Navigation – Plan du site
117

Anciens entrepôts urbains de Bruxelles : architecture et construction

Notes de la rédaction

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Marianne De Fossé publié le 27 novembre 2017

Si Bruxelles apparaît aujourd’hui d’abord comme une capitale administrative peuplée de bureaux, elle fut longtemps la première ville industrielle de Belgique. À côté des usines, les entrepôts urbains étaient de remarquables édifices. Indispensables au commerce et à l’industrie, ils furent autrefois des « cathédrales de la modernité ». Mais, malgré leur robustesse architecturale, ils constituent aujourd’hui un fragile patrimoine. À l’instar d’autres villes européennes, la Région de Bruxelles-Capitale est en effet marquée par la désindustrialisation. Au cours du 20e siècle, de nombreux entrepôts ont ainsi perdu leur fonction d’origine et ont souvent subi d’importantes transformations.

De nos jours, les espaces urbains anciennement dévolus à l’industrie, en particulier toute la zone du Canal, sont en pleine mutation. Certains entrepôts ont déjà disparu ou sont menacés, notamment en raison de la pression démographique et de la rapidité et de l’intensité avec lesquelles s’opère le réaménagement urbain. En dépit des démolitions, il subsiste néanmoins à Bruxelles un ensemble riche et diversifié d’anciens entrepôts. Mais, en vue d’en assurer la sauvegarde et la réutilisation respectueuse, un inventaire et des connaissances approfondies sont nécessaires à leur sujet.

Heureusement, ces bâtiments commencent à susciter l’intérêt des architectes et ingénieurs. Le numéro 117 de Brussels Studies présente le résultat des investigations menées à Bruxelles par Marianne De Fossé, ingénieure civil et architecte au Département de génie architectural de la Vrije Universiteit Brussel.

Un examen approfondi de documents d’archives et des observations inédites sur le terrain, portant sur des entrepôts du 19e et du 20e siècles situés dans le centre historique de Bruxelles, là où furent implantées les premières zones industrielles aux alentours de la Senne et des quais, a permis de remettre en lumière 80 entrepôts démolis ou existants.

Il ressort clairement de l’analyse que ces entrepôts n’avaient pas tous une apparence ordinaire. Ceux consacrés à la bière et au textile étaient spécialement conçus pour représenter l’entreprise. Le choix des matériaux de construction utilisés ne tenait pas uniquement à des considérations économiques et aux nouvelles tendances technologiques, mais était en lien étroit avec la nature de la marchandise vendue. L’entreposage du foin requérait un plancher pouvant absorber l’humidité. L’entreposage de la bière nécessitait un sol étanche en brique et des piliers métalliques pour supporter de plus lourdes charges. En matière d’intégration dans le tissu urbain, les lieux d’entreposage se trouvaient tous dans des zones bien précises de la ville, mais pas forcément industrielles. Par exemple, en complément du Quartier Maritime, certains quartiers résidentiels accueillaient les entrepôts de textile où étaient stockées et vendues des marchandises de luxe. Les showrooms de l’époque, en quelque sorte.

Aujourd’hui, la plupart des entrepôts de bière et les trois entrepôts de textile identifiés existent encore, alors qu’il ne reste qu’un entrepôt de bois et un entrepôt de foin. Tous les types entrepôts ne sont donc pas égaux face à l’évolution de la ville. La connaissance des logiques constructives et du mode d’utilisation de ces bâtiments est donc un préalable indispensable à leur préservation, rénovation et reconversion.

Pour citer cet article
Marianne De Fossé, « Anciens entrepôts urbains de Bruxelles : architecture et construction », Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 117, mis en ligne le 27 novembre 2017, URL : https://journals.openedition.org/brussels/1590


Contact
Benjamin Wayens, Secrétaire de rédaction :
bwayens[at]brusselsstudies.be

  • Logo BSI
  • Logo Innoviris
  • Logo Région Bruxelles-Capitale
  • OpenEdition Journals