Navigation – Plan du site
120

Lutter contre les discriminations ou promouvoir la diversité en matière d'emploi ? Histoire d'une action publique ambiguë en Région de Bruxelles-Capitale (1997-2012)

Notes de la rédaction

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Alexandre Tandé publié le 05 février 2018

Dès la fin des années 1990, plusieurs études ont mis clairement en lumière le caractère systémique des discriminations à l’embauche en Belgique. À niveau de formation et d’expérience équivalent, les candidats d’origine étrangère sont plus rarement recrutés par les employeurs. À Bruxelles, une ville-région caractérisée par un haut niveau de chômage et une importante population issue de l’immigration, ces résultats ont évidemment eu un fort retentissement.

Le gouvernement régional bruxellois et les partenaires sociaux ont alors pris des mesures pour sensibiliser les secteurs économiques, le personnel des agences pour l’emploi et les candidats à l’embauche. Quelques années plus tard, on fit cependant le constat de la persistance du problème. Pour les pouvoirs publics bruxellois, ces résultats traduisaient l’inefficacité de leur action encore trop peu ciblée. De nouveaux instruments furent alors créés afin d’intervenir cette fois directement à l’échelle des entreprises (Charte, Plan et Label de diversité). Il s’agissait de convaincre celles-ci des bénéfices qu’elles pouvaient retirer d’une bonne gestion de la diversité de leur personnel, notamment en termes de performance et d’image.

Le glissement progressif de la lutte contre les discriminations vers la promotion de la diversité n’est pas sans poser quelques questions. Dans le numéro 120 de Brussels Studies, Alexandre Tandé, Docteur en sciences politiques et sociales de l’Université libre de Bruxelles et de l’Université Lille 2, actuellement chercheur associé au Max Planck Institute for the Study of Religious and Ethnic Diversity (Göttingen, Allemagne), nous retrace l’histoire récente (1997-2012) d’un volet particulièrement critique de la politique de l’emploi bruxelloise. Son analyse s’appuie sur des sources orales (entretiens semi-directifs conduits auprès d’acteurs associés à la politique régionale : cabinet politique, administration régionale, organisations patronales et syndicales) et un corpus documentaire étendu (procès-verbaux de réunions, rapports d’activité, notes stratégiques, articles de presse). Son propos porte plus particulièrement sur les archives du Pacte territorial pour l’emploi de la Région bruxelloise.

Si le Pacte territorial pour l’emploi est aujourd’hui dissous et le pilotage de cette politique reprise par l’Agence régionale de l’emploi Actiris et le Conseil de la non-discrimination et de la diversité (CNDD) qui l’a défini, quels enseignements peut-on tirer de cette expérience ? Pour Alexandre Tandé, l’histoire récente soulève trois questions.

La première est de savoir comment s’articulent aujourd’hui les objectifs de non-discrimination et de promotion de la diversité. L’affirmation de cette dernière notion au milieu des années 2000 a contribué à réduire l’attention portée au problème des discriminations. De même, en se focalisant sur les entreprises privées, le gouvernement régional ne s’adresse plus directement aux populations d’origine étrangère qui étaient les cibles initiales de son intervention. Surtout que la notion de diversité ne semble toujours pas avoir reçu de contenu théorique et opérationnel dans l’action publique bruxelloise. Cela pose question alors que la Région conduit aussi une politique de diversité au sein de sa propre administration et qu’elle a organisé en 2017 une série d’évènements publics autour de cette thématique.

La deuxième question est celle de l’impact de cette politique et de ses dispositifs sur la gestion des ressources humaines dans les entreprises du secteur privé. La première évaluation du dispositif montrait des effets assez importants sur les modes de gestion du personnel et, parfois, une amélioration de la situation des travailleurs d’origine étrangère au sein des entreprises engagées. Mais des variations importantes d’un plan à l’autre étaient aussi soulignées, tant dans la mise en œuvre qu’en termes d’impact de cette politique. Celui-ci mériterait aussi d’être interrogé à l’échelle macro-économique de la Région bruxelloise et pas uniquement au sein des entreprises directement associées.

Un troisième questionnement émerge enfin : quelle est la participation des populations exposées aux discriminations à l’élaboration et à la mise en œuvre des politiques qui les concernent au premier chef ? L’absence d’acteurs représentant directement leurs intérêts au sein du Pacte territorial a facilité le basculement de la lutte contre la discrimination à la promotion de la diversité, et cette absence contribue aussi à l’impact limité des plans de diversité.

Pour citer cet article
Alexandre Tandé, « Lutter contre les discriminations ou promouvoir la diversité en matière d'emploi ? Histoire d'une action publique en Région de Bruxelles-Capitale (1997-2012) », Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 120, mis en ligne le 05 février 2018, URL : https://journals.openedition.org/brussels/1622
Contact
Benjamin Wayens, Secrétaire de rédaction :
bwayens[at]brusselsstudies.be

  • Logo BSI
  • Logo Innoviris
  • Logo Région Bruxelles-Capitale
  • OpenEdition Journals