Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Carter, Miguel, dir. 2015. Challenging Social Inequality. The Landless Rural Workers Movement and Agrarian Reform in Brazil

Durham & Londres: Duke University Press, 494 p.
Christine Rufino Dabat
Référence(s) :

Carter, Miguel, dir. 2015. Challenging Social Inequality. The Landless Rural Workers Movement and Agrarian Reform in Brazil. Durham & Londres: Duke University Press, 494 p.

Texte intégral

1La concentration foncière est un phénomène inscrit dans le temps long du Brésil. Une meilleure distribution de la terre était déjà envisagée dans les écrits de grands abolitionnistes comme Joaquim Nabuco et André Rebouças. Ils sont d’ailleurs cités en exergue du présent ouvrage, en compagnie de Frederick Douglass qui exalte les luttes sociales. Le livre dirigé par Miguel Carter réunit divers travaux sur l´action du Mouvement des paysans sans terre (MST) pour la réforme agraire dans tout le pays, du Rio Grande do Sul jusqu´à l’Amazonie en passant par le Nordeste et, tout spécialement, le Pernambuco, berceau des ligues paysannes qui luttèrent pour l´accès des ouvriers agricoles à la propriété de lopins de terre.

2Dans « Inégalité sociale, réforme agraire et démocratie au Brésil », Miguel Carter dresse un tableau historique des forces qui discutèrent, en vain, le Plan national de réforme agraire dès le retour à la démocratie. Rappelant l’expérience de nombreux autres pays, du Japon (1946) au Népal (2001) en passant par plusieurs nations d’Amérique latine, il propose une typologie des modalités de redistribution de la terre. Il offre ainsi au lecteur des données précises en même temps que les éléments du débat, tel qu’il se déroule dans le Brésil du XXIe siècle autour de l’opportunité, des modalités et des résultats escomptés d’une réforme encore à venir.

3Dans un effort de systématisation, Miguel Carter propose une approche par thème. Les trois articles qui composent la première partie consacrée à la question agraire et aux mouvements sociaux ruraux au Brésil s’articulent autour de l’hypothèse que le développement de la démocratie est freiné par des inégalités croissantes. Dans « La question agraire et l’agro-industrie au Brésil », Guilherme Costa Delgado envisage les diverses facettes de l’influence de la classe des grands propriétaires, particulièrement efficace aux divers niveaux de décision de l’État. La modernisation récente du secteur – dans le cas de la canne à sucre, par exemple, le passage à la production d’éthanol avec de lourds investissements publics – n’est finalement qu’une phase de plus dans la tradition séculaire de ce que le grand brésilianiste Peter Eisenberg baptisa « modernisation sans changement ». Comme dans la contribution précédente, on trouve des données précises sur la concentration foncière, au moyen du coefficient de Gini ou du nombre d’hectares concernés et l’auteur rappelle, au passage, que le cadastre comporte les données fournies – ou non – par les propriétaires eux-mêmes.

4Leonilde Sérvolo de Medeiros, dans « Mouvements sociaux ruraux, lutte pour les droits et la réforme agraire dans l’histoire contemporaine du Brésil », revient sur quelques épisodes qui ponctuèrent les deux derniers siècles. Même sous le régime varguiste, souligne-t-elle, les zones rurales et ceux qui y travaillaient ne bénéficièrent pas du traitement qui fut concédé aux villes et à leurs habitants. Elle évoque les tentatives des communistes (contraints à la clandestinité) pour organiser les ouvriers agricoles et les métayers. Elle retrace ensuite, la naissance du MST et les diverses forces, comme le mouvement syndical rural (CONTAG), qui contribuèrent aux avancées de la Constitution de 1988. Parmi ces acteurs tentant de promouvoir une réforme agraire, les secteurs religieux comptèrent parmi les plus remarquables. L’article d’Ivo Poletto traite précisément de cette question dans « Les Églises, la Commission pastorale de la terre et la mobilisation pour la réforme agraire ». Les principales initiatives, la CPT notamment, sont issues de l’engagement de certaines personnalités du clergé post-Vatican II comme Dom Hélder Câmara.

5Dans la deuxième partie, quatre articles cernent les spécificités du MST. Bernardo Mançano Fernandes s’attache à son organisation. Les trois autres auteurs mettent en évidence les traits spécifiques des groupes agissant dans des régions aussi éloignées les unes des autres que le Rio Grande do Sul (Miguel Carter), le Pernambuco (Lygia Sigaud), ou le Pará (Gabriel Ondetti, Emmanuel Wambergue et Horacio Martins de Carvalho).

6La troisième partie est dédiée aux établissements de travailleurs ruraux organisés par le MST sur des terres ayant des statuts divers. Miguel Carter et Horacio Martins de Carvalho traitent des dimensions innovantes et des défis qui les caractérisent, ainsi que de l’attitude des autorités sous les gouvernements successifs. Cet exposé est enrichi de chronologies et de tableaux avec des données chiffrées. Comme dans la partie précédente, les articles subséquents traitent de cas régionaux – São Paulo (Sonia Maria Bergamasco et Luis Antonio Norder), le Nordeste (Elena Calvo-Gonzales) et le Pernambuco (Wendy Wolford) – et font connaître des aspects pionniers comme l’éducation et le travail collectif.

7Dans la quatrième partie, enfin, Sue Branford compare les gouvernements de Fernando Henrique Cardoso et de Lula sous l’angle de leurs relations avec le MST et ses actions. George Mészaros traite le sujet dans la perspective du droit. Il s’attache, par exemple, à l’action solidaire de nombreux juristes et avocats ou, encore, au poids de la criminalisation des actions du mouvement. Marcelo Carvalho Rosa revient aux divers fronts sur lesquels le MST avance : la conquête d’un dignité inédite, de nouvelles perceptions et identités, des sources d’inspiration pour d’autres communautés comme les victimes des barrages.

8Pour conclure, Miguel Carter reprend les principaux apports des travaux offrant une compréhension plus approfondie de la dynamique du mouvement dans toute sa diversité. Il ajoute néanmoins en épilogue : « Promesse violée : la débâcle de la Réforme agraire lors des gouvernements du PT ».

9Cartes et photographies complètent avec bonheur cette œuvre élaborée avec soin et passion par de grands spécialistes qui éclairent les multiples facettes d’une question encore très loin d’être résolue au Brésil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Rufino Dabat, « Carter, Miguel, dir. 2015. Challenging Social Inequality. The Landless Rural Workers Movement and Agrarian Reform in Brazil », Brésil(s) [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 29 novembre 2017, consulté le 21 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/2344

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals