Navigation – Plan du site
Varia

« Les voix du rebut » : pratiques orales de positionnement social en contexte d’interactions asymétriques

« As falas do lixo » : práticas orais de posicionamento social em interações assimétricas
« Garbage Speeches » : Oral Practices of Social Positioning in Asymmetric Interactions
Thaïs Machado-Borges
Traduction de Véronique Boyer

Résumés

Le « rebut » – ce qui est exclu, mis de côté, caché, enterré, ôté de la vue, rejeté – est au point de départ de cet article. Considéré comme matière repoussée, il circule dans les espaces publics et privés, entre les centres de pouvoir et les périphéries oubliées. Vu comme métaphore sociale, il marque les limites entre catégories, entre ce, celui ou celle qui ont de la valeur et ce, celui ou celle qui sont inutiles, bons à jeter. Je m’interroge ici sur l’usage de la parole comme stratégie de positionnement social grâce à l’analyse de quelques interactions du quotidien entre femmes de classes sociales différentes, recueillies à diverses périodes d’un travail de terrain dans le Sud-est brésilien. Comme je le montre, les « voix du rebut », lorsqu’elles sont pratiquées dans des interactions asymétriques, non seulement classent les individus en terme de statut et de valeur, mais aussi renforcent la différence entre des personnes occupant des positions sociales inégales. J’analyse ici les jeux oraux de positionnement lorsque le statut et l’exclusion sociale sont durement négociés.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en février 2015 ; approuvé en novembre 2016

Texte intégral

1« Celle qui te commande maintenant, c’est moi. Pas ta mère. Tu dois m’obéir ! » Fernanda, femme de ménage, 55 ans, se souvient d’un épisode de son enfance et restitue les propos de sa patronne lors d’un entretien réalisé en mai 2010.

2Dire que l’histoire du Brésil est celle d’un pays patriarcal, hiérarchisé et raciste n’a rien de bien nouveau. Toutefois, chaque fois que j’écoutais des récits semblables à celui de Fernanda, je ne pouvais m’empêcher de penser aux mécanismes sociaux qui permettent et normalisent la pratique d’agressions verbales et d’humiliations dans des situations explicites d’inégalités sociales. Il n’est guère plus original d’affirmer que le pays est marqué par de fortes asymétries de genre : violence domestique, différentes formes d’abus et de harcèlement sexuel, politiques publiques très souvent défavorables aux droits sexuels et reproductifs sont quelques-uns des défis affrontés par les Brésiliennes. De fait, même si la population compte approximativement six millions de femmes de plus que d’hommes et si leur présence dans l’électorat est plus forte encore – elles sont sept millions de plus –, la faible représentation féminine dans les fonctions de pouvoir est évidente. Treize seulement des 81 sièges du Sénat et 51 des 513 de la chambre des députés sont occupés par des femmes (Monteiro, 2016). De façon plus générale, on observe que, même si les femmes sont aujourd’hui plus présentes sur le marché des emplois, la division du travail domestique est encore très inégale. S’occuper de la maison et de la famille est une tâche qui, pour la plupart, devrait revenir à la maîtresse de maison ou à d’autres femmes qu’elle a engagées pour le faire à sa place.

3Prendre en compte cette substitution complexifie la situation. Car, outre les asymétries de genre, elle met aussi en jeu des asymétries intra-genre, marquées par des inégalités de classe et des conceptions racistes. De fait, ce sont généralement les femmes les plus pauvres et à la couleur de peau plus foncée qui ont le moins de choix et d’options pour contourner les problèmes du quotidien. Ce sont donc elles qui souffrent le plus des discriminations, des agressions verbales et humiliations venant très souvent d’autres femmes.

  • 1 Financée par le Swedish Research Council, cette recherche examine les intersections entre consommat (...)

4À l’occasion d’une longue enquête portant sur les déchets, la consommation et les différences sociales dans des contextes urbains1, j’ai eu l’occasion d’observer les jeux oraux de positionnements dans des situations d’interaction entre des femmes appartenant à différents groupes socioéconomiques, des situations dans lesquelles les statuts et l’exclusion sociale sont âprement négociés. Dans le présent article, j’aborde comme un tout le corpus ethnographique que j’ai constitué progressivement, en insistant sur les moments de la recherche où la question des enjeux de pouvoir est clairement ressortie.

5Cette approche requiert une explication : anthropologue, expatriée brésilienne vivant en Europe, je mène des recherches depuis plus de vingt ans sur divers aspects de la société dont je suis originaire. Tout au long de ces années et à travers différentes thématiques, j’ai cherché à aborder la question complexe des inégalités sociales : comment sont-elles représentées dans les médias et dans les feuilletons télévisés à succès (Machado-Borges 2003) ? Comment sont-elles vécues, contestées ou conservées à travers des habitudes et des rêves de consommation ou dans les pratiques quotidiennes relatives au corps et à l’apparence physique (Machado-Borges 2008 et 2015) ? Comment sont-elles discutées et narrées dans les confrontations habituelles et quotidiennes ?

6Le matériel ethnographique ici présenté provient donc de diverses périodes d’enquête (1997, 2006, 2010, 2012) et il a été collecté selon des méthodes très diverses : entretiens semi-directifs, recueil d’histoires de vie, conversations informelles, techniques d’observation participante. L’approche proposée est peu conventionnelle, mais il me semble que la relecture de ces données favorise une analyse plus pénétrante sur certaines questions. En réexaminant mon corpus ethnographique, non seulement je me remémore ce que j’avais alors clairement perçu, mais je perçois également ce que j’avais laissé passer (Cheshire 2014). C’est donc dans ce contexte domestique, féminin et inégalitaire, si proche et familier mais tout autant antagonique et étrange, que je situe mon analyse.

  • 2 Femmes employées à la collecte des déchets urbains et à leur tri en vue de leur recyclage.

7L’objectif de cet article est de montrer la manière dont le langage est utilisé comme stratégie de positionnement social dans la société brésilienne. Quatre exemples tirés de différentes étapes de l’enquête de terrain me permettront d’illustrer les mécanismes de disqualification verbale, ce qu’on pourrait appeler les « voix du rebut » [falas do lixo]. Les récits analysés révèlent comment l’absence de valeur et la « jetabilité » – jugement utilisé pour déterminer ce qui est ou non un déchet – sont transposées aux personnes qui, à travers leurs occupations, sont en contact avec les ordures et sont très souvent traitées comme une main-d’œuvre facilement remplaçable : femmes de ménage, employées domestiques, recycleuses2.

Déchets, prises de parole et résistance

8Mon approche théorique s’inscrit dans trois champs d’études : les travaux sur la dimension symbolique des déchets ; les recherches sur les communications interpersonnelles et jeux de positionnement social ; les analyses sur les actes quotidiens de résistance.

9Quoique l’attention portée aux déchets puisse a priori étonner, il me semble que cet objet n’est pas dénué d’intérêt. En effet, dans la mesure où ils constituent une matière qui circule entre le public et le privé (Douny 2007 ; Edensor 2005), qui transite entre ce qui a de la valeur et ce qui n’en a pas (Scanlan 2005), entre les centres de pouvoir et les périphéries impuissantes (Hawkins & Muecke 2003 ; Shanks, Platt & Rathje 2004), les déchets opèrent une interconnexion entre des échelles micro et macro de la vie sociale (Thompson 1979, 93). Les conflits que leur appropriation peut générer reflètent en ce sens la dynamique tendue des villes et des sociétés (O’Brien 1999). Le thème des déchets se trouve ainsi directement lié à l’idée de citoyenneté, aussi bien dans ce qu’elle suppose de mécanismes d’exclusion que de luttes pour l’inclusion. Très souvent, ces « restes » sont définis en termes d’inutilité, d’élimination finale, de répugnance et de maladie (Rêgo, Barreto & Killinger 2002). L’affirmation de leur caractère dangereux et infectieux se trouve ainsi au principe de l’affectation de ceux qui les manipulent dans leur travail ou leurs occupations (Costa 2004 ; Machado-Borges 2015).

10La façon dont j’entends le concept de « voix du rebut » renvoie aux études traitant de leurs aspects symboliques, lesquelles mettent l’accent sur la question de la valeur (ou de son annihilation) ainsi que sur les thèmes relatifs à la mort, à la fin, à la décadence, à la saleté et à l’abject (Laporte 2000 ; Hawkins 2006 ; Scanlan 2005 ; Shove 2003). Ces propos contribuent à renforcer les distances sociales, en situant celui à qui ils sont adressés dans une position d’exclusion et d’infériorité. Les recherches sur les pratiques quotidiennes de collecte, de gestion, d’appropriation et de recyclage de ce qui est rejeté (Freitas 2005 ; Lindenlauf 2007 ; Millar 2012) m’ont incitée à me pencher sur cet autre aspect de ce qui est mis au rebus, relatif dans ce cas à la récupération, à la transformation et à l’ajout de valeur. Comme l’article espère le montrer, les énoncés concernant les déchets qui visent à consolider les différences de classe et nient la valeur de l’autre peuvent aussi, quand ils sont réappropriés et réorientés, ajouter de la valeur à ce qui était considéré comme inutile et inférieur.

11Le travail de Goodwin (2006) sur les jeux linguistiques de positionnement, de statut et d’exclusion dans un groupe de petites filles américaines de dix à douze ans me sert de source d’inspiration. Cherchant à comprendre comment les relations de pouvoir sont construites par des femmes sur des femmes, et comment elles sont signifiées à ces dernières, l’auteure rappelle que la tradition des études féministes sur le langage et le genre a prêté peu d’attention aux formes de démonstration de puissance entre des femmes occupant des positions sociales différentes. L’analyse proposée par Goodwin insiste sur les négociations constantes et quotidiennes de statut et de positionnement identitaire. Son livre examine comment des pré-adolescentes se réfèrent à des activités et des objets associés aux classes moyennes et hautes pour tenter de se hisser en haut d’une hiérarchie sociale locale et, dans le même temps, rabaisser et remettre les autres petites filles à « leur place », c’est-à-dire dans des positions moins favorables. Dans un article récent qui prolonge cette perspective, Goodwin & Alim (2010, 191) reprennent l’idée que les formes orales d’agression sociale recèlent des discours et des histoires sur la classe, le genre, la race et l’oppression.

12Dans un travail sur les prises de parole, le genre et les disputes domestiques dans un village de Nouvelle-Guinée, Kulick (1993, 511) souligne l’attention portée par les théories sociales au thème du conflit. Selon lui, il est très souvent perçu comme contraire à l’ordre social ou, en d’autres termes, comme quelque chose qu’il faut résoudre pour que la société puisse fonctionner. Il indique cependant, et je suis en accord avec lui, que les querelles et dissensions ne correspondent pas nécessairement à une rupture de l’organisation sociale. De telles situations peuvent en effet être appréhendées comme autant de tentatives d’établir ou de maintenir un autre ordre, comme des façons de « guider les interprétations, d’influencer les décisions et de produire des configurations particulières d’organisation sociale et d’action ». Ce sont les inégalités structurelles, (re)constituées dans les moments de joutes verbales, qui sont donc concernées.

13Je reprends les idées de Goodwin (2006), Goodwin & Alim (2010) et Kulick (1993) en les transposant à ce que je désigne comme « propos sur les déchets », c’est-à-dire à des énoncés produits dans des situations de communication quotidienne entre des femmes occupant des positions socioéconomiques distinctes. De tels jeux de positionnements peuvent renforcer (volontairement ou non) la distance sociale entre les interlocutrices, en les attachant de diverses façons à différents pôles des hiérarchies sociales en vigueur dans le Brésil contemporain.

14Je m’inspire également des observations de Charaudeau (2007, 243-244) sur les quatre principes de la problématique de la persuasion dans les discours politiques : altérité, influence, régulation et pertinence. Dans son analyse sur le pathos et le discours politique, il explique comment ces principes s’entremêlent pour former un discours persuasif. Pour reprendre brièvement sa pensée, disons que le principe de l’altérité est à l’œuvre quand « la conscience de sa propre existence dépend de la perception de l’existence de l’autre et de son regard » (Id., 243). Le principe d’influence s’exerce quand le sujet parlant tente « de faire entrer l’autre dans son univers de discours » (Ibid., 243). Le principe de régulation correspond à l’idée que si l’autre a « un projet d’influence, il est nécessaire de bien réguler cette rencontre » de forces a priori antagoniques (Ibid., 244). Finalement, le principe de la pertinence se réfère « à des ambiances discursives supposément partagées » (Ibid., 244) dans une tentative de comprendre à la fois le monde et l’autre.

15Dans les exemples ethnographiques présentés ci-après, je distingue, parfois de manière isolée, parfois de façon superposée, les grands traits caractérisant ces principes. Le présent texte adopte donc une perspective analogue à celle de Charaudeau, mais il l’applique à un univers plus large que celui des discours faits par les hommes politiques professionnels, lesquels sont plus stratégiques et planifiés que les conversations quotidiennes auxquelles je m’intéresse. En suivant la fameuse devise féministe « le privé est politique », je perçois dans les conversations quotidiennes un jeu de pouvoir qui a des répercussions concrètes dans la vie et sur les droits de chaque citoyen.

16Le travail de Vidal (2007) sur les employées domestiques dans la ville de Rio de Janeiro complète l’approche de Charaudeau (2007) dans la mesure où il souligne l’usage politique (au sens large du mot) du récit comme un acte de construction de soi – par rapport à l’autre – en tant que personne ayant une valeur et des droits.

17L’approche de Giorgetti (2015), pour sa part, éclaire un aspect qui n’est pas directement abordé dans mes matériaux, mais qui est néanmoins implicite dans les narrations examinées : les façons dont des personnes appartenant aux classes supérieures parlent entre elles des employées domestiques. L’auteure présente ainsi trois modèles structurant la relation des patronnes et des employées. Tout d’abord, le modèle « bienfaisant » (Id., 9) où le rapport de travail se trouve mêlé à des liens affectifs, la fidélité et le dévouement étant gratifiés et compensés de différentes manières. Les employées domestiques sont alors considérées comme étant « presque des membres de la famille » et ce « presque » révèle le mélange du « travail » et des affects. Le second modèle présenté par Giorgetti est celui de la relation conflictuelle qui révèle les difficultés auxquelles se heurtent les tentatives de transformer des relations affectives en relations professionnelles. À ce propos, l’auteure écrit :

Les membres des classes supérieures attendent des employées qu’elles se comportent comme des salariées ordinaires, respectant tous les règlements s’imposant au travail domestique et qu’en même temps s’établisse une relation affective comme auparavant. (Giorgetti 2015, 9)

  • 3 La PEC (Projeto de Emenda Constitucional) des employées domestiques, approuvée en 2013 et réglement (...)

18Le troisième modèle proposé est celui de la relation contractuelle, c’est-à-dire de relations professionnelles sans liens affectifs (Id., 11). Elle conclut en soulignant les importants changements de la société brésilienne au cours de la dernière décennie. Bien que Vidal (2007) note dans sa recherche qu’une grande partie des Brésiliens ne pensent pas en termes d’égalité absolue entre les individus, il existe maintenant des réglementations, comme la Proposition d’amendement à la Constitution (PEC) des employées domestiques3 qui pointent un renouveau dans la façon d’envisager le statut juridique des citoyens brésiliens. On peut donc dire, avec Giorgetti, qu’un long chemin reste encore à parcourir avant que les relations entre patrons et employées domestiques soient construites sur la base de l’égalité. Toutefois, il est aussi possible d’affirmer que les propos sur les déchets analysés dans cet article, parce qu’ils se situent dans le cadre de ces discussions, révèlent précisément des moments pertinents dans ces transformations en cours.

19Je finirai par quelques mots sur la question de la résistance – concept largement utilisé dans les sciences sociales et, en particulier, en anthropologie – pour appréhender les possibles changements sociaux et les transformations se produisant dans des contextes d’asymétries hégémoniques et de relations de pouvoir. J’adopte ici la définition proposée par Seymour (2006, 305) qui voit la résistance comme un ensemble d’actes consciemment et délibérément commis par des personnes subordonnées ou appartenant à un groupe considéré comme tel à l’encontre d’une personne dominante ou appartenant à un groupe supérieur. De tels actes, toujours selon Seymour, sont contre-hégémoniques, mais ils ne suscitent pas systématiquement des changements effectifs dans les conduites et les rapports de force.

20Il est ici nécessaire de rappeler le contexte dans lequel j’ai commencé à centrer mon analyse sur les interactions asymétriques. Au cours des dernières décennies, le Brésil a connu une série de changements socioéconomiques. Le taux d’inégalités sociales a diminué tout comme le nombre de personnes vivant au-dessous du seuil de pauvreté. Toutefois, le pays a encore l’une des distributions de richesse les plus inégalitaires au monde, situation fréquemment associée à différents types de violence physique et symbolique (Cabanes et al. 2011 ; Souza 2009). Dans ce cadre de différences sociales persistantes, le quotidien des Brésiliens est marqué par une série de pratiques qui reflètent et renforcent un climat de ségrégation et d’insécurité. Toutefois, en même temps que les classes moyennes et hautes s’isolent par peur de rencontres potentiellement dangereuses avec des personnes exclues sur le plan socioéconomique, elles dépendent aussi de celles-ci pour s’acquitter des services ménagers quotidiens : s’occuper des enfants, faire le repas, nettoyer, laver. Des statistiques récentes (OIT 2013) montrent que plus de sept millions de personnes travaillent au Brésil comme employées domestiques et que 93 % de ces personnes sont des femmes aux revenus très modestes.

« Comment leur parler ? »

21Les événements ici relatés se passent dans la ville de Belo Horizonte (Minas Gerais), en juin 2006. À l’époque, je commençais un projet de recherche sur les inégalités sociales qui se manifestent à travers le corps et l’apparence physique. Comme je cherchais à entrer en contact avec des personnes qui accepteraient de participer à l’enquête, une amie m’indiqua une organisation caritative qui enseignait les travaux manuels à des femmes défavorisées. Lors d’une visite préliminaire, je rencontrai quelques volontaires impliquées dans cette organisation. Je leur expliquai les objectifs de l’enquête et proposai mon aide pour les activités prévues ce jour-là. Les bénéficiaires de l’association étaient assises à des pupitres d’écolier disposés en cercle. C’étaient des femmes parmi les plus pauvres d’une favela située à proximité d’un quartier de classe moyenne haute de Belo Horizonte. Debout, à côté de la coordinatrice qui avait pris place à un bureau plus grand fermant le cercle, se tenaient les volontaires du projet, des femmes issues de quartiers de classe moyenne ou haute, en d’autres termes de parties nobles de la ville. L’animatrice en chef venait de finir d’expliquer la tâche à effectuer et elle se préparait à distribuer le matériel nécessaire à sa réalisation. Je fus alors chargée de le remettre aux personnes installées aux pupitres. Je commençai par saluer brièvement chacune d’entre elles en leur tendant quelques morceaux de tissu ainsi que du fil. En me voyant faire, l’une des volontaires vint me corriger. L’interaction suivante s’est alors déroulée devant une participante :

La volontaire : « Non, il ne faut pas faire ainsi. Il faut prendre le tissu en disant comme ça : "Et voilà !" ou alors "tiens ça !" et le jeter [elle accompagne ses mots d’un geste]. C’est de cette façon que vous devez leur parler. Sinon elles prennent le pas. »

22Comment analyser cette situation ? La question de l’invisibilité (Costa 2004 ; Machado-Borges 2008) se manifeste concrètement ici par le fait que la volontaire me montre « la façon correcte de parler » devant les personnes avec lesquelles j’interagissais, et sans faire cas d’elles. Le principe de l’altérité mentionné plus haut ne s’applique donc pas de façon égale à toutes les présentes au moment où ces propos sont tenus. La formulation de Charaudeau (2007, 243) peut être reprise ici avec, toutefois, une modification sur un point : « La conscience de l’existence de soi [ici, de la volontaire] dépend de la perception de l’autre et de son regard [dans le cas présent, il s’agit seulement de ma perception et de mon regard, et non de ceux de la participante dont la présence/existence en tant qu’interlocuteur est totalement niée]. » C’est la valeur de l’autre qui est niée, faisant de lui un être invisible et dont la présence n’affecte pas le contenu de ce qui va être dit.

23On note également l’apparition du principe de régulation, quand la volontaire affirme que, si elles ne sont pas remises à leur place, les bénéficiaires du programme « prennent le pas ». Cette femme présente sa prise de parole comme une stratégie de domination pour le bien de ces dernières. Elle part du principe qu’elles doivent être contrôlées et que ce contrôle s’effectue à travers des interventions orales indiquant que ce qui se passe n’est en aucun cas un échange entre égaux, mais une situation asymétrique dans laquelle certaines donnent des ordres et d’autres obéissent.

24Il est possible de retourner ici au Brésil colonial (Freyre 1933) ainsi qu’aux discussions contemporaines sur le « savoir commander » :

Le quotidien familial des classes supérieures fonctionne en incorporant des femmes de classes inférieures, et l’univers domestique est recréé dans les termes d’une relation d’ordre/obéissance, ce qui permet à des femmes d’expérimenter un rôle marqué par cette incorporation. La socialisation de la femme-employée domestique est l’exercice d’un rôle exercé sous des ordres. Ceux d’une autre femme. (Kofes de Almeida 1982, 189-190)

25Un autre versant d’analyse, compatible avec le précédent, consiste à appréhender les propos de la volontaire comme une tentative de réguler et d’influencer mon comportement (probablement vu comme étant d’une excessive révérence) afin d’établir une relation d’identification entre elle et moi, conçue comme celle entre deux femmes de classe moyenne partageant les mêmes valeurs et idéaux. Dans ce cas, on pourrait penser que la volontaire veut m’apprendre à mieux commander. Ces versants interprétatifs ne s’excluent évidemment pas l’un l’autre.

26Dans ce premier exemple, les inégalités de classe sont mêlées et constituées dans l’intervention de la volontaire. Il est important, cependant, de souligner la complexité de cette situation : elle s’est déroulée dans une ambiance courtoise, semblable à celle d’une salle de classe avec ses professeurs et ses élèves. S’il ne s’agissait assurément pas d’une fête ou d’une rencontre purement sociale, il n’y avait pas pour autant de climat marqué d’oppression. La bénéficiaire du programme ne s’étant pas prononcée sur ce qu’elle a vu et entendu, aucune scène explicite de conflit n’est venue troubler la séance. Nos regards se sont cependant un instant croisés et, à cet instant, son exclusion et sa supposée invisibilité sont devenus pleinement évidents.

27Comment se sentent les femmes exposées à ces propos qui les rejettent ? Comment réagissent-elles, se rappellent-elles et gèrent-elles ces moments d’agression verbale ? C’est avec ces questions à l’esprit que, quelques années plus tard, j’interrogeai Fernanda.

« Non, les pauvres ne doivent pas choisir ce qu’ils veulent manger. »

  • 4 Tous les noms cités sont des pseudonymes afin de respecter l’anonymat de mes informatrices.

28J’ouvrirai cette partie par des extraits tirés d’un entretien réalisé à Belo Horizonte, en novembre 2011 avec Fernanda4, 55 ans, séparée, trois enfants adultes, qui a travaillé presque toute sa vie comme employée domestique. Quand je l’ai interrogée sur l’âge auquel elle avait commencé, elle m’a relaté les moments importants de sa vie :

Madame Janice était institutrice dans l’école où j’étudiais. Je devais avoir huit ans et un jour elle a été à la maison, a tapé à la porte pour demander à ma mère si elle ne voulait pas me laisser travailler pour elle. Alors j’y suis allée. J’avais huit ans et j’ai déménagé chez elle pour être la bonne d’enfant de sa fille. Imagine ! Une gamine de huit ans être la bonne d’un enfant. Et au début ma mère me manquait beaucoup. Je ne pouvais pas la voir, seulement de temps en temps. Une fois ma mère est venue me voir, et Madame Janice a été très en colère contre moi ensuite, quand j’ai pleuré parce qu’elle était partie : "Celle qui te commande maintenant, c’est moi, pas ta mère. Tu ne dois pas passer ton temps à vouloir ta mère parce que tu habites ici maintenant. Tu dois m’obéir".

Et la nourriture… Il y avait toujours des disputes au moment des repas. Ils mettaient la nourriture dans l’assiette et il fallait tout manger. Jusqu’à aujourd’hui je déteste le poulet à la sauce au sang. Je déteste ça ! Ils en faisaient tout le temps. Un jour j’ai eu le cou du poulet et je n’ai pas voulu le manger. J’ai dit que je n’aimais pas ça et Madame Janice et son mari m’ont insultée : "Tu vas manger, oui ! Je n’aime pas les pauvres insolents [metido a besta]. Les pauvres n’ont pas à choisir la nourriture !" Alors quand elle a tourné le dos, j’ai tout jeté à la poubelle. Elle est revenue, a regardé mon assiette et a dit : "Ah, tu as mangé, n’est-ce pas ? Avec moi, c’est comme ça, il faut manger !" Je suis restée silencieuse, j’ai dit oui et j’ai eu très peur qu’elle découvre que j’avais jeté cette saleté. Mais je l’ai caché bien comme il faut au milieu des déchets parce que si elle l’avait vue, elle aurait été capable de m’obliger à manger cette nourriture jetée à la poubelle.

[…] Je me souviens que je pleurais même la nuit, quand j’allais dormir. Je trouvais tout ça vraiment mauvais. Je restais bouche bée en voyant certaines choses […]. Je suis partie de là à 21 ans et j’ai été travailler pour une autre famille où je suis restée jusqu’à mon mariage. Madame Janice a eu quatre enfants. Ils m’aiment énormément et moi aussi je les adore. Ils ont été très bons avec moi.

[…] Maintenant, je ne travaille qu’une fois par semaine là-bas, je repasse le linge. Madame Janice voulait que mes filles encore petites aillent travailler chez ses enfants. Mes filles ont dit qu’elles n’iraient en aucun cas, qu’elles voulaient étudier et avoir d’autres emplois. Madame Janice s’est mise en colère et les a traitées d’insolentes et d’ingrates.

(Extraits d’un entretien enregistré et d’annotations de terrain, 2011)

29Analysant pas à pas le récit de Fernanda, je commencerai avec ses propos autour du thème des déchets. Les phrases « Je n’aime pas les pauvres insolents », « Les pauvres ne doivent pas choisir la nourriture ! », « Celle qui te commande maintenant, c’est moi, pas ta mère », « Tu dois m’obéir » sont dites par Fernanda sur un ton légèrement exalté, comme s’il s’agissait de citations ou comme si elle reproduisait d’autres voix. De tels propos peuvent être vus comme des exemples du principe d’altérité : l’inégalité entre les interlocuteurs est explicitement marquée. Le principe de régulation apparaît également à l’œuvre dans ces phrases quand, par exemple, Madame Janice impose le respect de certaines règles de comportement. Celui de l’influence peut être observé quand elle est amenée à croire que sa « leçon » a été comprise : « Ah, tu as mangé, n’est-ce pas ? Avec moi, c’est comme ça, il faut manger ! » Ces moments de conflit et d’agression verbale révèlent aussi les tentatives d’établir et de maintenir un ordre soutenu par des inégalités historiques de classe.

30Les propos de Fernanda illustrent par ailleurs la complexité des rapports entre les employées domestiques et leurs patronnes (Giorgetti 2015). On note au début une relation extrêmement inégalitaire qui, avec le temps, en vient à combiner travail et affection, rancœur et gratitude. Il est aussi intéressant de souligner le fait que Fernanda se réfère à son ex-patronne non comme « Janice » mais toujours comme « Madame Janice », comme si c’était là son nom.

31Je rappellerai ici une observation faite par Caldeira (1996, 311) pour qui la façon dont les classes moyennes et hautes tissent des liens avec les plus démunis mêle l’aversion et la dépendance, l’intimité et la méfiance. Écrivant plus spécifiquement sur les employées domestiques, Brito (2012, 2 apud Sales 2014) suggère que « les liens qui s’établissent entre une patronne et une employée domestique sont intrinsèquement ambivalents, car toutes deux partagent le même espace physique, essayant de concilier complicité et protection de la sphère privée, intimité et hiérarchie ».

32Au fil des ans, la relation entre Fernanda et sa patronne s’est à nouveau modifiée pour se rapprocher d’un modèle plus proche de ce que Giorgetti (2015) qualifie de contractuel : ses filles refusent d’avoir le même type d’occupation que leur mère et elle-même dispose à présent d’un contrat de femme de ménage à la journée dans la famille pour laquelle elle travaille depuis des décennies.

33En poursuivant l’analyse, on perçoit aussi que Fernanda manie les enjeux implicites de ces propos sur les déchets et sait comment résister. Tout d’abord, il y a l’acte de jeter la nourriture. Ce ne sont pas de simples mots mais un geste conscient et rebelle, même s’il est caché. Il est intéressant de souligner ici le caractère symbolique des déchets et de leurs multiples interprétations. Du point de vue de Fernanda, la nourriture qui lui avait été donnée n’avait aucune valeur et méritait donc d’être éliminée. De plus, aux yeux de la patronne, la même dépréciation pouvait être appliquée à l’employée. Tout comme Fernanda avait écarté l’aliment qui lui avait été présenté, la femme à qui elle était subordonnée pourrait décider de se défaire d’elle. Le geste de révolte de l’employée aurait pu avoir des conséquences extrêmement sérieuses s’il avait été découvert.

34Si nous considérons, ainsi que Vidal (2007) le propose, l’histoire de Fernanda comme ayant été créée et structurée par elle-même pour la narrer à ses interlocuteurs dont moi-même, nous relevons que d’autres traces de contestation ont été ajoutées à son récit. C’est la voix d’une femme de 55 ans qui raconte le vécu d’une petite fille de huit. En narrant sa vie, Fernanda se recrée en tant que personne. Son récit de la situation passée est non seulement critique mais est aussi influencé par l’expérience qu’elle a acquise tout au long des ans. Elle s’approprie ainsi des énoncés sur les déchets entendus autrefois en les recyclant pour raconter sa propre histoire. En contant les épisodes marquants de son existence, Fernanda s’attribue une valeur et une capacité d’agentivité grâce à laquelle elle a pu résister. Elle se décrit comme un sujet complexe qui ne se définit pas seulement par l’emploi qu’elle occupe. Son récit fait ainsi entendre plusieurs voix qui racontent des expériences vécues et les commentent en même temps, comme par exemple quand elle finit de relater un épisode et ajoute : « Je restai bouche bée en voyant certaines choses. » Le fait d’avoir des filles ayant refusé de travailler comme employées domestiques – en particulier pour cette famille – est à ses yeux un acte de bravoure.

35Des propos sur les déchets comme ceux de Madame Janice positionnent l’autre comme un être sans aucune valeur ni la moindre capacité de déployer une quelconque capacité d’agir. Toutefois, une fois appropriés par ceux auxquels ils s’adressent, ici par Fernanda, ils rendent au narrateur son vouloir et sa réflexion, en même temps qu’ils le recréent comme sujet complexe et moral.

« Et alors, ma belle ? »

36Dans une association de collecteurs de matériaux recyclables à Belo Horizonte, j’ai rencontré en mai 2010 une assistante sociale qui dispensait avec trois autres collègues une formation aux recycleurs.

37Alors que nous discutions informellement avant que le cours ne commence, Kátia, l’assistante sociale, m’explique rapidement les objectifs de cette action. Son discours très expressif est chargé de termes techniques et psychologiques qui changent selon l’aspect de l’enseignement qu’elle cherche à décrire. Apercevant alors une recycleuse de l’association, elle l’interpelle d’un ton fort et animé, presque comme celui d’un présentateur de télévision : « Et alors, ma belle ? Tout va comme tu veux, chérie ? »

38La distance entre Kátia et la collectrice est d’un peu moins d’un mètre, ce qui, en principe, ne justifie pas l’augmentation du volume de la voix. Toujours sur le même ton et avec un style « enjoué », elle se tourne alors vers moi pour faire un commentaire sur cette femme. Elle s’adresse à moi mais de façon à être entendu d’elle, allant jusqu’à apostropher directement celle dont elle parle : « Tout ça, c’est des braves gens, tu sais… Des gens chouettes… [Se tournant alors vers la recycleuse] N’est-ce pas ma chérie ? » Ce à quoi Simone, cette dernière, répond avec un visage sérieux et une voix assez basse : « C’est sûr… »

39Le changement de registre (Solomon 2011, 122) entre la façon de parler à un possible pair (en l’occurrence, moi-même) et à quelqu’un défini comme inférieur est très clair. Il est d’ailleurs perçu non seulement par moi-même, mais aussi par Simone. Notons que, le même jour, j’étais passé dans l’après-midi discuter avec cette dernière de sa vie et ses rêves. Le traitement réservé à Simone par Kátia, quand elle assure que « tout ça, ce sont des braves gens », sonne comme la reconnaissance d’une différence intrinsèque. Le propos pourrait signifier : « Elle a l’air dangereuse, mais elle ne l’est pas. » Ou encore : « Elle n’est pas comme nous, mais je vais te montrer que je sais communiquer avec elle.

40Le changement de registre de langue peut ainsi avoir comme effet (intentionnel ou non) de créer une distance entre les interlocuteurs. En ce cas, les propos sur les déchets sont ceux qui ignorent l’autre en tant que sujet également capable de comprendre et saisir ces variations. L’assistante sociale semble adopter un ton d’inclusion. Faisant usage d’une voix animée et forte et recourant à des mots affectueux (« chérie », « ma jolie », « je t’adore »), elle paraît vouloir influencer et persuader ses élèves, créant alors une sorte de sentiment d’appartenance commune. Or, le brusque changement dans les intonations, le volume de la voix, le choix des mots et la façon d’interpeller finit par avoir pour effet de créer une barrière entre un « nous » (elle et moi) et un « autre » (la recycleuse et ses pairs).

41Une anecdote racontée lors d’un entretien réalisé en 2006 avec Maurício, professeur de portugais pour des adultes appartenant aux couches défavorisées, illustre comment des commentaires sur l’aptitude à la lecture, l’écrit, la parole et la scolarité sont utilisés comme des façons de renvoyer ces personnes à des positions sociales inférieures et à les y fixer. À l’époque, Maurício recueillait les histoires de vie de ses étudiants en vue de la publication d’un livre. L’une de ses élèves, une femme de plus de cinquante ans qui était en cinquième, s’est mise à pleurer en lisant son propre texte. Dans celui-ci, elle évoquait ses expériences comme employée domestique et sa souffrance quand sa patronne corrigeait constamment sa façon de parler. En expliquant pourquoi elle était si émue, l’élève dit qu’à ce moment-là elle était déjà mère de famille et travaillait pour élever ses enfants. Elle percevait comme une sorte d’infantilisation le fait d’être considérée comme quelqu’un qui ne savait pas parler sa propre langue.

42Se référer à l’alphabétisation et à la « langue correcte » sont des façons courantes d’insister sur les différences sociales dans la société brésilienne (Machado-Borges 2017 ; Vidal 2007). Bartlett (2007) explore les questions au Brésil et montre comment ses informateurs (adultes pauvres ou ayant de faibles revenus) ont été amenés, dans certaines situations, à ressentir une honte de leur incapacité à lire, à écrire et s’exprimer dans une langue grammaticalement normée. Ils percevaient fréquemment leur situation comme une faute individuelle et non comme le résultat d’inégalités subies tout au long de leur existence.

43Le changement de registre lors de la rencontre entre la recycleuse de matériaux et l’assistante sociale peut être appréhendé sous cet angle. Il renvoie implicitement à la fausse supposition que des personnes pauvres ou ayant une éducation formelle limitée ne sont pas capables de comprendre certaines idées ni de percevoir les asymétries locales de pouvoir.

« Et elle est restée bouche bée en me regardant. »

  • 5 Cet exemple date de la fin des années 1990. On espère que la réglementation relative à ces pratique (...)

44Je donnerai un dernier exemple pour finir cet article sur une note plus optimiste. En 1997, alors que je menais une enquête sur l’influence des feuilletons télévisés sur le vécu quotidien des personnes (Machado-Borges 2003), j’ai rencontré Meire, une jeune fille de 18 ans originaire de l’intérieur, qui habitait et travaillait dans un immeuble de classe moyenne haute où elle s’occupait d’un enfant âgé d’un an. Elle était assise à l’entrée, son visage exprimait tristesse et désenchantement. Quand je lui demandai si quelque chose de grave était arrivé, elle me raconta qu’un peu plus tôt, ce jour-là, elle avait décidé de prendre l’ascenseur principal pour rejoindre l’appartement où elle vivait car celui de service tardait à redescendre. Une résidente, une femme d’environ 50 ans, qui se présentait au même moment, l’apostropha en ces termes5 :

La femme : « L’ascenseur de service ne fonctionne pas ? »

Meire : « Si, il marche, pourquoi ? »

La femme : « Tu sais que tu dois prendre l’ascenseur de service et non celui-ci… »

Meire : « Et pourquoi me parlez-vous comme ça ? Seulement parce que je suis une petite employée ? Écoutez-moi ! À l’intérieur, nous sommes tous pareil. À l’intérieur, nous avons la même odeur ! La seule différence, c’est l’argent, mais à l’intérieur, on pue de la même façon !

45Fière de sa capacité à riposter sans se laisser démonter, Meire ajouta : « Elle est restée bouche bée en me regardant. Elle n’a plus rien dit… »

46Lors d’une première lecture, j’ai lu ce récit comme le pur et simple rapport d’événements vécus et comme un cas, très rare, où des personnes dans des positions subordonnées réagissent à la manière dont elles sont traitées et remettent cette situation en question. Toutefois, la lecture de Vidal (2007, 155) m’incite à me demander si cet exemple ne constitue pas une bonne illustration des reparties que l’auteur qualifie d’imaginaires :

Les reparties imaginaires sont, d’une part, les reparties qu’elles auraient aimé adresser à leur employeur, et, d’autre part, les reparties qu’elles prétendent leur avoir destinées mais qu’elles ont inventées. […] Elles reconstituent alors fréquemment une partie des échanges qu’elles ont eu en rajoutant une ou plusieurs phrases qu’elles n’ont en réalité pas prononcées, mais qui auraient eu pour effet, selon elles, de « fermer la gueule » (calar a boca) de leur patron(ne) ou de le (ou la) laisser dans l’embarras au bord du ridicule.

47Véridique ou imaginée, la réplique de Meire est intéressante en ce qu’elle nous parle d’un acte de résistance. Il est vrai que l’épisode montre clairement qu’il y a peu d’espace pour l’agentivité et l’opposition dans des relations asymétriques du genre de celles que nous avons discutées. Toutefois, à partir du moment où Meire verbalise sa réplique au cours de sa discussion avec moi, elle concrétise, face à une interlocutrice plus réceptive et plus neutre, une volonté consciente d’agir et de réagir contre les paroles qui la disqualifient. Sa référence à l’odeur – « à l’intérieur, on pue de la même façon » – renvoie au corps comme dénominateur commun et, indirectement mais sûrement, à une discussion sur les droits et l’égalité. Peu importe que le récit soit réel ou imaginaire. C’est à travers celui-ci que Meire s’approprie et recycle les paroles dégradantes, et formule sa capacité d’agir et de résister.

Conclusion

48Ainsi que nous l’avons vu, les moments de conflit et d’agressions verbales dévoilent les tentatives de maintenir et d’établir un certain ordre, basé sur des inégalités de classe historiques. En ce sens, les paroles disqualifiantes mettent en évidence le rôle du langage dans le maintien et la socialisation des inégalités. Toutefois, ces propos peuvent aussi être réappropriés, redits et recyclés. Qu’il s’agisse de reparties véridiques ou imaginaires, dès lors qu’elles sont faites siennes, elles cristallisent la possibilité d’une agentivité et d’une résistance qui renforce un sentiment de valeur propre pour qui les prononce. C’est pour rendre compte de ce processus que j’ai proposé la notion de « voix du rebut ».

  • 6 Je ne me réfère pas ici à une solidarité en termes d’utopie fraternelle, mais en simples termes de (...)

49Le matériel présenté ici révèle les intersections entre langage, genre et classe sociale et il met en évidence la complexité des relations de pouvoir entre des femmes occupant des positions distinctes dans la hiérarchie sociale. Comme je l’ai mentionné plus haut, de nombreuses recherches ont déjà exploré l’usage du pouvoir masculin pour dominer, contrôler et opprimer des personnes de sexe féminin. Bien moins nombreuses ont été les études pour cartographier les rapports de domination entre femmes. Cet article espère apporter une contribution à cette réflexion, en attirant l’attention sur la nécessité de comprendre les jeux de pouvoir qui se trament dans des sphères domestiques et féminines. J’espère aussi que les exemples présentés permettent de mettre en évidence des comportements essentialisés, de les discuter et ainsi, d’accroître la solidarité entre femmes6 même lorsqu’elles appartiennent à des classes sociales différentes.

  • 7 Cristina Moreno Castro, « Os 10 relatos mais marcantes do #EuEmpregadaDomestica ». Disponible sur : (...)

50En juillet 2016, j’ai lu dans la version en ligne du journal O Tempo publié à Belo Horizonte un article intitulé : « Les dix récits les plus marquants de #MoiEmployéeDomestique »7. L’auteur se référait à une page Facebook – « Moi, employée domestique » – créée par Joyce Fernandes le 19 juillet de la même année, qui, moins d’une semaine plus tard, accueillait déjà plus 5 000 récits de femmes ayant travaillé dans cette condition. Dans un entretien accordé à la BBC Brasil (Barrucho 2016), Fernandes expliquait ses objectifs : « Je veux montrer ce qu’on met sous le tapis. Il faut humaniser la relation entre patrons et employés. Très souvent, on essentialise les agressions. Ce n’est pas bien. »

51Tout comme les cas présentés, les expériences publiées sur cette page sont plus que de simples narrations à caractère individuel. Bien au contraire, accumulés et pris comme un corpus, ces propos autour des déchets, répétés et recyclés, révèlent leur caractère hautement politique, tout comme ils montrent comment des conflits peuvent produire de nouveaux modes d’action et d’organisation sociale. Circulant comme des « anecdotes/histoires » racontées dans des espaces publics et privés, ils sont susceptibles d’avoir des répercussions dans le champ politique, plus particulièrement sur les droits sociaux et ceux des travailleurs.

52Les récits examinés nous disent quelque chose de spécifique sur un dilemme brésilien bien connu. Selon la constitution de 1988, « tous sont égaux devant la loi, sans distinction d’aucune nature » (art. 5°). Dans la pratique, on note une toute autre réalité : égalité, valeur et droits sont quotidiennement ignorés, niés et négociés. Une étude sur les jeux de positionnements oraux identifie non seulement certains des mécanismes utilisés pour marquer, catégoriser et différencier ceux et celles que la loi déclare égaux, mais elle révèle aussi la constante friction entre valeurs égalitaires et normes hiérarchiques. En raison de la conjoncture prévalant au Brésil après la destitution, en août 2016, de la présidente Dilma Rousseff, on ne peut écarter les risques de recul des droits syndicaux et sociaux. Il est essentiel de continuer à observer, souligner et interroger l’exercice des propos sur les déchets dans différentes sphères de la scène contemporaine brésilienne.

Haut de page

Bibliographie

Barrucho, Luis. 2016. « Ex-empregada doméstica lança campanha nas redes sociais para denunciar abusos de patrões. » Disponible sur : http://www.bbc.com/portuguese/salasocial-36857963 (consulté le 31 août 2016).

Bartlett, Lesley. 2007. « Literacy, Speech and Shame: The Cultural Politics of Literacy and Language in Brazil. » International Journal of Qualitative Studies in Education 20 (5) : 547-563.

Brito, Marcelo. 2012. « Empregadas domésticas : intimidade e distanciamento nas relações de trabalho. » In Colóquio Cidade e Região, 2. Montes Claros : Unimontes. Disponible sur : http://unimontes.br/arquivos/2012/geografia_ixerg/eixo_politica_meio_ambiente/empregadas_domesticas_intimidade_e_distanciamento_nas_relacoes_de_trabalho.pdf (consulté le 27 octobre 2017).

Cabanes, Robert, Isabel Georges, Cibele Rizek & Vera da Silva Telles, dir. 2011. Saídas de emergência. São Paulo : Boitempo.

Caldeira, Teresa. 1996. « Fortified Enclaves : The New Urban Segregation. » Public Culture 8 : 303-328.

Charaudeau, Patrick. 2007. « Pathos e discurso politico. » In As emoções do discurso. vol. 1, dirigé par Ida Lucia Machado, William Menezes & Emília Mendes, 240-251. Rio de Janeiro : Lucerna.

Cheshire, Scott. 2014. « Why Reread ? » Disponible sur : http://www.huffingtonpost.com/scott-cheshire/why-reread_b_5935454.html (consulté le 18 de septembre 2015).

CLAM. 2014. « Brasil. Desafios do Feminismo. » Disponible sur : http://www.clam.org.br/noticias-clam/conteudo.asp?cod=11484 (consulté le 20 juillet 2014).

Constituição da República Federativa do Brasil de 1988. Disponible sur : http://www.planalto.gov.br/ccivil_03/constituicao/constituicao.htm (consulté le 25 septembre 2015).

Costa, Fernando Braga. 2004. Homens invisíveis : relatos de uma humilhação social. São Paulo: Globo.

Douny, Laurence. 2007. « The Materiality of Domestic Waste. » Journal of Material Culture 12 (3): 309-331.

Duranti, Alessandro, Elinor Ochs & Bambi B. Schieffelin, dir. 2012. The Handbook of Language Socialization. Malden (MA): Wiley-Blackwell.

Edensor, Tim. 2005. « Waste Matter: The Debris of Industrial Ruins and the Disordering of the Material World. » Journal of Material Culture 10 (3) : 311-332.

Freitas, Maria Vany de Oliveira. 2005. Entre ruas, lembranças e palavras. A trajetória dos catadores de papel em Belo Horizonte. Belo Horizonte : Ed. PUC Minas.

Freyre, Gilberto. 1933. Casa Grande e Senzala : formação da família brasileira sobre o regime da economia patriarcal. Rio de Janeiro : Maia & Schmidt [éd. française (1952) : Maîtres et esclaves. La formation de la société brésilienne. Paris : Gallimard].

Giorgetti, Camila. 2015. « Comment les catégories supérieures de São Paulo parlent-elles de leurs employées domestiques ? Analyse d’un rapport de classe. » Brésil(s). Sciences humaines et sociales 8 : 73-96. Disponible sur : https://bresils.revues.org/1598 (consulté le 19 octobre 2017).

Goodwin, Marjorie Harness. 2006. The Hidden Life of Girls. Games of Stance, Status and Exclusion. Malden: Blackwell Publishing.

Goodwin, Marjorie Harnness & H. Samy Alim. 2010. « “Whatever (Neck Roll, eye Roll. Teeth Suck)”: The Situated Coproduction of Social Categories and Identities through Stancetaking and Transmodal Stylization. » Journal of Linguistic Anthropology 20 (1): 179-194.

Hawkins, Gay & Stephen Muecke, dir. 2003. Culture and Waste: The Creation and Destruction of Value. Lanham (MD): Rowman and Littlefield Publishers.

Hawkins, Gay. 2006. The Ethics of Waste: How We Relate to Rubbish. Sydney : UNSW Press.

IBGE. 2014. Estimativas da populacão dos municípios brasileiros com data de referência em 1º de julho de 2014. Disponible sur : https://biblioteca.ibge.gov.br/visualizacao/livros/liv97744.pdf (consulté le 19 octobre 2017).

IBGE. 2015. Síntese de indicadores sociais. Uma análise das condicões de vida da populacão brasileira. Disponible sur : https://biblioteca.ibge.gov.br/visualizacao/livros/liv95011.pdf (consulté le 17 octobre 2016).

Kofes de Almeida, Suely. 1982. « Entre nós mulheres, elas as patroas e elas as empregadas. » In Colcha de Retalhos. Estudos sobre a família no Brasil, dirigé par Maria Suely Kofes de Almeida et al., 183-193. São Paulo: Brasiliense.

Kulick, Don. 1993. « Speaking as a Woman: Structure and Gender in Domestic Arguments in a New Guinea Village. » Cultural Anthropology 8 (4): 510-541.

Laporte, Dominique. 2000. The History of Shit. Cambridge (MA): MIT Press.

Lindenlauf, Astrid. 2007. « Dirt, Cleanliness, and Social Structure in Ancient Greece. » In Agency Uncovered – Archeological Perspectives on Social Agency, Power and Being Human, dirigé par Andrew Gardner, 81-105. Londres: UCL Press.

Machado-Borges, Thaïs. 2003. Only for You! Brazilians and the Telenovela Flow. Stockholm: Stockholm University.

Machado-Borges, Thaïs. 2008. « Producing Beauty in Brazil: Vanity, Visibility and Social Inequality. » Vibrant - Virtual Brazilian Anthropology 6 (1): 208-237.

Machado-Borges, Thaïs. 2010. « “I’m Not a Garbage-Woman! I’m a Scavenger of Recyclable Material!”: Women, Waste and Work in Southeastern Brazil. » Anales Nueva Época 13: 119-152.

Machado-Borges, Thaïs. 2015. « “Have You Ever Seen a Thief Wearing a Uniform?!” Struggling for Dignity in Urban Southeastern Brazil. » Ethnography 16 (2): 207–222.

Machado-Borges, Thaïs. 2017. « Out of Sight, out of Mind? Middle-Class Households, Waste, Consumption, and Environmental Awareness in Southeastern Brazil. » Journal of Latin American and Caribbean Anthropology 22 (2): 298-319.

Millar, Kathleen. 2012. « Trash Ties: Urban Politics, Economic Crisis and Rio de Janeiro’s Garbage Dump. » In Economies of Recycling: The Global Transformation of Materials, Values and Social Relations, dirigé par Alexander, Catherine & Joshua Reno, 164-184. New York : Zed Books.

Monteiro, Ester. 2016. « Lugar de mulher também é na política. » Agência Senado. Disponible sur : http://www12.senado.leg.br/noticias/materias/2016/03/08/lugar-de-mulher-tambem-e-na-politica (consulté le 17 octobre 2016).

O’Brien, Martin. 1999. « Rubbish Power: Towards a Sociology of the Rubbish Society. » In Consuming Cultures – Power and Resistance, dirigé par Jeff Hearn & Sasha Roseneil, 262-277. New York : Saint Martin’s Press.

OIT. 2013. « Inclusão das trabalhadoras domésticas e dos trabalhadores domésticos na economia formal : implementação da Convenção N° 189 da OIT. » Disponible sur : http://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---dgreports/---dcomm/documents/meetingdocument/wcms_216403.pdf (consulté le 19 octobre 2017).

Rêgo, Rita de Cássia Franco, Maurício L. Barreto & Cristina Larrea Killinger. 2002. « O que é lixo, afinal ? Como pensam mulheres residentes na periferia de um grande centro público. » Cadernos de Saúde Pública 18 (6) :1583-1591.

Sales, Mara. M. 2014. « Como se fosse da família ? O avesso do trabalho doméstico nas memórias de uma liderança sindical mineira. » In V Simpósio Internacional SITRE, 26-28 mai 2014. Disponible sur : http://www.sitre.cefetmg.br/arquivos/gt02.pdf (consulté le 29 de janvier 2015).

Scanlan, John. 2005. On Garbage. Londres: Reaktion Books.

Seymour, Susan. 2006. « Resistance. » Anthropological Theory 6 (3): 303-321.

Shanks, Michael, David Platt & William L. Rathje. 2004. « The Perfume of Garbage. » Modernism/Modernity 11 (1): 61-83.

Shove, Elizabeth. 2003. Comfort, Cleanliness and Convenience: the Social Organization of Normality. New York: Berg Publishers.

Solomon, Olga. 2011. « Rethinking Baby Talk. » In The Handbook of Language Socialization, dirigé par Alessandro Duranti, Elinor Ochs & Bambi B. Schieffelin, 121-149. Malden (MA) : Wiley-Blackwell.

Souza, Jessé. 2009. A ralé brasileira : quem é e como vive. Belo Horizonte: Ed. UFMG.

Thompson, Michael. 1979. Rubbish Theory: The Creation and Destruction of Value. Oxford : Oxford University Press.

Vidal, Dominique. 2007. Les Bonnes de Rio : emploi domestique et société démocratique au Brésil. Paris : Septentrion Presses Universitaires.

Haut de page

Notes

1 Financée par le Swedish Research Council, cette recherche examine les intersections entre consommation, citoyenneté, production et traitement des déchets à partir de la question suivante : comment des femmes appartenant à des différents groupes socioéconomiques manient-elles et gèrent-elles quotidiennement les déchets ? Quels sont les processus de différenciation sociale en jeu lors de ces négociations autour des déchets et de la propreté, entre ce qui a de la valeur et ce qui n’en a pas ? Comment ces processus de classification et de rejet sont-ils mis en rapport avec la consommation, la division du travail, les questions environnementales et les hiérarchies sociales ?

2 Femmes employées à la collecte des déchets urbains et à leur tri en vue de leur recyclage.

3 La PEC (Projeto de Emenda Constitucional) des employées domestiques, approuvée en 2013 et réglementée en 2015, implique, entre autres choses, que l’employeur doit prévoir une pause déjeuner, une majoration du salaire pour le travail de nuit, une réduction du temps de travail les samedis et dimanches et s’acquitter des charges de l’employeur auprès du Fundo de Garantia do Tempo de Serviço – FGTS [Fond de garantie du temps de service] des employées. Cf. http://www.brasil.gov.br/cidadania-e-justica/2015/10/fgts-e-obrigatorio-para-domesticos-a-partir-de-hoje-saiba-mais (consulté le 27 mars 2017).

4 Tous les noms cités sont des pseudonymes afin de respecter l’anonymat de mes informatrices.

5 Cet exemple date de la fin des années 1990. On espère que la réglementation relative à ces pratiques de discrimination sociale dans l’usage des espaces publics et privés ait été mise en œuvre depuis lors.

6 Je ne me réfère pas ici à une solidarité en termes d’utopie fraternelle, mais en simples termes de considération et de respect.

7 Cristina Moreno Castro, « Os 10 relatos mais marcantes do #EuEmpregadaDomestica ». Disponible sur : http://www.otempo.com.br/blogs/blog-da-kikacastro-19.180341/os-10-relatos-mais-marcantes-do-euempregadadom%C3%A9stica-19.810551 (consulté le 27 octobre 2017). Le blog de Joyce Fernandes se trouve sur FaceBook à l’adresse : https://www.facebook.com/euempregadadomestica/ (consulté le 27 octobre 2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thaïs Machado-Borges, « « Les voix du rebut » : pratiques orales de positionnement social en contexte d’interactions asymétriques », Brésil(s) [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 29 novembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/bresils/2325 ; DOI : 10.4000/bresils.2325

Haut de page

Auteur

Thaïs Machado-Borges

Thais Machado-Borges est anthropologue, chercheure associée à l’Institut d’études latino-américaines de l’Université de Stockholm.

Haut de page

Traducteur

Véronique Boyer

CNRS/CRBC-EHESS

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals