Navigation – Plan du site
Ongoing Research/Recherche en cours

Compte-rendu des journées internationales de l’analyse secondaire en recherche qualitative

Utopie ou perspectives nouvelles ?
Magdalini Dargentas, Mathieu Brugidou, Dominique Le Roux et Annie-Claude Salomon
p. 43-55

Résumés

L’analyse secondaire du qualitatif est un nouveau domaine de recherche en France. Deux Journées Internationales organisées par le groupe CAPAS ont porté sur ce domaine. Elles ont eu lieu le 3 et le 4 novembre 2005 à Grenoble (MSH-Alpes). Les objectifs de cette manifestation étaient les suivants : faire un état de lieu de la recherche qualitative à entretiens dans les sciences humaines et sociales ; présenter l’usage de l’analyse secondaire dans le monde anglo-saxon et en France ; aborder des questions déontologiques, juridiques et méthodologiques liées à la capitalisation des entretiens et à leur analyse secondaire ; ouvrir sur des prospectives épistémologiques.

Haut de page

Texte intégral

1La capitalisation des données qualitatives et leur ré-utilisation en vue de nouvelles études (analyse secondaire) constituent un nouveau domaine de recherche à l’intersection de toutes les disciplines formant les sciences humaines et sociales et interrogeant les pratiques de la recherche qualitative.

2Ces questions sont explorées dans le monde anglo-saxon, de manière systématique, depuis les années 1990. Outre l’organisation de plusieurs colloques et journées d’études, il y a eu la création de réseaux de recherche, de centres d’archivages, ainsi que la publication de nombreux articles et ouvrages portant sur l’analyse secondaire (Corti, Kluge, Mruck, Opitz, 2000 ; Corti, Witzel, Bishop, 2005 ; Bergman, Eberle, 2005). En France, cette orientation de la recherche qualitative est récente.

  • 1  Sous l’égide et avec le soutien des institutions suivantes : MSH-Alpes (Maison des Sciences de l’H (...)
  • 2  Groupe de Recherche-Energie–Technologie–Société (Groupes E71 et E75). Recherche & Développement, E (...)
  • 3  Politique, Action publique, Territoires/Centre d’Informatisation des Données Socio-Politiques : UM (...)

3Les Journées Internationales l’Analyse Secondaire en Recherche Qualitative, Utopies ou Perspectives Nouvelles ? – réalisées le 3 et le 4 novembre 2005 à Grenoble (Maison des Sciences de l’Homme-Alpes) – sont la première manifestation scientifique française, exclusivement consacrée à ce domaine et tentant de l’aborder sous plusieurs angles. Elles constituent un des résultats du travail fourni par le groupe CAPAS qui en a assuré l’organisation.1 Le groupe CAPAS (CAPitalisation et Analyse Secondaire) a été formé en 2004 ; il réunit des chercheurs issus des équipes GRETS/R&D-Edf2 et PACTE-CIDSP/CNRS,3 avec une affiliation pluridisciplinaire (sociologie, linguistique, sciences politiques, psychologie sociale).

  • 4  C’est la vocation de la base Verbatim.

4Ce partenariat est intimement lié à une expérience pionnière en France, celle du pôle de recherches en Sciences Humaines et Sociales (GRETS) de la R&D/Edf : depuis 1998, en s’appuyant sur l’expérience de Qualidata (University of Essex), le GRETS est le seul groupe de recherches en France menant systématiquement la capitalisation des études qualitatives et de leurs matériaux4 (Le-Roux, Vidal, 2000a/b), ainsi que la réalisation d’analyses secondaires (Dargentas, Le-Roux, 2005).

5Le groupe CAPAS a été créé avec l’objectif de développer cette méthode, en élargissant la réflexion méthodologique, théorique et épistémologique, et en l’introduisant dans le monde académique français.

6Les Journées organisées s’inscrivent dans ce programme de recherche initié par le GRETS et PACTE-Cidsp. Leur objectif était le partage des expériences et des réflexions avec la plus large communauté scientifique, dans une visée interdisciplinaire et internationale. Elles ont été l’occasion de bâtir les prémisses d’un réseau scientifique consacré à l’élaboration et au développement de ces nouvelles pratiques du qualitatif. Un autre objectif était de soumettre cette pratique aux jeunes chercheurs. Se limitant volontairement aux seuls entretiens de recherche, les Journées étaient structurées autour des questionnements suivants : quel est l’état de la recherche qualitative actuellement ? Quelles sont les pratiques d’analyses secondaires, leurs objets et les difficultés identifiées ? En quoi les questions juridiques, déontologiques et éthiques peuvent-elles influer sur ces pratiques, ainsi que sur la capitalisation du qualitatif ? Quelles sont les méthodes susceptibles de préparer et d’assister les analyses secondaires ? Quelles sont les prospectives théoriques et épistémologiques de la recherche qualitative ?

7Cette manifestation scientifique a permis d’entendre sur ces questions une vingtaine de spécialistes de l’analyse secondaire qualitative, de la recherche qualitative ou de la capitalisation, issus de diverses disciplines : sociologie, sciences politiques, psychologie sociale, linguistique, droit, statistiques. Il s’agissait aussi de tenir compte des expériences plus avancées et des problématiques de recherche existant dans les autres pays européens ; des spécialistes des pays suivants faisaient partie des conférenciers : Grande Bretagne, Allemagne, Finlande, Suisse. Concernant les participants, les Journées ont réuni plus que 80 doctorants et chercheurs utilisant la recherche qualitative et issus de la diversité des disciplines des sciences humaines et sociales, toutefois avec une très forte participation des sciences politiques. Sur le plan technique, les langues officielles des Journées étaient le français et l’anglais ; des traducteurs ont assuré une traduction simultanée de grande qualité. Enfin, le colloque a été retransmis en direct sur le site de la MSH.

8En lancement des Journées, on a pu écouter les propos introductifs de Bernard Bouhet, directeur de la MSH-Alpes, de Bernard Denni, directeur de Science Po Recherche PACTE, et de Philippe Chabault, directeur du pôle Sciences Humaines et Sociales de R&D/Edf. Ces conférenciers ont abordé entre autres : la complémentarité des démarches qualitatives et quantitatives ; l’intérêt des équipes organisatrices à la recherche qualitative et aux pratiques de la capitalisation et d’analyse secondaire ; la réflexion sur la production des données et sur les attitudes des chercheurs relativement à celles-ci ; la coopération pluri-disciplinaire et la collaboration entre chercheurs. Philippe Chabault a insisté sur l’intérêt et la volonté de EDF R&D pour le développement de partenariat de recherche avec le monde académique, notamment en sciences humaines et sociales.

9La première conférence invitée était celle de Louise Corti, directrice de l’institution majeure pour la promotion de la capitalisation et de la ré-utilisation du qualitatif en Grande Bretagne, Qualidata (UK Data Archive, University of Essex). Louise Corti a présenté ce service, son historique depuis sa création en 1994 et ses objectifs. Les tâches de ce centre se rapportent à la valorisation de la recherche qualitative, à l’archivage de recherches qualitatives majeures (Thompson, 2000) ou risquant de se perdre, à la mise en relation des chercheurs avec les autres centres d’archivage, à l’organisation de formations et d’assistance méthodologique aux chercheurs. Par ailleurs, les chercheurs souhaitant procéder à l’archivage bénéficient d’un accompagnement concernant les questions d’anonymisation, de confidentialité, ou de format de données. D’autres aspects ont été également abordés : les acteurs utilisant ce service, les difficultés techniques liées à l’archivage (consentements, copyright, enregistrement, retranscription, problèmes juridiques), la création de bourses et d’allocations de recherche. Le service de Qualidata fait figure de pionnier pour les équipes européennes et internationales intéressées à l’archivage du qualitatif.

10La matinée du 3 novembre a été ensuite consacrée à la recherche qualitative, son renouveau et ses usages. Il s’agissait d’examiner les conditions de la ré-utilisation des entretiens. Des chercheurs représentant plusieurs disciplines étaient invités à présenter les particularités de la recherche qualitative dans leurs travaux et leurs disciplines, dressant un état des lieux contrasté.

11La session a commencé avec la communication du sociologue Nigel Fielding (University of Surrey) qui a exposé le statut de la recherche qualitative dans les sciences sociales. Ayant passé en revue l’évolution de la recherche qualitative depuis son émergence, sa domination par la recherche quantitative dans les années 40 (Ecole de Chicago), ce chercheur a ensuite évoqué le renouveau de l’intérêt pour ce type de recherche. A travers cet historique et à travers son propre parcours de recherche, Nigel Fielding a abordé le débat quantitatif-qualitatif, l’épistémologie positiviste, les questions méthodologiques de validité – fidélité – généralisation, le virage qualitatif initié par Glaser et Strauss en 1967, ainsi que les problématiques récentes de la recherche qualitative, notamment : les logiciels d’aide à l’analyse, l’existence de ressources issues d’archivage, les développements techniques fournissant de nouvelles formes de données qualitatives. Il a également évoqué l’institutionnalisation de la recherche qualitative à partir des constats suivants : l’inscription de plus en plus fréquente de cours sur la recherche qualitative dans le programme de formation universitaire en Grande Bretagne ; les tentatives d’évaluation de la qualité des études utilisant des méthodes qualitatives et l’utilisation élargie de la méthodologie qualitative dans la recherche à orientation appliquée (Medical Health Services).

12Pascale Laborier (Centre Marc Bloch) et Philippe Bongrand (CURAPP) ont présenté les conclusions d’une enquête qu’ils ont réalisée (2004) sur les méthodes utilisées dans la recherche de l’analyse des politiques publiques. L’entretien semi-directif semble être la méthode principale de recueil de données, ce qui toutefois, soulignent les intervenants, soulève des problèmes fondamentaux. Ces chercheurs constatent que ce recours « massif » aux entretiens n’est pas accompagné par un effort de systématisation des pratiques, ni par une réflexion épistémologique et méthodologique sur l’usage des entretiens qui constituent un « impensé » de l’analyse des politiques publiques. L’usage de l’entretien reste en effet très hétérogène, peu armé, souvent sans enregistrement, et limité à sa seule fonction informative. Revenir sur cet impensé de l’analyse qualitative apparaît comme un préalable à tout recours à l’analyse secondaire.

13Lors de cette même session, Sophie Duchesne (CEVIPOF, CNRS) a décrit l’état de la recherche qualitative en sociologie politique et plus particulièrement telle qu’elle est pratiquée depuis de nombreuses années dans un laboratoire aussi important pour la discipline que le CEVIPOF. Elle a par ailleurs évoqué sa propre attitude à l’égard de l’analyse secondaire, passant d’un sentiment plutôt réservé à une défense et illustration de cette méthode. L’entretien constitue une méthode fondamentale dans l’analyse des représentations politiques, alors qu’un fonds très important de matériaux est disponible au CEVIPOF. Sophie Duchesne a estimé que les enquêtes à base d’entretiens ont proportionnellement donné lieu à peu de publications (recherches de Guy Michelat et Michel Simon) et qu’il serait très intéressant de ré-analyser ces corpus qui s’avèrent encore disponibles. Elle a également mentionné l’utilité des analyses secondaires à fonction de vérification et comme moyen d’enseignement de méthodes d’analyse. Cette intervenante a discuté les pratiques liées à la collecte de l’entretien (biais liés au chercheur et à la relation avec l’interviewé, influence du contenu par les relances, etc.). Elle a également apporté des arguments en faveur de l’analyse secondaire : une attitude plus critique grâce au recul vis-à-vis d’entretiens produits par d’autres chercheurs, l’effet positif du temps sur l’interprétation plus objective des entretiens et le désengagement par rapport à la fidélité à l’égard de l’interviewé.

14Cette première partie s’est terminée sur une communication de Dietmar Loch (UPMF/ PACTE-Cidsp). S’appuyant sur ses recherches en milieu populaire, ce chercheur a développé les particularités de la méthodologie qualitative et notamment de l’entretien pour aborder la population de jeunes issus de l’immigration en milieu urbain. Une réflexion méthodologique a été menée sur : les catégories du chercheur influant sur l’objet d’étude, la distance sociale entre les acteurs et les rapports culturels. L’entretien, lorsqu’il est inscrit dans une sociologie compréhensive, semble une méthode qui permet de se rapprocher de la perspective subjective de l’acteur. Cette constatation amène Dietmar Loch à interroger la pertinence de la réutilisation d’entretiens : lorsque les entretiens sont décontextualisés de leur environnement politique et social, le chercheur peut-il avoir accès au sens de l’acteur ?

15Après cette première partie sur la recherche qualitative, l’après-midi a été consacrée aux pratiques qui apparaissent diversifiées de l’analyse secondaire, tout en faisant un détour nécessaire par la capitalisation des données. Il s’agissait de donner un aperçu de cette méthode à travers les communications des chercheurs britanniques, allemands et français, représentant différents moments de son évolution.

16Libby Bishop (UK Data Archive, University of Essex) a questionné le bien-fondé de la dichotomie entre les analyses de type ‘primaire’ et ‘secondaire’. Elle a fondé son argumentation sur une analyse secondaire qu’elle a réalisée sur l’alimentation. Selon elle, toute analyse qu’elle soit primaire ou secondaire doit examiner exhaustivement les questions de la définition de l’objet de recherche, de l’échantillonnage, du contexte local et social de recherche, de la co-construction de l’objet de recherche, de la relation avec l’interviewé, des consentements et de la distance du chercheur pendant l’analyse des résultats. Le chercheur doit envisager tout processus de recherche comme une construction ; par ailleurs, un même matériau peut être examiné sous une multiplicité d’angles. Les deux types d’analyse, malgré leurs similarités, diffèrent surtout par la relation entre chercheur et interviewé. Enfin, Libby Bishop a traité de la manière de réaliser les entretiens et par conséquent du rapport aux données dans un contexte de recherche collective. Le partage de données dans un tel cas d’étude présente beaucoup de similarités avec le processus de recherche de l’analyse secondaire. Cette méthode devrait pourtant être utilisée avec précaution, en fonction de sa compatibilité à la question de recherche.

17Les deux communications suivantes portaient sur les expériences allemandes d’archivage et d’analyse secondaire.

18Irena Medjedović (Archiv für Lebenslaufforschung, Graduate School of Social Sciences, Bremen) a présenté les résultats d’une recherche réalisée auprès d’une large communauté scientifique utilisant les méthodes qualitatives ; les chercheurs interrogés étaient invités à s’exprimer sur l’analyse secondaire, en abordant leurs expériences, leurs attentes et leurs objections. Parmi les obstacles identifiés empêchant le développement d’une banque nationale de données qualitatives et de l’analyse secondaire il faut noter : la confidentialité, la relation avec l’interviewé, les pratiques de recherche habituelles (par exemple, le mode de retranscription), la peur de critiques. Les chercheurs interrogés qui ont réalisé des analyses secondaires, ont ré-utilisé dans leur majorité leurs propres données. Ils font par ailleurs état de leur absence de familiarité avec cette méthode. Néanmoins, l’analyse secondaire semble s’inscrire pour la communauté scientifique allemande dans une « culture of disputation », dans la mesure où elle semble offrir un défi à l’interprétation du chercheur, ainsi que la complémentarité d’interprétations. Une telle perspective est envisageable uniquement dans la mesure où une documentation large du contexte de recherche est préalablement effectuée et où les questions de confidentialité sont résolues.

19Andreas Witzel (Archiv für Lebenslaufforschung, Graduate School of Social Sciences, Bremen) et Reiner Mauer (Zentral Archiv für Empirische Sozialforschung, Köln) ont ensuite abordé la situation actuelle de l’archivage du qualitatif en Allemagne en évoquant le cas de leurs institutions respectives. Cette tâche n’est pas assurée, au moins pour le moment, par l’institution nationale d’archivage (Zentral Archiv für Empirische Sozialforschung). Elle est uniquement assurée par l’ ‘Archiv für Lebenslaufforschung’ dans son aire de spécialité, les récits de vie. L’étude auprès de la communauté des chercheurs montre que ceux-ci souhaitent la création d’un centre d’archivage. Une telle réalisation impose une réflexion fine quant aux obstacles que peuvent poser les modes de retranscription ou son absence, les problèmes d’anonymisation, le contexte de recherche insuffisant et la protection de données. Ces deux intervenants semblent s’orienter vers une institution d’archivage dont le fonctionnement rappelle celui de Qualidata : archivage ; coordination avec d’autres institutions d’archivage nationales et européennes ; accompagnement des chercheurs dans la ré-utilisation ; expertise déontologique et méthodologique ; offre de logiciels d’aide à l’analyse ; enseignement.

20Les deux dernières communications de cette session ont porté sur les expériences françaises.

21Magda Dargentas (PACTE/R&D-Edf) et Dominique Le-Roux (R&D-Edf) ont évoqué le contexte de développement et les pratiques de l’analyse secondaire du qualitatif dans le groupe de recherche en sciences humaines et sociales de Edf (GRETS). La capitalisation et la ré-utilisation d’entretiens, exercées depuis 1998, constituent une expérience unique en France. Accompagnées de difficultés d’acceptation par les chercheurs interpellés dans leurs habitudes scientifiques, ces pratiques contribuent toutefois à l’interdisciplinarité et à la collaboration entre chercheurs. La récurrence des thèmes d’étude et la disponibilité d’un grand nombre d’études qualitatives ont conduit à la création de la base Verbatim et à la réalisation de plusieurs analyses secondaires (par exemple sur les thèmes : stress au travail, représentations et pratiques du confort, usages d’électricité, rénovation). Comparées aux études existantes dans le monde anglo-saxon, ces analyses secondaires ont la spécificité de contenir un grand nombre d’entretiens et provenant de plusieurs recherches. L’attitude méthodologique adoptée est la suivante : respect des principes de la recherche qualitative ; collaboration systématique avec les autres chercheurs et souvent ‘experts’ des thèmes d’étude ; portée exploratoire ; démarche réflexive et holiste ; usage de plusieurs logiciels [les CAQDAS (Atlas-Ti) versus l’école française d’analyse du discours (Alceste, Tropes)]. Les intervenantes ont aussi abordé les questions juridiques et déontologiques. Elles ont terminé leur communication sur le projet CAPAS et la possible transposition de cette expérience de Verbatim et d’analyse secondaire dans le monde académique français.

22Dominique Beynier (Université de Caen, LASMAS) a présenté son expérience de ré-utilisation du qualitatif en partant de deux exemples de recherche. Ce chercheur a une grande expérience du traitement des données qualitatives et quantitatives ; il souligne la complémentarité de ces deux démarches. Travaillant avec des données médicales, il dispose de très nombreux travaux d’étudiants et de doctorants ainsi que des entretiens de ses propres études. Ces entretiens sont minutieusement documentés quant à leurs modalités de réalisation et à leur contexte. Pour lui le sens d’un corpus n’est pas épuisé dès la première analyse (cf. choix théoriques et outils utilisés). Une nouvelle analyse s’avère être une pratique fréquente pour ce chercheur pour les besoins de recherche ou d’enseignement. Identifier cette pratique comme de l’‘analyse secondaire’ revient pour lui à questionner les usages de recherche. La première recherche citée en exemple porte sur l’allaitement. La ré-analyse de 16 entretiens semi-directifs porte sur une autre problématique (analyse des réseaux sociaux) que l’approche initiale (représentations de la mère), d’où les limites soulignées de cette nouvelle analyse. Le second exemple porte sur une enquête de l’INSEE (enquête emploi) et l’analyse des questions ouvertes sur la profession. Plus précisément, il s’est agi de redéfinir les intitulés d’emploi pour les intervenants sociaux, par le biais d’une analyse fine du corpus de déclarations de la profession. Ce travail a abouti à une proposition des libellés de dénombrement des professions de l’intervention sociale. L’outillage mis en place associe le codage d’une méthode qualitative à une analyse plus quantitative grâce au logiciel SAS.

23La journée du 4 novembre a débuté avec une première session consacrée aux questions éthiques et juridiques.

24Arja Kuula (Finnish Social Science Data Archive) a traité des questions éthiques qui constituent une limite au développement de l’archivage des données qualitatives. Plusieurs questions sont alors abordées : le caractère émotionnel et personnel de la relation entre le chercheur et l’interviewé ; la représentation par les chercheurs d’interviewés vulnérables voire ignorants ; la peur de leur porter préjudice par une utilisation détournée de leurs dires ; l’impossibilité d’anonymiser entièrement les données, le risque permanent d’identifier les acteurs ; l’idée que le chercheur doit être le seul détenteur des données qu’il a recueillies… Arja Kuula fait quelques propositions : d’abord, il faut questionner la perception de l’éthique par les interviewés. Elle a contacté 169 personnes ayant participé à une recherche afin de leur demander leur autorisation de ré-utiliser le matériel dont ils étaient la source : seulement 4 parmi elles n’ont pas accepté, tandis que 16 personnes n’ont pas réagi du tout. Le souhait de faire avancer la science et de maximiser l’usage de leurs dires ont constitué les principales raisons de consentement des participants. Arja Kuula estime que les chercheur qui aimeraient ré-utiliser des données doivent : anonymiser ses données et recontacter les participants pour obtenir leur accord. De même, elle pense que la relation développée pendant un entretien doit être envisagée uniquement comme une relation définie par les objectifs de recherche. Enfin, la question de l’anonymisation se pose pour la publication d’une étude et non pendant le processus d’analyse. Une ré-utilisation d’entretiens permettrait d’approfondir les processus régissant l’interaction entre les deux types d’acteurs.

25Anne-Marie Benoit (PACTE-Cidsp) a présenté la collecte des données, le stockage et l’utilisation secondaire d’un point de vue juridique en se focalisant sur le contexte académique français. Comment en effet protéger les libertés fondamentales de l’individu tout en optimisant l’utilisation des matériaux qualitatifs ? Les textes juridiques mettent en avant les principes de finalité et de proportionnalité concernant l’usage des données collectées. Deux catégories de données sont par ailleurs identifiées : les données à caractère personnel nominatives et les données sensibles requérant l’autorisation de la CNIL et le consentement éclairé du répondant (écrit, oral). Quant aux entretiens réalisés dans le passé et dépourvus de consentement, un problème juridique se pose : il s’agit de retrouver l’auteur (l’interviewé) ou de « basculer » sur la législation des archives. Une autre question est discutée par Anne-Marie Benoit, celle de l’obligation du dépôt. Une telle éventualité pose le problème de l’appropriation par les chercheurs des entretiens : ce sont les interviewés et non pas les chercheurs qui sont les propriétaires des entretiens. Quelques solutions sont proposées, entre autres : faire signer au répondant une clause de cession des droits d’exploitation des entretiens ; céder les entretiens avec rémunération. Enfin, l’intervenante propose l’élaboration d’un guide de bonnes pratiques par la communauté académique et en accord avec la CNIL.

26La matinée a pris fin avec une session sur les méthodes et les outils d’assistance à l’analyse secondaire.

27Jacques Jenny (Iresco, Arcati) a interrogé la production du discours et son analyse. S’inspirant de la sociolinguistique énonciative et pragmatique, il a défini le discours comme un système de co-énonciation et de représentations en relation avec des valeurs, des pratiques sociales et discursives. Ces instances de pratiques socio-discursives sont dépendantes des modalités de fonctionnement des groupes sociaux (organisés versus informels) et de leur taille (micro / méso / macro). Ce chercheur a également examiné le sens régissant toute expression discursive. Deux dimensions constitutives du sens sont identifiées : l’axe praxéo-idéologique et l’axe onto-axiologique. Le sens émerge dans ses dimensions multiples : connaissance et perception de la situation, évaluation de la situation, système de valeurs... Ces constituantes sont censées interférer dans le discours et provoquer des ‘effets de sens’. Ensuite, Jacques Jenny a insisté sur la temporalité du discours. Les aspects qui précèdent imposent une analyse du discours qui tient compte de la complexité des processus discursifs. De même, ils interrogent les implicites des méthodes d’analyse, les pratiques d’analyses lexicométriques, ainsi que la considération insuffisante de la dynamique des registres de discours.

28Nigel Fielding (University of Surrey) a ensuite pris la parole pour traiter de la question des outils informatiques qui contribuent à l’analyse secondaire du qualitatif. Il a commencé sa communication en rappelant les typologies existantes. Il a également abordé les spécificités de la recherche qualitative (entre autres : réflexivité, difficultés pratiques, richesse de données, familiarisation avec le terrain, présence de facteurs externes et internes influant sur le phénomène étudié). L’analyse secondaire selon ce chercheur est une pratique particulièrement intéressante ; de même, elle présente l’avantage d’utiliser au mieux les données issues de personnes auxquelles l’accès n’est pas facile. Les obstacles ayant empêché le développement de cette méthode sont d’ordre pratique (archivage) et épistémologique. En ce qui concerne notamment les obstacles épistémologiques, ils sont dus à une perception erronée du processus d’analyse des données primaires. Nigel Fielding a suggéré que l’analyse secondaire peut être facilitée par le biais des CAQDAS (par exemple, NVivo). Ces outils permettent au chercheur de prendre une distance par rapport aux données ; toutefois, il faudrait être vigilant quant aux perspectives analytiques de ces outils et à leurs implicites. Enfin, ce chercheur a évoqué quelques perspectives du développement de l’analyse secondaire et de l’archivage : cyber-recherche, méta-analyse d’études qualitatives, pratiques de collaborations et de dialogues entre chercheurs relativement aux résultats de recherches, cumulativité du savoir, archivages de mémoires et dans le cas de l’histoire. Il a suggéré le besoin pour les sciences sociales d’aller au-delà des inquiétudes épistémologiques.

29Sylvaine Nugier (R&D-Edf) a présenté un projet en cours de construction d’outils logiciels procédant à la structuration de données (TROIE) et au requêtage ainsi qu’à la capitalisation d’analyses secondaires (ACHILLES). Il s’agit d’un projet développé au sein de EDF et qui porte sur la connaissance du client Edf à partir de plusieurs types de matériaux : entretiens, questionnaires, sites Internet, forums de discussion, bases de données, etc. On entre dans le cas de la capitalisation et de l’analyse secondaire. Ce projet pose des problèmes d’ordre technologique et méthodologique. Au niveau technologique il y a absence d’outils permettant la capitalisation de données si hétérogènes. C’est l’objectif de l’outil TROIE: ce logiciel est censé transformer des données de formats différents en un format pivot incluant des méta-données. Ensuite, sur le plan méthodologique, la ré-utilisation de ces données impose des précautions quant au contexte initial de recherche. C’est la mission de l’outil ACHILLES qui permet de faire une requête pour une analyse secondaire, d’extraire les données et les méta-données, et de capitaliser les nouvelles analyses. Ces outils doivent faciliter le travail collaboratif entre chercheurs.

30Les Journées se sont terminées par une table ronde sur les perspectives de l’analyse secondaire et une réflexion sur les questions épistémologiques. Les discussions ont porté sur les questions suivantes : les difficultés pratiques et méthodologiques liées tant à l’analyse secondaire qu’à l’archivage du qualitatif, les prospectives de l’analyse secondaire dans le domaine de la psychologie sociale, la situation académique française. Voici quelques échos de ces débats :

31Louise Corti et Libby Bishop (UK Data Archive, University of Essex) ont attiré notre attention sur le besoin de développer l’archivage pour pouvoir faire évoluer à long terme l’usage de l’analyse secondaire du qualitatif.

32Dominique Joye (SIDOS) a ensuite présenté les enjeux de l’archivage du qualitatif. La culture de ré-utilisation impose l’exigence de transparence et oriente la recherche vers l’étude du changement social. La question méthodologique qui se pose alors concerne le contexte initial et sa connaissance en vue de la compréhension ultérieure des données. La création d’un centre d’archivage implique des difficultés d’ordre pratique relatives à l’infra-structure nécessaire pour qu’un tel centre puisse jouer son rôle de relais entre recherche, enseignement, archives, place d’échanges, lieu de formations et de discussions méthodologiques. Malgré la spécificité des données qualitatives en termes de matériel ou d’approches d’analyses, Dominique Joye a insisté sur la nécessité d’arrêter d’opposer le qualitatif au quantitatif ; il a notamment souligné la similarité des deux types de données quant à leur contexte de production.

33Ensuite, Béatrice Madiot (Université de Picardie - Jules Verne) a questionné la pertinence de l’analyse secondaire du qualitatif pour la Psychologie Sociale. L’analyse secondaire pourrait orienter cette discipline vers la reconquête de la dimension temporelle. En effet, au sein de la psychologie sociale, l’étude des phénomènes dans leur dimension temporelle, diachronique, ou longitudinale est quasiment inexistante. De même, on constate la faible présence de travaux qualitatifs, en raison de leur coût et de la domination du courant expérimental. Béatrice Madiot a valorisé l’étude - dans la durée et dans la dynamique - de la pensée sociale en train de se construire et la pertinence de la théorie des représentations sociales. Elle a cité une recherche sur les représentations sociales du corps (Jodelet, Ohana, 1982) qui rappelle la problématique de l’analyse secondaire : il s’agit de l’analyse à 15 ans d’intervalle d’entretiens réalisés par plusieurs chercheurs. Enfin, pour l’intervenante, l’analyse secondaire contribue à la cumulativité du savoir et offre l’avantage de faire varier les cadres d’analyse d’un même matériel par le biais de différents outils méthodologiques.

34La dernière intervention de Mathieu Brugidou, Magda Dargentas (PACTE/R&D-Edf) et Céline Belot (PACTE-Cidsp) a tenté une première synthèse des questions abordées pendant les Journées et une réflexion sur les perspectives de l’analyse secondaire dans le contexte académique français. Après un bref historique et une typologie des pratiques de l’analyse secondaire, les intervenants se sont interrogés sur les raisons de l’appropriation par les chercheurs britanniques de cette méthode. Ils sont revenus sur le statut des données et des hypothèses interprétatives, sur la pertinence de l’analyse secondaire en fonction des objectifs de recherche et des cadres épistémologiques adoptés, sur la faisabilité de cette méthode et enfin sur les questions d’éthique. L’analyse secondaire s’avère incontestablement une pratique collaborative mais celle-ci impose au préalable une réflexion élargie pour les diverses disciplines des sciences humaines et sociales. La capitalisation et l’analyse secondaire des entretiens constituent probablement un bon moyen de préserver la mémoire de la recherche mais aussi de forger l’identité d’équipe nouvelle et pluridisciplinaire qu’illustre la création de l’UMR PACTE.

35Cette communication a été l’occasion de discuter avec les autres chercheurs de la table ronde et avec le public, notamment de l’inexistence d’un centre national d’archivage du qualitatif, conditionnant pour certains le développement de l’analyse secondaire. Les chercheurs étrangers ont exprimé leur étonnement devant les particularités françaises. Les rapports de deux laboratoires relatifs à la faisabilité d’un tel centre ont été cités (Dubar, Reinert, 2001 ; Cribier, Feller, 2003). D’autres voies plus modestes ont été préconisées, passant, à l’intérieur de laboratoire comme PACTE (à l’image de l’expérience du GRETS de EDF-R&D) par la mise en place d’outils collaboratifs (logiciels comme des CAQDAS, procédures d’archivages, formation notamment pour les doctorants) et, pour la communauté académique, par la création d’un réseau de laboratoires publics et d’entreprise intéressés par ces questions. Cette réflexion devrait par exemple aboutir à l’établissement d’un guide de bonnes pratiques ou de recommandations validé par la CNIL.

36Le discours de clôture des Journées a été prononcé par Olivier Ihl, directeur de l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble. Ce conférencier a souligné les défis institutionnels et intellectuels de l’analyse secondaire et de la capitalisation du qualitatif. Il a souhaité la consolidation de réseaux de recherche autour de ces questions.

  • 5  Voir le site : http://www.pacte.cnrs.fr/Productions/Seminaires/Capas/05-11-3et4.htm
  • 1

37Les Journées Internationales l’Analyse Secondaire en Recherche Qualitative, Utopies ou Perspectives Nouvelles ont contribué à l’introduction de ce nouveau domaine de recherche et des problématiques associées au sein de l’espace de recherche français. Le groupe CAPAS souhaite continuer ses activités et élargir son cercle de réflexion. Un ouvrage collectif est en cours de publication, tandis que des informations supplémentaires concernant les Journées et leurs contenus sont disponibles sur Internet.5 En conclusion, nous estimons que cette manifestation scientifique a eu lieu dans un contexte qui semble encourager l’émergence de ce courant de recherche. On peut rappeler à cet égard les deux rapports évaluant les besoins pour les sciences humaines et sociales d’une banque de données qualitatives déjà cités. Signalons également que plusieurs colloques et Journées – organisés par diverses disciplines – se sont déroulés sur des questions convergentes à celles qui ont été étudiées lors des Journées à Grenoble.6 Nous ne pouvons qu’espérer la poursuite d’une telle activité scientifique ainsi que la consolidation d’un réseau de chercheurs souhaitant approfondir les questions lies à la recherche qualitative, la capitalisation et l’analyse secondaire du qualitatif, et contribuer ainsi à une culture scientifique de partage et de collaboration.

Haut de page

Bibliographie

Bergman, M.M., Eberle, T.S. (Eds) (2005). Qualitative Inquiry: Research, Archiving, and Reuse. FQS (Forum Qualitative Sozialforschung/ Forum : Qualitative Social Research). Volume 6, No 2. http://www.qualitative-research.net/fqs/fqs-e/inhalt2-05-e.htm

Corti, L., Kluge, S., Mruck, K., Opitz, D. (Eds) (2000). Text, Archive, Re-analysis. FQS (Forum Qualitative Sozialforschung/ Forum : Qualitative Social Research).Volume 1, No 3. http://www.qualitative-research.net/fqs/fqs-e/inhalt3-00-e.htm

Corti, L., Witzel, A., Bishop, L. (Eds) (2005). Secondary Analysis of Qualitative Data. FQS (Forum Qualitative Sozialforschung/ Forum : Qualitative Social Research). Volume 6, No 1. http://www.qualitative-research.net/fqs/fqs-e/inhalt1-05-e.htm

Cribier, F., Feller, E. (2003). Projet de conservation des données qualitatives des sciences sociales recueillies en France auprès des la ‘société civile’. CNRS-EHESS, LASMAS, UMR 8097. (Rapport de recherche remis au Ministère de la recherche en avril 2003. Mise en ligne été 2005.) http://www.iresco.fr/labos/lasmas/rapport/Rapdonneesqualita.pdf

Dargentas, M., Le Roux, D. (2005). Potentials and Limits of Secondary Analysis in a Specific Applied Context: The Case of EDF—Verbatim. Forum: Qualitative Social Research, 6(1). http://www.qualitative-research.net/fqs-texte/1-05/05-1-40-e.htm.

Dubar, C., Reinert, M. (2001). Faisabilité d’une banque de données d’entretiens biographiques en sciences sociales : Réflexions à partir du rapport remis au CNRS-SHS sur l’archivage et la capitalisation des entretiens en sciences sociales. Communication à la Journée d’Etudes du CIDSP sur Les Nouvelles Méthodes d’Analyse des Entretiens, Grenoble, 9 Mars 2001, MSH-Alpes. http://www.msh-alpes.prd.fr/Actualites/Analyseentretiens.htm

Jodelet, D., Ohana, J. (1982). Systèmes de représentations du corps et groupes sociaux. (rapport de fin de recherche) Paris : Laboratoire de Psychologie Sociale - EHESS.

Laborier, P., Bongrand, P. (2004). L’entretien dans l’analyse des politiques publiques, un impensé méthodologique ? Revue Française de Science Politique, 55 (1), 73-111.

Le-Roux, D., Vidal, J. (2000a). Verbatim : Qualitative Data Archiving and Secondary Analysis in a French Company. Forum: Qualitative Social Research,1(3). http://www.qualitative-research.net/fqs-texte/3-00/3-00rouxvidal-e.htm

Le-Roux, D., Vidal, J. (2000b). Verbatim : Une expérience de capitalisation d’entretiens qualitatifs. Bulletin de Méthodologie Sociologique, no 65, p.58-67.

Thompson, P. (2000). Re-using Qualitative Research Data: a Personal Account. Forum: Qualitative Social Research, 1(3). http://www.qualitative-research.net/fqs-texte/3-00/3-00thompson-e.htm

Haut de page

Notes

1  Sous l’égide et avec le soutien des institutions suivantes : MSH-Alpes (Maison des Sciences de l’Homme), GRETS/R&D-EDF, PACTE-CIDSP/CNRS, Groupe Interuniversitaire Ethique en Recherche (Grenoble Universités), IEP Grenoble (Institut d’Etudes Politiques), UPMF (Université Pierre Mendès France).

2  Groupe de Recherche-Energie–Technologie–Société (Groupes E71 et E75). Recherche & Développement, EDF.

3  Politique, Action publique, Territoires/Centre d’Informatisation des Données Socio-Politiques : UMR 5194 rattachée au CNRS, à l'Institut d'études politiques de Grenoble, à l'Université Joseph Fourier, à l'Université Pierre Mendès France, et par convention liée à la Fondation nationale des sciences politiques.

4  C’est la vocation de la base Verbatim.

5  Voir le site : http://www.pacte.cnrs.fr/Productions/Seminaires/Capas/05-11-3et4.htm

-Colloque Archives des sociétés en mouvement. Regards croisés : archivistes et chercheurs (29 Septembre-1 Octobre 2005). Dijon, Université de Bourgogne. http://www.u-bourgogne.fr/colloquearchives2005

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Magdalini Dargentas, Mathieu Brugidou, Dominique Le Roux et Annie-Claude Salomon, « Compte-rendu des journées internationales de l’analyse secondaire en recherche qualitative », Bulletin de méthodologie sociologique, 90 | 2006, 43-55.

Référence électronique

Magdalini Dargentas, Mathieu Brugidou, Dominique Le Roux et Annie-Claude Salomon, « Compte-rendu des journées internationales de l’analyse secondaire en recherche qualitative », Bulletin de méthodologie sociologique [En ligne], 90 | 2006, mis en ligne le 01 avril 2009, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/bms/678

Haut de page

Auteurs

Magdalini Dargentas

Pacte/CNRS-R&D/EDF, dargenta@ehess.fr

Mathieu Brugidou

Pacte/CNRS-R&D/EDF, mathieu.brugidou@edf.fr

Articles du même auteur

Dominique Le Roux

R&D/EDF, dominique.le-roux@edf.fr

Annie-Claude Salomon

Pacte/CNRS, annie-claude.salomon@cidsp.upmf-grenoble.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© BMS

Haut de page
  • OpenEdition Journals