Navigation – Plan du site

Antonio Candido et la France

Sandra Guardini Teixeira Vasconcelos
Traduction de David Yann Chaigne

Texte intégral

1Il n’est pas simple de témoigner des rapports entretenus avec la France par un intellectuel de l’envergure d’Antonio Candido de Mello e Souza (1918-2017), non seulement en raison de l’ampleur de son œuvre critique mais aussi de l’importance des traces laissées dans sa formation par ses contacts étroits et constants avec la culture française. Son double investissement dans la sociologie et la critique littéraire, ses diverses activités universitaires et journalistiques, ses ouvrages de référence sur la culture et la littérature brésiliennes ainsi que l’amplitude de ses objets d’étude et de ses intérêts rendent vaine toute prétention d’éclairer, sans trop de lacunes, les multiples perspectives de son héritage. Cartographier la présence du monde français dans cet univers protéiforme ne va pas de soi. À n’en point douter, la tâche est risquée et condamnée aux omissions et aux simplifications.

  • 1 Entre fin 1928 et fin 1929.

2C’est à l’âge de dix ans qu’Antonio Candido, à l’occasion d’un long séjour à Paris en compagnie de ses parents1, fit la connaissance de « Mademoiselle » Marie Rohlfs de Sussex ; cette dernière lui enseigna le français, la littérature et l’histoire européennes et fut donc la première à lui ouvrir les portes de la culture française (Martins & Arantes 1993, 96). De cette expérience, il lui restera le souvenir de la découverte de la ville, lui qui avait grandi dans une bourgade provinciale du Minas Gerais. En novembre 1981, dans un entretien accordé au Musée de l’image et du son de São Paulo, il était revenu sur l’impact, décisif pour le cours de sa vie, produit par cette initiation :

  • 2 Antonio Candido raconte que Mademoiselle de Sussex lui avait fait acheter des livres de Racine, Cor (...)

Elle [Marie de Sussex] a consolidé et cristallisé par la pratique cette influence classique que représente, aux yeux d’un Brésilien de la classe moyenne, la présence de la France. C’était déjà une donnée importante dans ma famille – le français était presque une seconde langue pour nous – et, grâce à ce séjour en France et à cette femme, j’ai été imprégné par cette culture jeune encore, ce dont n’ont peut-être pas pu bénéficier d’autres jeunes brésiliens de ma génération. Et ce, grâce à cette personne qui était très intelligente et fort cultivée et qui m’a fait lire beaucoup de choses.2

3Antonio Candido retournera à Paris bien des années plus tard, de 1964 à 1966, cette fois en qualité de professeur invité de littérature brésilienne à la Sorbonne. Antonio Silvio Lefèvre, le fils d’un ami, a récemment évoqué les promenades en sa compagnie dans les rues de la ville :

Comme s’il racontait des histoires à un enfant, il m’expliquait l’importance historique de chacun des lieux par où l’on passait, des rues et des immeubles cités dans les romans les plus divers de la littérature française, tout en faisant des comparaisons avec la littérature brésilienne influencée par chacun des auteurs français concernés […] et toujours en contextualisant ce qu’étaient la France et le Brésil d’alors… (Lefèvre 2017)

  • 3 Rimbaud a fait également l’objet d’un texte initialement publié dans la section Lettres du quotidie (...)

4On peut présumer, sur la base de ce témoignage, que l’éventail des lectures françaises d’Antonio Candido s’était encore étoffé, même si dans les années 1940 et 1950, des poètes tels que Baudelaire, Verlaine, Rimbaud3 et Valéry, ou encore des romanciers comme Stendhal et Zola, étaient déjà au centre de ses intérêts de chroniqueur dans les articles de critique littéraire qu’il écrivait. C’est lors de ce séjour parisien qu’il a recueilli la documentation nécessaire à une étude sur les justifications de la fiction au début du XVIIe siècle. Il y revenait sur les disputes suscitées par le roman et plus particulièrement sur l’essai Le Tombeau des romans, publié anonymement en 1626 et attribué à François Langlois, un chanoine de l’église Saint-Germain l’Auxerrois plus connu sous le nom de Fancan (Souza 1987, 82-99).

5À cette époque, Antonio Candido se consacrait déjà aux études littéraires et avait abandonné le domaine de la sociologie, une discipline qu’il avait étudiée à la Faculté de philosophie, sciences et lettres de l’Université de São Paulo. Créée en 1934 sur le modèle des universités françaises, cette institution avait bénéficié de la présence capitale de ce qui fut baptisé « mission française », un groupe de professeurs engagés pour y enseigner, dont Jean Maugüé (philosophie), Roger Bastide et Paul Arbousse-Bastide (sociologie), Pierre Monbeig (géographie humaine) ou Lévi-Strauss (anthropologie). Dans des entretiens accordés beaucoup plus tard, Antonio Candido disait de Maugüé qu’il avait été un « véritable maître », qu’il avait structuré sa manière de voir le monde et de « réfléchir sur la vie » :

  • 4 Entretien accordé à Gilberto Velho et Yonne Leite, publié dans Ciência Hoje en juillet 1993, cité p (...)

C’était un esprit fort, un insoumis qui n’a pas fait carrière [...], il nous enseignait l’histoire de la philosophie, c’était ce que l’on pourrait appeler un marxiste ouvert, il voyait tout sous l’angle social : idées, cinéma, art, littérature. C’était un grand professeur, un des plus grands que j’ai connus, et il nous a profondément inspiré.4

  • 5 Comme sociologue, Antonio Candido nous a légué Os Parceiros do Rio Bonito (1964) dont la préface pr (...)

6Outre l’ouverture d’esprit qui caractérisait Maugüé, Antonio Candido soulignait que c’était avec lui qu’il avait appris que « la philosophie et la sociologie peuvent servir de vision du monde, et pas seulement de spécialité universitaire ». Si Pierre Monbeig l’avait initié à la géographie humaine et Paul Arbousse-Bastide à la méthode scientifique et à la théorie sociologique, Roger Bastide fut celui qui fit naître chez lui « une sensibilisation à la réalité sociale qui ne cessa de grandir », grâce à une « vision ouverte de la sociologie, sans école, sans théorie imposée » (Jackson 2002, 158)5.

  • 6 Voir « Roger Bastide e a Literatura Brasileira » et « Machado de Assis de Outro Modo » (Souza 1993, (...)

7Ses cours sur les « sociologies spécialisées » (de la famille, de l’art, de la religion, de l’économie ou des mythes) et ses travaux de critique littéraire montrèrent à Antonio Candido que « les méthodes modernes de la recherche sociologique pouvaient – et devaient – s’appliquer à l’étude des diverses dimensions de la société et de la culture brésiliennes » (Pontes 1998, 94). L’ex-étudiant a consacré au maître deux articles ; il y soulignait que Roger Bastide était aussi un critique littéraire, notamment dans son étude « Machado de Assis, paisagista » [Machado de Assis, paysagiste] publiée par la Revista do Brasil en 1940, où il réorientait « la manière de concevoir certains aspects fondamentaux de [la] littérature [brésilienne] » grâce à la dissociation qu’il établissait entre le pittoresque et l’idée d’« authenticité » qui ne dépendrait pas, selon Bastide, « de la description ostentatoire de traits caractéristiques du pays ». L’anthropologue français s’attachait à la « vie des formes » et cherchait dans Machado ce qui pouvait enrichir son analyse, la façon par exemple dont le paysage devenait un élément intrinsèque dans son écriture. Il considérait le fait littéraire objectivement tout en soulignant la « traduction esthétique des facteurs "externes" »6. Cette leçon se transforma, pour Antonio Candido, en méthode critique.

8À ses débuts, Antonio Candido a été tiraillé entre l’exercice de la critique littéraire dans les journaux et l’enseignement de la sociologie. En migrant définitivement vers le champ des études littéraires, il put fondre les deux domaines de formation et proposer une synthèse dialectique entre ces deux perspectives d’analyse du texte, grâce à une lecture sensible au « processus par le biais duquel la réalité du monde et de l’être devient, dans le récit fictionnel, partie prenante d’une structure littéraire, permettant ainsi une étude en soi comme quelque chose d’autonome » (Souza 1993b, 9). L’influence intellectuelle des Français, en particulier de Jean Maügué et de Roger Bastide, a donc été essentielle pour faire de la philosophie et de la sociologie des outils propres à penser la vie et la culture brésiliennes et pour consolider la vocation et l’office de critique et d’essayiste d’Antonio Candido.

9Un examen même superficiel de son œuvre critique montre la présence insistante de la littérature française dans le répertoire de ses intérêts. Dans ses premiers articles publiés dans la presse et dans la revue Clima (mai 1941 – novembre 1944), dont la plupart ont été repris par la suite en ouvrage, Antonio Candido s’occupe déjà d’auteurs français. D’ailleurs, les multiples facettes de ses objets d’étude y sont aussi déjà décelables. Même dans ses essais sur la littérature brésilienne, les parallèles sont fréquents avec des auteurs étrangers – souvent français – non seulement parce que, pour lui, « étudier la littérature brésilienne, c’est étudier la littérature comparée, vu que notre production a toujours été fortement liée aux exemples extérieurs » (Souza 1993a, 211) mais en raison aussi de la centralité de la culture française au Brésil, principalement au cours du XIXe siècle.

  • 7 Stendhal fera également l’objet de l’essai intitulé « Melodia Impura » [Mélodie impure] où le criti (...)

10Alliant la « vieille explication de texte des Français » (Souza 1985, 6) et la lecture rapprochée de la Nouvelle Critique nord-américaine à une vision de la dynamique sociohistorique solidement ancrée dans ses lectures et réflexions, Antonio Candido a ainsi rédigé des essais fondateurs, fort éclairants, sur un ensemble considérable d’écrivains brésiliens et étrangers, dont des français, auxquels il consacra des études exemplaires. Il en est de même d’« articles de circonstance », comme il les baptisait lui-même, où il se révèle fin lecteur. C’est le cas de sa réflexion sur Monsieur Ouine de Georges Bernanos ou de son article sur Stendhal, d’abord paru dans la presse puis republié dans l’ouvrage Brigada Ligeira (Souza 1992)7. C’est encore le cas dans des textes plus ouvertement comparatistes comme « Os primeiros baudelairianos » [Les premiers baudelairiens] où il étudie un groupe de « poètes secondaires » des années 1870 et 1880, « peut-être […] le seul moment où la présence des textes de Baudelaire a été décisive pour définir les voies de la production poétique » (Souza 1987, 21-38). Citons encore le pénétrant essai dont Proust est l’objet dans « Realidade e Realismo (via Marcel Proust) » [Réalité et réalisme (via Marcel Proust] (Souza 1993a, 123-129), mais également « Da Vingança » [De la vengeance] sur Le Comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas (Souza 1971, 3-28) et « Degradação do Espaço » [Dégradation de l’espace] sur L’Assommoir d’Émile Zola (1993b, 55-94), deux essais où apparaît de façon limpide le modus operandi du critique dans sa quête d’« antithèses concrètement fondées sur le processus contradictoire qui constitue la structure esthétique dans sa relation avec le social » (Arrigucci 1992, 197).

11Il ne s’agit là que de quelques exemples de la présence de la culture et de la littérature françaises dans l’œuvre d’Antonio Candido. Il a lui-même toujours insisté sur ce fait comme en témoignent ces quelques lignes avec lesquelles je conclurai ce bref hommage :

  • 8 Cité par Dantas (2002, 113).

En réalité, la France ne s’est pas contenté de transmettre sa seule culture, elle a aidé à transmettre bien d’autres cultures et elle a favorisé les relations culturelles autonomes entre les différents pays latino-américains. […] La médiation de la France a ainsi signifié pour nous un possible : nous mettre en contact avec d’autres cultures. Je crois pouvoir toutefois affirmer qu’elle a aussi servi de médiateur entre nous.8

Haut de page

Bibliographie

Arrigucci Jr., Davi. 1992. « Movimentos de um leitor: ensaio e imaginação crítica em Antonio Candido. » In Dentro do texto, dentro da vida. Ensaios sobre Antonio Candido, dirigé par Maria Angela D’Incao & Eloísa Faria Scarabôtolo, pp. 181-204. São Paulo: Companhia das Letras/Instituto Moreira Salles.

Bastide, Roger. 1972. Anatomie d’André Gide. Paris : Presses universitaires de France.

Dantas, Vinicius. 2002. Bibliografia de Antonio Candido. São Paulo: Duas Cidades/Editora 34.

Jackson, Luiz Carlos. 2002. A Tradição Esquecida. Os Parceiros do Rio Bonito e a Sociologia de Antonio Candido. Belo Horizonte & São Paulo: Editora UFMG & FAPESP.

Lefèvre, Antonio Silvio. 2017. « Faire la vaisselle c’est ton métier. » Disponible sur : http://www.chumbogordo.com.br/12894-faire-la-vaissele-cest-ton-metier-lavar-louca-e-com-voce/ (consulté le 8 septembre 2017).

Souza, Antonio Candido de Mello e. 1964. Os Parceiros do Rio Bonito. Rio de Janeiro: José Olympio.

Souza, Antonio Candido de Mello e. 1971. Tese e Antítese. São Paulo: Companhia Editora Nacional.

Souza, Antonio Candido de Mello e. 1987. A Educação pela Noite e outros ensaios. São Paulo: Ática.

Souza, Antonio Candido de Mello e. 1992. Brigada Ligeira e outros escritos. São Paulo: Ed. Unesp.

Souza, Antonio Candido de Mello e. 1993a. Recortes. São Paulo: Companhia das Letras.

Souza, Antonio Candido de Mello e. 1993b. O Discurso e a Cidade. São Paulo: Livraria Duas Cidades.

Souza, Antonio Candido de Mello e. 1985. « Préfacio. » In Na Sala de Aula. Caderno de Análise Literária, 5-6. São Paulo: Ática.

Souza, Antonio Candido de Mello e. 1987. A Educação pela Noite e outros ensaios. São Paulo: Ática.

Ventura, Zuenir (entretiens), Marília Martins & Paulo Roberto Abrantes, dir. 1993. 3 Antônios & 1 Jobim: histórias de uma geração, o encontro de Antônio Callado, Antônio Cândido, Antônio Houaiss, Antônio Carlos Jobim. Rio de Janeiro: Relume Dumará.

Pontes, Heloisa. 1998. Destinos Mistos. Os Críticos do Grupo Clima em São Paulo (1940-68). São Paulo: Companhia das Letras.

Pontes, Heloisa. 2001. « Entretien avec Antonio Candido. » Revista Brasileira de Ciências Sociais 16 (47): 5-30.

Haut de page

Notes

1 Entre fin 1928 et fin 1929.

2 Antonio Candido raconte que Mademoiselle de Sussex lui avait fait acheter des livres de Racine, Corneille, Molière, La Fontaine, Lamartine, Fénelon « ainsi que d’excellents manuels » (Martins & Arantes 1993, 96-97). Dans un autre témoignage, il ajoute : « Après, lorsque je suis rentré au Brésil, j’ai continué à lire de moi-même, tout en m’appuyant sur les bibliographies des livres qu’elle m’avait fait acheter. Mon père ne mégotait jamais lorsqu’il s’agissait d’acheter des livres et il faisait venir de France la plupart de ceux que je lui demandais. » (Jackson 2002, 151-152). À l’époque où il fréquentait le Colégio Universitário [Collège universitaire], il suivit en outre un cours optionnel de littérature française avec Pierre Hourcade (Pontes 2001, 12).

3 Rimbaud a fait également l’objet d’un texte initialement publié dans la section Lettres du quotidien Folha de S. Paulo du 9 septembre 1991, puis republié dans Recortes (Souza 1993a) sous le titre « As transfusões de Rimbaud » [Les Transfusions de Rimbaud].

4 Entretien accordé à Gilberto Velho et Yonne Leite, publié dans Ciência Hoje en juillet 1993, cité par Luiz Carlos Jackson (2002, 31).

5 Comme sociologue, Antonio Candido nous a légué Os Parceiros do Rio Bonito (1964) dont la préface précise que le livre « a eu pour origine le désir d’analyser les rapports entre littérature et société, et est issu d’une recherche sur la poésie populaire, telle qu’elle se manifeste dans le Cururu – une danse chantée des paysans paulistes [...] ». Il y consigna également sa dette envers Claude Lévi-Strauss, dont Les Structures Élémentaires de la Parenté furent à ses yeux « l’un des monuments centraux de la pensée sociologique contemporaine ».

6 Voir « Roger Bastide e a Literatura Brasileira » et « Machado de Assis de Outro Modo » (Souza 1993, 99-104 et 105-109). Il existe un troisième article sur Bastide, « Acerca de André Gide » (Souza 1993a, 110-113), cette fois pour commenter son Anatomie d’André Gide publié en 1972.

7 Stendhal fera également l’objet de l’essai intitulé « Melodia Impura » [Mélodie impure] où le critique examine les relations entre le romancier français et la musique (Souza 1971, 143-166).

8 Cité par Dantas (2002, 113).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Guardini Teixeira Vasconcelos, « Antonio Candido et la France », Brésil(s) [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 29 novembre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/bresils/2271

Haut de page

Auteur

Sandra Guardini Teixeira Vasconcelos

Sandra Guardini Teixeira Vasconcelos est professeur de littérature à l’Université de São Paulo (USP).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals