anecdotes" (p. 22) et on apprend que Prospéro a démarré à partir un logiciel, Prothèse, en 1988, pour aboutir à une première version en 1995 en prenant "l'allure d'une technologie littéraire créant un espace de communication, ou plutôt de traduction, entre des dossiers et des joutes interprétatives" (p. 34). Chateauraynaud distingue cinq étapes ou "périodes" dans le développement de Prospéro: l'étape "intelligence artificielle / systèmes experts" de 1987 à 1989; l'étape contrastant statistique avec linguistique, et analyse de réseaux avec catégorisation de 1990 à 1993; l'étape de retour à la complexité dû langage naturel de 1994 à 1996; l'étape d'accumulation de grands corpus et la prise en compte temporelle de 1997 à 1998; et l'étape finale de la stabilisation informatique dû logiciel de 1998 à 2002.

8La première partie introduit aussi le problème de codage des textes où, de nouveau, Prospéro franchit les bornes en se plaçant "en amont des systèmes statistiques", en créant "une sorte d'antichambre, de protocole de test de pertinence des codages et des jeux de variables" (p. 36). "Autrement dit, la question à laquelle nous cherchions à répondre, dans le but de décrire des séries textuelles, se résumait ainsi: qu'est-ce qui permet de dire qu'un codage est un bon codage? En vertu de quelles qualités une description est-elle meilleure qu'une autre?" (p. 39). A la fin de l'année 1993, le cas de la controverse autour des écrits de Louis-Ferdinand Céline a permis un travail de fond sur la question dû codage, la comparaison des codages différents dû même "dossier complexe", et "a été surtout une mise à l'épreuve radicale de notre métalangage de description" (p. 97). A partir de 1997, ce même travail a continué avec les dossiers de l'amiante à Jussieu, de l'énergie nucléaire et dû prion de la vache folle.

9Un très bon exemple de l'importance de ce travail sur le codage est donné, dans une note en bas de page (note 3, p. 111), concernant le codage dû terme "communauté internationale" qui "placée en position de sujet grammatical est allé crescendo" dans les articles des journaux Le Monde et Le Monde diplomatique entre 1980 et 2000. Comme le note l'auteur, "désormais, la 'communauté internationale', entité pour le moins abstraite, agit, parle, exige, intervient, se trouve attaquée, défendue, mobilisée, critiquée, affectée, de la façon la plus naturelle" (ibid.). Mais aussi "naturellement", la "communauté internationale" est tombé dans le néant avec l'invasion non-provoqué de l'Iraq par les administration de George Bush et Tony Blair. Aujourd'hui, trois mois plus tard, le terme ne veut plus rien dire et implique, dorénavant, un changement radical de codage. Comme le reconnaît l'auteur, "les dossiers qui nous intéressent s'avèrent extrêmement vulnérables aux 'mises en variation' auxquelles les soumettent les acteurs les plus divers, des plus ordinaires aux plus tordus" (p. 112), et Prospéro a dû anticiper la possibilités de tels "événements reconfigurateurs".

Les dossiers complexes et le logiciel

10Si nous revenons aux termes mentionnés plus haut, il reste surtout celui de "dossier complexe" que Chateauraynaud décrit de la manière suivante: "il ne s'agit pas d'étudier des mots ou des discours pris pour eux-mêmes, mais des processus historiques, des controverses, des affaires, des crises, des polémiques, autant de configurations que nous rangeons sous l'appellation commode de "dossiers complexes". Nous ne parlerons plus de "données textuelles", mais de dossiers dans lesquels se trouvent réunies toutes sortes de documents: des échanges de correspondance, des tracts ou des pétitions, des articles de presse, des retranscriptions de débats ou des comptes-rendus de réunions, des articles savants, des rapports d'expertises, des pièces de procédure judiciaire, des témoignages, des ouvrages ou des interviews, ou encore des courriers électroniques et des forums sur Internet" (pp. 17-18). L'auteur ajoute la précision qu'un "dossier est complexe dès lors qu'il y a une incertitude sur l'instance de jugement pertinent" (p. 318).

11Regardons les trois aux grandes parties de ce livre. Dans la deuxième, "Un déplacement épistémique - De l'interprétation dans la sociologie pragmatique", est présentée par l'auteur comme "une incursion dans le domaine de l'épistémologie des sciences sociales en reposant la question dû statut de l'interprétation" où le rôle assigné à Prospéro "est celui d'un dispositif d'expression des stratégies interprétatives développées par ses utilisateurs pour rendre intelligibles les structures et les évolutions en oeuvre dans leurs corpus. Il est le témoin, ou le garant, de multiples voies d'accès à l'objectivité et non le générateur autonome de l'objectivité elle-même" (p. 23). Ici, de nouveau, Prospéro se joue de bornes mais ne se laisse pas aller sans limites: "l'interprétation n'est pas une limite, une tare des sciences sociales, et notamment de la sociologie, dès lors que l'on est capable de trier les interprétations et de choisir les meilleurs" (p. 175), et Prospéro fournit les moyens au chercheur de faire ce tri, mais c'est bien le chercheur et pas Prospéro qui fait le choix.

12Comme nous l'avons noté plus haut, la troisième partie, "Une technologie ouverte pour l'analyse des dossiers complexes", est celle de "comment ça marche", avec deux des plus longs chapitres dû livres et parmi des plus détaillés dans la description de l'opération dû logiciel. L'auteur le reconnaît lui-même: la partie "correspond plus directement à ce qu'attend habituellement un utilisateur ou un futur utilisateur de logiciel" (p. 24). L'auteur y distingue sept niveaux de représentation présentés dans chapitre 13, et sept grandes classes ou type de base des objets étudiés, dans le chapitre 14, toujours en fournissant de nombreux exemples.

13Pour la quatrième partie, "La fin de l'analyse - De quelques critères de décision", nous avons déjà remarqué la ressemblance développée par l'auteur entre l'analyse d'un dossier complexe avec un logiciel et l'analyse d'un patient avec un psychanalyste. En effet, si les interprétations n'ont pas de fin, et peuvent être réintégrées dans le corpus pour une autre analyse, il s'en suit que l'analyse n'a pas de fin non plus. Mais, en se jouant des bornes et en évitant les extrêmes, Prospéro arrive à gérer aussi bien les interprétations que la fin de l'analyse. D'après l'auteur, "dès lors qu'un dossier est correctement constitué, il y a moyen de dégager des traits dont l'existence est difficilement contestable, et de fournir au jeu des interprétations possibles un cadre relativement stabilisé" (p. 303).

14Dans les deux dernière sections dû dernier chapitre de la quatrième partie, l'auteur s'adresse au problème de comment "Rédiger des textes avec Prospéro" et "Tirésias et Marlowe" (pp. 343-347) où on retourne à Marlowe "pour pallier les difficultés créées par la multiplicité des objets manipulés", puis qu'il "permet de restituer des cheminements et d'éviter l'opacité engendrée par la production monotone de centaines de tableaux ou d'extraits. Il prolonge notre technologie littéraire jusque dans l'élaboration des récits d'expérience" (p. 344).

15Dans le chapitre Conclusion, "Chemins qui mènent bien quelque part", Chateauraynaud arrive au même constat que nous: Prospéro se joue des bornes tout en évitant les cas limites. "La recherche se joue des limites, et c'est son rôle de pousser les expérience jusqu'aux confins de la raison et de la déraison ... Et Prospéro de rester là en équilibre, refusant de tomber d'un côté ou de l'autre" (p. 358).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karl M. van Meter, « Prospéro, le livre et le programme », Bulletin de méthodologie sociologique, 79 | 2003, 38-41.

Référence électronique

Karl M. van Meter, « Prospéro, le livre et le programme », Bulletin de méthodologie sociologique [En ligne], 79 | 2003, mis en ligne le 08 juillet 2008, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/bms/1274

Haut de page

Auteur

Karl M. van Meter

LASMAS – CNRS, vanmeter@iresco.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© BMS

Haut de page
  • OpenEdition Journals