Navigation – Plan du site
119

Quel engouement pour « .brussels » ? Analyse de l’utilisation de « .brussels » comme extension de nom de domaine de premier niveau

Notes de la rédaction

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Margot Waty, Seth van Hooland, Simon Hengchen, Mathias Coeckelbergs, Max De Wilde et Jean-Michel Decroly publié le 22 janvier 2018

Les professionnels de l’immobilier soulignent l’importance de la localisation dans la valeur d’un bien. De la même manière, sur internet, c’est l’URL (de l’anglais Uniform Resource Locator, littéralement « localisateur uniforme de ressource »), ce que l’on nomme plus informellement « adresse web », qui ancre une offre dans l’espace numérique. Les noms de domaine constituent donc la pierre angulaire de notre économie numérique. Les acteurs économiques sont dès lors très conscients de l’importance et de la valeur des URL et un marché des noms de domaine a émergé où ceux-ci sont achetés et vendus. L’évolution progressive vers un web plus structuré et sémantique, combinée à l’internet des objets, renforce l’importance de noms de domaine stables et significatifs.

En 2012, l’ouverture du marché des noms de domaine de premier niveau a offert de nouvelles perspectives aux entreprises, administrations et particuliers pour inclure une composante géographique dans le nom de domaine de leur site internet. En Belgique, cela s’est traduit notamment par la possibilité d’acheter et d’utiliser, à côté des classiques .be, de nouveaux noms de domaine de premier niveau « .brussels » ou « .vlaanderen ».

À ce jour, peu de recherches avaient analysé l’adoption de ces nouveaux noms de domaine de premier niveau. Cette lacune est aujourd’hui comblée pour le cas du « .brussels » par une équipe de chercheurs en communication de l’Université libre de Bruxelles. Dans le numéro 119 de Brussels Studies, Margot Waty, Seth van Hooland, Simon Hengchen, Mathias Coeckelbergs et Max De Wilde proposent une étude empirique de l’impact de la mise sur le marché de ce nom de domaine de premier niveau.

Sur la base d’un échantillon statistiquement représentatif des noms de domaine utilisant .brussels, leur analyse donne ainsi un aperçu détaillé de l’impact des récents changements apportés aux règles relatives à l’enregistrement des noms de domaine. Les auteurs soulignent d’emblée que les adresses « .brussels » constituent une niche qui n’est pas tombée dans la spéculation. Même si moins de noms de domaine « .brussels » ont été acquis que prévu et si le nombre de grands acteurs commerciaux est resté limité, cela a cependant eu pour effet positif de laisser de la place aux acteurs locaux et de petite taille, ayant une connexion claire avec Bruxelles. La sémantique locale forte de ce nom de domaine n’en est que mieux respectée. C’est une bonne nouvelle pour les webmasters comme pour les utilisateurs finaux, qui trouveront ainsi un contenu qui sera cohérent avec son adresse.

Toutefois, l’adoption de « .brussels » devrait encore progresser de manière significative au fil du temps car, au moment de l’étude, les utilisateurs finaux ignoraient encore souvent l’existence de « .brussels », pensant même parfois à une erreur dans l’URL… La promotion et la sensibilisation de « .brussels » auront certainement lieu au cours des prochaines années, mais les auteurs soulignent qu’il est plutôt bon que l’adoption se fasse lentement et avec du contenu vraiment local dans les sites qui se trouvent derrière les adresses.

À l’heure où les gestionnaires urbains scrutent de plus en plus les réseaux sociaux pour anticiper les événements, cet article a le mérite de souligner, à toute personne préoccupée par l’identité bruxelloise combien, dans le domaine numérique, l’adresse .brussels doit aussi faire l’objet d’attention.

Pour citer cet article
Margot Waty, Seth van Hooland, Simon Hengchen, Mathias Coeckelbergs, Max De Wilde et Jean-Michel Decroly, « Quel engouement pour « .brussels » ? Analyse de l’utilisation de « .brussels » comme extension de nom de domaine de premier niveau », Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 119, mis en ligne le 22 janvier 2018, URL : http://journals.openedition.org/brussels/1616


Contact
Benjamin Wayens, Secrétaire de rédaction :
bwayens[at]brusselsstudies.be

  • Logo BSI
  • Logo Innoviris
  • Logo Région Bruxelles-Capitale
  • OpenEdition Journals