Navigation – Plan du site
Dossier – Parcs et jardins

Burle Marx et le parc Ibirapuera : quatre décennies de rendez-vous manqués (1953-1993)

Burle Marx e o Parque Ibirapuera: quatro décadas de descompasso (1953-1993)
Burle Marx and Ibirapuera Park: Four Decades Out of Sync (1953-1993)
Fernanda Araujo Curi
Traduction de Simon Berjeaut

Résumés

Parmi les grandes inexactitudes qui jalonnent les soixante ans d’histoire du parc Ibirapuera figure l’attribution erronée du projet paysager de celui-ci à Roberto Burle Marx, figure tutélaire du paysagisme brésilien. Ce dernier a pourtant proposé d’intervenir à plusieurs reprises en ce lieu au cours des années 1950, 1970 et 1990. Cet article cherche à reconstruire les raisons de ses rapprochements et éloignements successifs ainsi que celles des résistances auxquelles il s’est heurté avant que le dernier de ses projets ne soit accepté, quoique partiellement, renforçant encore l’idée fausse et récurrente qu’il avait été le concepteur du parc. Cette attribution fantasmée n’a fait que brouiller la perception d’un processus historique particulièrement tumultueux.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en décembre 2016 ; approuvé en mai 2017.

Texte intégral

  • 1 « Gastos com as obras do Ibirapuera » [Le coût des travaux du parc Ibirapuera] » O Estado de S. Pau (...)

La Commission du quatrième centenaire indique que la quantité de ciment employée pour les travaux du parc Ibirapuera, pourrait, si on en en empilait tous les sacs, atteindre six fois la hauteur de l’Everest, la plus haute montagne du globe. Le fer utilisé correspond approximativement à celui de soixante locomotives. Le terrain construit pourrait accueillir 2 300 maisons, le pavage équivaut à dix kilomètres d’une chaussée large de dix mètres. Quant à la surface plantée, elle est comparable à celle du parc Dom Pedro II.1

  • 2 Id.

1C’est en proposant ces curieuses comparaisons que le journal O Estado de S. Paulo, l’un des principaux quotidiens du Brésil, commentait « le coût des travaux du parc Ibirapuera » dans un article publié à l’occasion de son inauguration, le 21 août 1954. Sans conteste, il s’agissait là, en effet, d’une grande quantité de ciment, de fer et de surfaces pavées, et cela avait de quoi surprendre puisque c’était alors bel et bien d’un parc dont il était question, dont les espaces verts équivalaient à ceux du parc Dom Pedro II, à l’époque le plus vaste de la ville de São Paulo. Toujours selon les données fournies par ce journal, 21 millions de cruzeiros avaient été dépensés pour tracer les rues (100 000 m2 de chaussées et 200 000 m2 de lieux de stationnement pour les véhicules), alors que seulement cinq millions avaient été attribués « aux jardins, qui occupent une surface plantée de 430 000 m2 »2. Ibirapuera révélait ainsi sa particularité : il s’agissait bien d’un parc et, donc, d’un espace vert mais il comportait de très nombreuses voies de circulation et des bâtiments en béton armé.

2Cet ensemble architectural, destiné à devenir permanent, avait été conçu pour abriter les principales expositions commémoratives du quatre-centième anniversaire de São Paulo, une métropole émergente qui, en cette année 1954, devint la plus peuplée du Brésil. Cet ambitieux événement allait être probablement la plus grande fête urbaine jamais organisée dans ce pays, mobilisant les pouvoirs publics, privés, ecclésiastiques et militaires, ainsi, bien sûr, que plusieurs centaines de milliers d’habitants. Dans ce contexte, le parc Ibirapuera se voulait le symbole de la métropole moderne, industrialisée et internationale – ou peut-être l’expression du désir de l’élite industrielle pauliste d’exhiber les preuves monumentales de la modernité de la cité (Abreu 2007, 9). C’était en ce lieu que l’on avait prévu un très riche programme commémoratif. La deuxième biennale du Musée d’art moderne (MAM-SP) y serait abritée dans les deux seuls pavillons alors déjà achevés et dont l’ouverture, en décembre 1953, avait été l’occasion d’une pré-inauguration du parc. L’exposition du Quatrième Centenaire marquerait l’ouverture officielle du parc et présenterait une vision d’ensemble de la culture et du travail des pays participants. La Première Foire internationale de São Paulo, grande exposition industrielle, serait quant à elle inaugurée en novembre.

  • 3 Avec son équipe, composée des architectes Eduardo Kneese de Mello, Zenon Lotufo, Hélio Uchôa Cavalc (...)

3Afin d’accueillir cette série d’évènements, la Commission du quatrième centenaire avait commandé la construction des pavillons à une équipe dirigée par l’architecte brésilien qui possédait la plus vaste notoriété internationale à cette époque, Oscar Niemeyer3. Il avait conçu ces bâtiments selon une esthétique formelle très audacieuse, marquée par le recours à des courbes plutôt qu’aux grands volumes prismatiques inspirés des propositions de Le Corbusier.

4Niemeyer, dans les années 1950, « se consacrait à la recherche de son propre répertoire formel et aux nouvelles possibilités structurelles offertes par le béton armé » (Gonçalves 2010), comme il avait déjà commencé à le faire une décennie plus tôt avec l’ensemble architectural de Pampulha, édifié à Belo Horizonte. Les bâtiments prévus pour São Paulo, de plus grande échelle, lui permettaient de concevoir un projet d’une ambition jusque-là inégalée dans sa carrière. À cette occasion, outre les énormes pavillons de béton que le programme de foires et d’expositions du Quatrième Centenaire prévoyait, serait également édifié l’élément architectural qui les relierait entre eux, dénommé la « grande marquise ». Ce très important espace couvert devait avoir le même rôle d’ordonnancement que celui joué par le lac à Pampulha, ce qui en faisait une sorte de « plan d’eau de béton » (Marins 1998-1999, 26).

  • 4 Barone (2007) a également signalé d’innombrables conflits déjà existants au cours des années 1920, (...)

5Dans son travail sur le parc Ibirapuera entre 1926 et 1954, Barone (2007 et 2009) analyse les oppositions qui s’élevèrent, à l’époque, contre les bâtiments de Niemeyer pour réclamer que la totalité du parc reste un espace vert dont 5% seulement puisse être bâti. Des lieux alternatifs étaient suggérés pour accueillir les commémorations comme Anhembi, dans le nord de la ville, ou le futur campus de l’Université de São Paulo, à l’ouest. Une autre polémique se fit jour parmi ceux qui défendaient les édifices : devaient-ils être provisoires ou permanents ? Comme le montre Barone, au cours des années de construction du parc, entre 1951 et 1953, le journal O Estado de S. Paulo fut le porte-voix le plus constant des défenseurs des espaces verts. Ultérieurement, lorsque les pavillons de Niemeyer (baptisés « palais », peut-être en vue de favoriser leur permanence) commencèrent à sortir de terre, les polémiques s’estompèrent et le nœud du conflit se déplaça sur la question de l’utilisation et de la fonction des bâtiments4.

6Malgré tout, durant les six décennies suivantes, les antagonismes s’exaspérèrent, tournant pour la plupart autour de l’opposition « vert vs. béton ». Cette tension, parfois perçue comme une éternelle querelle entre multiples adversaires, était en fait inhérente à la manière dont le parc avait été construit : un espace fragmenté et fondamentalement divisé entre une « zone culturelle » et une « zone naturelle ».

  • 5 Plusieurs exemples de cette attribution erronée dans des extraits de journaux des dernières décenni (...)
  • 6 Jusqu’en juin 2016, il y avait sur le site de la mairie de São Paulo une page consacrée au parc Ibi (...)

7On a longtemps fait grand cas de la dimension architecturale du parc Ibirapuera tout en ignorant le projet paysager, ce qui a donné lieu à une série d’inexactitudes à son propos. Ainsi, depuis plusieurs dizaines d’années, il est couramment répété, à travers les différents médias5, y compris sur le site de la mairie de São Paulo6, que Roberto Burle Marx en fut l’auteur.

8Certes, Burle Marx a bien imaginé un projet pour ce parc en 1953. Il avait déjà collaboré avec Oscar Niemeyer lors d’opérations antérieures et jouissait, comme lui, d’un grand prestige national et international. On les retrouve ainsi tous deux à l’origine de la construction du ministère de l’Éducation et de la Santé – actuel palais Capanema – à Rio de Janeiro (1938) – ainsi que de l’ensemble de Pampulha, déjà évoqué, à Belo Horizonte (1942-1944). Ils avaient également travaillé de concert à la réalisation du Grand Hôtel d’Ouro Preto (1942) et de plusieurs résidences privées comme celle de Francisco Inácio Peixoto à Cataguases (1942), de Juscelino Kubitschek à Belo Horizonte (1943) ou de Burton Tremaine, à Santa Barbara en Californie (1948). Burle Marx, à cette époque, recourait intensément à la flore tropicale et aux contrastes chromatiques, constituant les bases du paysagisme moderne au Brésil. Aux yeux des autorités de São Paulo, qui souhaitaient que le parc Ibirapuera ait une visibilité et une répercussion considérables, les deux créateurs étaient aussi prestigieux l’un que l’autre. Pourtant, le projet de Burle Marx ne vit jamais le jour.

9Cet article vise à revenir sur la relation complexe de Burle Marx avec Ibirapuera afin de redessiner les processus de rapprochement et d’éloignement du paysagiste avec le parc ainsi que ses propositions d’intervention successives, présentées dans les années 1950, 1970 et 1990. En élargissant le débat existant à propos du projet de 1953, je m’attarderai sur les deux autres initiatives prises par Burle Marx qui n’ont jusqu’ici jamais bénéficié d’un examen attentif. En partant des travaux existants qui signalent les oppositions ayant empêché la réalisation du premier projet, mon objectif est de comprendre les raisons pour lesquelles le paysagiste s’est à chaque fois heurté à des résistances suffisamment puissantes pour le bloquer. Je cherche surtout à interroger les différentes forces qui ont empêché Burle Marx, en dépit de sa grande notoriété, de pouvoir inscrire son nom dans la conception du parc le plus important de la ville de São Paulo. Un parc qui, au fil du temps, a été administré sans planification, sans jamais disposer d’un projet paysager à la hauteur de son importance et de son impact social et urbanistique. En fait, la réaction de Burle Marx fut intéressante : il a finalement pu faire accéder un projet jamais réalisé au rang de « monument » et, ainsi, l’inscrire dans le patrimoine muséographique.

10Il convient encore de se demander dans quelle mesure ces quatre décennies d’incompréhensions réciproques dans l’histoire du parc Ibirapuera (1953-1993) sont le reflet d’une querelle essentielle quant à la définition du projet moderniste de São Paulo porté par un idéal dans lequel le « béton » l’a emporté sur le « vert ».

Années 1950 : conflits d’égos, coût élevé ou monument inopportun ?

  • 7 D’après Mariano (2005, 48-49 et 53), Otávio Augusto Teixeira Mendes, un grand pianiste, était égale (...)

11Le premier projet paysager de Burle Marx pour Ibirapuera, présenté durant le processus de construction du parc, fut rejeté au profit de celui proposé par l’architecte, paysagiste et ingénieur agronome Otávio Augusto Teixeira Mendes7. Trois hypothèses pourraient plausiblement expliquer cette décision : une opposition personnelle d’Oscar Niemeyer, le coût trop élevé de la proposition ou encore le moment inopportun choisi pour sa présentation.

12L’hypothèse selon laquelle des querelles politiques et personnelles entre Burle Marx et Oscar Niemeyer n’auraient jamais cessé – personnifiant le débat « vert vs. béton » – est un objet de spéculation repris par plusieurs travaux de recherches. Fabiano Lemes de Oliveira (2002 et 2008) a étudié les projets antérieurs à celui de Niemeyer, ceux de Reynaldo Dierberger (1930) et de Cristiano Stockler das Neves (1951), en analysant leurs différentes propositions de parcs « modernes ». Oliveira (2002, 1) décrit Ibirapuera comme une arène accueillant « les diverses modernités recherchées », en attirant particulièrement l’attention sur l’implantation du parc en tant qu’espace « essentiellement vert, pourvu de pelouses et de surfaces arborisées à la manière de ce que défend Le Corbusier et pouvant également s’accorder éventuellement avec les préférences d’Oscar Niemeyer » (Oliveira 2008, 24).

13Cássia Mariano (2005), pour sa part, dans son étude sur Otávio Augusto Teixeira Mendes, affirme que c’est précisément le traitement que ce dernier proposait pour Ibirapuera qui a permis de faire de ce terrain un véritable parc. Comme le soulignait déjà Oliveira :

Otávio Augusto Teixeira Mendes était également lié aux productions des modernistes, et il défendait des principes semblables à ceux que Burle Marx préconisait, notamment l’utilisation de la flore autochtone, le combat contre la stylisation à l’européenne des jardins au Brésil, une grande attention accordée à la préservation et un dessin obéissant à un rythme impair. (Oliveira 2003b, 14)

14Mariano (2005, 111) observe que le fait que le projet de Texeira Mendes n’ait été que partiellement réalisé et que le parc ait été mal entretenu contribuèrent à « éclipser » son véritable auteur « dans une proportion inverse à la reconnaissance acquise par le parc en tant que haut lieu de la métropole de São Paulo ». Le phénomène s’est trouvé renforcé par la très large couverture médiatique accordée au projet avorté de Burle Marx à l’époque de la construction.

15La revue Brasil Arquitetura Contemporânea (BAC), par exemple, dans son édition de janvier 1954, publia un article de Joaquim Cardoso sur « l’ensemble architectural d’Ibirapuera » qui présentait une illustration en noir et blanc signée Burle Marx (fig. 1) accompagnant un texte de Claude Vincent intitulé « Jardins du parc Ibirapuera – Roberto Burle Marx ». L’auteur résumait ainsi les choses :

Le paysagiste s’est surtout attaché à créer des jardins géométriques et néanmoins asymétriques, en recourant à des éléments constitutifs polychromes en lien avec des plantes riches en couleurs et textures, le plus souvent autochtones, comme autant de réalités qui seraient mises en valeur par l’utilisation de l’eau, non seulement en tant qu’élément revigorant ou en guise de miroir, mais également comme une sculpture liquide à même de modifier ses couleurs lorsqu’elle est stockée dans des bassins revêtus de mosaïques colorées. (Vincent 1954, 55)

Fig. 1 – Projet paysager de Burle Marx pour le parc Ibirapuera, 1953. Source : Claude Vincent (1954, 57-58).

© Escritório de Paisagismo Burle Marx.

16Ce projet, qui se gardait de recourir exclusivement aux lignes courbes que Burle Marx avait jusqu’alors valorisées dans son travail, promettait de se révéler particulièrement influent. Trois de ses planches originales peintes à la gouache (fig. 2, 3 et 4) et représentant le plan général ainsi que certains détails et perspectives, nous permettent de bien saisir son idée de remplir avec différentes couleurs et textures les surfaces entourant les grands bâtiments (les formes grisées), et de créer d’immenses ponts-jardins entre l’environnement ainsi mis en valeur et les pelouses et bosquets qui devaient composer la majeure partie de ces espaces verts.

Fig. 2 – Roberto Burle Marx (1909-1994). Projet pour le parc Ibirapuera, São Paulo, Brésil, 1953. New York, Museum of Modern Art (MoMA). Gouache and graphite on board. 39 1/2 x 59 1/2 (100.3 x 151.1cm). Gift of Roblee McCarthy Jr. Fund and Lily Auchincloss Fund. Acc. num. 157.1991.

© 2017. Digital image, The Museum of Modern Art, New York/Scala, Florence.
© Escritório de Paisagismo Burle Marx.

  • 8 Bien que les illustrations de l’article de Claude Vincent aient été publiées en noir et blanc, il e (...)

17Le texte de Claude Vincent fournissait de très riches détails sur chacun des quatorze parterres (fig. 1). Il s’étendait sur leurs couleurs, leurs formes, leurs rythmes, leurs nuances, leurs feuillages, leur élévation, leurs juxtapositions ou superpositions, leur disposition en mosaïques8. Ainsi peut-on, par exemple, comprendre le « Détail n° 5 » (fig. 3) grâce à la perspective (fig. 4) : un grand jardin contigu au pavillon de la Biennale, où se trouve aujourd’hui un parking. La minutieuse description de Vincent s’attarde sur la sophistication de l’espace que Burle Marx proposait de structurer autour de cet énorme bâtiment :

Au point 5, le contraste entre les plantes et l’élément du bâti s’établit grâce à l’utilisation d’un étage en « pierres portugaises », sur des surfaces de basalte noir et de grès laiteux et couleur brique, suivant des motifs inspirés des tapisseries bahianaises. Les bassins ont des formes géométriques, asymétriques, eux aussi revêtus de mosaïque vitrée bleue. Des parterres de fleurs en forme de parallélépipèdes s’élèvent au sein de ces lacs, minutieusement disposés en groupes alternés et opposés : le premier groupe dans des tons allant du pourpre au lilas, le deuxième suivant une série de rouges, et le troisième où prédomine le jaune en différentes teintes, contrastant ainsi avec le gris et le bleu clair. Ces jaunes conduisent jusqu’à l’axe central du jardin, où seront réunies les trois couleurs de base, le pourpre, le rouge et le jaune. (Vincent 1954, 57-58)

18On constate que l’ensemble des chercheurs ayant abordé le sujet se montrent plutôt surpris que ce projet de Burle Marx, qui réalisait la synthèse entre les jardins et le parc, ne se soit finalement jamais concrétisé. Plusieurs explications ont été avancées. Fabiano de Oliveira suggère que Niemeyer y aurait opposé son véto, soucieux de la concurrence que les jardins auraient faite à ses bâtiments :

Le projet de Burle Marx était particulièrement remarquable. Sa composition réverbérait les couleurs et les situations tout au long de l’ensemble des constructions. Une hypothèse peut être avancée : Niemeyer aurait cherché à éviter cette solution paysagère en faveur d’une conception plus homogène qui aurait mis en valeur ses constructions en leur offrant une série de perspectives et qui ne serait en aucune manière entré visuellement en compétition avec les propositions de son équipe. Il a ainsi pu y avoir une interférence directe de la part d’Oscar Niemeyer en faveur d’une proposition dont les caractéristiques se rapprochaient davantage de ce qui convenait idéalement, d’après lui, à la situation. (Oliveira 2003b, 13)

19La proposition de Burle Marx apportait, en effet, plusieurs éléments susceptibles de capter l’attention au détriment des édifices de Niemeyer. Il proposait en outre certaines interventions au pied de ceux-ci. Du côté opposé au bâtiment de la Biennale, par exemple (fig. 5), au début de la grande marquise, la proposition du paysagiste ne péchait pas par modestie et suggérait une plateforme surélevée que Flavio Motta décrit en ces termes :

Pour ce jardin ont été dessinés des chemins suspendus permettant d’observer les plantes de haut en bas et, dans le même temps, suivant une trajectoire en spirale, de découvrir des perspectives constamment renouvelées. Il y aurait ainsi le chemin des jets d’eau qui, grâce à un dispositif spécial, jailliraient parmi les fleurs et varieraient en intensité au gré des nuances de la végétation. Ont également été imaginés des groupes écologiques, muraux ou sculpturaux ainsi que de petits volumes floraux destinés à intensifier la valeur chromatique des parterres. (Museu de Arte Moderna de São Paulo 2009, 9)

20Ce jardin a également été minutieusement décrit par Claude Vincent dans la revue BAC :

Le chemin surélevé (4) comportera un lit de béton armé en forme de montagne russe, qui monte et qui descend, mais toujours au-dessus du niveau du parterre de feuillage et de fleurs aux couleurs vives, de textures et de hauteurs variées, plantées en forme de puzzle ou comme une « peinture » abstraite aux formes libres. Dans ce parterre seront disposées des pièces de sculpture utilisant des formes cylindriques ou parallélépipédiques. Le visiteur pourra vivre une série d’expériences artistiques : il contemplera d’abord ce jardin au niveau du sol puis, en montant, il appréciera les différentes facettes des sculptures et, enfin, depuis la plateforme où seront disposés des bancs il pourra observer l’ensemble de haut en bas. Après ce palier, le chemin monte encore, avant de redescendre jusqu’à la sortie. Dans ce jardin, en nette opposition avec le « puzzle » coloré et les surfaces plantées de gazon, il y aura toute une section recouverte de sable blanc, avec des blocs de granit et des rochers. (Vincent 1954, 56-57)

Fig. 5 – Roberto Burle Marx. Projet en perspective de jardin pour le parc Ibirapuera, 1953.

© Escritório de Paisagismo Burle Marx.

  • 9 Zenon Lotufo, « Carta de encaminhamento de anteprojeto de ajardinamento de Burle Marx para o Parque (...)

21L’hypothèse selon laquelle le projet paysager de Burle Marx survenait dans un moment inopportun et celle qui voit dans son coût élevé la raison de son rejet sont liées et concordantes. Le fait qu’on ne retrouve aujourd’hui qu’une documentation très limitée à son propos confirme qu’il n’était pas en première ligne. Certes, dans une lettre en date du 27 mars 1953 adressée au président de la Commission du quatrième centenaire, Francisco [Ciccillo] Matarazzo Sobrinho, Zenon Lotufo, au nom de l’équipe d’architectes dirigée par Niemeyer, déclarait leur intérêt pour « l’avant-projet de jardins pour la zone d’exposition du parc Ibirapuera élaboré par monsieur Roberto Burle Marx9 ». Cependant, la missive n’arriva que quelques jours avant un changement majeur sur la scène politique de São Paulo : la prise de fonction, le 8 avril, de Jânio Quadros, récemment élu maire de la ville. Les retards pris dans la construction du parc Ibirapuera s’étaient accumulés et, à l’approche du début de la programmation des festivités, les atermoiements firent place à une précipitation qui mit à mal l’« apparente harmonie » qui régnait entre la mairie et la Commission. Silvio Lofego (2004, 85-86) en témoigne :

Ce changement a immédiatement occasionné une série de contretemps parmi les responsables des travaux […] comme la suspension d’autorisations déjà accordées, ce qui devait provoquer davantage de retards encore. […] Jânio Quadros montrait de la mauvaise volonté devant l’exécution des travaux qui concernaient le parc Ibirapuera […]. Le jeu politique et les intérêts partisans prenaient le dessus.

22En effet, cette période fut marquée par des relations particulièrement houleuses. Un an après la prise de fonction de Jânio Quadros, ses désaccords avec le président de la commission, Ciccillo Matarazzo, devaient aboutir à la démission de ce dernier quelques mois seulement avant l’inauguration du parc. On peut penser que le moment était alors particulièrement mal choisi pour considérer favorablement un nouveau projet de jardins. Il y aurait eu une faute stratégique à s’y engager, compte tenu du peu de temps disponible avant l’inauguration, prévue alors pour le 25 janvier 1954, jour de l’anniversaire de la ville. En fait, l’événement fut reporté de sept mois. Selon toute probabilité, le choix le plus opportun consistait à poursuivre ce qui avait déjà été commencé, puisque le parc possédait déjà un projet paysager antérieur à celui de Burle Marx.

23Depuis 1952, Otavio Augusto Teixeira Mendes, membre de l’équipe technique de la Commission du quatrième centenaire placée sous la direction de l’ingénieur Ernesto de Faria Alves, avait commencé à mettre à l’étude un projet paysager destiné au parc. Manuella de Andrade (2004) a retrouvé dans les Archives historiques de São Paulo un rapport de Teixeira Mendes daté du 25 avril 1953, rédigé un mois après la lettre de Lotufo encourageant la Commission à adopter le projet de Burle Marx. Le fonctionnaire y énumère une série de considérations hostiles à ce dernier : un parc ne devrait pas être « un ensemble de jardins », « extrêmement coûteux à construire » et « plus encore à entretenir ». De plus, il expliquait que le paysagiste avait travaillé à partir d’un « terrain idéal », supposément plat, ce qui, de facto, ne correspondait pas à la réalité.

  • 10 Otavio Augusto Teixeira Mendes, « Parecer sobre projeto paisagístico », São Paulo, 1953. Arquivo Hi (...)

24Teixeira Mendes ajoutait qu’il avait déjà mis en chantier son propre plan prévoyant une élévation de la surface du terrain et de la végétation existante ainsi qu’un lac et des rues intérieures dont le projet de Burle Marx ne tenait pas compte. À propos du jardin surélevé de son concurrent (fig. 5), il affirmait que « cela impliquerait d’importants transports de terre ». Il terminait en affirmant que la proposition de Burle Marx coûterait « considérablement plus que ce qui est déjà engagé » et représenterait « non seulement un gâchis de matériel mais également la perte d’un an d’études et de travaux » réalisés par « l’équipe des techniciens spécialisés » qui se tenait « à la disposition de la Commission du quatrième centenaire ». Sa conclusion se voulait sans appel : « Il est bon d’insister encore sur ce point : il n’y a pas de temps à perdre, voilà pourquoi [sic] la date des commémorations approche à grand pas.10 » Dans ce contexte, alors que les ressources diminuaient de plus en plus au fur et à mesure que les grands pavillons ainsi que toute l’infrastructure exigée par cette année commémorative avançaient à cadence forcée, la préférence accordée à un projet sans coût supplémentaire, réalisé par « un technicien spécialisé » de l’État « à la disposition de la Commission » avait pu paraître un choix raisonnable.

25Il convient de souligner que, dans les propositions de Niemeyer et de Teixeira Mendes de 1953 (fig. 7), le tracé du lac restait le même, ce qui n’était pas le cas dans celle de Burle Marx, datée de la même année. Il n’y avait donc pas eu de synergies entre Niemeyer et son ancien partenaire. Comme l’indique la note de Teixeira Mendes, Burle Marx n’avait pas pris en compte « l’ensemble des perspectives des bâtiments ». Outre le tracé différent du lac, le projet de Burle Marx proposait un restaurant avec une petite marquise dans la partie supérieure du plan d’eau (fig. 6) que Teixeira Mendes et de Niemeyer n’envisageaient pas (fig. 7).

  • 11 Ernesto de Faria Alves, « Carta ao presidente da Comissão do IV Centenário », São Paulo, 7 février (...)
  • 12 « Relatório sobre o lago do Parque Ibirapuera. Comparação de estimativas », 1952, Arquivo Histórico (...)

26L’on peut mieux saisir les enjeux du lac si on analyse les rapports publiés et la correspondance échangée depuis décembre 1952 jusqu’à la fin de 1953, dans lesquels l’équipe technique de la Commission du quatrième centenaire reproche à Niemeyer d’exiger un budget trois fois plus cher que celui qu’elle propose. Le conflit déboucha sur une série de modifications afin de parvenir à « un moyen terme satisfaisant11 » approuvé par Zenon Lotufo le mois suivant. Apparemment, cette évolution n’avait pas été communiquée à Burle Marx qui, huit semaines après l’approbation de celle-ci, remettait à Lotufo en personne un projet conçu selon l’ancien tracé du lac12.

Fig. 6 – À gauche, la maquette du projet réalisé par l’équipe conduite par Oscar Niemeyer pour le parc Ibirapuera, 1953. Source : Niemeyer (1955, 21). À droite, projet paysager de Roberto Burle Marx pour le parc Ibirapuera, 1953, MoMA Collection, New York.

© Escritório de Paisagismo Burle Marx.

Fig. 7 – À gauche, projet final de l’équipe de Niemeyer pour le parc Ibirapuera, 1953. Source : Arquivo histórico de São Paulo. À droite, projet paysager d’Otavio Augusto Teixeira Mendes pour le parc Ibirapuera, 1953. Source : Arquivo histórico de São Paulo.

  • 13 Zenon Lotufo, « Carta de encaminhamento de anteprojeto de ajardinamento de Burle Marx para o Parque (...)

27L’argument selon lequel le coût élevé aurait été la cause du refus du projet de Burle Marx ne peut être étayé par aucun des documents que nous avons consultés. Dans la lettre de Zenon Lotufo, on trouve le détail du budget prévu par Burle Marx, pour un total de 20 millions de cruzeiros, avec la mention que cette somme pourrait être réduite car « la mairie elle-même pourra[it] fournir 95% des plantes vivaces, du terreau animal et de la main-d’œuvre pour les plantations13 ». Cela revenait en fait à anticiper une sérieuse réduction des dépenses (14,8 millions), plus de la moitié de la somme prévue. Si cette collaboration avait été confirmée – ce qui semblait possible, puisque, comme l’affirme Teixeira Mendes lui-même dans son rapport, « la municipalité appartient [sic] des pépinières d’arbres, de plantes et d’autres éléments pour l’exécution du parc » –, le projet de Burle Marx n’aurait pas été plus dispendieux que celui de Teixeira Mendes pour la même « surface jardinée » de 400 000 m2. En prenant en compte la sophistication et la variété des espèces choisies par Burle Marx, le rapport coût-bénéfice serait aujourd’hui tout autre… Ceci renforce encore une fois l’idée que, outre les circonstances inopportunes, Niemeyer ait pu agir en coulisse pour se débarrasser de Burle Marx.

28Comme l’observe Macedo (2003, 4), le projet de Teixeira Mendes « est très conservateur, mais, dépourvu de mises en scène et d’éléments pittoresques, il est presque un hybride formel entre la vision bucolique du passé et la simplicité moderniste ». Le pari de la non-interférence entre les jardins et les bâtiments constituant l’ensemble architectural, en laissant ceux-ci isolés sur une série d’esplanades, a conduit à une proposition simplifiée de parc-bois et de zones de gazon qui mettent en valeur le travail de Niemeyer.

29Enfin, comme l’analyse Cássia Mariano (2005, 113), la proposition de Burle Marx « qui se concentrait sur les contours de l’ensemble architectural et se voulait un ensemble de jardins thématiques modernes » et celle de Texeira Mendes, « qui embrassait la totalité du parc plutôt que d’aborder les contours des édifices », […] « ne partagent aucun point commun, ni dans leur contenu, ni dans leurs visions, pas plus que dans leurs échelles ». L’unique rapprochement possible entre ces propositions réside dans la priorité accordée par les deux projets à la végétation autochtone.

  • 14 Toujours selon Mariano (2005, 116) : « Il existe des références indiquant qu’il a élaboré pour le p (...)

30Même si l’auteur affirme que « Teixeira Mendes a suivi des principes modernistes » et qu’il existe dans ses projets « une réciprocité avec le travail de Roberto Burle Marx et avec l’école nord-américaine de paysagisme » (Mariano 2005, 48), il est difficile de nier que les deux propositions sont radicalement différentes. La légende d’un plan constituant l’unique document qui ait pu être retrouvé sur le projet de Teixeira Mendes14 ne fait référence qu’à l’ensemble architectural (palais des Industries, palais des États) sans rien indiquer de la végétation utilisée. Le simple fait qu’existe dans les deux projets une attention portée à la concentration des jardins autour des bâtiments ne suffit pas à rapprocher leurs visions. Burle Marx valorisait les contours des bâtiments afin d’établir un dialogue avec Oscar Niemeyer, entre les espaces construits et la végétation, ce qu’ignore Teixeira Mendes. Cela n’indique absolument pas, pourtant, qu’il manquait au paysagiste une vision globale du parc. Le choix de privilégier les contours des édifices, en revanche, peut se trouver à l’origine des conflits avec l’architecte.

31Les différences explicites entre les deux projets paysagers n’ont pourtant pas permis d’éviter l’apparition, la diffusion et, pendant longtemps, l’instrumentalisation d’une certaine confusion quant à l’auteur du projet qui, comme nous l’avons vu, a été fréquemment identifié comme étant Burle Marx. D’après Mariano (2005, 113), il s’agit d’une « désinformation bien pratique, diffusée par les organisations officielles depuis les années 1970 ». Elle ajoute que les mésententes entre Niemeyer et Burle Marx à propos du parc Ibirapuera, « ont miné et limité leurs collaborations ultérieures ». Il convient toutefois de rappeler que cette affirmation est très exagérée puisque les deux créateurs ont retravaillé ensemble, par exemple, sur les divers bâtiments publics de Brasilia, édifiés dans les années 1950 à 1970, ainsi que sur ceux des ministères des Affaires étrangères (Itamaraty), de la Justice et de l’Armée, sur le palais de Jaburu et le Théâtre national, ainsi que sur les nouveaux locaux de la chaîne Manchete à Rio de Janeiro.

  • 15 Voir « Patrimônio que se desfaz : Ibirapuera em estado deplorável » [Un patrimoine en déshérence : (...)

32Toutefois, si les relations entre l’architecte et le paysagiste résistèrent à ces événements, on ne peut en dire autant du parc lui-même. Moins de cinq ans après les festivités, Ibirapuera se retrouvait « miné », avec des édifices qui menaçaient déjà de tomber en ruine et des espaces verts bien plus modestes que ceux qu’avait imaginés Burle Marx, de plus laissés dans un état de total abandon. Les articles de journaux de l’époque ne cachent pas la déception née du rapide délabrement du tout récent symbole de la ville15.

33L’on peut aisément imaginer que, si le projet paysager de Burle Marx avait été mis en œuvre, le parc Ibirapuera serait devenu un grand ensemble de jardins et non une enceinte pour des expositions dont les différents pavillons furent abandonnés une fois les commémorations du Quatrième centenaire achevées. Toutefois, il aurait fallu que soit mis en œuvre un entretien régulier en accord avec le projet, puisque, comme l’affirme Jacques Leenhardt (1994, 40) : « Le jardin nécessite des soins dans le temps et exige de l’artiste à la fois prévision et suivi, du moins lorsque cela est possible. » Rosa Kliass, dans son étude sur les parcs urbains de São Paulo, soutient cette interprétation en soulignant que le fait de traiter les jardins comme des éléments secondaires « a compromis le caractère et l’échelle de ses espaces ». Faute d’une « intention paysagère » clairement exprimée dans l’aménagement du parc, d’innombrables interventions ont été nécessaires qui ont, pour la plupart d’entre elles, porté préjudice à l’ordonnancement de cet espace. À titre d’exemple, l’architecte cite la « manie d’arboriser » qui a fini par « détruire ou conduire les espaces à se définir par une distribution des arbres sans concertation » (Kliass 1993, 165), une situation qui perdure encore aujourd’hui.

  • 16 Cf. Arquivo Histórico de São Paulo, Processo n° 6.448/1955.
  • 17 Id.

34Une preuve du caractère subsidiaire du projet paysager implanté en 1953 peut être apportée par l’initiative de la Société des amis de la flore brésilienne qui suggéra, dès 1955, la création d’un « jardin instructif de plantes utiles » dans le parc. Cette proposition fut analysée en réunion de la commission exécutive du parc, non sans rappeler à l’esprit des participants « l’existence d’un plan antérieur, signé Burle Marx16 ». Un contact fut établi avec le paysagiste à Rio de Janeiro qui, en se souvenant des dépenses occasionnées par l’élaboration du projet débouté, critiquait l’idée d’un « jardin instructif » et continuait à défendre l’idée d’un projet plus ambitieux « pour un lieu d’expositions culturelles et industrielles de l’importance du parc Ibirapuera17 ».

35Il convient de rappeler que l’échec de Burle Marx à Ibirapuera en 1953 ne l’empêcha pas de connaître un immense succès à Rio de Janeiro à la fin de la décennie. En 1960, était inauguré le parc de l’Aterro do Flamengo, conçu par le paysagiste et exécuté dans sa totalité, lui assurant ainsi une immense notoriété dans le pays. Préalablement, au cours de la décennie 1950, il avait également conçu le parc del Este à Caracas (inauguré en 1961) qui devait lui offrir le début d’une consécration internationale. Cette reconnaissance a certainement contribué à mettre la ville de São Paulo dans une situation inconfortable. La « désinformation bien commode » évoquée plus haut constitua une forme de compensation, élaborée collectivement pour corriger une erreur administrative. Ce malentendu se confirma au-delà des années 1950. Burle Marx fut sollicité à deux reprises pour intervenir dans le parc Ibirapuera et, chaque fois, ses ambitions furent déçues.

Années 1970 : nouvelle invitation, nouvelle frustration

  • 18 « Recuperação do Parque Ibirapuera » [Rénovation du parc Ibirapuera], A Gazeta, 25 avril 1961.
  • 19 Au cabinet du maire, installé dans l’ancien palais des Nations depuis janvier 1956, s’étaient déjà (...)
  • 20 « Ibirapuera vai ser restaurado » [Ibirapuera va être restauré], O Estado de S. Paulo, 30 juin 1965

36Dès le début de la décennie 1960, le parc Ibirapuera fut surnommé « le Brasília de São Paulo18 », car il s’était transformé en une sorte de cité administrative dont les espaces construits accueillaient les bureaux de la municipalité ou de l’État19. En 1965, le maire Faria Lima annonça qu’il entendait reprendre « le plan des jardins paysagers élaborés par l’architecte Burle Marx, dont le pré-projet [était] déjà prêt depuis le début de la construction du parc, mais n’a[vait] jusqu’à présent jamais été mis en œuvre20 ». Il ne devait pas y parvenir davantage.

  • 21 « L’Acte Institutionnel nº 5, ou AI-5, adopté le 13 décembre 1968, sous le gouvernement du général (...)

37Au moment de l’instauration du régime dictatorial dans le pays, en 1964, le territoire du parc se trouva confirmé non seulement dans sa fonction de lieu de pouvoir, mais également d’arène destinée à accueillir des événements politiques. De plus, l’installation de nouvelles voies de circulation fut planifiée. En 1968, on inaugura le nouveau siège de l’Assemblée législative, érigé sur l’une des digues d’un des lacs du parc. Cette même année, alors qu’était instauré l’AI-521 qui élargissait les pouvoirs dictatoriaux du gouvernement, la zone militaire existante autour du parc fut agrandie pour accueillir le quartier-général de la Deuxième armée sur une parcelle voisine de celle où était construite l’Assemblée. En janvier 1969, São Paulo célébra ses 415 ans en inaugurant l’Avenida 23 de Maio qui reliait le centre-ville aux quartiers du parc et qui scindait en deux le territoire d’Ibirapuera, fragmentant ainsi davantage encore le vaste espace vert et dressant une barrière quasiment infranchissable entre le parc et une partie des quartiers huppés, avec pas moins de 18 voies réservées aux automobiles.

38En totale contradiction avec cette dégradation, le manque d’espaces verts devint une préoccupation centrale des autorités à partir du milieu de la décennie 1970, une période d’intense urbanisation et de verticalisation de la ville. En 1974, le maire Miguel Colasuonno (1973-1975) promit de revitaliser Ibirapuera en rappelant, pour ce faire, les « deux auteurs » du plan original. La veille du vingtième anniversaire du parc, Burle Marx, le premier, fut invité à élaborer un projet non seulement pour le parc Ibirapuera mais également pour les principaux espaces verts de la ville. Le journal O Estado de S. Paulo annonça :

  • 22 « Em 30 dias Burle Marx diz o que a cidade precisa fazer » [Dans 30 jours, Burle Marx dira ce que l (...)

Le parc Ibirapuera sera reconstruit, les alentours plantés de parterres, le jardin floral reformulé et les rives du barrage de Guarapiranga arborisées. Tout cela sera à la charge de Burle Marx qui, bien qu’il se soit rendu hier au cabinet du maire Miguel Colasuonno sans savoir précisément de quoi il s’agissait, en est ressorti une demi-heure plus tard en se voyant accordé un délai de 30 jours pour élaborer ses propositions en fonction des principales mesures de la nouvelle politique des espaces verts.22

  • 23 Id..
  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid.

39Le paysagiste, récusé durant les années 1950, était alors considéré comme un espoir possible pour la revitalisation des espaces verts de la ville et, en particulier, du parc Ibirapuera qualifié de « premier lieu dans l’échelle de priorités de la mairie23 ». Burle Marx survola en hélicoptère toutes les zones qui devaient être affectées avant de conclure que le parc Ibirapuera devrait connaître « des modifications substantielles, car sa fonction [initiale] – qui consistait à accueillir des expositions – s’[était] trouvée modifiée au fil des années et parce que le parc [était] devenu un lieu de divertissement et de loisirs24 ». Il citait en exemple le succès du parc de Flamengo, à Rio, que nous évoquions et qui avait été « créé avec des aquariums, des restaurants populaires, des terrains de basket, de football, un théâtre de marionnettes et des scènes pour les spectacles musicaux en forme de coquilles réverbérant les sons25 ».

Fig. 8 – Roberto Burle Marx. Étude préliminaire pour le parc Ibirapuera, 1974. © Escritório de Paisagismo Burle Marx.

40Dans l’étude préliminaire (fig. 8) signée par Roberto Burle Marx et par les architectes associés Haruyoshi Ono et José Tabacow, le plan pour le parc Ibirapuera prévoyait l’utilisation des bâtiments existants et suggérait de nouveaux espaces et de nouvelles constructions destinés à l’implantation de restaurants, d’aquariums, de terrains de sport, d’aires consacrées au dressage de chiens, à la pétanque, aux jeux, au soutien scolaire, au patinage à roulettes et sur glace, au théâtre de plein air, aux oiseaux en cage, aux sanitaires et vestiaires, ainsi que des dalles pour des expositions, de petites îles sur les lacs, des pédalos et des plantes aquatiques, avec des aires de pique-nique et de stationnement – comme la détaille la légende du projet (fig. 9).

Fig. 9 – Légende et conventions de l’étude préliminaire – Parc Ibirapuera, février 1975. Roberto Burle Marx (paysagiste) et architectes associés Haruyoshi Ono et José Tabacow.

© Escritório de Paisagismo Burle Marx.

41Au cours de l’année 1974, Burle Marx et son équipe travaillèrent sur différents projets destinés au parc Ibirapuera. Les plans conservés dans les archives du Bureau de paysagisme Burle Marx et compagnie, à Rio de Janeiro, datés de février 1974, révèlent qu’en plus de la proposition générale pour le parc, d’autres études plus détaillées ont été réalisées : un « jardin de la Biennale » (juillet), un projet pour la « place d’entrée et le jardin des sculptures » (août) ou encore un « projet pour le jardin de l’obélisque » (mai), qui proposait un plan d’eau entourant le monument au soldat constitutionaliste de 1932 (connu comme l’obélisque) se trouvant entre la fin de l’Avenida 23 de Maio et le parc et signalant l’accès principal (portails 1 et 2).

42La proposition paysagère reprenait l’idée déjà évoquée en 1953 de créer des jardins autour des bâtiments grâce à la construction de parterres géométriques avec des plantes aux couleurs contrastées mais, cette fois-ci, au lieu des quatorze platebandes de l’ancien projet, c’était le pourtour du pavillon de la Biennale qui était mis en avant (avec la création d’une « place de la Biennale » entre cet édifice et le pavillon Lucas Nogueira Garcez, aujourd’hui surnommé la Hutte, le pavillon de la mairie (qui devait accueillir un « jardin des sculptures ») et le monument au Soldat constitutionaliste de 1932, pour lequel était prévue une « place du Monument » qui, avec la « place de l’Entrée », mettrait en valeur l’accès principal du parc.

43À la différence du projet de 1953, l’accent était mis sur les espaces de loisirs et les activités sportives, concentrés en majorité à l’opposé de l’ensemble architectural, dans une zone qui n’avait pas été utilisée jusque-là. Le parc se diviserait ainsi en deux secteurs distincts : l’un culturel et administratif, du côté des pavillons, et l’autre, récréatif, au-delà du lac (fig. 8). Les aires de stationnement étaient réparties en trois zones périphériques, interdisant la circulation de véhicules à moteur et résolvant ainsi l’un des principaux problèmes que le parc affrontait à l’époque et qui est resté sans solution jusqu’à aujourd’hui. Seul un « petit train » serait autorisé.

  • 26 « Ibirapuera só área de lazer » [Ibirapuera aire de loisirs seulement], Diário de São Paulo, 17 avr (...)

44En avril 1974, Burle Marx présenta son nouveau pré-projet, qui défendait l’idée que le parc devait être rendu aux piétons et soulignait que « d’esclave, l’automobile [était] devenue maître, avec des exigences toujours plus grandes et plus pressantes ». En préconisant la construction de terrains de sport et de jeu pour les loisirs et la récréation des utilisateurs, il soutenait encore que la végétation telle que le proposait le nouveau plan permettrait d’humaniser l’ensemble26.

45C’est avec un budget évalué à neuf millions de cruzeiros que le projet fut présenté, une valeur trois fois supérieure aux prévisions du maire Colasuonno. La semaine suivante, le journal Última Hora relançait le débat : « Le nouveau parc Ibirapuera de Burle Marx est-il viable ? » L’architecte Paulo Mendes da Rocha apportait sa réponse en contextualisant la question :

  • 27 « É viável o novo Parque Ibirapuera de Burle Marx ? » [Le nouveau parc Ibirapuera de Burle Marx est (...)

La construction d’un jardin est, pour la ville de São Paulo, une chose extraordinaire. Voilà vingt ans que nous construisons le parc Ibirapuera. Situé au cœur d’un projet qui prévoyait d’accueillir les commémorations du Quatrième centenaire de la ville, il s’est vu offrir la possibilité d’échapper à l’imposition de solutions dont l’imprécision serait étrangère à l’architecture et à la vie urbaine. Comme tout modèle d’architecture, il synthétise une hypothèse concrète d’utilisation, que la ville a eu l’occasion de se donner : un ensemble de bâtiments modernes, constitué d’espaces et de dessins porteurs d’une signification poétique offerte à la population de São Paulo qui peut y exposer le résultat de son travail. […] L’histoire du parc regorge de mésaventures et de rebondissements qui sont, si l’on veut, le reflet de certains des aspects les plus curieux de notre ville. Alors qu’une violente spéculation immobilière accapare le moindre mètre carré, le parc continue à offrir des kilomètres de défis à relever. […] Une ville civilisée trouve dans les édifices publics la plus haute expression de son temps. […] Une fois construit, avec une qualité que les pouvoirs publics n’imaginaient même pas pour leurs travaux, dans le respect des projets d’Oscar Niemeyer, quoi de plus naturel, pour le parc Ibirapuera, que d’être occupé dans ces moments d’urgence ? […] Pourtant, une fois de plus, l’urgence et la précipitation de cette ville devaient conduire à une dégradation du parc. Les immeubles ont été obturés par des paravents et des rebus de cartons, les grands espaces et la lumière effraient les provinciaux. Les jardins deviennent des terrains vagues. S’efforcer maintenant de retrouver certaines caractéristiques de sa nature initiale constitue une ultime perspective. S’il faut, pour y parvenir, faire appel à la notoriété d’un artiste comme Burle Marx, alors tant mieux, si cela peut nous ouvrir les yeux sur le prestige des arts et de l’intervention créatrice. Aucun botaniste contemporain ne sait mieux que lui tracer un jardin. C’est là que réside sa dimension d’artiste. Transférer les bureaux des Services publics dans des bâtiments dédiés, projetés dans un lieu adéquat du point de vue de l’urbanisme, et, conservant leur dessin, destiner les bâtiments de la Biennale des arts plastiques à des musées ; mettre en place un grand restaurant populaire sur les bords du lac, comme le prévoyait le projet original ; construire le théâtre ; moderniser les jardins, corriger la plantation des arbres ; interdire la circulation automobile, adapter l’usage des espaces aux loisirs de la population, sans craindre de prendre tous les risques nécessaires : voici une tâche qui incombe au pouvoir municipal.27

  • 28 « Prefeitura pode abandonar projeto do novo Ibirapuera » [Il se pourrait que la ville abandonne le (...)

46Pourtant, trois mois plus tard, un titre d’O Estado de S. Paulo révélait déjà des changements de plan : « La mairie pourrait abandonner le projet du nouveau parc Ibirapuera. » D’après ce journal, certains techniciens de la mairie estimaient que « les propositions de Burle Marx [étaient] pharaoniques, extrêmement coûteuses, d’une extrême sophistication et à mille lieux des besoins de loisirs de la population de São Paulo ». Considéré comme impraticable par la commission technique, le projet du paysagiste proposait notamment une grande piste circulaire de patin à glace. Les estimations du coût des travaux de restauration du parc Ibirapuera tournaient à ce moment-là autour de 25 millions de cruzeiros, dont dix millions seraient destinés à la « construction de galeries pluviales visant à contrôler la pollution » des lacs et douze millions aux « bâtiments préfabriqués destinés au transfert des bureaux de la préfecture qui fonctionnent au parc Ibirapuera ». Seuls trois millions restaient donc disponibles pour les travaux du parc, un tiers, seulement, de la valeur proposée par le paysagiste : une situation qui devait, une fois encore, rendre impossible l’exécution du projet de Burle Marx28.

47Colasuonno exigea que les travaux du parc soient terminés en janvier 1975. Le 22 de ce même mois, O Estado de S. Paulo constatait que « 968 arbres supplémentaires » avaient été plantés, en plus des « 150 000 m2 de nouvelles pelouses et de la récupération de 200 000 autres m2 », pour un coût de « 1,8 million de cruzeiros ». Concernant la conclusion des travaux prévue pour le mois suivant, on restait loin du compte :

  • 29 « O Ibirapuera ainda um parque inacabado » [Ibirapuera est encore un parc inachevé], O Estado de S. (...)

Une fois encore, la date annoncée par le maire ne sera pas respectée. Les travaux commencés sont encore en phase d’exécution, les 42 millions de cruzeiros sont dépensés avec parcimonie […] Des terrains de pétanque, du jardin des sculptures, des cours de soutien scolaire, des restaurants et des terrains de sport, du cinéma en plein air, du petit train dans les allées et des aires de stationnements, rien n’a encore été accompli. Tous ces travaux figurent pourtant dans le projet élaboré par Burle Marx, qui a coûté la somme de 320 mille cruzeiros.29

  • 30 Id.

48À la fin de ce même mois de janvier, le maire recevait Oscar Niemeyer qui s’était vu proposer deux mois plus tôt d’intervenir dans le parc Ibirapuera. L’édile espérait que l’architecte, « qui fut le grand concepteur du premier grand parc de São Paulo », après avoir « constaté les distorsions » survenues dans son implantation, allait pouvoir orienter la rénovation et « donner un tour professionnel à la restitution du parc Ibirapuera au peuple de São Paulo, en tant que symbole de l’humanisation de la ville30 ».

49Niemeyer, il est vrai, défendait l’idée que « le parc était destiné à être un grand centre des cultures, avec des salles dédiées aux conférences et aux expositions », qu’il n’y avait aucune raison d’installer les bureaux des Services de la mairie dans les pavillons, et qu’ils devraient en être délogés. Il regrettait l’absence d’un auditorium dont l’abandon avait donné au parc « un aspect indéfini » (il voyait là l’origine de ces distorsions). Il signalait encore que « São Paulo était en train de se transformer en véritable jungle de béton » du fait de la « spéculation immobilière, la plus grande responsable de la destruction des rares espaces verts ». De manière lapidaire, il précisait ainsi sa pensée :

  • 31 Ibid.

Le parc Ibirapuera se résume aujourd’hui à une série de lots entrecoupés par la circulation automobile ; les bâtiments sont dégradés ; la marquise est entièrement occupée ; la finalité de cet espace s’est retrouvée dénaturée, ce qui est lamentable. Le parc Ibirapuera constitue aujourd’hui un recoin de la ville parcouru dans tous les sens par des automobiles, alors que l’idée de départ était tout à fait différente, puisqu’il s’agissait d’y implanter un grand jardin.31

  • 32 Ibid.

50Il est étrange de voir l’architecte faire référence à « l’implantation d’un grand jardin », puisqu’au cours de la décennie de 1950, comme nous l’avons vu, cet aspect du projet n’avait eu droit qu’à un traitement secondaire et incomplet, représentant seulement 0,1% du total des 100 millions de cruzeiros investis dans la construction du parc et dans le béton armé. Le soutien de Niemeyer au projet paysager de Teixeira Mendes n’était pas étranger à cette situation. La « correction » que Niemeyer devait apporter au « plan directeur » du parc Ibirapuera à la demande de Colasuonno n’aboutit pas puisque l’unique « réunion à Rio de Janeiro entre l’architecte et les techniciens de la mairie ne déboucha sur la signature d’aucun contrat en vue de la mise en œuvre de ce plan32 ».

  • 33 « Ibirapuera terá sua nova reforma só a longo prazo » [Ibirapuera n’obtiendra pas sa nouvelle rénov (...)

51Le mandat de Colasuonno s’était achevé et le nouveau maire, Olavo Setúbal (1975-1979), déclara avoir mis « de côté l’application immédiate du plan paysager de Burle Marx pour le parc Ibirapuera », car « une reformulation de l’aspect et de l’usage du parc, dans les termes proposés, représente un travail de plusieurs années, compte tenu des difficultés à résoudre et des sommes à engager ». Le budget du projet, qui avait été estimé, à la remise du plan aux autorités, à neuf millions de cruzeiros, atteignait déjà à ce moment-là la somme de 37 millions33.

52Suite à ce refus, Burle Marx ne proposa plus rien pour le parc Ibirapuera avant la décennie 1990. Cette nouvelle tentative fut la bonne : pour la première fois, les difficultés rencontrées par le paysagiste pour faire appliquer ses projets allaient être contournées, du moins en partie.

Années 1990 : dernière tentative, succès partiel

  • 34 Ces tunnels ont finalement été achevés et inaugurés sous la gestion de Paulo Maluf (1993-1996), apr (...)

53Dans le contexte du nouveau pouvoir libéral-démocrate instauré dans le pays après la fin de la dictature militaire, en 1985, le parc Ibirapuera entra dans les années 1990 au cœur d’un vaste débat suscité par un projet de construction de tunnels voulu par Jânio Quadros alors à la tête de la mairie de São Paulo pour un second mandat (1986-1988). En privilégiant une fois de plus le béton et l’automobile, cette fois dans le sous-sol du parc, cette proposition consistait à construire des tunnels réservés aux voitures, afin de relier le quartier huppé de Morumbi à l’Avenida 23 de Maio. Des manifestations hostiles aux travaux conduisirent l’organisme d’État responsable de la défense du patrimoine culturel, le Condephaat, à engager une procédure de protection du parc qui permettrait l’interdiction des travaux34.

  • 35 Voir « Agora, o Ibirapuera é patrimônio histórico da cidade » [Maintenant Ibirapuera fait partie du (...)
  • 36 Secretaria de Cultura do Estado de São Paulo, Resolução n° 1, 25 janvier 1992 ; Tombamento do Parqu (...)

54Luiza Erundina, lorsqu’elle fut élue maire de la ville (1989-1992), suspendit la construction des tunnels. Le 11 janvier 1991, elle adopta le projet de loi élaboré en 1988 par l’adjoint au maire Marcos Mendonça, classant, au nom de la municipalité, le parc Ibirapuera dans le « patrimoine historique, culturel et environnemental de la ville35 ». Ce décret municipal prévoyait de déménager les sièges administratifs qui y étaient établis avant décembre 1992, date à laquelle le cabinet de la maire, en fin de mandat, se trouverait transféré vers le Palais des industries, dans le parc Dom Pedro II. En outre, le Condephaat approuva la protection du parc par l’État le 25 janvier 1992 en créant une nouvelle instance chargée d’examiner chaque changement susceptible d’y être apporté36.

  • 37 Vicente Viladarga, « O verde vence o concreto no Ibirapuera » [Le vert a vaincu le bêton à Ibirapue (...)

55Alors que les bureaux de la mairie se trouvaient sur le point d’être transférés, une série d’enquêtes et de consultations publiques furent diligentées au sujet de l’avenir du parc Ibirapuera, donnant lieu à d’innombrables hypothèses et propositions quant aux nouveaux usages qui pourraient être faits des pavillons. Le Jornal da Tarde annonça avec un enthousiasme anticipé : « Victoire du vert sur le béton au parc Ibirapuera », en se félicitant que les loisirs deviennent une priorité. La première idée, avancée par le secrétariat d’État à la culture qui avait décrété la protection du parc et espérait déjà se voir réserver un espace en son sein, consistait à transformer les locaux de l’ancienne mairie – le pavillon Manuel da Nóbrega – en un « centre écologique » offrant une série de « cours et d’expositions consacrés à l’environnement37 ».

  • 38 « O verde em obras » [Le vert en chantier], Veja São Paulo, 23 septembre 1992.
  • 39 Id.

56Inaugurant une pratique qui se répéta les années suivantes – la reprise en main du parc Ibirapuera par des initiatives privées – le programme Mais Ibirapuera para você [Plus d’Ibirapuera pour toi], lancé en 1992, proposa « une revitalisation et de nouvelles offres de loisirs dans une structure plus adéquate38 ». À l’occasion des quarante ans du parc, sous le patronage de la Banque Real et de la Rede Globo de Televisão [Chaîne Globo de Télévision]/Fondation Roberto Marinho, et avec le soutien de la mairie, on fit à nouveau appel à l’auteur des deux projets paysagers refusés au cours des années 1950 et 1970, Roberto Burle Marx. L’idée de ce programme partait d’une enquête réalisée auprès de 7 800 personnes qui fréquentaient le parc, dont rendait compte l’hebdomadaire Veja São Paulo39 en citant les chiffres suivants :

Parmi les usagers consultés, 51% déclarent qu’ils fréquentent le parc pour y faire du jogging, de la marche ou de la course. Seuls 11% admettent qu’à l’ombre des arbres ils se consacrent à un autre sport : la drague. En deuxième position arrive la promenade (47%), suivie par l’observation de la nature (33%).

  • 40 Ibid.

57Le programme Mais Ibirapuera para você, qui était également une proposition de marketing culturel de ses sponsors, prévoyait la création de trois nouveaux terrains de jeux, « la signalisation, avec des plans complets du parc installés à chaque portail et des flèches indiquant les toilettes et les buvettes » qui, ainsi que le restaurant, seraient améliorés. En outre, il proposait la rénovation de la pépinière Manequinho Lopes qui accueillerait « des plantes ornementales d’Amazonie » et la construction de « cinq autres serres pour des fleurs telles que les bromélies ou les orchidées, selon un projet paysager établi par Burle Marx40 ».

  • 41 « Burle Marx afasta Niemeyer da reforma do Parque do Ibirapuera » [Burle Marx écarte Niemeyer de la (...)

58La proposition de Burle Marx était encore plus audacieuse que les fois précédentes et elle ne manqua pas de provoquer une série de polémiques à propos du déplacement du « verger », la pépinière Manequinho Lopes, vers un autre espace, plus éloigné de la ville, afin de transformer son actuel emplacement en de vastes zones de loisirs. La maire, Luiza Erundina, favorable au choix de Burle Marx, déclara pourtant qu’elle prévoyait de « discuter davantage de l’idée d’un déménagement du verger » et annonça que, puisque le parc obtiendrait sous quelques jours son classement en tant qu’espace protégé, « la mairie ne pourra[it] plus, désormais, promouvoir aucune innovation architecturale ni aucune redistribution de l’espace qui défigure la zone41 ».

  • 42 « Ciclistas perdem a pista exclusiva no Ibirapuera » [Les cyclistes perdent la piste qui leur était (...)

59À la différence des deux précédentes occasions, certaines idées du projet de Burle Marx furent, cette fois-ci, réalisées ; d’autres le furent partiellement. Une grande attention fut accordée à la pépinière Manequinho Lopes qui bénéficia, en fin de compte, de la rénovation des serres et de la construction de la place dite de la Pépinière (fig. 10) autour de l’ancienne scierie. Plusieurs propositions pour le parc furent abandonnées ou modifiées, comme, par exemple, la construction de la voie pour les vélos, « l’une des principales revendications des usagers ». Une « piste cyclable expérimentale » devait être mise en place en janvier 1993 mais fut rapidement abandonnée. On expérimenta un marquage au sol à la peinture au milieu des voies, comme le prévoyait le projet de Burle Marx (fig. 12) mais cela ne fonctionna pas car, à en croire les journaux, « les problèmes entre les piétons et les cyclistes » n’étaient pas résolus. Une nouvelle proposition fut de la remplacer par une « piste cyclable périphérique, qui passerait par les lieux moins fréquentés du parc42 » mais elle fut aussi abandonnée.

Fig. 10 – Détail de la place de l’accès à la pépinière Manequinho Lopes – Projet paysager pour le parc Ibirapuera, São Paulo, oct.-déc. 1992.

© Escritório de Paisagismo Burle Marx.

  • 43 Œuvres d’Amílcar de Castro, Emanoel Araújo, Felícia Leirner, Franz Weissmann et Mario Cravo Júnior, (...)

60Le « produit » le plus vanté par le programme Mais Ibirapuera para você était le Jardin des sculptures, autour du MAM, ainsi qualifié par Burle Marx (2009) : « Un espace qui encouragerait la communauté à se familiariser avec l’art, en exposant les œuvres de nos artistes et en valorisant notre culture. » Ce jardin devait s’étendre entre le MAM, la Fondation Biennale et les musées de l’Aéronautique et du folklore (fig. 14), qui, à cette époque, étaient séparés par le pavillon Lucas Nogueira Garcez (la Hutte). Les sculptures du MAM43 étaient exposées en plein air parmi les arbres et les palmiers existants. On y avait ajouté le projet d’une nouvelle végétation entre les chemins tracés par des graviers, des cailloux, des dalles de ciment et des pelouses. Le Jardin des sculptures fut inauguré le 8 janvier 1993, un an avant la mort de Burle Marx, le 4 juillet 1994.

Fig. 11 – Détail de la piste alternative de jogging – Projet paysager pour le parc Ibirapuera, São Paulo, oct.-déc. 1992.

© Escritório de Paisagismo Burle Marx.

Fig. 12 – Détail de la piste cyclable – Projet paysager pour le parc Ibirapuera, São Paulo, oct.-déc. 1992.

© Escritório de Paisagismo Burle Marx.

Fig. 13 – Détail du terrain de jeu (flèche centrale) et de l’espace de lecture (flèche à droite) – Projet paysager pour le parc Ibirapuera, São Paulo, oct.-déc. 1992.

© Escritório de Paisagismo Burle Marx.

Fig. 14 – Projet paysager – Jardin des sculptures, mars 1993.

© Escritório de Paisagismo Burle Marx.

61Après la mort de Burle Marx, au cours de la décennie 2000, le Jardin des sculptures connut encore deux modifications conduites par Haruyoshi Ono, son collaborateur au sein de l’atelier de paysagisme. Rappelons que cet espace, bien que situé différemment, était déjà prévu, sous le même nom, dans le projet de 1974 aussi bien que dans le plan original de 1953, tel que le décrivait Claude Vincent dans la revue BAC :

Près du musée d’art sera installé un jardin spécialement dessiné pour accueillir des sculptures et faciliter ainsi l’observation de ces volumes projetés dans l’espace. On y trouvera des murets de pierre vivants, constitués de plantes et d’autres éléments, à des hauteurs variées afin d’accentuer le sens de l’espace et d’isoler les sculptures les unes des autres. (Vincent 1954, 58)

62Tout en étant la vitrine de Mais Ibirapuera para você, le Jardin des sculptures ne coûta que 70 000 dollars alors que, d’après Veja São Paulo, la rénovation globale du parc en exigea trois millions qui furent dépensés, selon les données fournies par les sponsors, en diverses interventions qui ne modifièrent pas de manière significative une physionomie qui avait été pensée dans les années 1950.

L’art du paysage au musée

63Depuis son inauguration, le parc Ibirapuera a été le théâtre de nombreuses controverses. L’absence d’une définition claire de l’usage réservé aux pavillons après les commémorations du Quatrième centenaire et d’un projet paysager qui aurait exigé de fréquentes manutentions ont conduit ce lieu à devenir durablement, au cours des années ayant suivi son ouverture, le siège de plusieurs administrations. Il a perdu une grande partie de sa surface au profit de nouvelles constructions et avenues. Cette situation ne permit pas à Burle Marx de déployer de manière significative son art du paysage en ce lieu.

64Lors de la seconde Biennale, en 1953, date de la pré-inauguration du parc Ibirapuera, la programmation prévoyait la deuxième exposition internationale d’architecture durant laquelle un hommage devait être rendu à Walter Gropius en lui attribuant le grand prix. Le projet d’Oscar Niemeyer et de son équipe pour le parc y fut aussi présenté. Burle Marx, pour sa part, fut récompensé pour deux de ses jardins particuliers dessinés pour les résidences d’Odette Monteiro (Petrópolis, 1946) et de Walter Moreira Salles (Rio de Janeiro, 1948).

65Aussitôt après la fin de cet événement, entre mai et juin 1954, le paysagiste réalisa sa première exposition internationale, présentant un aperçu significatif des projets qu’il avait conçus jusqu’alors. Intitulée « Landscape and architecture in Brazil : Roberto Burle Marx », cette rétrospective était organisée par le Smithsonian Institute au siège de la Pan American Union à Washington DC. Parmi les 27 œuvres exposées figuraient en bonne place, dans le petit catalogue de l’exposition, le détail de son « Project for Ibirapuera Park, São Paulo (not executed) » [Projet pour le parc Ibirapuera (non exécuté)] (Pan-American Union 1954).

Fig. 15 – Page du catalogue de l’exposition « Landscape Architecture in Brazil » (1954). Archives historiques Wanda Svevo/Fondation Biennale de São Paulo.

  • 44 Karel Appel, William Baziotes, Paul-Émile Borduas, Fernand Léger, Émile Nolde, Lucien Freud, Isamu (...)
  • 45 Oswaldo Bratke, Sérgio Bernardes, Lúcio Costa, Affonso Eduardo Reidy, Rino Levi, Icaro de Castro Me (...)

66Alors qu’il n’avait pas été exécuté, le projet de Burle Marx pour le parc Ibirapuera était déjà considéré en lui-même comme une œuvre d’art paysager et, en tant que telle, il rejoignit les collections de la section architecture du MoMA. Le « Détail n°5 » (fig. 3), peint à la gouache, a été acquis par cette institution grâce au financement de l’Inter-American Fund et a été présenté au sein de l’exposition « Recent Aquisitions » (novembre 1955 – février 1956) aux côtés de cinquante autres œuvres récemment acquises comme, notamment, des Nymphéas de Claude Monet ou des œuvres d’artistes de renommée internationale (Pablo Picasso, Henri Matisse ou Henry Moore), présents également, pour la plupart d’entre eux, à la deuxième Biennale de São Paulo44. Réalisée en même temps que l’exposition des acquisitions récentes du MoMA, l’exposition « Latin American Architecture since 1945 » incluait un autre travail de Burle Marx, le jardin de la résidence d’Odete Monteiro, qui avait obtenu un prix, ainsi que plusieurs projets de Niemeyer (l’église de Pampulha, le siège de la banque Boa Vista, la Casa das Canoas) et d’autres architectes brésiliens45 ou encore de Le Corbusier, Luis Barragan et Carlos Villanueva. Dès la décennie 1950, Burle Marx était donc présent aussi bien parmi les grands noms de l’art que parmi ceux de l’architecture, dans deux expositions qui se tenaient simultanément dans les plus prestigieux musées du monde. Comme il l’affirmait lui-même à propos de sa propre circulation transdisciplinaire :

  • 46 « Burle Marx fala sobre a arte da paisagem » [Burle Marx fait une conférence sur l’art du paysage], (...)

Je n’étudie pas les jardins sur lesquels je travaille seulement comme un botaniste, mais également comme le peintre que j’ai toujours été. La couleur, le contraste, l’harmonie, la structure ou la forme sont aussi importants pour moi en tant que peintre qu’en tant qu’architecte de jardins46.

  • 47 Kátia Canton, « Éden recriado » [Eden récréé], IstoÉ, 5 juin 1991.

67C’est pourtant au sein de l’exposition « The Unnatural Art of the Garden », réalisée en 1991 (fig. 16), que l’ensemble de ses dessins pour le parc Ibirapuera allait connaître le plus grand éclairage. Katia Canton a commenté cette exposition pour l’hebdomadaire IstoÉ, en mettant en avant, parmi les éléments exposés, « le projet incroyable et jamais réalisé, imaginé pour le parc Ibirapuera (1953) par Burle Marx en collaboration avec Oscar Niemeyer à l’occasion du Quatrième centenaire de São Paulo, avec ses rampes entrelacées serpentant parmi de petits jardins et des lacs47 ».

68Il s’agissait là de la première exposition que le MoMA consacrait exclusivement à l’art du paysage, c’est pourquoi une telle vitrine peut à juste titre être considérée comme le couronnement de la carrière de Burle Marx qui devait décéder l’année suivante. Le parc Ibirapuera y jouait un rôle stratégique et décisif.

  • 48 Parmi les 17 œuvres concernant Burle Marx dans la collection du MoMA, dix renvoient à son projet de (...)

69Parmi les cinq projets de l’auteur sauvegardés par le musée, celui du parc Ibirapuera est le mieux représenté, avec trois belles planches peintes à la gouache, dont deux d’entre elles avaient été acquises spécialement en vue de cette exposition48. La vente de ces planches au MoMA par Burle Marx peu de temps avant sa mort peut donc être interprétée comme un geste fondamental de la part de l’auteur : puisqu’il n’était jamais parvenu à implanter son projet, il en faisait pourtant une œuvre mondialement célèbre en tant que pièce de la collection du plus prestigieux musée d’art moderne du monde. On peut considérer cette revanche comme la reconnaissance symbolique que le projet s’était vu refuser dans le champ du réel, une fausse note dans une carrière essentiellement marquée par l’exécution de parcs et de jardins emblématiques dans de nombreuses métropoles du Brésil et du monde entier. Ainsi, bien que la relation de Burle Marx avec le parc Ibirapuera se soit soldée par quatre décennies de rendez-vous manqués, l’accès tardif au rang de monument de ses planches fut une sorte de règlement de comptes avec le passé et préserva, dans un cadre international prestigieux, la mémoire de l’un de ses plus beaux projets paysagers.

Figure 16 – Vue de l’exposition « Roberto Burle Marx : The Unnatural Art of the Garden », au MoMA. New York. May 23, 1991 through August 13, 1991. New York, Museum of Modern Art (MoMA). Gelatin-silver print, 6 x 9" (15.2 x 22.9 cm). Photo : Mali Olatunji (copyright : The Museum of Modern Art, New York). Photographic Archive. The Museum of Modern Art Archives, New York. Cat. no. : IN1584.2.

© 2017. Digital image, The Museum of Modern Art, New York/Scala, Florence.

Haut de page

Bibliographie

Abreu, Ivanir Reis Neves. 2007. « Convênio escolar: utopia construída. » Dissertation de mestrado en architecture et urbanisme. São Paulo: Université de São Paulo.

Andrade, Manuella Marianna. 2004. « O Parque do Ibirapuera: 1890 a 1954. » Arquitextos 5 (051.01). Disponible sur : http://www.vitruvius.com.br/revistas/read/arquitextos/05.051/553 (consulté le 20 avril 2017).

Barone, Ana Cláudia Castilho. 2007. « Ibirapuera: parque metropolitano (1926-1954). » Thèse de doctorat en architecture et urbanisme. São Paulo: Faculté d’architecture et urbanisme de l’Université de São Paulo (FAU-USP).

Barone, Ana Cláudia Castilho. 2009. « A oposição aos pavilhões do parque Ibirapuera (1950-1954). » Anais do Museu Paulista: História e Cultura Material 17 (2): 295-316.

Burle Marx, Roberto. 2009. « O Projeto do Jardim das Esculturas. » In Moderno MAM extra. Roberto Burle Marx, 100 anos: a permanência do instável. Dépliant d’exposition. São Paulo: Museu de Arte Moderna de São Paulo.

Cardoso, Joaquim. 1953-1954. « O conjunto arquitetônico de Ibirapuera. » Brasil – Arquitetura Contemporânea 2/3: 49-62.

Cavalcanti, Lauro, Farès El-Dahdah & Francis Rambert. 2011. Roberto Burle Marx : la modernité du paysage. Basileia: Birkhäuser.

D’araujo, Maria Celina. s. d. « O AI-5. » Fatos e Imagens, Rio de Janeiro: CPDOC/FGV. Disponible sur : http://cpdoc.fgv.br/producao/dossies/FatosImagens/AI5 (consulté le 2 juin 2017).

Gonçalves, Simone Neiva Loures. 2010. « Museus projetados por Oscar Niemeyer de 1951 a 2006: o programa como coadjuvante. » Thèse de doctorat en architecture et urbanisme. São Paulo: Faculté d’architecture et urbanisme de l’Université de São Paulo (FAU-USP).

Kliass, Rosa Grena. 1993. Parques urbanos de São Paulo. São Paulo: Pini Editora.

Leenhardt, Jacques. 1994. Dans les jardins de Roberto Burle Marx. Arles : Éditions Actes Sud/Crestet Centre d'Art.

Lévi-Strauss, Claude. 1955. Tristes tropiques. Paris : Plon, collection « Terre humaine ».

Lofego, Silvio Luiz. 2004. IV Centenário da Cidade de São Paulo: uma cidade entre o passado e o futuro. São Paulo: Annablume.

Macedo, Silvio Soares. 2003. « O paisagismo moderno brasileiro, além de Burle Marx. » Paisagens em debate 1. Disponible sur : http://www.fau.usp.br/depprojeto/gdpa/paisagens/artigos/2003SilvioM-Burle.pdf (consulté le 25 octobre 2017).

Mariano, Cássia. 2005. Preservação e paisagismo em São Paulo: Otávio Augusto Teixeira Mendes. São Paulo: Annablume/Fapesp/Fundação Maria Luísa e Oscar Americano.

Marins, Paulo César Garcez. 1998-1999. « O Parque Ibirapuera e a construção da identidade paulista. » Anais do Museu Paulista – História e Cultura Material, 6-7: 9-36.

Museu de Arte Moderna de São Paulo. 2009. Roberto Burle Marx, 100 anos: a permanência do instável. Moderno MAM extra 1 (2), juillet-septembre.

Niemeyer, Oscar. 1955. « Mutilado o conjunto do Parque Ibirapuera. » Módulo. Rio de Janeiro: [s. n.]: 21. Edição especial.

Oliveira, Fabiano Lemes de. 2002. « Para o bem de São Paulo, para o belo em São Paulo: uma proposta de Christiano Stockler das Neves para o Parque do Ibirapuera. » In Anais do VII Seminário de História da Cidade e do Urbanismo. Salvador: UFBA, manuscrit.

Oliveira, Fabiano Lemes de. 2003a. « Os projetos para o Parque Ibirapuera: de Manequinho Lopes a Niemeyer (1926-1954). » Dissertation de mestrado. São Carlos: Université de São Paulo (USP).

Oliveira, Fabiano Lemes de. 2003b. « O Parque do Ibirapuera: Projetos, Modernidades e Modernismos. » Anais do 5º Seminário Docomomo Brasil 5, manuscrit.

Oliveira, Fabiano Lemes de. 2008. « Modelos urbanísticos modernos e parques urbanos: as relações entre urbanismo e paisagismo em São Paulo na primeira metade do século XX. » Thèse de doctorat en urbanisme et paysage. Barcelone : Universitat Politècnica de Catalunya.

Pan-American Union. 1954. Landscape. Architecture in Brazil – Roberto Burle Marx. Dépliant d’exposition. Washington D.C.: Smithsonian Institute/Pan-American Union.

Santos, César Floriano dos. 1999. « Campo de Producción Paisajística de Roberto Burle Marx – “El Jardín Como Arte Público”. » Thèse de doctorat en architecture. Madrid : Escuela Técnica Superior de Arquitectura.

Vincent, Claude. 1953-1954. « Jardins do Parque Ibirapuera – Roberto Burle Marx. » Brasil – Arquitetura Contemporânea. 2/3: 55-58.

Haut de page

Notes

1 « Gastos com as obras do Ibirapuera » [Le coût des travaux du parc Ibirapuera] » O Estado de S. Paulo, 21 août 1954.

2 Id.

3 Avec son équipe, composée des architectes Eduardo Kneese de Mello, Zenon Lotufo, Hélio Uchôa Cavalcanti et en collaboration avec Gauss Estelita et Carlos Lemos.

4 Barone (2007) a également signalé d’innombrables conflits déjà existants au cours des années 1920, après la décision, prise par le maire Pires do Rio (1926), de construire un parc sur ce terrain : des conflits juridiques qui impliquaient, outre l’occupation du terrain par des intrus, des documents falsifiés et une vaste confusion quant à la propriété des terres. Nombre de ces problèmes demeurent toujours sans solution aujourd’hui.

5 Plusieurs exemples de cette attribution erronée dans des extraits de journaux des dernières décennies peuvent être constatés. Voir notamment Rowan Moore, « The 10 Best Parks » [Les 10 meilleurs parcs], The Guardian, 7 août 2015 ; Maria Inês de Camargo, « Ibirapuera fica quarentão com muita festa » [Ibirapuera arrive à la quarantaine avec de nombreuses festivités], O Estado de S. Paulo, 15 août 1994 ; Adriana Moreira, « Obra conta a história do Parque Ibirapuera » [Un ouvrage raconte l’histoire du parc Ibirapuera], O Estado de S. Paulo, 24 janvier 1997 ; « O Parque que virou símbolo de São Paulo » [Le parc qui est devenu le symbole de São Paulo], Veja São Paulo, 12 août 1987 ; Lelia Chacon, « Ibirapuera pode ser tombado » [Ibirapuera pourrait être classé], Folha de S. Paulo, 31 août 1981.

6 Jusqu’en juin 2016, il y avait sur le site de la mairie de São Paulo une page consacrée au parc Ibirapuera où l’on pouvait lire l’information suivante (datée du 7 novembre 2005) : « Oscar Niemeyer a été responsable du projet architectural [du parc] et Roberto Burle Marx de la réalisation paysagère ». Depuis, le site de la mairie a été refait et cette page retirée. Il est pourtant encore possible de la consulter en suivant le lien : https://web.archive.org/web/20160303204749/http://www.prefeitura.sp.gov.br/portal/a_cidade/historia/fatos_historicos/index.php?p=5604 (consulté le 25 octobre 2017).

7 D’après Mariano (2005, 48-49 et 53), Otávio Augusto Teixeira Mendes, un grand pianiste, était également « un novateur dans sa discipline ». L’auteur ajoute : « Il a obtenu, après avoir suivi les cours de l’école d’agronomie de Piracicaba (1939) [où sa famille possédait une tradition de recherche, d’enseignement et de travail »] un diplôme d’architecture, planification et préservation de l’université de Columbia, aux États-Unis (1950). » C’est alors qu’il commença à se qualifier d’architecte paysagiste. Teixeira Mendes a fait partie du Service des forêts de l’État de São Paulo entre 1942 et 1968. Outre le parc Ibirapuera, il a participé à des projets importants dans le domaine de l’environnement, comme la création du parc touristique de la Cantareira et du parc de la Fondation Maria Luísa et Oscar Americano.

8 Bien que les illustrations de l’article de Claude Vincent aient été publiées en noir et blanc, il est fort probable qu’il ait eu accès aux projets originaux peints à la gouache – dont une partie appartient aujourd’hui au Musée d’art moderne de New York (MoMA) –, puisqu’il commente avec force détails les aspects chromatiques de ces planches.

9 Zenon Lotufo, « Carta de encaminhamento de anteprojeto de ajardinamento de Burle Marx para o Parque Ibirapuera », São Paulo, 1953. Arquivo Histórico de São Paulo, Fls. nº 2, Processo n° 1946–53.

10 Otavio Augusto Teixeira Mendes, « Parecer sobre projeto paisagístico », São Paulo, 1953. Arquivo Histórico de São Paulo, caixa 197, folha nº 5, processo nº 1936.

11 Ernesto de Faria Alves, « Carta ao presidente da Comissão do IV Centenário », São Paulo, 7 février 1953, Arquivo Histórico de São Paulo, processo nº 1.936.

12 « Relatório sobre o lago do Parque Ibirapuera. Comparação de estimativas », 1952, Arquivo Histórico de São Paulo, Processo nº 1120.

13 Zenon Lotufo, « Carta de encaminhamento de anteprojeto de ajardinamento de Burle Marx para o Parque Ibirapuera », São Paulo, 1953. Arquivo Histórico de São Paulo, Fls. nº 2, Processo n° 1946–53.

14 Toujours selon Mariano (2005, 116) : « Il existe des références indiquant qu’il a élaboré pour le parc Ibirapuera entre 80 et 150 dessins en perspective, coupes longitudinales maîtresses, transversales secondaires, pour étudier le parc en cherchant à préserver autant que possible la végétation existante. L’imprécision quant à leur quantité s’ajoute à la regrettable disparition de ces documents. Seuls deux d’entre eux ont heureusement été sauvegardés, l’original et la copie d’un plan du pré-projet, aujourd’hui conservés dans les Archives historiques de São Paulo. »

15 Voir « Patrimônio que se desfaz : Ibirapuera em estado deplorável » [Un patrimoine en déshérence : Ibirapuera dans un état déplorable], A Gazeta, 8 janvier 1959 ; Ferreira Barros, « Ibirapuera a mais onerosa desolação de todo o Brasil » [Ibirapuera, la plus onéreuse désolation de tout le Brésil], Correio Paulistano, 12 juillet 1959 ; « Ibirapuera cai aos pedaços » [Ibirapuera tombe en ruines], Última Hora, 14 septembre 1959 ; « O triste exemplo do Ibirapuera » [Le triste exemple d’Ibirapuera], Folha da Tarde, 10 juillet 1959.

16 Cf. Arquivo Histórico de São Paulo, Processo n° 6.448/1955.

17 Id.

18 « Recuperação do Parque Ibirapuera » [Rénovation du parc Ibirapuera], A Gazeta, 25 avril 1961.

19 Au cabinet du maire, installé dans l’ancien palais des Nations depuis janvier 1956, s’étaient déjà ajoutés presque tous les bureaux des adjoints à la municipalité (chargés des finances, des travaux publics, etc.), sans oublier que le Palais de l’agriculture avait déjà été occupé par le Département d’État à la circulation (Detran) en 1959.

20 « Ibirapuera vai ser restaurado » [Ibirapuera va être restauré], O Estado de S. Paulo, 30 juin 1965.

21 « L’Acte Institutionnel nº 5, ou AI-5, adopté le 13 décembre 1968, sous le gouvernement du général Costa e Silva, constitua l’expression la plus radicale de la dictature militaire brésilienne (1964-1985). Il est resté en vigueur jusqu’en décembre 1978 et a donné lieu à une série d’actions arbitraires aux effets durables. Il constitue le moment le plus sévère du régime en donnant un pouvoir d’exception au gouvernement afin de punir arbitrairement quiconque était jugé ou considéré comme un ennemi du régime. » (D’Araujo s. d.)

22 « Em 30 dias Burle Marx diz o que a cidade precisa fazer » [Dans 30 jours, Burle Marx dira ce que la ville doit faire], O Estado de S. Paulo, 3 octobre 1973.

23 Id..

24 Ibid.

25 Ibid.

26 « Ibirapuera só área de lazer » [Ibirapuera aire de loisirs seulement], Diário de São Paulo, 17 avril 1974.

27 « É viável o novo Parque Ibirapuera de Burle Marx ? » [Le nouveau parc Ibirapuera de Burle Marx est-il viable ?], Última Hora, 23 avril 1974.

28 « Prefeitura pode abandonar projeto do novo Ibirapuera » [Il se pourrait que la ville abandonne le projet du nouvel Ibirapuera], O Estado de S. Paulo, 9 juillet 1974.

29 « O Ibirapuera ainda um parque inacabado » [Ibirapuera est encore un parc inachevé], O Estado de S. Paulo, 22 janvier 1975.

30 Id.

31 Ibid.

32 Ibid.

33 « Ibirapuera terá sua nova reforma só a longo prazo » [Ibirapuera n’obtiendra pas sa nouvelle rénovation avant longtemps], O Estado de S. Paulo, 22 août 1975.

34 Ces tunnels ont finalement été achevés et inaugurés sous la gestion de Paulo Maluf (1993-1996), après le départ de Luiza Erundina.

35 Voir « Agora, o Ibirapuera é patrimônio histórico da cidade » [Maintenant Ibirapuera fait partie du patrimoine historique de la ville], Jornal da Tarde, 15 janvier 1991.

36 Secretaria de Cultura do Estado de São Paulo, Resolução n° 1, 25 janvier 1992 ; Tombamento do Parque Ibirapuera, Diário Oficial do Estado de São Paulo, vol. 102, n° 18, Seção I, p. 22 ; Conselho de Defesa do Patrimônio Histórico, Arqueológico, Artístico e Turístico do Estado de São Paulo (Condephaat), Processo de tombamento n° 25.767/87, São Paulo, 21 février 1992 ; Inscrição no Livro de Tombo n° 24, p. 307.

37 Vicente Viladarga, « O verde vence o concreto no Ibirapuera » [Le vert a vaincu le bêton à Ibirapuera], Jornal da Tarde, 5 juin 1991.

38 « O verde em obras » [Le vert en chantier], Veja São Paulo, 23 septembre 1992.

39 Id.

40 Ibid.

41 « Burle Marx afasta Niemeyer da reforma do Parque do Ibirapuera » [Burle Marx écarte Niemeyer de la rénovation du parc d'Ibirapuera], O Estado de S. Paulo, 15 janvier 1992.

42 « Ciclistas perdem a pista exclusiva no Ibirapuera » [Les cyclistes perdent la piste qui leur était réservée à Ibirapuera], O Estado de S. Paulo, 23 avril 1993.

43 Œuvres d’Amílcar de Castro, Emanoel Araújo, Felícia Leirner, Franz Weissmann et Mario Cravo Júnior, notamment.

44 Karel Appel, William Baziotes, Paul-Émile Borduas, Fernand Léger, Émile Nolde, Lucien Freud, Isamu Noguchi, Rufino Tamayo et Max Beckmann, notamment.

45 Oswaldo Bratke, Sérgio Bernardes, Lúcio Costa, Affonso Eduardo Reidy, Rino Levi, Icaro de Castro Mello et les frères Roberto, notamment.

46 « Burle Marx fala sobre a arte da paisagem » [Burle Marx fait une conférence sur l’art du paysage], Correio da Manhã, 23 décembre 1954.

47 Kátia Canton, « Éden recriado » [Eden récréé], IstoÉ, 5 juin 1991.

48 Parmi les 17 œuvres concernant Burle Marx dans la collection du MoMA, dix renvoient à son projet de jardins pour la maison sur la plage du couple Burton Tremaine, en 1948, en collaboration avec Oscar Niemeyer (projet non exécuté ; l’ensemble, constitué de dix planches, a été offert au musée par le couple en 1966). Les sept autres incluent les trois planches à la gouache pour le parc Ibirapuera ; une maquette de la ferme Vargem Grande (1979-1980) également acquise par le musée en 1991 ; le plan de la place Duque de Caxias, à Rio de Janeiro, daté de 1948, offerte par Phillip L. Goodwin cette même année ; ainsi que deux acquisitions plus récentes, ajoutées en 2015 : une œuvre textile en coton datant de 1980 et une photographie de Leonardo Finotti qui illustre la collaboration de Burle Marx avec Affonso Eduardo Reidy au musée d’art moderne de Rio de Janeiro.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Projet paysager de Burle Marx pour le parc Ibirapuera, 1953. Source : Claude Vincent (1954, 57-58).
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2413/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Légende Fig. 2 – Roberto Burle Marx (1909-1994). Projet pour le parc Ibirapuera, São Paulo, Brésil, 1953. New York, Museum of Modern Art (MoMA). Gouache and graphite on board. 39 1/2 x 59 1/2 (100.3 x 151.1cm). Gift of Roblee McCarthy Jr. Fund and Lily Auchincloss Fund. Acc. num. 157.1991.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2413/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Fig. 5 – Roberto Burle Marx. Projet en perspective de jardin pour le parc Ibirapuera, 1953.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2413/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Légende Fig. 6 – À gauche, la maquette du projet réalisé par l’équipe conduite par Oscar Niemeyer pour le parc Ibirapuera, 1953. Source : Niemeyer (1955, 21). À droite, projet paysager de Roberto Burle Marx pour le parc Ibirapuera, 1953, MoMA Collection, New York.
Crédits © Escritório de Paisagismo Burle Marx.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2413/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 7 – À gauche, projet final de l’équipe de Niemeyer pour le parc Ibirapuera, 1953. Source : Arquivo histórico de São Paulo. À droite, projet paysager d’Otavio Augusto Teixeira Mendes pour le parc Ibirapuera, 1953. Source : Arquivo histórico de São Paulo.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2413/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 8 – Roberto Burle Marx. Étude préliminaire pour le parc Ibirapuera, 1974. © Escritório de Paisagismo Burle Marx.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2413/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 9 – Légende et conventions de l’étude préliminaire – Parc Ibirapuera, février 1975. Roberto Burle Marx (paysagiste) et architectes associés Haruyoshi Ono et José Tabacow.
Crédits © Escritório de Paisagismo Burle Marx.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2413/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Légende Fig. 10 – Détail de la place de l’accès à la pépinière Manequinho Lopes – Projet paysager pour le parc Ibirapuera, São Paulo, oct.-déc. 1992.
Crédits © Escritório de Paisagismo Burle Marx.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2413/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Légende Fig. 11 – Détail de la piste alternative de jogging – Projet paysager pour le parc Ibirapuera, São Paulo, oct.-déc. 1992.
Crédits © Escritório de Paisagismo Burle Marx.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2413/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Légende Fig. 12 – Détail de la piste cyclable – Projet paysager pour le parc Ibirapuera, São Paulo, oct.-déc. 1992.
Crédits © Escritório de Paisagismo Burle Marx.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2413/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Légende Fig. 13 – Détail du terrain de jeu (flèche centrale) et de l’espace de lecture (flèche à droite) – Projet paysager pour le parc Ibirapuera, São Paulo, oct.-déc. 1992.
Crédits © Escritório de Paisagismo Burle Marx.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2413/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Légende Fig. 14 – Projet paysager – Jardin des sculptures, mars 1993.
Crédits © Escritório de Paisagismo Burle Marx.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2413/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Légende Fig. 15 – Page du catalogue de l’exposition « Landscape Architecture in Brazil » (1954). Archives historiques Wanda Svevo/Fondation Biennale de São Paulo.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2413/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Figure 16 – Vue de l’exposition « Roberto Burle Marx : The Unnatural Art of the Garden », au MoMA. New York. May 23, 1991 through August 13, 1991. New York, Museum of Modern Art (MoMA). Gelatin-silver print, 6 x 9" (15.2 x 22.9 cm). Photo : Mali Olatunji (copyright : The Museum of Modern Art, New York). Photographic Archive. The Museum of Modern Art Archives, New York. Cat. no. : IN1584.2.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/2413/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fernanda Araujo Curi, « Burle Marx et le parc Ibirapuera : quatre décennies de rendez-vous manqués (1953-1993) », Brésil(s) [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 29 novembre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/bresils/2413 ; DOI : 10.4000/bresils.2413

Haut de page

Auteur

Fernanda Araujo Curi

Fernanda Araujo Curi est architecte et muséologue, docteure en muséologie de Reinwardt Academie (Amsterdam) et doctorante à la Faculté d’architecture et urbanisme de l’Université de São Paulo (FAU-USP). Depuis 2011, elle travaille en tant que chercheuse aux Archives historiques Wanda Svevo de la Fondation Bienal de São Paulo, située dans le parc Ibirapuera. L’auteure remercie la FAU-USP pour le soutien financier accordé qui a rendu possible l’achat des droits de reproduction des images publiées ici.

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals