Navigation – Plan du site
Dossier – Parcs et jardins

Le Parc de Flamengo : projeter la ville en dessinant le patrimoine

Parque do Flamengo: projetar a cidade, desenhando patrimônio
Flamengo Park: Designing the City, Drawing Heritage
Márcia Regina Romeiro Chuva
Traduction de David Yann Chaigne

Résumés

Cet article examine le processus qui conduit au classement, en 1965, du parc de Flamengo (Rio de Janeiro) par l’Institut du patrimoine historique et artistique national (Iphan). Ce jardin était né d’un projet de l’architecte Affonso Eduardo Reidy et du paysagiste Roberto Burle Marx, tous deux liés à l’« école carioca » d’architecture moderne. L’analyse des politiques de protection des biens architecturaux et paysagers modernes promues par l’Iphan permet d’établir des connexions entre le chemin qui a mené à cette décision et la constitution du champ architectural au Brésil à l’époque des grandes rénovations urbaines mises en œuvre à Rio par Carlos Lacerda, premier gouverneur de l’État de Guanabara, puis dans le contexte politique national tendu du coup d’État et de l’instauration d’un régime autoritaire au Brésil. Cet article aborde en outre les valeurs patrimoniales et sociales convoquées pour défendre la préservation du parc de Flamengo alors que se préparent les grands événements sportifs du début du XXIe siècle et la demande d’inscription de la ville au patrimoine mondial de l’Unesco dans la catégorie « paysage culturel ». Cette réflexion sur le patrimoine et la mise en perspective du conflit traditionnel entre préservation culturelle et spéculation immobilière permettra d’approfondir la thématique du droit à la ville. La documentation empirique privilégiée dans cette recherche a été la procédure d’inscription au patrimoine national du parc de Flamengo et les procès-verbaux des réunions du conseil consultatif de l’Iphan.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en juin 2017 ; approuvé en août 2017

Texte intégral

  • 1 Au fil de ce texte, j’utiliserai indistinctement les dénominations parc de Flamengo (Parque do Flam (...)
  • 2 En 2015, fut inaugurée l’exposition « Jardins da Memória » [Jardins de la mémoire], sous la directi (...)
  • 3 Les équipements sportifs sont les suivants : terrains de football ; pistes de skateboard, de patina (...)

1Simplement appelé le Remblai (Aterro) par les Cariocas, le parc de Flamengo a fêté ses 50 ans en 2015. Il s’agit de l’un des rares projets d’urbanisme à avoir toujours fait l’unanimité dans la ville de Rio de Janeiro1. Situé entre l’aéroport Santos Dumont et la plage de Botafogo, sur un terreplein gagné sur la mer grâce aux décombres issus du terrassement de collines environnantes, il est considéré comme le plus grand parc urbain du monde et constitue la plus importante zone de loisirs en plein air de la ville. Les informations à son propos foisonnent sur la Toile et une simple recherche permet de faire apparaître d’innombrables photographies, films, sites, bibliographies et expositions le concernant2. On peut avoir accès à des images du parc depuis la démolition du Morro de Santo Antônio – d’où proviennent, pour l’essentiel, les matériaux utilisés pour la construction du remblai – jusqu’à son inauguration, en passant par les phases successives des travaux. On peut également trouver nombre de vues aériennes montrant la beauté du paysage. Comme l’annonce le site officiel, il s’agit de l’une des aires de loisirs les plus appréciées de la ville, un « parc vivant » avec un « immense jardin où contempler une flore et une faune variées ainsi que les beaux paysages de la baie de Guanabara » et où fréquenter une liste conséquente d’équipements culturels, sportifs et de détente3.

  • 4 L’actuel Institut du patrimoine historique et artistique national [Instituto do Patrimônio Históric (...)

2Le parc de Flamengo a été inauguré en 1965 dans le cadre des commémorations du quatrième centenaire de la fondation de Rio de Janeiro et d’un projet de modernisation visant à faire retrouver à la ville un peu de son faste, mis à mal par l’installation de la capitale fédérale à Brasília en 1960. Sa construction fut décidée par Carlos Lacerda, le premier gouverneur de l’État de Guanabara, à qui l’on doit également la demande de classement du parc auprès de la Direction du patrimoine historique et artistique national (Dphan)4 en 1964, avant même son inauguration et peu avant le coup d’État du 31 mars instaurant la dictature militaire au Brésil.

3La démarche de patrimonialisation du parc de Flamengo menée par l’Iphan peut servir de fil à l’analyse. Elle a débuté dans le contexte des importantes réformes de la ville au milieu des années 1960. Les arguments qui ont fait de son classement une question de développement urbain et qui privilégiaient le paysage ainsi créé méritent d’être analysés. L’accent a été mis sur ses attributs spatiaux et architecturaux, ainsi que sur ses espaces non bâtis, déclarés non aedificandi, au détriment de la préservation des jardins et de toute la problématique sous-jacente. Les grands événements sportifs organisés dans la ville à partir des années 2000 ont fait surgir de nouvelles questions quant à la gestion de ce site classé, et alimenté les débats du Conseil consultatif du patrimoine culturel de l’Iphan. Il s’agit donc ici d’identifier des éléments pouvant contribuer à la réflexion sur la fonction sociale du patrimoine sous le prisme du droit à la ville.

  • 5 Dans ce texte, « ville moderne », tout comme l’expression « architecture moderne » (avec les varian (...)

4La première des trois parties abordera la construction du parc de Flamengo et la pertinence de ce projet dans le cadre des politiques de modernisation mises en œuvre par Carlos Lacerda, ce qui permettra de souligner les similitudes avec la ville moderne qui prenait corps à Brasília5. On mettra l’accent sur les tensions, les ambiguïtés et les contradictions d’un projet urbain cherchant à concilier l’usufruit des jardins et des paysages et la priorité alors donnée à la circulation automobile.

  • 6 Sur le concept de modernisation autoritaire, voir Teixeira da Silva (2000).

5En deuxième partie seront analysés le processus ayant mené à la patrimonialisation du parc de Flamengo et les valeurs attribuées au paysage et à sa dimension sociale au moment du classement du site en 1965. La modernisation dans laquelle il s’inscrivait a été la principale motivation de son classement, dans le but de le protéger de la spéculation immobilière qu’il engendrait. Les valeurs mises en avant relevaient de la volonté de réglementation de l’occupation de l’espace public caractéristique du gouvernement Lacerda, le tout en parfaite adéquation avec le contrôle social et la modernisation autoritaire imposés par la dictature militaire6.

6On examinera en troisième lieu les tensions réapparues à partir des années 2000, lorsque la ville se prépara à accueillir de grands événements sportifs, tels que les Jeux panaméricains de 2007 ou les Olympiades de 2016. La persistance des valeurs liées au paysage au détriment de celles liées à l’usage des jardins sera examinée en même temps que la mise à mal des fonctions sociales de ces espaces par la spéculation immobilière, considérée à Rio de Janeiro comme un mode ordinaire de gestion du marché des terrains urbains dans un contexte extrêmement concurrentiel.

La planification de la ville, entre modernisme et modernisation

7L’utopie de la ville moderne a pris corps au Brésil en 1960 avec l’inauguration de Brasília, la nouvelle capitale fédérale. Le concept de ville-jardin, qui influença au moins les zones résidentielles (superquadras) du plan pilote et se voulait à échelle humaine, se trouvait confronté à l’expansion antagonique de la circulation automobile. Celle-ci avait en effet la part belle dans le projet de voirie qui allait structurer la nouvelle capitale.

  • 7 La Companhia Urbanizadora da Nova Capital [Compagnie d’urbanisation de la nouvelle capitale, Novaca (...)

8Le parc de Flamengo, à Rio de Janeiro, suivit ce modèle, avec un bon tiers de sa surface (1 251 244,20 m²) réservé à des voies rapides ou des ronds-points. Selon Lauro Cavalcanti (2001, 94), le remblai de Carlos Lacerda était devenu le « reflet carioca du plan de la nouvelle capitale », et il s’agissait pour la Belacap (Rio) d’être à la hauteur du modernisme architectural de la Novacap (Brasília)7.

9Les architectes à l’origine de Brasília et du parc de Flamengo appartenaient à un même réseau, formé dans les années 1930 et qui devint hégémonique dans les domaines de l’architecture et du patrimoine au Brésil. Il fut connu par la suite comme l’École carioca d’architecture moderne (Marins 2016). Figure de proue de ce groupe, Lucio Costa en était trois fois le mentor : en tant que chef de file de la nouvelle architecture, par son rôle dans l’histoire et la patrimonialisation de l’architecture brésilienne mais également dans l’autonomisation de la formation des architectes (Chuva 2003 et 2009). Ce réseau fondateur permit que se nouent des liens aussi bien professionnels qu’amicaux entre les principaux acteurs.

10On comptait déjà dans ce groupe l’équipe qui avait réalisé avec Lucio Costa, à partir de plans originaux de Le Corbusier, le projet du ministère de l’Éducation et de la Santé et qui, inauguré en 1945, devint emblématique de l’architecture moderne brésilienne (Cavalcanti 1995 ; Lissovsky & Sá 1996). Les architectes Jorge Moreira, Ernani Vasconcelos, Carlos Leão, Oscar Niemeyer, Affonso Eduardo Reidy, et Roberto Burle Marx s’étaient retrouvés dans cette aventure et, à partir de ce moment, occupèrent rapidement des postes en vue dans leur milieu professionnel. À l’époque de la création, de l’exécution et du classement du parc de Flamengo, dans les années 1960, ils avaient déjà connu la consécration et suivi des trajectoires marquées par le succès et des prix internationaux (Cavalcanti 2001).

  • 8 Affonso Eduardo Reidy était architecte au département d’urbanisme de la mairie de Rio de Janeiro. N (...)
  • 9 Le projet d’illumination du Remblai était l’œuvre du designer étasunien Richard Kelly, qui créa les (...)

11C’est l’un d’entre eux, Affonso Eduardo Reidy8, qui fut choisi pour porter le projet architectural et urbanistique du parc de Flamengo (fig. 1). Il avait déjà signé celui du MAM construit quelques années auparavant sur la zone contiguë au premier remblai de l’avenue Beira-Mar9.

Figure 1 – Plan du projet du remblai de Flamengo

Source : volume II de la Procédure de classement n° 0748-T-64, archives centrales de l’Iphan, Rio de Janeiro.

  • 10 Ethel Bauzer Medeiros est pédagogue et spécialiste du domaine des loisirs. Elle est titulaire d’un (...)
  • 11 Au Brésil, c’est l’architecte russe Gregori Warchavchik qui, en 1927, introduisit les jardins dans (...)
  • 12 Sur la fonction du jardin, voir également Burle Marx (2004).

12Reidy fut aussi chargé de la plupart des édifices relatifs aux activités de loisirs prévues par Ethel Bauzer Medeiros10. Quant au projet paysager, il fut confié au cabinet Escritório Roberto Burle Marx e Arquitetos Associados. Les jardins du Remblai sont aujourd’hui classés comme « jardins modernes » du fait de leur proximité avec le mouvement de l’Architecture moderne (Magalhães 2005, 353)11. Le rôle de Burle Marx dans l’invention et la diffusion de ce type d’espace au Brésil et dans le monde est régulièrement souligné par l’historiographie (Oliveira 2001 ; Ferreira & Ono 2016 ; Magalhães 2005, entre autres)12. Il est, de fait, impossible de séparer l’histoire du jardin brésilien de l’architecture moderne et de ses réalisations.

13L’être humain avait toute sa place dans le projet global conçu par Affonso Reidy. Ses plans révèlent les priorités de la ville qu’il projetait. La circulation des piétons, en particulier, se devait d’être aisée et, dans ce but, l’architecte avait prévu d’abaisser les voies de circulation pour faire passer des passerelles piétonnières en pente douce permettant de rejoindre le parc. Le modernisme et la modernisation se rejoignaient avec, d’un côté, le parc dessiné pour les loisirs et la tranquillité des piétons et, de l’autre, les larges voies réservées aux voitures, reproduisant ainsi à Rio de Janeiro les ambivalences du plan pilote de Brasília.

  • 13 Selon Rodrigo de Faria, la création de ce groupe de travail ne faisait pas l’unanimité au sein du d (...)

14Il convient également de replacer le parc de Flamengo dans le contexte des grands travaux réalisés pour les commémorations du quatrième centenaire de la fondation de la ville en 1965. C’est Maria Carlota (plus connue comme Lota) de Macedo Soares qui avait imaginé cette grande aire de loisirs le long de la zone remblayée sur la mer, initialement prévue pour la seule construction de voies routières pouvant relier rapidement le centre à la plage de Copacabana. C’est également elle qui avait convaincu le gouverneur Carlos Lacerda de mettre le projet à exécution et de créer le Groupe de travail du parc de Flamengo dont elle assura la présidence13.

  • 14 Lacerda joua un rôle décisif dans les événements qui menèrent au suicide de Getúlio Vargas et égale (...)

15Personnage controversé de la vie politique brésilienne, Lacerda occupait « une place particulière dans l’imaginaire politique national et carioca, en ce qu’il incarnait aussi bien le tribun incendiaire "démolisseur de président" que le gestionnaire compétent, le "constructeur de Guanabara" » (Motta 2005, 75)14. À ce titre, les commémorations du quatrième centenaire tout comme la rénovation de la ville après la perte de son statut de capitale fédérale, marquèrent les esprits et justifièrent en bonne partie les réformes urbaines qu’il mit à exécution, depuis le creusement de deux tunnels (Rebouças et Santa Bárbara), encore aujourd’hui d’importance cruciale pour la connexion des différentes zones de la ville, jusqu’à la construction du parc de Flamengo, sans oublier les travaux de l’adducteur de Guandu qui finit par résoudre les problèmes chroniques d’approvisionnement en eau dont souffrait la population.

16Maurício de Abreu (1988, 118-135), dans un ouvrage devenu classique sur l’évolution de Rio de Janeiro, soulignait déjà l’importance des grandes transformations urbaines commencées durant les années 1950. Selon lui, le gouvernement Lacerda adapta la ville aux besoins de l’automobile et des classes qui en possédaient une grâce à un ensemble de travaux : construction de voies rapides, aplanissement des collines et élimination des favelas du centre et des zones les plus valorisées des quartiers sud. Ce fut notamment le cas, entre 1963 et 1964, de la favela du Morro do Pasmado, située à l’endroit où devaient déboucher les voies routières prévues par le projet du Remblai. Ces travaux provoquèrent le démantèlement de quartiers tels que Lapa, Catumbi et Mangue, où résidaient les populations les plus pauvres. Le parc de Flamengo était l’un des pôles de cette audacieuse rénovation urbaine dont la mise en œuvre impliquait la démolition des vieilles demeures du Morro de Santo Antônio et, donc, l’expulsion de leurs habitants, ainsi que l’arasement de la colline dont la terre devait servir au terrassement des rives de la baie de Guanabara.

17Tous ces aménagements permettaient de libérer des espaces dans des zones recherchées, que ce soit pour la construction de résidences de luxe ou la vente ultérieure des terrains sur un marché immobilier en pleine expansion et livré à la spéculation. Ces grands travaux consolidèrent la redistribution sociale de la population qui prit de l’ampleur à partir des années 1950. Les transformations urbaines ne firent que s’intensifier dans les années suivantes, stimulées par l’association entre travaux publics de l’État et capital privé des grandes entreprises du BTP soutenues par la dictature militaire (Campos 2014).

  • 15 La liste des biens classés par l’Iphan se trouve sur son site. Cf. Instituto do patrimônio históric (...)

18C’est dans ce contexte, en octobre 1964, que Carlos Lacerda adressa à la Direction du patrimoine historique et artistique national (Dphan) une demande de classement du parc de Flamengo. Elle fut enregistrée sous le nº 748-T-64 et approuvée en avril 1965 par le Conseil consultatif de la Dphan pour une inscription au Patrimoine archéologique, ethnographique et paysager sous la rubrique « jardins historiques »15.

19Classé dès sa naissance, le parc de Flamengo ne disposait évidemment pas des valeurs intrinsèques justifiant cette décision. Dans ce cas, comme dans tous les autres, elles sont en fait attribuées au terme de processus historiques et de luttes impliquant la parole hégémonique et le discours autorisé de ceux qui parlent au nom du patrimoine (Smith 2006).

20Une analyse de cette procédure de classement permettra de mieux identifier les tensions et les arguments qui contribuèrent à l’établissement de la valeur patrimoniale du parc de Flamengo. Dans ce cas, ils servirent surtout à résister aux pressions d’un marché immobilier qui s’organisait dans la ville grâce à des pratiques de spéculation traditionnellement considérées comme l’ennemi du patrimoine, et toujours en vigueur aujourd’hui.

Dessiner le patrimoine entre mer et remblai

21À partir de la création du Service du patrimoine historique et artistique national (Sphan) en 1937 et durant les trois premières décennies de son action, sous la direction et le contrôle pointilleux de Rodrigo Mello Franco de Andrade et avec la caution technique et intellectuelle de Lucio Costa, le baroque et le style colonial furent considérés comme les plus dignes représentants des origines de la production artistique brésilienne. Au milieu des années 1960, ils étaient déjà amplement reconnus comme tels (Costa 1937 et 1941 ; Pessôa 1999), leurs origines européennes faisant du Brésil un pays moderne intégré au processus civilisateur occidental. Les mêmes acteurs institutionnels firent usage de cette stratégie discursive pour protéger l’architecture moderne conçue par eux-mêmes ou par leurs pairs. Par-là, ils reconnaissaient leur propre production artistique comme héritière de ce qu’ils considéraient comme la véritable architecture, dans la plus pure tradition brésilienne, dont ils prétendaient avoir recueilli l’âme pour la réinventer avec des formes et des matériaux contemporains. Le parc de Flamengo, conçu dans cet esprit, doit être analysé à travers cette grille de lecture d’une esthétique moderne et civilisatrice.

22Classé par la Dphan avant même son inauguration, le Remblai devint patrimoine alors qu’il n’était encore qu’un projet. Des pratiques similaires avaient déjà eu lieu : la première génération des architectes de l’école carioca s’y appliquèrent. Le procédé vit le jour en 1947 avec l’église de Saint-François d’Assise conçue par Oscar Niemeyer à Belo Horizonte. Vingt ans plus tard, six réalisations de l’architecture moderne avaient déjà été classées. Un autre aspect inattendu de cette décision fut d’attribuer une valeur patrimoniale à une œuvre résultant de la démolition du quartier ancien du Morro de Santo Antônio.

  • 16 Archives centrales de l’Iphan, Procédure n° 748-T-64 (Parc de Flamengo). Le document est composé de (...)
  • 17 Cf. Procédure n° 748-T-64.

23La première pièce figurant dans la procédure de classement du parc de Flamengo est une requête officielle relativement succincte du gouverneur Carlos Lacerda, datée du 27 octobre 1964 : « Je sollicite la bienveillance de Votre Excellence afin que des mesures soient prises pour le classement du parc de Flamengo par vos services »16. Elle est accompagnée de la lettre de Rodrigo Mello Franco de Andrade, directeur de la Dphan, adressée à la présidente du Groupe de travail du parc de Flamengo, Maria Carlota de Macedo Soares, lui demandant que soit « fourni à cette Direction le projet général du parc en question, accompagné des détails jugés nécessaires à l’appréciation du sujet » (10 novembre 1964). Le 3 décembre 1964, la présidente répond : « L’urbanisation du Remblai a été conçue par le groupe de travail selon les critères suivants : la défense et l’enrichissement du paysage, la prestation d’un service public à caractère éducatif et récréatif au peuple carioca.17 » Elle précise les dimensions de la zone réservée au parc et celles des infrastructures routières puis fournit une liste des travaux déjà réalisés et à venir ainsi qu’une vue aérienne du chantier (fig. 2).

Figure 2 – Auteur inconnu. Vue aérienne du Parc de Flamengo en construction.

Source : volume I de la Procédure de classement n° 0748-T-64. Archives centrales de l’Iphan, Rio de Janeiro.

24Lota de Macedo Soares ajoute :

  • 18 Id., c’est nous qui soulignons.

Cela a toujours été l’intention du Groupe de travail, depuis la planification initiale, de promouvoir la fondation du parc de Flamengo et de solliciter son classement auprès du Patrimoine historique et artistique, étant donné que grâce au soutien inconditionnel du gouverneur Carlos Lacerda, nous avons quasiment pu terminer les travaux dans le respect de l’unité du projet et du concept original. Nous croyons surtout que la qualité aussi bien esthétique que sociale de l’ensemble de l’ouvrage pourra satisfaire les exigences strictes qui ont toujours orienté les services du Patrimoine. [...] Grâce à son classement, le parc de Flamengo sera protégé de la spéculation que suscite cette zone à la valeur financière inestimable et du peu de soin apporté par les pouvoirs publics lorsqu’il s’agit de compléter ou de perpétuer les plans originaux. Un projet dont la finalité est de protéger le paysage et d’offrir au grand public un service à caractère social obéit à des critères encore mal compris par les administrations et les particuliers.18

25En tant que présidente du Groupe de travail, elle mettait donc en avant des valeurs esthétiques, paysagères et sociales pour justifier le classement dans lequel elle voyait un moyen efficace de résister à la spéculation immobilière qui s’installait dans la ville. Ses craintes étaient fondées. En effet, comme cela a déjà été constaté (Abreu 1988), les politiques urbaines de Rio de Janeiro commencèrent, dans les années 1960, à se confondre avec la spéculation privée qui, progressivement, en vint à contrôler l’usage et l’occupation des sols (Campos 2014).

26Selon Rodrigo de Faria (2017), le projet de création d’un parc le long des voies routières en construction ne faisait pas l’unanimité au sein du Département d’urbanisme de la mairie. C’est peut-être parce qu’elle en était consciente que Lota de Macedo Soares était préoccupée par la protection du site afin d’éviter que toute la zone sombre dans la spéculation à l’arrivée de la prochaine équipe municipale. José de Oliveira Reis, ingénieur de ce département, avait sévèrement critiqué le projet, lui reprochant de réduire le nombre des voies routières prévues à partir de projections sur la croissance de la ville (Faria 2017). Ce débat mit à jour des tensions entre le Groupe de travail du parc de Flamengo et le Département d’urbanisme. Ce dernier, dans le cadre de la planification urbaine, défendait un projet donnant la priorité à l’automobile. Faria (2017) y voit les indices d’une guerre de positions entre ingénieurs et architectes au sein même du Département d’urbanisme où travaillaient côte à côte José de Oliveira Reis et Affonso Reidy. Les deux hommes s’opposaient sur leur manière de comprendre la ville, chacun l’interprétant à partir de ses fonctions professionnelles, à savoir le génie pour José de Oliveira Reis et l’architecture moderne pour Affonso Reidy (Faria 2017, 12).

27Pour en revenir au processus administratif en cours, c’était maintenant au tour de Judith Martins, alors à la tête du Département d’histoire de la Dphan, de solliciter un rapport du chef du Département des arts, l’architecte Paulo Thedim Barreto, qui, le 14 novembre 1964, confirma : « Si l’on prend en considération la signification sociale et paysagère du parc de Flamengo et la valeur de ses éléments architecturaux, nous sommes en faveur de son classement » (c’est nous qui soulignons). À la demande de Rodrigo Mello Franco de Andrade, Lucio Costa, en sa qualité de chef du Département d’études de classement, avait donné son feu vert le 15 septembre 1964. On trouve aussi dans les archives de la procédure le rapport du directeur général, Rodrigo Mello Franco de Andrade, daté du 8 janvier 1965, qui précise :

  • 19 Ibid., c’est nous qui soulignons.

On pourrait objecter qu’il est hors de propos de procéder au classement tant que les travaux de construction ne sont pas totalement terminés [...]. Néanmoins, il convient de prendre en considération que l’objectif de la mesure sollicitée par Monsieur le gouverneur de l’État consiste principalement en la protection du paysage de la partie gagnée sur la mer, comprise entre la plage de Santa Luzia et le Morro da Viúva. Et, en ce qui concerne aussi bien l’utilité que l’opportunité du classement à cette fin, il me semble qu’elles ne font aucun doute. Je suis donc d’accord avec le département compétent de cette Direction quant à l’approbation de l’inscription du parc de Flamengo sur la liste des paysages classés.19

28Pour Rodrigo Mello Franco de Andrade, si le parc devait encore être construit, le paysage offert par la nature sur la partie remblayée par l’homme était déjà là, et c’était donc à ce lieu que l’on devait conférer le statut de patrimoine. Dans la foulée, le directeur nomma le conseiller Paulo Santos pour accompagner le bon déroulement de la procédure et présenter un rapport en mesure de documenter la décision finale du Conseil. Dans celui-ci, en date du 7 avril 1965, Paulo Santos décrivait le processus en cours, résumait l’opinion du directeur-général et présentait la sienne. Il avançait des arguments en faveur du classement en même temps qu’il répondait aux préoccupations de Lota de Macedo Soares :

  • 20 Ibid., c’est nous qui soulignons.

Le projet urbanistique et architectural d’Affonso Reidy et de son équipe ainsi que les jardins de Roberto Burle Marx forment un ensemble de grande beauté et d’intérêt social certain dont la ville de Rio de Janeiro peut être fière et qui doit être préservé, non seulement pour que son tracé ne soit pas modifié par les futures administrations, mais également pour qu’il soit entretenu comme il se doit.20

29Également soucieux des risques d’une exploitation indue du parc qui pourrait modifier l’essence du projet et « sacrifier » ainsi sa beauté et son intégrité, il ajoutait :

  • 21 Ibid., c’est nous qui soulignons.

Le plus grand danger consiste dans l’inclusion future d’une zone jardinée avec des pavillons pour les loisirs, des restaurants, des cinémas et autres édifices de même nature, ainsi que des bustes de figures nationales, etc. Cette inclusion, qui devra encore être justifiée par l’intérêt pratique ou civique de ces initiatives, pourrait sacrifier irrémédiablement la beauté de l’ensemble. [...] Les pavillons construits ou à construire sur le remblai [qui sont dans le projet original] constituent déjà, selon moi, le maximum que la zone puisse accueillir et se justifient moins par leur finalité pratique qu’en fonction de la nécessité de conférer une échelle urbaine à l’ensemble, mais celle-ci pourrait même être sacrifiée si on ne limite pas l’attribution des valeurs qui la déterminent. [...] Pour toutes ces raisons, l’idée du classement me semble la seule à même de préserver ces valeurs.21

30La « valeur patrimoniale » conférée au nouveau parc pour justifier l’urgence de sa protection renvoie à ses attributs esthétiques et formels – « de grande beauté » –, et la nécessité de le classer est avant tout préventive, en ce qu’il s’agit d’assurer sa pérennité, d’exalter la fierté de la ville et d’éviter le « plus grand danger » que seraient les modifications de l’œuvre d’art en raison d’interventions indésirables qui altèreraient la « beauté de l’ensemble ». La protection des pavillons et autres édifices prévus (encore à construire) n’est pas proprement justifiée par leur « finalité pratique », mais « en fonction de la nécessité de conférer une échelle urbanistique à l’ensemble ». La tentative du Département d’urbanisme de la mairie de dénoncer les préjudices qui auraient pu être causés par la réduction du nombre de voies routières n’apparaît pas dans les divers documents de la procédure.

31Bien que « l’intérêt social » ait été mis en avant dans les rapports des différentes instances de la Dphan, c’est plutôt le projet urbanistique et architectural original dans son ensemble qui a été retenu à ce stade ultime : « L’idée du classement me semble la seule à même de préserver ces valeurs. » À la fin de son rapport, le conseiller Paulo Santos suggérait en outre l’inclusion dans le périmètre à classer de la « zone maritime bordant le parc, jusqu’à 100 m de la plage, sur toute son extension, afin d’éviter que puissent y surgir de futures constructions inopportunes et susceptibles de sacrifier la beauté de l’ensemble ». Le Remblai, dans sa dimension patrimoniale, s’étendait jusqu’à l’espace conquis sur la mer.

  • 22 Procès-verbal de la 44e réunion du Conseil consultatif du patrimoine historique et artistique natio (...)

32Lors de sa réunion du 20 avril 1965, le Conseil consultatif de la Dphan approuva à l’unanimité le classement du parc de Flamengo tout en y incluant la zone maritime, comme l’avait proposé Paulo Santos22. Le parc se retrouva donc inscrit au patrimoine national pour les valeurs esthétiques, architecturales et paysagères qu’on lui conférait.

33Selon Flávia Nascimento (2016), les architectes modernistes firent classer leurs ouvrages non seulement pour mieux affirmer la matérialité et l’originalité de l’architecture moderne auprès des générations futures mais, également, pour les protéger des menaces du présent. C’est ce qui se passa depuis le classement de l’église de Saint-François d’Assise à Belo Horizonte (1947) jusqu’à celui de la cathédrale de Brasília (1967). Ce ne fut qu’à partir de 1984 qu’on retrouve des classements de ce type par l’organe fédéral du patrimoine. Toutefois, ce fut avec d’autres motivations et dans une conjoncture distincte (Nascimento 2016, 164-165).

  • 23 Voir le rapport de Renato Soeiro apud Nascimento (2016, 99). Voir également le rapport de Lucio Cos (...)

34Comme le parc de Flamengo, la cathédrale de Brasília fut classée avant la fin des travaux. Dans les deux cas, les justifications avancées furent aussi bien de nature préventive que paysagère, et on insista sur le fait que les ouvrages en question faisaient déjà partie du paysage urbain23, voire qu’ils étaient eux-mêmes à l’origine dudit paysage. On n’oublia évidemment pas la valeur esthétique intrinsèque à chacune des œuvres d’art.

35Il convient de souligner que le décret-loi nº 25, du 30 novembre 1937, régissant la protection du patrimoine historique et artistique national prévoyait déjà la possibilité de classer des monuments naturels et de reconnaître les valeurs paysagères, ce qui en fit un pionnier de ce type d’actions (Scifoni 2006). Néanmoins, en ce qui concerne les jardins historiques Cristiane Magalhães (2005) observe que, à cette période, il s’agit surtout de souligner les aspects esthétiques du mobilier plutôt que les éléments végétaux en eux-mêmes qui ne sont parfois même pas cités. C’est pour cela que les premières inscriptions de jardins au patrimoine ont été justifiées sur la base de leurs valeurs historiques et artistiques en les faisant figurer dans les sections consacrées à l’histoire ou aux beaux-arts.

  • 24 Les sites Bosque Schmalz, à Joinville, Passeio Público de Fortaleza (tous deux en 1965) et Floresta (...)

36Toujours selon cette auteure, le classement du parc de Flamengo, en 1965, inaugura une nouvelle procédure d’appréciation de la valeur des paysages retenus, dans la mesure où la plupart d’entre eux finirent également par être inscrits sur les listes du patrimoine archéologique, ethnographique et paysager24. On ne trouve néanmoins aucun règlement, norme, réflexion académique ou rapport officiel qui pourrait avoir été à l’origine de cette nouvelle attitude.

37Lota de Macedo Soares et Rodrigo Mello Franco de Andrade avaient prioritairement insisté sur l’octroi d’une valeur spécifique au paysage, comme nous l’avons souligné précédemment. La perspectiviste esthétique n’était toutefois pas absente de l’argumentation du conseiller Paulo Santos, et elle a même été décisive dans l’attribution du statut de patrimoine national au parc. En ce sens, le cas de Flamengo se trouve pour ainsi dire à mi-chemin entre les deux stratégies de préservation des jardins mises en œuvre par l’Iphan.

  • 25 Embratur a été créée en 1966 comme entreprise publique liée au ministère de l’Industrie et du Comme (...)

38En s’appuyant sur la chronologie proposée aussi bien par Cristiane Magalhães que par Flávia Nascimento, on a pu constater que les années 1960 ont été un tournant pour les politiques du patrimoine. Certains l’ont interprété comme la conséquence de l’affirmation de la thématique du tourisme : les arguments relatifs à la préservation des aspects historiques et artistiques ont été complétés par l’intérêt pour de possibles usages liés aux loisirs et à la circulation des personnes et, également, pour l’offre de produits pouvant être consommés (Meneses 2009 ; Leal 2009). Leila Aguiar (2006) est allée dans le même sens en rappelant la croissance du tourisme durant cette même période, la création de l’Empresa brasileira de turismo [Entreprise brésilienne de tourisme], Embratur25, et d’autres dispositifs visant à la formulation de politiques patrimoniales et touristiques conjointes.

39Les motivations à caractère social sous-jacentes à la construction du Remblai avaient également été des arguments en faveur de sa reconnaissance comme patrimoine national. Elles évoquaient les nouveaux besoins de la vie moderne dans les grands centres urbains, incluant désormais les activités récréatives, le divertissement, l’occupation du temps libre, bref la pratique disciplinée des loisirs (mais également du tourisme) en tant que repos mérité des travailleurs (Paiva 1995 ; Aguiar 2006). Ces nouvelles attentes furent explicitement signalées par les revues spécialisées d’architecture qui s’intéressaient au projet.

  • 26 Enaldo Cravo Peixoto, « Urbanização do Parque do Flamengo », Módulo, Rio de Janeiro, n° 37, août 19 (...)

40Módulo publia en août 1964 un article de l’ingénieur Enaldo Cravo Peixoto26. Collègue de Reidy à la mairie, il faisait partie du Groupe de travail coordonné par Lota de Macedo Soares et avait également occupé le poste important de secrétaire des Travaux publics de l’État de Guanabara lors du mandat de Carlos Lacerda. Pour Enaldo Peixoto, le remblai de Flamengo était appelé à devenir le « plus important poumon de la ville ». Il en attendait une amélioration de la qualité de vie et de l’environnement. Sa localisation centrale était à ses yeux décisive :

  • 27 Id., p. 28.

[Elle] ne profitera pas seulement à la population des quartiers sud [...] et représente le trait d’union entre les régions les plus peuplées de la ville. [...] De tous les travaux réalisés par le gouvernement de Carlos Lacerda, ce sera l’ouvrage le plus apprécié du fait de son pouvoir d’attraction sur toute la population.27

41Enaldo Peixoto soulignait également que les constructions existantes, « deux grands ouvrages architecturaux, le MAM et le Monument aux morts de la Seconde Guerre mondiale », étaient en harmonie avec le paysage maritime de la baie. Et d’ajouter :

  • 28 Ibid., p. 31.

Cette zone bénéficie de qualités extraordinaires et d’une situation privilégiée réunissant à la fois le décor spectaculaire constitué par la mer et les montagnes qui l’entourent et une situation en centre-ville permettant un accès aisé depuis tous les quartiers.28

42Il convient de souligner que, au même moment, l’expulsion des populations pauvres du centre et des quartiers sud vers les périphéries était déjà en cours, signifiant clairement comment il fallait entendre le prétendu pouvoir d’attraction généralisé du projet. On voit ainsi de quelle manière les intérêts de groupes socialement, économiquement et politiquement hégémoniques se transformaient en intérêt général par l’entremise de différents canaux de production de discours et de communication.

43L’article se terminait par des considérations sur le démantèlement du Morro de Santo Antônio :

  • 29 Ibid., p. 31.

[Il avait] permis d’offrir deux grandes zones à l’intérêt exceptionnel au centre de la ville. L’une résultait directement de sa destruction sur une trentaine d’hectares à l’endroit le plus valorisé de la cité, et la deuxième avait été obtenue grâce à un remblai [...] le long de l’ancienne avenue Beira Mar, depuis l’aéroport Santos Dumont jusqu’à la plage de Botafogo.29

  • 30 Après cette destruction il ne reste qu’un petit bout de colline avec le couvent et l’église de Sant (...)

44Les avantages supposés de la destruction du Morro de Santo Antônio furent non seulement l’opportunité de « doter la ville d’un parc vivant », mais également de disposer en centre-ville d’une nouvelle zone de grande valeur commerciale30. Le vide créé par la disparition de la colline permit de développer des projets immobiliers grâce, notamment, à l’ouverture de l’avenue Chile et à la construction de la cathédrale métropolitaine de Rio de Janeiro.

45La nécessité de laisser la ville s’étendre allait de soi. Si l’on ne pouvait empêcher les grands centres urbains de se développer et de se moderniser, il fallait concilier cette croissance avec les exigences du patrimoine (Pontual & Piccolo 2008). Dans ce contexte, le recours au classement devint un instrument utile dans des situations spécifiques, notamment pour faire face aux pressions de la spéculation immobilière à laquelle on se référait souvent comme à une entité maligne planant sur la ville sans que jamais ses agents ne soient expressément nommés.

46Lors du mandat du gouverneur Lacerda, le phénomène s’amplifia, notamment après la libération de nouveaux terrains constructibles en centre-ville et dans les quartiers sud du fait, principalement, de la destruction de collines et de favelas. Les lotissements créés furent rapidement valorisés (en fonction d’estimations et de spéculations sur le marché ainsi approvisionné) confirmant un plan on ne peut plus clair de distribution sociale hiérarchisée de l’espace urbain. De plus, la réalisation de travaux dans certaines zones augmentait encore les prix (Abreu 1988). À Flamengo, les deux actions entreprises (destruction de la colline et construction du remblai) constituaient des étapes combinées d’une planification conjointe de l’ensemble de la ville par le gouverneur Carlos Lacerda.

  • 31 Ethel Bauzer Medeiros, « Um milhão de metros quadrados para recreação pública », Arquitetura, Rio d (...)

47Un second article fut publié en décembre 1964 dans Arquitetura, la revue de l’Institut des architectes du Brésil. Il était signé par Ethel Bauzer Medeiros31, déjà évoquée plus haut, la responsable de la planification des zones de loisirs et de détente du parc. Selon elle, c’était bien la situation géographique des lieux qui constituait « sa caractéristique la plus intéressante » et qui en ferait une « zone pour les activités récréatives nécessaires aux habitants des grandes villes ». S’inspirant de la nouvelle sociologie étatsunienne, elle décrivait les difficultés inhérentes à la vie au sein des nouvelles concentrations urbaines où l’espace se conquiert centimètre par centimètre et, dans ce contexte, considérait l’organisation des loisirs comme un service public nécessaire mais aussi doublement bénéfique :

  • 32 Id., p. 19. On peut comprendre l’invention de ces nouvelles habitudes comme faisant partie du proce (...)

La détente et les loisirs dans les grands centres profitent non seulement aux individus, mais également à la société dans son ensemble, dont la productivité augmente en conséquence : l’offre d’équipements de divertissement en plein air est à l’origine de profits économiques pour toute la population.32

  • 33 Ibid., p. 19.

48On retrouve également, dans l’article d’Ethel Medeiros, la vision esthétique soulignée dans le rapport du conseiller et architecte Paulo Santos qui abordait la question du paysagisme selon la perspective des usagers du parc. On avait prévu, précisait-elle, de faire venir des plantes « de différentes régions du pays dans la pépinière-pilote pour les acclimater avant leur implantation définitive, avec le souci d’utiliser des espèces variées fleurissant à des époques distinctes, dans le but de garantir la présence permanente de fleurs »33. L’agrément et le plaisir des usagers paraissaient ainsi une priorité.

49L’article de Módulo comme celui d’Arquitetura, conformément aux idées alors en vogue, considéraient les jardins comme partie intégrante du projet urbanistique et architectural, la préservation des éléments végétaux étant subordonnée à leur intérêt esthétique. La conception du paysage qui prédominait lors de ces nouvelles procédures d’inscription des jardins et des biens paysagers au Patrimoine archéologique, ethnographique et paysager semble, tout du moins dans le cas du remblai de Flamengo, être sur la même ligne que celle de Lota de Macedo Soares et Rodrigo Mello Franco de Andrade. C’est l’agrément esthétique et formel qui prévalait même si on commençait à prendre en compte la valeur sociale du parc définie par ses fonctions et par les significations nées des multiples appropriations qu’il permettait.

50Aujourd’hui, les débats sur la préservation des jardins publics font apparaître de nouvelles perspectives liées aux pratiques de leurs usagers – ceux-ci se sentent souvent menacés et s’organisent pour défendre leurs espaces – ainsi qu’aux caractéristiques des masses végétales concernées, composées d’éléments vivants se transformant dans le temps et dans l’espace. L’histoire des jardins devient ainsi celle de leur végétation, dont le développement singulier et l’intégration aux paysages doivent être étudiés (Rialland 2000).

  • 34 Le dossier de candidature a été publié par le Comitê técnico da candidatura do Rio a patrimônio mun (...)

51Depuis les années 2000, les discussions sur la préservation des jardins historiques ont donc changé. Celles qui ont eu lieu au sein du Conseil consultatif du patrimoine culturel peuvent éclairer les nouveaux enjeux. On s’intéressera plus particulièrement ici aux valeurs convoquées pour soutenir la protection du remblai de Flamengo dans le contexte de la tenue à Rio de grands événements sportifs (Jeux panaméricains de 2007 et Olympiades de 2016) et de l’inscription de la ville au Patrimoine mondial dans la catégorie « Paysage culturel », alors que la fonction sociale de ce type de classement commençait à être à l’ordre du jour34.

Le parc de Flamengo : un patrimoine moderne dans le paysage carioca

52En 2000, à l’occasion du débat du Conseil consultatif du patrimoine culturel sur le classement de la résidence du paysagiste Roberto Burle Marx à Rio de Janeiro, l’un des membres, Nestor Goulart Reis Filho, remit en question les objectifs de l’inscription du jardin attenant en raison des modalités de son identification et même de sa gestion ultérieure, puis généralisa son propos :

  • 35 Procès-verbal de la 23e réunion du Conseil consultatif du patrimoine culturel (Arquivo Central do I (...)

Nous classons la maison, les tableaux, les objets et leur environnement, qui seront certainement encore là dans cent ans. Une partie sur laquelle je n’ai lu aucun détail, à moins qu’ils ne soient implicites et que je ne les ai pas compris, c’est justement sur le jardin. Nous avons déjà parlé plus d’une fois des jardins et de leur classement. [...] La question est la suivante : quand va-t-on commencer à classer les jardins du Brésil en toute connaissance de cause et avec l’expertise technique appropriée ? [...] Le jardin est une chose facile à rogner par la bordure. [...] Disposons-nous d’un registre et de quelqu’un qui coordonnera son entretien ?35

53En partant du présupposé que la gestion d’un bien classé doit être orientée par les valeurs qu’on lui attribue, par la connaissance de son mode de fonctionnement et par les significations de sa perpétuation et de sa pérennité, Nestor Goulart s’étonnait que les jardins et les parcs (les biens paysagers) continuent à être traités comme s’ils étaient subordonnés à un projet architectural, sans que soit mise en avant la masse végétale elle-même. À ses yeux, même si l’on commençait à valoriser les espaces paysagers en les inscrivant sur la liste du patrimoine archéologique, ethnographique et paysager, les stratégies d’identification et de gestion qu’on leur réservait restaient inféodées à une perspective architecturale qui les traitait comme des éléments parmi d’autres du paysage. La méconnaissance des spécificités de ce type de biens les mettait à la merci d’une possible destruction. On ne savait en effet pas trop quoi défendre et le risque était grand de les voir attaqués sur tous leurs flancs.

  • 36 À propos des pressions pour la transformation du parc de Flamengo, voir Oliveira & Barroso (2006), (...)

54Quels furent, dans cette nouvelle conjoncture, les arguments avancés sur les valeurs que la préservation du parc de Flamengo permettrait de reconnaître ? Après son inscription au patrimoine, en 1965, le parc revint dans les débats du Conseil consultatif en 1988, lorsqu’un programme immobilier dans la zone de la marina de Glória fut perçu comme une sérieuse menace pour son intégrité. À cette occasion, le Conseil décida de rejeter toute construction de bâtiments non prévus dans le projet original de Reidy et de Burle Marx ainsi que de maintenir la servitude non ædificandi pour l’ensemble de la zone. Le Conseil fut une nouvelle fois convoqué en 1998 pour délibérer sur d’autres menaces affectant la même zone. Il ne modifia pas son attitude et prit la même décision que celle prise dix ans auparavant36.

  • 37 Procès-verbal de la 50e réunion du Conseil consultatif du patrimoine culturel (Arquivo Central do I (...)

55En 2006, alors que se préparaient les Jeux panaméricains, la marina de Glória connut de nouvelles pressions immobilières et le Parc se mobilisa à nouveau. À la lecture du rapport que le président de l’Iphan, Luis Fernando de Almeida, fit au Conseil consultatif37, on peut voir que l’Institut était accusé d’empêcher la réalisation des épreuves de voile dans la baie de Guanabara en raison de son refus de toute nouvelle construction. Lors de la même réunion fut présentée une lettre envoyée à l’Iphan par l’Association pour un logement digne dans les quartiers du centre (Associação Moradia Digna nas Áreas Centrais) regroupant des personnes à faible revenu qui y habitaient et se sentaient menacés par la privatisation progressive de la zone qui les aurait privés des bienfaits du parc :

  • 38 Lettre de Maria Guilhermina de Alexandre, présidente de l’Associação Moradia Digna nas Áreas Centra (...)

Nous sommes des usagers assidus de notre parc de Flamengo, que nous considérons comme le principal espace de loisirs pour nos familles en raison de sa proximité et de l’accès démocratique et gratuit dont nous jouissons pour fréquenter ce lieu magnifique. C’est pour cela que nous refusons la privatisation de l’espace aujourd’hui occupé par la marina de Glória, dont l’agrandissement impliquerait la construction de grands bâtiments, le recul des espaces verts et la clôture de certaines zones et paysages au bénéfice des riches et en excluant plus encore les populations les plus pauvres de la ville.38

56Cette requête montre clairement les représentations en jeu. Elles sont le reflet d’un débat sur la fonction sociale du patrimoine au sein d’un rapport de force très inégal. C’est ce que met en lumière une étude de Cláudia Girão Barroso sur le parc du remblai de Flamengo. On y prend la mesure de l’intensité des transformations subies par le projet original au fil des années, tant en ce qui concerne la masse végétale que le programme architectural et urbanistique. La privatisation progressive de certains secteurs s’est bien produite, en dépit des discours de préservation exigeant le maintien du caractère public du parc et des servitudes non ædificandi sur les parties non bâties (Girão 2011a et 2011b).

57D’autres exemples de pressions populaires ayant rencontré, celles-ci, un réel succès ont pu être analysés. C’est le cas de la mobilisation autour du jardin d’essais botaniques de Rabat-Salé, au Maroc, présentée par Gaëlle Gillot (2005). Ce parc d’acclimatation créé en 1914 était à l’abandon lorsqu’une menace concrète de construction d’un bâtiment sur les lieux poussa les habitants des environs à s’organiser au sein d’une association afin de s’y opposer. La patrimonialisation du jardin fut le chemin pour, selon les mots de Gillot, combattre la spéculation immobilière. En 1992, il fut enfin inscrit au patrimoine national du Maroc et plusieurs départements de l’université s’engagèrent à en faire un jardin botanique orienté vers la recherche.

  • 39 « Nova Marina da Glória é inaugurada e devolve orla marítima ao Rio ». Sur cet épisode, voir Girão (...)
  • 40 Pour une histoire du concept de gentrification urbaine, voir Rubino (2009).
  • 41 Certains usages populaires du Parc (barbecues, vendeurs ambulants) ont été présentés comme des prob (...)

58Ainsi l’appropriation de la préservation du patrimoine peut passer par des mouvements sociaux urbains qui en font un instrument de lutte lors des conflits pour le droit à la ville, entendu ici comme droit à un logement digne, à une mobilité aisée, et à l’utilisation d’espaces publics de loisirs, de travail et de services à proximité de son lieu de résidence. L’historiographie de la patrimonialisation, au Brésil, considère le plus souvent les années 1980 comme le moment où sont apparus ces types d’appropriation, ce que corroborent divers exemples associant les luttes pour la qualité de la vie urbaine à la sauvegarde du patrimoine (Arnaut 1984 ; Chuva 2012 ; Fonseca 1997 et 2003 ; Marins 2016 ; Motta 2017 ; etc.). C’est depuis la même époque, nous l’avons vu, que le parc de Flamengo subit des pressions issues de ces conflits urbains et que différents protagonistes, pas toujours liés aux mouvements sociaux, ont eu recours aux dispositifs du patrimoine. Dans ce contexte, les tensions sont principalement apparues autour de la marina de Gloria. De fait, en 2016, la mairie y a fait installer des rampes de libre accès des embarcations à la baie de Guanabara, accompagnées d’un nouveau bâtiment abritant des restaurants et d’autres services39. La pression immobilière sur cette zone a ainsi renforcé la tendance à une sorte de gentrification de l’usage de l’espace public40 exploité commercialement au bénéfice d’une élite urbaine41.

59Les tensions se sont prolongées tout au long des années 2000 alors que Rio de Janeiro était en proie à une succession ininterrompue d’interventions urbaines. C’est dans ce contexte que la mairie, motivée par la tenue des J.O. en 2016, a coordonné le dépôt de la candidature de Rio au patrimoine mondial de l’Unesco dans la catégorie « paysages culturels ».

  • 42 Procès-verbal de la 50e réunion du Conseil consultatif du patrimoine culturel (Arquivo Central do I (...)

60Lors d’une réunion du Conseil consultatif du patrimoine culturel, en 200642, le conseiller Ulpiano Bezerra de Meneses critiqua le concept même de « paysage culturel », mettant ainsi en évidence les tensions entourant l’usage de cette catégorie et les conséquences qu’elles pourraient avoir sur la candidature de Rio de Janeiro au patrimoine mondial. Il expliqua que tout paysage résultant de l’intervention humaine est, par définition, culturel et que lui accoler cette épithète revient à se satisfaire d’une tautologie. Il ajouta que le paysage doit être distingué du fait géomorphologique dont il est une « appropriation culturelle » par le biais d’une « intervention humaine » :

  • 43 Id., p. 34, c’est nous qui soulignons.

L’intervention humaine ne se résume pas à la seule intervention sur la forme. L’intervention humaine sur le fait géomorphologique mobilise trois dimensions très différentes pouvant ou non s’articuler : appropriation de la forme, avec ici une altération de la substance même, appropriation de la fonction et appropriation de la signification.43

61Ne pas reconnaître cette distinction avait à ses yeux des implications préjudiciables sur l’usage du concept de paysage culturel :

  • 44 Ibid., p. 35.

Nous pourrons voir très prochainement apparaître la dualité suivante : d’un côté, le patrimoine culturel immatériel, qui est le lieu des vivants, des acteurs de la culture, en tant que réalité en action et patrimoine des communautés ; d’un autre côté, dans un autre tiroir, nous aurons le cimetière culturel, qui constituera le patrimoine culturel matériel, le patrimoine des lieux de mémoire. [...] Nous exclurons ainsi le patrimoine de l’espace où il fait réellement sens pour la vie humaine, à savoir dans le quotidien et dans l’univers du travail.44

62Selon Meneses, cette contradiction présente dans le concept même de paysage culturel repose sur une série de fausses dichotomies : séparation entre corps et âme, entre forme et fonction, entre matière et signification, entre nature et culture. Pour en sortir, il est nécessaire d’impliquer les sujets qui produisent et utilisent les paysages pour mieux identifier les fonctions et les significations à travers lesquelles se jouent leurs appropriations.

63Cette analyse critique a été examinée dans les débats sur la fonction sociale du patrimoine (Chuva 2012 ; Meneses 2009 ; Fonseca 2003). Lors de la conférence d’ouverture du Premier Forum national du patrimoine culturel, en 2009 à Ouro Preto, Ulpiano Meneses critiqua à nouveau cette séparation entre patrimoine matériel et immatériel. Il est possible de considérer avec Meneses (2009, 39) que le champ du patrimoine est éminemment politique, « dans le sens de la polis [...], de ce qui était géré conjointement par les citoyens ». Il constitue un espace où les valeurs doivent être « énoncées, explicitées, fondées » mais, également, « proposées, refusées, transformées – non imposées ». La séparation entre nature et culture n’a donc aucun sens dans le contexte du patrimoine qui renvoie aux appropriations et non à l’essence des choses.

64Quel fut le rôle attribué au parc du remblai de Flamengo dans la proposition ayant mené à l’inscription de Rio de Janeiro au patrimoine mondial de l’Unesco, dans la catégorie paysage culturel ?

65Il est ici hors de propos d’examiner en détail l’ensemble du dossier de candidature ou encore les débats conceptuels tenus dans le cadre de sa rédaction qui a impliqué différents secteurs de la société civile et des pouvoirs publics. Il s’agit simplement de chercher à comprendre pourquoi une place d’honneur a été réservée au parc de Flamengo dans l’argumentaire qui y était développé et qui visait à construire une image de la ville privilégiant sa beauté naturelle et ses paysages exubérants.

  • 45 Cette image se retrouve sous les plus diverses formes. Elle a tellement été reproduite qu’elle est (...)

66Cette image de Rio, forgée il y a presque un siècle, a été depuis fréquemment réactivée dans les registres et les médias les plus divers, au point de se transformer dans certains contextes en la représentation même de la nation brésilienne45. On peut affirmer que les classements par l’Iphan de biens naturels dans les quartiers centraux et méridionaux de la ville contribuèrent à sa construction. Cela commença en 1938 avec les Morros da cidade regroupant les diverses collines de Rio de Janeiro puis, en 1973, avec le Morro do Pão de Açúcar [Pain de sucre], le Morro da Urca, le Morro da Babilônia, le Corcovado, les Dois Irmãos, la Pedra da Gávea, le Morro Cara de Cão et le Horto Florestal.

  • 46 Dossier Rio 2011, p. 16-18.

67Le parc de Flamengo, quant à lui, fut exploité de diverses manières dans la construction des significations et des valeurs répertoriées dans la proposition retenue par l’Unesco : en tant que « chef-d’œuvre du génie créatif humain » (le projet paysager de Roberto Burle Marx) ; comme « l’une des réalisations les plus réussies » d’un urbanisme moderne particulièrement mis en avant dans le dossier et associé à une école carioca encore hégémonique ; ou encore en tant que « production paysagiste exceptionnelle » et « icône du paysagisme moderniste brésilien »46.

  • 47 Id., p. 8.

68Dans cet argumentaire, le parc de Flamengo faisait partie des cinq éléments cités comme attributs d’« authenticité et intégrité » du paysage culturel de Rio de Janeiro, aux côtés du parc national de Tijuca, du Jardin botanique, de l’entrée de la baie (forts historiques, Pain de sucre et anse de Botafogo) et de la plage de Copacabana. Comme on peut le voir, tous ces sites sont composés de végétation et/ou insérés dans des contextes naturels comme la mer ou la montagne. Ils étaient désignés comme constituant les secteurs A et B. Le secteur C se référait quant à lui au « paysage urbain » et avait été défini comme « zone-tampon »47.

69Il convient de souligner que toutes les zones incluses dans le site délimité comme « paysage culturel de Rio de Janeiro » étaient et sont propriété de la République fédérale du Brésil, en fonction d’une stratégie visant à faciliter la mise en œuvre de la proposition. Cela ne signifie toutefois pas que ces secteurs étaient exempts des problèmes sociaux et urbains dont souffre la ville, ce dont on peut trouver des indices dans le dossier lui-même.

  • 48 Comme on peut le voir dans la référence au tourisme de masse dans le Parc national, où il est affir (...)

70Les utilisations ou omissions du terme « favela » en sont un bon exemple. En tant que lieu de résidence on lui avait préféré « communauté », suivant en cela les revendications des mouvements sociaux qui luttaient contre la stigmatisation attachée à ce vocable ou à celui de favelados pour en désigner les habitants. Il s’agissait là d’une révision de la signification culturelle de ces mots48. D’un autre côté, « favela » était explicitement utilisé lorsqu’il s’agissait de dénoncer un mode d’occupation illégal des versants des différentes collines des zones-tampons du secteur C. On retrouve des ambiguïtés analogues dans l’emploi des termes « habitants et touristes », toujours associés, pour désigner les usagers actuels des sites retenus, sans aucune distinction entre ces catégories ni en leur sein, comme si leurs intérêts, revendications ou besoins étaient partout et toujours les mêmes. La catégorie « habitants » n’apparaît seule que lorsqu’elle fait référence aux us et coutumes du passé.

  • 49 Ibid., p. 21.

71De la même manière, le dossier n’aborde jamais en détail le quotidien complexe de la ville ni les usages qui y ont cours en matière de logement d’une population qui, en 2017, dépassait déjà les six millions d’habitants. On préférait l’idéalisation de « l’homme carioca »49.

72Le parc de Flamengo est cité à maintes reprises dans le dossier, en particulier pour ses attributs formels – paysagers, naturels, architecturaux –, tels que les œuvres de Reidy et Burle Marx les expriment. Par contre, la richesse des appropriations des ce lieu si moderne et si populaire sont ignorées alors que leurs multiples facettes constituent un échantillon pertinent des pratiques culturelles des sujets luttant pour le droit à la ville. Ce n’est qu’ainsi que la valeur sociale – ayant en son temps motivé l’inscription du parc au patrimoine aux côtés des valeurs paysagères et esthétiques – aurait pu être remise au goût du jour, dans un effort de réconciliation entre les citoyens et les images/représentations de leur ville.

  • 50 Selon Cardoso (2016, 98), c’est cet aspect qui aurait motivé le rejet par l’Unesco de la candidatur (...)

73Les négociations visant à créer un consensus autour de la candidature de Rio de Janeiro ont évidemment eu à souffrir des tensions qui s’étaient intensifiées dans le contexte des réformes urbaines entreprises pour accueillir les Jeux olympiques. Le recours au patrimoine a été régulièrement utilisé par les différents protagonistes des luttes afférentes au projet urbain (Tavares & Castro 2016). On voit clairement dans le dossier l’intention de rendre invisible les zones urbaines précarisées et, en particulier, les favelas rebaptisées « communautés » ou reléguées dans les « zones-tampon ». Pour Flora Cardoso (2016), ce choix était en phase avec l’opinion de ceux qui, à l’Unesco et dans le cadre de la Convention du patrimoine mondial, ne reconnaissaient pas les caractéristiques urbaines dans les paysages à valeur patrimoniale50. Pour eux, le fait qu’un paysage soit urbain indiquait en soi l’inexistence de valeur patrimoniale. Reprenons ici les leçons d’Ulpiano Meneses : au final, pour qui parlons-nous de patrimoine et de paysage ?

74La gentrification des usages, avons-nous vu, avait modifié le quotidien et le public du Remblai. On peut également supposer que c’est à partir de la création du parc de Flamengo que s’est peu à peu imposée la spéculation immobilière dans la zone. Il ne s’agit toutefois pas de comprendre ces dynamiques sous le seul angle d’une politique d’exclusion. Comme l’a bien exprimé Silvana Rubino (2009, 37), l’embellissement « est une facette délicate des dynamiques urbaines qui, en même temps qu’elle affirme la valeur et le rôle de la ville, rappelle que l’air de celle-ci ne libère que ceux qui savent y vivre et le peuvent ».

Premières conclusions : dans l’arène du patrimoine

75Il ne suffit pas de pointer du doigt la spéculation immobilière comme étant l’ennemi traditionnel du patrimoine dans la lutte mythique de ce dernier en défense de la ville, il faut également mettre en lumière les intérêts, les visions et les positions en jeu dans les conflits agitant la gestion de la cité patrimonialisée. À cette fin, les différents acteurs constituant le champ disparate du patrimoine doivent être nommés, et les divers bénéficiaires de la patrimonialisation, telle qu’elle est mise en œuvre dans chaque situation spécifique, doivent être connus, identifiés, explicités, tout comme les nombreuses strates de valeurs, de significations et d’intérêts qui orientent ceux qui descendent dans cette arène conflictuelle que constitue le champ du patrimoine.

76En posant la candidature de Rio de Janeiro dans la catégorie « paysage culturel », le comité a mis l’accent sur ses aspects plastiques, esthétiques et paysagers – comme dans le cas du parc de Flamengo – au détriment de la reconnaissance de ses populations et de leurs différentes manières d’habiter la ville, dans les favelas ou en dehors, pour y rendre possible leur vie au quotidien.

77La lecture proposée ici du parc de Flamengo en tant que patrimoine esthétique, social et paysager de Rio conduit à une réflexion sur la fonction sociale du patrimoine, directement liée au droit à la ville. Penser la construction du paysage urbain, c’est se pencher sur les hiérarchies sociales, sur les exclusions, sur la gentrification. Les innombrables interventions urbanistiques des XXe et XXIe siècles nous obligent à mettre en perspective la notion de spéculation immobilière. Celle-ci porte des projets concurrents et constitue un mode de gestion de la ville autorisé et intéressé. C’est pourquoi ses agents doivent être désignés, tout comme les programmes, projets, normes et lois qui leur permettent d’agir légalement ou en s’immisçant dans les brèches de la loi. Il sera ainsi possible de mieux comprendre les relations entre patrimonialisation et marchandisation de la cité, et de mettre en perspective les différentes fonctions du patrimoine qui se confrontent dans cette arène sans être toujours connectées à sa fonction sociale.

78Il a été également possible de confirmer la prédominance de la perspective esthétique paysagère dans la protection des paysages et jardins historiques du Brésil, accompagnée d’un faible investissement dans la production de connaissances relatives à la masse végétale qui les compose et de ses façons d’être, de vivre, de se reproduire et de se transformer en dialogue avec les expériences des usagers. Cela conduit aux différentes manières selon lesquelles les paysages peuvent être appropriés et, donc, aux significations et aux fonctions qui vont bien au-delà d’une simple forme. Il faut connecter le corps et l’âme pour dépasser la division néfaste entre patrimoine matériel et immatériel, et révéler les images d’une cité multiple, contradictoire et complexe.

79C’est ainsi que le Remblai, métonymie de la ville, frontière physique et symbolique de formes, significations et fonctions, patrimoine qui résiste, rencontre la mer et le paysage urbain de Rio de Janeiro.

Haut de page

Bibliographie

Abreu, Maurício de. 1988. Evolução urbana do Rio de Janeiro. Rio de Janeiro: Iplan-Rio/Zahar.

Aguiar, Leila Bianchi. 2006. « Turismo e preservação do patrimônio cultural no Brasil. » Thèse de doctorat en histoire. Niterói : Université fédérale Fluminense (UFF).

Arnaut, Jurema Kopke Eis. 1984. « Morro da Conceição, Rio: uma proposta de preservação sem tombamento. » Revista do Patrimônio Histórico e Artístico Nacional 19: 97-111.

Burle Marx, Roberto. 2004. « A função do jardim. » In Roberto Burle Marx: arte e paisagem (conferências escolhidas), dirigé par José Tabacow, 206-213. São Paulo: Studio Nobel.

Campos, Pedro Henrique Pedreira. 2014. Estranhas catedrais: as empreiteiras e a ditadura civil-militar, 1964-1988. Rio de Janeiro: EDUFF/Faperj.

Cardoso, Flora. 2016. « Rio de Janeiro patrimônio mundial: a “invisível” paisagem entre a montanha e o mar. » Dissertation de mestrado en architecture et urbanisme. Recife : Université fédérale de Pernambuco (UFPE).

Cavalcanti, Lauro. 1995. As preocupações do belo. Rio de Janeiro: Taurus.

Cavalcanti, Lauro. 2001. Quando o Brasil era moderno: guia de Arquitetura (1928-1960). Rio de Janeiro: Aeroplano.

Chuva, Márcia Regina Romeiro. 2003. « Fundando a nação: a representação de um Brasil barroco, moderno e civilizado. » Topoi 4 (7): 313-333.

Chuva, Márcia Regina Romeiro. 2009. Os arquitetos da memória: sociogênese das práticas de preservação do patrimônio cultural no Brasil. Rio de Janeiro: Ed. UFRJ.

Chuva, Márcia Regina Romeiro. 2012. « Por uma história da noção de patrimônio cultural no Brasil. » Revista do Patrimônio Histórico e Artístico Nacional 34: 147-165.

Chuva, Márcia Regina Romeiro. 2014. « Patrimônio cultural no Brasil: proteção, salvaguarda e tutela. » In Tutela: formação do Estado e tradições de gestão no Brasil, dirigé par Antonio Carlos de Souza Lima, 201-218. Rio de Janeiro: e-papers.

Costa, Lúcio. 1937. « Documentação necessária. » Revista do Serviço do Patrimônio Histórico e Artístico Nacional 1: 31-39.

Costa, Lúcio. 1941. « Arquitetura dos jesuítas no Brasil. » Revista do Serviço do Patrimônio Histórico e Artístico Nacional 5: 9-103.

Elias, Norbert. 1989. O processo civilizador: uma história dos costumes. Rio de Janeiro: Jorge Zahar [éd. orig. (1939) : Über den Prozeß der Zivilisation: soziogenetische und psychogenetische Untersuchungen. Bâle: Haus zum Falken].

Faria, Rodrigo de. 2017. « Concepção e urbanização do Aterro do Flamengo: o debate técnico e intelectual entre a engenharia e a arquitetura moderna. » Revista do Arquivo Geral da Cidade do Rio de Janeiro 12: 101-121.

Ferreira, Alda de Azevedo & Fernando Ono. 2016. « Passeio de Copacabana: o limite do discurso do jardim moderno de Roberto Burle Marx na paisagem cultural carioca. » In Jardins históricos: intervenção e valorização do patrimônio paisagístico, dirigé par Ana Pessoa & Douglas Fasolato, 197-211. Rio de Janeiro: Fundação Casa de Rui Barbosa. Disponible sur : http://www.casaruibarbosa.gov.br/arquivos/file/Seminarios/comunicacoes_JardinsHistoricos_2016.pdf (consulté le 5 novembre 2017).

Fonseca, Maria Cecília Londres. 1997. O Patrimônio em processo – trajetória da política federal de preservação no Brasil. Rio de Janeiro: UFRJ/Iphan.

Fonseca, Maria Cecília Londres. 2003. « Para além da pedra e cal: por uma concepção ampla de patrimônio cultural. » In Memória e patrimônio: ensaios contemporâneos, dirigé par Regina Abreu & Mário Chagas, 56-76. Rio de Janeiro: DP&A.

Gillot, Gaelle. 2005. « La nature urbaine patrimonialisée : usage et perception. Le cas de deux jardins marocains. » In Habiter le patrimoine : sens, vécu, imaginaire, dirigé par Maria Gravari-Barbas, 105-124. Rennes : PUR.

Girão, Cláudia. 2011a. « Parque do Flamengo, Rio de Janeiro, Brasil: o caso da marina – parte 1. » Arquitextos 12 (135.1). Disponible sur : http://www.vitruvius.com.br/revistas/read/arquitextos/12.135/4014 (consulté le 13 novembre 2017).

Girão, Cláudia. 2011b. « Parque do Flamengo, Rio de Janeiro, Brasil: o caso da marina – parte 2. » Arquitextos 12 (136.1). Disponible sur : http://www.vitruvius.com.br/revistas/read/arquitextos/12.136/4048 (consulté le 13 novembre 2017).

IAB – Instituto de arquitetos do Brasil. 2015. « Exposição homenageia os 50 anos do Aterro do Flamengo. » Disponible sur : http://www.iab.org.br/noticias/exposicao-homenageia-os-50-anos-do-aterro-do-flamengo (consulté le 24 août 2017).

Leal, Cláudia, dir. 2009. Consultores da Unesco no Brasil: Michel Parent. Rio de Janeiro: Iphan.

Leitchic, Berta. 2002. « Entrevista concedida em 19 de dezembro de 2000. » In Capítulos da memória do urbanismo carioca, dirigé par Américo Freire & Lucia Lippi Oliveira, pp. 40-47. Rio de Janeiro: Folha Seca. Disponible sur : http://cpdoc.fgv.br/producao_intelectual/arq/1251.pdf (consulté le 5 novembre 2017).

Lima, João Franco. 2009. « Ethel Bauzer Medeiros: trajetória no campo da recreação e do lazer. » Dissertation de mestrado en études des loisirs. Belo Horizonte : Université fédérale de Minas Gerais (UFMG).

Lissovsky, Maurício & Paulo Sérgio Moraes de Sá. 1996. Colunas da educação: a construção do Ministério da Educação e Saúde. Rio de Janeiro: Iphan.

Magalhães, Cristiane. 2005. « O desenho da história no traço da paisagem: patrimônio paisagístico e jardins históricos no Brasil – memória, inventário e salvaguarda. » Thèse de doctorat en histoire. Campinas : Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp).

Mahfuz, Edson. 2003. « The Importance of Being Reidy. » Arquitextos 4 (040.03). Disponible sur : http://www.vitruvius.com.br/revistas/read/arquitextos/04.040/652 (consulté le 24 août 2017).

Marins, Paulo César Garcez. 2016. « Novos patrimônios, um novo Brasil? Um balanço das políticas patrimoniais federais após a década de 1980. » Estudos Históricos 29 (57): 9-28.

Meneses, Ulpiano Toledo Bezerra de. 2009. « O campo do patrimônio cultural: uma revisão de premissas. » Conférence prononcée au 1er Forum national de patrimoine culturel, Ouro Preto. Manuscrit.

Motta, Lia. 2017. « Sítios urbanos e referência cultural: a situação exemplar da Maré. » Thèse de doctorat en urbanisme. Rio de Janeiro : Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ).

Motta, Marly. 2000. Saudades da Guanabara. Rio de Janeiro: FGV.

Motta, Marly. 2004. Rio, cidade-capital. Rio de Janeiro: Zahar.

Motta, Marly. 2005. « Carlos Lacerda: de demolidor de presidentes a construtor de Estado. » Nossa história 19: 72-25.

Nascimento, Flávia Brito do. 2016. Blocos de memória: habitação social, arquitetura moderna e patrimônio cultural. São Paulo: Edusp/Fapesp.

Oliveira, Ana Rosa de. 2001. « Bourlemarx ou Burle Marx? » Arquitextos 2 (013.01). Disponible sur : http://www.vitruvius.com.br/revistas/read/arquitextos/02.013/876 (consulté le : 24 août 2017).

Oliveira, Ana Rosa de & Cláudia Maria Girão Barroso. 2006. « SOS Parque do Flamengo. » Minha Cidade 6 (070.01). Disponible sur : www.vitruvius.com.br/minhacidade/mc162/mc162.asp (consulté le 24 août 2017).

Paiva, Maria das Graças de Menezes. 1995. Sociologia do turismo. Campinas: Papirus.

Pessôa, José, dir. 1999. Lucio Costa: documentos de trabalho. Rio de Janeiro: Iphan.

Pontual, Virgínia & Rosane Piccolo. 2008. « A demolição e a conservação das áreas centrais: planos, leis e transformações morfológicas no Recife, Brasil. » Annales du X Colloque international de géo-critique. Barcelone : Université de Barcelona. Disponible sur : http://www.ub.edu/geocrit/-xcol/124.htm (consulté le 5 novembre 2017).

Rialland, Olivier. 2000. « La patrimonialisation des parcs et jardins remarquables : de conflits en consensus ? » Norois 47 (185) : 151-166.

Rubino, Silvana. 2009. « Enobrecimento urbano. » In Plural de cidade: novos léxicos urbanos, dirigé par Carlos Fortuna & Rogério Proença, 25-40. Coimbra: Almedina,/CES.

Scifoni, Simoni. 2006. « A construção do patrimônio natural. » Thèse de doctorat en géographie. São Paulo : Université de São Paulo (USP).

Smith, Laurajane. 2006. Uses of Heritage. Londres & New York: Routledge.

Tavares, Maria Goretti & Cleber Augusto Trindade Castro. 2016. « A patrimonialização como processo de produção social do espaço urbano. » Sociedade e Território 28 (2): 117-135.

Teixeira da Silva, Francisco Carlos. 2000. « A modernização autoritária: do Golpe militar à redemocratização 1964/1984. » In História geral do Brasil, dirigé par Maria Yedda Linhares, 252-295. Rio de Janeiro: Campus.

Thompson, Analucia. 2015. « Campo cultural e contexto histórico: nomes do Iphan. » In Um panorama do campo da preservação do patrimônio cultural, dirigé par Lia Motta, 9-86. Rio de Janeiro: Iphan/DAF.

Haut de page

Notes

1 Au fil de ce texte, j’utiliserai indistinctement les dénominations parc de Flamengo (Parque do Flamengo), Remblai (Aterro), remblai de Flamengo (Aterro do Flamengo), ou parc du remblai de Flamengo (Parque do Aterro do Flamengo).

2 En 2015, fut inaugurée l’exposition « Jardins da Memória » [Jardins de la mémoire], sous la direction de l’architecte Margareth Pereira, à l’occasion du cinquantième anniversaire du remblai de Flamengo (IAB 2015).

3 Les équipements sportifs sont les suivants : terrains de football ; pistes de skateboard, de patinage, de bicross et d’aéromodélisme ; bassin de navimodélisme ; pistes cyclables ; terrains de volley-ball, de basket-ball, de futsal, de tennis et de gateball ; parcs de jeux pour les enfants ; parkour ; postes de sauvetage et plage. Les équipements à caractère culturel sont : le Musée d’art moderne (MAM) et le monument aux morts de la Seconde Guerre mondiale (constructions antérieures intégrées au projet du parc) ; la marina de Glória ; le théâtre de marionnettes ; l’amphithéâtre ; le kiosque à musique ; les pavillons récréatifs ; le monument à Estácio de Sá ; les kiosques d’alimentation et les restaurants.

4 L’actuel Institut du patrimoine historique et artistique national [Instituto do Patrimônio Histórico e Artístico Nacional], Iphan, a eu d’autres noms, tels que Sphan (Service du patrimoine historique et artistique national), lors des premières années de son fonctionnement, et Dphan (Direction du patrimoine historique et artistique national). Nous avons choisi d’utiliser la dénomination en vigueur à chaque période évoquée et de respecter les graphies apparaissant dans la documentation consultée. Voir à ce propos Thompson (2015).

5 Dans ce texte, « ville moderne », tout comme l’expression « architecture moderne » (avec les variantes « jardins modernes », « esthétique moderne », « urbanisme moderne » ou « biens architecturaux et paysagers modernes »), se réfère toujours au mouvement de l’Architecture moderne né au début du XXe siècle et dont Le Corbusier, et son architecture rationaliste, est le nom le plus emblématique. Au Brésil, plusieurs architectes ont adhéré à ce mouvement, notamment les membres de l’École carioca dont il est question ici (Ndt).

6 Sur le concept de modernisation autoritaire, voir Teixeira da Silva (2000).

7 La Companhia Urbanizadora da Nova Capital [Compagnie d’urbanisation de la nouvelle capitale, Novacap] était l’organisme responsable de la construction de Brasília. Rio de Janeiro fut ainsi surnommée Belacap lorsqu’elle perdit le statut de capitale de la république, en opposition à Novacap, qui devint également le surnom de Brasília.

8 Affonso Eduardo Reidy était architecte au département d’urbanisme de la mairie de Rio de Janeiro. Né à Paris et résidant à Rio de Janeiro, il fut l’un des pionniers de l’architecture moderne et fut primé à la Biennale d’architecture de 1953 pour le projet de l’ensemble résidentiel carioca Conjunto Habitacional do Pedregulho. Décédé le 10 août 1964, il ne vit pas l’inauguration et le classement du Parc (Mahfuz 2003).

9 Le projet d’illumination du Remblai était l’œuvre du designer étasunien Richard Kelly, qui créa les fameux poteaux que l’on retrouve encore aujourd’hui. Les études hydrographiques pour la construction de la plage artificielle de Flamengo ont été réalisées par le Laboratoire national de génie civil de Lisbonne, et les travaux exécutés par la Superintendance d’urbanisation et d’assainissement (Sursan), sous la supervision de l’ingénieure Berta Leitchic (Archives centrales de l’Iphan, s. d.).

10 Ethel Bauzer Medeiros est pédagogue et spécialiste du domaine des loisirs. Elle est titulaire d’un master en sciences de l’éducation, obtenu en 1949 à Northwestern University, Illinois. Elle a travaillé à la formation des professionnels des loisirs au Serviço Social da Indústria [Service social de l’industrie], SESI, et au Serviço Social do Comércio [Service social du commerce], SESC, qui dépendent de la Fédération des industries de Rio de Janeiro. Elle fut la première directrice de l’Association internationale des loisirs (International Recreation Association) en 1956 et la première présidente de l’Association brésilienne des loisirs (Associação Brasileira de Recreação ABDR). Pour plus d’informations, voir Lima (2009).

11 Au Brésil, c’est l’architecte russe Gregori Warchavchik qui, en 1927, introduisit les jardins dans les projets architecturaux, comme en attestent ses maisons modernistes de São Paulo, dont les jardins avaient été créés par Mirna Klabin.

12 Sur la fonction du jardin, voir également Burle Marx (2004).

13 Selon Rodrigo de Faria, la création de ce groupe de travail ne faisait pas l’unanimité au sein du département d’urbanisme de la mairie. Dans un article publié en 1963, José de Oliveira Reis délégitimait les affirmations de Maria Carlota de Macedo Soares, qui proférait selon lui des « opinions dénuées de sens sur des choses qu’elle ignorait ». Cf. Reis apud Faria (2017, 110).

14 Lacerda joua un rôle décisif dans les événements qui menèrent au suicide de Getúlio Vargas et également dans l’organisation du mouvement qui précéda la destitution du président João Goulart et l’installation de la dictature civile et militaire en 1964 (Motta 2000 et 2004).

15 La liste des biens classés par l’Iphan se trouve sur son site. Cf. Instituto do patrimônio histórico e artístico nacional. Bens tombados e processos de tombamento em andamento. Disponible sur : http://portal.iphan.gov.br/uploads/ckfinder/arquivos/Lista%20Bens%20Tombados%20Dez%202015.pdf (consulté le 24 août 2017).

16 Archives centrales de l’Iphan, Procédure n° 748-T-64 (Parc de Flamengo). Le document est composé de trois volumes (le troisième n’était pas disponible lors de ma visite). Le parc de Flamengo est aussi inscrit au patrimoine municipal (Loi n° 2.287 du 4 janvier 1995) sous son nom officiel : Parque Brigadeiro Eduardo Gomes.

17 Cf. Procédure n° 748-T-64.

18 Id., c’est nous qui soulignons.

19 Ibid., c’est nous qui soulignons.

20 Ibid., c’est nous qui soulignons.

21 Ibid., c’est nous qui soulignons.

22 Procès-verbal de la 44e réunion du Conseil consultatif du patrimoine historique et artistique national (Arquivo Central do Iphan, Processo n° 748-T-64, Parque do Flamengo, Ata da 44ª reunião do Conselho Consultivo do Patrimônio Histórico e Artístico Nacional, Rio de Janeiro, 20 avril 1965). Sur le fonctionnement de ce Conseil, voir Chuva (2014).

23 Voir le rapport de Renato Soeiro apud Nascimento (2016, 99). Voir également le rapport de Lucio Costa dans le cadre de la Procédure n° 672-T-62 (Cathédrale de Brasília), reproduit dans Pessôa (1999).

24 Les sites Bosque Schmalz, à Joinville, Passeio Público de Fortaleza (tous deux en 1965) et Floresta da Tijuca (en 1967) composent avec le parc de Flamengo, le premier groupe de biens paysagers inscrits au Patrimoine archéologique, ethnographique et paysager (Magalhães 2005).

25 Embratur a été créée en 1966 comme entreprise publique liée au ministère de l’Industrie et du Commerce et est devenue l’Institut brésilien du tourisme durant le gouvernement de Fernando Henrique Cardoso (1995-2003).

26 Enaldo Cravo Peixoto, « Urbanização do Parque do Flamengo », Módulo, Rio de Janeiro, n° 37, août 1964.

27 Id., p. 28.

28 Ibid., p. 31.

29 Ibid., p. 31.

30 Après cette destruction il ne reste qu’un petit bout de colline avec le couvent et l’église de Santo Antônio classés par le Sphan en 1938.

31 Ethel Bauzer Medeiros, « Um milhão de metros quadrados para recreação pública », Arquitetura, Rio de Janeiro, n° 29, 1964.

32 Id., p. 19. On peut comprendre l’invention de ces nouvelles habitudes comme faisant partie du processus au long cours de domestication des corps et de réglementation de l’usage du temps libre et de l’espace public. Voir, entre autres, Elias (1989).

33 Ibid., p. 19.

34 Le dossier de candidature a été publié par le Comitê técnico da candidatura do Rio a patrimônio mundial [Comité technique de la candidature de Rio au patrimoine mondial] sous le titre « Dossiê do Rio de Janeiro: paisagens cariocas entre o mar e a montanha » [Dossier de Rio de Janeiro : paysages cariocas entre mer et montagne] (Rio de Janeiro : Iphan, 2011). Dorénavant cité Dossier Rio 2011. Disponible sur : http://portal.iphan.gov.br/uploads/ckfinder/arquivos/Dossi%C3%AA%20portugu%C3%AAs%2028%20mar%C3%A7o%202011%20RJ.pdf (consulté le 31 mai 2017).

35 Procès-verbal de la 23e réunion du Conseil consultatif du patrimoine culturel (Arquivo Central do Iphan, Processo n° 748-T-64, Parque do Flamengo, Ata da 23ª reunião do Conselho Consultivo do Patrimônio Cultural, Rio de Janeiro, 10 août 2000, p. 21-22).

36 À propos des pressions pour la transformation du parc de Flamengo, voir Oliveira & Barroso (2006), ainsi que Girão (2011a et 2011b). Voir également « Nova Marina da Glória é inaugurada e devolve orla marítima ao Rio », Globo.com, G1, 7 avril 2016. Disponible sur : http://g1.globo.com/rio-de-janeiro/noticia/2016/04/nova-marina-da-gloria-e-inaugurada-e-devolve-orla-maritima-ao-rio.html (consulté le 24 août 2017).

37 Procès-verbal de la 50e réunion du Conseil consultatif du patrimoine culturel (Arquivo Central do Iphan, Processo n° 748-T-64, Parque do Flamengo, Ata da 50ª reunião do Conselho Consultivo do Patrimônio Cultural, Rio de Janeiro, 9 novembre 2006).

38 Lettre de Maria Guilhermina de Alexandre, présidente de l’Associação Moradia Digna nas Áreas Centrais, Procès-verbal de la 50e réunion du Conseil consultatif du patrimoine culturel, Id.

39 « Nova Marina da Glória é inaugurada e devolve orla marítima ao Rio ». Sur cet épisode, voir Girão (2011a et 2011b) et Oliveira & Barroso (2006).

40 Pour une histoire du concept de gentrification urbaine, voir Rubino (2009).

41 Certains usages populaires du Parc (barbecues, vendeurs ambulants) ont été présentés comme des problèmes et comme des facteurs préjudiciables à sa préservation. Le Comité technique de la candidature de Rio au patrimoine mondial a précisé : « Le plan directeur du parc définira un règlement pour éviter les pratiques inadaptées. » (Dossier Rio 2011, p. 66)

42 Procès-verbal de la 50e réunion du Conseil consultatif du patrimoine culturel (Arquivo Central do Iphan, Processo n° 748-T-64, Parque do Flamengo, Ata da 50ª reunião do Conselho Consultivo do Patrimônio Cultural, Rio de Janeiro, 9 novembre 2006).

43 Id., p. 34, c’est nous qui soulignons.

44 Ibid., p. 35.

45 Cette image se retrouve sous les plus diverses formes. Elle a tellement été reproduite qu’elle est considérée comme allant de soi. À titre d’illustration, on peut citer le personnage Zé Carioca, créé par les studios Walt Disney dans les années 1940 ou le film d’animation « Rio, the movie », réalisé par Carlos Saldanha et produit par 20th Century Fox et Blue Sky Studios en 2011.

46 Dossier Rio 2011, p. 16-18.

47 Id., p. 8.

48 Comme on peut le voir dans la référence au tourisme de masse dans le Parc national, où il est affirmé que « cette activité garantit des revenus à environ 30% des habitants des communautés alentours, conformément aux données du Rapport d’activité 2000-2008 de Riotur, l’organisme municipal de promotion du tourisme de Rio de Janeiro » (Ibid., p. 83). C’est nous qui soulignons.

49 Ibid., p. 21.

50 Selon Cardoso (2016, 98), c’est cet aspect qui aurait motivé le rejet par l’Unesco de la candidature de la ville de Buenos Aires.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Plan du projet du remblai de Flamengo
Crédits Source : volume II de la Procédure de classement n° 0748-T-64, archives centrales de l’Iphan, Rio de Janeiro.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2364/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 17M
Légende Figure 2 – Auteur inconnu. Vue aérienne du Parc de Flamengo en construction.
Crédits Source : volume I de la Procédure de classement n° 0748-T-64. Archives centrales de l’Iphan, Rio de Janeiro.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2364/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Márcia Regina Romeiro Chuva, « Le Parc de Flamengo : projeter la ville en dessinant le patrimoine », Brésil(s) [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 29 novembre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/bresils/2364 ; DOI : 10.4000/bresils.2364

Haut de page

Auteur

Márcia Regina Romeiro Chuva

Márcia Regina Romeiro Chuva est historienne, professeure à l’Université fédérale de l’État de Rio de Janeiro (UNIRIO) dans le département d’histoire et dans le programme de 2e et 3e cycles d’histoire. Elle enseigne aussi dans le mestrado professionnel en patrimoine culturel de l’Institut du patrimoine historique et artistique national (PEP-Iphan).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals