Navigation – Plan du site

Maladie hyperostosique et maladie goutteuse, une diathèse familiale en Normandie : Thaon, Calvados

Hyperostosic disease and gout, a family diathesis in Normandy: Thaon (Calvados)
J. Blondiaux, A. Alduc-Le Bagousse, X. Demondion, F. Delahaye et C. Niel

Résumés

L’ancienne église paroissiale Saint-Pierre de Thaon (Calvados), VIIe-XVIIIe s., fait l’objet d’une étude archéologique exhaustive comprenant à la fois une analyse des élévations et la fouille intégrale de l’édifice. Dans le chœur du XIIe s., une quinzaine de sépultures appartenant exclusivement à des adultes ont été mises au jour. Quatre individus présentent des signes de maladie hyperostosique. Trois d’entre eux y associent des lésions érosives marginales des extrémités, et deux de ces derniers sont affligés d’une ankylose extensive des os des pieds. L’association de la goutte et de la maladie hyperostosique est rare. Dans le contexte archéologique de personnes inhumées côte à côte dans le chœur d’une église, elle offre un regard quasi caricatural sur les liens génétiques probables et les habitudes alimentaires d’un groupe historique privilégié.

Hyperostosic disease and gout, a family diathesis in Normandy: Thaon (Calvados)

The architectural analysis and the complete archaeological survey of the old Saint Pierre parish church in Thaon (Calvados, France), dated to between the 7th and the 18th centuries, are in progress. Within the 12th century choir, fifteen burials have been excavated; all of them revealed mature skeletons. Four of these skeletons present features of hyperostosic disease. Besides hyperostosic disease, three of them display the features of erosive polyarthropathies mainly in the distal extremities. Two of these skeletons present ankylosis of the feet. Erosive lesions and ankyloses are compatible with gout. In the archaeological context of people buried side by side in a church chancel, this palaeopathological observation offers an almost caricatural look at possible genetic links with common overeating within an historical privileged group.

Haut de page

Texte intégral

1Au cours des études anthropologiques des populations anciennes, le chercheur est très souvent confronté à la découverte de pathologies osseuses réputées provoquées par des carences diverses. Il en est ainsi des hypoplasies de l’émail dentaire, de l’hyperostose porotique, de la cribra orbitalia, de l’épaisseur corticale, des avitaminoses C et D. Notre perception de la précarité de ces populations nous fait oublier que des franges non négligeables des sociétés du passé étaient formées de groupes souvent restreints, mais assurés de moyens de subsistance plus conséquents. L’observation qui suit en est une possible illustration.

2Faisant suite à l’analyse des élévations extérieures de l’église Saint-Pierre de Thaon (Calvados), une étude archéologique exhaustive comprenant la fouille intégrale de l’édifice et de ses abords immédiats a été entreprise dans le cadre d’une opération programmée, actuellement en cours (Delahaye 2005). La fouille du chœur, de la travée sous clocher et de la nef permettent une première approche de son histoire du VIIe s. au XVIIIe s.

3Dans le chœur du XIIe s., une quinzaine de sépultures en cercueil ou en coffrage de bois, avec une décomposition du corps s’opérant le plus souvent en espace vide ou en espace semi-colmaté, ont été mises au jour et ont pu faire l’objet d’une analyse complète en laboratoire. La datation des tombes reste imprécise et s’inscrit dans une fourchette assez large. En effet, un important décaissement réalisé dans l’édifice au cours des années soixante-dix a détruit la plupart des niveaux stratigraphiques postérieurs au XIVe s. Les inhumations identifiées appartiennent exclusivement à des adultes, en majorité de sexe masculin.

Matériel

4Nous avons observé quatre des quinze squelettes adultes du chœur. Il s’agit des sépultures Thaon 15, Thaon 18 et Thaon 28, situées côte à côte et sur un même niveau stratigraphique, et Thaon 16, localisée à proximité immédiate au nord-ouest du groupe (fig. 1). Les registres de sépultures conservés pour le XVIIe s. et le XVIIIe s. font mention de plusieurs membres de la famille seigneuriale de Thaon inhumés dans le chœur. La conservation des ossements est inégale, mais la diagenèse n’a pas altéré le vernis périosté. Hormis pour la sépulture 18, les extrémités céphaliques sont bien conservées. Les rachis et les pelvis notamment dans leur région auriculaire sont aussi conservés. Les extrémités des membres supérieurs et inférieurs sont présentes dans leur presque totalité.

Fig. 1 - Répartition des sépultures mises au jour dans le chœur de l’église Saint-Pierre de Thaon (Calvados).
Fig.1—Distribution of burials discovered in the choir of the church of Saint-Pierre de Thaon (Calvados).

img-1.png

Méthodes

5Les déterminations d’âge et de sexe ont été réalisées selon les critères classiques, et notamment pour l’âge, par l’observation des sutures crâniennes (Masset 1982), les facettes pubiennes et sacro-iliaques (Acsadi, Nemeskéri 1970), les extrémités antérieures des côtes (Fully, Dehouve 1965), la facette interne de la clavicule et l’os spongieux épiphysaire proximal fémoral et huméral (Nemeskéri et al. 1960). Nous avons ajouté l’observation des anneaux du cément en prélevant une dent monoradiculée maxillaire ou mandibulaire sur trois des quatre squelettes. Après inclusion dans la résine Epoxy, au moins cinq lames épaisses de 120 μ ont été découpées transversalement dans la partie du tiers moyen-tiers inférieur de la dentine et observées au microscope.

6Pour l’étude paléopathologique, l’observation à la loupe binoculaire, les clichés radiographiques et la tomodensitométrie ont été utilisés successivement pour l’ensemble des pièces osseuses démontrant une anomalie. Les critères diagnostiques choisis pour la maladie hyperosotosique sont ceux proposés par Morlock (1986) (tabl. 1).

Tabl. 1 - Critères pour le diagnostic positif de maladie hyperostosique dans un squelette complet (d’après Morlock 1986).
Table 1—Criteria for positive diagnosis of hyperostosic disease in a complete skeleton (after Morlock 1986)

img-2.png

Résultats

7Nous décrirons ici chacune des observations, squelette par squelette, par ordre numérique, et suivant l’ordre anatomique de bas en haut et de la gauche vers la droite.

Thaon 15

8Le premier squelette appartient à un homme sénile selon les critères ostéologiques. Le compte des anneaux cémentaires lui attribue un âge approximatif de 68 ans, en accord avec les résultats de la détermination par les critères osseux classiques (fig. 2).

Fig. 2 - Thaon 15, répartition des ankyloses et hyperostoses (en noir) et des érosions (en gris).
Fig. 2—Thaon 15, distribution of ankyloses and hyperstoses (in black) and erosions (in grey).

img-3.png

9Les troisième, quatrième, cinquième et sixième vertèbres cervicales sont bordées antérieurement par de volumineux ostéophytes. Le rachis cervical remonté est cyphotique. Le ligament vertébral antérieur est calcifié sur la moitié droite des dixième et onzième vertèbres thoraciques et des première et deuxième vertèbres lombaires. Ce dernier caractère est suffisant pour établir le diagnostic de maladie hyperostosique. On ajoutera une calcification médiale des ligaments cléïdo-sternaux pour appuyer ce diagnostic, ainsi que la calcification du ligament sacro-iliaque antérieur gauche, des enthèses patellaires gauches, des tubérosités tibiales antérieures et fibulaires distales.

10Les deux mains présentent une ankylose du trapezium avec le deuxième métacarpien (fig. 3) et surtout des érosions marginales de 2 à 3 mm des bords articulaires du scaphoïde, du capitatum, du lunatum et du trapézoïde à droite comme à gauche (fig. 4). À la main gauche, des érosions marginales sont visibles autour des surfaces articulaires proximales des deuxième, troisième et quatrième métacarpiens, mais les bords sont émoussés et l’insertion capsulaire calcifiée souligne le remodelage des bords érodés (fig. 5). La radiographie des ankyloses trapézo-métacarpiennes laisse apparaître des cavités marginales et une condensation osseuse centrale. Les radiographies des pièces porteuses d’érosions offrent trois types d’images : des érosions marginales irrégulières aux bords non condensés, des érosions marginales bordées d’ostéophytes, et des bavures ostéo­phytiques séparées de la ligne articulaire par un espace clair. L’étude microscopique du triquetrum gauche explique la dernière image radiographique (fig. 6a, b). Il existe une superposition de deux à trois lignes de cartilage calcifié séparées par une trame d’os spongieux, caractéristique de l’ostéophyte central décrit par Resnick et Niwayama (1995) et attribué aux processus dégénératif de destruction articulaire notamment dans l’arthrose.

11Le pied droit présente une ankylose du deuxième métatarsien et du cunéiforme intermédiaire. Les surfaces articulaires proximales entre les troisième, quatrième et cinquième métatarsiens présentent des érosions centrales remodelées. Les faces supérieures des régions péri-articulaires des os du tarse et du métatarse montrent des ostéophytes plus ou moins développés. Les images radiographiques et tomodensitométriques confirment les destructions articulaires sévères, notamment au sein du tarse, et les zones d’ankylose périphérique. La radiographie du naviculaire droit démontre à la fois le remaniement d’une vaste zone de destruction articulaire et l’aspect hérissé d’un ostéophyte central (fig. 7d).

Fig. 3 - Thaon 15, ankylose trapézo-métacarpienne droite.
Fig. 3—Thaon 15, right trapezo-metacarpal ankylosis.

img-4.png

Fig. 4 - Thaon 15, érosions marginales du carpe gauche avec radiographies.
Fig. 4—Thaon 15, marginal erosion of the left carpal with X-rays.

img-5.png

Fig. 5 - Thaon 15, érosions métacarpiennes proximales.
Fig. 5—Thaon 15, proximal metacarpal erosion.

img-6.png

Fig. 6a - Coupe du triquetrum droit situant les érosions (ER) et les ostéophytes centraux (OC) avec leurs couches superposées de cartilages calcifiés.
Fig. 6a—Section of the right triquetrum showing erosion (ER)and central osteophytes (OC)with their superimposed layers of calcified cartilage.

img-7.png

Fig. 6b - Détail d’un ostéophyte central (OC)avec les couches superposées de cartilages calcifiés(section de 90 μ x 200).
Fig. 6b—Detail of a central osteophyte (OC) with superimposed layers of calcified cartilage(section of 90 μ x 200).

img-8.png

12L’ankylose du pied gauche est plus spectaculaire ; elle touche la totalité du tarse sauf le calcanéus, et s’étend aux deuxième, troisième et quatrième métatarsiens. Les remaniements ostéophytiques sont identiques à ceux du pied droit (fig. 7a, b, c).

Fig. 7a - Thaon 15, ankylose du pied gauche.
Fig. 7a—Thaon 15, ankylosis of the left foot.

img-9.png

Fig. 7b - Thaon 15, radiographie de face du pied gauche.
Fig. 7b—Thaon 15, X-ray of front of the left foot.

img-10.png

Fig. 7c - Thaon 15, coupe tomodensitométrique médiotarsienne transversale du pied gauche.
Fig. 7c—Thaon 15, tomodensitometric section, transverse mediotarsal of left foot.

img-11.png

Fig. 7d - Thaon 15, coupe tomodensitométrique horizontale du naviculaire droit montrant l’érosion de la facette antérieure médiale.
Fig. 7d—Thaon 15, horizontal tomodensitometric section of the right navicular bone showing erosion of the medial anterior facet.

img-12.png

Thaon 16

13Le squelette, également de sexe masculin, est moins bien conservé que le précédent. Le comptage des annulations du cément donne un âge au décès d’environ 73 ans en accord avec l’âge sénile proposé par les critères osseux classiques d’estimation (fig. 8).

Fig. 8 - Thaon 16, localisation des ankyloses et lésions hyperostosiques (en noir) et des érosions (en gris).
Fig. 8—Thaon 16, location of ankyloses and hyperostosic lesions (in black) and erosion (in grey).

img-13.png

14Un pont osseux sacro-iliaque gauche, une calcification capsulaire postérieure de la glène scapulaire droite, une apposition périostée épaisse de la face antérieure du tiers distal de la diaphyse fémorale gauche débordant sur la ligne supra-condylienne médiale, des enthèses du vaste externe et du soléaire gauche peuvent être attribués à la maladie hyperostosique, même si la lésion fémorale antérieure est la conséquence probable d’un traumatisme des parties molles de la cuisse (fig. 9).

15Une érosion marginale antérieure de la surface acromiale de la clavicule gauche et les érosions marginales et périphériques surtout palmaires de deux phalanges distales et trois phalanges proximales de la main droite (fig. 10), associées à la destruction partielle de l’épiphyse distale du premier métatarsien du pied droit (fi g. 11a) et de la facette proximale de la première phalange du premier rayon (fi g. 11b) constituent une polyarthropathie érosive, dont le remodelage et les localisations sont caractéristiques de la maladie goutteuse.

Fig. 9 - Thaon 16, apposition périostée de la face antéro­latérale du tiers distal du fémur gauche.
Fig. 9—Thaon 16, periosteal affixture of the antero-lateral side of the distal third of the left femur.

img-14.png

Fig. 10 - Thaon 16, érosions de phalanges proximales.
Fig. 10—Thaon 16, erosion of the proximal phalanges.

img-15.png

Fig. 11a - Thaon 16, érosions marginales et périphériques de l’épiphyse distale du premier métatarsien droit.
Fig. 11a—Thaon 16, marginal and peripheral erosion of the distal epiphysis of the right first metatarsal.

img-16.png

Fig. 11b - Thaon 16, érosions marginales et centrales de la facette articulaire proximale de la première phalange du premier rayon droit.
Fig. 11b—Thaon 16, marginal and central erosion of the proximal articular facet of the first phalange of the right fi rst ray.

img-17.png

Thaon 18

16Le squelette, également de sexe masculin, est, malgré l’absence du crâne, le mieux conservé des quatre. Les morphologies des facettes pubiennes (stade V), des extrémités antérieures des côtes (stade VI), et des têtes humérales et fémorales indiquent un âge sénile (fig. 12).

Fig. 12 - Thaon 18, localisation des ankyloses et lésions hyperostosiques (en noir) et des érosions (en gris).
Fig. 12—Thaon 18, location of ankyloses and hyperostosic lesions (in black) and erosion (in grey).

img-18.png

17La maladie hyperostosique est caricaturale avec la calcification du ligament antérieur de la deuxième cervicale et du ligament odontoïdien, du ligament antérieur gauche des sixième et septième vertèbres cervicales, du ligament antérieur de la première à la quatrième vertèbre thoracique, la constitution d’un bloc – par calcification du ligament antérieur – à droite de la première à la neuvième vertèbre thoracique et d’une extension à gauche de la dixième à la douzième vertèbre thoracique (fig. 13a). Des ponts ostéophytiques antérieurs articulés déforment les corps vertébraux de la douzième thoracique à la première vertèbre sacrée. Les cartilages thyroïde et cricoïde sont calcifiés, et les deux premières côtes sont ankylosées au manubrium (fig. 13b). La calcification antérieure du ligament sacro-iliaque est plus importante à droite (fig. 13c). L’ostéophytose des articulations sterno-claviculaires, la calcification de la capsule de la glène scapulaire, les enthèses coraco-claviculaires, les enthèses humérales supérieures, celles du brachial antérieur, la calcification capsulaire supérieure des acetabulums ainsi que les enthèses des pectinés et des psoas iliaques sur les fémurs appuient la réalité de la maladie hyperostosique.

Fig. 13a - Thaon 18, hyperostose vertébrale thoracique et lombaire
Fig. 13a—Thaon 18, thoracic and lumbar vertebral hyperostosis.

img-19.png

Fig. 13b - Thaon 18, ankylose cleido-sternale.
Fig. 13b—Thaon 18, cleido-sternal ankylosis.

img-20.png

Fig. 13c - Thaon 18, hyperostose sacro-iliaque.
Fig. 13c—Thaon 18, sacro-iliac hyperostosis.

img-21.png

18Des phénomènes érosifs marginaux identiques à ceux du sujet Thaon 15 touchent la partie moyenne des carpes (fig. 14) et l’extrémité proximale des troisième et quatrième métacarpiens (fig. 15). On note aussi une ankylose des triquetrum et pisiforme gauches et de deux phalanges proximale et intermédiaire du troisième rayon de la main droite (fig. 14). Sur la radiographie du triquetrum droit, une érosion à bords condensés en haut côtoie une érosion non remaniée en bas.

Fig. 14 - Thaon 18, os de la main et radiographies.
Fig. 14—Thaon 18, hand bones and X-rays.

Fig. 14a - Vue macroscopique des carpes, métacarpes et phalanges érodées et (ou) ankylosées.
Fig. 14a—Macroscopic view of ankylosed and/or eroded carpal, metacarpal bones and phalanges.

img-22.png

Fig 14b - Radiographie des os du carpe érodés
Fig 14b—X-ray plate of eroded carpal bones.

img-23.png

Fig. 14c - Radiographie de l’ankylose interphalangienne proximale du troisième rayon.
Fig. 14c—X-ray plate of the ankylosed third proximal interphalangeal joint.

img-24.png

Fig. 14d - Radiographie de l’ankylose du triquetrum et du pisiforme droits.
Fig. 14d—X-ray plate of the ankylosed joint of the right triquetrum and pisiform.

img-25.png

Fig. 15 - Thaon 18, érosions métacarpiennes marginales et périphériques et radiographies.
Fig. 15—Thaon 18, marginal and peripheral metacarpal erosion and X-rays.

img-26.png

19Aux pieds, une ankylose tarso-métatarsienne médiale est présente des deux côtés, du talus jusqu’à la première phalange du premier rayon en excluant la cuboïdo-métatarsienne à droite, du calcanéus à la première phalange du premier rayon y compris les cunéiformes intermédiaire et latéral à gauche (fig. 16, 17). Sur les clichés radiographiques (fig. 17), les espaces interarticulaires sont mieux conservés que chez le sujet Thaon 15, mais l’ankylose est essentiellement marginale.

20Cette association d’érosions actives et inactives non symétriques des carpes et métacarpes avec l’ankylose périphérique des tarses et métatarses évoque bien sûr la maladie goutteuse.

Fig. 16 - Thaon 18, ankylose médiale tarso-métatarsienne gauche, vue médiale.
Fig. 16—Thaon 18, left medial tarso-metatarsal ankylosis, medial view.

img-27.png

Fig. 17 - Thaon 18, ankylose médiale tarso-métatarsienne gauche, vue supérieure et radiographie.
Fig. 17—Thaon 18, left medial tarso-metatarsal ankylosis and X-ray.

img-28.png

Thaon 28

21Le squelette est aussi de sexe masculin. Il est le plus âgé des quatre individus avec un compte des anneaux du cément de 81, soit un âge estimé de 88 ans environ. Il est aussi le plus mal conservé. La calcification du ligament antérieur droit sur quelques vertèbres thoraciques (fig. 18) et celle du ligament antérieur des articulations sacro-iliaques, associées à des enthèses modérées suffisent à poser le diagnostic de maladie hyperostosique. Nous n’avons observé aucune lésion érosive articulaire sur ce squelette.

Fig. 18 - Thaon 28, localisation des lésions hyperostosiques.
Fig. 18—Thaon 28, location of hyperostosic lesions.

img-29.png

Discussion

22Trois des quatre squelettes masculins de Thaon associent une maladie hyperostosique à la description de lésions érosives et d’ankyloses formant un ensemble pathologique original dont il faut évidemment discuter les diagnostics différentiels.

23L’attribution à la maladie hyperostosique de ces quatre cas répond aux critères définis par Arlet et Mazières (1985) et Morlock (1986).

24Le diagnostic de cette maladie systémique, appelée aussi hyperostose diffuse idiopathique du squelette sur le modèle anglo-saxon (DISH), repose sur le concept pathologique d’hyperostose, formation osseuse juxta-corticale et non tumorale, sans cause infectieuse ou traumatique, et associée aux zones d’insertions tendineuses et/ou ligamentaires. Elle se présente essentiellement par des formations en pont ou des projections osseuses attachées à la face antérieure médiane des corps vertébraux. Elles sont nettement individualisables de l’articulation intervertébrale.

25La maladie hyperostosique apparaît aussi sur le squelette appendiculaire sous la forme d’ossification des insertions tendineuses (enthésopathies) surtout celles du M. triceps surae sur la tubérosité calcanéenne, du

26M. triceps brachii sur l’olécrane et du M. quadriceps femoris sur la patella. Les autres sites d’insertion sont aussi concernés dans la mesure où ils sont symétriques et bilatéraux. Chez les Européens, elle est souvent associée à l’obésité et peut toucher 11 % des individus d’une population après l’âge de 60 ans (Arlet, Mazières 1985).

27Les individus Thaon 15, 16 et 18 associent à l’hyperostose des lésions érosives et des lésions ankylosantes des extrémités supérieures et inférieures, les plus spectaculaires touchent les individus 15 et 18 sous la forme d’ankylose extensive des pieds.

28La topographie des érosions varie d’un individu à l’autre et n’apparaît pas strictement bilatérale et symétrique. Il s’agit d’érosions marginales, centrales ou périphériques dont le remodelage est variable, la majorité d’entre elles étant parfaitement cicatrisées. L’observation des érosions actives au microscope ne montre pas de fronts d’érosions ostéoclastiques tels qu’on peut les observer dans la polyarthrite rhumatoïde (Blondiaux et al. 1997).

29Les formes d’ankylose suivent assez bien les zones d’érosion et les sections tomodensitométriques ou microscopiques tout comme certaines images radiographiques montrent que l’ankylose se forme essentiellement à partir des érosions et de leurs bords marginaux sans toucher à l’espace interarticulaire. Toutefois, il peut exister des érosions centrales. Un type de structure tissulaire apparaît à la coupe microscopique des surfaces articulaires érodées, il s’agit de lignes discontinues de cartilages calcifiés incluses au sein de l’os trabéculaire. Selon Resnick et Niwayama (1995), elles sont le résultat de la fragmentation du cartilage dégénératif qui reprend une ossification enchondrale en recouvrant la surface articulaire primitive. Ils l’appellent central osteophytosis. Dans la section du triquetrum de Thaon 15, on compte jusqu’à trois de ces lignes de cartilages calcifiés plus ou moins superposées montrant que les phénomènes de fragmentation ont été répétés et successifs. Cette observation paléopathologique ne paraît pas avoir été signalée auparavant.

30L’observation d’érosions à l’emporte-pièce, très destructrices, distribuées plus ou moins anarchiquement – marginales, centrales ou périphériques, et non strictement symétriques – associées à des phénomènes d’ankylose extensifs renvoie aux diagnostics de spondyloarthropathies (Garber, Silver 1982) et de goutte (Cortet et al. 1994), en excluant a priori la polyarthrite rhumatoïde.

31L’absence d’érosions sur le squelette axial n’est pas en faveur du rhumatisme psoriasique ou de la spondylarthrite ankylosante, et l’absence d’érosion sacro-iliaque et d’épaississement cortical diaphysaire distal élimine la maladie de Reiter. L’ankylose extensive des pieds fait discuter aussi la goutte et les spondyloarthropathies dont notre observation ne recouvrait pas les sièges habituels. La tarsite ankylosante est fréquente dans les spondyloarthropathies, la goutte ankylosante est beaucoup plus rare. Il y a 12 ans, la littérature médicale en comptabilisait seulement une dizaine de cas publiés (Ludwig et al. 1938 ; Hughes et al. 1968 ; Good, Rapp 1978 ; Cortet et al. 1994). L’ankylose goutteuse touche le plus souvent le carpe, le tarse et les chevilles, et est l’aboutissement d’une évolution sévère et prolongée de la maladie qui commence souvent dans l’adolescence. Curieusement dans les cas décrits dans la littérature, aucune association entre la goutte ankylosante et la maladie hyperostosique n’est rapportée. En revanche, l’association de goutte et de maladie hyperostosique au sein d’une même famille n’est pas rare (Kaweroki-Minc et al. 1978 ; Littlejohn, Hall 1982 ; Constantz, Bluestoner 1983 ; Mituszova et al. 1992).

32Dans notre observation, la radiographie, la tomodensitométrie et la microscopie emportent la conviction. Les érosions à bords sclérotiques, l’évolution arthrosique soulignée par l’ostéophytose centrale et l’aspect hérissé des tarses, ainsi que la destruction typique de l’articulation métatarso-phalangienne du premier rayon chez l’individu Thaon 16, soutiennent le diagnostic de goutte, et plus particulièrement de goutte ankylosante pour les sujets 15 et 18.

Conclusion

33Liés par le décès à un âge avancé, la proximité et le mode privilégié des inhumations, les quatre hommes de l’église de Thaon offrent une image presque caricaturale de deux maladies dont les implications génétiques et environnementales sont connues. Il est difficile de ne pas émettre l’hypothèse de liens familiaux et comportementaux qui vont dans le sens d’individus apparentés et probablement hypernutris. Nous n’irons pas jusqu’à affirmer qu’ils aimaient la bonne chère, le bon vin et la sédentarité ou jusqu’à extrapoler une obésité commune et un diabète de type II, mais la compatibilité de ces traits comportementaux et pathologiques aux deux affections qu’ils présentaient ne les écarte pas complètement. Ceci replacé dans une Normandie médiévale ou moderne, terre bénie par son bocage et son économie prospère, corrige et renforce nos hypothèses. Il n’est pas non plus indifférent de reconsidérer la pertinence de la recherche paléoépidémiologique fondée sur l’observation paléopathologique de la goutte et de la maladie hyperostosique pour la compréhension des sociétés du passé.

Haut de page

Bibliographie

ACSADI (G.), NEMESKÉRI (J.) 1970, History of Human Life Span and Mortality, Akademiai Kiado, Budapest.

ARLET (J.), MAZIÈRES (B.) 1985, Maladie hyperostosique, Revue Médicale Interne 6, 5 : 553-564.

BLONDIAUX (J.), COTTEN (A.), FONTAINE (C.), HÄNNI (C.), BERA (A.), FLIPO (R.-M.) 1997, Two Roman and Medieval cases of symmetrical erosive polyarthropathy from Normandy: Anatomico-pathological and radiological evidence for rheumatoid arthritis, International of Journal Osteoarchaeology 7: 451-466.

CONSTANTZ (R.), BLUESTONER 1983, Case report 237: gout associated with diffuse idiopathic skeletal hyperostosis (DISH), Skeletal Radiology 10, 2: 117-120.

CORTET (B.), DUQUESNOY (B.), AMOURA (I.), BOURGEOIS (P.), DELCAMBRE (B.) 1994, La goutte ankylosante, à propos de deux cas, Revue du Rhumatisme 61, 1 : 49-52.

DELAHAYE (F.) 2005, L’église Saint-Pierre de Thaon (Calvados), Étude de l’édifice au XIIe siècle, Archéologie Médiévale 35 : 51-71.

FULLY (G.), DEHOUVE (A.) 1965, Renseignements apportés dans la détermination de l’âge par l’étude anatomique et radiologique du sternum et des côtes, Annales de Médecine Légale 45 : 469-474.

GARBER (E.K.), SILVER (S.) 1982, Pedal manifestation of DISH, Foot Ankle 3, 1: 12-16.

GOOD (A.E.), RAPP (R.) 1978, Bone ankylosis, A rare manifestation of gout, Journal of Rheumatology 5, 3: 335-337.

HUGHES (G.R.), BARNES (C.G.), MASON (R.M) 1968, Bony ankylosis in gout, Annals of the Rheumatic Diseases, 27: 67-70.

KAWEROKI-MINC (E.), STANISZEWSKA-VARGA (J.), ABGAROWICZ (T.), BRZOZOWSKA-JURKOWSKA (A.), EYMAN (E.), WERYNSKA­PRZYBYLSKA (J.) 1978, Incidence of spondylolysis, ankylosing hyperostosis, spondylosis and sacroiliac joint changes in patients with gout, Reumatologia 16, 4: 499-507 (polonais).

LITTLEJOHN (G.O.), HALL (S.) 1982, Diffuse idiopathic skeletal hyperostosis and new bone formation in male gouty subjects, A radiologic study, Rheumatology International 2, 2: 83-86.

LUDWIG (A.O.), BENNETT (G.A.), BAUER (W.) 1938, A rare manifestation of gout: widespread ankylosis simulating rheumatoid arthritis, Annals of Internal Medicine 11: 1248-1276.

MASSET (C.) 1982, Estimation de l’âge au décès par les sutures crâniennes, Thèse d’État en Sciences naturelles, Université Paris VII.

MITUSZOVA (M.), JUDAK (A.), POOR (G.), GYODI (E.), STENSZKY (V.) 1992, Clinical and family studies in Hungarian patients with gout, Rheumatology International 12, 5: 165-168.

MORLOCK (G.) 1986, Paleopathological identification of the hyperostosic disease (Forestier’s disease, DISH), in F. Gomez-Bellard, J.A. Sanchez (eds), Proceedings of the 6th European Meeting of the Paleopathology Association, Université Complutense, Madrid, p. 161-169.

NEMESKÉRI (J.), HARSANYI (L.), ACSADI (G.) 1960, Methoden zur Diagnose des Lebensalters von Skelettfunden, Anthropologischer Anzeiger 24, 1: 70-95.

RESNICK (D.), NIWAYAMA (G.) 1995, Degenerative disease of extraspinal locations, in D. Resnick (ed.), Diagnosis of bone and joint diseases, Third Edition 6, 39, W.B. Saunders Company, Phidelphia, p. 1263-1371.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

J. Blondiaux, A. Alduc-Le Bagousse, X. Demondion, F. Delahaye et C. Niel, « Maladie hyperostosique et maladie goutteuse, une diathèse familiale en Normandie : Thaon, Calvados », Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 19 (1-2) | 2007, mis en ligne le 04 janvier 2011, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/2472

Haut de page

Auteurs

J. Blondiaux

Centre d’Études Paléopathologiques du Nord, 36 rue Jules Ferry, 59127 Walincourt-Selvigny, France, e-mail : jblondiaux@nordnet.fr

Articles du même auteur

X. Demondion

Département de Radiologie ostéo-articulaire, Hôpital Salengro, 59000 Lille, France.

F. Delahaye

Institut National de Recherches Archéologiques Préventives, boulevard de l’Europe, 14540 Bourguébus, France.

C. Niel

UMR 6577, Centre Michel de Boüard, Centre de Recherches Archéologiques et Historiques Médiévales, Université de Caen Basse-Normandie, Esplanade de la Paix, 14032 Caen CEDEX, France.

A. Alduc-Le Bagousse

UMR 6577, Centre Michel de Boüard, Centre de Recherches Archéologiques et Historiques Médiévales, Université de Caen Basse-Normandie, Esplanade de la Paix, 14032 Caen CEDEX, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’anthropologie de Paris

Haut de page