Navigation – Plan du site
La Métamorphose des corps : représentations dans les lettres et les arts de l'Espagne classique

Épilogue

Cécile Iglesias
p. 569-574

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Aperçu du texte

Au terme de ce parcours à travers quelques-unes des manifestations littéraires, artistiques et dogmatiques de l’Espagne du Siècle d’Or où la présence du corps métamorphosé est particulièrement significative, quelques lignes de force apparaissent qu’il convient de souligner. L’état des lieux initial dressé par Philippe Rabaté a permis de replacer la première partie du présent ouvrage dans le contexte des études et travaux qui ont abordé sur le motif de la métamorphose à la Renaissance, tant il est prégnant dans la représentation du monde que forgent des humanistes tels Montaigne (et sa « branloire pérenne du monde ») et même des penseurs conceptistes comme Gracián au XVIIe siècle. La fable mythologique ovidienne qui la raconte se lit chez bon nombre d’auteurs du Siècle d’Or comme une parabole livrant une interprétation du monde en constant renouvellement et même de l’homme, ce microcosme qui n’accède à son être véritable que par une succession de métamorphoses. Mettant l’accent sur l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Iglesias, « Épilogue », Bulletin hispanique, 117-2 | 2015, 569-574.

Référence électronique

Cécile Iglesias, « Épilogue », Bulletin hispanique [En ligne], 117-2 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/bulletinhispanique/4145

Haut de page

Auteur

Cécile Iglesias

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page