Navigation – Plan du site
118

Cartographies des champs d’interaction dans et autour de Bruxelles : navettes, déménagements et appels téléphoniques

Notes de la rédaction

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Arnaud Adam, Jean-Charles Delvenne et Isabelle Thomas publié le 18 décembre 2017

Administrativement et politiquement, on considère que Bruxelles se limite aux 19 communes qui composent la Région de Bruxelles-Capitale. Mais on sait évidemment que la métropole bruxelloise s’étend de fait sur un espace beaucoup plus vaste.

Avec l’avènement des big data et des data sciences, de nouvelles perspectives s’ouvrent pour appréhender l’extension fonctionnelle de la ville, et ceci en termes de plus en plus relationnel. En s’inspirant de l’analyse des réseaux, il est en effet possible aujourd’hui d’identifier, y compris dans l’espace, des « communautés ». Dans ce contexte, une communauté est un groupe d’individus (personnes, firmes…) interagissant fortement entre eux. Si ces individus sont géo-localisés, la projection de la communauté dans l’espace permet de visualiser leur espace d’interaction privilégié.

Restait à tester la pertinence de ces méthodes sur Bruxelles, et surtout l’impact des données utilisées sur les résultats. C’est précisément ce à quoi se sont attelés, dans le numéro 118 de Brussels Studies, trois chercheurs de l’Université catholique de Louvain, Arnaud Adam, Isabelle Thomas (tous deux géographes) et Jean-Charles Delvenne (mathématicien), prolongeant ainsi un autre article publié en 2010 sur ce sujet par Brussels Studies (no 42). À l’aide de données relationnelles conventionnelles (migrations résidentielles, navettes de travail) et moins conventionnelles (appels de téléphonie mobile), ils ont partitionné l’espace dans et autour de la Région de Bruxelles-Capitale en groupes de lieux fortement interreliés à l’aide d’une méthode mathématique de détection de communautés.

Les résultats montrent que la proximité structure fortement les relations entre les gens et les acteurs économiques. Elle joue un rôle majeur dans notre vie quotidienne. Mais c’est une proximité à différentes échelles, dans un espace métropolitain bien plus large que les 19 communes : les communautés identifiées débordent des limites de la Région de Bruxelles-Capitale, confirmant, si besoin en est, l’extension métropolitaine du fait urbain bruxellois. Des structures spatiales fortes se dessinent à travers les trois bases de données : les communautés ancrées dans la Région de Bruxelles-Capitale se prolongent vers la périphérie; Leuven est un bassin d’interactions à part entière; et à l’ouest de la zone étudiée une réalité spatiale axée sur Asse et Halle se dessine. Le Brabant wallon présente quant à lui une géographie qui dépend fortement de la nature des interactions : il forme un tout en matière de navettes de travail et quatre bassins distincts en matière de téléphonie mobile. Il y a donc des ensembles de lieux liés très stables et d’autres plus incertains, en fonction des différentes données utilisées qui traduisent aussi des pratiques spécifiques.

Aujourd’hui, acteurs publics et privés disposent de masses inédites de données géo-référencées, mais encore trop souvent inexploitées. On ne peut donc qu’encourager la mise à disposition structurée de ces données, car elles permettent d’analyser des réalités parfois difficilement mesurables autrement. Les big data constituent donc un réel potentiel pour comprendre le phénomène de métropolisation. Néanmoins, dans le cas analysé ici, on voit bien que la forme et le nombre de bassins dépendent fortement des données utilisées. Peu surprenant en soi, ce fait vaut la peine d’être souligné à un moment où on assiste à la multiplication des analyses combinant de multiples indicateurs issus de la masse de données disponibles. Il invite dès lors à s’interroger sur la nature et les limites des données et des méthodes utilisées et à aller au-delà de la fascination cartographique et technologique qu’exercent parfois les big data afin de bien mesurer ce qu’elles apportent de neuf à la compréhension de la complexité urbaine.

Pour citer cet article
Arnaud Adam, Jean-Charles Delvenne et Isabelle Thomas, « Cartographies des champs d’interaction dans et autour de Bruxelles : navettes, déménagements et appels téléphoniques », Brussels Studies [En ligne], Collection générale, no 118, mis en ligne le 18 décembre 2017, URL : https://journals.openedition.org/brussels/1592
Contact
Benjamin Wayens, Secrétaire de rédaction :
bwayens[at]brusselsstudies.be

  • Logo BSI
  • Logo Innoviris
  • Logo Région Bruxelles-Capitale
  • OpenEdition Journals