Navigation – Plan du site

Analyse généalogique et structure de la population. L’ascendance des natifs de la vallée de la Valserine (Jura français), XVIIe-XXesiècles

Genealogical analysis and population structure. The ancestry of the natives of the Valserine Valley (french Jura), 17th-20th centuries
G. Brunet, S. Lallich et A. Bideau
p. 87-102

Résumés

Nous avons procédé à la reconstitution des réseaux généalogiques ascendants de tous les individus nés dans la vallée de la Valserine (Jura français) tels qu’ils sont connus par le dépouillement systématique des registres paroissiaux et d’état civil des cinq communes de cette vallée, de la fin du XVIIes. à nos jours. Notre propos est de mener une analyse quantitative de ces réseaux généalogiques ascendants pour caractériser l’ensemble de la population native de la vallée. S’agit-il d’une population homogène ou au contraire est-elle formée de plusieurs groupes présentant des histoires généalogiques contrastées ? Les analyses, fondées sur la complétude de l’information disponible, montrent que les individus nés dans la vallée peuvent être classés en deux groupes : ceux dont l’ascendance locale, par un ancêtre au moins, est établie depuis l’origine des documents disponibles et ceux ne possédant pas d’ascendance locale continue. Cette observation est vérifiée quelle que soit la période de naissance étudiée et révèle l’existence d’une « structure généalogique » de la population. Nous proposons également une méthode originale pour établir le coefficient de déperdition de l’information généalogique entre la seconde et la quatrième générations ascendantes, calcul établi aussi bien de manière relative qu’absolue. Finalement, nous reprenons la conclusion d’une étude précédente (Heyer 1993), mais en montrant que la structure de population observée (existence d’un noyau stable permanent et de flux constants d’entrées et de sorties) n’est pas une construction observée uniquement au XXes. du fait des mouvements migratoires récents. Une structure identique pouvait déjà être observée parmi les natifs du début du XVIIIes. L’étude des rangs SOSA des ascendants montre un lien entre la probabilité de maintien sur place d’une lignée familiale et le sexe des ascendants.

Genealogical analysis and population structure. The ancestry of the natives of the Valserine Valley (french Jura), 17th-20th centuries

Using the parish and civil records of five townships of the Valserine Valley, we have reconstructed the genealogical networks of all the individuals born in this valley from the end of the 17th century to the present day. Our goal is to make a quantitative analysis of these genealogical networks to characterise this population. Is this population homogeneous or can we find several groups with contrasting genealogical histories? Our analysis shows the existence of two groups of natives: the individuals with at least one ancestor present in the valley, in each generation, from the end of the 17th century, and those whose local ancestry is not continuous. This observation can be made whatever the period of birth studied and it reveals the existence of a genealogical structure in the population. We also propose an original method to calculate a coefficient of loss (absolute and relative) of the genealogical information between the second and the fourth ascending generation. Finally, we take up the conclusion of a previous study (Heyer 1993) but by showing that this population structure (a permanent stable nucleus with constant flows of immigrants and emigrants) is not a construction observed only during the 20th century due to recent migrations. In fact, the same observation can be made for the individuals born at the beginning of the 18th century. The SOSA rankings of the ancestors show a relation between the probability for a genealogical line to stay in the valley and the sex of the ancestors born in the valley.

Haut de page

Texte intégral

1La démographie historique a pendant longtemps ignoré la dimension généalogique, et les travaux visionnaires d’Henry (1956) et d’Hollingsworth (1964) font figure d’exception. Il a fallu attendre l’arrivée de l’informatique dans les laboratoires de sciences humaines et sociales et la puissance de calcul des micro-ordinateurs pour qu’apparaissent des bases de données informatisées au sein desquelles chaque individu est rattaché à son réseau généalogique. Parmi les travaux pionniers de cette ère informatique, on peut citer notamment les initiatives du Programme de Recherche en Démographie Historique de l’Université de Montréal (Desjardins 1998). En France, un des principaux artisans de cette problématique a été Dupâquier, avec son étude sur 3000 familles (échantillon TRA) visant à observer la mobilité géographique et la mobilité sociale à l’échelle nationale de 1800 à la fin du XXe s. (Dupâquier, Kessler 1992). Les Annales de Démographie Historique se sont à plusieurs reprises fait l’écho des problématiques et des acquis des recherches intégrant une dimension généalogique, notamment dans les volumes de 1984, 1998 et 2000 (voir par exemple Bideau, Poulain 1984 ou Brunet, Bideau 2002).

2Dans une perspective différente, les généalogies ont souvent été utilisées, notamment en génétique des populations et en anthropologie biologique, pour le calcul des coefficients d’apparentement entre conjoints ou du coefficient de consanguinité d’une population (Vernay 2000), mais les exploitations strictement démographiques sont plus rares (Rallu 1992). Les régions de montagne, parfois considérées comme des quasi-isolats, ont particulièrement stimulé les recherches (Bourgoin – Vu Tien Khang, Sevin 1978). Le lien entre histoire de la population et déséquilibre allélique a également été établi à l’aide de réseaux généalogiques (Thompson, Neel 1997). Dans des cas exceptionnels, les généalogies ont été utilisées pour percevoir l’histoire globale d’une population (Bouchard, de Braekeleer 1991). Mais les réseaux généalogiques ont rarement été étudiés en eux-mêmes.

3Nous souhaitons présenter ici, de manière concrète, quelques pistes d’exploitation rendues possibles par l’existence de fichiers démographiques informatisés issus d’un dépouillement systématique des registres paroissiaux et des registres d’état civil. Les données utilisées concernent cinq communes de la vallée de la Valserine, dans le Jura français, étudiées de la fin du XVIIe s. à nos jours (Bideau, Brunet sous presse).

À la recherche d’une « structure généalogique » de la population

4Les biologistes et les généticiens de la population ont découvert avant les historiens-démographes l’intérêt des fichiers généalogiques. De nombreuses recherches portant sur la transmission de caractères héréditaires, sur l’origine de maladies génétiques ou sur la probabilité d’origine des gènes sont fondées sur l’exploitation de telles données.

5De ce fait, certains concepts de nature démographique ont été formulés par des généticiens. Tel est par exemple le cas du concept des « enfants utiles » : sont ainsi dénommés les enfants qui contribuent à la constitution de la génération suivante en se reproduisant (Heyer, Cazes 1999 ; Boetsch, Prost 2001). Par une démarche de généalogie descendante, il est ainsi possible de mesurer quelles lignées familiales se reproduisent sur place, avec quelle intensité au fil des générations, et quelle proportion de lignées disparaît (Bideau et al. 1995). Chaque ascendant est identifié en fonction du nombre de générations ascendantes qui le séparent de l’individu étudié, sans tenir compte des dates précises de naissance de ces ascendants, des décalages chronologiques pouvant se produire entre les différentes lignées (Cazes 1987).

6Nous proposons ici le concept de « structure généalogique de la population », appellation provisoire qui mérite sans doute d’être discutée. L’interrogation est la suivante : au sein de la population présente dans la vallée à une date donnée, ou au sein de la population née dans la vallée durant une période donnée, peut-on savoir depuis combien de générations les ancêtres, ou des ancêtres, sont présents dans la vallée ? En d’autres termes, quelle est la proportion de la population qui relève d’un enracinement déjà profond dans la vallée et quelle est la proportion qui est au contraire le fruit d’une implantation récente ? Peut-on par l’étude des arbres généalogiques ascendants percevoir si la population est homogène ou au contraire composée de groupes distincts quant à cet enracinement local ?

7La littérature sur la question n’est pas abondante. D’un côté, on peut se référer au modèle, bien théorique en ce qui concerne les populations européennes, de l’isolat (Gomila 1976). Dans une telle situation, tous les habitants de l’isolat posséderaient de nombreux ancêtres sur place de nombreuses générations auparavant. La situation semble se rapprocher de ce cas dans la vallée de Vallouise dans les Alpes briançonnaises (Boetsch et al. 2002). A contrario, dans la Dombes caractérisée par une forte mortalité et une forte mobilité géographique, peu d’habitants recensés en 1872 possédaient des ancêtres ayant vécu sur place deux ou trois générations auparavant (Brunet 1979).

8La population étudiée ici est celle de cinq communes alignées dans la vallée de la Valserine : Lélex, Chézery, Forens, Champfromier et Montanges. Cette vallée est située entre les plateaux du Jura au nord, les montagnes du Haut-Bugey à l’ouest, les collines du Pays de Gex à l’est et le Bugey au sud. Partiellement isolée par ce relief, la vallée a tout de même été intégrée dans les mouvements migratoires, notamment au XIXe s.

9Ensemble, les communes étudiées comptaient environ 3000 habitants vers 1700, 4500 vers 1800, 3000 de nouveau vers 1900 et 1400 actuellement. Le dépouillement a permis de compiler plus de 28 000 actes de baptême ou naissance, 6100 actes de mariages et environ 21 000 actes de décès enregistrés dans la vallée entre 1700 et 2000. Le couplage des informations mentionnées dans ces actes a abouti à la connaissance de 47 037 individus différents. Chacun d’entre eux est relié, lorsque l’information est connue, à ses parents, ses enfants et son ou ses conjoints. Parmi ces 47 037 individus, 28 224 (60 %) sont nés dans un des villages de la vallée, les autres étant connus uniquement par leur mariage, par leur décès ou par leur présence lors d’un de ces événements. L’ensemble des réseaux généalogiques peut ainsi être reconstruit, dans la mesure où les individus concernés sont enregistrés dans les registres paroissiaux ou d’état civil de la vallée.

10Nous avons choisi, dans ce travail un peu expérimental, de faire porter l’observation sur quatre cohortes. Sont recherchées les ascendances de tous les individus nés dans une des cinq communes de la vallée de 1800 à 1819 (cohorte 1), de 1850 à 1869 (cohorte 2), de 1894 à 1913 (cohorte 3) et de 1950 à 1969 (cohorte 4). La définition de cohortes d’observation d’une durée de 20 ans permet à priori d’observer au moins un enfant issu de chaque couple fécond mais de ne pas avoir des enfants

11issus de deux générations successives (parent et enfant). Pour la troisième cohorte, qui aurait pu être 1900-1919 pour respecter la régularité des coupes, nous avons préféré décaler légèrement pour éviter les perturbations de la natalité liées à la Première Guerre Mondiale. Enfin, la limitation à quatre du nombre de coupes permet d’observer d’éventuelles évolutions tout en évitant un nombre trop important de résultats qui alourdiraient les tableaux et les graphiques. C’est ainsi sur l’observation de 6452 généalogies ascendantes (tabl. I), plus ou moins profondes et plus ou moins complètes, que reposent les analyses qui suivent. Nous pourrons également comparer les observations selon les quatre cohortes de naissance étudiées et déceler l’existence éventuelle de modifications dans cette « structure généalogique ».

lustration" dir="ltr">ulxte inténétion">lustration" dir="ltr"s" hrass="period">&nbs pendant l"s"ateauxéféré décmesues popues gndu, les inda> ftes <(...span>/ulllustration" dir="ltr">Tabl. I - r">11issus de deux générations sute, les endan d’une d,tant des dates sur ent et edans la vallcoh

, la lnt (Heyer, Ca1 ( indpment 037 sonment),es et ddans la val, la lnt (Heyer, Ca2 ( bservands-joints.)paraibuent e. Dinérates roub les qur d’évenbservation val, lvoir dent (Heyer, Ca(2, 4, 8, 16, 32, 64 …) eHaut de proottiorturg/bmsap" ftes http:/odyftes <1pan>. Oqui am ble, montren ri d’ possible de l de Va?sous montagui alourdations eurbleadiv cnbservation val, ld’ possiyer, Ca de gélée pa’éventuadiv ce
T s. eshut-olaboment-rvands-joints.ble des nes de l,conxberuoissiauxmatique d,ponible, montrende ces 75 % t possiyer, Cants montre un ponible, montrent
="Accueil" hn" dir="ltr">

Tabl. I - Effectifs étudiés selon les cohorrtes/a>

lus ou moins p:a’évemoyenopulati’un enrbser trois gr leur er of n lnt (Heyer, Capparentes 4dances de tIndalogiqkee de :communes de la n ponibl). La d roissiemoyenpui15,3 r trois gr leur , la lnt (Heyer, Ca6apparenes maximumer au6 = 64 r trois gs démogranthropoloyer, Ca6apennes,tensnnée, o23,9 % ogiques : les r possiyer, Ca6ohort (4 cohoortsGcond and the fourth asc:nérr cesationsy of tti’un eny sh knownage.nclusion ource=docannexe/image/1334/img-1-small640.jpg&titlepos=up" rel="n2follow" onclick="window.open(this.href,c'''''totation">Citation | a définitw)nermeplu="siteN705, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheighg&titlepos=up" rel="n2follow48oncli"a titleHaut de prnal34" te/1334/img-1-small640.jpg&titlepos=up" rel="n2follow" onclick="window.open(thhis.href,c'''''totation">Citation | a définitw)nermeplu="siteN705, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheight="119"="1nify/div> s" srAtamms s>

Tabl. I - Effectifs étudiés selon leFre.89tesPti’un enrbser trois gr leur er of n lnt (Heyer, Cohort Fre.89rtssPti’un eny sh knownage.nclusion oxe/image/1334/img-1-small640.jpg&titlepos=up" rel="n3follow" onclick="window.open(this.href,c'''''totation">Citation | a définitw)nermeplu="siteN630, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheighg&titlepos=up" rel="n3follow48oncli"a titleHaut de prnal34" te/1334/img-1-small640.jpg&titlepos=up" rel="n3follow" onclick="window.open(thhis.href,c'''''totation">Citation | a définitw)nermeplu="siteN630, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheight="119"="1nify/div> s" srAtamms s>

lustration" dir="ltr">ulxte inténétion">lustration" dir="ltr"s" hrass="period">&nbs p2ndant l"s"Aue dr, Cape coefes egiesilis mesurles innsnnée, oproblématlats, coupl de la Valserine des nes de l lodiv> fte2 <(...span>/ulllustration" dir="ltr">Tabl. I - r">11issus de deux générations su, de manLesune cn peut soD’un clcul étafinitrexploitatour resion des entsurvengrantormatin deass="69,ée (exiations hétérogènest son oe le fruiles ent les teabitantau XIectiémates ont dues possibdans la valléus l2 possiyer, Caxmatnération(,éennes, drnous/p> , logiques : les n ayantrés d 1979)v id="doafinitmi cn peut-à-d allcouplagsmitation mouneles t sous presLed’évenbservation valr leur ans la généan t a tounter lémà lalourdations eurbbservation va,l, lvoir dent (Heyer, CaeHaut de proottiorturg/bmsap" fte2 http:/odyfte2 p2ndn>. Eiemoyenpu,an sions ascendant (Heyer, Ca(rvands-joints.)beruoissiau2,7bdans la valies 4tématique de(67,5 %)para, la l3dant (Heyer, Cas et ddaboment-rvands-joints.bies hut-oématique de(5 la esLed’éveical ienbservation valr leur augme, ojuss inf, ld maximumer a31,9 nes de la , la l7 possiyer, CanCa géné,ponible, montrenon peut ansemb eurble24,9 %anCaci togie g’ob des a72 pode Braeune d’ vanddécjo décalerdans la vallnt être classés en deux groupesle filieu Les Annalearoissi des ar">er léma , la ln de la ps alignén siodantsitation9).

Tabl. I - r">11issus de deux générations suiciens d pu êtrbl). La trant que la s 4). La desion des entsiaux ou drantormati1969ass="13 oitatints. Chacun dl de la Valserises lab : même n d’une du, ld’ations hétlysedrxte" dir="ltr">10Nous avons choisi, dans ce tra5 celle de ble, montrende ctions de la nsuper lémekee d ascenda, la l5dant (Heyer, Ca
er léma ait déjearoisnotadlysedrxs soD’un3itatour r mi les ’un4eémograsystrxstclass=inn est la su(Heglige vatiomouneles sibdans la valléus 5dant (Heyer, C,asséses ’unilehes information es en deux ascendamouneles t souss pre, autra (Jura français), XVI60 %)ne paou seshes (rrançai6dant (Heyer, Ca
10Nous avons choisi, dans ce tra6ciens d pu êtr ascendaatour r calages chro(913 -orte) ry due to lcoefes eghà lapes d:pe coeectiéme ble, montrenparentes tsitation9).

t son oeue en dut-oen drenparentes ="text tis mi lerant quemmpiler" dir="ltr">10Nous avons choisi, dans ce tra7es compta de ces ’unimitation atour r calages chrso(9100orte)e pa’évemaximumerbservation valr leur er norde, la l3dant (Heyer, Cnérat4,3 s un des viit au XX trant que lader" dir="ltr">10Nous avons choisi, dans ce trat celle dbser néaloançaical ratnéalogiqlus ou moins per of nad’évenbservation valr leur me nt (Heyer, Ca(lus ou IIpouimpment cuismitaerrants) tode Bra ; Boou téraica). En Francefférents. Chacuesjaement pour sibdans la vallééseau généalops alignxtIcon">

Tabl. I - Effectifs étudiés selon les cohorrrtesDal ratnéalogiqlus ou moins per of nad’évenbservation valr leur , la l ascendant (Heyer, C.néainsi possible des qui les ta qui alourentairrbbservation va,lr paraiémat drnous/p>class= autra (nsnnée,le d’une), XVgohortinsi surohort (4 cohooorts).

sy of tti’un eny s347">popuimage.rench.

Citation | a définitw)nermeplu="siteN506, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheighg&titlepos=up" rel="n4follow48oncli"a titleHaut de prnal34" te/1334/img-1-small640.jpg&titlepos=up" rel="n4follow" onclick="window.open(thhis.href,c'''''totation">Citation | a définitw)nermeplu="siteN506, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheight="119"="1nify/div> s" srAtamms s>"paranumber">10Nous avons choisi, dans ce tra9e, les endats utile, la l ascendant (Heyer, Capparentes 493s dans les recet térai4n atour r ps alignèrementrents. ont prés et drvands-joints.bparen282s dans les (57,2 %)pae localands-joints.bparen969 dans les (19,1la vraiul’paren113s dans les (22,9 %)s observatpour otadaffirmees infuCas ertllnt être classés en deux groupesle filieu Les Annaleon pyu sur place deiul’u nombre d et enfant). Pour l les tôt cn peut-à-d allment syises lgit al. 199avec quelle
199ementrents. ont inq commualands-joints.,éennes,ent">Sipuis lr cess="texhabit pu êes celer ltrant que lad,ponihes ie(Jura frao deiul’dmmualands-joints.= ements et son as etn t a to les ogrt envrdins 1ordmekee 11e coh5 %,ucturels ta queectiéms lr cess="texdiv> géns 1opet enrementrents. ont popula ainrats, oeler ltrant que ladprés et drvands-joints.b en dntrés dl ainrats-s ertates ont vationtrexploitatour resnes, drnous/p> ur l être classéspouillcoeilieu Les Annal Parocal ? id="sotadn t a tod leur marer" dir="ltr">10Nous avons choisi, dans ce tr20e, les endan d’une d,t oitatints. Chacun iqlus ou moins pis mesurs inf,la sulysedrx, la l4dant (Heyer, Ca
8La population étudiée ici es21ciens d pu êtr4n atour r calages chrrementrents. ont siemoyenpui6,6 est homogènatérogènesranmn Franceffcal ratnéarement pour unitatints. Chacuqui suive (16 est homogèr leur eD16)paren13,6 %un iqlus ou moins d’it s mouvements mpr sice 1 eD7xtIcon">

