Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Alonso, Angela. Flores, votos e balas. O movimento abolicionista brasileiro (1868-88)

São Paulo : Companhia das Letras, 417 p.
Sébastien Rozeaux
Référence(s) :

Alonso, Angela. Flores, votos e balas. O movimento abolicionista brasileiro (1868-88). São Paulo : Companhia das Letras, 417 p.

Texte intégral

1L’histoire du XIXe siècle brésilien, celui de l’Indépendance et de l’Empire des Bragance, est profondément marquée par la traite des Africains et l’exploitation sans limites de leur force de travail. En effet, l’abolition de l’esclavage, le 13 mai 1888, suite à l’adoption de la Lei Áurea, précède de peu la chute de l’Empire et la proclamation de la République, l’année suivante. La lente déréliction de l’institution servile au Brésil est un phénomène complexe dont les dimensions économiques, politiques et judiciaires ont été l’objet de travaux importants ces dernières années. Il en a été de même du rôle actif joué par les esclaves et les affranchis qui a été appréhendé dans une perspective d’histoire sociale. Angela Alonso, dans cet ouvrage, rend justice à un aspect essentiel et pourtant encore méconnu de cette abolition : le « mouvement » qui l’a portée dès la fin des années 1860. Elle définit le concept comme une « manière extraparlementaire de faire de la politique à laquelle recourent des groupes sans accès au jeu politique institutionnel ou sans capacité d’influence sur lui » (p. 272). Ainsi, le mouvement abolitionniste retrouve-t-il ici la place centrale qu’il a occupée dans l’espace public brésilien au cours des années qui ont précédé l’abolition. Cette histoire est celle de « la trajectoire du grand réseau structuré et durable d’activistes, d’associations et de manifestations publiques anti-esclavagistes qui, à l’exemple d’autres pays, a dessiné les contours d’un mouvement social d’ampleur nationale, le premier de ce genre que le Brésil a connu » (p. 10).

2Spécialiste de la pensée sociale et des actions collectives, Angela Alonso recourt ici aux outils de la sociologie politique pour dresser le portrait individuel et collectif des principaux acteurs de cette mobilisation. L’auteure mène le récit de cette histoire à partir de la fin des années 1860 autour de trois temporalités qui témoignent de la capacité remarquable d’adaptation du mouvement qui se reconfigure en fonction de la conjoncture politique nationale et internationale. Au temps premier des fleurs (1868-1878) dont le symbole pacifique accompagne l’éclosion de l’action dans l’espace public urbain, succède le temps des votes (1878-1885) marquant l’entrée dans le jeu politique et institutionnel, puis celui des balles (1885-1888) allant de la désobéissance civile en réaction aux blocages politiques jusqu’à la résistance des esclavagistes et la répression policière de l’État. Plutôt que de résumer chacun des neuf chapitres qui composent le livre, nous avons préféré ici mettre en évidence les qualités premières d’un ouvrage voué à faire date dans l’historiographie du XIXe siècle brésilien.

3Le premier mérite de ce travail résulte du souci constant de l’auteure de décrire la formation du mouvement abolitionniste à l’échelle du vaste Empire du Brésil. En effet, l’un des défis résidait dans la capacité à cerner sa dimension proprement nationale au long des années 1870-1880 et, notamment, lors des campagnes pour « la libération » de villes et de provinces comme le Ceará, première province affranchie du stigmate de l’esclavage. Pour ce faire, Angela Alonso a établi une base de données recensant tout à la fois les centaines d’associations abolitionnistes fondées au Brésil et les événements publics qu’elles ont organisés, soit 2 214 manifestations retrouvées pour l’essentiel à partir de la consultation de dizaines de titres de la presse locale des vingt provinces de l’Empire. Un tel travail a permis de définir une typologie fine des moyens d’action de propagande et de lutte dans l’espace public et dans l’arène politique ; moyens dont la nature évolue au cours des trois temps de la mobilisation. Notons d’ailleurs ici que les annexes incluent des tableaux, des cartes ainsi qu’un répertoire des associations abolitionnistes et une chronologie générale qui accompagnent opportunément la lecture et la compréhension d’un phénomène dont l’ampleur impressionne le lecteur, tant il est vaste et protéiforme.

4Le deuxième mérite de l’ouvrage tient à sa dimension socio-historique, puisqu’Angela Alonso s’intéresse autant aux carrières des leaders qu’aux histoires singulières des principales sociétés autour desquelles s’est structurée la mobilisation au fil des années. Ainsi l’auteure a pu délimiter de façon claire les grandes inflexions d’un mouvement abolitionniste d’abord élitiste et qui, en s’ouvrant au reste de la société, a réussi à imposer la question de l’esclavage dans l’espace public par la médiation de la création littéraire et artistique, des conférences organisées dans des théâtres ou dans des lieux publics, de la presse d’opinion, de la tenue des premiers meetings politiques, etc. Succès d’autant plus étonnant que le Brésil, faut-il le rappeler, est caractérisé à cette époque par un analphabétisme de masse.

5La troisième vertu de cet ouvrage naît de l’attention constante de l’auteure à la dimension transnationale de son objet d’étude. Rien de plus « connecté » en effet au XIXe siècle que le mouvement abolitionniste dans le monde. Le lecteur peut ainsi découvrir le rôle décisif des organes de propagande et des acteurs étrangers (Royaume-Uni, France, Espagne, Portugal, etc.), la capacité de leaders comme Joaquim Nabuco à nouer des contacts étroits avec d’autres mouvements abolitionnistes en Europe ou en Amérique pour faire pression sur le pouvoir politique au Brésil. C’est aussi dans un cadre atlantique qu’Angela Alonso pose la question de la circulation des idées et des pratiques mobilisées au Brésil, dans un dialogue constant avec l’Espagne, l’Angleterre ou les États-Unis d’Amérique, tout en ayant soin de faire justice à l’autonomie, à la capacité d’adaptation au contexte local dont font preuve ces associations afin de mieux peser sur le débat public et politique.

6Enfin, la dernière vertu de l’ouvrage tient implicitement dans son titre et sa chronologie : l’abolition très tardive de l’esclavage, le recours à la clandestinité, aux « balles » de la part des abolitionnistes à partir de 1885 résultent d’abord de la capacité remarquable d’organisation et de résistance du parti esclavagiste dont l’auteure retrace aussi l’histoire en filigrane. Il a su tenir les rênes du pouvoir jusqu’en 1888 (pensons notamment au gouvernement du baron de Cotegipe et sa politique de la « trique » de 1885 à 1888), se structurer en associations afin de mobiliser de larges pans de la société (avec, en particulier, les Clubes da lavoura) et organiser une contre-propagande particulièrement énergique qui a pu contenir le mouvement abolitionniste jusqu’en 1888.

7La contribution d’Angela Alonso à l’histoire de l’abolition au Brésil est donc majeure. Le renouvellement de cette historiographie trouvera peut-être son prolongement – c’est le vœu que nous formulons – à travers d’autres travaux soucieux d’offrir une perspective plus globale sur les diverses facettes d’une mobilisation dont la complexité est redoutable, car les déterminants économiques, en particulier, comme le rôle décisif joué par les esclaves et les fugitifs à l’échelle locale ou régionale, n’apparaissent ici qu’au second plan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Rozeaux, « Alonso, Angela. Flores, votos e balas. O movimento abolicionista brasileiro (1868-88) », Brésil(s) [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 29 novembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/bresils/2341

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals