Navigation – Plan du site
VARIA

Le cycle de Drake

fortune littéraire d’une épopée transatlantique au tournant du XVIIesiècle
Lise Segas
p. 231-258

Résumés

Cet article se propose d’étudier un corpus relativement méconnu de l’épopée savante hispanique et hispano-américaine qui se constitue au tournant du XVIIe siècle : le cycle de Drake. L’analyse porte sur les connexions intertextuelles de ces poèmes, la dimension épique, narrative et morale du personnage de Francis Drake, les enjeux du thème et de son traitement dans le genre épique sur fond de polémique entre armes et lettres.

Haut de page

Dédicace

À Yves Aguila

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2018.

Plan

Le cycle de Drake dans la poésie épique hispano-américaine (1586-1610)
Sources et intertextualité
La « drakisation » du pirate : l’ennemi épique providentiel
Portrait d’un corsaire exemplaire
Le personnage-fonction : du pirate au héros épique
L’« effet Drake » dans le récit épique
Le corsaire et le roi
Le pirate épique au tournant du XVIIe siècle en Amérique espagnole ou la mise à l’épreuve de la société coloniale
Les épopées de la guerre des corsaires et le discours poétique de la diversion
Une Amérique épique au tournant du XVIIe siècle
Armes et lettres unies dans la lutte épique contre les pirates des mers et les pirates d’État

Aperçu du texte

Le tour du monde effectué par Francis Drake (1542-1596) entre 1577 et 1580 a fortement marqué les esprits dans le monde occidental, européen et américain. Ce voyage de circumnavigation a été réalisé par le corsaire alors au service de la reine Elisabeth 1re d’Angleterre. Il a été ponctué de nombreuses étapes et captures. Drake réalise à bord du Pelican, rebaptisé plus tard le Golden hind, ce que Magellan, mort dans les îles Philippines, n’avait pas pu entièrement réaliser quelques décennies auparavant.

Il est un véritable coup de tonnerre pour les Anglais et les Espagnols. Les premiers, forts d’une nouvelle assurance, se lancent alors sur les mers afin d’en devenir les maîtres et de contrôler les échanges commerciaux :

Seul un navire avant le Pelican avait réussi cet exploit – et encore Magellan était-il mort en cours de route. On aurait pu s’attendre à ce qu’un Portugais, un Espagnol, ou même un Français réédite ce voyage, mais un Anglais ! La première mention d’un navire anglais aya...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lise Segas, « Le cycle de Drake », Bulletin hispanique, 117-1 | 2015, 231-258.

Référence électronique

Lise Segas, « Le cycle de Drake », Bulletin hispanique [En ligne], 117-1 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/bulletinhispanique/3708 ; DOI : 10.4000/bulletinhispanique.3708

Haut de page

Auteur

Lise Segas

Université Bordeaux Montaigne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page