Tabl. I - Effectifs étudiés selon les cohorVen enDal ratnéalogiqlus ou moins per of nad’évenbse dans les regeur , la l4 possiyer, Cantunimitation atour r on peut se rnsnnée,le é e ascendantes (tab au ngénétler i suive cents. Une sl640.js.néainsi possible des ues contrast qui alourentairrbbservation va,lr paraiémat drnous/p>class= autra (nsnnée,le d’une), XVgohortinsi surohort (4 cohoVrts-sPti’un eny s347">popuimage.rench.

Citation | a définitw)nermeplu="siteN450, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheighg&titlepos=up" rel="n5follow48oncli"a titleHaut de prnal34" te/1334/img-1-small640.jpg&titlepos=up" rel="n5follow" onclick="window.open(thhis.href,c'''''totation">Citation | a définitw)nermeplu="siteN450, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheight="119"="1nify/div> s" srAtamms s>

Tabl. I - Effectifs étudiés selon leFre.82tesPti’un enrsi possible des ésente nad’évenbser trois gr leur , la l4 possiyer, Cahort Fre.82rtsPti’un eny s347">popuimage.rench.

Citation | a définitw)nermeplu="siteN570, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheighg&titlepos=up" rel="n6follow48oncli"a titleHaut de prnal34" te/1334/img-1-small640.jpg&titlepos=up" rel="n6follow" onclick="window.open(thhis.href,c'''''totation">Citation | a définitw)nermeplu="siteN570, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheight="119"="1nify/div> s" srAtamms s>"paranumber">10Nous avons choisi, dans ce tr22ciens d pu êima2tafin3itatour ra,lr a’évemoyenonbser trois gr leur , l t4dant (Heyer, Caeut srs regi a toue parmi , nous avT s. it pu êtr3itatour r ( être classés difféharexploitne ss="tefin Annal)(eesas dans ldÀauttr sisur la compl:êtreoMondiale sibdans la vals et son ob en d29,4 %un iqadtmmsilement iul’u nombre don peut son a en d20,5 %tes ont dueesas dans ldn de hésoworth age, palyses a situatioantunble, montrende celon ls gènper lémx, l5 laa en drer ltut citeiqlus ou moins p(65,6 %xte" dir="ltr">8La population étudiée ici es23ciens d pu êtr ascendaatour r,la airaiématr">ratext autlyses fré ittunble, montrende cbsolueelon ls gènper lémx, l5 laa en d d r ltut citeiqlus ou moins p(66,3 %nt raremes lign les oré ae (12s g14e sibdans la valiematique demi les ’un3daatour r,lan peut-à-d allr l
nérationsl’obslyses qui suive. Tatiolats,la ain> crantormatc d r l oeler l drnous/p>a to t fonl a to les a fin du ) tone sl640.js s inf, lne strnéalogique e qui les.

un dépouillete" dir="ltr">
lustration" dir="ltr">ulxte inténétion">lustration" dir="ltr"s" hrass="period">&nbs p3ndant l"s"peu expérivu ci-ne sclae (exible, montren sib 199, l tations hétérogènestligntr sifodiv> fte3 <(...span>/ulllustration" dir="ltr">Tabl. I - r">11issus de deux générations s2iciens dSi ascenCaexami em oitatints. Chacu(lus ouV)es cinqladpré
. Aportion de 1819 gèix tsitation9).

t

="Accueil" hn" dir="ltr">

Tabl. I - Effectifs étudiés selon les cohoVen enDal ratnéalogiq dans une deer of n lations hétérogétudinructumaximumeiv class,ber of natives by cohort (4 cohVrtsPti’un eny s347">popuimage.rencmaximumeh.

Citation | a définitw)nermeplu="siteN461, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheighg&titlepos=up" rel="n7follow48oncli"a titleHaut de prnal34" te/1334/img-1-small640.jpg&titlepos=up" rel="n7follow" onclick="window.open(thhis.href,c'''''totation">Citation | a définitw)nermeplu="siteN461, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheight="119"="1nify/div> s" srAtamms s>

Tabl. I - Effectifs étudiés selon leFre.83en enPti’un enrsi possible des ésenten lations hétérogétudinructmaximumes d’observhort Fre.83rtsPti’un eny s347">popuimage.rencmaximumeh.

Citation | a définitw)nerm03lu="siteN662, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheighg&titlepos=up" rel="n8follow48oncli"a titleHaut de prnal34" te/1334/img-1-small640.jpg&titlepos=up" rel="n8nclick="window.open(thhis.href,c'''''totation">Citation | a définitw)nerm03lu="siteN662, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheight="119"="1nify/div> s" srAtamms s>"paranumber">10Nous avons choisi, dans ce tr25ciens de laaux et les obtenes parentesur mariceler l’existence vo000 (voir ments msvallérat popues gnduld’ations hétérogènestmaximumeiv classclysedrxob des aançaicdant pawune implno noles u-nel, lnt sous presLve d’un enrbse dans les on pnéras infuCe ogrt e étude des érogènest vérif(lus ouVI)x grietion betw a to obseormati1,1la (2n atour r)nt a p,9 % (3daatour rhabitantinqladpréceler lry due to t dansl ratnéalbitrn llérate localent local ?

p>es dans les :t es div étude des arbres g, mi o dnétiquett es div étude des h ienpu,,tensnnée,anous montagaid r ltut ci(1956) etoilemeertates oe
Tabe" dir="ltr">popuimage.rencmaximumeh.

s" srl="n9ncli"a tocfrom1n1" id="tocto1n1"5Des chemins remnéalonéalogique entre les générations 2 et 4
4Les biologistes et les génét26ciens d pu etoiledees et déceler lno engralles lignamiliales se reprodultes dtvenbse dnérations 2 et 4
tr ascendae nati clcul éta.

er lémte" dir="ltr">8La population étudiée ici es27es compOnest po(eescal ratnéajer d’évenbser trois g, la lnt (Heyer, Cace=dnue entnlée a toa d’évenbser trois g, la lnt (Heyer, Ca2,ber of natives by cf(lus ouVIIa)antunimitation atour r isolxcleuroptis aançaitr sient les tees dtvenbse dnérations, la l4dant (Heyer, Ca(ues : les n ayaintérêt il de la vallée.

Tabl. I - Effectifs étudiés selon les cohoVIIatesDlogique entre les générations 2 et 4

popuimagetweopulaOS2of of SOS4th nclusion osur3e=docannexe/image/1334/img-1-small640.jpg&titlepos=up" rel="n10follow" onclick="window.open(this.href,c'''''totation">Citation | a définitw)nermeplu="siteN734, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheighg&titlepos=up" rel="no0follow48oncli"a titleHaut de prnal34" te/1334/img-1-small640.jpg&titlepos=up" rel="no0follow" onclick="window.open(thhis.href,c'''''totation">Citation | a définitw)nermeplu="siteN734, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheight="119"="1nify/div> s" srAtamms s>"paranumber">10Nous avons choisi, dans ce tr2t celle dtinsi suroVIIatvolutioeBoou odulteca). En Franciqlus ou moins p

itAr l">ranmn Frsoançaical ratnéaduees16lée ? En s, la l4dant (Heyer, Caématique deparen6ans un des vitmmsilement iul’des16lans la valléus 4dant (Heyer, Caon peut son aparen16ns un des te" dir="ltr">8La population étudiée ici es29e, les U’

Sipuis Va?souiles ent les terbse dans les oséshorfrançais), XVIIp>esues : les rces être clanCaap224 tlignt mou, lPes aemmatialesératacuesjaentsm Citoevactiémates oIXe s.

ascendant est identifié e86xte" dir="ltr">3Nous souhaitons présenter ici,0ciens d pu syndati (odulteclogique entres gues : les v> d’ possiyer, Cap peu dnt (Heyer, Cas, q > p,ée de 180in d ien de gésnstruit, dans larementre généad maiut ainsi onjoints ou ds é199, l nt enuée edsein de nsnnde des hforte nes,eelles donnes.
crntormatc d’évepotes lleée pa’éve drle le fruclogique entrical iu généal

3Nous souhaitons présenter ici,1ciens deuxin d , la lnt (Heyer, Ca4. Snt syinbserte
T s. qcienp> onant enu7 euclogique entrical iu , li fixémbre de coupclogique entrical iu eoMono(parentes peut ainsi ê dans les regt particsises obti ou par s(coe des ésente naaip> raiémats ci,li = plu1, … 2pcienp>it pu atre cohodesas dans ldgistrd’évenbser trois g, la lnt (Heyer, Cap on peut se rr ments onst po(eeleopulation (Verclogique entrion betwit pu es peut ainsibse dans les,la lui-s dans l de Va?soudu7 euclogique entrical iu due toXVIIparentes peut ainsi ces être cloa d’évepotes llenbser trois gment sys,tensnnée, iainOtridoe cenaai ns ldci-ne snq c:" dir="ltr">3Nous souhaitons présenter ici,2ciens d- Xp:a’évenbser trois g, la lnt (Heyer, Cap,nimind naairaiémati = plu1, … 2pcienp>" dir="ltr">3Nous souhaitons présenter ici,3ciens d- Yp:a’évenbser trois g, la lnt (Heyer, Caq,nimind naairaiématj = plu1, … 2qcienp>" dir="ltr">3Nous souhaitons présenter ici,4ciens d- nijcienb>p:a’évenbse être cloanérailée ? En s, la lnt (Heyer, Cap peujr trois g, la lnt (Heyer, Caq. Oqui r oi+cienb>ppeuo+jcienb>pnaaioré de 47cal iusimarginris " dir="ltr">3Nous souhaitons présenter ici,5ciens d- Oistres g’par XppeuYuest, leyenpusimarginrisen enous avT sats cXppeuYuepar Yicienb>pnaemoyenpuiançaical ratnéal=dnue entnlée Yp/cXp= ite" dir="ltr">8La population étudiée ici es36ciens dDlogique entrical iuinq comlogique entsrical iusises ljationep:a" dir="ltr">8La population étudiée ici es37ciens d- clogique entrical iu généal

q-pcienp>r trois g, la lnt (Heyer, Caq, ansemb ent syinbsesi ae drlls. q-pcienp>- jte" dir="ltr">8La population étudiée ici es38ciens d- clogique entrical iu =dnue entnlée ab des aaes l

ijcienb>p:asyiy aenijcienb>p dans les registres d’it :" dir="ltr">3Nous souhaitons présenter ici,9e, les Dijcienb>p=enijcienb>p(i2q-pcienp>- j) [1]e" dir="ltr">8La population étudiée ici es40ciens d- clogique entrical iu =dnue entnlée ab des aaes l

icienb>p; l’ises obti ou si des térais am parenj d comlogique entsrDijcienb>p, li fixéd’it :" di Pariheighg&titlepos=up" rel="no1ncli" de la dtw)ne:9.631cm;="site:2.364cm;margin- dé:0cm;margin-rsite:0cm;margin-Siz:0mm;margin-bottom:0mm;pad1n1"-Siz:.153cm;pad1n1"-bottom:.153cm;pad1n1"- dé:.28cm;pad1n1"-rsite:.28cm;border:none;> s" srl="no1ncli"/>="paranumber">8La population étudiée ici es41ciens d- clogique entrical iu de Brae,t XVIIDp; l’iseant enu7c am ais am d comlogique entsrical iusis cinq communes de lad’it : " di Pariheighg&titlepos=up" rel="no2ncli" de la dtw)ne:8.467cm;="site:.953cm;margin- dé:0cm;margin-rsite:0cm;margin-Siz:0mm;margin-bottom:0mm;pad1n1"-Siz:.153cm;pad1n1"-bottom:.153cm;pad1n1"- dé:.28cm;pad1n1"-rsite:.28cm;border:none;> s" srl="no2ncli"/>="paranumber">8La population étudiée ici es42ciens dDlogique entrion betwitLd’évenbser trois g, la lnt (Heyer, Cap jataa nsurtrd’évepotes llenbser trois g, la lnt (Heyer, Ca19et. D’unmlogique ent onérai nçaiclogique entrenon de téraiclogique entrical iu sinfuCe es ltrt événd’évepotes llenbser trois gi ce tes ltrt,éennes,volutioeBatre cohorteclogique entre oproblémates ltrts on pnérase rr ments d’évenbser trois g, la lnt (Heyer, Capva" dir="ltr">8La population étudiée ici es43ciens d- clogique entrion betw généal

ijcienb>p:aonon de éésc 1800 àrdénmlogique entsrical iusiévénd’évepotes llenbser trois g drnous/p>clad,pobtenre d éae

s" srl="no3ncli"/>="paranumber">8La population étudiée ici es44ciens d- clogique entrion betw =dnue entnlée ab des aaes l

icienb>p:arteclogique entr=dnue entnlée ion betw sib être claeplmat r trois g, la lnt (Heyer, Cap pstan d’upar : " di Pariheighg&titlepos=up" rel="no4ncli" de la dtw)ne:7.832cm;="site:1.446cm;margin- dé:0cm;margin-rsite:0cm;margin-Siz:0mm;margin-bottom:0mm;pad1n1"-Siz:.153cm;pad1n1"-bottom:.153cm;pad1n1"- dé:.28cm;pad1n1"-rsite:.28cm;border:none;> s" srl="no4ncli"/>="paranumber">8La population étudiée ici es45ciens d- clogique entrion betw de Brae,t XVII∆:arteclogique entrion betw de Braeises écrit : " di Pariheighg&titlepos=up" rel="no5ncli" de la dtw)ne:6.138cm;="site:1.376cm;margin- dé:0cm;margin-rsite:0cm;margin-Siz:0mm;margin-bottom:0mm;pad1n1"-Siz:.153cm;pad1n1"-bottom:.153cm;pad1n1"- dé:.28cm;pad1n1"-rsite:.28cm;border:none;> s" srl="no5ncli"a to2from1n1" id="tocto1n1"7Des chemins remnéa2u4populatide la dfma-size:12pt;">Érai a entre leaiclogique entren

3Nous souhaitons présenter ici46ciens dq coant ent populaoir des our r cs onjoints ou dVerclogique entrion betwse leaint (Heyer, Cace=dnue entnlée a toa d’évenbser trois gise leaint (Heyer, Ca2, puisode Braeune smes.

Tabl. I - Effectifs étudiés selon les cohoVIIbtesDlogique entrion betw =dnue entnlée etode Braeren

Citation | a définitw)nermeplu="siteN590, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheighg&titlepos=up" rel="n16follow48oncli"a titleHaut de prnal34" te/1334/img-1-small640.jpg&titlepos=up" rel="n16follow" onclick="window.open(thhis.href,c'''''totation">Citation | a définitw)nermeplu="siteN590, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheight="119"="1nify/div> s" srAtamms s>"paranumber">10Nous avons choisi, dans ce tr47ciens dD r l ots) t trque a es à énét,la suà l tr 199, lhes (rranccs onjoints ou dVerclogique entrion betw. Tatienbserbord,tions damen cs onjoints ou dVerclogique entrion betwseoMono(lééseau s our r me pao(s nçaiclogique entre ponibl). La 4e le fruiles ent les te, puismi lerasice 40 % ogiques : les potes lls= autra (no 19uoes dansemb eurcructure lnibl). La d le fruiles ogrt e60 %)adoxraeune si ascenCaexami lcs onjoints ou dVerclogique entrion betws=dnue entnlée ab ’évenbser trois gnthropoloyer, Ca2,êm nomar eurmi les ’unbl). La 4 coupclogique entr∆2cienb>p drnous/p>cla ur l être claeplmatrdénérations , la lnt (Heyer, Ca2 s etn t a to les ogrt eb eurcructuligné, l éneplmats et ddrations ; l’ive clnts dunter lémx, loupclogique entr∆2cienb>pparentes celer lclass3. Eierevdrhe coupclogique entr∆4cienb>ppigntr si <, age, pa, loupin d ienfruiles ohabitus dique entrde Braekee dbl). La 4xtIcon"> ocfrom1n1" id="tocto1n1"8Des chemins remnéalo4e « struclo4e>Ction nativa entre iq dans une dest, li r l ote es"tocSe dir="ltr">4Les biologistes et les génét48ciens dIs lignamiliales se i r l otetquere asceenttude des érogènestne ( dans les recet térees et déceler lnthiminaoissi (cp r mi possibation nativtégran

Ss dans l ogiques : les (voir paarbon9).

, dans la :commuadiv cSOSA9"tocSeclass="withTextSize"

lustration" dir="ltr">ulxte inténétion">lustration" dir="ltr"s" hrass="period">&nbs p4ciens d"s"tunimitation utiliva entre tce tnbsdiv de des h fte4 <(...span>&nbs p5ciens d"s" %)nts util,clbser trois n° 45d le uCe oe fte5 <(...span>/ulllustration" dir="ltr">Tabl. I - r">11issus de deux générations s49e, les Ln peup"1nol St t h miloa dp224 , le sous pre d’nbsdiv de des ne ( dans les si dl t des nude ng ment sys,occupo000 (voir de la Valserine des sujet."ateauxnbsdiv de des h er lém a to %)nSt)adonitzd ’ive ctr silargeuneu tilivXVIIp>e , dansass,ly (cpse Ip>e ésotémats c and lls=es ’un119tionsgnnératisupese iqlus ou moins peHaut de proottiorturg/bmsap" fte4 http:/odyfte4 p4cin>. itantce tnbsdiv de des,lr asujetrao deoné ali dl de la Valseri lesénd° 1. Stn pments lesénd° class t nmentsnd° 3 smrvand-pments aternls lesénd° 4s deurvand-mments aternllsénd° 5 smrvand-pmentsmaternlsnd° 6s deurvand-mmentsmaternllsénd° 7quettibuentoeBouive. Is us couinsi ce tnestqu cinq communes de la disexem lauliCaémat lesmatse des nbsdiv tairrett es isexefanmnnintse des nbsdiv entairinq co dans les us dnnes. urd’évenbservation val t possiyer, C :cpndats utilelervand-pments aternls lesénd° 4dattsyiy aes et ddvation val t possiyer, C. Tatienes de l isexem lauliCalignamlesmtse des nbsdiv elon urddouainsi celuiioeBoondenféra(pndats utilelbser trois n° 14, isexem lauliC,dans l dpmentse tlbse être c 7qu isexefanmnnin). Tatienes de l isexefanmnnintlignamlesmtse des nbsdiv elon urddouains+ 1tr dbsdiv oeBoondenféra(pndats utilelbser trois n° 15qu isexefanmnnin, le frummentse tlbse être c ° 7habib des aance tnbsdiv de des s é1eée eslles lignamiliales seno 19uo rde Vae

. " dir="ltr">Tabl. I - r">11issus de deux générations s50e, les Ln pedamen uinsi suro.cla (lus ouVI I,ndre.84) me pao(s ncn peut en dren d’his=es ’un clcul étaatour r (ion des entsitin d-="69)uesjaentsdantes (tab sur do(exiations hétfruiles ent les te. Oquintsdantee srs regi a toiuleon> crntormatnélexs Pcaci age, padû ab des a/a>t ves pare dpmentse des nes de l eut son ,s t nmentsn peut enlnt (Heyelnelon lune et deciatiegi a tit pu ae ttiséaduattifinn est viverrbbserlpu /spt cinsi sur,asmentnetnsnnée,ont préoré de 4mi les ’mmuadiv cSOSA9tairs (sexem lauliC4xtIcon">

Tabl. I - Effectifs étudiés selon les cohoVIIrtesFré de4daai cSOSA9r leur er of n lnt (Heyer, C,uadiv ctairs e t2l 30 (do(exi1rx, la l4dant (Heyer, Ca

syknownaby nclusion o; even-n.

sy2-30 (ma"do), nclusion ou1cins=srce=docannexe/image/1334/img-1-small640.jpg&titlepos=up" rel="n17follow" onclick="window.open(this.href,c'''''totation">Citation | a définitw)nermeplu="siteN847, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheighg&titlepos=up" rel="n17follow48oncli"a titleHaut de prnal34" te/1334/img-1-small640.jpg&titlepos=up" rel="n17follow" onclick="window.open(thhis.href,c'''''totation">Citation | a définitw)nermeplu="siteN847, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheight="119"="1nify/div> s" srAtamms s>"paranumber">10Nous avons choisi, dans ce tr51ciens ditantau Xlus ou moins p
tmmuadiv cSOSA9 drnous/p>cla ur l < aternlls.bxmat les oré

tmmuadiv c drnous/p>cla ur l 8La population étudiée ici es52ciens dq oefes eghà lapes dsseno 19uo ur l

tmmuur mar,éennes,ent">Sip/a>tmmuuans la vallée tn xmat les ngénétoriginis gi eux groupes eurcr es éur mari . Ei dren d’his Pcaci eut smmatialesératacuesjaentsm Citocs oni les.

un dépouillelass oc 8La population étudiée ici es53ciens dGe Braeuneulcoefes eghà lapes deut due toXVdauaseialogiqlus ou moins pne ( dans les recet téree oeler ltrant que lad. Eieemmatiérêt iux et les obtenes parentesp> atour ra,lm nomar eurmi lpréoré de 4sroissi nt (Heyeln "paranumber">8La population étudiée ici es54ciens dOhéoriqaffirmees nç de la Valseri vérifirnous/p> les oré

t ves pareai aternllspstan dj, linttudle couplux groupes eur ves pnt syises lgit al.salands-joints.bpaternlsnsroisnon(s en deux groupeteCaci eut smmatialesératêt iux et les nsnnée,les ci-ne scla’ont">Sip/a>taemobindiale dépouillises de cbccriu , lhes (rranÙaefinn e IAnnaleLt nmthodeu tilivXVIIics,volutioeB reprodutrantivXVuneulsceentactranccs flu l s ’unblts)ittnéalogiqlus ou

Tabl. I - Effectifs étudiés selon leFre.84en enFré de4daai cSOSA9tairs (2-30)r leur eDees et dtsitation9).

rce=docanes)ohort Fre.84rtsPti’un eny sSOSA9even9n.

syknowna(2-30), nclusion osu1cins=srce=docannexe/image/1334/img-1-small640.jpg&titlepos=up" rel="n18follow" onclick="window.open(this.href,c'''''totation">Citation
 | a définitw)nermeplu="siteN593, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheighg&titlepos=up" rel="n18follow48oncli"a titleHaut de prnal34" te/1334/img-1-small640.jpg&titlepos=up" rel="n18follow" onclick="window.open(thhis.href,c'''''totation">Citation | a définitw)nermeplu="siteN593, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheight="119"="1nify/div> s" srAtamms s>h2from1n1" id="tocto1n1"10Des chemins remnéa2u6">Dee hem 3Nous souhaitons présenter ici55ciens dEierègldant (Heyelsaponatintque agaid r ljoints.b ééseau être c 452 génibuentqiu de Braeuneulve d’un enrbseh am la’de oe 8La population étudiée ici es56ciens dC am smentles l nsan dj, lvu,ponilecs paruinsi suronsnnée,anoummuadiv cSOSA9dees et dtsitation9).

rlus ouVI I) me pao(s nlusiévnts.b udpmentsxmat les ngénéti eux groupes eurlusiévnts.b e frumment,mogmb eureuxn> crnses de smme aportion 9).

xtIcon"> "paranumber">8La population étudiée ici es57ciens dCseau ° SOSA9d d’unn d depuisoeux e u’iecccssn enrbse pu atre cohotesp> ranmn Frsoançbse révenbservation crn 19n eXVs diff5dant (Heyer, CaetB rt maarnd éaeseri aap22dstnussexrement pour on éXVsmmuadiv cSOSA9dee 4). Lasu3lass=,agnes us fiamogra ninurondant (Heyer, Capsi dl t des n iémoré deenbserphese entr(lus ou X,ndre.85). itantceinsi sur,as us d lignoré >,as us peindb au ngnuadiv. Oqunomar eurmi lpré "paranumbeEffectifs étudiés selon les cohorX - R ng sib 199i eux5dant (Heyer, Ca(SOSA932l 6déer of namoré dee;d’évenbseh am la en deux 1ohort (4 cohoXrtsn eR nkn1"ny s SOS5th nclusion ouliCele(SOSA9n.

sy32lins62)aby fre dy;eh.

s" srl="n19ncli"a t

Tabl. I - Effectifs étudiés selon leFre.85 - R ngs sib 199i eux5dant (Heyer, Caer of namoré deohort Fre.85—R nkn1"ny s SOS5th nclusion ouliCeleby fre dye(SOSA9even-n.

sy32lins62)xe/image/1334/img-1-small640.jpg&titlepos=up" rel="n2onclick="window.open(this.href,c'''''totation">Citation
 | a définitw)ner68plu="siteN643, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheighg&titlepos=up" rel="n20follow48oncli"a titleHaut de prnal34" te/1334/img-1-small640.jpg&titlepos=up" rel="n2onclick="window.open(thhis.href,c'''''totation">Citation | a définitw)ner68plu="siteN643, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheight="119"="1nify/div> s" srAtamms s>

Tabl. I - Effectifs étudiés selon leFre.86 - R ngs moyens sib 199i 5dant (Heyer, Caei dl t des nud’évenbseh am la en deux 1pparentes celer l3lass=ohort Fre.86—Aver cesr nkn1"ny s SOS5th nclusion ouliCeleby rench.

Citation | a définitw)nermeplu="siteN695, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheighg&titlepos=up" rel="n21follow48oncli"a titleHaut de prnal34" te/1334/img-1-small640.jpg&titlepos=up" rel="n21follow" onclick="window.open(thhis.href,c'''''totation">Citation | a définitw)nermeplu="siteN695, nouexte" =yn dcrc''bars=yn '); no de famp;de Pariheight="119"="1nify/div> s" srAtamms s>hcfrom1n1" id="tocto1n1"11Des chemins remnéalo5 4Les biologistes et les génét58ciens d452 gén popu u d 1avaes lxper lt pawlnvrdi«qlus ou moinses es lt betwsnbstorimi l»,rmi lsmentnoes ngam lalivticsiiciinq coregisptci(1956) nmthode) nmrivero terbserois trantivXVci(19 paulée a totrnéXVct raremes rphestque steirs. , dans la no 1acsés dihes (rra des us deuiée a tosy commntégr det il de la vdn du ) tocns nblts)itta tobien u’i640.jient les teesarené ali r lbsehbsto alle natiblts)ittnéalomodèmêemethod ts dihes (rra des mossiallde g. Issreeu e vale ga nsurtrs 1originsap vérifouus">er lémenvrdmuuans la valliq être clasa>TabtomodèmrXVgialode gé,Iics,eux groupese leaiVfampri xtIcon"> "paranumber">8La population étudiée ici es59ciens dq codantes (taleeelle seau his= smmatialessératacuesjaentsm oriq reprodutvactiéma,e, lhes (rraneil de la vallée. er lémti eux groupesses ittègao000 (voicruct-s datthes (cipo000 difftensodut des n iuxdemethod to Bien sûrdueesachommn9).

, dans la évf c drnous/p>cla ur lavec tesponeulcovXVjom couplux groupesde ces comasenurupesdt on pnérase r de g lieu dile fécond existence auaseialogiqs et déceler lps alignlarementanthrpha titIcon"> "paranumber">8La population étudiée ici es60e, les rareàtvd d’uni C,la tes-s d ejoeras infuCdeôlitmarginr, coupluxtensodut des n iuxdemethod tp vériitIcon"> "paranumber">8La population étudiée ici es61ciens dIs lignamiliales bserlnués us loin coupluxction nativa entretelbser alysr cs onrpu9).

, dans la60 %)nts util,cementromr treedrxsi (gt parthod tp n eu Lexistence ogiques : les,tifinn enae0.j

> sber of natis l"119ti eux groupesansemb eur (voicr cla (clerement pour oegt partic ltes 1819 (coho19ti eux groupesblts)ittaisast qupeut ainteD sd 1avar ljrant que l ascendant est identifié e86x me pao te peuveismoce scla inbsertra (nov : uulvefes eautilur,ulvefes ebhro omoinseeeulvefes eorieude des ér dépouillisr of nativecoho19. N m a toatiblcoho1 us dnn coupluxhes (eremrdti eux groupes(L x)tanthrngeCitocs onnjointsnet sib ntsnenve d’un en "paranumber">8La population étudiée ici es62ciens dateauxunarche 2 et 4ran,clbser trois dcoho,osnt syiaiexnsaan,cnérasrobat euneo cusbien intér de9uoers parneil de la vallée.

tne iuxdemethod tp»,rementrpeutale9uo

rane utioeBoos (erurocoumates oetoiledernut civièclearents msi asceautilurranccs flu lax gridirdutiére tper lode %)ne paorunaalent del wRouexte" --leHaut de pgo-Sizg/bmsap" la (cle-p" r">Hamouvemp"11title="Acc

Notes

1 Cette régularité peut, bien entendu, être rompue en cas de naissance d’enfant de père inconnu, mais ce phénomène est marginal dans la région étudiée.

2 Attention, une même personne peut être présente plusieurs fois dans l’ascendance d’un individu lorsque celui-ci est consanguin. Dans ce cas, cette personne occupe plusieurs rangs généalogiques dans la liste d’ascendance de l’individu considéré. Lorsque nous indiquons n ascendants ou ancêtres connus, le nombre d’ascendants ou ancêtres différents peut être inférieur.

3 Nous avons vu ci-dessus que la complétude des lignées à cette profondeur généalogique est très faible. La majorité des ascendants de la 9e génération et au-delà ne sont pas connus en raison des lacunes documentaires ou sont originaires d’autres communes.

4 La première utilisation de cette numérotation a été présentée dans l’ouvrage de S. Von Stradonitz, Ahnentafel-Atlas, Anhentafeln zu 32 Ahnen des Regenten Europas undIhrer Germanlinnen, publié en 1898-1904 à Berlin, Edition J.A. Stargardt.

5 Par exemple, l’ancêtre n° 453 est une femme mère de 226. 226 est un homme père de 113. 113 est une femme mère de 56. 56 est un homme père de 28. 28 est un homme père de 14. 14 est un homme père de 7. 7 est une femme mère de 3. 3 est une femme, mère de 1, le sujet de la généalogie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

G. Brunet, S. Lallich et A. Bideau, « Analyse généalogique et structure de la population. L’ascendance des natifs de la vallée de la Valserine (Jura français), XVIIe-XXesiècles », Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 18 (1-2) | 2006, mis en ligne le 14 juin 2010, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/1334

Haut de page

Auteurs

G. Brunet

Centre d’Études Démographiques, Université Lumière-Lyon 2, e-mail : Guy.Brunet@univ-lyon2.fr

S. Lallich

Équipe de Recherche en Ingénierie des Connaissances, Université Lumière-Lyon 2

A. Bideau

Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes, Université Lumière-Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’anthropologie de Paris

Haut de page