Navigation – Plan du site
Lectures

Chloé Maurel, Che Guevara. Entre mythe et réalité

Ellipses, 2011, 502 p.
Stéphane Boisard
p. 167-171
Référence(s) :
Chloé Maurel, Che Guevara. Entre mythe et réalité, Ellipses, 2011, 502 p.

Texte intégral

1L’actualité des livres est ainsi faite qu’il existe des sujets inépuisables. À cet égard, Ernesto Guevara (1928-1967) – qui apparaît aujourd’hui comme un objet essentiellement mercantile – semble demeurer un bon investissement pour une maison d’édition. On peut cependant s’interroger sur l’opportunité de publier une énième biographie sur ce personnage bien qu’une partie de la réponse tienne dans le fait qu’il est aujourd’hui totalement méconnu et incompris d’une jeunesse qui, pourtant, continue à arborer son visage sur des maillots de corps ou des briquets en signe de rébellion. Que pourra donc apporter cette nouvelle biographie signée par Chloé Maurel, jeune historienne française qui a soutenu en 2006 une thèse de doctorat sur l’histoire de l’Unesco et ne saurait être considérée comme une spécialiste de l’Amérique latine ? Peu de choses, à première vue, dans la mesure où cet ouvrage est uniquement fondé sur des sources de seconde main et sur quelques carnets, textes et discours de Guevara – déjà glosés à satiété. Or il existe des études de référence qui semblent indépassables en l’état actuel des connaissances et des archives disponibles. Citons ici la grande biographie de Jon Lee Anderson, Che Guevara. A revolutionary Life (New York, Grove Press, 1997), celle de l’écrivain et psychanalyste argentin Pacho O’Donnell, Che, la vida por un mundo mejor (Buenos Aires, Sudamericana, 2003) ou encore, en langue française, celle du journaliste Pierre Kalfon, Che, une légende du siècle (Paris, Seuil, 1997). Outre des oublis purs et simples comme celui des travaux de Roberto Massari – dont Che Guevara. Pensamiento y política de la utopía (Nafarroa, Editorial Txalaparta, 1992, première édition en italien 1987), il est surprenant que Chloé Maurel ne cite pas une seule fois Jon Lee Anderson. Malgré un parti pris favorable au personnage, le travail du journaliste nord-américain reste pourtant l’un des meilleurs sur le sujet car il a eu accès à des sources primaires inédites provenant de l’État cubain et de la veuve de Guevara. Autre absence remarquée, celle du mexicain Jorge Castañeda qui, dans un registre plus critique, propose une interprétation solide de la vie et de la pensée d’Ernesto Guevara dans Compañero. Vida y muerte de Che Guevara (New York, Random House, 1998).

2Toutefois, ces absences ne sont pas préjudiciables au travail de Chloé Maurel que l’on peut considérer comme une synthèse honnêtement documentée de la vie d’Ernesto Guevara de la Serna. En dépit d’une légère empathie envers son sujet, l’auteure possède une écriture simple et sobre, à équidistance du souffle lyrique – et parfois ampoulé – des nostalgiques et de la hargne féroce des anticastristes. Cela a les défauts de ses qualités puisque ce choix stylistique favorisant la pondération et donnant de la force au propos interdit également toute audace dans l’organisation du récit. Fidèle à la chronologie officielle, celui-ci est d’une facture très classique – voire scolaire – et se caractérise par une profusion de sous-parties dont certaines ne dépassent pas une dizaine de lignes. Le texte aurait gagné en fluidité sans ces intertitres pléthoriques qui rendent parfois incompréhensibles la hiérarchisation des idées à l’intérieur des chapitres. Malgré cela, l’auteure a l’intelligence de poser les bonnes questions concernant la vie de cet homme au destin hors du commun – certainement parce qu’elle n’appartient pas à la génération prisonnière des utopies et des contre-révolutions des années 1960. Une périodisation rigoureuse et l’attention portée au contexte historique lui permettent de surcroit d’analyser comment le jeune Argentin asthmatique Ernesto Guevara est devenu en moins de dix années le Che, leader des luttes impérialistes à l’échelle planétaire. À l’instar de travaux antérieurs, cette biographie reste marquée par la question obsédante visant à déterminer si le Che était communiste, staliniste, maoïste ou tiers-mondiste et quand il aurait embrassé chacune de ces idéologies en en proposant une synthèse originale. Chloé Maurel n’échappe pas à la tentation de traquer, jusque dans sa plus tendre enfance, tous les signes précurseurs qui permettraient d’expliquer, de manière presque téléologique, le destin planétaire de son personnage. Or, comme l’a rappelé Pacho O’Donnell dans sa biographie, c’est bien plutôt dans l’évolution idéologique d’Ernesto Guevara, façonnée par ses lectures éclectiques, ses rencontres et sa propre expérience de la misère sociale, qu’il faut comprendre son engagement politique postérieur. Malgré des velléités politiques évidentes, Ernesto Guevara reste encore attiré par la médecine et la science au début des années 1950 et c’est le renversement du président guatémaltèque Jacobo Arbenz en 1954, par un groupe d’opposants armés et entraînés par les États-Unis, qui signe la rupture. En cela, Ernesto Guevara ne se démarque pas d’une certaine jeunesse travaillée par les injustices faites aux masses paupérisées et par l’anti-américanisme – omniprésent depuis José Enrique Rodó ou José Martí à la fin du xixe siècle jusqu’au populisme d’un Juan Domingo Perón dans les années 1940.

3Chez Ernesto Guevara, cette lente prise de conscience politique, la vision messianique de la révolution et la perception cathartique de la violence se cristallisent donc dans les années qui suivent le coup d’État guatémaltèque avec, notamment, sa rencontre au Mexique en 1956 de quelques-uns des survivants de l’assaut de la caserne cubaine de la Moncada. Par la suite, l’expérience de la lutte armée dans la Sierra Maestra lui permet de formaliser ses idées sur la guérilla. Ne cédant pas au charme glamour des barbudos, Chloé Maurel montre bien comment le Che devient à la fois un théoricien et un historien de la jeune révolution cubaine et il faut lui savoir gré de ne pas avoir occulté l’envers du décor – notamment le rôle de Guevara dans la répression des partisans du régime Batista durant les six premiers mois de la révolution. Il accomplit cette tâche d’épuration de l’ancien régime sans état d’âme dans la mesure où elle lui apparaît en parfaite cohérence, d’un point de vue théorique, avec l’expérience guerrière qu’il vient de vivre. En outre, cet épisode doit également être pensé dans un temps long puisque la violence politique traverse toute l’histoire cubaine de la première moitié du xxe siècle et imprègne en profondeur les relations géopolitiques pendant la guerre froide. Vient ensuite le Guevara « institutionnel », celui des postes diplomatiques et ministériels qui se voue tout particulièrement au domaine de l’économie à partir de 1960. Le premier aspect est bien traité car il souligne comment le Che acquiert une stature internationale et réussit à devenir, en quelque sorte, l’ambassadeur ou l’alter ego de Fidel Castro à l’étranger ; le second, en revanche, est plus confus et ne rend pas toujours clairement compte des prises de position de Guevara concernant l’industrialisation par substitution des importations ou la question de la monnaie. Néanmoins, cela n’empêche pas Chloé Maurel d’aborder les relations entre Fidel Castro et Ernesto Guevara à l’aune de leur rapport avec le parti communiste cubain et l’Union soviétique. Alors que le premier, par pragmatisme autant que par nécessité, en vient à confier une grande partie de l’appareil d’État à des cadres communistes, le second s’éloigne petit à petit de ce parti qu’il considère trop bureaucratique et de l’Union soviétique dont l’évolution est trop timorée à son goût. L’auteure n’hésite pas à soulever l’hypothèse d’une réelle mésentente entre les deux hommes, nourrie par une jalousie de Fidel envers le Che, et prend ainsi à contrepied la vision caricaturale d’un Guevara qui n’aurait été qu’une simple marionnette du lider máximo. Cette partie sur l’évolution idéologique et politique de plus en plus solitaire d’Ernesto Guevara emporte la conviction ; père de quatre enfants issus de son second mariage avec Aleida March, il se serait marginalisé par lassitude du travail de gestionnaire, mais aussi de manière presque inconsciente par son goût prononcé de l’autocritique qui aurait fini par miner le gouvernement révolutionnaire.

4Cela nous conduit à souligner un autre intérêt de cette biographie qui insiste, à juste titre, sur la personnalité d’Ernesto Guevara, à la fois lucide et capable de se remettre en cause et inflexible jusqu’à la rigidité lorsqu’il a pris une décision ou que ses principes sont en jeu. Par exemple, Chloé Maurel analyse bien, au travers du récit qu’en donne le Che dans ses carnets, les graves erreurs commises lors de la guérilla au Congo en 1965. Elle dresse alors un portrait de Guevara en révolutionnaire insatiable et impatient qui, dans la précipitation et dans un véritable déni de la réalité sociale et politique, souhaite coûte que coûte effacer son échec africain en lançant une nouvelle guérilla en Bolivie en 1966-1967. À la différence d’autres biographes, l’auteure souligne alors le caractère de plus en plus solitaire et autoritaire d’Ernesto Guevara qui, d’erreurs militaires stratégiques en maladresses psychologiques envers ses hommes, perd progressivement pied dans cette aventure et entraîne dans sa chute ceux qui ont tout abandonné pour le suivre.

5Le dernier chapitre paraissait très prometteur puisqu’il se proposait de partir de « la personnalité exceptionnelle du guérillero » pour aboutir à sa « légende planétaire ». Vœu louable, mais finalement vain. Étant donné l’ampleur de la tâche, il semble difficile de reprocher à Chloé Maurel de ne pas avoir atteint cet ultime objectif qui méritait sans doute un traitement aussi long que les chapitres antérieurs. Cette partie reste donc à écrire car il est essentiel de mesurer l’influence intellectuelle et idéologique exercée par Ernesto Guevara sur toute une génération de jeunes Latino-américains et même bien au-delà. L’enjeu d’une telle approche est crucial car il s’agirait alors de montrer comment le Che, pétri de la culture politique des années 1950 et 1960 en Amérique latine, est devenu l’une des personnalités les plus prégnantes et les plus influentes de la guerre froide, avatar de ces grandes figures historiques panaméricaines telles que Bolívar ou Martí, mais aussi une icône planétaire postmoderne capable de symboliser tout type de lutte… ou de transactions commerciales. Le présent livre constitue certainement une base honnête pour entamer cette réflexion de longue haleine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Boisard, « Chloé Maurel, Che Guevara. Entre mythe et réalité », Cahiers des Amériques latines, 69 | 2012, 167-171.

Référence électronique

Stéphane Boisard, « Chloé Maurel, Che Guevara. Entre mythe et réalité », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cal/1021

Haut de page

Auteur

Stéphane Boisard

Paris-3 – Sorbonne Nouvelle/Mascipo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals