Navigation – Plan du site

Hommage à Mariza Corrêa (1945-2016)

Guita Grin Debert

Texte intégral

1C’est avec une grande tristesse que la revue Brésil(s) rend hommage à Mariza Corrêa, membre de son comité scientifique et figure phare de l’anthropologie et du féminisme brésilien, décédée le 27 décembre 2016. Elle laisse une œuvre considérable comme chercheuse et enseignante, et une marque profonde dans la construction institutionnelle des sciences sociales au Brésil, tout particulièrement de l’anthropologie brésilienne.

2Défiant les conventions et le sens commun, ses travaux ont été des percées, et ses publications sont désormais des références obligées dans la réflexion sur l’exercice de la justice dans les crimes contre les femmes et sur les pratiques des avocats défendant leurs droits. Sur ces thématiques, elle a inspiré toute une lignée de recherches. Ses livres Os Crimes da Paixão (São Paulo, Brasiliense, 1981) et Morte em Família: representações jurídicas de papéis sexuais (Rio de Janeiro, Graal, 1983) sont systématiquement cités lorsque l’on traite de la violence du système judiciaire.

3L’éventail de ses recherches va de thèmes comme le genre, la famille et la parenté, jusqu’aux relations raciales, qu’elle nous invite à réexaminer en s’éloignant d’identifications rapides et d’adhésions faciles, dans un champ d’études où, au Brésil, la radicalisation politique empêche souvent l’analyse rigoureuse. L’ouvrage As ilusões da Liberdade – a Escola Nina Rodrigues e a antropologia no Brasil (Bragança Paulista, Editora da Universidade São Francisco, 2000) a inauguré ses recherches pionnières sur les anthropologues et les lignées féminines dans cette discipline (Antropólogas e antropologia, Belo Horizonte, Ed. UFMG, 2003). En outre, elle a produit une vaste collection de documents audiovisuels, désormais déposés aux Archives Edgard Leuenroth de l’Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp). Ses travaux les plus récents – fruits du projet thématique Genre et corporalité, financé par la Fapesp et développés au Centre d’études sur le genre Pagu de l’Unicamp – traitent des techniques et des modifications corporelles, et portent une attention particulière aux contraintes sociales imposées à la plasticité et à la souplesse du corps humain.

4La culture vaste et affûtée de Mariza Corrêa, et son intelligence sensible, ont conquis ses collègues, ainsi que ses élèves et les étudiants dont elle a dirigé les travaux. Ces derniers constituent désormais une nouvelle génération de brillants anthropologues, présents dans différentes universités brésiliennes. Ils disent avoir reçu d’elle de grandes stimulations intellectuelles et professionnelles, ce qui apparaît dans les nombreux hommages qui lui sont aujourd’hui rendus.

5Mariza Corrêa a été directrice de l’Institut de philosophie et de sciences humaines de l’Unicamp (1989-1993), présidente de l’Association brésilienne d’anthropologie – ABA (1994-1996), une des fondatrices du Pagu. Elle a dirigé la collection « Genre et Féminisme » des éditions de l’Unicamp, a incité à la création des Cadernos Pagu et a été leur éditrice. Il s’agit d’une publication de référence au Brésil, qui a profondément marqué les études sur le genre, en confrontant les recherches brésiliennes dans ce domaine avec les travaux réalisés dans d’autres pays.

6Par la rectitude de son caractère et sa délicatesse dans les relations humaines, Mariza laisse derrière elle non seulement un héritage intellectuel novateur, mais elle fait aussi de nous tous des héritiers de son travail de construction et de perfectionnement des institutions qui ont ouvert les horizons des sciences sociales brésiliennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guita Grin Debert, « Hommage à Mariza Corrêa (1945-2016) », Brésil(s) [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 29 mai 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/bresils/2108

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals