Navigation – Plan du site
Dossier – Parcs et jardins

En quête d’eau douce : des éoliennes étatsuniennes dans les jardins de Fortaleza

À procura d’água : cata-ventos americanos nos jardins de Fortaleza
Searching for Water : American Windmills in the Gardens of Fortaleza
Aline de Figueirôa Silva
Traduction de Simon Berjeaut

Résumés

Cet article étudie la relation entre les spécificités du milieu naturel et la culture des jardins publics, entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle, dans la ville de Fortaleza, située dans la région du Nordeste brésilien. Il aborde, en premier lieu, la question des espèces végétales et des arbres utilisés ainsi que la création des lacs dans les jardins publics, en rapport avec la question de l’eau et de l’ensoleillement dans la ville. Il se penche ensuite sur la présence d’éoliennes (ou roues à vents) étatsuniennes, en décrivant leur origine, leur utilité pour le pompage de l’eau en sous-sol et son stockage dans des réservoirs métalliques, l’intérêt de ce système pour l’irrigation des jardins. L’article se termine par une analyse des raisons du démantèlement ultérieur de ces dispositifs. L’analyse a été effectuée à partir de documents écrits et iconographiques provenant de journaux, d’albums, de revues, de photographies et de cartes-postales, ainsi que des témoignages de chroniqueurs, de mémorialistes et ouvrages spécialisés dans les éoliennes étatsuniennes. Ce travail vise à élargir le cadre de références disponibles pour l’histoire du paysagisme au Brésil en y introduisant les instruments destinés à l’entretien des jardins.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en octobre 2016 ; approuvé en avril 2017.

Texte intégral

  • 1 Soulignons en particulier les travaux de Kliass (1993), Segawa (1996), Bahls (1998), Mesquita (1998 (...)

1L’étude des jardins brésiliens et l’intérêt pour leur préservation se sont développés depuis la fin des années 1990, comme en témoignent les recherches, les publications et les interventions in situ effectuées. L’histoire du paysagisme est ainsi en train de trouver sa place dans la production universitaire brésilienne en renforçant ses liens avec les premiers travaux hérités des deux siècles précédents1.

2Si, d’un côté, l’on assiste à l’élargissement des espaces géographiques étudiés, on observe, de l’autre, que les approches historiographiques brésiliennes insistent sur l’étude de la diffusion de références paysagères européennes, léguées en particulier par le Paris haussmannien, ainsi que sur les ingénieurs et les paysagistes français qui sont intervenus au Brésil, en particulier dans la région sud-est du pays.

3De ce fait, rares sont les réflexions approfondies sur le rôle des caractéristiques géographiques (morphologiques et climatiques) dans l’implantation des jardins publics au Brésil à partir des dernières décennies du XIXe siècle, sur la manière dont on a cherché à en tirer profit ou sur les conditions mêmes de la survie de ces espaces arborés. Ces aspects ont été délaissés au profit d’approches qui privilégient la filiation formelle entre les jardins brésiliens et européens au cours d’un siècle marqué par l’exploration botanique, la circulation professionnelle, les progrès scientifiques et l’importation d’outils industrialisés.

  • 2 La latitude de Fortaleza est de 3°43’02” Sud, si bien que les variations de température sont très f (...)

4En réponse à cette situation, cet article propose une réflexion sur les liens unissant les caractéristiques du milieu naturel local et la culture des jardins publics au Brésil – les allées plantées, les jardins arborisés, les places et les parcs – entre la fin du XIXe siècle et les trois premières décennies du XXe, en particulier dans la ville de Fortaleza, capitale de l’État du Ceará, située dans le Nordeste brésilien2.

  • 3 Dans le travail de recherche qui a donné lieu à cet article, j’ai identifié les éoliennes d’après l (...)
  • 4 C’est dans son roman Iracema (1865) que José de Alencar (1829-1877) évoque la « cité des Vertes Mer (...)

5Le lien entre, d’un côté, les critères de sélection des espèces végétales et des arbres ainsi que la création de lacs et, de l’autre, les spécificités hydrographiques et l’incidence du soleil sera abordé en premier lieu. Suivra la description des éoliennes, ou roues à vent, de fabrication étatsunienne dans les jardins de Fortaleza3. Je préciserai leur origine, leur utilité pour le pompage de l’eau en sous-sol, stockée dans des réservoirs en fer, l’opportunité de ce système pour l’irrigation des jardins et, enfin, les raisons de leur démantèlement. Célèbre pour ses « vertes mers » vantées par José de Alencar4, la capitale du Ceará s’est dotée de nombreuses éoliennes dès la fin du XIXe siècle. Elles ont été utilisées pour l’approvisionnement en eau douce à la fois pour la consommation domestique et pour l’irrigation des jardins publics et ont fini par être incorporées à la physionomie de la ville.

Le milieu naturel et les jardins de Fortaleza

6La création et l’entretien des jardins relèvent de procédés à la fois naturels et culturels mais restent soumis aux forces de la nature et à l’intervention humaine qui les modèle en recourant à certains éléments vivants et d’autres inertes. La végétation, dans ses différentes strates, et les éléments architecturaux – kiosques à musique, pavillons, fontaines, lacs, bancs, sculptures mais aussi cheminements les reliant et les articulant – en sont des aspects aussi fondamentaux que l’usage qui en est fait par une partie de la population.

7À Fortaleza, le très fort ensoleillement était un facteur important pour la sélection des plantes et des arbres ainsi que pour la manière de les installer. Il fallait produire de l’ombre afin de favoriser le séjour des citadins dans les jardins publics. La végétation était un moyen d’adoucir le climat et de remodeler la physionomie de la ville en favorisant le bien-être de la population, l’esthétique et la salubrité de la ville. Les espèces botaniques et, en particulier, les arbres autochtones ou exotiques que nous trouvons dans ces jardins étaient choisis certes pour leur aspect ornemental (floraison, attribut des ramages, des troncs et des feuillages) mais aussi utilitaire (ombre portée, croissance rapide et résistance à la sècheresse).

  • 5 Ceará Illustrado, n° 28, janvier 1925, [s. p.].Il est important de rappeler que, cette année-là, la (...)
  • 6 Ceará Illustrado, n° 28, janvier 1925, [s. p.].

8Les revues et les journaux des années 1920 et 1930 évoquaient l’arborisation des voies et des jardins de la ville pour louer l’initiative des pouvoirs publics et encourager la population à l’entretenir. À titre d’exemple, un article publié dans le Ceará Illustrado en janvier 1925 réclamait une « place intensément arborisée où, pendant les heures de canicule, la population puisse s’abriter à l’ombre des arbres » et demandait que soient plantés « des manguiers ou d’autres plantes fructifères et exotiques » dans le parc de Liberdade5. L’auteur abordait les avantages du boisement et présentait des arguments favorables au choix de certaines espèces. Il recommandait de redoubler le travail du service d’arborisation au moment de la saison des pluies, la plus opportune pour faciliter « l’enracinement des arbres », qui devraient être choisis parmi « les espèces les plus résistantes à la sécheresse », en évoquant le oitizeiro (Licania tomentosa), le figuier pleureur (Ficus benjamina) et le canafistula (Peltophorum dubium)6.

  • 7 Je remercie mon collègue biologiste Joelmir Marques da Silva, maître et docteur ès développement ur (...)
  • 8 L’architecte José Liberal de Castro est l’auteur de plusieurs travaux sur l’histoire de l’architect (...)
  • 9 Il est fait mention de la présence des mongubeiras dans les espaces publics de la ville dans les té (...)

9Et l’on retrouve bien l’exotique figuier pleureur – une espèce dont la croissance rapide et le ramage dense sont des attributs importants pour garantir une ombre confortable – dans plusieurs jardins de Fortaleza (fig. 1)7. Il en est de même des oitizeiros autochtones (Licania tomentosa) sur la promenade du Passeio Público et dans le parc de Liberdade, ainsi que des badamiers (Terminalia catappa) et des pachiriers aquatiques (Pachira aquatica)8. Ces derniers, autochtones eux aussi, étaient déjà présents dans les espaces publics de la ville, avant même d’être introduits dans les jardins. De nombreux chroniqueurs et écrivains locaux9 y font référence. Il s’agit d’une espèce au feuillage dense et donc très appropriée aux climats chauds. La canafistula (Peltophorum dubium), autochtone, pouvait être observée sur la place du Visconde de Pelotas, devenue jardin en 1933 (Nogueira 1942, 149).

Fig. 1 – Le Passeio Público de Fortaleza (premier plan) ; à droite, rangées de fícus ; à gauche, en partie cachée par un lampadaire, l’éolienne. Carte postale, collection Hugo Segawa, São Paulo.

  • 10 Texte publié à l’origine le 6 août 1930 sous le titre « Fortaleza » dans le Jornal Pequeno, édité à (...)
  • 11 Correio do Ceará, 31 juillet 1930, p. 7.

10L’oitizeiro qui jouxtait l’église de Nossa Senhora do Rosário, dans la place du Général Tibúrcio, permettait, selon le chroniqueur Otacílio de Azevedo (2012 [1980], 129), à tous ceux qui s’arrêtaient à son pied pour discuter de politique, d’art, de religion ou de la vie des uns ou des autres de trouver « sous ses frondaisons un abri rafraichissant contre la canicule ». La présence de ces arbres dans les espaces publics de la ville a également été signalée dans le Correio do Ceará par un voyageur de Recife de passage à Fortaleza en 1930, qui vante « ses jardins plantés dans un goût exquis » et « l’arborisation vaste et élégante qui participe largement à son climat agréable10 ». Un avis, publié par ce journal en juillet de la même année, adressait aux mères de famille « un appel immédiat à envoyer verser, tous les jours, dans la matinée, un sceau d’eau au pied de ces tendres arbres et à inciter leurs enfants à rester amis des plantes11 ». L’excès de soleil et le besoin d’eau constituaient, en effet, de sérieux défis face à l’implantation et à l’entretien des jardins.

  • 12 Gustavo Barroso (1962, 283 et 370), Raimundo Girão (1979, 225 ; 1983, 33), José Liberal de Castro ( (...)

11Les jardins publics de Fortaleza se caractérisent en fait par la rareté des éléments aquatiques d’agrément, peut-être en raison de l’évaporation causée par la prédominance des jours chauds tout au long de l’année, ou encore du fait de l’absence d’un service régulier et d’infrastructures susceptibles d’acheminer de l’eau et/ou à cause du coût de leur entretien. La région a souffert de plusieurs périodes d’intense sécheresse en 1877-1979, 1888, 1900, 1915 et 1919, durant lesquelles des mesures exceptionnelles ont dû être prises : forage de puits à usage public, mise en œuvre de chantiers d’urgence afin d’employer les émigrés venus du sertão en leur offrant du travail et de la nourriture12. La grande sécheresse de 1877-1879 fut catastrophique pour la Ceará Water Work Company Limited, l’entreprise chargée du service d’approvisionnement en eau de Fortaleza, qui se trouvait du reste déjà en crise (Girão 1983, 29 ; Ponte 1999, 82).

12Pour lutter contre ces catastrophes climatiques, certains rapports suggérèrent de profiter des ressources naturelles pour créer un lac décoratif dans le Passeio Público ainsi qu’un lac navigable dans le parc de Liberdade, plutôt que des fontaines et des lacs artificiels qui nécessiteraient qu’on les alimente.

13Le Passeio Público avait été inaugurée en plusieurs phases à partir de 1880 et, pendant longtemps, il fut le principal lieu de promenade arborisé de Fortaleza. Il était structuré selon trois plans, correspondant à trois niveaux topographiques entre la ville et la plage. À en croire l’ingénieur et chroniqueur João Nogueira, le négociant Antônio Tito Rocha qui en exploitait la piste de patinage autour de 1879 apporta des aménagements au troisième plan qui fut transformé en jardin « où l’on construisit un lac, alimenté par l’eau de la petite rivière Pajeú » (Nogueira 1954 [1933], 14).

  • 13 Fortaleza 1910 (1980).

14Quant au parc de Liberdade, il fut mis en œuvre à partir de 1890 avant d’être modifié et rebaptisé parc de l’Indépendance en 1922. La première intervention consista à profiter du lac du Garrote, qui fut « bordé par des margelles de ciment afin d’en faire le lac central d’un beau jardin public » (Barroso 1962, 233), une description conforme aux photos publiées dans l’album Fortaleza 191013. Le plan d’eau enserrait « une minuscule île » (Azevedo 2012 [1980], 95) sur laquelle, au XXe siècle, on bâtit un pavillon connu sous le nom de temple de Cupidon. Le parc devint un espace récréatif pour la population. L’ancien lac, l’une de ses principales attractions, était un refuge favorable à la contemplation et un lieu de promenades en barque (fig. 2).

Fig. 2 – Parc de l’Indépendance (anciennement et actuellement parc de Liberdade, connu aussi comme Cité de l’Enfant), le temple de Cupidon et la promenade en barque sur le lac ; au fond, l’église du Sagrado Coração de Jesus, Fortaleza, c. 1930. Collection du Museu da Imagem e do Som do Ceará, Fortaleza.

15Le jardin Sete de Setembro, créé sur la place Ferreira en 1902, disposait d’un ensemble de bassins participant à son système d’irrigation, démontrant ainsi leur fonction utilitaire (fig. 3).

  • 14 L’électricité pouvait être utilisée pour faire fonctionner la pompe, il a cependant été nécessaire (...)

16Ultérieurement, au cours de la décennie 1930, quelques places furent dotées de pièces d’eau à l’occasion de leur transformation en jardins. En 1930 était installée une fontaine lumineuse dans le jardin Tomás Pompeu sur la place du Comendador Teodorico ou da Lagoinha. Elle avait été importée d’Allemagne et inaugurée cette même année, profitant du premier réseau d’énergie électrique implanté dans la ville qui coexistait avec le système à gaz14. Fortaleza disposait aussi, à cette époque, d’une adduction d’eau mais elle n’était encore que partielle, lors de son inauguration en 1926 (Ponte 1999, 82 ; Maia Neto 2015, 133).

17Enfin, en 1933, la place du Visconde de Pelotas, où deux grands châteaux d’eau avaient été construits en vue de favoriser le nouveau service d’approvisionnement public, fut dotée d’un jardin pourvu d’un lac central (fig. 9). Ainsi se confirme l’interdépendance entre les caractéristiques du milieu naturel et le recours à des infrastructures nécessaires à l’implantation et à l’entretien des jardins.

18Toutefois, avant que le système public d’approvisionnement en eau évoqué plus haut ne permette l’irrigation des jardins et l’alimentation des lacs et des fontaines, l’utilisation des éoliennes fut une solution efficace pour l’arrosage et la manutention de ces espaces.

Des éoliennes pour irriguer les jardins

En quête d’eau douce : les éoliennes dans les mémoires et dans l’espace de la ville

  • 15 Au long de ce texte, j’utilise fréquemment le mot « éolienne » (cata-vento), comme il était employé (...)

19Les éoliennes, aussi appelées moulins à vent en portugais (roues à vent en français)15 furent l’une des caractéristiques étonnantes du paysage urbain de Fortaleza au tournant du XXe siècle. Elles étaient installées dans les jardins des résidences et des espaces publics de la ville et permettaient de tirer l’eau des puits et des puisards.

  • 16 Je remercie le collectionneur Miguel Ângelo de Azevedo (Nirez), fils de l’écrivain Otacílio de Azev (...)

20Bien que ces équipements aient été généreusement illustrés dans l’iconographie de la ville (fig. 1, 3, 4, 5, 7)16, il existe peu d’informations bibliographiques précises sur leur origine, leur acquisition et le contexte dans lequel ils ont été importés.

Fig. 3 – Le jardin Sete de Setembro de la place Ferreira à Fortaleza : le puisard, l’éolienne, sa citerne d’eau et les bassins d’irrigation. Collection Nirez, Fortaleza.

21Témoin oculaire de leur présence sur la place Ferreira, Otacílio de Azevedo (2012 [1980], 39) se souvient de leur arrivée dans la ville, autour de 1910 : « Une vieille éolienne perchée sur un puisard grillagé gémissait par manque d’huile. Elle remplissait une énorme citerne peinte de terre ocre. » Il découvrait aussi « un magnifique jardin – des roses, des dahlias, des coquelicots – enfin, une immense variété des plus belles fleurs » (Id., 40). Dans une autre chronique sur la même place, l’auteur évoque l’existence d’« une citerne et [d’]une éolienne qui tirait de l’eau pour arroser les jardins » (Ibid., 72). Dans un autre registre, l’écrivain Mozart Soriano Aderaldo, utilisant des reportages parus au début du XXe siècle, décrit les apparences de ce jardin créé dans l’espace public en 1902. Il affirme (1989, 63) qu’« une éolienne amenait l’eau jusqu’à un dépôt qui alimentait huit bassins destinés à maintenir irrigués les parterres de fleurs situés de part et d’autre de l’axe central » (fig. 3). À en croire ces deux témoignages, l’éolienne de la place Ferreira, dont le rôle n’était certes pas stricto sensu décoratif, s’avérait visiblement importante pour l’entretien des luxuriants et fastueux parterres du jardin.

Fig. 4 – Le Passeio Público (premier plan) ; au fond, l’éolienne, Fortaleza. Carte postale, collection Hugo Segawa, São Paulo.

Fig. 5 – Le jardin Nogueira Accioly de la place du Marquês do Herval (actuelle place José de Alencar), le puisard, l’éolienne et la citerne d’eau ; au fond, le pavillon et l’église de Nossa Senhora do Patrocínio, Fortaleza. Carte postale, collection Nirez, Fortaleza.

22Si Otacílio de Azevedo et Mozart Soriano Aderaldo évoquent les éoliennes de la place Ferreira, ce sont celles du Passeio Público qui ont retenu l’attention de l’architecte José Liberal de Castro. À ses yeux (2009, 94), bien qu’héritière des modèles paysagers européens, cette promenade devait s’adapter aux conditions topographiques et hydrographiques locales, car « dans la ville, les ressources en eau diminuaient, et elle était extraite avec difficulté du fonds des puits avant d’être acheminée vers les citernes grâce à des pompes actionnées à la main ou par des éoliennes ». Liberal de Castro affirme que « l’agencement en différents niveaux provenait du profit qu’on tirait de la déclinaison du terrain, et n’avait rien à voir avec les jardins à l’italienne qui bénéficient d’une grande irrigation grâce à un système de canaux, de lacs, de fontaines et de cascades » (Id.).

23On trouve dans les textes de l’écrivain et ancien maire (1933-1934) Raimundo Girão des informations sur la provenance de ces équipements. L’auteur affirme qu’au début du XXe siècle, les éoliennes de Fortaleza étaient, « en général, de fabrication étatsunienne, presque toutes du modèle Dandy et IXL » et, ajoute-t-il, en raison de leur grand nombre, elles donnaient à la ville « un aspect singulier » (Girão 1959, 322 ; 1979, 227). Selon lui, la population était alimentée en eau au moyen de « puisards creusés dans les cours à l’arrière des maisons d’où elle était tirée grâce à des roues à vent qui tournaient désespérément jour et nuit ». Quant à l’eau potable, elle « était distribuée dans les résidences par des citernes chargées par quatre sur des charrettes tirées par des chevaux » (Id.).

24José Liberal de Castro (1992, 68-69) confirme l’information fournie par Girão en indiquant que les « innombrables » éoliennes métalliques de la ville étaient utilisées dans les propriétés privées avant l’installation du réseau de distribution d’eau à domicile, mais qu’elles servaient également à l’irrigation des jardins publics. Selon lui, « presque toutes ces éoliennes exhibaient, sur leurs pales, le logo de la marque américaine Dandy, bien que certaines soient de fabrication locale », produites par la Fonderie Cearense (Id.).

  • 17 O Povo, 3 octobre 1928, p. 3.
  • 18 O Povo, 2 juin 1930, p. 8.

25Les annonces publicitaires de l’époque comme la bibliographie spécialisée sur les éoliennes étatsuniennes confirment la provenance de ces équipements. Quelques réclames publiées dans le journal O Povo en 1928 et 1930 proposent des équipements d’occasion, accompagnées de la mention « à réparer17 » ou « en parfait état18 ». Dans une annonce publiée par l’entreprise de mécanique Viana (fig. 6), on apprend que l’éolienne Dandy proposée à la vente était accompagnée d’un réservoir en bois de cyprès provenant des États-Unis. De plus, pour ne pas laisser de doutes sur ses origines, les dimensions étaient indiquées en pieds et non en mètres, ce qui ne devait pas manquer d’ajouter au caractère monumental de l’équipement qui, avec ses 60 pieds de haut (18 mètres), avait la hauteur d’un immeuble de six étages.

Fig. 6 – Annonce d’une vente d’éolienne américaine Dandy à Fortaleza. Source : O Povo, Fortaleza, 4 octobre 1929.

Éoliennes étatsuniennes : fabrication et importation

26L’éolienne a accompagné la colonisation du Middle West et de l’Ouest américains. Elle permettait le pompage de l’eau du sous-sol et, ainsi, l’approvisionnement des populations rurales. Elle répondait aux besoins des fermiers et des éleveurs, elle fournissait de l’eau pour les turbines des locomotives. Sur la côte Est urbanisée, elle approvisionnait les immeubles à étages comme les agglomérations situées en montagne ou sur le littoral.

27L’historien T. Lindsay Baker (Tarleton State University) a minutieusement documenté ces géants éoliens en collectionnant les photographies, les annonces publicitaires et les gravures, photographiant les vestiges, dressant la liste des fabricants et identifiant les différents modèles. Il nous apprend que la roue à vent Dandy était fabriquée par la Challenge Company à Batavia, dans l’Illinois. Sa production a perduré pendant plus de trente ans et plusieurs exemplaires sont encore visibles aux États-Unis et dans d’autres pays (Baker 1985, 168, 345-346, 392). Son mécanisme est en acier selon un modèle qui a fait son apparition au début des années 1890 (Id., 168). Le chercheur signale l’existence d’une Dandy à Curaçao, dans les Caraïbes, en 1930 : la faible profondeur des nappes d’eau douce y rendait possible l’utilisation de ce type d’éolienne (Baker 2012, 143). Pour les mêmes raisons, elles étaient très nombreuses à Campeche, capitale de l’État mexicain homonyme, où « une véritable forêt de roues à vent industrielles américaines pompait l’eau à destination des habitants de la ville pendant la première moitié du XXe siècle » (Baker 1985, 145).

28Le modèle IXL, pour sa part, était produit par la Phelps and Bigelow Wind Mill Company, une entreprise établie à Kalamazoo, dans le Michigan (Id., 288, 290, 368, 403). Il fut d’abord fabriqué en bois puis, à partir de 1881 au moins, en acier.

  • 19 L’auteur utilise l’expression small garden plots, que l’on peut traduire par « jardins potagers » e (...)

29Les roues à vent de fabrication étatsunienne ont été exportées en grand nombre par voie maritime entre les dernières décennies du XIXe siècle et le début du XXe siècle. On en trouve au Canada, en Europe et dans les pays d’Amérique latine comme Cuba, le Mexique, l’Argentine et l’Uruguay, ainsi qu’en Inde, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Afrique du Sud, en Tunisie et à Madagascar, que ce soit pour la distribution d’eau aux habitants ou aux animaux en milieu urbain, ou encore dans les exploitations agricoles ou dans l’industrie minière (Baker 1985, 101-105 ; 2012, 134-145). Baker fait une brève mention de leur utilisation dans les régions arides des steppes sud-africaines où les pluies sont rares : l’eau y était pompée dans des puisards et envoyée dans des réservoirs pour « abreuver les moutons et les brebis et irriguer les jardin potagers19 ». Appelées éoliennes « à pales multiples » ou « multi-pales », nombre d’entre elles ont été utilisées au Brésil depuis la fin du XIXe siècle pour pomper l’eau, sans que l’on sache, pourtant, à quelle échelle elles l’ont été (Companhia Hidro Elétrica do São Francisco 1987, 11 et 18).

30Plusieurs pays industrialisés qui avaient commencé par être importateurs, se mirent à produire ces instruments. Ce ne fut pas le cas des pays d’Amérique latine qui sont restés les plus solides consommateurs du vaste marché des éoliennes étatsuniennes (Baker 1985, 102-104). Le pic des exportations fut atteint quelques années avant le début de la Première Guerre mondiale, grâce à des représentants de commerce ou à des filiales installées dans d’autres pays (Id., 101). Plusieurs fabricants diffusaient du matériel publicitaire et des manuels en langues étrangères – en particulier en espagnol – et affirmaient posséder une version de tous ces documents en français, en allemand et « dans des langues moins communes », comme le russe et le suédois (Ibid., 101). Je n’ai pourtant trouvé aucune mention de l’existence d’annonces en portugais ni d’agents commerciaux ou de filiales installées au Brésil.

31L’acquisition à Fortaleza des produits manufacturés aux États-Unis se faisait probablement grâce à des sociétés de navigation maritime comme la Booth Steamship Company Limited, l’American Brazil Line et la Lamport & Holt Limited, qui faisaient la liaison avec New York et, plus tard, Philadelphie. C’est ce que suggère Raimundo Girão (1979, 104) en confirmant les informations régulièrement diffusées dans les albums et les journaux de l’époque : « Liverpool est devenu le centre d’échanges le plus actif de toute la ville de Fortaleza, avant qu’ils ne s’étendent à Hambourg, au Havre, à New York, à Barcelone et à Trieste. » On retrouve les publicités des compagnies de navigation maritime et les informations sur le mouvement du port dans les périodiques : Unitario (1913-14), A Tribuna (1922), O Nordeste (1922), Terra Cearense (1925), Correio do Ceará (1930), O Povo (1930) et Album de Fortaleza (1931). Elles confirment que la ville entretenait un contact direct avec les grands ports européens mais aussi avec New York et Philadelphie.

Éoliennes, puits et citernes à eau : implantation, utilisation et démantèlement du système

32Dans les jardins de Fortaleza, les éoliennes étaient généralement associées à des citernes à eau métalliques, acquises probablement dans les pays européens en même temps qu’un riche environnement d’édifices, d’installations, d’équipements et de composants architecturaux qui furent massivement importés dans les pays latino-américains en voie d’urbanisation à partir du XIXe siècle. Ces réservoirs « se destinaient à l’irrigation des jardins grâce à la force gravitationnelle » et « étaient associés à des éoliennes servant à puiser l’eau des puits adjacents » (Castro 1992, 68).

33Aux États-Unis, les éoliennes étaient souvent installées dans un environnement rural mais on en trouvait aussi dans des zones urbaines où des puits à usage public avaient été forés et associés à des roues à vent (Baker 2012, 120). Les chevaux et les mules utilisés comme moyen de transport avant l’ère de l’automobile, exigeaient un approvisionnement régulier en eau, si bien que « près des puits, l’on construisait des abreuvoirs de béton, de bois ou d’acier avec des bords suffisamment hauts pour que les bêtes puissent y boire à leur aise » (Id.). Il en était de même au Brésil à partir de la fin du XIXe siècle et jusqu’à l’avènement des véhicules à moteur durant la décennie 1920 (Ibid.). Les images que Baker propose des quartiers urbains des États-Unis – Kansas City (Kansas) ou Ruskin et Farnam (Nebraska) – montrent des puits et des roues à vent similaires aux puisards et aux éoliennes de Fortaleza, mais ils ne sont jamais installés dans des jardins. Ces documents, comme ceux qui concernent San Diego (Californie) ou Canyon (Texas), montrent des abreuvoirs, des carrioles, des voies non pavées et des terrains couverts de terre, sans aucun traitement paysager, ce qui indique que les roues pompaient l’eau pour les animaux ou pour la population, mais pas pour l’irrigation des jardins publics.

Fig. 7 – Le jardin Nogueira Accioly de la place du Marquês do Herval (actuelle place José de Alencar), l’éolienne et la citerne d’eau, Fortaleza. Collection Nirez, Fortaleza. Source : Fortaleza 1910 (1980).

  • 20 Annuario Estatistico do Estado do Ceará, Brasil/Annuaire Statistique du Ceará, Brésil concernant le (...)

34À Fortaleza aussi, la municipalité était responsable de l’installation et de la manutention des éoliennes dans les lieux publics. L’Annuario Estatistico do Estado do Ceará en témoigne pour les années 1922, 1923 et 1924 en mentionnant un chapitre « entretien des éoliennes et des moteurs » dans le compte rendu annuel du budget municipal20. Il n’en avait pas toujours été ainsi. Lorsqu’il évoque la sécheresse de 1900, Raimundo Girão (1979, 225) affirme qu’en ce temps-là, Fortaleza révélait la « simplicité provinciale de ses places encore dépourvues de jardins, qui ressembl[aient] davantage à des lopins de pâturage pour le bétail laissé en liberté ». Pourtant, à cette époque, le Passeio Público avait déjà été construit, mais le jardin Sete de Setembro de la place Ferreira et le jardin Nogueira Accioly de la place du Marquês do Herval n’avaient pas encore créés, ce qui se fit entre 1902 et 1903.

35À propos de la place Ferreira, Gustavo Barroso signale que, pendant la sécheresse de 1877-1879, un puits bâti avec des pierres de calcaire avait été creusé en son centre afin d’assurer l’approvisionnement en eau. On avait installé, à ses côtés, « une fontaine du système que les Français nomment fontaine Wallace » (Barroso 1962, 283). Cet élément semble avoir été remplacé plus tard, puisqu’en 1902, lorsqu’on y créa un jardin, celui-ci disposait d’une éolienne, d’une citerne d’eau et de bassins permettant l’irrigation, comme je l’ai déjà mentionné (fig. 3). Jusqu’alors, cet espace public était une ancienne zone sablonneuse appelée Feira Nova, au centre de laquelle « se trouvait un grand puisard » (Girão 1983, 68). Les convois venus de l’intérieur des terres s’y arrêtaient pour, selon les mots de Raimundo de Menezes, profiter « des mongubeiras [Pachira aquatica] et des castanholas [Terminalia catappa] en fleurs qui apportaient au sol la fraîcheur de leur ombre douce et de leurs fruits délicieux » (Menezes 2006 [1938], 47-48), ainsi que de l’eau du puisard.

36Il est possible que l’on ait utilisé ces puits déjà forés afin d’obtenir de l’eau au moment de la création des jardins, en y ajoutant des éoliennes et des réservoirs d’eau. D’après Castro (2009, 108), des puits à usage publics étaient creusés au centre des places qui « étaient dotés de citernes à eau et d’éoliennes, installations utilisées pour la création et l’entretien des jardins ».

Fig. 8 – La place José de Alencar (actuelle place Waldemar Falcão), l’éolienne, la citerne d’eau et la fontaine, Fortaleza. Collection du Museu da Imagem e do Som do Ceará, Fortaleza.

37Néanmoins, d’après l’iconographie aujourd’hui disponible, le jardin de la place du Général Tibúrcio, créé entre 1913 et 1914, ne disposait pas d’éolienne et nous ignorons quelles solutions avaient été adoptées pour permettre son irrigation. La place José de Alencar (aujourd’hui Waldemar Falcão, qu’on ne doit pas confondre avec l’actuelle place José de Alencar, anciennement Marquês do Herval), pour sa part, quoique ne disposant pas alors d’un jardin public, était dotée d’une éolienne et d’un réservoir, en plus de sa fontaine (fig. 8). On peut donc supposer que l’eau ainsi pompée ait pu servir à la consommation des habitants ou des animaux qui se déplaçaient dans la ville, avant la popularisation de la voiture, ou encore à ceux qui arrivaient du sertão à la manière, dans ce cas, de ce qui se passait dans les localités urbaines des États-Unis.

38À partir des années 1930, les photographies de la capitale du Ceará comme celles que l’on trouve, par exemple, dans l’Album de Fortaleza (1931), montrent que les éoliennes avaient disparu des espaces publics. À cette époque, la ville disposait déjà d’un service d’adduction d’eau qui incluait la captation, le transport par tuyauterie vers deux citernes de stockage situées sur la place du Visconde de Pelotas ainsi que d’un réseau de distribution (fig. 9).

Fig. 9 –La place du Visconde de Pelotas (actuelle place Clóvis Beviláqua) et les deux citernes à eau, Fortaleza. Carte postale, collection de l’auteur, Salvador.

39Ces réservoirs avaient été installés dans les années 1910. Le gouverneur Pinto Nogueira Accioly (1896-1900, 1904-1912) avait lancé les travaux du système d’approvisionnement en eau, qui ne devait être inauguré que plus tard, sous la gestion de José Moreira da Rocha (1924-1928) (Castro 1987, 231-232 et 250 ; Girão 1979, 230 ; Ponte 1999, 16). Toutefois, le nouveau service ne desservait qu’une partie de la population (Ponte 1999, 82). Les photographies de l’époque montrent que, si les éoliennes avaient bel et bien disparu des jardins publics, elles continuaient à fonctionner dans les cours à l’arrière des maisons particulières, indispensables qu’elles étaient à l’approvisionnement en eau à usage domestique. D’après Emy Falcão Maia Neto, en 1927, les ateliers de mécanique diffusaient toujours des annonces vantant des éoliennes capables de « faire circuler l’eau là où le réseau ne parvenait pas ou encore en tant que dispositif alternatif permettant d’échapper aux prix élevés proposés par la ville » (Maia Neto 2015, 207-208).

40En 1925, sous le gouvernement de Godofredo Maciel (1924-1928), la place Ferreira fut complètement transformée. L’éolienne et la citerne dont elle disposait jusque-là (fig. 3) furent supprimées comme en témoignent les photographies de cette époque (fig. 10). On peut noter, par contre, la présence de figuiers pleureurs (Ficus benjamina) certainement choisis pour leur bonne résistance à la sécheresse comme évoqué plus haut. La disparition du système d’irrigation par roues à vent peut également être observée sur la place José de Alencar. En 1929, sur sa partie centrale, occupée auparavant par un pavillon, une éolienne et une citerne d’eau (fig. 5 et 7), on installa la statue de l’écrivain qui donnait son nom à cet espace public (fig. 11).

Fig. 10 – La place Ferreira (anciennement jardin Sete de Setembro de la place Ferreira) après sa transformation en 1925. On peut noter le kiosque à musique et l’absence du système éolienne/puisard/citerne d’eau. Collection Nirez, Fortaleza.

Fig. 11 – La place José de Alencar (anciennement jardin Nogueira Accioly de la place du Marquês do Herval) et la statue de l’écrivain José de Alencar (inaugurée le 1er mai1929). Absence du système éolienne/puisard/citerne d’eau. Source : Collection du Museu da Imagem e do Som do Ceará, Fortaleza.

41L’on peut donc supposer que les annonces déjà évoquées, publiées dans le journal O Povo entre 1928 et 1930, offraient sans doute des éoliennes d’occasion issues des espaces publics aux particuliers qui les utilisaient encore. Cela représente un repère chronologique raisonnable pour dater leur disparition des jardins publics de la ville, mais pas du paysage urbain.

Conclusion

42Les caractéristiques du milieu naturel ont bien été un facteur essentiel de la culture des jardins publics de Fortaleza. Elles ont été déterminantes dans le choix des éléments végétaux, des refuges favorables à la contemplation et des dispositifs utilisés : lacs, éoliennes et réservoirs. Il est donc légitime de relativiser les représentations du Brésil comme le pays de l’exubérance de la nature tropicale et de l’abondance des ressources naturelles.

43Dans les jardins de Fortaleza, la sélection des espèces d’arbres, la rareté des pièces d’eau et l’installation d’éoliennes sont autant d’éléments qui invitent à réfléchir aux relectures faites des références paysagères européennes à la lumière du contexte de la géographie physique associée à des facteurs d’ordre culturel. Ainsi est-il possible de proposer de nouvelles interprétations de la culture des jardins publics du XIXe siècle et du début du XXe siècle allant plus loin que le cadre spécifique du cas ici examiné.

44L’installation d’éoliennes, très courante dans les villages ruraux des États-Unis, apparaissait, dans les jardins de Fortaleza, comme une solution évidente permettant de s’adapter à la géographie locale, afin de fournir de l’eau pour l’irrigation des plantes et peut-être même pour la consommation de la population et des animaux, imprimant ainsi ses traces dans le paysage urbain.

45Les roues à vent de Fortaleza, dont la stature et la fréquence remarquables ont été documentées par les photos et les cartes postales, n’ont pas leur place dans la littérature abordant le paysagisme au Brésil. Leur présence insistante dans la « cité des Vertes Mers » mériterait qu’on qualifie cette ville de « cité des Éoliennes ».

46Comme le suggère Fernando Atique (2010, 25), la relation des villes brésiliennes avec les gratte-ciel de New York, symboles de la côte Est étatsunienne, est encore peu abordée par l’historiographie de l’architecture et de l’urbanisme au Brésil, mais le rapport qu’entretient ce pays « avec les formes et les images de la côte Ouest » demeure toujours un « tabou ». Il faudrait y ajouter la région du Middle West en raison du rôle qu’y jouent les roues à vent et de leur signification dans le paysage.

47Le paysagisme brésilien, comme on le voit ici, n’est pas seulement héritier des jardins européens. L’influence de la culture matérielle étatsunienne a pu être, dans certains contextes, tout aussi déterminante.

Haut de page

Bibliographie

Aderaldo, Mozart Soriano. 1989. A Praça. Fortaleza : Gráfica Editora R. Esteves Tiprogresso Ltda.

Andrade, Rubens. 2003. « Antonio Lemos e as obras de melhoramentos urbanos em Belém : a Praça da República como estudo de caso. » Dissertation de mestrado en architecture. Rio de Janeiro : Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ).

Atique, Fernando. 2010. Arquitetando a « boa vizinhança » : arquitetura, cidade e cultura nas relações Brasil-Estados Unidos, 1876-1945. Campinas : Pontes/Fapesp.

Azevedo, Otacílio de. 2012 [1980]. Fortaleza descalça. Fortaleza : Secult-CE.

Bahls, Aparecida Vaz da Silva. 1998. « O verde na metrópole : a evolução das praças e jardins em Curitiba (1885-1916). » Dissertation de mestrado en histoire. Curitiba : Université fédérale du Paraná (UFPN).

Baker, T. Lindsay. 1985. A Field Guide to American Windmills. Norman (OK): University of Oklahoma Press.

Baker, T. Lindsay. 2012. American Windmills: an Album of Historic Photographs. Norman (OK) : University of Oklahoma Press.

Banco do Nordeste do Brasil. 1984. Do passado ao futuro. Fortaleza : BNB.

Barroso, Gustavo. 1962. À margem da história do Ceará. Fortaleza : Imprensa Universitária.

Bartalini, Vladimir. 1999. « Parques públicos municipais de São Paulo : a ação da municipalidade no provimento de áreas verdes de recreação. » Thèse de doctorat en architecture et urbanisme. São Paulo : Université de São Paulo (USP).

Bellini, Anna Karine de Queiroz Costa. 2014. « Espaços públicos abertos e o usufruto da paisagem : 1860 a 1912 – Vitória (ES). » Dissertation de mestrado en architecture et urbanisme. Vitória : Université fédérale de l’Espírito Santo (UFES).

Bezerra, Ricardo Figueiredo, Fernanda Cláudia Lacerda Rocha, Ana Rita Sa Carneiro & Temístocles Anastácio de Oliveira. 2012. Roberto Burle Marx e o Theatro José de Alencar : um projeto em dois tempos. Fortaleza : Laboratório de Estudos em Arquitetura e Urbanismo, UFC/Laboratório da Paisagem, Unifor.

Carneiro, Ana Rita Sá. 2010. Parque e paisagem : um olhar sobre o Recife. Recife : Ed. Universitária da UFPE.

Carneiro, Ana Rita Sá & Ramona Pérez Bertruy. 2009. Jardins históricos brasileiros e mexicanos. Recife : Editora Universitária da UFPE.

Castro, José Liberal de. 1987. « Arquitetura Eclética no Ceará. » In Ecletismo na arquitetura brasileira, dirigé par Annateresa Fabris, 209-355. São Paulo : Nobel/Edusp.

Castro, José Liberal de. 1992. « Arquitetura do ferro no Ceará. » Revista do Instituto do Ceará CVI : 63-94.

Castro, José Liberal de. 2009. « Passeio Público : espaços, estatuária e lazer. » Revista do Instituto do Ceará 123 : 41-114. Disponible sur : https://www.institutodoceara.org.br/revista/Rev-apresentacao/RevPorAno/2009/03_Art_PasseioPublico_corrigido.pdf (consulté le 5 août 2011).

Companhia hidro-elétrica do São Francisco. 1987. Fontes energéticas brasileiras : Inventário/Tecnologia. vol. 1 – De cataventos a aerogeradores, o uso do vento. Rio de Janeiro : Brascep Engenharia Ltda.

Dourado, Guilherme Mazza. 2011. Belle Époque dos jardins. São Paulo : Ed. Senac.

Folly, Luiz Fernando Dutra. 2007. « A história da Praça Princesa Izabel em Nova Friburgo : o projeto esquecido de Glaziou. » Dissertation de mestrado en urbanisme. Rio de Janeiro : Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ).

Freitas, Cândida. 2006. « O Parque 13 de Maio na modernização do Recife. » Dissertation de mestrado en développement urbain. Recife : Université fédérale de Pernambuco (UFPE).

Girão, Raimundo. 1959. Geografia Estética de Fortaleza. Fortaleza : Imprensa Universitária do Ceará.

Girão, Raimundo. 1979. Geografia Estética de Fortaleza. Fortaleza : BNB.

Girão, Raimundo. 1983. Fortaleza e a crônica histórica. Fortaleza : Imprensa Universitária da UFC.

Hetzel, Bia & Silvia Negreiros. 2011. Glaziou e as raízes do paisagismo no Brasil. Rio de Janeiro : Manati.

Houaiss, Antônio. 2009. Dicionário Houaiss eletrônico da língua portuguesa. Rio de Janeiro : Editora Objetiva.

Kliass, Rosa Grena. 1993. Parques urbanos de São Paulo e sua evolução na cidade. São Paulo : Pini.

Lima, Siomara Barbosa Stroppa de. 2009. « Para além da arquitetura : Ramos de Azevedo e os projetos de jardins para Campinas. » In : Jardins históricos brasileiros e mexicanos, dirigé par Ana Rita Sá Carneiro & Ramona Pérez Bertruy, 141-173. Recife : Editora da UFPE.

Luz, Luis Fernando da. 1999. « Parque Farroupilha : composição e caráter de um jardim público de Porto Alegre. » Dissertation de mestrado en architecture. Porto Alegre : Université fédérale de Rio Grande do Sul (UFRGS).

Macedo, Silvio Soares. 1999. Quadro do paisagismo no Brasil. São Paulo : O Autor.

Magalhães, Cristiane Maria. 2012. « Medicina entre flores na belle époque do sul mineiro : os jardins paisagísticos nas cidades das águas. » In : Sul de Minas em transição : a formação do capitalismo na passagem para o século 20, dirigé par Alexandre Macchione Saes & Marcos Lobato Martins, 265-301. Sao Paulo : Edusc.

Maia Neto, Emy Falcão. 2015. « Cartografias da água : territorialidades, políticas e usos da água doce em Fortaleza (1856-1926). » Thèse de doctorat en histoire. Fortaleza : Université fédérale du Ceará (UFCE).

Menezes, Raimundo de. 2006 [1938]. Coisas que o tempo levou : crônicas históricas da Fortaleza antiga. Fortaleza : Edições Demócrito Rocha.

Mesquita, Liana de Barros. 1998. « Memória dos verdes urbanos do Recife. » Cadernos do Meio Ambiente do Recife 1 (1) : 11-58.

Nobre, Paulo José Lisboa, Marizo Vitor Pereira & Isaías da Silva Ribeiro. 2009. « Un estudio sobre jardines históricos : manifestaciones del paisaje cultural en la ciudad de Natal/RN, Brasil. » Apuntes 1 (22) : 54-67. Disponible sur : http://revistas.javeriana.edu.co/index.php/revApuntesArq/article/view/8947 (consulté le 20 février 2014).

Nogueira, João. 1942. « Cidade da Fortaleza − Nomes atuais e antigos de suas praças (em itálico as denominações não oficiais). Nomes antigos de alguns trechos da cidade. Paióis da Pólvora. Chafarizes. Frades de Pedra, Arborização. Usos antigos. » Revista do Instituto do Ceará LVI :147-152.

Nogueira, João. 1954. Fortaleza velha. Fortaleza : Instituto do Ceará.

Paradeda, Maria Regina Matos. 2003. « Arquitetura da paisagem e modernidade : um estudo sobre representações e memória das praças de Pelotas (1860-1930). » Dissertation de mestrado en histoire. Porto Alegre : Université catholique de Rio Grande do Sul (PUC-RS).

Ponte, Sebastião Rogério. 1999. Fortaleza Belle Époque : reformas urbanas e controle social – 1860-1930. Fortaleza : Fundação Demócrito Rocha.

Segawa, Hugo. 1996. Ao amor do público : jardins no Brasil. São Paulo : Studio Nobel/Fapesp.

Silva, Aline de Figueirôa. 2010. Jardins do Recife : uma história do paisagismo no Brasil (1872-1937). Recife : Cepe.

Silva, Aline de Figueirôa. 2016. « Entre a implantação e a aclimatação : o cultivo de jardins públicos no Brasil nos séculos XIX e XX. » Thèse en architecture et urbanisme. São Paulo : Université de São Paulo (USP).

Silva, Aline de Figueirôa & Joelmir Marques da Silva. 2016. « Entre a formosura e o refrigério : a vegetação nos jardins do Recife nos anos 1920. » In Patrimônio, paisagem e cidade, dirigé par Marta Enokibara, Nilson Ghirardello & Rosio Fernández Baca Salcedo, 83-99. São Paulo : Associação Amigos da Natureza da Alta Paulista (Anap).

Terra, Carlos Gonçalves. 2000. O jardim no Brasil no século XIX : Glaziou revisitado. Rio de Janeiro : EBA-UFRJ.

Terra, Carlos Gonçalves. 2013. Paisagens construídas : jardins, praças e parques do Rio de Janeiro na segunda metade do século XIX. Rio de Janeiro : Rio Books.

Haut de page

Notes

1 Soulignons en particulier les travaux de Kliass (1993), Segawa (1996), Bahls (1998), Mesquita (1998), Macedo (1999), Bartalini (1999), Luz (1999), Terra (2000), Andrade (2003), Paradeda (2003), Freitas (2006), Folly (2007), Lima (2009), Nobre, Pereira & Ribeiro (2009), Carneiro & Bertruy (2009), Carneiro (2010), Silva (2010), Dourado (2011), Hetzel & Negreiros (2011), Magalhães (2012), Terra (2013) et Bellini (2014).

2 La latitude de Fortaleza est de 3°43’02” Sud, si bien que les variations de température sont très faibles au cours de l’année, du fait de sa proximité avec la ligne de l’Équateur. Le premier semestre de l’année correspond à la période de pluies tandis que le second est plus sec.

3 Dans le travail de recherche qui a donné lieu à cet article, j’ai identifié les éoliennes d’après leur morphologie en comparant celles de Fortaleza avec celles produites aux États-Unis. On les trouve dans les cartes-postales représentant la place Sinimbu (place Euclides Malta) à Maceió, la place de la République (ancien Largo da Campina puis Largo da Pólvora) et la place D. Pedro II aujourd’hui divisée en trois parties (baptisées place João Coelho, place de la République et place de la Sereia) à Belém. J’ai également identifié un autre exemplaire dans la place de Matriz de Iguatu, petite ville de l’intérieur des terres de l’État du Ceará, sur une des photographies de l’album Terra Cearense, de 1925. Une éolienne américaine fabriquée par Aermotor Company a également existé dans le parc das Águas [des Eaux] de la ville de Cambuquira, dans le sud du Minas Gerais, documentée par plusieurs cartes-postales. Toutefois, la diffusion la plus notable de ces éoliennes étatsuniennes s’est faite dans la ville de Fortaleza, qui constitue l’objet spécifique du présent article.

4 C’est dans son roman Iracema (1865) que José de Alencar (1829-1877) évoque la « cité des Vertes Mers » pour célébrer Fortaleza.

5 Ceará Illustrado, n° 28, janvier 1925, [s. p.]. Il est important de rappeler que, cette année-là, la ville de Fortaleza comptait déjà six jardins publics : le Passeio Público [promenade publique], le parc da Liberdade [de la Liberté], le jardin Sete de Setembro [Sept septembre] de la place Ferreira, le jardin Nogueira Accioly de la place du Marquês do Herval, le jardin Pedro Borges (ou Caio Prado) de la place da Sé [de la Cathédrale] et la place du Général Tibúrcio, bien que l’on ne dispose d’aucune information concernant leur état de conservation.

6 Ceará Illustrado, n° 28, janvier 1925, [s. p.].

7 Je remercie mon collègue biologiste Joelmir Marques da Silva, maître et docteur ès développement urbain (Université fédérale du Pernambuco) et maître ès dessin, planification et conservation des paysages et jardins (Université autonome métropolitaine de México). Il a collaboré à ma recherche de doctorat en se chargeant de l’identification de la végétation des jardins à partir de l’analyse morphologique des spécimens visibles dans la documentation iconographique, en la comparant avec les sources documentaires et bibliographiques ainsi qu’avec certaines informations collectées in situ aujourd’hui. À propos de cette méthodologie, voir Silva & Silva (2016, 83-99).

8 L’architecte José Liberal de Castro est l’auteur de plusieurs travaux sur l’histoire de l’architecture dans l’État du Ceará et sur l’histoire urbaine de sa capitale. Il mène également une activité de recherche et d’enseignement à l’Université fédérale du Ceará (UFC). Dans un texte qu’il a signé en 1973 à l’occasion de la commande au cabinet Escritório Burle Marx & Cia. d’un projet paysager destiné au théâtre José de Alencar à Fortaleza, il décrit les espèces utilisées pour l’ancienne arborisation de la ville, comme l’indique l’ouvrage Roberto Burle Marx e o Theatro José de Alencar : um projeto em dois tempos. Dans son manuscrit, Liberal de Castro affirme : « L’ancienne arborisation était composée de mongubeiras (pachiriers aquatiques) et de castanholas (amandiers). On observe également des caféiers ». Cf. Bezerra, Rocha et al. (2012, 35).

9 Il est fait mention de la présence des mongubeiras dans les espaces publics de la ville dans les témoignages de Menezes (2006 [1938], 47), Nogueira (1942, 151), Nogueira (1954 [1933], 12), Azevedo (2012 [1980], 55 et 133) et Girão (1979, 129).

10 Texte publié à l’origine le 6 août 1930 sous le titre « Fortaleza » dans le Jornal Pequeno, édité à Recife, capitale du Pernambouc. Cf. Correio do Ceará (16 août 1930, p. 7).

11 Correio do Ceará, 31 juillet 1930, p. 7.

12 Gustavo Barroso (1962, 283 et 370), Raimundo Girão (1979, 225 ; 1983, 33), José Liberal de Castro (1987, 212, 230, 234 et 245) et Sebastião Rogério Ponte (1999, 28).

13 Fortaleza 1910 (1980).

14 L’électricité pouvait être utilisée pour faire fonctionner la pompe, il a cependant été nécessaire de prévoir une installation spéciale confiée à un ingénieur anglais. Voir Banco do Nordeste do Brasil (1984, 15).

15 Au long de ce texte, j’utilise fréquemment le mot « éolienne » (cata-vento), comme il était employé dans les sources datant de l’époque évoquée, et comme les auteurs originaires du Ceará se le sont approprié, puisque ce terme est resté couramment en usage au Brésil aujourd’hui. En portugais, on peut utiliser aussi l’expression de moulin (à vent ou éolien) d’après la traduction de l’anglais windmill, qui est également toujours utilisée (Houaiss 2009).

En français, en alternance avec « éolienne », l’expression « roue à vent » était préférée au début du XXe siècle à celle de « moulin à vent » réservée à l’édifice traditionnel (Ndt).

16 Je remercie le collectionneur Miguel Ângelo de Azevedo (Nirez), fils de l’écrivain Otacílio de Azevedo, qui m’a permis de consulter ses archives personnelles, constituées de documents iconographiques indispensables à ma recherche scientifique sur le passé de Fortaleza, ainsi que pour l’autorisation qu’il m’a donnée d’utiliser ces images dans ma thèse de doctorat.

17 O Povo, 3 octobre 1928, p. 3.

18 O Povo, 2 juin 1930, p. 8.

19 L’auteur utilise l’expression small garden plots, que l’on peut traduire par « jardins potagers » explicitant un mode particulier d’utilisation des éoliennes pour l’irrigation agricole (Baker 1985, 104).

20 Annuario Estatistico do Estado do Ceará, Brasil/Annuaire Statistique du Ceará, Brésil concernant les années de 1922 (1925, 425-427), 1923 (1926, 401-403) et 1924 (1928, 394-396).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Le Passeio Público de Fortaleza (premier plan) ; à droite, rangées de fícus ; à gauche, en partie cachée par un lampadaire, l’éolienne. Carte postale, collection Hugo Segawa, São Paulo.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2382/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Fig. 2 – Parc de l’Indépendance (anciennement et actuellement parc de Liberdade, connu aussi comme Cité de l’Enfant), le temple de Cupidon et la promenade en barque sur le lac ; au fond, l’église du Sagrado Coração de Jesus, Fortaleza, c. 1930. Collection du Museu da Imagem e do Som do Ceará, Fortaleza.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2382/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 3 – Le jardin Sete de Setembro de la place Ferreira à Fortaleza : le puisard, l’éolienne, sa citerne d’eau et les bassins d’irrigation. Collection Nirez, Fortaleza.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2382/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 9,5M
Légende Fig. 4 – Le Passeio Público (premier plan) ; au fond, l’éolienne, Fortaleza. Carte postale, collection Hugo Segawa, São Paulo.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2382/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 5,3M
Légende Fig. 5 – Le jardin Nogueira Accioly de la place du Marquês do Herval (actuelle place José de Alencar), le puisard, l’éolienne et la citerne d’eau ; au fond, le pavillon et l’église de Nossa Senhora do Patrocínio, Fortaleza. Carte postale, collection Nirez, Fortaleza.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2382/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Légende Fig. 6 – Annonce d’une vente d’éolienne américaine Dandy à Fortaleza. Source : O Povo, Fortaleza, 4 octobre 1929.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2382/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Fig. 7 – Le jardin Nogueira Accioly de la place du Marquês do Herval (actuelle place José de Alencar), l’éolienne et la citerne d’eau, Fortaleza. Collection Nirez, Fortaleza. Source : Fortaleza 1910 (1980).
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2382/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 8 – La place José de Alencar (actuelle place Waldemar Falcão), l’éolienne, la citerne d’eau et la fontaine, Fortaleza. Collection du Museu da Imagem e do Som do Ceará, Fortaleza.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2382/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 9 –La place du Visconde de Pelotas (actuelle place Clóvis Beviláqua) et les deux citernes à eau, Fortaleza. Carte postale, collection de l’auteur, Salvador.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2382/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Légende Fig. 10 – La place Ferreira (anciennement jardin Sete de Setembro de la place Ferreira) après sa transformation en 1925. On peut noter le kiosque à musique et l’absence du système éolienne/puisard/citerne d’eau. Collection Nirez, Fortaleza.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2382/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 11 – La place José de Alencar (anciennement jardin Nogueira Accioly de la place du Marquês do Herval) et la statue de l’écrivain José de Alencar (inaugurée le 1er mai1929). Absence du système éolienne/puisard/citerne d’eau. Source : Collection du Museu da Imagem e do Som do Ceará, Fortaleza.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2382/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aline de Figueirôa Silva, « En quête d’eau douce : des éoliennes étatsuniennes dans les jardins de Fortaleza », Brésil(s) [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 29 novembre 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/bresils/2382 ; DOI : 10.4000/bresils.2382

Haut de page

Auteur

Aline de Figueirôa Silva

Aline de Figueirôa Silva est architecte et urbaniste, professeure à la Faculté d’architecture de l’Université fédérale de Bahia (UFBA). Cet article présente quelques conclusions d’une thèse de doctorat en architecture et urbanisme intitulée « Entre a implantação e a aclimatação : o cultivo de jardins públicos no Brasil nos séculos XIX e XX », soutenue à la Faculté d’architecture et d’urbanisme de l’Université de São Paulo (FAU-USP) et financée par la Fundação de amparo à pesquisa de l’État de São Paulo (Fapesp) et par la Dumbarton Oaks Research Library and Collection (Harvard University).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals